(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Biodiversity Heritage Library | Children's Library | Advanced Microdevices Manuals | Linear Circuits Manuals | Supertex Manuals | Sundry Manuals | Echelon Manuals | RCA Manuals | National Semiconductor Manuals | Hewlett Packard Manuals | Signetics Manuals | Fluke Manuals | Datel Manuals | Intersil Manuals | Zilog Manuals | Maxim Manuals | Dallas Semiconductor Manuals | Temperature Manuals | SGS Manuals | Quantum Electronics Manuals | STDBus Manuals | Texas Instruments Manuals | IBM Microsoft Manuals | Grammar Analysis | Harris Manuals | Arrow Manuals | Monolithic Memories Manuals | Intel Manuals | Fault Tolerance Manuals | Johns Hopkins University Commencement | PHOIBLE Online | International Rectifier Manuals | Rectifiers scrs Triacs Manuals | Standard Microsystems Manuals | Additional Collections | Control PID Fuzzy Logic Manuals | Densitron Manuals | Philips Manuals | The Andhra Pradesh Legislative Assembly Debates | Linear Technologies Manuals | Cermetek Manuals | Miscellaneous Manuals | Hitachi Manuals | The Video Box | Communication Manuals | Scenix Manuals | Motorola Manuals | Agilent Manuals
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Exercices latins avec lexiques"

> 



<^--b 



-S3 



Programmes de 1902. — Classes de 6* et de 5* 



COURS RIEMANN & GOELZER 



EXERCICES 

LATINS 

avec Lexiques 

(Classes de Sixième et de Cinquième) 

Ouvrage composé par C. PHIIJP 

Agrégé de l'Université, professeur au l}cée Condorcet 

socs LA DIRECTION DE 

HENRI GOELZER 

Professeur à la Faculté des lettres do lUuiversité de Paris. 




LIBRAIRIE ARMAND' COLIN 

103, Boulevard saint->uçhrj,. PARIS 

Droits de reproduction et daSduçUon <ffVft« lour tout^BO^i. 

"T* Lm i 'J ^JQt Édition.) 

mOttawa 



PRÉFACE 



Quelle que soit Timportance des exercices qui figurent dans la 
Première Gramyna'ire latine, le nombre n'en est pas assez grand pour 
fournir aux besoins des classes de 6" et de 5' pendant toute une 
année. Aussi na-t-on eu pour but, en les composant, que de donner 
aux professeurs les moyens de s'assurer que leurs élèves ont bien 
appris et compris les règles de la grammaire. Destinés à être faits 
en classe, ces exercices n'avaient besoin que d'être proportionnés 
au nombre des leçons. Mais nous avions projeté, dès l'apparition 
de notre livre, de lui donner pour complément un volume d'exer- 
cices. C'est Touvrage que nous publions aujourd'hui. 11 a été 
composé par M. Philip, professeur au lycée Condorcet, qui a bien 
voulu nous faire profiter de son expérience et de son savoir. 

On trouvera dans ce volume les exercices les plus variés, et l'on 
ne se plaindra pas qu'il y en ait trop; car il n'y a pas d'autre 
moyen de familiariser les élèves avec le mécanisme de la déclinai- 
son et de la conjugaison latines que de leur fournir le plus d'occa- 
sions possible d'en employer les formes. Pour rendre la série des 
devoirs moins monotone, on a intercalé de distance en distance 
quelques versions et quelques thèmes très simples, contenant de 
petits récits, des anecdotes, des fables capables d'intéresser les 
enfants et de leur donner du goût au travail. Puis, comme la 
connaissance du vocabulaire n'est pas moins indispensable aux 
commençants que la grammaire, on a multiplié les listes de mots 
à apprendre choisis parmi les plus usuels et groupés méthodique- 
ment. Ces mots sont empruntés pour une part aux exercices déjà 
traduits et pour l'autre part aux exercices à traduire : on fournit 
ainsi aux élèves studieux les moyens de diminuer peu à peu, 
presquesansqu'ils y pensent, le nombre des difficultés qu'opposerait 
à leurs efforts l'ignorance des termes de la langue. 

Deux lexiques terminent l'ouvrage et contiennent tous les mots 
employés, même ceux qui figurent dans les listes; plus un mot 
reparaît sous les yeux de l'enfant, plus il y a de chances qu'il se 
grave dans sa mémoire. 

Nous espérons que le travail de M. Philip rendra de grands 
services à l'enseignement et aidera dans leur tâche ceux -de 
MM. les Professeurs qui ont bien voulu adopter notre cours. 



Henri GOELZER. 



1911 



EXERCICES LATINS 

(Classes de Sixième et de Cinquième) 
NOTIONS PRÉLIMINAIRES 

1. Exercice. 

Gr., § 3. — Voyelles brèves, voyelles longues. 

Lisez les mots suivants en indiquant la quantité : 

ancillâ, servante. scûtà, boucliers. 

àquâ, eau. pastôr, berger, 

ârâ, autel. urbês, villes. 

nautâ, matelot. mârë, mer. 

àsinùs, àne. dêbilis, faible 

2. Exercice. 

Gr.. §3 — Voyelles brèves, voyelles longues (5uj7e) 

Écrivez les mots suivants en mettant le signe de la hrèce sur la voyelle 
finale. 



ala, 


aile. 


cubile, 


lit. 


alba, 


blanche. 


amare, 


aimer. 


poeta, 


poète. 


moneiv. 


avertir. 


domine, 


ô maître. 


legite, 


lisez. 


te m pi a, 


temples. 


sffipe, 


souvent. 



3. Exercice. 
Gr.. §3. - Voyelles brèves, voyelles longues {suite). 

Ecrivez les mots suivants en mettant le signe de la longue sur la vovelle 
finale. 

flïga, par la fuite. ailia, aime. 

Gneci, les Grecs. dari, être «lonné. 

aillieo, à l'ami, par l'ami, doce, enseigne, 

fratri, au frcro. aperi, ouvre, 

nionili, au collier, par le collier, pure, piMvnient. 



NOTIONS PRELIMINAIRES. 

4. Exercice. 
Gr., § 4. — Diphtongues. 

Écrivez les mots suivants en soulignant la diphtongue 



8BStaS, 


été. 


Phœbus, 


PhébLis. 


ifivum, 


éternité. 


pœna, 


châtiment. 


autem, 


mais. 


ceu, 


ainsi que. 


laudem, 


que je loue. 


hei, 


hélas. 


aetas, 


vie. 


cui, 


auquel. 




5. Exercice. 






Gr.,§6. - 


Prononciation. 




Prononcez 


les mots suivants : 






sancte, 


religieusement. 


, contemptio, 


mépris. 


nuntius, 


envoyé. 


commendo, 


je confie. 


stellis, 


aux étoiles. 


brachium, 


bras. 


absum, 


je suis absent. 


charta, 


feuille de papier, 


monent, 


ils avertissent. 


pulchritudo 


, beauté. 


superest, 


il est de reste. 


pugnabunt, 


ils combattront, 



6. Exercice. 
Gr., §§ 7 et 8. — Accent tonique. 



— Secabit. — 

Il coupera. 

iEgritudïnem. 



Mettez l'accent tonique sur les mots suivants : 

Angùlus. — Narrâbat. — Libëris. 

Coin. Il racontait. Aux enfants 

Sa^cùla. — Despïcit. — Laudâvit.- 

Races, Siècles. Il regarde d'en haut. Il loua. Chagrin. 

— Tabernacùlum. — Cicâdas. — Valëo. — Româna. 

Tente. Cigales. Je suis fort. Romaine. 

— Pondéra. — Nécessitas. — Fortûna. — Insùla. 

Poids, Charges. Nécessité. Fortune. Ile. 

— Regïna. — Oracùlum. — Compôno. — Gaudébunt. 

Reine. Oracle. Je réunis. Ils se réjouiront 

— Animus. — Dimicâbat. — Dimïcat. — 

Ame. Il combattait. 11 combat. 

SoUicitudines. — Orâtor. — Reprimëre. — Advôcat. 

Inquiétudes. Orateur. Retenir. 



Il appelle. 



NOTIONS PrtEI.IMI.NAlRES. 







VOCABULAIRE 








Substantifs féminins (i" déclinaison'). 


dëâ, 


ae, 


déesse. 


fâmâ. 


ae, 


renommée. 


mû sa: 


ae, 


muse. 


spéliincâ, 


a?. 


caverne. 


âquila, 


se, 


aigle. 


aurôrâ, 


œ, 


aurore. 


sapïenliâ 


«, 


sagesse. 


turbà, 


œ, 


foule. 


linguâ, 


je, 


langue. 


causa. 


îfi, 


cause. 


pr«dà, 


dd, 


proie. 


prôcellâ. 


«, 


tempête. 


mômoriâ 


. œ, 


mémoire 

NOMS 


justïtïâ, 

GÉOGRAPBIQUES. 


œ, 


justice. 


Ilàlià, 


îe, 


ritalie. 


Graeciâ, 


îe. 


la Grèce. 


Sicilià, 


ie, 


la Sicile. 


Africâ, 


*, 


l'Afrique. 


Rômà, 


<^, 


Rome. 


Asîâ, 


a", 


rAsie. 


Etrûriâ, 


ai, 


rÉtrurie 


Gaihâ, 

ADJRCTIFS. 


a% 


la Gaule. 


Ma.^c. 


Fém 


. y eut. 


yiasc. 


Fém. 


yeut. 


bonus, 


à, 


Il m, bon. 


benignÛS,à, um, bienveillai 


incertùs, 


à, 


Il m, incertain. SëcrëtÙS 


. à, 


uni, secret. 



nëcessâriùs, à, um, nécessaire, dùbiùs, à, uni, douteux. 
sanctùs, à, um. saint. nijestùs, à, um, triste, 
adversiis, à, um. contraire. mâtOrùs, à, uni, mûr. 



QUESTIONNAIRE DE RÉCAPITULATION 
Gr.. S,S 1, 15. — Notions préliminaires. 

d'un mot sur laijuelle la voix 



1. l.e latin diffère-t-il du fran- 
çais par l'alphabet? 

2. Par quel si^riie peut-on 
indiquer une voyelle longue ou 
brève? 

3. Quelle est la quantité des 
(ii|ihtongues? 

4. Y-a-il des diphtongues bien 
usitées à l'exception de a?, œ '! 

5. La voyelle e est-elle jamais 
muette en latin? 

6. Que dit-on de la syllabe 



s'élève: 

7. Combien le latin possède- 
t-il d'espèces de mots? 

8. Quels sont les mots varia- 
bles? 

9. — les mots invariables? 

10. Le latin diffère-l-il du 
français par le nomb. e dans les 
mots variables? 

11. Le français a-t-il autant 
de genres que le l.ilin? 



SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 



ÉTUDE DES FORMES 



CHAPITRE PREMIER 

LE SUBSTANTIF ET L'ADJECTIF. - DÉCLINAISONS 



NOM, SING. GÉN. SING. 



a 



PREMIERE DÉCLINAISON 



7. Exercice. 

Déclinez les substantifs suivants : 

Gr., § 21. — FÉMININS. 

ancilla, servante, discordîa, discorde. CÏGâda, cigale, 

bestïa, bête. musca, mouche, lingua, langue 

côlumba, colombe, prseda, butin. pugna, combat, 

ciilpa, faute. prôcella, ouragan, quërêla, plainte. 

herba, herbe. pùella, jeune fille, statua, statue 

Gr., § 21. — Masculins. 

athlêta, athlète, aurïga, cocher. scriba, copiste. 

8. Exercice. 
Gr., § 21. 

Déclinez les adjectifs féminins suivants : 

bôna, bonne. firma, solide. tïmïda, timide, 

caeca, aveugle. mira, admirable, vàcùa, vide. 

certa, certaine. môdesta, modeste. vârïa, variée. 
dôiôsa, trompeuse, plêna, pleine. vâna, vaine, 

fêcunda, féconde. splendïda, splendide. vïcîna, voisine. 



PREMIERE LECLINAISO.N. 

9. Exercice. 

Cr., SS 20. 21. — Déclinaison des noms propres de payf, 
ailes , de fleuves. 

Mettez au datif, à l'accusatif et à ï ablatif, les noms suivants : 

NOMS DE PAYS féminins. 

Gallia, Gaule. Africa, Afrique. Asia, Asie. 

Germânia, Germanie. Itàlia, Italie. Aquitânïa, Aquitaine 

Hispânia, Espagne. Syria, Syrie. Hibernia, Irlande. 

NOMS DILE5 féjninins. 

Corsîca, Corse. Sardinïa, Sardaigne. Sïcilîa, Sicile^ 

NOMS DI-: FLEUVES OU DE RIVIÈRES masculius. 

Gârumna, la Garonne. DrÛentïa, la Durance. Sêquâlia, la Seine, 
Mâtrona, la Marne. Axôna, l'Aisne. Trébia,laTrébie. 

NOMS DR FLEUVES OU DE RIVIÈRES féminins. 

Allîa, l'Allia. Albùla, l'Albula ;Tibre). Môsella (aussi 
masculin), la Moselle. 

10. Exercice. 

Gr., .S 22. NOMS DE VILLES. 

Mettez au génitif, à Vaccusatif et à l'ablatif, les noms de villes suivants t 
.NOMS DE VILLES DU féminin ET DU singulier. 
Alba, Albe. Burdigàla, Bordeaux. Lutëtia, Paris. 
Câpùa,Capoue.Cordùba, Cordoue. Piâcentia, Plaisance. 
Rôiua, Rome. Massilia, Marseille. Sparta, Sparte. 

NOMS DE VILLES DU féminin ET DU pluriel. 
Athënaî, Athènes. PlatiCie, Platée. SyrâcQsa?, Syracuse. 
Bâict», Baies. Cûm«, Cumes. Tbêba^, Thèbes. 
Cyrëna?, Cyrène. Pâtra% Palras. Formia^ Formies. 

11. Exercice. — Gr., §§ 20, 22. 

1" .\naly.scz les mois suivants. Dites : coliimbam, colombe, est l'ace, siug. 
du mot coliiiiil/ii subst. feui. 

columbam. herbas. pnvdam. 

culpâ. Massilia. terra. 

Matr<tnam. procellarum. athlctarum 

bestiarum. Italiâ. statuam. 



SIBSTANTIF ET ADJECTIF 



20 Dites pour chaque mot, les différents cas auxquels correspond sa 
forme et traduisez. 



ancilla. 
querelae. 
Corsica. 
CumaB. 



bestia. 
Syriae. 
athletis. 
Athenis. 



12. Exercice. 
Gr., SS 20, 22. 



Traduise;^ en latin : 

de laservante(^en.). ô athlètes! 

ô (latin : o) colombe ! aux plaintes. 

à la bête. par la jeune fille. 



puella. 
pugnae. 
columbis. 
Matrona. 



aux cigales, 
à une mouche, 
du butin igcn.). 



à un combat. 



pardesjeiinesfilles. aux herbes. 



13. Exercice. 
Gr.,§§20,22. 

Traduisez en latin : 

l'eau («ce). d'Mbeigén.). 



des étoiles igén.). 

par la lune. 

les terres (womm.). 

de la forêt. 

les colombes [no- 

min. et ace). 

à la servante. 
Cyrène [nom.). 
de la Marne (^en.). 
un athlète («ce). 
rherbe(nom.e^«c.). 
de la plante (^é/i.). 
la statue («ce). 
le cocher {nom.). 
le copiste («ce). 



Paris («ce). 

de Syracuse (^e'n.). 

la Sicile [nomin.). 

parla chouette, 
par la colombe. 

aux servantes. 
Patras («ce). 
par la Marne, 
l'athlète [nom.). 
l'ouragan («ce). 
des plantes [ahl.). 
les statues {nom.). 
les cochers («ce). 
parlecopiste(«6Z.) 



les rossignols («0- 
?wm. et ace). 

de l'Espagne, 
aux alouettes, 
à la Marne, 
la Seine {n. etac). 
parlescolombes. 

par les servantes. 
deFormies {abL). 
à la Marne, 
par l'athlète. 

de l'ouragan ((^cn)- 
les plantes («ce). 
deMarseille(«6Z.). 
descochers(^én.). 
descopistes(«6/.). 



PREMIHRE DECLINAISON. 



VOCABULAIRE 
Substantifs féminins l" déclinaison). 



herbâ, ae, herbe. 

terra, se, terre. 

âquâ, ae, eau. 

pugnà, 80, combat, 

prccdil, ae, butin, 

discordiâ, œ, discorde. 

Victoria, ae, victoire, 

glôrïa, ce, gloire. 

NOMS GÉOGRAPHIQUES FÉMININS. 

ae. Gaule. Siciliâ, a?, la Sicile. 

a?, Afrique. Rômà, cB, Rome, 

œ, Asie. LQtëtïà, îe, Paris. 

ADJECTIFS. 

à, um.bon. môdestùs, à, iim, modeste. 

à, um, juste. doctùs, à, uni, savant, 

prôvidus, à, ll m. prévoyant. timidùs, à, um, timide. 
imprôvidùs,à, uni, imprévoyant, dôlôsùs, à, U m, trompeur-. 



bestiâ, ai, bête. 

côlumljti,a3, colombe. 

muscâ, cB, mouche, 

cïcâdâ, cB, cigale, 

forniîcâ, te, fourmi. 

lûpà, a?, louve. 

pùellâ, te, jeune fille, 

ancillâ, a?, servante. 



Galliâ, 
Africâ, 
Asiâ, 

bonus, 
justùs, 



14. Exercice de version. 

Gr.. ii 23. — Règle d'accord de l'adjectif qualificatif. 

Déclinez ensemble en faisant l'accord: 

puolla niodesta, jeune fille modeste, 

causa justa, cause juste. 

Victoria rorta, victoire certaine. 

Massiiia an tiqua, Marseille antique, 

caducaî diviliie, richesses périssables. 

15. Exercice de version. 

Gr., S 24. — Rôglo d'accord do l'adjcolif attribut. 
Traduisez les expressions suivantes: 

Terra est [est) magna. Ira est ra'ca. 

Odora» sunt [sont) viohe. Fecunda est Italia. 
Vana est (pierela. Formica est provida. 

1. 



10 



SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 



16. Exercice de thème. 

Gr., §§ 23, 24. — Règle d'accord de l'adjectif. 

1 La mouche est (est) importune. — 2. L'enfance 
est imprévoyante. — 3. La paresse est nuisible. — 
4. La nature est riante. — 5. L'Afrique est vaste. — 
6. Les muses étaient [erant) savantes. — 7. Les nym- 
phes et les déesses étaient belles. — 8. La victoire 
fut [fuit) incertaine. — 9. Les flatteries sont [suni) 
insidieuses. — 10. Il y a de hautes colonnes [tournez". 
de hautes colonnes sont). 



17. Exercice de version. 
Gr., §§ 23,24. — Règle d'accord de l'adjectif. 

1. Gampania est [est) amœna. — 2. Ssepe delicice 
sunt [sont) perniciosse. — 3 Vipera est venenata. — 
4. Tua Victoria est gloriosa. — 5. Lupa erat [était) 
saucia. — 6. Grfecia est magna pa^ninsula. — 7 Rosa 
est purpurea. — 8. Varia est fortuna. — 9. Dea 
Minerva est docta. — 10. Alae aquilarum sunt rapidœ, 
— 11. Nympha3 erant [étaient) formosa^. — 12. Gleo- 
patra fuit [fut) superba regina. — 13. Africa est 
torrida. — 14. Uva jam erat matura. — 15 Leaenai 
sunt saepe rabidae. 

QUESTIONNAIRE SUR LA DÉCLINAISON EN GÉNÉRAL 



1. A quoi servent les cas? 

2. Comment appelle-t-on l'en- 
semble des cas d'un substantif 
ou d'un adjectif? 

3. N'y a-t-il vraiment que six 
cas en latin? 

4. Par quel cas distingue-t-on 
les cinq déclinaisons? 

5. Quelle est la terminaison 



du génitif singulier pour chacune 
des cinq déclinaisons? 

6. Les trois premières décli- 
naisons r,e comprennent-elles 
que des substantifs? 

7. Les deu.K dernières déclinai- 
sons comprennent-elles, comme 
les trois premières, à la fois des 
substantifs et des adjectifs ? 



PREMIÈRE DÉr.LINAISOX. H 

18. Exercice de thème. 
Gr., SS 25. 30. — Emploi des cas. 

1. Les poètes sont {sunt) la gloire de la Grèce. — 
2. La médecine emploie {utitin^) des herbes [abl.) 
vénéneuses. — 3. La vie sans (sine) les soucis 'ahl.) 
est heureuse. — 4. La reine et les filles de la reine 
étaient [erant) prisonnières. — 5. De grandes richesses 
ne rendent pas [non reddunt) toujours la vie heureuse 
(ace). — 6. L'aigle met en fuite [fugat) la timide 
colombe {ace), — 7. Le courage des Scythes met en 
fuite les Perses. — 8. Autrefois les habitants de l'Italie 
s'appliquaient [dabant operam) à l'agriculture [dat.]. 
— 9. Les pluies excessives furent {fuerunt) nuisibles 
aux vignobles [dat.). — 10. Nous accusons {incusamus) 
souvent la fortune (ace), mais rarement notre négli- 
gence [acc."^. — 11. Il y avait {erant) d'admirables 
statues à Athènes. — 12. La fortune est aveugle. 

19. Exercice de version. 
Gr.. §; 25. 30. — Emploi des cas. 

1. Luxuria est {est) causa inopia?. — 2. ïnsula est 
patria nautarum. — 3. AUe sunt {sont' acpiilis. — 

4. Silva habet {contient) magnam copiam plantarum. — 

5. Dabimus operam {nous nous appliquerons) agricul- 
tura^ — 6. Vioheornant i or;/r?//) terram. — 7. Incola» 
Germania' antiquitus gaudebant {se réjouissaient) 
rapinis. — 8. Geltie non quîerebant (ne recherchaient 
pas) pra'das. — 9. Pruina operit {couvre) tcrram. — 
10. Audacia nautarum fuit {/'ut) causa Victoria?. 



12 SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

20. Exercice de thème. 
Gr., §§ 25, 30. — Emploi des cas. 

1. Les richesses sont [sunt) souvent une cause de 
tourments. — 2. fortune, tu {ne se traduit pas) es 
(es) aveugle et capricieuse. — 3. Le souvenir des 
misères passées est {est) souvent agréable. — 4. Les 
Scythes lançaient {emittebant^ ace.) adroitement les 
flèches. — 5. Les flèches des Scythes étaient {erant) 
meurtrières. — 6. La jeune fille a donné [dédit) des 
roses [ace.) et des violettes [ace.) à la reine [dat.). — 
7. Tu craignais [timebas) pour {ne se traduit pas) ta 
vie [dat.). — 8. Les daims vivent [vivant) dans {in) les 
forêts (abl.). — 9. Tu es venu [venisii) dans {in) ta 
maison de campagne [ace.). — 10. Tu vivras [vives) 
sans {si7ie) soucis [abl.) dans (m) une agréable maison 
de campagne [abl.). 

21. Exercice de version 

Gr., § 3l. — Ordre des mots. 

Traduire mot à mot, puis en français, chacune des phrases suivantes. 

1. Bactrianae terrae natura varia est {est). — 2. Galliae 
terra est fecunda. — 3. Matronœ ripœ sunt {sont) 
amœnae. — 4. Baiarum aquae erant {étaient) calidse. 
— 5. Timidse columbae aquilam fugiunt {fuient). — 
6. In silvam confugit [s enfuit) lupa saucia. — 7. Non 
audis {tu n écoutes pas) dolosas blanditias. — 8. Laetae 
vineae Garumnae ripas tenent {occupent). — 9. Vidi 
{j'ai vu) in Graecia oleas baccis onustas, — 10. In 
Italia vidi villas opulentas et refertas statuis pictisque 
tabulis. 



PREMIRRE DÉCLINAISON. 13 

22. Exercice de thème. 
Gr.,;;;22. 31. 

1. Les comhats sont {snni) agréables à la déesse 
Bellone. — 2. Que [ne se traduit pas) notre vie soit (sit) 
exempte de soucis 1 — 3. Tu emploies ^uteris) bien tes 
richesses abl.]. — 4. Les statues des déesses ornaient 
{ornabanl) les rues et les places publiques de Rome 
et d'Athènes. — 5. Évite (fuge) la paresse, source 
[causam) de nombreuses misères. — 6. J'ai vu [vidi) 
les rives de la Marne. — 7. A Rome, j'ai vu une belle 
statue de Minerve. — 8. La déesse Diane portant 
[gerens] un carquois [ace.) plein de ilèches, se prome- 
nait (ambulahat) dans (in) la forêt [abl.]. — 9. Les 
statues des Muses orneront [ornabant) nos écoles. — 
10. Les jeunes filles aiment [amant) les roses et 
les violettes. — 11. Les colombes sont timides. — 
12. Les plaisirs sont souvent nuisil)les. 

23. Thème. 
Gr. , .S§ 20, 31. — Pre.mière décli.naison. Emploi des cas. 

LA CIGALE ET LA FOURMI 

Une fourmi était {erat) voisine [vicinn) d'une cigale 
>/rt^;.La fourmi disait (rftceôaO ^ la cigale ^pendant](l) 
Véié{xstate) : « [Tu] es [es) imprévoyante et pares- 
seuse. A présent [nunc) la nature est [est] riante ; mais 
bientôt elle sera [erit) moins favorable. La terre pro- 
duit [gignit) à présent des nourritures [escas] variées; 
mais dans [post] quelques [paucos) mois (menses), elle 
sera nue et désolée. A présent tu es enjouée et lu 



(1) Los mots mis outre crochets no doivent pas se tra'luire. 



14 SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

chantes [canis] ; quand {cum) la froide brume cou- 
vrira [operiet] la terre, tu déploreras [ingemisces) ta 
négligence [dat.]; tu imploreras (im/)/om62s) inutile- 
ment notre [nosiram] compassion ; tu accuseras [incu- 
sabis) à tort [immerito) la fortune contraire. Tes plaintes 
seront (erimt) vaines : tu supporteras {lues) la peine 
de ta faute. » 

La cigale n' {7io7i) écouta [audiit) [pas] sa voisine 
Quelque temps après [aUquanto post), elle périt 
[interiit) de misère et de faim («6/.). 

La négligence sera toujours nuisible. 

24. Thème. 
Gr., §§ 20, 31- — Première déclinaison. Emploi des cas. 

LE LABOUREUR 

Le laboureur demeure (habitat) loin (procul a ou ab) 
des discordes [abl.], loin des combats, loin du luxe et 
des plaisirs dangereux. Il dédaigne {spernit) les pier- 
reries, la pourpre, les tables chargées de mets exquis 
[abl.); il mène {agit) une vie («ce.) paisible et exempte 
de soucis. A [sub] l'heure {ace.) de l'aurore, il quitte 
{linquit) la cabane, s'en va {petit) aux champs {agros) 
et donne {dat] [ses] soins à la culture de la terre. Par 
son {ejus] travail, la terre produit (^i^m^ des plantes, 
des raisins, des roses. 

Cependant la paysanne veille {vigilat) dans {in] la 
cabane («6/.), prépare {parât) la nourriture et dresse 
{instruit] la table Le laboureur revient [redit) vers 
{sub) l'heure [ace] du soir [vespertinam) et s'assied 
{recumbil) à table [dat.]. Un dîner frugal comble 
{cumulât) de joie {abl.) le laboureur et sa [ejus) 
famille. 



PREMIERE DÉCLINAISON. 



15 



VOCABULAIRE 
Substantifs masculins (1" déclinaison). 



poétâ, a), 
collëgâ, a?, 
incôlâ, ae, 
accola, a?, 



poète. aurïgâ, fe, 

collègue. agricôlâ, a?, 

habitant. nautâ, se. 

voisin d'un lieu\ SCurrâ, se, 



cocher, 
laboureur, 
matelot. 
boulTon. 

Sylla. 
Porsenna. 



Noms propres. 

Cinn.1, a\ Cinna. Sulla, », 
Nûma, a?, Numa. Porsenna, a?, 

Adjectifs. 

cârùs, à, uni, cher. frigîdùs, à, um, froid. 

môlestûs, à, um, importun, càlidus, à, um, chaud. 

Igetûs, à. um, joyeux, dûrùs. à, um, dur. 

candidus, à, um, blanc. magnûs, à, um, grand. 



QUESTIONNAIRE SUR LA 
Gr..§5 

1. Comment est terminé le 
génitif singulier de la 1" décli- 
naison? 

2. Quels sont les cas du singu- 
lier et du pluriel tfrminésen ae? 

3. Quelle est la terminaison 
du génitif et du datif au singu- 
lier et au pluriel? 

4. Parquelle lettre est terminé 
l'accusatif au singulier? 

5. Par quelle lettre est terminé 
l'accusatif au {)luriel ? 

6. Quelle ditlérence y a-t-il au 
singulier entre le nominatif et 
l'ablatif pour la terminaison? 

7. Lesn<jmsmasculins sont-ils 
nombreux dans la 1" décli- 
naison ? 

8. Cette déclinaison comprend- 
elle des noms neutres? 

9. Les noms de ville du singu- 
lier n'ont-ils pas un "• cas? 



PREMIÈRE DECLINAISON 
20, 31. 

10. Que désigne le locatif? 

11. Mettre Massilia « Mar- 
seille » au locatif.. 

12. De quel genre sont les 
adjectifs quand ils suivent la 
première déclinaison? 

13. L'adjectif qualificatif en 
latin ne s accorde-t-il qu'en 
genre et en nombre avec le 
substantif qu'il qualifie? 

14. A quel cas met-on le sujet 
du verbe et l'attribut du sujet? 

15. A quel cas met-on le nom 
•le la personne ou de la chose à 
laquelle on adresse la parole? 

16. Quel est le principal usage 
de l'accusatif, du génitif, du 
datif, de l'ablatif? 

17. Y a-t-il pour les mots 
latiiisune place rigoureusement 
déterminée dans la prupi>si- 
tion? 



16 



SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 



REVISION DES MOTS PRINCIPAUX 



EMPLOYÉS DANS LES EXERCICES SUR LA PREMIÈRE DÉCLINAISON 



Substantifs féminins. 



dcâ, 


ae, 


déesse. 


linguà, 


ae. 


langue. 


mûsâ, 


se, 


muse. 


porta, 


ae. 


porte. 


pùellâ, 


ae. 


jeune fille. 


ârâ. 


ae. 


autel. 


ancillà, 


ae, 


servante. 


statua, 


ae. 


statue. 


bestiâ, 


ae. 


bête. 


lânâ. 


ae. 


laine. 


âqiiïlâ, 


ae. 


aigle. 


mensâ, 


ae. 


table. 


cïcâdâ, 


8e, 


cigale. 


sàgittâ, 


ae, 


flèche. 


furmïcâ, 


ae, 


fourmi. 


praedâ. 


ae, 


proie. 


terra, 


ae, 


terre. 


pugnâ, ae, 


combat, bataille 


spêluncâ 


ae. 


caverne. 


Victoria, 


ae. 


victoire. 


si ha, 


ae. 


forêt. 


culpâ, 


86, 


faute. 


villa, ae, maison 


de campagne 


pœnâ, 


ae. 


punition. 


àquâ, 


ae, 


eau. 


fâmâ. 


ae, 


renommée. 


herbâ. 


ae. 


herbe. 


causa, 


se. 


cause. 


ripa, 


ae. 


rive. 


âdùlescentïâ. 


ae. 


adolescence 


olëâ, 


ae, 


olive, olivier 


. ïrâ, 


ae, 


colère. 


aurôrâ. 


ae, 


aurore. 


fûgâ, 


ae. 


fuite. 


prôcellà,ae,tempête,OLiragan vïtâ. 


ae. 


vie. 


nâtQrâ, 


9B, 


nature. 


cultura, 


ae, 


culture. 


Ovà, 


ae, 


raisin. 


hôra, 


ae, 


heure. 



Substantifs masculins. 



pôêtâ, ae, poète. aurîgâ, 

collëgâ, ae, collègue. agrïcôlâ, 

incôlâ, ae, habitant. nautâ, 

accola, ae, voisin (d'un lieu), scurrâ, 



ae, 


cocher. 


ae, 


laboureur 


ae, 


matelot. 


ce. 


bouflon. 



PREilItRt DECLINA iSON. 

Noms géographiques. 

Jéminins^. 



17 



Ilàllâ, 


ae, 


r Italie. 


Albâ, 


ae, 


Albe. 


Siciliâ, 


36, 


la Sicile. 


Câpiia, 


as. 


Capoue, 


Rômâ, 


ae. 


Rome. 


Corsicâ, 


ae. 


la Corse. 


Etrûriâ, 


ae. 


rÉtrurie. 


Sardiniâ, 


ae, 


la Sardaigne 


Galha, 


ae. 


la Gaule. 


Spartâ, 


ae. 


Sparte. 


Gra^ciâ, 


ae, 


l.i Grèce, 


Massilià, 


ae, 


Marseille. 


Africâ, 


ae, 


l'Afrique. 


Cordùba, 


ae. 


Cordoue. 


Asiâ, 


ae, 


TAsie. 


Lûtêtia, 


ae. 


Paris. 


Hispânia, 


oe. 


r Espagne. 


Germânia 


.ae, 


la Germanie. 






{du fimiiîin 


et du plurie 


/). 




Cyrên^e, 


àrum, Cyrène. 


SvrâcûSce 


, ârum. Syracuse. 


Athêna\ 


ârum. Ath«np> 


. ThëbiP, 


ârum. Thèbes. 



Noms propres. 
[féminins) 

Diânil, ae. Diane. Clëôpâtnl, ae. Cléopâtre. 

[masculins). 

Numà, ae, Numa. Porsennâ,ae, Porsenna. 

Adjectifs. 

Le féminin seul suit la Première déclinaison. 

bonus, à, um.bon. sauciùs, à, uni, blessé. 

sanctùs, a, uni, saint. oàlîdùs, à, uni,cliaud. 

bÔnignÙS, a, uni, bienvrillam fngidùs, <1, u m, froid, 

justùs, il, uni, juste. vacûùs, a, uni, vide. 

doctÙS, à, uni, savant. plénÙS, à, tini, plein. 

doIÔSÙS, n, Uin, trompeur. lUâtÛrÙS, il. UUl, niùr. 

niodestùs, i1, luu, luodesti- dùbuls, i\, uni, doutoux 

timulÛS, a, nm. tirnidf. certÙS, f», uni, certain, 

dignùs, a, uni, digne, pfiblicfis, <1, uni, pu!)lic. 

cârÙS, a, uni, cher. anULMlCls, a. uni.agréab 

la'tùs, a, uni, joyeux, perniciôsùs, a, uni, funeste. 

nia?StriS, a, tnu, triste. antïqiuls, a, uni, ancien. 



SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 



SUBSTANTIFS MASCULINS 
OU FÉMININS. 



ADJECTIFS MASCULINS. 



NOM. SING. 



GEN. SING. 



11 Q DEUXIÈME DÉCLINAISON 1 





25. Exercice. 








Gr., 


§33. 






Déclinez les subst; 


antifs suivants : 








Masculins. 




Féminins. 


agnus, agneau. 


dôlus, 


ruse. 


alvus, 


ventre. 


aiinus, année. 


discïpùlus, disciple. 


mâliis, 


pommier. 


ânïmus,àme. 


ventus, 


vent. 


pïriis, 


poirier. 


CÏbuS, nourriture, 


, mëdïcus, 


médecin. 


plâtànus, platane. 


ri VU S, ruisseau 


. morbus, 


maladie. 


Ephësus, Éphèse. 


dïgïtUS, doigt. 


mïilus, 


mulet. 


Epirus 


, Épire. 




26. Exercice. 






Déclinez au masculin les adjectifs 


suivants : 






certus, 


certain . 


prôbus, 




honnête. 


doctus, 


savant. 


imprôbus, 


malhonnête. 


dïvïnus, 


divin. 


inclùtus 


j 


célèbre. 


firmus, 


solide. 


pâtùlus, 




étendu. 


crùentus, 


sanglant. 


falsus, 




faux. 


pernïcïôsus, 


pernicieux. 


fidus, 




fidèle. 


hônestus, 


honorable. 


saevus, 




violent. 


inconsultus, 


irréfléchi. 


rôbustus, 


robuste. 


përitus, 


habile. 


flôrïdus, 




fleuri. 


grâtus, 


agréable. 


tùus, 




ton. 


frïgïdus, 


frais. 


antïquus 


M 


ancien. 


invictus, 


invincible. 


finïtïmus, 


limitrophe. 



DEUXIÈME DÉCLINAISON. 4Ô 

27. Exercice. 
Gr.,§ 33. 

1» Déclinez ensemble, en faisant l'accord : 

Robustus mulus. — Morbus perniciosus. — Sae- 
vus ventus. — Medicus peritiis. — Discipulus doctus 

2" De quel genre sont : 

Ephësus? — plàtânus? — pïrus ? — Alvus? — 
Mâlus? 

Traduisez : 

Ephèse célèbre. — Le platane étendu. — Le poi- 
rier fleuri. — L'àme divine. — Le jardin agréable. 

28 Exercice de thème. 
Gr., .S§ 21. 33. — Déclinaison de rosa bonn; dominus bonus. 

1. Les peuples de l'ancienne Gaule étaient [erant] 
braves — 2. Le Ml est \^:st) un fleuve de TÉgypte. — 

3. Les peupliers de ton jardin sont [sunt) élancés. — 

4. L'ombre des platanes touffus est agréable aux 
paysans. — 5. Il y a beaucoup de roses {tournez : des 
roses nombreuses sont) dans {in) ton jardin (abL). — 

6. Les matelots de la Grèce étaient intrépides. — 

7. Il y eut des poètes remarquables {tournez : des 
poètes remarquables furent, fueimnt) dans {in) la 
Grèce antique [abl.). — 8. Le loup affamé disait 
(dicebat) à l'agneau timide : « tu me troubles [mihi 
turbulentam facis, tu fais trouble pour moi) Teau : ton 
audace ne {non) sera {erit) [pas] (l) impunie. » — 9. Il 
y a des élèves laborieux. — 10. Les cèdres du Liban 
sont odorants.. 

(1) I.a particule pas ne doit pas se traduire. 



^BO SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

29. Exercice de version. 
Gr., §§ 21, 33. — Déclinaison de rosa bona ; dominus bonus. 

1. Legati erant (étaient) nuntii victoriae. — 2. Figura 
elephanti equo caUsa fugse est {est), — 3. Deorum 
clementiam et sapientiam Graeci et barbari laudant 
(louent). — 4. Populiis Romanus multis victoriis 
clams fuit (fut). — 5. Tuus hortulus rivo finitimiis 
est. — 6. ScythaB fuérunt (furent) perpétue invicti. 

— 7. Celtae, GallisB populus, Aquitanis erant 
proximi. — 8. Non (ne... pas) numerus copiarum, 
sed constantia causa victoriae est. — 9. Marius et 
Sulla inimici fuerunt. — 10. Agricola est laboriosus. 

— 11. Scurrfe sunt (sont) jocosi. — 12. Ursi sunt 
villosi et sœvi. — 13. Agni sunt timidi. — 14. Exiguae 
fuerunt Graecoruni copiae in (dans) Marathoniâ pugnâ. 

— 15. Habes (tu as) vcruni amicum. 

30. Exercice de thème (Noms d'arbres.) 

Gr., §§ 21, 33. — Déclinaison de rosa bona; dominus bonus. 

1. Le peuplier est (est) élancé. — 2. Il y a beaucoup 
rie frênes (tournez : des frênes nombreux sont sunt) 
dans (in) la forêt («6/.). — 3. L'olivier est agréable à la 
déesse Minerve. — 4. Le bêtre est touffu. — 5. Des 
ifs et des -ormeaux ombragent (obunibrant) la route 
{ace.) — 6. Il y a beaucoup de mûriers en (in) Italie 
{ahl.). — 7. Les platanes étendus donnent [dant] une 
ombre agréable (ace). — 8. Il y a dans ton jardin des 
poiriers et des noisetiers. — 9 Tu tailles (amputas) 
les pommiers et les poiriers {ace.) de ton jardin. — 
10. L'ombre des ormeaux épais est fraîcbe. 



DtlXi:,ME DhXLINAlSON. 



2! 



SUBSTANTIFS NKUTRIiS. 
NOM. SING. 



ADJECTIFS NEUTRES. 

GÉX. SING. 



um 



2^^ DÉCLINAISON suiie). 



31. Exercice 

Déclinez les substantifs neutres de la 

bënëficiuiTi, bienfait. 
vitïum, défaut, 

tectum, toit, 

instrûmcntum, instrument 
pOrîCÙlum, péril. 

verbum, parole. 

priemium, récompense, 

signum, signe. 

mal uni, mal. 

mâluni, pomme, 

mandâtum, commission. 



Gr., § 34. 

n 2« déclinaison suivants 

praeceptum, 

spât'ïum. 

métal lu m, 

plumbum, 

ferrum, 

aurum, 



1 F Cl pie. 

espace. 

métal. 

plomb. 

fer. 

or. 

argenl. 
mônùnientiim, monument, 
spëcùlum, miroir, 
simùlâcrum, image, 
mendâcïum, mensonge. 



Gr.,§34. 



32. Exercice. 

Adjectifs neutres de la deuxième déclinaison. 



Déclinez au neutre les adjectifs suivants : 



amplus, 


ample. 


StllltUS, 


insensé. 


aeternus, 


éternel. 


exigûus. 


petit. 


bellicôsus, 


belliqueux. 


spiltiôsus, 


spacieux. 


firmus. 


ferme. 


plumbéus, 


de plomb. 


périciilôsus, 


dangereux. 


ferrëus, 


de fer. 


bôâtiis, 


heureux. 


aurëus, 


d'or. 


cârus, 


cher. 


argentëus, 


d'argent. 


làtinus, 


latin. 


noxïus, 


nuisible. 


fïdus, 


fidèle. 


magnus, 


grand. 


perfidus, 


perfide 


pu ru s. 


pur. 


nUidus, 


luisant. 


sécûrus. 


en sécurité. 



22 



SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 



VOCABULAIRE 

Substantifs masculins (2° déclinaison). 

hortÛS, ï, jardin. campus, ï, plaine. 

flÛVÏÛS, ïî, rivière, 

fil lus, ïï, fils. 

âvùs. ï, aïeul. 

pôpùlùs(ôbref), î, peuple. 



mûrus. 


ï, nriur. 


ëquùs. 


ï, cheval. 


àsïnùs, 


ï, âne. 


agnùs. 


ï, agneau 



Romùlùs, 



fërùs, 
blandùs. 



Noms propres. 
i, Romulus. FâbïÙS, 



il, Fabius. 



Adjectifs. 

(Le masculin suit la 2« déclinaison,) 
à, um, sauvage. pïÙS, à, um, pieux. 
à, um, caressant, flâvùs, â, um, blond. 



33. Exercice de thème. 

Gr., § 34. — Substantifs et adjectifs neutres de la deuxième déclinaison. 

1. Le bois est [est) dur. — 2. Un long repos n'est 
pas [non est) agréable aux écoliers laborieux. — 3. Le 
temple de Diane était [erat] fameux. — 4. Les bou- 
cliers des Romains étaient (erant) grands. — 5. L'or 
et l'argent sont des métaux précieux. — 6. Le vin est 
un don de la terre. 

34. Exercice de version. 

Gr., § 34. — Substantifs et adjectifs neutres de la deuxième déclinaison. 

1 . Modestia est [est) signum sapientise. — 2. Spatium 
mundi est infinitum. — 3. Pericula nantis nota sunt 
(sont). — 4. Corinthus multa deorum templa habet 
(a). — 5. Prsemia diligentiae discipulis sunt grala. — 
6. Scythaî sagittas, gladios, scuta habent [ont). 



DEUXIEME DECLINAISON. 2^ 



NOM. SING. GEN. SING. 



er 



2^ DECLINAISON 



eriouTi 



SUBSTANTIFS MASCULINS ET ADJECTIFS MASCULINS. 

35. Exercice. 

Gr., § 35. — Déclinaison (\q puer, liber ; ager, pulcher. 

Déclinez sur puer les substantifs suivants : 

armigër, écuyer. Celtibêri (pluriel), les Celtibères. 
dëcemvïr, décemvir. libéri (pluriel), les enfants. 

Déclinez sur liber les adjectifs suivants : 

frûgifër, fertile, lânigér, couvert de laine, mortlfèr, mortel. 

Déclinez sur liber l'adjectif : 

sâtùr, satura, sàtûrum, rassasié. 

36. Exercice. 

Déclinez sur ayer les substantifs suivants : 

arbitër, arbitre, cultër, couteau, lllinistër, serviteur, 
cancer, crabe. câpër, bouc. culûbèr, couleuvre. 

Déclinez sur pulcher les adjectifs suivants : 

crëbër, pressé. rùbër, rouge. nostër, notre. 

mricër, maigre, sdcër, sacré. veslër, votre, 

sinistër, gauche. âtër, sombre, legër, malade, 

pigër, paresseu.v. têlër, horrible, iiigër, noir. 



24 SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

37. Exercice de version. 
Gr., § 35. 

1. Populus laudat {loue) constantiam viri impavidi. 

— 2. Gancris aqua rivorum necessaria est [est). — 
3. In Grsecia erant {étaient) viri docti. — 4. Gedri 
procerse fabris et nantis necessariae sunt {sont). — 

5. Libri nuiltoram poetarum fabnlis sunt referti. — 

6. Magnus numerns ministronim viro modesto 
molestus est. — 7. Audacia multis pueris noxia est. 

— 8. Vir bonus est vere liber. — 9. Pater amat {aime) 
suos liberos — 10. Deus Liber erat alnmnns Sileni. 

33. Exercice de thème. 
Gr.,§35. 
1. Les porte-drapeaux furent {fuerunt) intrépides. 

— 2. Les niaitres n'aiment pas {noyi amant) les élèves 
paresseux. — 3. Il y a {sunl) dans {in) les jardins 
[abl.) et dans les champs des herbes variées et des 
arbustes. — 4. La vache était {erat) rassasiée. — 5. Les 
enfants laborieux sont [sunt) exempts de soucis [abl.]. 

— 6. Les chèvres sont rassasiées. — 7. J'ai vu {vidi) des 
cerfs [ace.) et des sangliers dans [in) la forêt («6L). — 
8. Le jugement des arbitres fut {fuit) équitable. 

39. Exercice. 

Gr., § 36. — Noms de villes. 

Mettez au locatif ei à l'ablatif les noms de villes suivants, du singulier. 

Féminins. ■ Neutres. Neutres. 

Tyrus, Tyr. Agrïgentum, Agrigente. Mëdiolânum, Milan. 

EphësUS,Éphèsc. HerCÙlânum,Herculanum.RhêgïUm, Rhégiuni. 

l,{Qiiez k l'accusatif ei kl' ablatif Iq% noms de villes suivants, du pluriel 
et du masculin : 

Delphi, Delphes. Phïlippi, Philippes. Pompêii, Pompéi. 
Fâlérii, Paieries. Piitëoli, Pouzzoles. Tarquinïi, Tarquinies. 



DEUXIÈME DÉCLINAISON. 25 

VOCABULAIRE 

Substantifs masculins en er, yen. erl, et en er. 
gc^n. ri (2° déclinaison). 

socér, ëri, beau-père. lîbër, brî, livre. 

gënCr, ëri, gendre. mâgistër, tri, maître, 

signifër, érï, porte-aigle porte drapfjQ). cultér, tri, couteau, 

àpôr, pri, sanglier. niinistér, tri, serviteur, 

fâbér, brî, artisan. Alexandôr, dri, Alexandre. 

Substantifs masculins en ir, g en. ri. 
VÏr, ïri, homme 'de cœur^. lévir, ïri, beau-frère. 

Adjectifs en er, gén. ërJ. 

aspèr, éra, ërimi, rude. lîi)ér(ï, long), ëril,ërum, libre. 
tënër, ërâ, ërum, tendre, miser, ërâ, ërum, malheureux. 

Adjectifs en er. yn. ri. 

pïgër, grâ, griim, paresseux, pulchér, chra, chrum, beau, 
nigér, grâ, grum, noir. îegër, grA, griim. malade. 

40. Exercice de thème. 
Gr., 55 36 et 37. — Noms do villes; vocat. sing. en i. 

1. mon {mi) fils, méprise {sperne) les richesses, 
et fuis fnge) les vices. — 2. Mon ami habite [habitat) 
à Corinthe. — 3. A Éphèse, la statue de Diane était 
(era/) remarquable. — 4. Tes écrits, ô Virgile, sont 
[sinit] justement célèbres. — 5. Pompée, ta fortune 
fut {fuit) longtemps prospère. — 6. Ta muse, ô cher 
Horace, charmera [deleclabit) toujours les hommes 
instruits. — 7. Ton glaive, ô Rome, est [est) redou- 
tal)le. — 8. Dieu {/Jcus), ta puissance est infinie. 

2 



26 SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

41. Thème. 

Gr., §§32, 35. —Deuxième déclinaison. 
LE POÈTE 
Le poète chante {canit) la nature admirable, les 
richesses de la terre, la gloire des combats. Il chante 
la vie périlleuse des matelots, féconde [crebram] [en] 
peines {ahl.), le pirate ballotté par les ondes et tour- 
menté de soucis. Il chante aussi les forêts inacces- 
sibles, couvertes de ronces, remplies de frênes, de 
hêtres, d'ormes, et peuplées de bêtes sauvages. Il ne 
passe pas sous silence {non omittit) les champs cul- 
tivés par [ab) le laboureur {ahl.), les bienfaits de 
l'agriculture, les avantages de la vie rustique. Enfin 
il célèbre [célébrât) la gloire de la vraie sagesse et de 
la justice. [Que] les Muses divines soient [sint) favo- 
rables au poète ; [qu']elles lui [eï] donnent ideyit) les 
belles palmes de la gloire; [que] le dieu Phébus soit 
[sii) aussi propice au poète. 

42. Thème. 

Gr., §§ 32, 35. — Deuxième déclinaison. 

LE TEMPLE DE CROTONE 

Le promontoire de Lacinium est [est) voisin de la 
ville de Crotone. Un temple fameux et dédié à la 
reine des dieux est situé sur [in) le promontoire {ahl.). 
Une forêt immense touche [adjacet) au [ad] temple 
[ace.) Elle contient [continet) des peupliers, des 
hêtres, des platanes, des cornouillers, des frênes. Les 
peupliers sont [sunt) élancés. Les hêtres et les pla- 
tanes ont [habent] des rameaux étendus et donnent 
[dant) une ombre agréable. Le bois du cornouiller 
est dur et presque [fere) aussi [tam) résistant que 
[quam] le fer {nom.). Les charpentiers emploient [utun- 
tur) le bois {ahl.) du frêne. 



Il 



DEUXIÈME DÉr.LINAISON. 27 

Non loin {haud procul ab) de la forêt [ahl.' il y a des 
terres [tournez: des terres sont) bien cultivées, pro- 
ductives, bonnes 'pour] les troupeaux de gros bétail 
(rfa/., troupeau de gros bétail, armenium). 

Tous les peuples voisins vénèrent (venerantur) l'au- 
guste déesse ace.) du sanctuaire; de nombreux étran- 
gers viennent {veniunt) de [ex) lieux éloignés [ahl.) au 
[ad) temple de Lacinium. Les autels sont toujours 
chargés (chargé, onustus, a, um' de présents [abl.]. 

43. Thème d'imitation. 
Gr., S; 32. 35. — Deuxième déclinaison (voir Prem. ann. de Latin, p. 1 18). 

LES PEUPLES DE LA GAULE 

Trois [ires] grands peuples, les Belges, les Aqui- 
tains et les Celtes occupaient [tenebant] autrefois la 
Gaule : les Celtes sont appelés [appellaniur] Gaulois 
[dans] la langue des Romains. 

Les Belges habitaient [incolebant) au delà de [trans] 
la Marne [ace] et de la Seine. Les Aquitains étaient 
enfermés [includebanlur] [par] le fleuve [ahl.] [de] la 
Garonne [abl.), les Pyrénées et l'Océan. Les Celtes 
étaient [erant] à la fois voisins des Belges et des 
Aquitains. 

Ces peuples différaient [differebant] entre [xnter] eux 
[se) par la langue et les institutions. La bravoure des 
Belges dans (m) les combats [ahl.) est (es/) célèbre. Ils 
étaient très éloignés [long'issime obérant) des [a) 
Romains, évitaient [vitabaut] la mollesse et l'oisiveté, 
et faisaient (7e?'e6a7U) continuellement la guerre avec 
[cum) les peuples ahl.) barbares do la Germanie. 

Tous {omucs] les Gaulois étaient généreux, justes, 
sobres, passionnés pour {studiosi] les combats [gén.], 
amateurs [avidi) d'éloquence {gén.). 



28 



SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 



44. Thème oral. 

(PnEMIÈRE ET DEUXIÈME DÉCLINAISONS) 

VOCABULAIRE 



éducation, f. Disciplina, as, f. 

enfant, m. Piiè7\ èrî, m. 

enfance, f. Piiêrïtîa, x, f. 

par nature. Nâtùrâ. 

aime. Amat. 

gâteries. Blandïtïse, arum, f. pi. 

et, conj. El. 

oisiveté, f. Dêsîdïa, x, f. 

elle supporte. Fert. 

avec humeur. Impàtïen ter. 

contradiction, f. Offensa, x, f, 

par, pr>ip. Per (ace). 

colère, f. Ira, x, f. 

larmes , f. pi. Làcrïmx , ânim , 
f. pi. 

elle essaie de fléchir. Exôràt. 

nous, pr. pers. Nos. 

trop souvent. Sxpîus. 

la mère, f. Mater. 

ému, part, et adj. Sollîciliis, a, 
um. 

essuie. Absterget. 

obéit. Obtempérât {dal.). 

cette. Ista. 

est. Est. 

détestable, adj. Pessîmûs, a, um. 



nuisible, adj. Noxïiis, a, um. 

pour, prép. In (ace). 

le reste de la vie {tournez : \a 
vie, vita, restant, reliquiis, a, um). 

elle rend. Heddit. 

emporté, adj. Irâcundùs, a, um 

dédaigneux. Fasiîdïôsùs, à, um. 

incapable, adj. Minime aptùs, a, 
uni. 

de, prép. Ad (ace). 

toute. Omnè. 

étude, f. .Stîidïimi, îi, n. 

les Perses, m. pi. Persx, ârum, 
m. pi. 

en, prép. In (abl.). 

Asie, f. Asïa. x, f. 

les LacédérQoniens. m. pi. Ld- 
cèdxmônîi, Î6ru.m, m. pi. 

Grèce, f. Grxcîa, x, f. 

prévinrent. Occurrêrunt. 

public, adj. Publïcus, a, uni. 

austère, adj. Sèvêriis, a, um. 

vice, in. Vîtium, ïi, n. (dat.). 

auxquels. Ad qux. 

sont. Sunt. 

enclin, adj. Prôpensus, a, um. 



L'ÉDUCATION DES ENFANTS 

L'enfance, par nature, aime les gâteries et l'oisi- 
veté; elle supporte avec humeur les contradictions, 
et [c'est] par la colère et les larmes [qu'Jelle essaie 
de nous fléchir. Trop souvent la mère émue essuie 
les larmes et obéit à l'enfant. Cette éducation est 
détestable et nuisible pour le reste de la vie; elle 
rend les enfants emportés, dédaigneux et incapables 
de toute étude. 

Les Perses, en Asie, les Lacédémoniens, en Grèce, 
prévinrent par une éducation publique et austère les 
vices auxquels les enfants sont enclins. 



DEUXIKME DECLINAISON. 



29 



VOCABULAIRE 
Substantifs neutres ^2*^ déclinaison). 

(Le neutre des adjectifs dont le masculin suit la deuxième déclinaison 
se décline sur les substantifs neutres de la même déclinaison). 



aurum, 


[, or. 


prâtum, i, 


pré. 


argentuni, 


i, argent. 


astrum, i, 


astre. 


prOtiiim, i 


l, prix. 


àsylum, i, 


asile. 


dôniim, 


i, don. 


auxilium, iï, 


secours. 


frûmentum, 


[, blé. 


ingénmm, ii. 


caractère. 


frëtum, 


", détroit. 


lilium, ii, 


lis (plante) 


caîlum, i 


, ciel. 


lin téiinî,ëi, rideau, voile de na 


bustum, i 


, bûcher. 


mïrâcùliim, i, 


merveille. 



Noms géographiques neutres. 

Lâtïum, lî, le Latium. Drépanum, ï, Drépane. 

Brundîsium, H, l]rindes;auj. Bruttium, iï, le Brutium, 

Bi'indisi) . 
Dynàchïum, iï, Dyrrachium Pîcênum, i, le Pict'-num. 
(auj. Durazzo . 

45. Exercice. 

Traduisez en latin les noms d'arbres et de métaux suivants, en donnant 
le genre du mot latin. 

cèdre. platane. fer. 

peuplier. frêne. or. 

hêtre. plomb. argent. 

Traduisez par un adjectif latin chacune des expressions suivantes : 

(l'or. — d'argent — de fer — de plomb. 

46. Exercice. Gr . ; 36. 

Traduisez en français les noms de villes siiivants : 



Tyrus. 


Môdiolâniim. 


Plùlippi. 


Kpliôsus. 


Rhêgïum. 


PùtêOli. 


Agrigcritum. 


Dclplii. 


Poniprii. 


Hercùiânnm. 


Knlrrii. 


TaiHiuiMii 

'2. 



30 



SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 



47. Exercice de version. 
Gr.,§§33, 37. 

1. Accedis {tu vas vers) pirum, non ulmum, si 
cupis [tu désires) pira. — 2. Periculosum est [il est) 
adjuvare [d'aider) maleficos. — 3. Audacia nulla est, 
ubi {là ow) nullum periculum est. — 4. Aiiri copia 
non parai [ne procure pas) veros amicos. — 5. Omni 
vitio suum patrocinium est. — 6. Interdum in {à) 
vitium ducit [mène) culpae fuga. — 7. fili, sis vir 
bonus. 



QUESTIONNAIRE SUR LA DEUXIÈME DÉCLINAISON 
Gr., SS 32, 37. 



1. Tout substantif ou adjectif 
qui a le génitif du singulier en i, 
à quelle déclinaison appartient- 
il? 

2. La deuxième déclinaison 
ne comprend-elle, comme la 
première, que des noms mascu- 
lins et féminins? 

3. De quel genre sont, dans la 
deuxième déclinaison, la plupart 
des noms qui ont le nominatif 
du singulier en us? 

4. Donnez trois noms d'arbres 
au nominatif du singulier ter- 
miné en us 

5. Comment sont terminés les 
noms neutres au nominatif du 
singulier? 

6- Quels sont dans templum et 
les autres substantifs ou adjec- 
tifs neutres les trois cas sem- 
blables au singulier et au plu- 
riel? 

7, Quelle lettre caractérise le 
nominatif, le vocatif et l'accu- 
satif pluriel dans les substantifs 
et adjectifs neutres? 



8. Quand un adjectif suit au 
masculin le modèle de dominus, 
quels modèles suit-il au féminin 
et au neutre? 

9. Les adjectifs qui au féminin 
se rattachent à la première 
déclinaison, à quelle déclinaison 
se rattachent-ils au masculin et 
au neutre? 

10. A quel cas soit du singu- 
lier soit du pluriel templum a-t- 
il les terminaisons de dominus ? 

11. Quel est le genre de tout 
substantif en er ou en h\ de la 
deuxième déclinaison? 

12. Le vocatif du singulier, 
dans un nom en er ou en ii\ est- 
il semblable au nominatif? 

13. Comment divise-t-on les 
substantifs et les adjectifs en er 
d'après le génitif du singulier? 

14. Les noms propres de villes 
du pluriel, par exemple Delphi, 
Delphes, ont-ils le cas dit loca- 
tif? 

15. Quel est le vocatif des 
noms propres en ius? 



DEUXIÈME DÉCLIXAISON. 



31 



REVISION DU VOCABILAIRE 



DEUXIÈME DÉCLINAISON 



Substantifs masculins en us. 



agnùs, 


i, 


agneau. 




ânimùs, 


ï, âme. 


àsïnùs, 




âne. 




dôlùs, 


[, ruse. 


ëquùs. 




cheval. 




dïgitùs, 


[, doigt. 


lupus, 




loup. 




cibùs, i 


, nourriture 


mûlùs. 




mulet. 




annùs, i 


, année. 


pullûs, 




pouiet, 


poulain. 


ventùs, i 


, vent. 


filiùs, 


ii, 


fils. 




tlùviùs, ii 


, fleuve. 


âvuncûlûs 


> M 


oncle maternel. 


ri vus, i 


, ruisseau. 


mëdicùs, 




médeci 


n. 


hortus, i 


, jardin. 


pôpùlùs. 




peuple. 




mûrùs, i 


, mur. 



Substantifs féminins en us. 

pôpùlùs (ô /o«^), î, peuplier, cêdrùs, î, cèdre, 
pïrùs, î, poirier. mâlùS, ï, pommier. 

[)lfttanûs, i, platane. alvùs, i, ventre. 



Noms géographiques féminins en us. 

Tyrùs, ï, Tyr. 

iEgyptùs, ï, l'Egypte. 



Ephësùs, î, Éphèse. 
Gorinthùs, i, Corinihe. 



Noms géographiques masculins en us. 

Rhùdilnus, i, i,> Hhôno. 
Pàdûs, i, h' pù. 



Nilùs i, le Nil. 

RllOnÙS. i. le Hhin. 



Noms propres masculins en us. 
Rômùlùs, i, liomulus. Cincinnâtùs, ï, Cincinnaïus. 



32 SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

Noms géographiques masculins, qui ne s'emploient 
qu'au pluriel. 

Delphî, ôrum, Delphes. Pompéii, ôrum, Pompéi. 
Substantifs masculins en er, géji. eri et ri. 

SÔcër, ërï, beau-père. fàber, bri, artisan. 

gënër, ërï, gendre. mâgistër, tri, maître. 

âpër, prï, sanglier. cultër, trî, couteau. 

câpër, prï, bouc. lîbër, brï, livre. 

Substantifs masculins en ir, g en. ri. 
Vïr, VÏri, homme, mari, dëcemvïr, Virï, décemvir. 
Adjectifs en er, era, erum, gén. maac. ërï. 

mortifër, fera, fë ru m, mortel, tënër, nërâ, nëriim, tendre, 
aspër, përâ, përum,rude. lïbër(i/o»^), bërâ,bërum, 

libre. 

Adjectifs en er, ra, rum, gén. masc. ri. 

pïgër, grâ, grum , paresseux, pulchër, chrâ, chrum, beau. 
nigër, grâ, grum,noir. segër, grâ, grum, malade. 

Substantifs neutres. 

aurum, i, or. prâtum, ï, pré. 

argentum, ï, argent, astrum, ï, astre. 

dônum, î, don. auxïlïum, ïî, secours. 

irûmentum,ï, blé. ingënïum, ïi, caractère. 

bustum, ï, bûcher. mïrâcùlum, i, merveille. 

Noms géographiques neutres. 

Lâtïum, ii,leLatium. Mëdïôlânum, ï, Milan. 
Bruttium, iî, le Brutium. Brundïsïum, ïi, Brindes 

(auj. Brindisi.). 



I 



THOISII ME DÉCLINAISON. — GEN. PU R. EN ium. 33 

NOMIN. SING. t'Es. SI.NG. 

^'^v^'rTiwir TROISIÈME DÉCLINAISON 



variable). 

48. Exercice de thème. 



IS 



Gr.. S 42. — Substantifs et adjectifs masculins et féminins en is. 

1. Les bons citoyens aiment [amant la patrie — 
2. Les oiseaux de la forêt voisine ch:irmenl{pei'mul- 
ceni) nos oreilles. — 3. Les épées des ennemis étaient 
(erani) sanglantes. — 4. Les Carthaginois avaient 
(habebant) un grand nombre de navires. — 5. La 
patrie était (era/) chère aux Athéniens. — 6. L'armure 
des Parthes était légère. — 7. Le terrain [locus] du 
combat était uni [lëvis). — 8. Les soins du médecin 
furent ifuerunt) inutiles à Tenfant malade. — 9. Les 
champs de l'Italie sont [sunt) fertiles. — 10. Les Gau- 
lois étaient courageux. — 11. Les ouvrages de la 
nature sont admirables. — 12. Les navires des 
Athéniens étaient légers. 

49. Exercice de version. 

Gr., S 42. — Substantifs et adjectifs masculins et féminins on is. 

1. Finis vita» nostne non est [nest pas) nolus. — 
2. Puellis vestes varia» sunt {sont). — 3. Ovis est {est) 
imbellis. — 4. Divitia» sunt inviste forti viro. — 
5. Nobilis erat {était) gens Fabiorum. — 6. Rhodanus 
amnis est rapidus. — 7. Cannensis pugna populo 
Ilomano fuit (fut) calamitosa. — 8. Humilis est 
murus horti nostri. — 9. Mirabilis est natura apium. 
— 10. Feminis Germanorum crines flavi erant 
{étaient). — H. Aures asini sunt longa» ei villosai. 



o* SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

VOCABULAIRE 
Substantifs masculins ou féminins en is (parisyllabiques). 

cânïs,ïs, ?n. chien;/", chienne, vallis, ÏS, f., vallée. 

nâvïs, ÏS, /., navire. âvïs, ïs, f., oiseau. 

caulïs, ÏS, m., tige. axïs, ïs, m., essieu, 

anguïs, ïs, >n., et /*., serpent, ignïs, ÏS,?n.,feLi(voy. Gr. §49). 

mensïs,ïs, m., mois. tussïs, Ïs, /*., toux (ace. ?'»?). 

pânïs, ïs, m., pain. orJ3ÏS, ïs, m., cercle, la terre. 

testïs, ïs, m., témoin. ràtïs, ÏS, /*., barque. 

Adjectifs masculins et féminins en is, neutres en e. 
mitïs, ?n. f,,é, n., doux, hostïlïs, m. f., ë, n., ennemi. 
pingllïs,?n. /"., ë, w., gras. mùlïebns,7n./'., ë, n., de femme, 
fertïlïs, w. /"., ë, M., fertile, nâvâlïs, m./*., ë, n., naval. 
fictïlïs, m. f., ë, n., d'argile SOllennis,m./'.,ë, n., quia lieu 
fïdêlïs, ?n. /"., ë, n. 5 fidèle. chaque année. 

pûërïlïs,?w./'.,ë, w., d'enfant. tënÙÏS, m. f.,n., ë, mince. 

Noms propres en is. 
AmâSÏS, ïs, m. Amasis, roi d'Egypte (ace. im). 
Martïâlïs, ïs, m. Martial, poète latin du temps de Néron. 
Chârybdïs, ïs, f. Charybde, gouffre entre la Sicile et l'Italie 

(ace. im). 

50. Exercice de thème. 
Gr., § 43. — Substantifs et adjectifs neutres en e. 

1. Les filets sont (^m^) dangereux pour les poissons. 

— 2. Tous les vins ne sont pas (ne... pas, non) doux. 

— 3. Nous avons [habemus) des boucliers légers et de 
pesantes armes de jet. — 4. Tout commencement est 
{est) difficile. — 5. Le loup guette [exploitât) les 
bergeries mal gardées. — 6. Le maître de la ferme a 
visité [invisit) les étables à bœufs. — 7. Tous les bancs 
(banc, sedile) du théâtre étaient {erant) vides. — 
8. Toutes les mers sont profondes. 



TROISIÈME DÉCLINAISON. — GÉN. PLLH. EN ium. 35 

51. Thème latin. 

Gr., § 43.-- Substantifs et adjectifs neutres en e. Révision de la prcniièro 
et de la deuxième déclinaison. 

csà. /'., rose. dômïnùs. »»., maître, templum. >*., temple, 

pûèr. m., enfant. àgër. m., champ, aurïs, /"., oreille. 

£orti5,m.et/'..fOQrïgfDi,coarJîfa^r cûbïlë, ?>«., lit. forte, m. , courageux. 

LE HÊTRE ET LE POIRIER (Fable). 

Le hêtre des forêts disait (dicebat) au poirier d'un 
verger voisin : admire [mirave] le feuillage ace. , les 
branches, le tronc d'un hêtre. [Je] suis [sunij Torne- 
ment des forêts. Le laboureur quittant (linquens) la 
charrue et le sillon du champ, goûte (fruitur) sous 
{sub) mes branches [ahl.) le doux repos [abl.) et le 
sommeil salutaire. [Je] recois {recipio) sous mon vert 
feuillage le cheval, la vache, la brebis, la chèvre. 
Je] protège (protego) de mon ombre épaisse les 
herbes et les plantes. 

Toi {tu) [tu] vis {vivis) prisonnier, ô malheureux 
poirier, dans [iti) un jardin [abl,], entre {inira] des 
murailles (ace). La gelée blanche, les vents violents, 
les longues pluies te (tibi) font du mal {uocent). En 
hiver [hiemé] tu] es [es) malade et chétif. Le paysan 
touché de compassion recouvre [iegit] de chaume 
abl.) ton tronc et tes rameaux. Au contraire' la 
rigueur du climat [cxli dur'it'm) n'incommode pas 
[non Ledit j le hêtre robuste. En vain- les vents 
-se déchaînent [sœviunt) contre {iu) toute la forêt 
'ace ]. Mon tronc tient bon [stat) ; mes rameaux 
sont [sunt) intacts; [je] me moque {contemno) [dej 
la violence [ace.) des tempêtes. 

1. Au contraire. Verum, au comnionocment de la phrase; ou 
vero, après un mol. — 2. En vain, frustra. 



36 



SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 



VOCABULAIRE 

Substantifs neutres en e {très peu nombreux). 

{Parisyllabiques.) 



rétë, ïs, filet. missile, ïs, 

conclave, is, chambre. mârë, ïs, 

praesepë, ïs, parc (pour les bestiaux), mônilë, ïs, 

bùbilë, ïs, étableàbœufs. Ôvilë, ïs, 

sùïJë, ïs, porcherie. sëdilë, ïs, 

Substantifs féminins en es. 



arme de j^t . 

mer. 

colher. 

bergerie. 

sièsre. 



nûbés, 
clâdês, 
famés, 
vâtës, ïs [masc. et fem.), devin, devineresse. 

Substantifs masculins et féminins en er. 



is, nuage. 
ïs, défaite. 
ÏS, faim. 



Strùés, ïs, monceau, amas. 
rûpês, ïs, rocher. 
vulpês, ïs, renard. 



pâtër, tris, m., père. 
frâtër, trïs, m., frère. 
mâtër, trïs, /"., mère. 



lintër, trïs, /"., barque. 
imbër, brïs, ?w., pluie, 
venter, tris, ?n., ventre. 



52. Exercice de version. 
Gr., §43. — Substantifs et adjectifs neutres en e. 



1. Nidi sunt [sont) cubilia avium. — 2. Periculum 
commune saepe causa amicitise est (est). — 3. Longum 
et grave erit {sera) bellum. — 4. Omnes terrae et 
omnia maria Romanis patebant (étaient ouvertes). — 
5. Feminœ pavidse discurrebant [couraient de différents 
côtés) per (à travers) omnia conclavia. — 6. Lupus 
jejunus mûàidi^ sivnii [dresse) oXvcwm [autour de) ovilia. 
— 7. Praeneste erat oppidum célèbre Latii. — 8. Cer- 
vus incautus in [dans) retia decidit [tomba). 



•BP- 



TROISIKMK DtCLl.NAlSON. — Gt.X. TLIR. EN iuill- 37 

53. Exercice de version. 
Gr.. § 44. — Substantifs et adjectit's en er. 

1. Pisces sunt (sont) cibus saluber. — 2. Omnes 
aquilœ acribus oculis sunt pra?ditœ. — 3. Noster 
nortus est (est) fertilis salubrium herbarum. — 
4. Equi Gallorum parvi sed alacres et celeres erant 
(étaient). — 5. Pugna equestris Gallorum et Roma- 
norum acris fuit {fut). — 6. Exigua? lintres in [sur) 
uiari Ihictuant {flottent]. — 7. Nonnunquam agricola 
votis imbrem vocat {demande). — 8. Vir sapiens ventri 
non serviet {ne sera pas asservi). — 9. December 
niensis est frigidus. — 10. Accipiter rapit {enlève) 
unguibus imbelies columbas. — 11. Xovember 
niensis est pluviis creber. 

54. Exercice de version. 
Gr.. § 45. — Substantifs féminins en es. 

1. Ventus nubes in {dans) cœlo movet [met en mou- 
vement). — 2. Sunt {'d y a) in {dans) Helvetia rupes 
aitto et ardua». — 3. Clades Salaminia Xerxi et Persis 
fuit {fut) turpis et luctuosa. — 4. Stultis acuit {aiguise) 
ingeniuni famés. — 5. Panas a^des sibi {pour soi. pour 
lui fuiulabat {bâtissait) Socrates. — 6. Pausanias, ab 
epboris exagitatus, confugit {s'enfuit) in {dans) aedem 
3Iinorvai. — 7. Hispanonim opes tarant rtaienf, consis- 
taient < in magna copia ovium. — 8. Agricola liabet («) 
magnam sirucm pomorum et prœsertim uvarum. — 
9. In ca^lo sunt atra» nubes. — 10 Xioba, mater 
septem tiliorum et seplem tiliarum, crat \^etail) su- 
perba. 

EXEI»:. IA.T. CL. 1>F. 6" F.r 5*. 3 



;^8 SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

55. Exercice de thème. 

Gr., §§ 45 et 46. — Subst. fém. en es ; — subst. neutres en al ou en ar. 

1. Les autels du temple de Delphes étaient {evunt) 
chargés de présents. — 2. Le daim et le cerf sont 
[mni) des animaux agiles. — 3. Le renard avide de 
proie [gén.) dresse des embûches {sirmi insidias) aux 
poules et aux colombes. — 4. La cigogne, oiseau 
voyageur, se moqua (delusit) du renard malicieux 
{ace). — 5. Une masse de noirs nuageseffraya {terruiî) 
les matelots. — 6. Dans {in) la bataille {abl.) de 
Cannes, il y eut {tournez : fut, fuit) un grand massacre 
de Romains. — 7. La copie du testament était {erat) 
exacte. — 8. Tous les animaux aiment {amant) la vie. 
— 9. Les éperons excitent {incitant) le cheval pares- 
seux. — 10. ïu éviteras {effugies) les jugements des 
tribunaux, mais non [ceux] de ta conscience. 

56. Exercice de version. 

Gr-, §§ 47, 48, 49. 

1. Fida canum custodia défendit {protège) agnos 
et oves ab {contre) insidiis luporum et vulpium. — 
2. Acres sunt {sont) animi juvenum. — 3. Honos 
senum in populo Lacedsemoniorum erat {était) 
magnus. — 4. Senes, feminse, liberi Carthaginiensium 
in oppidis tuti non erant {n étaient pas). — 5. Multa? 
herb« mitescunt {deviennent tendres) igné. — 6. Ignis 
lucet {brille) in {sm^) altaribus. — 7. Mature pueri sint 
{que.., soient) assueti tolerare {supporte^') famem et 
sitim. — 8. Catapultas et balistœ dejecerunt {abat- 
tirent) arduam turrim et mœnia oppidi. 



TROISIEME DFXXINAISON. — GEN. PLIR. EN lUm 



30 



57. Exercice de thème. 
Gr.. .^5 47, 48. 49. 

1. Les conseils des vieillards sont [siuitj utiles. — 
2. Le mauvais fils ne craint pas {jwn timel) le châti- 
ment du père sévère. — 3. Les guerres sont odieuses 
aux mères. — 4. Tes lettres sont agréables à mon 
frère. — 5. Les brebis timides sont gardées {cusio- 
diuntur) par (a) le chien fidèle «6/.;. — 6. Le capi- 
taine du vaisseau se tenait [stabatj sur (in) la poupe 
[ahl.,. — 7. La concorde entre les frères [tournez: 
des frères) est est) douce. — 8. 3Ioii ami souffre 
{laljorat) de la fièvre [ahl., et de la toux. 



QUESTIONNAIRE 
Gr., §§ 38, 49. — Troisième déclinaison [noms j.arisytlabiques). 



1. Quel cas sert à classer les 
substantifs et les adjectifs de la 
y déclinaison? 

2. Que faut-il entendre par 
substantifs et adjectifs parisyl- 
labiques et par substantifs et 
adjectifs imparisyllabiques ? 

3. Comment sont terminés au 
nominatif sin^rulier les substan- 
tifs et les adjectifs parisylla- 
biques du gem-e masculin ou 
féminin? 

4. Cfjmment sont tormirjésau 
nominatif singulier les substan- 
tifs et les adjectifs )>arisylla- 
biques du penn; neutre? 

5. Quelle dilTérence y a-t-il 
entre la déclinaison de la plu- 
part des substantifs parisyllabi- 
ques en is et celle clés adjectifs 
parisyllabiques eu is ? — La 
déclinaison de imher diffère-t- 
ello beaucoup de celle de auris? 

6. Quel est au singulier le no- 



minatif féminin ainsi que le nomi- 
natif neutre des adjectifs dont le 
nominatif masculin au singulier 
est en er ? 

7. Déclinez au singulier et ar. 
pluriel acer^ acris, acre. 

8. Donnez quatre substantifs 
féminins au nominatif et au 
vocatif du singulier en es; aux 
autres cas, ces substantifs se 
déclinent-ils comme auris? 

9. Décline-t-on d'après cubile 
les substantifs neutres au no- 
minatif singulier en al ou 
en ar ? 

10. Doimez les principaux 
substantifs parisyllabiques du 
genre masculin <ju féminin qui 
ont le génitif pluriel en um. 

11. Parmi les substant ifs />«;•/- 
syltubiques en is, y en a-t-il beau- 
coup qui aient l'accusatif singu- 
lier en im et l'ablatif singulier 



40 



SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 



58. Texte à apprendre par cœur. 
VOCABULAIRE 



C-âto,ô?u'5,n.pr. M.PorciusCaton. 

affëro, affers, attiilî, allâlum, 
afferre, tr. Apporter. 

quidam, quaedain, quoddnm et 
quiddam, adj. et pr. indéf. Un cer- 
tain. 

diês, ei, m. Joar. 

in, prép. Dans. 

cûrïâ, a?, f. Assennblée du Sénat. 

prœcox, côcis, adj. Mûr avant le 
temps. 

ficus, ûs et l, f. Figue. 

et, conj. Et. 

ostendo, is, tendi, tendère, tr. 
Montrer. 

Patres, um, m. pi. Les sénateurs. 

quando, adv. Quand. 

pûto, as, âvi, âtian, are, tr. Penser. 

inquït, V, dét. Dit-il. 

hic, hsec, hoc, adj. et pron. Ce, 
cet; celui-ci, ceci. (Voy. Gr., p. 62.) 

pômum, î, n. Fruit. 

demptus, a, um. part. p. dedëmo, 
îs, dempsi, demptum, ère, tr. Cueillir, 
détacher. 

ex, prép. (e, dev. une voyelle). 
De, hors de. (Voy. Gr., p. 148.) 

arbôr, ôris, f. Arbre. 

conclâmo, as, âvi, àtum, are, tr. 
et intr. S'écrier ensemble. 



rëcens, entis, adj. Fraîchement 
cueilli. 

sum, es, fixï, esse, intr. Être. 

atqui, conj. Eh bien. 

scio, Is, scîvi, scUum, sclre, tr. 
Savoir. Scitôlè, sachez. 

ante, prép. Avant. An te diem 
tertium, le troisième jour avant, 
c.-à-d. il y a trois jours. 

Carthâgo, înîs, f. Carthage. (Voy. 
Gr., § 202.) 

dëcerptûs, à, um, part. p. de 
dëcerpo, is, decerpsi, ptum, père, tr. 
Cueillir. 

tara, adv. Autant, aussi, si, tel- 
lement. 

prôpe, adv. Près; près de. 

a, prép. (Voy. Gr., p. 11-S.) 

mûrùs, i, m. Mur. rempart. 

hâbëo, es, bal bitum, ère, tr. Avoir. 

hostïs, is, m. Ennemi. 

stâtim, adv. Aussitôt. 

sumptus, à, um, part. p. de sùmo, 
ïs, snmpsi, sumplum, sùmere, tr. 
Prendre, ici, entreprendre. 

tertïus, à, um, adj. num. Troi- 
sième. 

Pûnïcus. «, um, adj. Punique, 
Carthaginois. 

bellum, î, n. Guerre. 



UNE FIQUE CAUSE LA RUINE DE CARTHAGE 

Cato attiilit quodam die in curiam prsecoeem ficnm, 
et ostendens Patribus : « Quando putatis, inquit, hoc 
pornum demptum ex arbore ? » Patres conclamave- 
runt ficum recentem esse. « Atqui scitote, inquit Cato, 
ante diem tertium Carthagine decerptum {s.-ent. 
esse)(l) : tam prope amurishabemushostem.» Statim 
sumptum est tertium Punicum bellum. 

(D'après Pline, Hist nat.^ XV, xviii.) 



(I) Pour ces tournures : recentem esse, decerptum esse. Voy. Gr., §§ 
220. 



219, 



TROISIÈME DEr.LI.NAISON. 



(.K.N. PLLn. IN ium. 



VOCABULAIRE 
Substantifs mssculins et féminins {iniparisyllahiques). 

pars, partis, /"., part, partie, nox, noclis. f., nuit, 

grex, //î^^^r/'^, m., troupeau. niix, mais, f., noix. 

Cervix, vlcis, /*., demèredelalète. ftpex, ïcis, m., sommet. 

Sîilix, ïcis, /•., saule. nex, yiècis, /"., morl violente. 

silex, Tc/^, 7n., caillou. lux, lûcis, f., lumière. 



Adjectifs {iinpan'syllabiques). 

multiplex, plïcis, multiple. 
mendax, àcis, menteur, 
infëlix, K2S, malheureux. 



récens, entis, récent. 

râpax, àcis, rapace. 

procax, àcis, turbulent. 

ft^rax, àcis, fertile, fécond. ïnops. 



pervirax.Àc/^, entêté. 



fallax. 



ôpis, indigent. 
àcis, trompeur. 



59. Exercice de thème. 

Gr.. ï 51. — .Substantifs et adjectifs imparisyllabiques. 

1. Le sanglier met-en-fuite (fugat) ses ennemis 

[avec] ses terribles défenses 2. Certaines (quidani) 

sources sont {sn7U) toujours froides. — 3. Les rats sont 
naturellement craintifs. — 4. Les pluies sont rares 
sur {i7i) le mont Vésuve 'ahl.) situé près (prope) de la 
ville de Xaples {ace). — 5. Beaucoup de parties f/o/n- 
?je3.- des parties nombreuses) de la terre furent (/i/e/î//i/) 
inconnues aux Grecs et aux Romains. — 6. Les enfants 
des Lacédémoniens étaient ierani) hardis et prompts- 
à-la course. — 7. Une masse de hautes montagnes 
sépare [sejungit) la Gaule de [nïA l'Italie {ahl.\ — ^. De 
hautes murailles entouraient [cingrbant] lescitadrlles 
des villes grec(iues. 



'*- SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

60. Thème latin. 

Gr., § 51. — Noms et adjectifs imparisyllabiques. 

Un vieillard marchait {mcedebat) sur {in) une route 
iabl.) avec (cum) son âne {abL). Tout à coup, des voleurs, 
avides de butin, sortent (erumpunt) d\ex) une embus- 
cade {abL); ils mettent-en-fuite (/"w^anO le vieillard et 
emmènent [abducunt] la bête. L'âne n'accusait pas 
[non incusabat) le destin : il avait changé [mutaverat) 
[de] maître, mais non de condition. Il travaillait 
[laborabat) dès {ab) l'aurore («6/.) jusqu'à [iisque ad) la 
nuit; il-se-nourrissait {vescebatw) de chardons {abL), 
de paille et de l'herbe des prés. Il ne portait pas [non 
portabat) double bât, et endurait {sustmebai) tran- 
quillement sa nouvelle servitude. 

Tous les maux sont {sunt) légers par la patience. 

61. Exercice de version. 
Gr., §§51. 52. — Noms et adjectifs imparisyllabiques. 

1. Hieme [en hiver) spatium noctium est [est) lon- 
gum. — 2. Mustelarum et murium pugna est celebris 
in {da)2s) fabulis. — 3. Athenae erant {étaient, était) 
sedes et domicilium litterarum et bonarum artium. 
— 4. In {sur) fronte Dianae figura lunse est. — 5. In 
silva milites fecerunt {ont fait) caedem ligni et fron- 
dium. — 6. In patriâ nostrâ est copia autiquarum 
arcium. — 7. Templuin Dianae in urbe opulenta Asise 
aedificium mirabile fuit {fut). — 8. Alcibiadi adules- 
centi nobili Athenienses imperium classis dant {don- 
nent). — 9. Athenae florebant {fleurissaient) bonis legi- 
bus. — 10. Voluptas est saepc homini perniciosa. 



TROISIHME DECLINAISON. — GEN. PLLR. EN Um. -io 

62. Thème latin. 
Gr., § 52. — Noms et adjectifs imparisyllabiques. 

L'Egypte fut {fuit) dans l'origine la demeure des 
dieux. Elle a toujours été [construisez : elle-a-été, fuit^ 
toujours) un pays naturellement fertile, bien cultivé, 
riche et commode. Le sol est [est) uni. le ciel est pur 
et sans isine) nuage abl. . Autrefois le nombre des 
villes était ''e)'nt considérable. Chacune (qucTqite) avait 
[habebat) des temples magnifiques, de superbes palais, 
de colossales statues et des colonnes immenses. Les 
Grecs et les Romains avaient vu [viderani) seulement 
les ruines de Thèbes. Tous les auteurs de l'antiquité 
ont célébré {celebraverunt) la grandeur et la magnifi- 
cence de cette (illius) ville : les cent portes de Thèbes 
sont (sunt) fameuses. 

Les Égyptiens perfectionnèrent (excoluerunt) la 
médecine et l'agriculture. De bonne heure ils obser- 
vèrent [notaverunt) les astres et distribuèrent [distri- 
huerunt) l'année en (in) parties égales [ace], et, de 
plus, fondèrent [condiderunt] des bibliothèques pu- 
bliques. 

Les Égyptiens étaient [erant) justes, polis, affables, 
bienveillants pour les étrangers, dévoués à la patrie. 

63. Exercice de thème. 
Gr.. !: 56. — Noms ot adjectifs imparisyllabiques. 

1. Romulus fut [fuit) le premier roi des Romains. 
— 2. Les lions de l'Afrique sont [sinU) terribles. — 
3. Les rois et les bergers sont égaux après (post) la 
mort 'ace.'. — 4. [Que ' les juges soient [siut) justes et 
humains. — 5. Le temple d'Apollon de Delphes était 
(r'm/) magnifique. — 6. Les arbres de la forêt donnent 
[dant) une ombre agréable. — 7. Carthage fut une 



44 SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

cité puissante. — 8. La servitude est {est) insupportable 
à l'homme de cœur (homme de cœur, vir foriis). — 
9. Les lois sont utiles aux hommes. — 10. Les champs 
sont verts [pendant] l'été («6/.). 

64. Exercice de version. 
Gr., § 56. — Noms et adjectifs imparisyllabiques. 

l.Varii sunt {sont) colores et odores florum, — 
2. Multi reges Macedoniim fuerunt {furent) bellicosi. 

— 3. Sermo Latinus viris doctis est {est) notus. — 

4. Alaudse pastoribus et agricolis sunt jucundae. — 

5. Purus est ros cseli. — 6. Labores hominibus pigris 
sunt molesti. — 7. Rari sunt fontes in solitudinibus 
Africœ, — 8. Invictos facit {fait] homines concordia. 
9. Graves ligones, vomeres ponderosi, boves saturi 
sunt utiles agricolis. — 10. Sludium ingenuarum 
artium emollit {adoucit) mores> 

65. Exercice de thème. 

Gr., § 57. — Noms et adjectifs imparisyllabiques. 

1. Beaucoup de fleuves {tournez : des fleuves nom- 
breux) ont {habent) des rives étroites. — 2. Le miel et 
le lait sont {sunt) la nourriture de beaucoup de nations. 

— 3. Les noms de beaucoup de villes grecques sont 
célèbres. — 4. L'avarice a été {fuit) la cause de beau- 
coup de crimes. — 5. Les traités des Romains n'étaient 
pas {non erant) solides. — 6. Les blessures de nos sol- 
dats étaient {erant) graves. — 7. Les poèmes d'Homère 
sont beaux. — 8. Les Scythes avaient {habebant) 
beaucoup de troupeaux. — 9. Les astres sont connus 
des marins (^/a^) habiles. — 10. Tous les ouvrages des 
hommes sont périssables 



TROISIÈME DÉCLINAISON. — GF.N. PLI .T. F.N Um. 4o 

VOCABULAIRE 
Substantifs masculins ou féminins [impansyUaH'/urs]. 

mens, cniis, f., esprit. rôs, rôris, m., rosée. 

lépùs, pôris^ m., lièvre. sangllïs, ïuis^ ?n., sang. 

lépÔS,/;d?'/5, w., jrràce, agnnient. SOTS, sortis, /"., sorl.fonditior 

làbor, ôm, m., travail, frons, ontis, ^, front. 

pàlûs, iidis, f.j marais, frons, ondis, /:, feuillage. 

pës, pèdis^m., pied. nêpûs, ôlis, m., neveu, 

voluptâs./à/is,/'., plaisir. Cinis, uèris, m., cendre. 

Adjectifs imparisyllabiques). 

frëqiiens, eniis^ fréquent. peuplé, victor, Oris, vainqueur, 

frondcns, e;?/i.ç, feuillu. dêsës, sïdis, oisif. 

COnstans, /fl;ï/î5, persévérant, (lilïgens, eniis, alienlif.soignrux. 

particeps, c//)/5, qui participe, libens, enlis, qui agit de 

sollers, ertis, habile. son gré. 
supplex, plïcis, suppliant. prœceps, cïpïtis, qui toml.e la 

mènior, oris, qui se jou\ieiii. tê:e la première. 



66. Thème latin. 
Exercice sur les trois premières déclinaisons. 

La Seytliie est (est) contiguC' au Pont-Euxin, aux 
monts Riplices, au fleuve i^du^ Phase. 

La terre est peu fertile, elle est ingrate par nature, 
et les habitants la cnm) cultivent [exercent) médiocre- 
ment. Cependant les contrées voisines du Tanaïssont 
[sunt) bcmnes pour le labourage et riches en blé. 

Les Scythes n'ont pas [)wn habenl) de demeuies 
fixes; ils se passent [non egmi] de toits uhl.]\ ils sont 
nomades et font paitre {pascunl) de coté et d'aulre 

3. 



46 SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

[passim) des troupeaux de gros et de petit bétail. Ils 
errent {vagantur) à travers [pei^) des déserts immenses 
{ace.) dans [in) de lourds chariots {abl.). Cette (hœc) vie 
sauvage et libre plaît (placet) non seulement aux 
hommes, mais encore aux femmes et aux enfants. Ils 
méprisent [œntemnunt) Tor et l'argent; ils jugent 
[exisiimant) ces [ea] métaux inutiles aux mortels. 

Ils pratiquent [colunt) la justice par la force de la 
nature et de l'habitude, et non [nec) par la crainte 
des lois; le vol est pour eux [eis) un crime capital. 
Les vertus de ces (/io?'w/n) barbares sont remarquables. 

67. Version. 

Exercice sur les trois premières déclinaisons. 

PRODIQES SURVENUS PENDANT L'ENFANCE DE MIDAS 
ET DE PLATON 

Prodigium evenit {arriva) puero Midae, qui fuit {fut) 
postea rex Phrygiœ. Dormienti [à Midas dormant) for- 
miez in os grana tritici congesserunt {entassèrent). 
Parentes ostento moti {étonnés) consuluerunt {consul- 
tèrent) hariolos, qui {lesquels) responderunt {répon- 
di7^ent) -.«Omnes mortales ille {cet enfant) divitiis supe- 
rabit {surpassera). » Nec {et... ne... pas) vana prœdictio 
fuit. Nam Midas cunctorum psene regum opes abun- 
dantiâ pecuniae antecessit {surpassa). 

Formicis Midœ merito apes Platonis pra^ferendae 
sunt {sont). Apes enim mel inseruerunt {introduisirent) 
in {dans) labella Platonis parvuli in curii^ dormientis 
(dormant). Interrogati prodigiorum interprètes dixe- 
runt {dirent)'. (< Singularis eloquii suavitasore ejus {de 
lui) emanabit {découlera),^) 

(D'après Valère Maxime, I, vi.) 



TROISIÈME DÉrLI.NAISON, — GF.N. PLIR. EN Um. 47 

68. Thème latin. 

Exercice sur les trois premières déclinaisons, particulièrement sur les 
paradigmes suivants : 

aurls, /., oreille. cûbilë, u., lit. vulpês /.. renard. 

urbs, /"., ville. dux. w.. général. fulgûr. u., éclair. 

LE RENARD 

Le renard est [est] fameux par ses ruses et il est 
digne de sa réputation (abl.). 

Il est fin, circonspect, ingénieux et prudent, et se 
procure {sibi parai) sa nourriture par son adresse. 

Il est vorace et carnassier ; il mange [comedit) 
avidement des œufs, du lait, du fromage et même des 
raisins. 

Il est friand' de tous lesoiseaux, surtout des perdrix, 
des cailles, des levrauts et des lapins. Lorsque [cum) 
le gibier délicat^ lui(ej) fait défaut f/g/?<??Vi, il poursuit 
[venatur) les rats {ace ), les mulots, les serpents, les 
lézards, les crapauds. 

Il est avide de miel; il attaque {insectadir) les 
abeilles sauvages [acc.\ les guêpes, les frelons; en 
vain ces [ca) animaux se [se) défendent [defendiint) 
par [leursj aiguillons. 

Le renard triomphe {vincit) presque toujours^ ^le] 
ses ennemis (rtcc.;; maitre [polita) du guêpier [abi:, il 
mange le miel et la cire. 

Il prend (captât, aussi les hérissons, le poisson, les 
écrevisses, les scarabées et les sauterelles. 

Le renard est assez semblable à l'homme piMub'iit. 
habile, rusé et médiocrement honnête. 

(D'après Buffon.) 

1. Kriami, avicius, a, um (régit le prénilif). — 2. Délicat, c.rqui- 
situs,a, inn. — 3. Pn'S(|ue toujours, c'est à dire le plus souvent, 
ordiiiaireineul, /)/erMW(7i/e. 



48 SUBSTAMIF ET ADJECTIF. 

69. Version. 

Exercice de récapitulation. 

VULPES ET CICONIA 

Vulpes quondam ciconiam ad (à) cenam vocavit 
(invita). Cibos ad {d'après) suam, non ad hospitis 
voluntatem parabat {il préparait) ; cibi omnes odiosi 
erant {étaient) consuetudini ciconiae. Mox ciconia 
revocat [invite à son tour) vulpem. In {sur) mensa 
erant magnae lagœna} ciboriim plense. His {dans ces 
bouteilles] rostrum inserens {introduisant).^ ciconia 
famem et sitim sedat (a/)a^5e), vulpes sine cibo accu- 
bat {est à table). 

Ita dolosum animal luit {subit) pœnas maleficii. 

(D'après Phèdre.) 

70. Thème. 

Exercice de récapitulation. 

Les Aborigènes^ h\rent{fuerunt)\es premiers habi- 
tants du Latium. Ils étaient {erant) incultes, gros- 
siers, adonnés^ à l'agriculture, mais ni barbares, ni 
cruels. Saturne fut {fuit) le principal roi des Abori- 
gènes, et il gouverna [rexit) longtemps les cités du 
Latium. Il fut d'une grande justice, exempt d'ambi- 
tion, nullement avide de vaine gloire. Sous {sub) 
Saturne [abl.]^ tous les hommes étaient libres et 
égaux ; tous les biens étaient communs ; il n'y avait 
{erant) ni riches ni pauvres, ni maitres ni esclaves. 
Le souvenir de ce {hujus) temps heureux était (er 
cher aux Romains. En l'honneur {in honorem) de 
Saturne ils instituèrent {instituerunt) les Saturnales'. 
Pendant [per) ces {eas) fêtes {ace) les esclaves pre- 
naient place à table [accumbebant) avec {cum) leurs '^ 
maitres [abl.); les avocats ne venaient pas {non venie- 




TROISIEME DKCLl.NAISO.N. — GhN. i'Ll H. EN UDl. 40 

bant\ au {in) forum'" [ace], les écoles étaient {eranlj 
fermées. 

1. Aborigènes (les premiers habitants d'un ^diyi],Aborigi?ies, um, 
jj^ pi, _ 2. Adonné, deditus, a, iim (régit le datif). — 3. Les Sa- 
turnales revenaient annuellement le 16 des calendes de janvier, 
17 décembre. — 4. Leurs, suis. — 5. Dans le principe, les magis- 
trats, chargés de rendre la justice, siégeaient dans le forum. 



71. Exercice de thème. 

Gr., § 58. — Déclinaison des adjectifs, particulièrement de ceux 
qui se déclinent comme vêtus. 

1. Il y a {suïit) des hommes pauvres dans 'm) les 
villes [ahl., florissantes. — 2. La vie de Thomme riche 
n'est pas (non est) exempte de soucis. — 3. Les 
ouvrages des écrivains anciens sont {sunV' remplis de 
nobles pensées. — 4. Après [post) la victoire [ace.) les 
soldats participent [sunt participes) au hulin {gén.). — 
5. Les chiens sont les gardiens vigilants de la ferme. 

— 6. Le vin vieux est (est) salutaire aux vieillards. — 
7. ^Que] les hommes riches soient (sint) bienfaisants 
pour les hommes pauvres. — 8. Jules César oubliait 
(erat immemor) les injures (gén.). — 9. Les biens 
étaient (evant) communs pour les hommes de l'âge 
d'or. — 10. Les renard> sontfsw/?/) voraces et carnas- 
siers. — 11. Il y a des terres peu fertiles par nature. 

— 12. Lt's troupeatix de gros bétail et les troui)eaux 
de petit bétail sont utiles aux laboureurs. — 13. Les 
Scythes étaient justes par la force de la natiu'e et de 
riiabilmle. — 14. La vie sauvage n'est pas [non est] 
agréable îi tout le inonde tournez : à tous). — 15. Le 
mensonge est un vice JKtnlcux pour h^s enfants et 
les hommes. 



i)0 



SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 



VOCABULAIRE 
Substantifs neutres {imparisyllabiques). 



ses, œris 


, airain 


monnaie. 


guttur. 


tlûris, 


gosier. 


mïinùs, 


neris^ 


présent. 


vêr, 


vëris, 


printemps 


ônùs, 


nëris, 


fardeau. 


pâpâvër, 


vëris, 


pavot. 


sidùs, 


devis, 


astre. 


câdâver, 


vëris, 


cadavre. 


scëlùs, 


le ri s ^ 


crime. 


grâmën, 


minis, 


gazon. 


frïgùs, 


gôris, 


froid. 


fulmëïî, 


mïnis, 


foudre. 


tempùs, 


pôris^ 


temps. 


flûmën, 


mmis^ 


fleuve. 


pèc\lS,CÔris, troupeau Je pelilbélail 


cacûmën 


, mïnis^ 


cime. 


jûs, 


juris, 


droit. 


carmën. 


mïnis, 


chant. 


rus, 


rurïs, 


campagne. 


marmôr, 


môris, 


marbre. 


ëbùr, 


bôris, 


ivoire. 


Cîlpùt, 


pïiis, 


tête. 



QUESTIONNAIRE 

Gr., §§ 50, 58. — Troisième déclinaison. 

{Noms imparisyllabiques.) 



1. Combien de consonnes ont 
avant le groupe is du génitif 
singulier les substantifs ou 
3iûiect\h imparisyllabiques dont 
le génitif pluriel est en iian ? 

2. Quel cas du singulier est-il 
nécessaire de connaître pour 
décliner un substantif tel que 
U7^bs et un adjectif tel que pru- 
dens ? 

3. En quoi la déclinaison de 
prudens au masculin et au fémi- 
nin et de urbs diffère- 1- elle de 
celle de fortis et de awns ? 

A Quel est l'ablatif singulier 
de îirbs et de prudens? 

5. Quel est au neutre pour le 
singulier et le pluriel le nomi- 
natif de prudens, de expers, de 
elerjans, etc.? 



6. Quel est en général le géni- 
tif pluriel des substantifs iyyipari- 
syllabiques qui au génitif singu- 
lier n'ont pas deux consonnes 
devant is? 

7. Quel est le genre pour la 
plupart des substantifs dont le 
nominatif singulier est en or? 

8. Donnez- trois substantifs 
féminins et deux substantifs 
neutres dont le nominatif singu- 
lier est en or. 

9. Quel est le genre de la plu- 
partdes substantifs au nominatif 
singulier en en et en us? 

10. Déclinez au masculin et 
au féminin du singulier et du 
pluriel supplex, particeps, pau- 
per, memor, immemor, dives, 
deses, princeps. 



TROISIÈME DECLINAISON. — SIBSTANTIFS IRRÉGI LIERS. ol 

72. Exercice de version. 
Gr.. § 59. — Substantifs irréguliers. 

1. Graeci et Romani multas aras Jovi dicaverunl 
{consacrèrent). — 2. Lupus est {est) avidus carnis. — 
3. Juppiter patrem Saturnum ex regno expulit 
{chassa). — 4. Apollo, filiusJovis, multas artes invenit 
[inventa). — 5. Apud Gallos deus Mercurius est dux 
viarum atqne itinerum. — 6. Olim Britanni carne et 
lacté vivebant {vivaient). — 7. Longo itinere milites 
erant {étaient) fessi. — 8. Caro est cibus omnium 
ferarum et pra^sertim leonum. — 9. Juppiter est rex 
deorurn atque hominum. 

73. Exercice de thème. 

Exercice de récapitulation. 

1. Cécrops fut [fuit) le fondateur et le premier roi 
d'Athènes, — 2. Le père d'Achille était (era^) mortel, 
[sa] mère était immortelle. — 3. Le climat de l'Italie 
sera {erit) salutaire à mon père malade. — 4. A Rome, 
les plébéiens avaient-en horreur {invisum habehant) 
le nom du dictateur Sylla. — 5. Le temps de la vie 
est {est) pour tous court et irréparable. — 6. Les 
glands furent {fuerunt) autrefois la nourriture des 
hommes — 7. L. Cinna dressa {stvuxit) des embûches 
à l'empereur César Auguste. — 8. Nos soldats ne 
seront pas [non erunt) oisifs dans [in) les villes [nhi.\ — 
9. Saturne, père de Jupiter, régna dans(/>j) le Lalium 
[abl.]. — 10. Les longues marches exercent {exercent) 
les jeunes gens, — 11. La vie de l'homme obscur est 
tranquille. — 12. Dardauus, tils du dieu Jupiter, fut 
le premier roi de Troie. 



^- SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

74. Exercice de version. 

Exercice de récapitulation. 

4. Urbibiis Asiae ingentes opes fuerunt [furent). — 

2. Calcaria equitiim Antiochi aurea fuerunt. — 

3. Nigrarum vulpium pelles sunt [sont) pretiosae. — 

4. Senex leo jacebat [était étendu) semianimis. — 

5. Omni carne abstinebant [s abstenaient) sapientis 
Pythagorae discipuli. — 6. Immanis serpens apud 
[près de) flumen Bagradam castra Romanorum 
vastabat [ravageait). — 7. Corporis voluptates fugaces 
et vanae sunt. — 8. Juppiter imperium casleste tenet 
[possède). — 9. Repetitio est [est) mater studiorum. — 
10. Cervus suorum crurum nimiam tenuitatem vitu- 
perabat [blâmait). — 11. Pauperum tabernae et reguni 
turres œque morti patent [sont ouvertes). 

75. Thème. 

Exercice de récapitulation. 

En [in) Gaule [abl.) les prêtres étaient appelés 
{appellabantur) Druides; ils étaient [erant) riches, 
honorés et puissants. Ils restaient loin des [aberanl 
ab) combats (aôZ.), ils étaient [erant) dispensés du 
service militaire, des impôts et de toutes les charges. 
Ils étaient souvent arbitres dans [in] les querelles 
[ahl.) et les procès entre [inter) les simples particuliers 
[ace) et même entre les divers États. Tous les Gaulois 
étaient obéissants aux sentences des prêtres, [celui] 
qui [qui) était [erat) indocile à leurs [eorum) volontés, 
était écarté [prohibebatur) des [ab) autels («6/.) et des 
sacrifices L'impie frappé de cette [hac) peine per- 
dait [amitlebat) le droit de cité. 

Les Druides furent [fuerunt) toujours les éduca- 



TROISIFMF. DFXLINAISON. — RECAPITI LATION. 53 

leurs de la jeunesse ; leur [eorum] puissance-était 
encore-relevée [adhuc augebaîur) [par^ cette [hoc) 
fonction [abl.]. 

Un pontife suprême commandait [prseeral] à tous 
ies Druides V/rt/.;; il avait [habebat) un pouvoir illimité, 
H quelquefois dictait-des-lois [imperitabat ) aux chefs 
dat.) des cités. 

Tous les druides reclierchaient {appetebant) la 
dignité de pontife suprême. 

76. Version. 
US FLEUVES ET LES HABITANTS DE L'INDE 

In ■dans) Indiâ sunt [sont] multi amnes incliti, 
omnibusque est (est) placidum iter per (à travers) 
campos. Indus est maxime gelidus ; aquas vehit (il 
charrie) haud {no}i) multum ahhorrentes a {de) colore 
maris. Ganges, ab {dès) origine eximius, ad [vers) 
meridianam regionem decurrit [coule). Celeber quo- 
que est Dyardanes; alit [il yiourvit) non crocodilos 
modo, uti ■ comme) Nilus, sed etiam delpbines igno- 
tasque aliis gentibus belluas. Aurum tîumina vehunt 
(charrient); gemmas margaritasque mare littoribus 
infundit (vei-se sur): ea [telle) est accolis pra^cipua 
opulentiai causa. 

Homines corpora usque (jusqu'à) pedes carbaso 
vêlant (couvrent) ; vinciunt [ils lient] soleis pedes, 
capita linteis; lapilli ex (de) auribus pendent (pen- 
dent); brachiaque et lacertos auro ornant [ils parent). 
Promissus est capillus, sed comptus accurale; men- 
tum est sempt'r inlonsum : rflicpia oris cutis est ple- 
runKjuc abrasa. 

(D'après (Juinte-Curce, VllI, 9.) 



54 



SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 



77. Thème. 



Rome acquit [adepta est) la liberté [ace) par l'expul- 
sion des Tarqiiins et fut [fuit) aussitôt une cité puis- 
sante. La passion de la gloire remplissait [imhuebat) 
alors toutes les âmes. Les jeunes gens endurcis de 
bonne heure aux fatigues apprenaient {discebant) le 
métier des armes dans les camps. Ils désiraient 
(cupiebant) non de vaines parures, mais de belles 
armes et des coursiers de bataille. De tels hommes 
étaient [erant) insatiables d'honneur et libéraux d'ar- 
gent. Ils bravaient {contemnebant) tous les périls et 
tous les ennemis, et voulaient [volebant) une gloire 
immense et des richesses médiocres. Alors un petit 
nombre de Romains triomphait [vincebat) facilement 
[de] troupes considérables [ace] d'ennemis. 

(D'après rhistorien latin Salluste). 

78. Version. 
LES JUIFS ET LA JUDÉE 

Principio [primitivement) Abraham et Israhel Ju- 
daeorum reges fuere [furent). Sed Israhelem numerus 
decem filiorum prseclarum fecit [rendit). Itaque popu- 
him in [en) decem régna divisum tradidit [il transmit) 
filiis, appellavitque [et il appela) omnes [tous ses 
sujets) Judseos ex [d'après) nomine Judae, qui [qui) 
post [après) divisionem decesserat [était mort). 

In (en) Judaeâ corpora hominum sunt («o?^/) salubria 
et laboribus assueta. Rari sunt imbres, ubér est [est) 
solum, Prsecipuus montium est Libanus qui fundit 
[répand^ envoie) amnem Jordanem. 

Judseis magna opulentiœ causa sunt vectigalia 



TROISIÈME DÉCLINAISON. — RÉCAPITLLATION. .)0 

opobalsami, quod {lequel) gignitiir [est produit) tan- 
tuni in {dans) his {ces) regionibus. Est namqiie vallis, 
quaî [laquelle) clauditur {est enfermée) continuis 
montibus. In ea {cette) valle silva est et ubertate 
et amœnitate insignis, palmeto et opobalsameto 
distincta [partagée). Procera3 et decorœ siint palm*. 
Arbores opobalsami sunt forma similes piceis arbo- 
ribus, sed humiles magis; certoque anni tempore 
balsamnm sudant {distillent). 

(D'après Justin, XXXVI, 9.) 

79. Thème. 
LE PATRIOTE VERCINGÉTORIX 

L'Arverne Vercingétorix était {erat) un jeune 
homme éloquent, habile [dans] l'art militaire 'gén.\ 
doué d'une grande force de corps et d'un grand 
courage. Il réunit {contraxit) à la fois les Arvernes, 
les Bituriges, les Carnutes, les Séquanais et plusieurs 
autres peuples qui {qui) habitaient {incolebant] près 
de {prope) la Loire (ace), de la Seine et de la chaîne 
des Vosges (chaîne des Vosges, mons Vospgus). 11 
convoquait {convocabat) fréquemment les hommes 
dévoués à la liberté commune, les {eos) enHammait 
{accendebat) par ses discours et lein" {eis) inspirait 
{incutiebat) également la haine des Germains et des 
Romains. 

Verciugéloriv vainquit {ricit) les Romains dans [in] 
plusieurs batailles [ahl.], il défendit {défendit) [pen- 
dant] plusieurs mois {abl.) la place de Gergovie contre 
[contra) César. A la fin, la fortune trahit if'fellit] le 
patriote Gaulois. Vercingétorix avait été fuerat) 
intrépide dans (in) la lutte («6/.); il fut magnanime 
après post) la défaite. Il vint [venil) lui-miMue (ipse) 



56 SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

dans [in) le camp [ace] des Romains; il jeta [projecit] 
ses colliers, ses armes et son cheval de bataille aux 
pieds [tournez : aux genoux, ad genua) de César et 
implora [imploravit] la grâce^ de ses compatriotes^. 

1. Grâce, venia^ x, f. —2. Ses compatriotes, sui, orum, m. pi. 



NOM. SING. GÉN. SING. 

U S OU U ^° DÉCLINAISON 1J[ S 
80. Exercice de thème. 

Gr., § 60. — Substantifs masculins ou féminins en us, • 
substantifs neutres en u. 

1. Le chant des oiseaux est [est) agréable. — 
2. Les mains sont [sunt) utiles à l'homme. — 3. Les 
arcs des Scythes étaient {erant) solides. — 4. Il y avait 
beaucoup de vieillards [tournez : des vieillards nom- 
breux étaient) dans (m) le Sénat romain («6/.)- — 5. Les 
maisons de la ville de Carthage étaient hautes. — 
6. Il y avait beaucoup de vaisseaux dans notre port. 

— 7. Les chefs de notre armée sont courageux et 
habiles. — 8. Les fruits de ton figuier sont doux. — 
9. Il y avait de grandes richesses dans les maisons 
des habitants de Carthage. — 10. La victoire fut [fuit) 
souvent facile à notre armée. — 11. Les poissons de 
nos rivières et de nos lacs sont délicats. — 12. Les 
portiques des maisons romaines étaient spacieux. 

— 13. La parure des brus et des belles-mères était, 
[erat] élégante. — 14. Les magistrats de la république 
romaine étaient justes et expérimentés. — 15. Il y a 
des nids d'oiseaux [tournez : mà^ d'oiseaux sont) sur 
[in) la cime [abl.) des pins et des chênes. 



j 



QIATRIÈME DÉCLINAISON. 57 

VOCABULAIRE 
Substantifs masculins ou féminins (4* déclinaisoji), 

màgistrâtÙS, ÛS, m., magis- ritÛS, ÛS, m., coutume, rite; 

trat, magistrature, sexûs, ÛS, 7«.,sexe. 
lllXÛS. ÛS, ?n., magnificence. sinÙS, ÛS, 7».,pli, golfe. 
mânÙS, ÛS, /"., main. SpéCÙS, ÛS, ?/2., grollp, taverne. 

nùrùs, ÛS, ^, bru. tribus, ûs, /"., tribu. 

pÔtÙS, ÛS, m., boisson. tÙmultÙS,ÛS, m., Ireublr, tumulte. 

qiiercfis,ûs, /"., chêne. lâcùs, ûs, m., lac. 

vultùs, ÛS, /"., visage. ficus, ûs, et ï, Z'., figue.figuier. 

idûs, ûum, f- pliir., les ides. ànÙS, ûs, f., vieille femme, 

arcùs, ÛS, ?«., arc. portûs, ûs, m., port. 

Substantifs neutres. • 

gônu, ÛS, genou. vèru, ûs, broche. 

gOhl, ûs, gelée. cornu, ûs, corne, aile d'armée. 



81. Exercice de version. 

Gr...i; 60. — Quatrième déclinaison. 

1. Magistratus legum ministri sunt {so)U\ — 

2. Quercus Jovi placet iplaii), myrtus Vcneri. — 

3. Caput sensuum nostrorum sedes est [est). — 

4. Apollu arcuui et sagittas hahet (ai. — 5. In 'dans) 
(lomibus liomiiium ()aupernin pauca sunt vasa. — 
6. lieditus niultaruni avium agricolis signum vriis 
est. — 7. Cornua cervoruni alta et ramosa sunt. — 
8. Brevis est cursus vitju nostra'. — 9. Oculi sunt 
instrumenta visus. — 10. Voluptas sensibus grala, 
aninio sa'pe pcrniciosa est. 



^8 SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

82. Exercice de thème. 
Gr., § 60. — Quatrième déclinaison. 

1. Les Scythes combattaient [pugnahant) [avec] des 
arcs et des flèches. — 2. L'enfant tremblait (tre- 
mebat) de tous ses membres (membre, arius). — 3. La 
douleur des articulations est [est] aiguë. — 4. Les 
enfants des Grecs étaient appliqués [operam dabant) 
aux beaux-arts. — 5. Le malade souffre (laborat) de 
toutes les articulations [ahl.). — 6. Certains ouvriers 
se servent (uiuntur) d'aiguilles fines [ahl.]. — 7. Les 
poissons abondent [abundant] dans [in] plusieurs 
étangs [abl.) et dans plusieurs lacs. — 8. Les cornes 
du taureau sont [sunt] redoutables. 

83. Exercice de version. 
Gr., § 60. — Quatrième déclinaison. 

1. Phaenices Graecis usum litterarum dederunt 
(donnèreni). — 2. Strepitum tonitrus femina3 et pueri 
timent {craignent). — 3. Themistocles auctor porluum 
Atheniensium fuit (fut). — 4. Cato statum morum 
Romanorum aetatis suœ non laudabat (ne louait ^p as) . 

— 5. Natura bestiis sensus acres dat (donne). — 6. \\\ 
lacubus Helvetiœ est (est) magna copia piscium. — 

7. In portubus Britannise sunt (sont) multa3 naves. — 

8. Vercingetorix victus in (dans) castra Romanorum 
supplex venit (vint), et equum militarem et phaleras 
et suaarmaante (devant) Ca3saris genua projecit (jeta). 

— 9. Tonitrua multorum hominum mentes movent 
{effraient). — 10. Inops non \\dihQi [n a pas) certam 
domum. 



yUATRlI-ME DtCLI.NAISON. 



D') 



84. Texte à apprendre par cœur. 
VOCABULAIRE 



Hercules, is, ii. pr. Hercule. 

bôs. hôcis, m. f. Bœuf ou vache. 

sûûs. à, vtn, adj. poss. Son, sa. 

dùco,z5, duxi, ctum, ère, tr. Con- 
duire. 

in. prép. Dans. 

lôcûs. î.m. Lieu, endroit. 

herbïdûs, d, um, adj. Couvert 
dh.M-he. 

prôpë. pr^p- Près de. 

Tîbërïs,js (ace. im), m. Le Tibre, 
fleuve. 

flùvïûs, îu m. l'ieuve. 

ût. conj. Afin qie. pour que. 

armentum, i, n. Troupeau (de 
gros bélail;. 

quiès. élis, f. Repos. 

et. conj. Et. 

pâbùlum. I, n. Pâturage. 

laetûs. f'. !(//(, adj. Abondant. 

rëficïo. is. féci. fectum, ficève, tr. 
Restaurer, récontorter. 

Ipsë, rt, um, adj. et pron. Même, 
lui-même. 

fessûs, à. um, adj. Fatigué. 

via. X. f. Route, ch3min. 

prôcumbo. îs, cUbiiî, cùbîtum, ère, 
intr. Sf couclier. 

pastôr. ôris, in. Berger. 



accôlâ, a?, m. Voisin. 

is, en, id, gén. ejus. Adj. et pron 
Ce, cet. cette. 

nômën. mînis, n. Nom. 

Càcûs, I, n. p. Cacus. Nomine 
Cacus m. <t mot, Cacus par le nom), 
nommé Cacus. 

cum, conj. Lorsque, après que. 

sôpôr, ôrii, m. Sommeil. 

oppressas, a, um, part. p. de 
opprlmo, is,pressi, pressum, pnmére, 
tr. Accabler. 

vïdëo, es, vîdi, vîsum, dérè, tr. 
Voir. 

âverto, is, verti, versum, tère, tr. 
Détourner, s'approprier. 

vôlo. vis, vôliù, vellè, tr. irrég. 
Vouloir. 

né. adv, Pour que... ne... pas. 

vestigïum, //, n. Empreinte des 
jiieds. 

monstro, as, âvi, âtum, are, tr. 
Montrer. 

aversûs. à, um, j.art. et adj. Qui 
marche à reculons. 

caudâ, x,t'. Queue. 

spêluncâ, X, f. Caverne. 

traho. îv. traxi, traclum, hère, tr. 
Traîner, e itraîner. 



HERCULE TUE CACUS QUI LUI AVAIT VOLE SES BŒUFS 



Hercules boves suos diixerat in locum lierhidum, 
propc Til)orim fluvium, ut ariiientum (iiiiete et pabulo 
lietu reticeret. Ipso, fessas via, procubuit. 

Pastor, accola ejus luei, nomine Cacus, cum 
Herculem sopore oppressum vidisset, boves avertcre 
voluit; et, ne vestigia viani monstrarent, aversos 
boves candis in speluncain lra.\it (vov. la suite ^ 
p. G2J. 

(DaprùsTiTE-Livt, I, 7.) 



00 Sl'BSTAATIF ET AnjEf.TlF. 

85. Thème. 
Gr., §§ 20, 60. — Exercice sur les quatre premières déclinaisons. 

LES CHAMPS ÉLYSÉES 

Dans (m) les Champs Élysées [abl.), il y a [tournez : 
sont, sunt) des bocages toujours odoriférants et des 
gazons toujours fleuris. Beaucoup de [tournez : de 
nombreux) petits ruisseaux arrosent [irrigant] des 
lieux charmants et répandent [diffundunt] une déli- 
cieuse fraîcheur. Les présents du printemps et de 
l'automne sont toujours abondants dans de vastes 
jardins. Des fleurs de tout genre sont l'ornement de 
la terre; la rose, l'acanthe, le genêt, le lis, le nar- 
cisse, la violette, le myrte poussent [proveniunt] de 
tous côtés et [en] toutes saisons. Les arbres sont tou- 
jours chargés de fruits exquis. Les chants d'une mul- 
titude d'oiseaux retentissent [persoyiant] dans les 
bocages. Ces lieux [ea loca) sont pleins d'une douce 
lumière et abrités contre les ardeurs du soleil, la 
rigueur de l'hiver et la violence des aquilons. 

Les hommes justes, après [^post) la mort (ace), sont 
les habitants des Champs Élysées. 

86. Version. 

Gr.. §§ 20, 60. — Exercice sur les quatre premières déclinaisons. 

CULEX ET BOS {Fable). 
In [sur] cornu bovis quondam culex evolavit 
[s'envola). Levem culicem magnus bos non [ne... pas) 
curât [se soucie de). Culex tamen bovem rogat [inter- 
roge] : Num tuo corpori meum corpus grave et 
nimium est? Corpori tuo nimis molestus sum [je 
suis) : avolp [je m'envoie). 



QLATniKME DÉr.LINAlSO.N. 61 

87. Version. 

Gr., §§ 20, 60. — Exercice sur les quatre premières décliuaisous. 
RAN>t ET MURES {Fable). 

Rana3 cum avec^ muribus in dans prato ad 'près 
de) lacum sito piignabant combattaient.. Piignam 
grues esurientes spectant [regardent]. Non ni raniv, 
non [ni) mures communium hostium adventum 
vident ine voient]. Grues advolant volent vers, se préci- 
pitent sur les combattants , et innumerabilem rana- 
rum et murium nuiltitudinem necant tuent). 

88. Version. 

Gr., §ï 20. 60. — Exercice sur les quatre premières déclinaisons. 

VIE DURE DE CATON L'ANCIEN 

Ab [dès] adulescentia Calo insignis fuit fut sobrie- 
tate et temperantia. In [sur] pellibus hiedinis cul)abat 
(il couchait) ; erat [il était) contentus militari cibo ; in 
[dans) expeditionibus bellicis potabat il buvait) 
aquam, intcrdum {estate pendant Vétp) acetum, raro 
vile vinum. Catonis villae erant étaient) inexcultcC et 
rudes, nullo tectorio perlitie; illi [à lui) nulla aHlifi- 
catio fuit ne fui, neque vas, neque vesliiiionium 
pretiosum. Agriculturai semper operam dodit (// 
donna); fuit il fut dives non fciiore sed rullu agro- 
rum et pecoruni. <( lîonus agricola, dicobat disait) 
Cato, est vere vir l)(>nus. Bonus autem agricola \cn- 
dax erit sera , non emax. Vendet il vendra olcuiu, 
vinum, frumentum inutile. Vendet boves saluros, 
lanam, pelles, plaustrum vêtus, ferramenta vetera, 
servuui senem, servuni moH)osum. » 

(D'après Aulu-Gllle.) 
4 



G2 



SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 



89. Texte à apprendre par cœur. 
VOCABULAIRE 

[Voir le vocabulaire de la précédente version (p. 59) pour les mots qui 
ne sont pas expliqués ici]. 



somnùs, î, m. Sommeil. 

excitûs, à, wn, part. pass. de 
excio, îs, ivi, îtum, ire, tr. Tirer de. 
Somno excitas, réveillé. 

grex, grègis, m. Troupeau. 

perlustro, as, âvî, dtum, are, tr. 
Parcourir, examiner. 

ôcùlûs, I, m. Œil. 

pars, partis, f. Partie. 

absum, àbès, âful, àbesse, intr. 
Manquer, être absent. 

nùmërûs, î, m. Nombre. 

sentio, îs, sensî, seiisuin,tîre, tr. et 
intr. Sentir, comprendre. 

pergo, îs,perrexi, perrectum,per- 
(jère, tr. et intr. Se diriger. 

proxïmûs, â, um, adj. Le plus 
voisin. 

atque, conj. Et. 

ïbi, adv. Là. 

boum, gén. pi. de bas, bôvïs. 

foras, adv. Au dehors. 

versus, a, iim, part, de vertu, îs, 
verti, sum, tère, tr. Tourner. 

jam, adv. Déjà. 

ex {e dev. une voy.), prép. Hors 
de; parmi. 

infestùs, à, wn, adj. Peu sûr, 
daa''creux. 



âgo, îs, êgi, actum, àgère, tr. Con- 
duire. 

porro, adv. En avant, plus loin. 

rëlïquùs, à, itm, adj. Ce qui reste, 
le reste. 

pâro, as, âvî, âtum, are, tr. Se 
disposer à. 

quidam, quœdam, quoddam, 
adj. et pr. Un certain. 

is, ea, îd, adj. et p. Ce, cet; celui, 
celle. 

qui, qnse, qiiod, pron. relat. Qui, 
lequel, laquelle. 

mûgio, îs, ivi, îtum, îre, intr. 
Mugir. 

stâtim, adv. Aussitôt. 

vox, vôcis, f. Voix. 

inclùsùs, à, um, part. p. de 
inclùdo, ïs, inclûsi, clCisum, derè, tr. 
Enfermer. 

reddo, is, reddtdi, dîtum, ère, tr. 

vâdo, is, dère, int. S'avancer. 

vis, vis, f. Force, violence. 

prôhibeo, es, buî, hïtum, bëre, 
intr. Empêcher, arrêter. 

cônor, âris, âtus sum, àri, tr. dép. 
S'efforcer. 

clâvâ, se. f. Massue. 

sterno, is, strâvi, strâtùm, sternère, 
tr. Renverser. 



HERCULE TUE CACUS, QUI LUI AVAIT VOLÉ SES BŒUFS (s«iïee^/îa). 
(Voy. p. 59.) 

Hercules, somno excitus, gregem perlustrat oculis. 
Cum partem abesse numéro sensisset, pergit ad 
proximam speluncam, atque ibi boum vestigia foras 
versa videt. 

Jam ex loco infesto agere porro reliquum armen- 
tum parabat, cum quœdam, ex iis quas agebat, boves 
mugicrunt. Statim ex spelunca vocem inclusse boves 
reddiderunt. Vadit ad speluncam Hercules, et Cacum 
vi prohlbere conantem clavâ sternit. 

(t)'après TiTE-LiVE, I, 7.) 



CINQriKME DÉCLINAISON. 63 



GEN. SING. 



/-^ O CINQUIÈME DÉCLINAISON g^k^ 



CINQUIÈME DÉCLINAISON 

VOCABLLAIRE 

Substantifs féminins. 

âciës, ïêi, f., pointe, ligne de glâcïës, lëi, /*., glace. 

bataille, fâciês, lëi, /"., forme, figure. 

Cfesàriës, iëi, /*., chevelure, superficies, lëi,/"., surface, 

mërîdïës, lëi, /•., midi. plânïtîes, lëi, f., plaine. 

fïdës, ëî, ^, foi, loyauté. SânïëS, lëi, f., lan^zcorrompu. 

mollUiës, ïêi, et segnïtiës, iëi et 

mollitia, «,/•., mollesse. segnïtïa,a3./"., paresse. 

spës, ëi, f., espérance, ràbïës, iëi, f., rage. 

rës, ëi, ^, chose. dîlliviës, iëi, /"., inondation. 

90. Thème. 

Gr.. § 61. — Cinquième déclinaison. 
LES CINQ SENS DE L'HOMME 

L'homme a reçu [accepit] de (a) la nature ahi: cinq 
sens, le goût, la vue, l'ouïe, le toucher et l'odorat. 

[A l'aide] du goût («6/.), nous connaissons novimus) 
la qualité de tous les aliments. Les yeux perçoivent 
les choses qui nous environnent 'tournez : les choses 
environnantes , les formes, les couleurs, la longueiu*, 
la largeur. Les sons parviennent (perveniunt) à [ad) 
nous [nos] [à l'aide] des oreilles ahl.). Le toucher et 
l'odorat sont aussi utiles prosunt quoque) à l'homme 
'dat:,. Par le toucher, nous ressentons [senlimus] tous 
les coups, et toutes les atteintes du froid et de la 
chaleur. Par l'odorat, nous apprécions [jitdicanws) 
mieux les mets et les breuvages. Les sens protègent 
[pvotegunt] notre corps, et avertissent [moncntj l'esprit 
qui [qui) est {est] le guide du corps. 



0+ SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

91. Exercice de thème. 
Gr., § 61. — Cinquième déclinaison, 

i. Notre armée occupe (tenet) une grande plaine. 

— 2. La république des Romains fut [fuit] puissante. 

— 3. La glace arrête {sistit) le cours des fleuves. — 
4. La paresse [segnities) des enfants est (e*/) une cause 
de chagrin pour les parents. —5. L'espérance des 
agriculteurs est souvent vaine. — 6. Le nombre des 
jours de l'année est fixe. — 7. L'apparence {species) 
est souvent trompeuse. — 8. L'avarice et le luxe 
sont (sunt) des causes de ruine pour beaucoup de 
peuples (tournez: pour des peuples nombreux).— 
9. Beaucoup de choses sont nuisibles à l'homme. — 
10 A midi [ahl.) la chaleur du soleil est souvent 
incommode. — 11. Les sénateurs romains étaient 
[erani) habiles [dans] les affaires publiques. 

92. Thème. 

Gr., §§ 20, 62. — Exercice sur les cinq déclinaisons. 

Au temps [abl.) de Cyrus les Perses étaient [erant] 
pauvres mais vertueux, et célèbres dans (m) tout 
rOrient [abl.) par [leur] courage militaire, leur 
vigueur, leur tempérance, leur sobriété, par leur 
horreur [pour] le mensonge [gen.) et les fraudes de 
tout genre. Ils donnaient [dabanï] un grand soin à 
l'éducation de leurs (leur, smis, a, um) fils. Les 
enfants riches et pauvres fréquentaient [fréquenta- 
tant) indistinctement les écoles publiques. Des 
vieillards sensés, expérimentés, autrefois braves 
dans (in) les combats [abl.], étaient les maîtres de la 
jeunesse. Ils n'enseignaient pas (non docebant) les 



CINQIIFME DKr.Ll.NAISO.V. 65 

arts frivoles, mais l'amour de la patrie, les pré- 
ceptes de la justice et les règles dune vie sage et 
honnête. Le pain et le cresson étaient les aliments 
des enfants, et ceux-ci Jii] buvaient (polubnni) de 
l'eau. Tous les exercices du corps, léquitation, le 
maniement des armes, la natation étaient en [in) 
honneur abL] dans {in, les écoles [ahl.]. Les adoles- 
cents ainsi élevés étaient d'abord les compagnons 
du roi à {in) la chasse [abL]\ ils étaient plus tard 
d'excellents soldats, intrépides dans les périls, 
supportant [tolérantes] facilement la faim [ace], la 
soif et toutes les épreuves de la guerre et de la 
mauvaise fortune. 

Tous les historiens de l'antiquité ont loué [lauda- 
verunt) les vertus des Perses. 

93. Exercice de version. 

Gr., § 61. — Cinquième tléclinaisoii. 

1. >lagi>lraiuum religio salus reipublica? est(est). — 
2. Magna est acies oculorum aquilarum.— 3. In [dans) 
ampla planitie multiv arbores erant {étaient) strata^ 

— 4. Deus est duminus omnium rerum. — 5. In 
re pul)licâ Romanâ fides servoruni non fuit {ne fut 
])as) rara. — 6. Rem familiarem Themistocles adu- 
lescens neglegebat {nr^/ligeaii), — 7. Stultum consi- 
lium saîpe homlnes in (à) perniciem devocat {conduit), 

— 8. Ad [rrrs) orientem solem est Asia, ad meridiom 
Africa. — 9. Multorum monlium carumina nive 
pererini et glacie sunt (^o;i/) tecla. —10 In rébus 
secun<lis habebis {tn anras) multos amicos, paucos 
habebis in rébus adversis. — 11. Faciei forma apud 
homines admodum diversa est. — 12. Multa animalia 

cie seiisuum homincm snpcM'ant [irinporient su?-). 

4. 



CO SUBSTA.NTifi' T^T ADJFX.TIF. 

94. Thème. 

Gr., §§ 20, 62. — Exercice sur les cinq déclinaisons. 

Hélas! disait [dicebat) un lièvre^ aux lièvres ses- 
compagnons : voyez [aspicite) les misères de notre 
vie, et comprenez {intelligite) mes plaintes. La frayeur 
nous {nos) tourmente (cruciat) continuellement, les 
dangers nous [nobis) menacent [imminent) de tous 
côtés même dans (m) nos demeures [domvs^ ahl.). 
Les chasseurs et les chiens observent [observant) 
nos mouvements, inquiètent [agitant) nos courses 
et assiègent [obsident) nos retraites. Nous craignons 
[timemus) toujours les coups des chasseurs et les 
morsures des chiens. Compagnons, cessons [desina- 
mus) nos plaintes, et disons adieu [valedicamus) à nos 
misères [datS). Courons [curramns) tous vers [ad) le 
lac voisin (ace), et enfonçons-nous [nos demergamus) 
dans [in) les flots (ace). 

Ils \o\ent (pi^opei-ant) tout de suite à [ad) la mort 
[ace.) d'un pas précipité [ahl.). Sur [in) les J3ords [abl.) 
du lac il y avait [tournez: était) une multitude de 
grenouilles. Effrayées par l'arrivée subite des lièvres, 
elles se précipitent [ruunt) dans [in) le lac («ce). 
« Arrêtez [sistite) votre course, amis, s'écrie [exclamât) 
un des lièvres^; d'autres animaux aussi sont [sunt) 
peureux et pourtant attachés à la vie* ; [qu'Jun tel 
exemple nous (r^oôù) soit (5?i) utile; par la patience 
tous les maux sont supportables et la vie est [est) 
toujours douce. » 



]. Un lièvre. On mettra en latin 'le nominatiT. — 5. Son, sa, 
suus, a, um. — 3. Des lièvres. On mettra en latin le génitif. — 
4. Attaché à la vie, vitx cupidus. 



CINQUIÈME DI^.r.LINAISO.N. 67 

95. Version. Gr..r20, 62. 
[Les personnages sont : A, B, C, D, E.] 

DIALOGUE ENTRE QUELQUES ÉCOLIERS, SUR LA CHASSE 
ET D'AUTRES DIVERTISSEMENTS 

A. — Trahit [attire] sua quemque {chacun) voliip- 
f,as; mihi (à moi) placet 'plaît) venatio. 

B. — Placet et niihi; sed iibi (o«) sunt [sont) canes, 
iibi venabula, ubi casses? 

A. — Valeant [qu'Us se portent bien, loin de nous) 
apri, ursi, cervi et viilpes : nos [nous) insidiabimui* 
[nous tendrons des pièges) cuniculis. 

C. — At ego [moi) laqueos injiciam [je jetterai) 
locustis. Insidiabor [je tendrai des pièges) gril lis. 

D. — Egos ranas captabo [je prendrai). 

E. — Ego papiliones venabor [je chasserai). 

D. — Difficile est [il est) sectari [de poursuivre) 
volantia [les animaux qui volent). 

E. — Difficile est, sed pulchnim. 

D. — Nunc mihi magis placet [davantage) insi- 
diari [de tendre des pièges) piscibus; est mihi hamus 
elegans. 

E. — Sed haud facile [ado) parabis [tu te procure- 
ras) escain. 

C. — Quid? Si certemus [si nous combattions, si nous 
jouions) niicibus? 

A. — Nuces parvis pucris rcliii(|uainiis [laissons) : 
nos grandiusculi sumns [nous sommes). 

C. — Et tamcn sumus adhiic pueri. 

A. — Sed non indecorimi est in [sur) longâ armi- 
dine ecpiitare [chevauchrr) ùsd cm [aux mêmes) (juiltus 
[auxquels) dccovnm est ludorc [de jourr) niicibus. 



63 SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 

G. Tu [toi) igitur prsescribito [ordonne) liisus genus : 
nos tibi [à toi) obedientes erimiis [nous serons), 

(D'après Érasme, Dialogues.) 

96. Thème. 
Gr.,§§20,62. — Déclinaison des substantifs et des adjectifs. 

Les Spartiates étaient [erani) ennemis [aversi ah) 
des beaux-arts [ahl.), du commerce, des procès, de 
l'étude des lettres et des sciences. Ils méprisaient 
[spernebani) les bâtiments superbes, les meubles 
dor et d'argent, les étoffes brodées et ornées de 
pierres précieuses, les parfums exquis et les mets 
délicieux. A Sparte [locatif) les repas étaient com- 
muns et publics, les vêtements étaient simples, la 
nourriture était [erat) frugale. Les affaires publiques, 
la chasse, l'escrime étaient les occupations des 
hommes. Les femmes aussi étaient robustes, braves, 
dévouées à la patrie et ennemies du luxe. Les enfants 
dépendaient de l'État [tournez : étaient subordon- 
nés à l'État) dès [ab) la septième année {abî.). Ils 
étaient bientôt accoutumés au métier des armes, 
à une vie dure, au respect [envers] les parents {gén.)y 
les magistrats et les vieillards. 

Les lois de S.jarte étaient l'œuvre du célèbro 
Lycurgue. 

QUESTIONNAIRE 
Gr., §§ 60, 62. — (i« et o" fiédinaisoiis). 



1. Quelle est la terminaison 
du génitif singulier à la4" décli- 
naison? Cette déclinaison com- 
prend-elle des noms neutres? 

2. Quels sont les noms qui ont 
le datif et Tablatif du pluriel en 

Ubus ? 

3. Comment sont terminés au 
nominatif et au génitif du sin- 



gulier les substantifs de la 5* dé- 
clinaison ? De quel genre sont ces 
substantifs? 

4. Dites les deux noms de la 
5" déclinaison qui se déclinent à 
tous les cas. 

5. La 4" (t la 5" déclinaisons 
comprennent-elles des adjec- 
tifs? 



REVISION DU vor.AniLMnE. 69 

REVISION DL' VOCArULAlIlE 

TROISIÈME DÉCLINAISON 

Substantifs parisyllabiques mdsculins ou fàninins). 

cânïs, is, m./"., chien, chienne, nâvis, Is, /"., navire, 
anguis, is, m. /"., serpent. ignïS, is, m., feu. 



avis. is, /". 

clâdës, is, f. 

rQpôs, is, f. 

pàter, tris, 



oiseau. vallïs, is, /"., vallée, 

défaite. vulpês, is, f , renard, 

rocher. Vâtés.is. m. et/". , devin, devinfrrue. 

père. niâtOr, tris, /*., mère. 



Substantifs neutres en e. 

rëtè, is, filet. conclave, is, chambre. 

missile, is, arme de jet. mâré, is, mer. 

Adjectifs parisyllabiques, 
mitis, é, doux. pinguis, é, gras. 

fidêlîs, è, fidèle. fertilis, ë, fertile. 

Substantifs imparisyllabiques 't/Kiculins ou féminins). 
pars, partis, /*., part. nox, noctis. f., nuit, 

grex, grôgis, m., troupeau, nux, niicis, /"., nuix. 
mens, mentis,/*., esprit. pês, pèdis, /»., pied. 
sors, sortis, /"., sort. voluptâs, tîltis, /"., plaisir, 

frons. frontis,/^., front. cinis, nOris, m., cendre. 
frons,frondis,/'., feuillage, sanguis, guiiiis, /"., sang. 
Ic^pTis, l(^p(')ris, ?>?., lièvre. lah()r. hôris, »i., travail. 
lëp^)S,lt^p^)ris.m.,gràr^ai,'^ftne^l. rôs. l'ôris, m , rosée. 

Substantifs neutres, 
cftdilvôr, vt^ris, cadavre. Ôhùr, horis, ivoir.». 

ver, vcris, printemps. a^S, a'ris, airain, m.irnnir. 

nianuor, inoris, marl.re. mfmùs, nOris, prcjeni,fi.nfiio:i 

gUtllir, uris, gosier. ollls, loris, légume, 

grânu^n. nnnis, gazon. scMus. lOris. crime. 
namén, niiiiis, tleuve. sidûs, dOris, astre. 



70 



SUBSTANTIF ET ADJECTIF. 



Adjectifs imparisyllabiques [masc, fém. et neitt., 
semblables au nominatif singulier). 

rëcens, centis, récent. fërax, râcis, fertile. 
frëquens,quentis,fréqiieni,i)eiipié mendax, dâcis, menteur. 
frondens,dentis, feuille. fëlix, lïcis, heureux, 

dïlïgens, gentis, soigneux, inops, ôpis, indigent. 

constans, tantis, persévérant, mëmôr, môris, qui se sonviciu. 
sollers, ertis, habile. partïceps, CÏpis, qui pratique. 

Noms propres parisyllabiques. 
Chârybdïs, ÏS, f. Charybde, gouffre voisin de la Sicile (Ace. ?m.; 
Hercules, ÏS, m. Hercule. 

Noms propres imparisyllabiques. 
Câto, tônis, m. Caton. Cœsâr, ârïs, m., César, 

QUATRIÈME DÉCLINAISON 
Substantifs masculins et féminins. 

mâgistratùs, ÛS, w., magis-SÏnÙS, ÛS, ?n.,pli, golfe, 
trat, magistrature. spëcÙS, ÛS, m., grotte. 

mânÙS, ÛS, /"., main. lùmultûs, ÛS, m., tumulte. 

nùrûs, ûs, /"., bru. lâcùs, ûs, m., lac. 

quercÙS, ÛS, f., chêne. vultus, ûs, m., visage. 

ficus, Ûs et ï, /",, figuier. ânÙS, ûs,/"., vieille femmg. 

arcÛS, ûs, ?n., arc. pÔtÙS, ÛS, in., boisson. 

Substantifs neutres, 
gënu, ÛS, genou. cornu, ûs, corne, aile d'armée. 

CINQUIÈME DÉCLINAISON 

Substantifs féminins. 

rës, ëi, chose. ca3sâriês, ïêi, chevelure, 

glâciës, ïëi, glace. mëridiés, iëi, midi, 

fâciés, ïêi, forme, figure, fidës, ëi, loyauté, 

râblés, ïêi, rage. plânïtïës, ïëi, plaine, 

segnïtiës, ïëi, paresse. spës, ëi, espérance. 



L ADJECTIF. 

CHAPITRE II 

L'ADJECTIF 



97. Exercice de thème. 

Gr.. ;,i 63, 65. — Doux classes d'adjectifs. 

1. Tous les peuples vantent [coUaudant) Tart mili- 
taire des Romains. — 2. L'amitié des hommes 
méchants es>i{est) trompeuse. — 3.xUn imprudent ami 
est nuisible. — 4. Les lois de l'Athénien Dracon 
étaient [eranl] non seulement sévères, mais encore 
cruelles. — 5. Tous les écrivains de la Grèce et de 
Rome vantent l'intégrité d'Aristide surnommé le 
Juste. — 6. Les amis de l'homme malheureux et 
pauvre sont {sunt) rares. — 7. L'esprit des Athéniens 
était ierat) vif. — 8. Les merveilleux travaux de l'in- 
vincible Hercule n'étaient pas {non eranl] agréables 
à Torgueilleuse Junon. — 9. La réponse ambigut- de 
l'oracle de Delphes fut {fuU) cause d'une espérance 
trompeuse pour Crésus, riche roi de Lydie. — 10. Les 
animaux des forêts sont alertes. 

98. Exercice de version. Gr.. ;? 63, 65. 
1. Epaminondas Thebanus erat [était] modestus, 
prudens, gravis, acri ingenio praiditus. — 2. Gaudia 
hominum levium brevia sunt {sont]. — Z. Apud [dans] 
Hcrodotum, patrem historiiP, innumerabiles fabuhe 
sunt. — 4. Pradium équestre fuit [fut] diu anceps. — 
5. Oliva erat grata sapienti Minerve propter utilem 
baccam — 6. Venus deâ facie egregiâerat. — 7.Ximia 
fortuna sa»pe initium perniciei est [est] — 8. Laceda*- 
monii ruth's in re navali erant [étaient]. — 9. Spatia 
dierum cl noctiuni in [dans] variis partil)us terra' 
>aria suul. — 10. L'sus est magister excellens rerum 
humanarum. 



iZ L ADJECTIF. 



99. Thème. Gr., s§63,65. 



Un pauvre vieillard vivait(/;fî;e6aOsans(^me) joie («6/.) 
et sans espérance. Un jour [o/im) il marchait [inçede- 
hal) chargé d'un amas de branches, dont [quibus) il 
avait dépouillé [spoliaverat] les arbres de la forêt 
voisine. Accablé de fatigue, il dépose {deponit) le 
fardeau et baisse [demittit] la face vers [ad) la terre («ce.) 
en s'écriant [exclamans] : « ô mort, sois [sis) bienfai- 
sante pour un infortuné; accours {accurre), et délivre 
[libéra) ma vieillesse de tous mes maux; grâce à ton 
assistance il y a un terme [tournez : par ton assistance 
un terme est, est) à toutes les misères. » 

Aussitôt la mort accourt [accurrit] : — QucWe [quam) 
chose désires-tu [petis)? dit-elle [inquii). — Aide 
[adjuva) ma faiblesse, dit [inquii) le vieillard effrayé ; 
place [imjoone) le fagot [sur] mes épaules [dut.). 

100. Version. Gr.,§§63, 65. 
DES VOLCANS 

Ardet [est en feu) mons ^Etna semper, atque ab 
[depuis) sevotamlongo materiasufricit(5t<//«f) ignibus. 
Nivalis est [il est) hibernis temporibus, et egestum 
cinerem pruinis operit [il couvre). Alii quoque montes 
terris exustionem denuntiant [anno7iceni^ font crain- 
dre). Mons Chim8era(l) immortalem diebus ac nocti 
bus flammam evomit(yo??ii/). In ((/rt?i5) Bactrianâ terra 
ilagrat [est enflammé) quidam vertex. Apud [près de) 
urbem Susa noctu e [de) quindecim caminis tlammae 
erumpunt [jaillissent). In medio mari una ex Mollis 
insulis juxta [à côté de) Italiam ciim [avec] ipso mari 
arsit [fut en feu) per [pendant) aliquot dies. 

(1) Ce mont est un volcan de Lycie qui probablement a donné lieu à la 
fable de la Chimère. 



L'\DJE<.Tn-. 73 

101 Version. Gr..s;63. 65. 
SUR ALCIBIADE 
Aicibiadi fortuna assignavit [donna en partage) 
nobilitatem eximiam, formam prcestantem et acre 
ingenium. Et in [dans] vitiiset in virtutibus excellens 
fuit [il fut), ad [à) omnes res aptiis consiliique 
plenus: nanique imperator fuit summus et mari et 
terra, fuit quoque admodum disertus, et multum 
valuit [il eut de linfluence) eloquentiâ. 

Erat [étaitj etiani Alcibiades laboriosus, patiens, 
liberalis, spleiulidus, blandus, tewporibus callide 
inserviens [se pliant). Idem [le même homme) reperie- 
batur (se montrait] interdum hixuriosus, dissolutus, 
libidinosus, intemperans. Mira in une homine inerat 
{se trouvait) dissimilitudo et valde diversa natura. 

(D'après Cornélius Nepos.; 

102. Thème. Gr.. §§63, 66. 

La vie de Ihomme obscur est [est] exempte de 
dangers; les grands sont [sunt) exposés à de cruelles 
disgrâces. La demeure du citoyen de condition 
médiocre est tranquille et sûre ; la foudre terrible 
menace [imminet] les palais {dat.) superbes. Souvent 
la fortune frappe {petit) les rois puissants et épargne 
{parcit) les simples particuliers {dat.). 

Voyez {vide) dans {in) Tliumble vallée abl.) ce 
ruisseau limpide aux Ilots {abl.) argentés. Il sillonne 
[sulcnt] le tendre et vert gazon de la fertile prairie. 
Il coule [finit) obscur sous [sub) l'ombre épaisse abl.) 
des arbres; il n'est jamais {nunquani est) un Iléau 
pour ses rives lieurouses et paisibles. Les jours du 
sage s'écoulent ijluuntj seml)lai)lcs ti l'onde d'un 
ruisseau limpide. 

ESC».:. lAT. CL. t)K G' ET 5'. .'> 



L ADJECTIF. 



âger, gri, m 
âgellus, i, m 
agrïcôla, ae, ?n 



VOCABULAIRE 

[Mots groupés par ordre d'idées.] 

LA TERRE, L'AGRICULTURE ET LEURS PRODUITS 

Substantifs. 

, champ. ârâtor, ôris, m., laboureur» 

,petitchamp. ârâtrum, i, 7i., charrue. 

, laboureur, âvëna, se, /"., avoine. 

cultivateur. (ou paille d'avoine servant à faire 
les chalumeaux; — chalumeau.) 
arvum, i, n., champlabouré. cilfmus, 1,. m., chaume. 
bÔS, bÔV, is, w., bœuf. C8espes,pïtis,m., gazon. 

bùbulcus, i, m., bouvier. câper, pri, w., chevreau. 
campus, i, m., plaine, cam- caulis, is, m., tige; chou. 

pagne. collis, is, m., colline. 
Cânis, is, /??., /"., chien, chienne, CÙnïCÙlus, i, w., terrier. 

Adjectifs, 
âlâcer, âcris, acre, vif. albus, a, um, blanc. 
âmârus, a, um, amer. exïlis, is, ë, grêle. 

almus, a, um, nourricier, âmœnus, a, um, agréable, 
aprïcus, a, um, exposé au soleil, ârënôsus, a, um, couvert de 

sable, 
haut. 
rustïCUS, a, um, rustique. 

Verbes. 

Parfait. Supin. Infinitif. 



declivis, is, e 
curvus, a, um. courbé 



qui s'abaisse 

en pente, altùs, a, um, 



Ind. prés. 



àgo, is 

Je pousse (levant moi. J'a: 


egi actum 

i poussé devant moi. Pour pousser devant soi. 


àgëre 

Pousser devant soi. 


àlO, 2S 


âlui altum. 


àlëre 


Je nourris. 


J'ai nourri. Pour nourrir. 


nourrir. 


àpricor, ciris 

Je niu cliauflu au soleil. 


apricâtus sum 

Je nie suis chaufté au soleil. S 


âpricâri 

e chaulfer au soleil. 


ârëo, es 


ârùi 


ârére 


Je suis à sec. 


J'ai été à sec. 


Être à sec. 


âro, as 


ârâvi, àrâtum 


ârare 


Je laboure. 


J 'ai labouré. Pour labourer. 


Labourer. 



L ADJECTIF. /O 

103. Exercice de version. 
Gr., § 66. — Adjectifs pris substantivement. 

1. Omnia humana sunt [sonl] mortalia et cadiica. — 
2. Utile est {est) sa^pe contrarium honesti. — 3. Docti 
nunquam ne... jamais) sunt egentes. — 4. Avarus est 
semper inops. — 5. Boni {les hommes de bien^ a peecato 
abstinent {s'abstiennent) amore virtiitis. — 6. Homo 
probus semper est veri studiosus. — 7 In {dans) 
Elysiis campis piorum sedesest amœna. — 8. Sapiens 
futiira prospicit (prévoit). — 9. Honesta et salutaria 
Socrati placebant {plaisaient). — 10. Perniciosa et 
injusta Aristidi non placebant. — 11. Omnia debe- 
mus {nous devons) parentibus. — 12. .-Egri non omnes 
convalescunt {recouvrent la santé). 

104. Exercice de thème. Gr. s 66. 
l.Les méchants subissent {luunt) la peine de [leurs] 
méfaits. — 2. Les petits soutirent {laborant) des {ex) 
dissensions [a/A.) des grands. — 3. L'alliance avec 
{cuni) un puissant ^«6/.; n'est jamais [nunquam est) 
sûre. — 4. Les pauvres sont {sunt) souvent heureux : 
les riches sont souvent malheureux. — 5. Que' tous 
les biens des amis soient {sint) communs. — 6. Les 
sages sont contents [de] peu {parvo). — 7. La flatterie 
est {est) indigne d'un ami. — 8. Les vieillards louent 
{laudant) trop les choses anciennes. — 9. La reclu'ri'hc 
du vrai est utile. — 10. Plusieurs sont malheureux 
par leur snus, a, uîh) négligence. 

105. Version. 

Exercice sur la déclinaison des noms, et dos adjectifs pris substanti\ «.'ment. 

LE LION DEVENU VIEUX {Fable). 
Léo seiiex jacebat i^ehiil rfrin/u) semianimis. Ad 
{vers) fenim advolat {accourt) aper dentibus terribilis, 



L'ADJECTIF. 



et ictu veterem injuriam vindicat [venge). Mox taurus 
vulnerat (blesse) infestis cornibus corpus imbellis 
hostis. Asinusvidet [voit) feram impune lœsam. Tum 
frontem leonis verberat (i/ /mp/^e) calce. Ad {après, 
à) talem contumeliam leo exspirat {expire) indigna- 
bimdiis. 

Gum [lorsque) pristinam dignitatem amiseris [rj, 
auras perdu), in {dans) casu gravi eris [tu seras) jocus 
etiam ignavis. (D\après Phèdre.) 

106. Version. 

Exercice sur la déclinaison des substantifs et des adjectifs. 

AGRICOLA ET ANGUIS {Fable). 

Agricola anguem frigore pœne exstinctum invenit 
{trouva). Misericordiâ motus bestiam in [dans) sinu 
fovit [réchauffa). Mox anguis recreatus vires recepit 
[reprit), et agricole pro [pour, en échange de) bene- 
ficio mortiferum vulnus inflixit {fît). 

Homo cautus improbos non adjuvat [n aide pas). 

QUESTIONNAIRE 
Gr., §§ 63, 66. 



1. Eli combien de classes se 
divisent les adjectifs latins d'a- 
près la déclinaison qu'ils suivent 
aux dilférents genres? 

2. Quelle déclinaison suivent 
les adjectifs de la première 
classe pour le masculin et le 
neutre d'une part, pour le fémi- 
nin d'une autre part? 

3. A quelle déclinaison se rat- 
tachent aux trois genres les 
adjectifs de la deuxième classe? 

4. Quel est le féminin ainsi 
que le neutre des adjectifs sui- 
vants : 

Saluber, saluhre ; — niger, 
noir; — acer, vif; — tener, 
tendre; — ferox, fier ; — mor- 



talis, mortel; — sapiens, sage. 

5. Quel est le masculin qui 
correspond aux féminins sui- 
vants : 

Solers, adroit; — equestris, 
équestre ; — pigra, paresseuse ; 
— memor, qui se souvient ; — 
utilis, utile ; — prospéra, pros- 
père. 

6. Dites les quatre types de 
déclinaison pour les adjectifs de 
la deuxième classe. 

7. Donnez deux adjectifs latins 
au masculin pris substantive- 
ment. 

8. Quelle est la signification 
spéciale de l'adjectif neutre pris 
substantivement? 



COMPARATIF ET SIPERLATIF. il 

107. Exercice de thème. 
Gr.. S; 67. 69. — Degrés de signification. 

i. Les maladies du corps sont [mni] funestes, les 
maladies de Tàme sont plus funestes. — 2. Les 
temples de la Grèce étaient (erant) élevés, les temples 
de l'Egypte étaient plus élevés. — 3. L'eau est légère, 
l'air est est) plus léger. — 4. Le sommeil est très 
agréable aux malades. — 5. Les matelots des ports 
carthaginois étaient très habiles. — 6. Les habitants 
de la Sicile craignaient Verres, préteur très avare. — 
7. Le chien est très fidèle à l'homme. — 8. Le prin- 
temps est la saison la plus agréable. — 9. L'air est 
très pur sur (/«^ les hautes montagnes («6/.;. — 10. Les 
terres de la Campanie sont très fertiles. 

108. Exercice de version. 

Gr.. ïï 67, 69. — I)egrés de signification. 

1. Ossa sunt [sont] dura, duriores sunt dentés. — 

2. Veloces sunt canes, lepores sunt velociores. — 

3. Gravia onera portant [povlent) equi, elei)hanti 
portant graviora. — 4. Multi homines laudant(/oz/t,'/i/^ 
tempora antiquiora. — 5. Viri prudentissimi fere ad 
omnia negotia sunt idonei. — 6. Animorum morbi 
|)erniciosissimi sunt. — 7. Stultos homines laus stul- 
tiorum hominum dcleclat [rrjomt). — 8. Pretiosissi- 
mum est [est] aurum, virtus est pretiosior. — 
9. Gallidissimis consiliis Themistoclis Griecia libéra 
fuit (/*<//,. — 10. Gastra Uomana erant [é/aieut] 
munitissima. — 11. Prometheus in {dmis) doloribus 
acerbissimis patientissimus fuit. — 12. Torrum vilius 
est quam <^ue) aurum et argentum. 



• û • L ADJECTIF. 

109. Thème. 

Gr., § 69. — Déclinaison du comparatif et du superlatif. 
L'AFRIQUE ANCIENNE 

Les anciens connurent [noveimnt) seulement la 
partie septentrionale de l'Afrique, à savoir [id est] 
l'Egypte, les provinces de l'empire carthaginois, la 
Numidie , la Mauritanie. Les limites de l'Afrique 
ancienne sont {sunt) le Nil, la mer Méditerranée, k 
détroit de Gadès. La mer est [est) orageuse ; les ports 
sont clairsemés et peu sûrs. Le sol est très fertile en 
grains, abondant en pâturages, dépouillé d'arbres; 
les pluies sont très rares ainsi que les sources. Les 
habitants sont robustes, légers k la course, durs au 
travail, sobres, presque inaccessibles à la maladie, 
plus braves que beaucoup d'autres barbares. Plu- 
sieurs succombent [cadunt) par le fer dans {in) les 
combats [ahl.) ou à [in] la chasse {ahl.) par la dent des 
bétes féroces : car l'Afrique nourrit [alit] plusieurs 
espèces d'animaux malfaisants. 

Les Romains furent {fuerunt) les maîtres de toutes 

les nations de l'Afrique ancienne. 

110. Exercice de version. 

Gr., § 70. — Règles particulières sur la formation 

du comparatif et du superlatif. 

1. Socrati, viro integerrimo, crimina falsa adversa- 
riorum fuerunt [furent) perniciosa. — 2. Nocte niger- 
rimâ Graeci Trojanis perniciem parant [pj^éparent). — 
3. Fortuna Niobae, filiœ superbae Tantali, miserrima 
fuit [fut). — 4. Acerrimi sunt [sont) oculi multarum 
avium. — 5. Flumen celere est [est), ventus celerior, 
lux celerrima. — 6. Magnus bello Persico Themisto- 
cles fuit, nequeminor in [dans) pace. — 7. Minima res 
interdum plurimorum malorum fons est. — 8. Malus est 
error, pejor defensio erroris,pessimum mendacium. 



COMPARATIF ET SUPERLATIF. 79 

VOCABULAIRE 

[Mots groupés par ordre d'idées.] 

L.\ TERRE, L'AGRICULTURE ET LEURS PRODUITS 

Substantifs. 

agnus, i, ?n., agneau. avis, is, /"., oiseau. 

alvëus, i, m., creux, lit d'un fleuTe. an non a, a?, /"., récolte. 

amnis, is, ?>?., fleuve. àqua, ae, /"., eau. 

amphôra, a?, /., amphore, arbor, oris, /"., arbre, 

(mesure de 26 lit. env. p. les liquides) àrêna, cB, f., sable, 

animal, âlis, «., animal. ârista, «, A, épi. 
àriés, êtis, m., bélier. àrundo,dïnis, A, roseau. 

armentum,i, n., troupeau de âsïnus, i, m., àne. 

grosbétail. àsïna, 83, /"., ànesse. 

aura, ae, a, souffle, air. asellus, i, 7«.,ànon. 

aurôra, ce, /"., aurore. auceps, cûpis, m., oiseleur, 
autumniis, i, m., automne. bâlâtùs, ûs, ?«., bêlement. 

Adjectifs. 

agrestis, is, e, agreste, campestris,is,e, de plaine, de 
champêtre. campagne, 

câvus. a, uni, creux. cxcelsus, a, uni, élevé, 

sôbrius, a, uni, qui vit depeu. ôdax, <7<'/j. âcis, vorace. 

Verbes. 



Ind. prés. 


Parfait. 


Supin. 


Infinitif prés. 


bâlo, as 


brdâvi 


brdâtum 


bâiâre 


Je bêle. 


J'ai bêlé. 


Pour bêler. 


héler. 


flÙO, is 


fluxi 


nuxuin 


nature 


Jo coule. 


Jai coulé. 


Tour couler. 


Couler. 


vïreo.''.< 


Virùï 




virere 


suis vonloyant. 


J'ai été verdoyant. 




Être verdoyant 


sàlïo, /.v 


sùliiousalui 


saltum 


sAlire 


Je saute. 


J'ai sautA. 


Pour sauter. 


Sauter. 



80 



1/ ADJECTIF. 



111. Version. 



Gr.. § 70, — Règles particulières sur la formation du comparatif 
et du superlatif. 

L'EMPEREUR TITUS 

Vespasiano successit [succéda) Titus filius, vir omni 
virtutum génère mirabilis. Fuit [il fut) naturâ bene- 
volentissimus, facundissimus, bellicosissimus, mode- 
ralissimus, offensarum et inimicitiarum inimemor. 
Causas latine egit [il plaida], poemata et tragœdias 
grffïce composuit [il composa). \\\(dans) oppugnatione 
Hierosolymorum sub [sous) pâtre militans [faisant 
son service) duodecim propugnatores duodecim 
sagittarum ictibus confixit {il transperça). Romse in 
[dans) imperio fuit maximse civilitatis maximœque 
facilitatis et liberalitatis- 

Sub Tito fortuita ac tristia acciderunt [arrivèrent), 
ut [par exemple) conflagratio Vesuvii montis in 
Campania,et incendiumRomce per [pendant) triduuni 
totidemque noctes, et gravissima pestilentia. In tôt 
adversis actalibus non modo principis sollicitudinem 
sed et parentis affectum unicum praestitit {il montra). 

• (D'après Eutrope.) 

112. Exercice de thème. 

Gr. , § 70. — Formation du comparatif et du superlatif. 

• 1. Les couleurs des papillons sont [sunt) très belles. 

— 2. L'eau pure est [est) une boisson très salubre. — 
3. Les enfants sont souvent très différents des parents 

— 4. En (?'/i) Afrique («6/.) il y a de très nombreuses 
espèces d'animaux malfaisants. — 5. Les plus pauvres 
et les plus humbles sont quelquefois les plus heu- 
reux. — 6. Le temps rend (reddit) le vin meilleur. — 
7. Les jambes du cerf sont très grêles. — 8. Les 



COMPARATIF ET SIPERLATIF. Ol 

choses les plus difficiles n'arrêtaient pas [non inhibe- 
bani) le Carthaginois Hannibal. — 9. Il y a dans la 
mer de très nombreux et très grands animaux. — 
10. La lune est grande, le soleil est plus grand. — 
11 Les Athéniens avaient [habehani] d'excellentes 
lois. — 12. Les plus grandes douleurs sont souvent 
dans les plus petites parties du corps. 

113. Exercice de version. 

Gr. . S 70. — Formation du comparatif et du superlatif. 

1. Plurium imperium in (dans) bello est [est] pessi- 
mum. — 2. Liberi s«pe avis similiores sunt [sont) 
qiiam [que parentibus. — 3. Fili« matri sunt sœpe 
simillima% sed nonnunquam sunt similiores patri. — 
4. 3Iinima^ arbores in [sur) montibus altissimis sunt. 
— 5. Facillimaî res non sempcr jucundissims sunt. — 

6. Mercurii sunt in Galliâ plurimîl simulacra. — 

7. Alcibiades in pace pigerrimus, in bello diligentis- 
simus fuit /»/). — 8. Urbes Gra^ca^ Asia? et insula^ 
celeberrinue maris ^]g*i pranla Persarum fuerunt 
(furent). — 9. Corvus, excitatns e lalibulis silvarum, 
proximam villam petiit [gagnai. — 10. Domus mea 
est foro proxima. — 11. Nostri milites tenebant 
[occupaient] loca llumini propiora. — 12. Optima sunt 
rarissima 

114. Exercice de version. 

Gr.. ï§ 71. 73. — .AdjfMtits sans romparatif ni superlatif. 
Validior manuum. 

1. Kc's maxime exigua suam sa^pe difticultatem 
habet {a . — 2. Vis juri est [est) maxime contraria. — 
3. NuUum speclaculum magis est egregium quam 
{que) cives concordes. — 4 Hispania a [par) Uomanis 
in (en) citeriorem et ulleriorem divisa esl[fut divisée), 

5. 



82 l'adjectif. 

— 5. Phrygiam majorem et minorem Macedones 
occupaverimt [occupèrent). — 6. Alexander seniores 
militum in [dans] patriam remisit [renvoya). — 
7. Major pars hominum divitiis inservit [est asservie). 

— 8. Major pars vincet [remportera sur) meliorem. — 
9. Pompeii filius major occisus est [fut tué), minor 
fugit [i enfuit). 

115. Thème d'imitation. 

[Yoy. Prem. ann. de Latin, p. 176. j 

Gr., §§63, 72. — Exercice de récapitulation sur l'adjectif; 
sur le comparatif et le superlatif. 

LE ROMAIN CATILINA 

Le Romain Lucius Catilina, issu d'une famille très 
noble et chef d'une fameuse conspiration, était (eraf) 
doué d'une très grande force de corps et d'esprit. 
Son [ejus] corps était très robuste et endurci à la 
fatigue, aux veilles, au froid, au chaud, à la faim. 
[Son] esprit était très audacieux, très rusé, très 
souple. Catilina était avide du bien d'autrui, prodigue 
du sien, ardent dans (i?z) ses passions («6/.), débauché, 
parjure, contempteur des lois divines et humaines, 
mais assez éloquent et très brave dans les combats. 
A Rome [loc.) les parricides, les sacrilèges, les escrocs, 
les bandits, les malfaiteurs de toutes sortes étaient 
(erant) les familiers et les associés de Catilina ; les 
jeunes gens ruinés par les plaisirs et le jeu, les 
esclaves fugitifs, les vétérans désœuvrés et indigents 
étaient aussi des complices. Tous les conjurés dési- 
raient [cupiebant) être [esse) bientôt très riches par le 
meurtre et le pillage. Mais Cicéron, orateur d'une 
éloquence très courageuse, réveilla [excitavit) les 
bons citoyens et déjoua [fregit) les projets des en- 
nemis de la république. 



COMPARATIF ET SUPERLATIF. 83 

116. Thème. 

Gr.. S§ 63, 72. — Exercice de récapitulation sur l'adjectif; 

sur le comparatif et le superlatif. 

LE CHIEN 

Le chien est (est) très zélé, très ardent, très obéis- 
sant, très doux, très familier, très caressant, très 
reconnaissant, oublieux des outrages, mais non des 
bienfaits; il est plus docile que {quam) Thomme 
{nomin.), plus agile et plus fort que beaucoup d'ani- 
maux. Il est très passionné pour la chasse et pour la 
guerre; il donne dat) fréquemment des exemples 
de valeur, de tempérance et de fidélité ; il est très 
attaché à l'homme, et même à l'homme très pauvre 
et très malheureux. 

Le chien est l'ennemi acharné des loups, lami du 
berger, le gardien des troupeaux ainsi que de nos 
maisons de la ville et de la campagne. Les talents 
naturels du chien sont {sunt) évidents; son (ejus) 
éducation est très facile et très heureuse 

Le chien sauvage n'est pas {non est) semblable au 
chien doniesti(|ue. Un naturel san^iinaire, très féroce 
et très violent rend [reddu) le chien sauvnge très 
redoutable à tous les animaux. 

117. Thème. 

Gr., §5 63, 72. — Exercice de rëcapilulatioa sur l'adjectif; 
sur le comparatif et le superlatif. 

L'AIGLE 

L'aigle a [habet) les pieds garnis de plumes très 

molles ; il est [est) ainsi protégé [tutus) contre {ab) le 

froid («/>/.' dans [in) la région 'ahi.' la plus élevée du 

ciel et sur (j?î) les plus hautes montagnes a/y/. .Comme 

{sicut) tous les oiseaux de proie, il est très avide de 

la chair et très passionné pour la chasse, et il mène 

[agit) une vie errante et solitaire. 



84 l'adjectif. 

L'aigle est le roi des oiseaux de même que {que- 
madmodmn) le lion est le roi des quadrupèdes. Nés 
tous deux pour (ad) le combat («ce.) et pour la proie, 
ils sont [sunt) également ennemis de toute société, 
très féroces, très fiers et indomptables. 

Le vol de l'aigle est très élevé. Pour cette raison, les 
anciens 1' [eam] appelaient (c?ice6an/) l'oiseau céleste^ 
et dans [in] les augures [ahl.) le (eam) regardaient 
comme (existimabant) le messager de Jupiter. 

118. Exercice de thème. 

Gr., 6§ 71, 73. 

Adjectifs sans comparatif ni superlatif. Validior manuum. 

1. Le fer est (est) un métal très nécessaire, plus 
nécessaire que (quam) l'argent et l'or [nomin.). — 
2 Gaton l'Ancien était [erat) très apte (apte ; idoneus, 
a, um) à (ad) toutes choses («ce). — 3. Les citoyens 
de l'ancienne Rome étaient (erant) très pieux. — 
4. Annibal franchit (superavit) les chaînes les plus 
escarpées des Alpes. • — 5. Titus était bienveillant 
pour ses inférieurs. — 6. Vous êtes (es) le meilleur 
des deux élèves. — 7. La plus grande partie (tournez: 
la partie plus grande) de la nourriture des Germains 
consiste (consisiii) en [in] lait [ahl.], fromage, viande. 
— 8. Le plus jeune des deux frères est malade. — 
9. Le travail est très nécessaire à tous les hommes. 

119. Thème. 

Exercice sur l'adjectif, sur le comparatif et le superlatif, 

L'ÉCUREUIL 
L'écureuil est (est) un quadrupède de petite taille, 
de mœurs innocentes, peu sauvage, ni carnassier, ni 
nuisible. Sa (ejus) nourriture ordinaire sont (sunt) des 



COMPARATIF ET SUPERLATIF. 



85 



fruits, des amandes, des noisettes, de la faine et du 
gland ; mais il est assez friand des oiseaux. Il est très 
propre K très léger, très vif, très alerte, très indus- 
trieux-. 11 a [hahet] les yeux pleins de feux et très 
perçants, le corps nerveux, les membres très dispos. 
L'écureuil est commun ^ dans \}n] toute ITAirope 
{abl.) et dans lAsie septentrionale. Il ne fréquente 
pas [non fréquentât) les champs, les lieux découverts, 
les plaini^s; il est l'habitant des grandes forets. Son 
[ejus] domicile, situé sur [in) la cime [abl.) des arbres, 
est propre, chaud, impénétrable à la pluie. 

(D'après Buffon.) 

1. Propre, mundus, a, um. — 2. Industrieux, sollers, erfis. — 
3. Commun (non rare), frequens. 

QUESTIONNAIRE SUR LE COMPARATIF ET LE SUPERLATIF 
Gr.. S; C7. 73. 



1. Combien y a-t-il de degrés 
de signification pour les adjec- 
tifs en latin comme en français? 

2. Quelle est la terminaison 
régulière du comparatif et du 
superlatif en latin ? 

3. En Intin la forme du super- 
latif relatif dillèrf-t-elle de celle 
du suf)erlatif absolu ? 

4. Pour l.s adjectifs avec quel 
cas du pusilif forme-t-on le 
comparatif t't le superlatif? 

5. D'après quel modèle d'ad- 
jeclif se dicline le comparatif? 

6. A quelle classe dadjectifs 
se rattache la déclinaison du 
superlatif? 

7. Quel est !e superlatif des 
adjectifs ru er? 

8. Quel est le superlatif de 
letus ? 



9. Donnez le comparatif et le 
superlatif des adjectifs facilis, 
difficilis . sim ilis , disshn ilis , 
gracilis. humilis. 

10. Donnez le comparatif et le 
superlatif des adjectifs bonus, 
malus, 77iagnus, pai'vus, multi, 
propiuquus. 

11. Les adjectifs en eus, tus, 
ùus, tels que idoneus, pius, 
arduus, ont-ils un conqiaratif 
et un superlatif? 

12. Quand un adjectif manque 
de comparatif ou de superlatif, 
au moyen de quels adverbes 
peut-on y suppléer? 

13. Lorsqu'il n'est question 
que de deux personnes ou de 
deux choses, les Latins em- 
ploient-ils le comparatif ou" le 
superlatif? 



8r> 



L ADJECTIF. 



120. Texte à apprendre par cœur. 
VOCABULAIRE 



Agâthoclës, is, n. pr. in. 

thocle. 



Aga- 



Qui, qiix, quôd, pr. rel. Qui, le- 
quel. 

In, prép. Dans {ablat.) sans mou- 
vement, (accus.) avec mouvement. 
- Sïcïlïa, s, n. pr. f. La Sicile. 

regno, as, âvi, âtum, are, intr. 
Régner. 

ad, prép. Vers (Ace). 

rëgïus, a, um, adj. Royal, 

mâjestâs, tâtis, f. Majesté. 

ex, prép. De, hors de {abl ). 

hùmïlis, is, e, adj. Bas, humble. 

et, conj. Et. 

sordïdus, a, um, adj. Vil. 

gënus, èris, n. Naissance, extrac- 
tion. 

pervënio, is, vëni, ventum, vënlre, 
intr. Parvenir. 

nam, conj. Car, en effet. 

pâter, tris, m. Père. 

fïgùlus, i, m. Potier. 

nascor, èris, nàtus sum, nasci, 
intr. dép. Naître. 

ipsë, à, uni, adj. et pron. Même, 
lui-même. 

fïglinus, a, um, adj. De potier. 
ars, artis, f. Art, métier. 



prïmum, adv. D'abord, 
exercëo, es, in, îtum, ère, tr. 
Exercer. 

postquam, conj. Après que. 

res, èi, f. Chose, affaire. Ici : Les 
affaires publiques, le pouvoir, 

pôtïor, îris. Uns sum, Iri, intr. 
dép. 8'emparer de, être en posses- 
sion de. 

sôlëo, es, sôlïtus sum, sôlêre, 
intr. Avoir coutume. 

mensa, se, f. Table. 

pôcûlum, i, m. Coupe. 

fictïlis, is, e, adj. d'argile. 

inter, prép. Entre, parmi. 

aurëus, a, um, adj. D'or. 

pôno, ïs, j)ôsùi, pôsîtum, nère, tr. 
Poser, placer. 

pâlam, adv. Publiquement. 

fâtëor, èris, fassus sum, fàteri, tr. 
dép. Avouer, déclarer. 

se, pron. refl. de la 3" pers. Se, 
soi, lui, elle. 

quondam, adv. Autrefois. 

ejusmôdi, gén. De cette espèce, 
d3 ce genre, de cette façon. 

sum, es, fui, esse. Être. 

artïfex, fïcis, m. Artisan, ou- 
vrier. 



IL NE FAUT PAS ROUGIR DE SON ORIGINE 

Agathocles, qui in Sicilia regnavit, ad regiam 
majestatem ex humili et sordido génère pervenerat. 
Nam in Sicilia pâtre figulo natus, ipse figlinam artem 
primum exercuit . Postquam rerum potitus est, 
solebat in mensa pocula fictilia inter aurea (s.-ent. 
pocula) ponere, et palam fateri se quondam ejusmodi 
poculorum fuisse artificem. 

(Justin, XXII, 50.) 



LES NOMS DE NOMBRE. 87 

CHAPITRE III 

LES NOMS DE NOMBRE 



121. Exercice de version. 

Gr., 55 74 et 75. 

Noms de nombre cardinaux; noms de nombre ordinaux. 

1. bionysius duodequadraginta annos tyrannus 
Syracusarum fuit {fut). — 2. Sunt [sont) quattuor 
anni tempora : ver, restas, autumnus, hiems. — 
3. ûiei horie sunt duodecim. — 4. Octoginta annorum 
vita rara est [est^. — 5. Romana legio decem cohortes 
habuit [eut). — 6. Mithridati régi viginti quinque 
lingual nota? h\(ivui\i{ furent). — 7. Status rei publicfe 
Romanaî incertissimus fuit beilo Punico secundo. — 
8. Nioba septem filiorum et septem filiarum mater 
fuit. — 9. Titus, Vespasiani filius, Hierosolyma unno 
urbis Roniai octingentesimo vicesimo tertio expu- 
gnavit [prit d'assaut). — 10. Servius Tullius sextus 
Romanorum rox fuit. — 11. Immanis canis Cerberus 
tria capita habebat (arai/). — 12. Gra^ci urbem Tro- 
jam decem annos oppugnaverunt [assiégèrent). 

122. Exercice de thème. 

Gr., 5:5 74 et 75. 

Noms de nombre cardinaux; noms de nombre ordinaux. 

1. Alexandre le Grand régna iregnavU) treize ans 
{ace). — 2. Il y a [sunt) cinq parties du monde. — 

3. L'homme de soixante ans est [est) un vieillard. — 

4. Le philosophe Platon avait [habebat] quatre esclaves. 
— 5. La flotte romaine prit [ccpit) sept navires car- 
thaginois. — 6. Ulysse erra [erravit) dix ans ^acc.j ù 



8'^ LES NOMS DE NOMBRE. 

travers {per) les terres et les mers [ace). — 7. Il y 
avait [erant) quatre ports à Athènes [abl.], mais le 
Pirée était [erat) le plus beau. — 8. Darius fut [fuit) 
le troisième roi des Perses. — 9. Romulus fut le 
premier roi de Rome, Numa Pompilius le second, 
Tullus Hostilius le troisième, Ancus Martius le qua- 
trième, Tarquin l'Ancien le cinquième, Servius 
Tullius le sixième, Tarquin le Superbe le septième et 
le dernier. 

123. Exercice de thème. 

Gr., § 76. — Nombres cardinaux qui se déclinent. 

1. In (dans) capite hominis sexaginta tria ossa sunt 
[sont). — 2. In exercitu Alexandri Magni tredecim 
milia Macedonum fuerunt [furent). — 3. Hadrianus 
imperator annos viginti unum, menses undecim 
Te^\\2i\ii [régna). — 4. Tria Romanorum peditum 
gênera fuerunt. — 5. Alexander initio belli exercituî 
quadraginta millium hominum praefuit [fut à. la tête 
de). — 6. Bello Persico socii Atheniensium fuerunt 
mille Platœenses. — 7. Solon Atheniensis unus ex 
[de) septem sapientibus Grieciae fuit {fut). — 8. Quot 
annos post [depuis) Christum natum numeramus 
[comptons-nous) ? — Mille octingentos nonaginta 
très. 

124. Exercice de thème. 

Gr., § 76. — Nombres cardinaux qui se déclinent. 

1. L'homme a [habet) deux bras, une seule bouche, 
deux oreilles, deux yeux. — 2. Il y avait [erant) six 
cent mille soldats dans [in) l'armée {abL) des Perses. 



LES NOMS DE NOV.BnE. 89 

— 3. Le conseil dun seul homme délivra {liheravit) 
la Grèce du péril abl.) des Perses. — 4. Le combat 
des trois Horaces et des trois Curiaces est (est) très 
fameux. — 5. Toute la Grèce assiégea [oppugnavit) 
une seule ville pendant (per) dix ans {ace). — 6. La 
profondeur du tleuve était (ei^ai) de trois pieds. — 
7. Il y avait dans [iiv, la plaine [abl.] trois mille cava- 
liers. — 8. Les Romains prirent d'assaut {expugnave- 
riiyii} Corinthe et Carthage, deux villes très puis- 
santes. 

125. Thème. 
Gr., S 76. — Nombres cardinaux qui se déclinent. Emploi de mille, millia. 

Darius, roi des Perses, irrité [contre] tous les 
peuples \dai., de la Grèce, et surtout contre les Athé- 
niens, envoya (mi'sit) en (m) Attique {ace) une flotte 
de cinq cents vaisseaux portant [portaniem] deux cent 
mille fantassins et dix mille cavaliers. Datis et Arta- 
pherne étaient {erant) les chefs de Lexpédition. De 
son coté, lAtliénien Miltiade avait [habebat] seulement 
dix mille hommes armés. Mais les Athéniens furent 
{fueriini) supérieurs par le courage, et détirent com- 
plètement iprofligarunt) un nombre décuple (rcnne- 
mis. Les troupes de Xerxès furent de beaucoup plus 
considéra])les .plus grandes) que celles les troupes) 
de Darius. Il équipa (comparavit) douze cents navires 
longs et deux mille navires de charge; l'armée de 
terre comprenait sept cent mille fantassins et quatre 
cent mille cavaliers {tournez : les armées de terre 
furent de sept^cent mille, etc.). Le désastre de, 
Salami ne fut {fuit) pour les Perses le fruit de si 
grands préparatifs {tournez : dun préparatif si grand). 



90 LES NOMS DE NOMBRE. 

126. Version. 
Gr., § 76. 

DU>E PER>!E 

Feras imposuit^ Juppiter nobis^ diias : 
Propriis repletam vitiis post tergum dedit^ 
Alienis* ante pectus suspendit^ gravem. 

Hac re^ videre"^ nostra mala non possumus^ ; 
Alii simul délinquant^ censores sumus^^ 

(Phèdre, IV, 9.) 

1. Imposait : « A placé sur ». — Ti. Nobis : « A nous, sur nous ». 

— 3. Dédit : « Il a donné ; il a placé ». — 4. Alienis. Suppléez vitiis. 

— 5. Suspendit : « Il a suspendu ». — 6. Hac re: « Par cette chose ». 

— 7. Videre : « Voir ». — 8. Nonpossumus: « Nous ne pouvons pas ». 

— 9. DeWiquunt : « Pèchent ». — 10. Sumus : « Nous sommes ». 

127. Exercice de thème. 

Gr., § 77. — Emploi des nombres ordinaux. 

1. Le mois de janvier est(e5/)le premier de l'année, 
[celui d'] octobre le dixième, [celui] de décembre 
le douzième. — 2. C'est le quatorze du mois de 
mars {tournez : ce jour, hic dies, est le quatorzième 
du mois de mars). — 3. Charlemagne fut proclamé 
(declaratus est) empereur l'an [ahl.) huit cent. — 
4. Nous avons lu {legimus) le livre trois de ton ou- 
vrage. — 5. La mort de l'empereur Tibère est racontée 
{narrata est) dans (m) le chapitre {abl.) cinquante du 
livre six des Annales de l'historien Tacite. — 6. L'an 
deux de la cent-septième olympiade correspond {?^es- 
pondet) à l'an [dat.) trois cent cinquante-un avant 
[ante) Jésus-Christ (ace). 

128. Thème. 

Exercice de récapitulation. 

La magicienne Circé est fille du Soleil. La demeure 
de la déesse est une grotte voisine de la mer et 
célébrée par les vers des poètes. Des loups, des ours, 



PRONOMS PERSONNELS. 



91 



des lions sont les gardiens de la grotte : les cris des 
bêtes féroces effrayent [terrent) les matelots et les 
paysans des environs. De nombreuses nymphes sont 
les servantes de la magicienne. Elles cueillent [leçjunt) 
dans {in) les prairies («6/.) et dans les bois des milliers 
d'herbes variées pour leur (suus, a, um) maîtresse. 
Circé mêle (miscet) les sucs des plantes avec {cum) du 
lait et du miel [ahl.) et prépare {parât) ainsi de dan- 
gereux poisons. Le prudent Ulysse rejeta {rejecit) le 



perfide breuvage. 



QUESTIONNAIRE 
Gr., §§ 74, 77. 



1. Comment se déclinent les 
noms de nombre ordinaux? 

2. Dites les noms de nombre 
cardinaux qui se déclinent. 

3. Sur quel sul)>^tantif neutre 



se décline le pluriel millia ? 
U. Traduisez en latin les ex- 
pressions suivantes : l'an huit 
cent trente - neu f : le livre 
dix. 



CHAPITRE IV 

LES PRONOMS. - LES ADJECTIFS PRONOMINAUX 



129. Exercice de thème, 
Gr.. ^S 78 et 79. — Pronoms personnels. 

1. Traduisez sans exprimer le pronom sujet : 

Tu es absent(l). Nous sommes absents. 
Il est absent. Vous êtes absents. 

Elle est absente. Ils sont absents. 

2. Traduisez en exprimant le pronom sujet : 

Toi, tu es pr6sent(2). Nous, nous sommes présents. 

Lui, il est présent. Vous, vous êtes {présents. 

Elle, elle est prés(Mite. Eux, ils sont prés(Mits. 

Elles, elles sont pr»'>senles. 

(1) Jo suis absent : abxiim. 

(2) Je suis présent : adaum. 



92 PRO.XOMS. — ADJECTIFS PRO\OJII^'Al:X. 

130. Exercice de version. 

Gr., §§ 80 et 81. - Pronoms personnels. 

1. Tui semper memores sumLis.-2. Suaves florum 
odores me délectant {font plaisir). - 3. In (en) me 
et m te, in nobis omnibus est animus immortalis - 
4. Melior pars nostri animus est. - 5. ReipublicaB 
salus Yobis cara sit [que... soit). - 6. Deus nos amat 
[aime), ut pater amat suos liberos. — 7 Tu nobis 
gratissimus es. _ 8. Pugnate ( comôattez) forti animo 
pro {poif,r) nobis, milites. - 9. Magna clades nobis 
instat {7nenace). - 10. Vos non vobis mcl conficitis 
(vous faites), apes. 

131. Exercice de thème. 

Gr., §§ 80 et 81. -Pronoms personnels. 

1. Moi, je chante (canto), toi tu cries {clamas) — 
2 Mes conseils ne te {dat.) feront pas défaut {non 
deerunt). - 3. Enfants, [quej vos parents vous soient 
(sint) toujours chers. - 4. Le froid de l'hiver m'est 
incommode. - 5. [Que] la patrie nous soit {sit) plus 

chère que (^^«771) la vie(nom.).-6.Toustesprojets sont 
connus de nous {dai.).~7. cher ami, sans cesse nous 
pensons tous à vous {tournez : nous sommes nous- 
souvenant de vous). - 8. Moi, je suis un enfant de 
dix ans; vous, vous êtes un homme de quarante ans. 
132. Exercice de version. 

Gr., § 82. — Pronom rélléchi. 

1. Trocenti Lacedœmonii non pro (pour) se, sed 
pro universa Grœcia dimicaverunt {combattirent^. — 

2. Homines pigri et sibi et ceteris sunt molesti. — 

3. Apollo et ejus soror Niobae liberos necaverunt 
{tuèrent). — 4. Laceda^monii Leonidamet socios ejus 
pro patria caesos decoravere {honorèrent) sepulcris et 



ADJECTIFS POSSESSIFS. 93 

statuis. — 5. Sapiens omnia sua secum portât [porte). 

— 6. Hamilcar ejusque filius Hannibal acerrimi 
Romanorum hostes fuerunt (furent). — 7. Homo 
doctiis in {sur) se divitias habet [a). — 8. Hannibal 
Alpes sibi patefecit (ouvrit). 

133. Exercice de version. 

Gr.. j,; 83, 85. — Adjectifs possessifs. 

1. Operibus nostris adsint (que... soient favorables) 
dii de^eque omnes. — 2. Hisus aliorum sfepe causa 
nostra? ira3 est. — 3. Amicum meum tibi commendo 
(je l'e commande): rébus omnibus ejus consule [veille 
à). — 4. Mea mihi, tua tibi cara sunt. — 5. Plurimas 
urbes nostri milites expugnaverunt [ont pris d'assaut). 

— 6. Respubiica nostra semper sit (que... soit) inco- 
lumis et florens. — 7. Diogenes suis rébus semper 
fuit (fut) contentus. — 8. Nemo vobiscum sine sua 
pernicie pugnavit (a combattu). — 9. Lentulus etsocii 
ejus occisi sunt (furent tués). — 10. Familiaris meus 
tibi negotium suum committet [conféra), 

134. Exercice de thème. 
Gr.. §,^ 83, 85. — Adjectifs possessifs. 

1. Omon père, pardonnez (/r/^o-çce) à votre fils impru- 
dent dut.) — 2. [Quej la fortune soit favorable ^adsit) 
à mes compagnons (rfa/.) et à moi. — 3. Obéis (pare) 
à tes parents [dai.), aux lois et aux magistrats de ta 
patrie. — 4. Ton père a été (fuit) très sage. — 5. La 
mort détruira (^z^5j/me/) nous et tous nos ouvrages. — 
6. Le philosophe Socrate instruisait (eimdiebat) tous 
ses disciples. — 7. Catilina n'était pas 'non crat) 
digne de ses ancêtres. — 8. Peu d'hommes sont 
contents de leur sort. — 9. Nous louons (laudamus) 
Socrate et ses disciples. — 10. Tibérius Gracchus et 
son frère furent tués (occisi sunt). 



94 



PRONOMS. 



ADJECTIFS PRONOMINAUX. 



135. Texte à apprendre par cœur. 
VOCABULAIRE 



Lusitâni, ôrum. n. pr. m. pi. Les 
liUsitaniens, habitants de la Lusi- 
tanie (Portugal). 

Vïrïâthus. /'. n. pr. m. Viriathe, 
pâtre lusitanien. 

ërïgo, is, rexi, rectum, rïgëre, tr. 
Relever de l'abattement, rendre le 
courage. 

callïdïtâs, âtis.ï. Habileté, ruse. 

âcer, âcris, acre, adj. Vif, péné- 
trant. 

vênâtor, ôi'is, m. Chasseur. 

latro, ônis, m. Brigand. 

dux, diicis, m. Chef, général. 

impërâtor, ôris, m. Général en 
chef. 

êvâdo. îs, vâsi, vâsinn, vâdère, 
intr. Devenir. 

sûus, a, Uni, adj. posses. Sien. 

défende, is, i, fensum, fendère, 
tr. Défendre, protéger. 

annus, i, m. An. 

omnis, e, adj. Tout ; omnia, tout. 

citrâ, prép. (qui régit l'ace). En 
deçà de. 

ultra, prép. (qui régit l'ace). Au 
delà de. 

Ibêrus, i, n. pr. m. L'Èbre, fleuve 
d'Espagne. 

Tâgus, /', n. pr. m. Le Tage, fleuve 
d'Espagne et de Lusitanie. 

ignis. is, m. Feu. 

ferrum, i, n. Fer. 



pôpûlor, âris, âlus sum, âri, tr 
dép. Ravager. 

castra, ôrum, n. pi. Camp. 

aggrëdïor, èris, gressus siim. 
grèdi. tr. dép. Attaquer. 

caedo, îs, cècldi, csesum, csedêre, 
tr. Massacrer. 

pars, partis, f. Partie. 

insignis, e, adj. Remarquable. 

trâbëa, œ, f. Trabée, robe des 
consuls romains dans les jours de 
cérémonie. 

fascis, is, m. Faisceau; fasces, 
îum, les faisceaux, hache entourée 
de verges qui était portée devant 
les principaux magistrats de Rome. 

câpïo, is, cëpi, captum, càpère, tr. 
Prendre. 

mons, montis, m. Montagne. • 

trôpœum, i, m. Trophée. 

figo, ïs, fixi, fixum, figère, tr. Sus- 
pendre, planter. 

Fabius, ïi, n. pr. m. Fabius 
Maximus, consul. 

consul, sûlis, m. Consul, premier 
magistrat de Rome. 

opprïmo, îs, pressi, pressum, prï- 
vière, tr. Accabler. 

përëo, îs, ïi, ïtum, Ire, intr. Périr. 

për, prép. (qui régit l'ace). Par 
le moyen de. 

dôtaesticus, a, um, adj. De la 
maison, domestique. 

percussor, ôris, m. Assassin. 



ViRIATHE, CHEF DES LUSITANIENS, 
LUTTE CONTRE LES ROMAINS (149-140 av. J.-c. 



LusitanosViriathus erexit, vir calliclitatis acerrimce, 
qui ex venatore latro, ex latrone subito dux atque 
imperator evaserat. Non solum libertatem suorum 
défendit, sed per quattuordecim annos omnia citra 



PRONOMS DÉMONSTRATIFS. 95 

ultraque Iljerum et Tagum igni ferroque populatus 
est. Castra Ronianorum aggressus, ducem cecidit et 
magnani partem exercitOs: et insignia nostris trabeis 
et fascibusquie ceperat,in montibiis suis tropa?a tixit. 
Tandem a Fabio Maximo consule oppressus, periit 
per fraudem et insidias hostium et domesticos per- 
cussores. (D'après Florus). 

136. Thème. 

Gr.. S 85. — Adjectifs possessifs. 

L'éducation d'Épaminondas fut [fuit) excellente : 
il eut [habuit) les maîtres les plus illustres en [in) 
toutes les matières [abl.). De bonne heure il cultiva 
(excoluit) les merveilleuses qualités de son esprit et 
surpassa {antecessit) tous ses condisciples dans les 
sciences et dans les arts. En même temps il était {erat) 
appliqué à la gymnastique et fortifiait [corroborabat) 
son corps par des exercices nombreux et variés. 
Épaminondas était modesl)e, sobre, prudent, coura- 
geux et habile dans les combats. Il était ami de la 
vérité : tout mensonge même très léger lui était 
odieux. 11 était très patient et pour; les injures dén.) 
du peuple et pour celles [tournez : les injures) de ses 
amis. Xé d'un père pauvre, il fut lui-même toujours 
pauvre et toujours content de son sort. 

137. Exercice de version. 
Gr.. ,: 86. — l'rouoins deraoustratifs. 

1. Hi montes altissimi sunt. — 2. Lapides illi duri 
sunt. — 3. Hiec res erit [sera) tibi noxia. — 4. Cives 
illius urbis sunt miserrimi. — 5. Hioc tanta peri- 
cula prudcnter vitavisti [tu as évité). — 6. Is nobis sit 
{(jue... siiir carissimus, qui optimus est. — 7. Istud 
verbum (.'^l impium : Ego milii proximus sum. — 



96 PRONOMS. — ADJECTIFS PROIN'OMINAUX. 

8. Melior est certa pax quam incerta Victoria : ha^c 
in [dans] deoruin manu est, illâ in tua. 

138. Exercice de thème. 

Gr., § 86. — Pronoms démonstratifs. 

1. Démosthène et Gicéron furent [fuenmt) des 
orateurs très illustres : celui-ci était [erai] Romain, 
celui-là était Grec. — 2. Il y a dans (m) cette ville-ci 
(«6/. ) beaucoup d'hommes riches. — 3. Get arbre-ci 
est beau par les fleurs ; cet arbre-là, par les fruits. — 
4. Ge vin-ci est âpre, ce vin-là est plus doux. — 5. Ges 
choses-ci sont très différentes de celles-là. — 6. Ario- 
viste avait tendu [paraverat] des embûches à Gésar ; 
mais celui-ci fut sauvé {servatus est) par la vigilance 
de ses soldats. 

139. Thème. 

Gr., §§ 84, 86. — Adjectifs possessifs; pronoms démonstratifs. 
LA VILLE DE TYR 
La ville de Tyr est située dans {in) une ile [abl.) très 
proche du continent. La côte voisine est délicieuse 
par sa fertilité, par les fruits exquis de ses vergers, 
par un très grand nombre de villes et de villages et 
par la douceur de son climat. Les montagnes défen- 
dent [defendunt] cette côte contre [contra) les vents 
brûlants [ace.) du midi; le vent du nord souffle [flat) 
du côté de [ab) la mer [ahl.) et rend [reddit) l'air plus 
frais. Le Liban domine la Phénicie. Le sommet de la 
montagne fend (findil) les nues ; une glace éternelle 
couvre {operit) son front ; des fleuves pleins de neige 
et semblables à des torrents tombent [decurruni] de 
tous côtés. Une vaste forêt de cèdres antiques, 
située au-dessous (infra) du Liban [ace], nourrit [alit) 
de nombreux troupeaux de brebis et de bœufs. 



PRONOMS DEMONSTRATIFS. 



97 



VOCABULAIRE 

[Mots groupés par ordre d'idées.] 
LA TERRE, L'AGRICULTURE ET LEURS PRODUITS 
Substantifs, 
saxum, i, n.. rocher. frons, dis 

mons, lis, m., montagne. rîvus, i, 
pastor, ôris, m., berger. fundus,i, 

Ôvis, is, /"., brebis. 

faix, falcis, /"., faux, faucille, ^idus, i, 
frûmentum, i, «., blé. penna, a?, 

frûges, gum, f. pi., biens de la pinim, i. 
terre. pïriis, i, 
furca, ae, /"., fourche. mâlus, i, 



/"., feuillage. 
/«., ruisseau, 
m., fonds de 

terre. 
m., nid. 

f., plume, aile. 

«., poire. 
m., poirier. 

/'. , pommier. 



Adjectifs, 



pinguis, is, e, gra*. densus, a, iim, épais, 

plânus, a, um, plat, uni. laneiis, a, um, de laine, 
viridis, is, e, vert. villôsus, a, um, velu. 





Verbes. 




Ind. pr^s. 


Pnrf. 


Supin. 


In fi,}, prés. 


vigèo, es 


vigui 




vigëre 


2 suis vi-^oureus 


Jai été vigoureux 


. 


Etre vigoureux 


vého, is 


vexi 


vectum 


vèhCre 


Je transporte. 


J'ai transporté. 


Pour transporter. 


Transporter. 


vello, ïs 


velli 


vulsum 


vellOre 


.l'arraclie. 


J'ai arraché. 


Pour arracher. 


.\rracher. 


tégo, ïs 


texi 


tectum 


légère 


Je couvre. 


J ai rouvert. 


Pour couvrir. 


Couvrir. 


séco, as 


sOcui 


scctiim 


sécâre 


Je coupe. 


J'ai coupé. 


Pour couper. 


Couper. 



Mots divers. 

in, dans («ce. avec moiiv. , rt/j/. sans iiiouv. antô, avant arc.) 
ad, vers {ace). hrévi, bientôt. post, après [ace). 
niinc, maintenant. tuni, alors. dlfl, longtemps. 

ti 



98 PnONOMS. — ADJECTIFS PRONOMINAUX. 

140. Exercice de version. 

Gr., §5 87 et 88. — Pronoms démonstratifs. 

1. Omnibus Ciesaris militibus eadem fuit (fut) vir- 
tus, — 2. Fons omnium voluptatum in [en) nobis ipsis 
est. — 3. Senectus ipsa morbus est. — 4. Melior pars 
tui ipsius immortalis est. — 5. Opéra Dei videmus 
[nous voyons) ; eum ipsum non videmus. — 6. Ipsi 
Pisistrato Athenienses grati erant [étaient), filiis ejus 
infesti. — 7. Statuas Harmodii et Aristogitonis Xerxes 
m{en) Asiam portaverat [avait transporté); easdem 
Alexandri operâ Athenienses recuperaverunt [recou- 
vrèrent). — 8. Filii Terr« cœlum ipsum oppugnave- 
runt [assiégèrent). 

141. Exercice de thème. 

Gr. , §§ 87 et 88.— Pronoms démonstratifs. 

1. Le même travail n'est pas toujours agréable. — 
2. Les rois les plus puissants sont sujets eux-mêmes 
à la maladie. — 3. Soyez (^.ç^o) plus sévère pour vous- 
même que pour les autres. — 4. Souvent les enfants 
des mêmes parents sont différents non seulement par 
le visage, mais par le caractère même. — 5. Aux 
temps [cû)l.) du roi Servius Tullius il y avait [erant) 
dans [in] la ville même [dej Rome iabl.) et dans les 
champs trois mille citoyens. — 6. M. Porcins Caton, 
surnommé le Censeur, était (eraf) dur pour les autres 
et pour lui-même. — 7. La même terre donne {dat) 
des fruits différents. 

142. Exercice de thème. 
Gr., §§ 89, 91. — Pronoms relatifs. 

1. Grésus, qui était (em^) un très riche roi de Lydie, 
se croyait [credebat) très heureux. — 2. Dédale fut 



PRONOMS RELATIFS. 99 

{fuit] prisonnier dans [in) le merveilleux labyrinthe 
[abl.] que lui-même avait construit [xdi/ïcaverat). — 
3. Les roses et les violettes sont des tleurs dont le 
parfum est très agréable. — 4. Vous avez reçu toutes 
les récompenses dont vous étiez [eras] digne. — 
5. Tu planteras iseres) des arbres dont tu ne verras 
pas (non videbis) les fruits. — 6. Le fondement d'une 
amitié durable est la justice, sans [sine] laquelle [abl.) 
rien [nihil] 'u" est louable. — 7. Quiconque opprime 
[opprimit] un homme innocent est injuste et lâche. 

143. Exercice de thème. 
Gr., 55 89, 91. — Pronoms relatifs. 

1. Sunt laude digni omnes viri, qui justi et probi 
sunt. — 2. Grala nobis est memoria ejus. cujus erga 
(envers) nos bénéficia fuerunt [ont été] plurima. — 
3. Nox longa est a?gris, quibus somni pars est nulia. 

— 4. Is, quem virtutes ornant [ornent , solus est 
beatus. — 5. Laudabimus [nous louerons) id, quod 
nobis et vobis et omnibus hominibus erit (sera) utile. 

— 6. Jucundissima amicitia est ea, quam pares mores 
firmant [vendent solide . — 7. Memoria eorum, a [pai') 
(juibus patria servata est [a été sauvée), a?terna erit. — 
8. (JnicuuKiue divitiis inservit [est servilement attaché) , 
est miserrinms. 

144. Thème. 

Gr.. S.s 89, 91. — Pronoms relatifs. Accord du rolatif. 

La lecture est nécessaire : elle est la vraie nourri- 
ture de lame. Mais tous les livres ne sont pas bons ; 
le commerce de tous les écrivains nest pas avanta- 



•100 PRONOMS. — ADJECTIFS l'RONOMlINAUX. 

geux. Dans {in) nos lectures {ahl.), choisissons (eliga- 
mw*) les auteurs qui sont les plus recommandablcs; 
et dans ces auteurs choisissons les endroits qui sont 
les meilleurs à tous égards. L'exemple que nous 
donnent {daiit) les abeilles, est très sage. Parmi 
[inter) les fleurs {ace.) elles choisissent {eligunt) celles 
qui leur sont les plus utiles ; et dans ces fleurs mêmes 
elles choisissent le suc qui leur est le plus profitable. 
Nous-mêmes prenons {exceiyamus^) dans les livres 
seulement ce qui nous est le plus convenable. Nous 
évitons [vitamus] les épines de la rose que nous 
cueillons {carpimus) : dans nos auteurs, recueillons 
ipercipiamiis) ce qui est utile, fuyons {fugiamus) ce 
qui est funeste. 

1. Pour traduire la première personne de l'impératif français, 
on emploie en latin la première personne du subjonctif présent. 

145. Version. 

Récapitulation sur la déclinaison des noms et des adjectifs. 

DUO CALVI 

Invenit^ calvus forte in trivio pectinem. 
Accessit 2 alter, seque defectus pilis. 
Heia ! inquit^ in commune* quodcumque est lucri! 
Ostendit^ ille prœdam, et adjecit^ simul : 
Superum ' voluntas favit^ ; sed fato invido 
Carbonem, ut aiunt^ pro thesauro invenimus*^ 

(Phèdre, V, 6.) 

1. Invenit .•« Trouva ». — 2. Accessit: «■ S'approcha ». — 3. Inquil: 
«'Dit-il ». — 4. In commune., avec l'ellipse du verbe: « Mets en 
commun ; part à deux ! ». — 5. Ostendit: « Montra ».— 6. Adjecit: 
« Ajouta ». — 7. Superum., pour supevorwn. — 8. Favit : « Nous a 
favorisés ». — 9. Aiunt : « On dit ». — 10. Invenimus : « Nous avons 
trouvé ». 



PRONOMS RELATIFS. 



101 



146. Texte à apprendre par cœur. 



VOCABULAIRE 



&sellus, /'. m. Âne, ânon, 

ëtlam. conj. Même. 

ïs, èà, î'I. pron. adj. dém. Ce, cet. 

rûs. r«?-if, u. Campagne. 

qui. 1UX, qiiôfi, pron. rel. Qui, 
lequel. 

pascûum, i, n. Pâluraf^e. 

cârëo. es, iii. ère, inlr. Etre privé 
de, manquer de. 

contïnëo. PS, iii, tentum, ère, tr. 
Retenir, garder. 

possum. pôles, pôtùi, posse, tr. 
irrég. Pouvoir. 

exïgûus, a, um, adj. Restreint, 
en petite quantité. 

quâliscumque , qualècumque , 
ailj. indft". Quelconque. 

pâbûlum, j, n. Nourriture. 

contentus. n. uni, adj. Content, 
qui se contente de. 

quippë. conj. En effet. 

vël. conj. Ou. 

fôltum. ;/. n. Feuille, 

splna. .T. f. Hon«^e. 

que, conj. Et. {^^e place après un 
mot.j 

pertïca, j?, f. Tipe, branche. 

sâlignus, a, um. adj. D'osier. 

âlo,'5. m, nlîtiun. th-e, tr. Nourrir. 



objïcio, is, jêci, jectum, jïcère. tr. 
Mettre, placer devant. 

fascis. is, m. Faisceau, paquet 

sarmentuin, /, n. Menues brao- 
ches de vignu. 

idem, èàilinn, idem, prou, et adj. 
Le même. 

plâga, z, f. Coup. 

pènûrïa, s, f. Privation. 

tôlërans. lis, adj. Qui supporte. 

rârô, adv. Rarement. 

inorbus, i, m. Maladie. 

affïcïo, îs, fêci, fectum, fîcère, 
tr. Affecter. 

(juârë, adv. C'est pourquoi. 

omnis. è. adj. Tout. 

tsinquaLm, adv. Comme. 

maxime, adv. Très. 

nëcessârius. a, um, adj. Néces- 
saire. 

dêsïdëro, as, àvi, ntum, àj'e, tr. 
Souhaiter d'avoir. 

plêrusque, àque, umque, adj. La 
plupart. — l'ieraque, ici : la plupart 
lies provisions. 

vëho, is, vexi, vectum, ère, tr. 
Transporter. 

collum. i. n. Cou. 

dorsum. ;. n. Dos. 

comrrôdê, adv. Facilement. 



L'AN! 



Asellus etiam eo rure quod pascuo caret, contineri 
potest, exiguo ot qualicumque pahulo contentus. 
Quippe vel foliis spinisque, vel pertieis salignis alitur, 
vel objecto fasce sarnientoruni. Idem, plai^aruni et 
penuria» tolerantissimus, raro niorhis afticitur. 
Quare onine rus tancjuani maxiiue neeessariuni desi- 
derat aselluiu, qui j)lera(pie et vcliere in urheni et 
reportare collo vel dorso eoiuniode potest. 

(D'après Columelle). 
6. 



i02 PRONOMS. — ADJECTIFS PRONOMINAUX. 

147. Exercice de thème. 

Gr., §§ 92, 94. — Pronoms interrogatifs. Adjectif exclamatif. 

1. Quel fléau est plus funeste que [quam) la guerre? 
— 2. Quel vice est plus honteux que le mensonge? — 
3. Qui t'a donné (dédit) ce livre utile? — 4. Quelles 
parties du monde furent [fuerunt] inconnues aux 
anciens? — 5. De quelle déesse Proserpine est-elle 
fille? — 6. A quels combats l'Athénien Thémistoclé 
assista-t-il {interfuit)! — 7. Laquelle des deux mains 
est la plus utile ? — 8. Lequel des deux Gracques 
trouvez-vous [existimas) le plus courageux? — 9. Quel 
malheur nous {dat.) menace {instat) ! — 10. Quelle fut 
la joie de l'heureux vainqueur ! 

148. Exercice de thème. 
Gr., §§ 95 et 96.— Pronoms indéfinis. 

1. J'enverrai (mittam) quelqu'un de {de) vous quatre 
{abl.). — 2. Certains hommes sont[sunt) trop attachés 
aux richesses. — 3. Chacun craignait [metuebat) pour 
soi. — 4. Chacun des deux chefs (l'un et l'autre chef) 
fut {fuit) prudent. — 5. Tu vaincras (vinces) l'un et 
Tautre. — 6. Personne n'est [est) tout à fait sage. — 
7. Nul homme n'est parfaitement heureux. — 8. Rien 
ne fut difficile à Hercule. — 9. Ni l'un ni l'autre des 
deux Gracques ne fut dépourvu déloquence . — 
10. — Tu vaincras l'un des deux ennemis. — 11. L'un 
joue {ludit), l'autre chante {cantat). — 12. Les uns 
pleurent [fient), les autres rient {rident). — 13. Tu 
travailles [laboras) pour toi seul. 

149. Exercice de version. 

Gr., §§ 95 et 96. — Pronoms indéfinis. 

1. Aliquis de [de) tribus nobis veniet {viendra). — 
2. Fecit [a fait) hoc aliquis tibi similis. — 3. Apud 
Gallos si quod scelus est admissum {a été commis). 



PRONOMS INDÉFINIS. 103 

Druides pœnam constituunt [fixent . — 4. Quidam e 
[de) turba garrulus.Esopurncompellavit [apostropha). 
— 5. Quidam immolavit [sacrifia] verrem Herculi, — 
6. Olim in [en) Lydia magnis quihusdam imbribus 
terra discessit \ s' entr ouvrit). — 7. Trahit entraîne) 
sua quemque voluptas. — 8. Major fortiurque es [tu 
e^) fortasse quam igue) quisquam; sed non es vir 
melior. — 9. Xunquam Scythte ullius alienigenœ 
domini imperiis obedientes fuerunt [furent). 

150. Exercice de thème. 

Gr., ï; 95 et 96. — Pronoms indéfinis. 

1. Mihi nullum est [est] auxilium. — 2. Xemo est 
contentus sua sorte. — 3. Nihil est antoferendum 
virtuti. — 4. Non qui vis est aptus militice. — 5. Quem- 
libet servum mihi mittes [tu enverras]. — 6 Iii [dans) 
omni Gallia eorum hominum. qui sunt sont] aliquo 
honore, gênera duo sunt : alterum est Druidum, 
alterum Equitum. — 7. Aliis censores sumus [nous 
sommes . — 8. Sum je suis] semper solus aut cum 
[avec] altero. — 9. Alios alia délectant charment). — 
10. Alii in [en) Italiam, alii in Galliam, alii in Hispa- 
niam migrant [passent). — 11. Totam prïedam leo 
solus sibi vindicavit '^arrogea). 

151. Version. 

Révision. Gr., S 76 — § 96. 
DÉNOMBREMENT DE L'ARMÉE DE DARIUS CQDOMAN 
Porsanim ci'ant [rtaient) ccntum millia. in [dans) 
quibus (Miiiitatus triginta millia implebat complétait, 
donnait (lu romp/rt). Mt'di docem (Mjuilum millia habe- 
bant, quiiKpiai^iiita millia peditum. Barcaiiorum e(iui- 
tum duo millia i'uore [furent), qui t-rant armati 
biponnihus h'vibus(|ue sentis; fuere (jiKxpie deoem 
millia pcililum pari arnuitu. Armenii quadraginta 



104 PRONOIIS. — ADJECTIFS PRONOMINAUX. 

millia miscrant (avaient envoyé) peditum et septem 
milliaeqiiitum.HyrcaniegregiorumeqiiitumsexmilIia 
expleverant {avaient fourni au complet). Derbices qua- 
draginta peditum millia armaverant [avaient armé): 
erant pluribus aire aut ferro praefixse hastae, quidam 
lignum igni duraverant [avaient durci). Gum [avec) his 
erant duo millia equitum ex [de) eadem gente. A [du 
côté de) Caspio mari octo millium pedester exercitus 
venerat [était venue)., ducenti équités. Gum iis erant 
ignobiles ali^e gentes. (Q.-Curce, III, 2.) 

152. Thème. 

Exercice do récapitulation sur les adjectifs, sur le comparatif 
et le superlatif. 

L'agriculture est Tart le plus utile, le plus agréable, 
le plus digne d'un homme libre. Dans [in) une ferme 
[ahl.), il n'y a presque aucune dilTérence enlre [inter) 
le maitre et les serviteurs [ace), entre le riche et le 
pauvre. La vie rustique est une excellente école 
[tournez : une maîtresse excellente) de toutes les 
vertus, surtout d'économie, de diligence, de justice. 
La population des campagnes est exempte de ces 
vices qui sont trop fréquents dans les villes et dont 
le luxe est la source. 

Chez [apud] les Romains [ace.) des anciens temps, les 
mains des généraux menaient [inducebant) la charrue ; 
les consuls eux-mêmes étaient [erant) laboureurs. 
Alors, dans toute l'Italie, les récoltes étaient abon- 
dantes; les denrées étaientàvil prix (^oin^nez.-d'un petit 
prix, parvl pretii); personne [n'j était (em^) privé du 
nécessaire. L'agriculture formait (/bï^ma^rt^) les soldats 
les plus endurcis à la peine, les plus vigoureux, les 
plus dociles et les plus braves. Alors les mœurs des 
citoyens étaient pures, et l'État très florissant. 



PBONOMS INDKFIMS. 



105 



VOCABULAIRE 



dieu, m Dèus, i, m. 

Vulcain, n. pr.m. yulcânus,i,m. 

feu. m. If/nis, is, m. 

fils, m. Filhis, ti, m. 

Grec. m. Grxcus, i, m. 

doter, tr. Dôto. â-ï, âvi, âtum, are, 
tr. 

leur, adj. possess. Siius, a, «m. 

forme, t'. Forma, x. f. 

parfait, te. a<lj. Exîmius, a, um. 

faire, tr. Fingo, is. finxi, fictum, 
finffère. tr. 

boiteux, se. adj. Claudus, a, um. 

père. m. iWtt^r. tris, m. 

auteur, m. Causa, s, f. 

infirmité, f. \7^'«»i, M. n. 

Un jour. adv. Olim, adv. 

Jupiter. 11. pr. m. Juppïtèr, Jôvis, 
m. 

coup. m. Icliis. ùft, m. 

pied. m. Pês. pèdin, m. 

précipiter, tr. Prseàpito, as, âvi, 
âtum, are. tr. 

de. prëp. De, prëp. (qui régit 
VaïA }. 

ciel, m. Cœliou. i. n. 

sur. prop. In, prép. (qui réj^it 
l'ace.;. 



terre, f. Terra, a?, f. 

chute, f. Cdsùs, ils. m. 

mortel, elle, adj. Exitîàlis, e. 

jambe, f. Ci-ùs, crùris, n. 

cassé, ée. part, passé. Fractus, 
a. um. 

pour toujours, adv. In perpé- 
titum. 

tomber, intr. Càdo, îs. c}chli, 
câsum, cndère, intr. 

île, f. Insitla. x, f. 

Lemnos. n. pr. f. Lemnus, i, f. 

y, adr. Ibi (sans mouvement). 

établir, tr. Stàtiio, is, », stàtû- 
tum. stàtùère. tr. 

forge, f. Opcîna. x, f. 

fabriquer, tr. Fàbrîco, as, âci, 
âtum. are, tr. 

foudre, f. Fulmén, mtnis, n. 

avoir, tr. Hàhèo, es, ùi, îtum, 
ère. tr. 

compagnon, m. Sôchis, ii, m. 

ouvrier, m. Admînistér, tri, m. 

Cyclope, n. pr. m. Cyclops, ôpis, 
m. 

Urânus. n. pr. m., père de Sa- 
turne. L'ranus, «, m. 



153. Thème oral. 



LE DIEU VULCAIN 

Vulcain, le dieu du feu, est tils de Jupiter et de 
Junon. Les drecs, qui dotèrent leurs dieux d'une 
lornie parfaite, ont fait Vuleain ))oiteux : son père 
même fui lauteur de cette infirmité. Un jourJupiter. 
(1*1111 coup de pied, le précipita du ciel sur la terre. 
La chute ne fut pas mortelle: mais Vulcain eut la 
jamhe cassée pour toujours. Il était tombé dans Tile 
de Lemnos. Il y établit des forces et fabri(pia les 
foudres de Jupiter; ii avait pour^ compagnons et 
[pour] ouvriers les Cyclopes, tils dUranus. 



106 



LE YERBE. 



QUESTIONNAIRE 
Gr., S5 78 à 96. 



4. En latin, exprime-t-on d'or- 
dinaire le pronom personnel 
sujet ? 

2. Quelle est la signification 
exacte des pronoms nostri^ ves- 
tri et nostrum, vestrum ? 

3. En latin, doit-on tutoyer 
tout le monde? 

4. Déclinez le pronom réfléchi. 

5. Dans quel cas le pronom 
lui, elle, doit-il se rendre par 
sui, sibi, se ? 

6. Donnez les adjectifs pos- 
sessifs qui correspondent à ego, 
710S ; tu, vos ; sui. 

7. Comment traduira-t-on le 
possessif dans les deux phrases 
suivantes : le consul Brutus 
condamna {damnavit) ses fils ; 
nous louons [laiidamus] Socrate 
et ses disciples? 

8. Quels sont les quatre pro- 
noms démonstratifs du latin ? 



9. Donnez la signification de 
hic, de ille, de is ; déclinez iste. 

10. Comment traduit-on en 
latin le même et lui-7néme ? 

11. Déclinez le principal pro- 
nom relatif latin. 

12. Comment le pronom latin 
s'accorde-t-il avec son antécé- 
dent, et à quel cas doit-il se 
mettre ? 

13. Déclinez quis et ute7\ 

14. Quels sont en latin les 
principaux pronoms indéfinis? 

15. Traduisez en latin les 
phrases suivantes : l'un et l'au- 
tre est {est) courageux ; personne 
n'est immortel ; rien n'est éter- 
nel; nul ouvrage des hommes 
n'est éternel. 

16. Déclinez quivis, quaevis, 
quodvis ; quilihet, quœlibet, 
quodlibet; aller, altéra, alte- 
rum: alius. alia, aliud. 



CHAPITRE V 



LE VERBE 



Principaux composés du verbe sum : 
absum, je suis absent. intersum, j'assiste, jeparticipe à. 
adsum, je suis présent. obsum, je fais obstacle. 
dësum, je fais défaut. praesum, je suis à la tête de. 

prôsum, je suis utile. sùpersum, je survis à. 

154. Exercice de version. 
Gr., § 101. — Le verbe sum et ses composés. 

1. Urticse proxima saepe -rosa est. — 2. Luna 
satelles lerrae est. —3. Molle est Campaniœ caelum. — 



VERBE SUm. 107 

4. Sol est oculus mundi et dominus siderum. — 

5. 3ïagnus numerus pecoris praeda victoris fuit. — 

6. In {dans siiperstitione inest timor. — 7. Sa^pe 
lingiia obest. — 8. Solonis leges multum profuerunt 
ad (pour) eoncordiam civitatis. — 9. Contra {contre) 
venenatos niorsus qua^dam herba^ prosunt. — 

10. Equitum multitudo exercitui nostro proderit. — 

11. — Fabulis sententia3 graves subsunt. — 12. Legio- 
nibus romanis fortes duces profuerunt. 

155. Exercice de thème. 
Gr.. g 101. — Verbe sum et ses composés. 

1. Les cbiens sont les gardiens des maisons des 
laboureurs. — 2. Une bonne mémoire sera toujours 
un grand liienfait de la nature. — 3. A Rome, autre- 
fois rhonneur était la récompense de la vertu. — 
4. Soyons bienveillants pour tous nos amis et même 
pour nos ennemis. — 5. Nous avons été tous pré- 
sents à ce spectacle. — 6. Tous nos amis furent 
alors absents. — 7. L'argent ne faisait pas défaut 
(ne... pas, non) à Crésus, roi de Lydie. — 8. Miltiade 
était à la tête des Athéniens. — 9. Nous avons été 
longtemps absents de {ab) la ville ahl. . — 10. Le 
\)vvc a survécu, avait survécu à son tils. 

156. Thème. 
Gr.. § 101. — Verbo sum et ses composés. 

Socrate est un très grand philosophe de l'antique 
et docte Grèce. Dans {in) la vi»; privée {ahl.), il fut tou- 
jours tempérant, doux, bienfaisant, désintéressé, 
juste et loyal. 11 fut aussi un excellent citoyen et 
suitout un bun patriote. II fut présent à plusieurs 



108 LE VERBE. 

batailles, ne se tint jamais loin des dangers (se tenir 
loin, abesse ah, avec l'ablatif), et ne manqua à aucun 
devoir (manquer à, desum , avec le datif). Il fut 
aussi obéissant aux lois des Athéniens et respectueux 
envers les divinités de son pays. Cependant des 
ennemis audacieux et perfides et des juges sots et 
méchants déclarèrent [declaraverunt] Socrate impie 
et sacrilège et le condamnèrent [damnaverunt). La 
mort de ce philosophe sera toujours une honte pour 
le peuple d'Athènes. 

Socrate était fils d'un sculpteur, et lui-même avait 
été d'abord sculpteur. 

157. Version. 

Gr., § 101. — Verbe sum et ses composés. 

LES ALAINS 

Nulla sunt Alanis tuguria, nulla est agriculturse 
cura, sed carne et copia lactis victitant {ils vivent). Eis 
pro [en guise de) domibus sunt plaustra, in [dans) 
quibus insidentes [étant placés] per [à travers) vastas 
solitudines errant [ils ei-rent) et armenta prie [devant) 
se agunt [mènent). Alani sunt psene omnes proceri et 
pulchri, crinibus mediocriter flavis, oculorum tem- 
peratâ torvitate terribiles, et armorum levitate 
veloces, Hunnisque per [en) omnia suppares, verum 
victu mitiores et cultu. Utique [et de même que) homi- 
nibus quietis et placidis otium est gratissimum, ita 
{ainsi) illos pericula juvant [réjouissent) et bella. Nec 
templum est apud eos, aut delubrum : sed gladium 
barbarico ritu humi figunt (enfoncent), eumque ut 
JMartem colunt [adorent). 

(D'après Ammien Marcellin.) 



LE VERBE. 



lO'J 



158. Texte à apprendre par cœur. 



VOCABULAIRE 



e vex, dev. une voyelle), prép. De, 
parmi. 

animal, àlis, n. Animal. 

quï.qux, qnôd, pron. relat. Qui, 
lequel. 

nôbiscum icum et nobis). Avec 
nous. 

dëgo, /*, i, ère, tr. et intr. Vivre, 
passer sa vie. 

fïdëlis. e. adj. Fidèle. 

sum. i'<t, fiii, e8se,inlr. irrég. Etre. 

antë, i)rép. Avant. 

omnis. '-. adj. Tout. 

liôiiio,//i?/i/s, m. Homme. 

cânis. i's, m. Chien. 

sôlus. ff, uin, adj. Seul. 

dômïnus. i. m. Maître. 

nôvi. parlait de nosco, is, nôvi, 
nôlnm, nosc^re, connaître. (Le part". 
nôvi a le sens du présent.) 

ignôtus. à, uni, adj. Inconnu. 
/ci: Sans savoir que cest lui. 

quôque. adv. Aussi. 

si, conj. Si. 

repente, adv. Tout à coup, inopi- 
nément. 

vënio, is, vêni, ventuin, ère, intr. 
Venir. 

intellego, w, lexi, lectum, ère, tr. 
Comprendre. 

nômën, hiis, n. Nom. 

mius, a, um, adj. poss. Son, 
sa. 



vox, vôcis, f. Voix. 

dômestïcus, a, um, adj. De la 
maison, de la famille. — Vox dômes- 
tien, la voix de quelqu'un de la mai- 
son. 

agnosco. ts, nôci, nUuni, ère, tr. 
Reconnaître. 

ïter, ïtïnëris, n. irrég. Route. 
chemin. 

quamvis.adv. Autant qu"on vou- 
dra. 

longus. n, um, adj. Long. 

mëmïni, inlin. meminissc, verbe 
défectil". tr. Se souvenir. 

ïmpëtùs, ("(5, ni. Mouvement pour 
s'élancer. 

saevïtïa, x, f. Colère, fureur. 

mitïgo, as, àvi, dtum, are, tr. 
Adoucir, apaiser. 

a (ab, dev. une voyelle ou un h), 
prép. Par. 

consîdo, ïs, sèdi, sessmn, sïdère, 
intr. S'asseoir. 

hiimi. A terre, par terre. 

sëd, conj. Mais. 

ïn, prép. Dans. 

vënâtus, ûs, m. Chasse. 

sollertia, x, f. Intelligence. 

sagàcitas, tâlis, f. Finesse do 
l'odorat. 

praecïpûus, a, um, adj. Remar- 
quable. 



LE CHIEN 

Ex animalihus qua' nobiseiim degiint, lidelissimum 
est ante omnia homini canis. Solus dominum novit, 
et ignotum qiioque, si repente veiiiat, intellegit. 
Solus nomen siium, solus vocem domesticam agnos- 
cit, et itinera, quamvis longa, meminiî Inipetus ejus 
et saevitia mitigatur ab homine considente hunii. Sed 
in venatu sollertia et sagacitas pra'cipua est. 

(D'après Pli.ne, Ilist. ru//., viil) 

EXERC. I.AT. CL. DK 6' ET 5°. '< 



iiO 



LE VERBE. 



159. Exercice de thème. 

Gr., § 102. — Première conjugaison. 

1. Tu loues, nous louons les exploits d'Alexandre 
le Grand. — 2. Nous blâmons, vous blâmerez, blâme 
les mauvaises habitudes. — 3. mon père, pardon- 
nez à mon frère imprudent. — 4! La loi défend le 
parjure. — 5. Cicéron accusa le proconsul Verres. 
— 6. Le brave soldat ne redoute, ne redoutera aucun 
danger. — 7. Mercure annonçait les volontés de 
Jupiter. — 8, Les beaux vers charmaient les oreilles 
des Athéniens. — 9. Le travail multiplie, a multiplié, 
multipliera toujours les richesses des particuliers et 
de l'État. — 10. Je donne, je donnerai, que j'aie 
donné, donnons un livre à l'élève studieux. 

160. Exercice de version. 
Gr., § 102. — Première conjugaison. 

1. Varii cibi hominem satiant. — 2. Litterée ado- 
lescentiam ornabunt, senectutem delectabunt. — 

3. Olim Germani in [dans) œdibus non habitabant. — 

4. Parentes nostros et patriam amemus. — 5. Nauta 
peritus in tempestate navem servet. — 6. Serva 
pacem cum {avec) omnibus hominibus. — 7. Jumenta 
adportandum sunt idonea. — 8. Milites nostri forti- 
ter depugnaverunt. — 9. Periculosum lucrum semper 
vitâ. — 10. Grseci partem prœdœ deis dabant. 

161. Thème. 

Gr., § 102. — Première conjugaison. 

Damon et Pythias étaient unis d'une étroite amitié. 
Denys le Tyran avait condamné à mort Pythias; mais 
celui-ci demanda et obtint un sursis : « Donne-moi 
quelques jours, dit-il [inquit) au tyran, pour que [uly 
subj.) je mette en ordre mes affaires; tandis que 



Di:iXi;.MK CONJI r.AISON. 111 

{dum, indic.j je serai absent, Damon sera près de 
(apud) toi ace.) [comme] otage >>. Étonnés et inquiets, 
tous attendaient l'issue de l'événement. Le jour fatal 
approchait : personne n'espérait le retour de Pytliias; 
tous accusaient la folie de lami trop dévoué. 3Iais 
Damon était sans inquiétude ; il ne redoutait rien; il 
ne blâmait pas Pythias. En effet, celui-ci arrivait à 
grands pas ; et déjà sa présence a dissipé la crainte 
des assistants. Le tyran loua cette rare fidélité et 
tit remise de la peine aux deux amis tournez : délivra 
du supplice les deux amis). 

162. Exercice de thème. 
Gr., S 103. — Deuxième conjugaison. 

1. Démocrite riait toujours, Heraclite pleurait sans 
cesse. — 2. Le temps détruit tous les ouvrages des 
hommes. — 3. Supporte la douleur, abstiens-toi de 
tout méfait. — 4. Le dieu Neptune retenait les vents 
impétueux. — 5. Le cavalier retiendra les chevaux 
furieux. — 6. A] Athènes («6/.) les maîtres exerçaient 
le corps et l'esprit des enfants. — 7. soldats, vous 
obtiendrez de belles récompenses. — 8. Les matelots 
voient sans [sine] frayeur ahl.] la mer irritée. — 9. Le 
bruit des armes effraie le soldatlachc — lO.Le maitrc 
ordonne, l'esclave obéit. — 11. Le travail éloigne de 
nous trois grands maux, lennui, le vice et le besoin. 

163. Exercice de version. 
Gr., 5 103. — Deuxième conjugaison. 

1. Si tu vales, ego valeo. — 2. Arbores verô llorent. 
— 3. Menioriam in [pondant) juventute exercere 
debemus. — 4. Pueri suas vires labore exerceant. — 
5. Homines improbi mortem timent. — 6. .\memuspa- 
iriam, legibus j)areamus. — 7. Oplamus, amici, ut [que) 



H 2 LE VERBE. 

valeatis. — 8. Cura, mi fili, ut placeas tuis magistris. 
— 9. Milites vulnerati jacebant in {dans) campo. — 
10. Caesar juvenis ardebat gloriae cupiditate. 

164. Thème. 

Gr., § 103. — Deuxième conjugaison. 

Un Perse nommé Rhacocès possédait de grands 
biens, que ses enfants avaient augmentés par leur 
travail. Mais un [d'] entre (inier) eux [ace.) était très 
paresseux et très méchant ; il effrayait par son 
audace son père et ses frères et il exerçait sans 
cesse leur patience. En vain Rhacocès avertissait son 
mauvais fils; celui-ci ne lui obéissait point. A la fm 
le père alla voir [coyivenit] les juges [ace.) du roi, qui 
parcouraient la contrée pour abolir [tournez : pour- 
qu'ils abolissent) les abus. Le père apparut devant 
[coram] eux [ahl.)^ pleura beaucoup, puis leur apprit 
les fautes de son fils et demanda la mort du cou- 
pable. « Quand je coupe les rejetons amers de ma 
laitue, dit-il {inquit), je favorise la laitue mère, que 
je vois bientôt plus vigoureuse. )> Les juges interdits 
se refusèrent à prononcer (juger) eux-mêmes dans 
une telle affaire et amenèrent [adduxerunt) le père 
et le fils au [ad) tribunal [ace.) d'Artaxerxès, roi des 
Perses. 

Le souverain loua l'équité de Rhacocès, mais pour 
cette fois il fit grâce de la vie au jeune homme [tour- 
nez : il délivra le jeune homme de la peine présente). 

165. Exercice de thème. 

Gr., § 104. — Troisième conjugaison (verbe lego). 

1. Le fleuve de la Garonne coule au milieu de 
[inier) riches plaines (ace). — 2. Les larmes de la 
mère coulent, ont coulé, couleront, coulaient. — 



TROISILME CONJUGAISON. il3 

3. Les Athéniens bannirent injustement Aristide le 
Juste. — 4. Nous avons repoussé et nous repousse- 
rons toujours la violence par la violence. — 5. Les 
soldats que le clairon avait avertis coururent promp- 
tement aux armes. — 6. Tu as écrit une lettre pour 
ton frère, moi j' [en] écrirai [une] pour mon père. 
— 7. La société adoucit les maux de la vie. — 
8. Le bon soldat n'abandonnera jamais ses armes, 
ne désertera jamais son poste et sera toujours obéis- 
sant à ses chefs. — .9. Méprisons les richesses et les 
vaines joies. — 10. Les Grecs décernèrent de grands 
honneurs aux athlètes qui avaient été vainqueurs 
(tournez: qui avaient vaincu) dans (jn) les jeux 
publics ahl.,. 

166. Thème d'imitation. 

[Voy. Prem. ann. de Latin, page 55.] 
LES CHIENS AFFAMÉS 

Deux chiens affamés allaient à l'aventure, cher- 
chant une proie. Ils vinrent par hasard sur [in) le 
bord [acc.j d'un fleuve et virent un cuir plongé sous 
(m) l'eau UibL). Tout de suite ils décident [de] s'en 
emparer, mais le fleuve était très profond. « Nous 
boirons toute l'eau, disent-ils ; quand le lit [du cou- 
rant] sera sec, cette proie nous appartiendra [touniez: 
sera nôtro\ et nous ferons un bon repas. » La faim 
les aiguiHonne, ils ne réfléchissent pas : les voilà en 
train de boire touruez : ils boivent déjà). Le fleuv<^ 
ne décroit pas ; mais leur estomac bientôt inondé 
refuse leau; les chiens ne cessent pas de laper. A la 
fln les malheureux perdent la respiration et la vie 
sans avoir atteint {touvnrz : et ils uavaienl pas atteint) 
ce qu'ils convoitaient. 



114 



LE VERBE. 



VOCABULAIRE 

[Mots classés par ordre d'idées.] 

LA TERRE, L'AGRICULTURE ET LEURS PRODUITS 

Substantifs. 

fleur. fâba, œ, /"., fève, 

jardin. Vînëa, 86, f., vignoble, 

fruit. fîCÙS,i,etÙS,/'., figuier; figue, 

chou; lc|;iime. nux, nùcis, /*., noix, 
vigne. niiclëus, i, m., noyau, pépin- 

raisin, quercùs, ÛS, /"., chêne. 

herba, œ, /"., herbe. 

strâmentum, i, n., paille. 

dûmêtum, i,n., broussailles, 
racine. prâtum, i, w., pré. 

Adjectifs. 

mou. altus, a, um, haut; profond, 

gonflé tënôr, ëra, erum, tendre, 

rârus, a, um, rare. 

parvus, a, um, petit. 

VerbC'S. 

Supin. 



flôs, tlôris, m., 
hortus, i, m., 
fructùs, ûs, m., 
ôlùs, ôlërïs, ji., 
vîtis, is, /*., 
ûva, ge, A, 

grâmën,ïnis,?i., gazon. 
fênum, i, n. 
pânis, is, m. 
râdix, ïcis, ^ 



mollis, is, e, 
turgïdus,a,um 
dulcis, is, e, doux, 
ârïdus, a, um, amer. 



foin, 
pain. 



[nd. prés. 

fïôrëo, es 

Je fleuris. 



Parfait. 

flôriii 

J'ai fleuri. 



vigeo, es . vigui 

Je suis vigoureux. J'ai étévigoureuï. 



vïrëo, es 

Je suis vert. 

dêcerpo, is 

Je cueille. 



virui 

J'ai été vert 

dêcerpsi 

J'ai cueilli. 



Infin. prés. 

— lîôrêre 

Fleurir. 

— vigêre 

Être vigoureu.\ 

— vïrëre 

Etre vert. 

décerptum décerpëre 



Pour cueillir. 

Mots divers. 



Cueillir. 



ta m, adi\, autant. 
tâmen, conj., cependant. 
intër, prep., entre [ace). 



sine, prép., sans (abl.). 
aut, conj., ou. 
SÛbjpre'jo.iSOus {ace. et abl.) 



TROISIÈME CONJUGAISON. 1 ' •> 

167. Exercice de version. 

Gr., § 104. — Troisième conjugaison (verbe lego . 

1. Mons Gebenna Arvernos ab(rfe) Helvetiis disclu- 
(îit. — 2. Numa Pompilins, rex Romanoruni, tem- 
plum dei Jani elausit. — 3. Antiquitus qua^dam 
ieges a {de) giibernaculis civitatum poetas repule- 
runt. — 4. Litterarum studia adolescentiam alunt, 
senectutem oblectant. — 5. .Esopi ingenio Athc- 
nienses statuam posuerunt. — 6. Communi utilitati 
consulere debemus. — 7. Aquila in [sur) sublimi 
quercu fecerat niduni. — 8. Puella^ sternebant 
liunium tloribus. — 9. Qui trans {au delà de) maria 
currunt, cielum non animum mutant. — 10. Plerum- 
que mendaces maleficii pœnas luunt. 

168. Version. - Gr.. i; 102. 104. 
BUBULCUS ET HLRCULES 

Quidam bubulcus e vico rhedam agobat, qua» in 
(dans) patentem terrœ biatum déciderai. 

Cum ipse boves adjuvare deberet [remplacez le 
subj. par iindic). stabat cessans; atque Herculi sup- 
plicabat. quem colebat unum omnium deorum. 

Adstilit vero dous et dixit: « Rôtis admove manus, 
bovesque tuos stimulo increpa. Tu mibi preoes tem- 
pestive adhiliebis cum laboraveris. Tcmet ipsum 
adjuva : tum deos liabebis propitios. » 

(D'après Avianus, fabuliste du iv' siècle après J.-C.) 

169. Version. 
Gr., j 105. — 1 roisu'iiic (ii-cluiaisun (verl)C capio . 

LES SEPT ROIS DE ROME 

Romulus, Martislilius, urbcm Uomam condidit.Post 

(après) Roniuli mortem Numa Pompilius conslituit 

Ieges Romanis, et muita Roma^ tempia anliticavit. 



116 LE YERBE. 

Tullus Hostilius Albanos et alios populos vicit, et 
urbem amplificavit. Post hune Ancus Marcius, Numse 
nepos, dimicavit contra Latinos, et Aventinum mon- 
tem et Janiculum civitati adjecit. Deinde Priscus 
Tarquinius Sabinos bello superavit, murosque fecit, 
et inchoavit Capitolium. Servius Tullius fossas circa 
(autour de) murum duxit, et primus omnium censum 
instituit, qui tum per [dans) orbem terrarum inco- 
gnitiis erat. Tarquinius Superbus fuit septimus atque 
ultimus regum Romanornm. 

(D'après Eutrope.) 

170. Exercice de thème. 

Gr. , § 105. — Troisième conjugaison. (Verbe capio.) 

1. Les lâches fuient, fuyaient, fuiront, ont fui. — 
2. Ceux qui reçoivent des bienfaits, doivent être 
reconnaissants. — 3. Les enfants prennent des 
oiseaux dans (in) la forêt [ahl.). — 4. Les matelots 
jettent, jetaient, jetteront, jetèrent l'ancre. — 5. Tu 
creuseras, nous creuserons , vous avez creusé la 
terre. — 6 Les soldats faisaient, feront un pont. — 

7. Les oiseaux effrayés secouaient leurs ailes. — 

8. Les Cyclopes tiraient (tirer, elicere) le fer des {ex) 
entrailles [ahl.) de la terre. — 9. Tu entreprends, 
nous entreprendrons un ouvrage très difficile. — 
10. Les hommes désirent, ont désiré, désireront tou- 
jours les richesses; désirons les vrais biens. 

171. Thème. 
Gr., § 105. — Troisième conjugaison. (Verbe capio.) 

« Enfants, disait un père moribond à ses fils indo- 
lents, creusez le champ, et un trésor considérable 
sera la récompense de votre peine. Fouillez et retour- 
nez cette terre: elle contient des richesses qui com- 



TROISIÈML CO-NJLGAISON. 117 

bleront vos vœux. Vous le voyez^ je quitte la vie : 
que les derniers conseils d'un père vous persuadent; 
obéissez à ma volonté suprême. » 

Les enfants obéissants exécutèrent les ordres 
paternels; et, creusant le champ, ils cherchèrent avi- 
dement le trésor. Ils avaient achevé leur ouvrage et 
n'avaient point 'et ne... point, «ec) découvert d'argent. 
Cependant les plantes, les herbes, les fruits de toutes 
sortes croissent sur [in) le sol [abl.) et promettent une 
abondante récolte. « Tel est [hic est) le trésor que notre 
père nous a promis, » s'écria l'un des jeunes gens. 

172 Thème. 
Gr.. § 105. — Troisième conjugaison. (Verbe capio.) 

L'homme savant n'est étranger nulle part; les amis 
ne lui font pas défaut lors même qu' (etiam si) il a 
perdu tous ceux qui lui étaient unis par le sang ou 
lintimité ; il est, pour ainsi dire, le citoyen de toutes 
les villes du monde; dans (iVj) l'infortune [abl.] il ne 
reste pas dépourvu de ressources. 

Le pliii(j>(jphe Aristippe jeté ^par^ une tempête 
{abl.) sur (m) le rivage {ace.) de l'ile de Rhodes, aper- 
çut des figures de géométrie. Aussitôt il s'écria : 
» mes amis, soyons exempts de soucis : car je vois 
ici {hic) des traces d'hommes. » Il se rendit ensuite 
dans (in) la ville [ace.) et entra dans [in) un gymnase 
occ). Là [ibi) il discourut [avec] un merveilleux 
talent abl., sur [de) diverses questions [abl.) de philo- 
sophie. Les Hhodiens charmés le comblèrent de pré- 
sents et lui donnèrent le droit de cité. Aristippe ne 
garda pas pour lui [sibi) tous ces biens. Il fournit à 
SCS compagnons de naufrage rhabilicmcnt et les 
autres choses nécessaires à la vie. 

7. 



H8 



LE VERBE. 



173. Exercice de version. 

Gr., § 106. — Quatrième conjugaison. 

1. Terra herbas et arbores nutrit. — 2. Curas 
omnes somnus lenit. — 3. Phaedrus versibus polivit 
materiam quam ^Esopus repérerai. — 4. Scis nunc 
multas res qiias oliin nesciebas. — 5. Natiira Italiam 
Alpibus munivit. — 6. Flores multos nox claudit, sol 
aperit. — 7. Hannibal maximis laboribus sibi viam 
in {en) Italiam aperuit. — 8. Voluptas consilium 
impedit et rationi inimica est. — 9. Diogenes cavâ 
manu aquam hauriebat. — 10. In Chersoneso Mil- 
tiades Atheniensis multa loca communivit quce vi 
ceperat. — 11. Philosophus Plato venit Syracusas ad 
Dionysium tyrannum. 

174. Thème. 

Gr. , § 106. — Quatrième conjugaison. 
COMMENCEMENTS DE ROME 
Les ancêtres de Fiomulus et de Rémus avaient bâti 
la ville d'Albe. Les deux jeunes gens résolurent de 
fonder eux-mêmes une cité. Ils ouvrirent donc un 
asile aux fugitifs des contrées voisines. Ils firent venir 
(faire venir, accire) les meurtriers, les esclaves, les 
débiteurs, les pâtres de toute race. La ville éternelle 
fut, à Torigine, tout à fait semblable à un camp de 
brigands. Mais une querelle s'émut entre [inter) les 
deux frères [ace.) pour [de) le nom [ahl.) et le gouver- 
nement de la nouvelle cité. Le sort favorisa Romulus, 
Son frère avait vu six vautours; Romulus [en] aper- 
çut douze. La ville naissante reçut le nom de Rome. 
Rémus désappointé franchit d'un saut (franchir d'un 
saut, transilire) par dérision le fossé tracé autour 
[circum) des murailles [ace). Romulus irrité le tua. 



QLATRIKME CO.NJLGAISO.N. H9 

175. Exercice de thème. 

Gr.. § 106. — Quatrième conjugaison. 

1. Nous ignorons et nous ignorerons fignorer, 
nescire) toujours beaucoup de choses. — 2. Les chiens 
gardent les maisons des paysans. — 3. Les anciens 
ensevelissaient les cadavres ou les brûlaient. — 
4. Écoute, écoutons la voix de la raison. — 5. Tu 
instruis, tu instruiras, nous avons instruit instruire, 
erudire] les enfants laborieux. — 6. Nos soldats se 
sont ouvert par le fer un chemin à travers (inter) les 
ennemis occ . — 7. Les Phéniciens ont inventé 
récriture. — 8. Les députés des Gaulois vinrent dans 
{i)i) le camp (ace.) de César. — 9. Les brebis buvaient 
l'eau que le berger avait puisée. — 10. Les Romains 
fortifiaient et gardaient leur camp. 

176. Version. 
Gr. . i 106. — Quatrième conjugaison. 

HONNEURS RENDUS AUX SAVANTS 

Dionysius tyrannus navem vittis ornatam misit 
obviam (au-devant de) Platoni venienti Syracusas 
{à Syracuse). Ipse quadrigis excepit in littore jdiilo- 
sophum navi egredientem (soriann. 

Idem Plato nunquam dives fuit. Emit tamen très 
PhilolaiPythagorici libros decem millibus drachma- 
rum. 

Isocrates, oralor disertissimus, unam orationem 
viginti talcntis vciididit. 

Alexander Magiius Homeri liiu-os secum inter {an 
milieu de) bella semper lialniit: et eos custodiebat 
in 'd(nis) scrinio (piod erat anro gemmiscpie ac mar- 
garitis pretiosum. 

Ilonue .Iulius ('.a'sar omnes iiberalium arliiim doc- 
tores civilale donavit. 



120 LE VERBE. 

177. Version. 
Gr., §§ 97, 113. — Conjugaison active. [Récapitulation.) 

LE HÉROS THÉSÉE 

Theseus semulatione Herculis res maximas confecit 
totâ Grseciâ et célèbre nomen sibi peperit. Ille 
disperses cives in [en) iinam urbem contraxit, sepa- 
ratimque et agresti more viventi populo imposuit 
ormam et imaginem amplissimae civitatis. Idem sjfiva 
potentissimi régis Minois imperia vixdum setate 
pubescente repulit. Idem etï'rsenatam Thebarum inso- 
lentiam domuit„ Idem auxilio venit liberis Herculis, 
et virtute animi ac robore dextrae comminuit quid- 
quid ubique monstri aut sceleris fuit. Eum tamen 
pepulerunt in exsilium Athenienses ingrati. Scyros 
insula ossa mortui {de Thésée mort) cepit. 

(D'après Valère-Maxime.) 

178. Exercice de version. 

Gr., §§ 113, 119. — Emploi des temps et des modes. 

1. Vulpes vidit personam tragicam et dixit : « Prse- 
clara est species, sed non habet cerebrum ». — 2. fili, 
sperne voluptates. — 3. Amici, curate ut valeatis, — 
4. Cives legibus parento. — 5. Deleamus oppida bos- 
tium. — 6. Nostri milites patriam libèrent. — 7. Lau- 
daremus discipulos, si attenti et seduli essent (rewc^re 
par Vimparf. de Vindic.]. — 8. Si tacuisses [rendre 
par le pi. -que-par f. du subj.) , prudens fuisses. — 
9. Asinus idoneus est ad portandum. — 10. Acerri- 
mus ex omnibus sensibus sensus est videndi. — 
11. Exercendo vires augebis. — 12. Me deterruisti 
a peccando. — 13. Sabini eorumque uxores et fdia^ 
Romam venerunt ludos spectatum. — 14. Solem 
Persae unum deum esse crednnt. 



EMPLOI DES TEMPS ET DES MODES. 121 

179. Exercice de thème. 
Gr.. Sï 113. 119. — Emploi des temps et des modes. 

1. Je combattis, j'ai combattu, j"eus coml)attu. — 
2. Enfant, aime tes parents. — 3. Tu serais heureux si 
tu étais [mettre Vimparf. du subj.) sage. — 4. Tu aurais 
été heureux si tu avais été (mettre le pi. -que-par f. du 
subj.) moins hardi. — 5. L'habitude de lire est bonne. 

— 6. Les poissons sont aptes à nager. — 7. Les soldats 
étaient tous prêts à combattre. — 8. Démosthène 
devint très éloquent en travaillant beaucoup. — 
9. Nous sommes venus, nous étions venus combattre. 

— 10. Il y a des choses non agréables à entendre. — 
11. La vertu sera toujours difficile à trouver chez 
(apud) les hommes opulents. — 12. Aimer ses parents 
est le premier devoir.— 13. Démocrite prétend que 
les mondes sont innombrables. — 14. Je crois que 
l'homme méchant est malheureux. 

180. Thème. 
Gr., ;; 97. 119. — Conjugaison active. (Jtécapilulation.) 

J'ar quels moyens, disais-je [dicebam) à Narbal, les 
Phéniciens font-ils le commerce avec tant de succès 
[tournez : si heureusement) et attirent- ils dans [in) 
leur cité [ace.) les richesses de toute la terre. — La 
situation de Tyr, me répondit Narbal, est très heu- 
reuse pour le commerce. [C'est] notre patrie [qui] a 
inventé la navii^ation. Avant l'iîge des Argonautes, les 
Phéniciens domptèrent les Ilots, montèrent sur un 
vaisseau, se jouèrent des vagues et des tempêtes et 
sondèrent les profondeurs de la mer. En même 
temps ils observaient les astres sur terre et sur mer 
et réunissaient de nombreux peuples que l'océan 
avait séparés. 

''J)';iprè:" Fknelo.n, TëtiU)wijue). 



122 



LE TERBE. 



QUESTIONNAIRE 

Verbes amo, deleo, lego, capio, audio. 

Gr., §§ 97, 119. 



1. Combien y a-t-il de conju- 
gaisons en latin? 

2. Par quelle forme est indi- 
quée la conjugaison à laquelle 
un verbe appartient? 

3. Quels sont les trois temps 
qu'il faut connaître pour conju- 
guer un verbe de la première, 
de la deuxième, de la quatrième 
conjugaison? Que faut-il con- 
naître de plus pour conjuguer 
un verbe de la troisième conju- 
gaison? 

4. Quels sont les temps que 
Ton forme à Faide de l'intinitif 
présent dans la première, la 
deuxième et la quatrième conju- 
gaison? Que faut-il connaîti-e de 
plus dans la troisième conjugai- 
son pour former ces mêmes 
temps? 

5. A quels temps capio inter- 
cale -t-il uni? 

6. Dans les quatre conjugai- 
sons, quels sont les temps que 
l'on tire du parfait de l'indicatif 
ainsi que du supin ? 

7. Quelle est la forme du par- 
fait et du supin dans les verbes 
réguliers de la première, de la 
deuxième, de la quatrième con- 
jugaison. 

8 Donnez le parfait et le supin 
de aro (je laboure), de deleo (je 
détruis', de teqo (je couvre), de 
salio (je saute). 

9. Donnez le plus-que-parfait 
de Tindic. et du subj., le futur 
antérieur et le parfait du subj. 
de aro, deleo, tego, salio. 



10. Les verbes de la deuxième 
conjugaison ayant le parfait en 
là et le supin en itum sont-ils 
nombreux? 

11. Comment se forment le 
parfait et le supin dans légère ? 
Cette formation est-elle la seule 
dans la troisième conjugal - 
son? 

12. Le parfait de l'indicatif en 
latin, à combien de temps du 
français correspond-il ? 

13. Combien d'impératifs y 
a-t-il en latin ? 

14. Comment le latin supplée- 
t-il au conditionnel? 

15. Traduisez : 7ié pour com- 
battre; désireux de combattre ; 
en combattant il est devenu 
illustre. 

16. L'infinitif latin peut-il se 
construire avec une préposition? 

17. Avec quels verbes l'infi- 
tif français se rend-il par le 
supin en lan ? 

18. Donnez quelques adjectifs 
après lesquels l'infinitif français 
se rend par le supin en u. 

19. Dites en quoi consiste la 
proposition infinitive en latin et 
après quels verbes français elle 
doit s'employer. 

20. Traduisez nous venons com- 
battre; chose agréable à voir. 

21. La conjonction que se tra- 
duit-elle en lat-in dans les 
phrases suivantes : Je crois que 
tu as été impi-udent, les sages 
disent que la justice est la 
reine de toutes les vertus. 



LE vr.RBC. 123 

VOCABULAIRE 

[ Mots classés par ordre d'idées. 

LITTÉRATURE, SCIENCE 

Substantifs. 

grammàtica, élôquentia,9e,/'., éloquence. 

le, /■-, grammaire, 

grammàticus, ôrâtor, ôris, w., orateur. 

i, 7??., grammairien 

liltéra, rt', /•., lettre, carac-poêmâ, àtis, «., poème. 

tèredécriture. 
littérae, âriim, f.pL, lettre, mis- pÔêta, ae, m., poète. 

sive, littérature. 
syllàba, «, f., syllabe. scriptor, ôris, ?«., écrivain. 

ingënùîe artes, \ 

honae artes, , les beaux-arts, 

libérales artes. ; 

littërârum stùdium, l'étude des lettres. 

ingénii cuitûra, la culture de l'esprit. 

Adjectifs. 

littôrâtus, a, GrH'ciis,a.iim, grec. 

um, h'ttré. L<1tïnus,a,um, latin. 

illittôrâtus, a, Rômânus, a , 

um, illettré. mil. romain. 

(ioctus, a, um, savant. pQrus, a, um, pur, correct. 

indoctus , a , urbânus , a , 

um, ignorant. um. él.g.ml. 

(lisertus, a, iiiurbâuus, a, 

um, ék>((ut'nt. um, grossier, 

duk'is, e, doux, agréable. sans élé- 

gance. 



124 



LE VERBE. 



syllàba longa, 
syllâba brëvis, 
vir doctissïmus, 
hëbës ingënïum, 
acre ingënïum, 



syllabe longue, 
syllabe brève, 
un grand savant, 
esprit grossier, 
esprit pénétrant. 



Verbes. 

littëras CÔlëre, cultiver les lettres. 

se tôtum littëris trâdëre, s'adonner tout entier à rétude 

des lettres. 
ânïmum excôlëre, cultiver l'esprit. 

lîbërâlïtër êdùcâri, recevoir une bonne éducation. 

pùëros ëlëmenta prima enseigner aux enfants les pre- 
dôcêre, miers éléments. 

Adverbes. 

SCité, avec art. cautê, prudemment. 

përitê, habilement. stultê, contre le bon 

sollertër, industrieusement. sens. 

sâpïentër, sagement. stôlïdë, sottement. 

prQdentër, avec prévoyance, indoctë, en ignorant. 



181. Exercice de version. 
Gr., § 120. — Première conjugaison passive. 

1. Memoria eorum a quibus patria servata est, alterna 
erit. — 2. Omnes viri qui justi et probi sunt, a nobis 
amentur. — 3. Ab iEmilio Paulo, Romanorum duce, 
superatus et fugatus estPerseus, rex Macedonum. — 
4. Romani in Tiberi fluvio lavabantur. — 5. Pulcher- 
rima templa a Romanis sedificata sunt. — 6. Diffu- 
giunt cadis cum faece siccatis amici. — 7. Alcibiades 
Atheniensis in domo Periclis educatus est. — 8. A 
probis laudari, ab improbis improbari laus est. 



VOIX PASSIVE. — PREMIKRE CONJUGAISON. 125 

182. Exercice de thème. 
Gr., § 120.— Première conjugaison passive. 

1. Beaucoup de soldats furent blessés dans {in) le 
combat ahi. . — 2. Que le navire soit gouverné par 
des matelots habiles. — 3. Corinthe, ville célèbre de 
la Grèce , fut prise d'assaut par les Romains. — 
4. Des armes nouvelles ont été données à nos soldats. 
— 5. Les hommes courageux sont honorés par tous 
les peuples. — 6. Une grande partie de l'Italie fut 
ravagée par Pyrrhus, roi d'Épire. — 7. Tous les dieux 
furent charmés de la beauté de Vénus. — 8. Les 
temps sont bien changés. — 9. Mars, blessé par la 
lance de Diomède, fut guéri par le médecin des 
dieux. 

183. Version. 

Revision de la voix active. — Première conjugaison passive. 

EQUUS ET ASINUS 
Equum^ rogabat asinus particulam hordei. 
Respondit- : « si liceret^ liberaliter 
Pro dignitate nostrâ donarem* tibi. 
Sed solita rum venerimus ad pnesepia, 
Dabo repletum farre follem muneri. » 
Gui contra asellus : « qui'" rem tam parvam negas; 
Quid in majore" te facturum existimem. » 
Qui magnas res promittunt, parvas denegant, 
Hac sese agnoscent denotari fabula, 

(Fable attribuée à Piii-:i)nF. : Kd. Luci.-n >JiilU'r.^ 

1. Eqiiuin. Voyez Grani., § 188. —.2. Respondif. Sujet equt/s. — 
3. Si ticen't. Rendez par l'imparfait de l'indicatif. — I. Donavem. 
Rendez pai* le ctinditionncl présent. — 5. Qui. « Toi qui. «» — 
6. In majore. Supplt'cz re. 



126 



LE YERBE. 



184. Thème. 

Gr., § 120. — Première conjugaison passive. 

LE DIEU PLUTON 

Le dieu qui a été appelé Pluton par les Latins, est 
le maître des enfers. Il règne dans [in) des lieux 
immenses {abl.) qui sont beaucoup plus spacieux que 
la terre. Frère de Jupiter et de Neptune, il obtint 
l'empire des morts dans le partage de l'univers. 

Dans la guerre des Titans, Saturne fut aidé par la 
bravoure de Pluton; celui-ci porta en combattant 
un casque qui avait été fabriqué par les Cyclopes. 

Des taureaux noirs étaient sacrifiés à Pluton 
dans l'ombre; les cyprès et le narcisse lui étaient 
consacrés. 

Le dieu des Mânes avait pour épouse Proserpine, à 
laquelle plusieurs sanctuaires furent dédiés par les 
Grecs et les Romains. 

185. Exercice de thème. 
Gr., §121. — Deuxième conjugaison passive. 

1. Les élèves sont instruits par le maître. — 2. Que 
notre mémoire soit beaucoup exercée. — 3. Les habi- 
tants de la ville ont été effrayés par l'arrivée des 
ennemis. — 4. L'éléphant et le lion sont effrayés par 
le feu. — 5. Les brebis sont tondues [au] mois [de] 
juin{rt^*/.). — 6. Que les enfants soient souvent avertis. 

— 7. L'ouvrage le plus solide est détruit par le temps. 

— 8. Néron était craint de tous les Romains. — 
9. L'armée romaine fut détruite par les Gaulois près 
du fleuve de l'Allia. — 10. Peu d'hommes sont avertis 
et instruits, seront avertis et instruits par le mal- 
heur d'autrui. 



VOIX PASSIVE. — DEIXIF.ME r.ONJlGAISO.N. 12/ 

186. Exercice de version. 

Gr. , ji 121. — Deuxième conjugaison passive. 

1. Fortes viri periculis non movebuntur. — 2. Car- 
thago anno centesimo quadragesimo sexto anto 
riiristum natiim a Scipione deleta est. — 3. Res 
familiaris nostra labore augehitur. — 4. Qui a multis 
timetur, ipse multos timet. — 5. 3Iiseris civibiis 
(leletie iirbis cibus pra^beatur. — 6. Animi vires exer- 
eeantur et coiporis. — 7. Metu periciilorum s*pe 
movemur magis quam ipsis periculis. — 8. Il sum- 
mum imperium babebunt, a quibus omnes cupidi- 
tates erunt coercitfe. — 9. Corpora Afrorum ingenti 
ardore solis tosta sunt. — 10 Malefici homines see- 
lerum conscicntia torquebuntiir. 

187. Exercice. 
Gr.. s 121. — Deuxième conjugaison passive. 

TRES BOVES 

In magno quodam prato unâ erant très boves ami- 
citiâ et concordiâ firmi. Ita nuilius hostis incursio- 
nibus erant ol)n()xii; nemo illis insidias struebat. ne 
li'o (luidem ab illis timebatur, sed ipsi terrebantur a 
plerisque bestiarum, et circumcirca babebantur for- 
iiiidolosi. Post inter se discordarunt, et singuli laoile 
pra'da rapacium ferarum fuerunt. 

188. Thème. 

Gr..:;121. — Deuxièiiuî conjup.Tison passive. 

L'EMPEREUR VESPASIEN 

Les ruines ([\w riiieendie et la guerre civile avaient 

faites lurent réparées par Vespasien'. Il restitua 

presque tous les biens qui avaient été contisqués par 



128 LE VERBE. 

les autres empereurs. Il rebâtit le Capitole qui avait 
été détruit par les flammes, éleva un temple à la Paix, 
et commença la construction d'un vaste et magni- 
fique amphithéâtre. En outre, sous lui {tournez par 
Vablatif absolu : lui gouvernant) les aqueducs furent res- 
taurés, et les sources par lesquelles de l'eau potable 
était fournie à Rome furent multipliées. 

Depuis la mort de Néron , les légions étaient 
rebelles^ à l'ancienne discipline ; les magistrats étaient 
accoutumés à gaspiller^ ou dérober l'argent du trésor 
public. L'insubordination, les dilapidations et les 
concussions furent sévèrement reprimées par Vespa- 
sien. Cet empereur rendit l'État très prospère par un 
gouvernement ferme et prudent. 

1. Vespasien, empereur romain, régna de 69 à 79 après J.-C. - 
2. Être rebelle à, desciscere arec ab et l'ablatif. — 3. Gaspiller, 
effundère; effiindo^ ïs, fùdi, fûsum, tr. 

189. Thème. 
Gr., § 121. — Deuxième conjugaison passive. 

1 . Que les ruines faites par l'incendie soient promp- 
tement réparées — 2. A Rome, tous les biens de 
plusieurs sénateurs furent confisqués par l'empereur 
Tibère. — 3. Le temple de Diane à Ephèse fut 
détruit par les flammes. — 4. Athènes fut délivrée de la 
guerre par la mort du roi Godrus. — 5. L'eau potable 
est fournie par les rivières et les sources aux habi- 
tants des villes. — 6. Que les mauvaises passions 
soient réprimées dans [in) le jeune homme {abl.). 

— 7. Le lion est craint des autres animaux. — 
8. L'homme méchant est tourmenté par le remords. 

— 9. Les Africains sont brûlés par le soleil. 



LE VERBE. 



129 



190. Texte à apprendre par cœur. 
VOCABULAIRK 



cura, conj. Lorsque, ua jour 



in, \}rôp. Dans, à nhl. et aco.'». 
consïdo. ts, sêdi, sessum, ère, 
intr. Etre assis (ensemble). 



que 

Athênae. ârum, f. pi. Athènes. 

quidam, quiedam qnoddam et consurgo. /«. surrexi, sin-rectum, 
quu.lnm, pron. et adj. indét. Ln s^^rgère, inlr. .«Se lever .ensemble), 
certain, quelque, quelqu un. I ,. 

grandis. .. adj. Grand. - Gran- ! omnis, <•, adj. Tout. 



et. conj. Et. 

sëdës, is, f. Siège. 

sënex, sènis, m. Vieillard. 

ùbi, conj. Dès que. 

pôpûlus. i, m. Peuple. 

aspïcïo, is, aspexi, spectuni, spî- 
cère. tr. .Vpercevoir. 

multiplex, plicis, adj. Répété. 

plausûs, ûs, m. Applaudisse- 
ments. 

comprôbo, as, âvi, âtum, are. tr 



dis lia tu, avancé en âge 

vënïo, îs véni, venium, tre, intr. 
Venir. 

in, ])r(''p. Dans, au (ace. et abi). 

thëàtrum, », n. Théâtre. 

ad, prt'p. Pour. 

specto,«5. âvi, dtum. are, tr. Voir, 
regarder, assister à. 

lûdus, J, m. Jeu. 

lôcus. /. m. Place. 

a, («6. dev. une vovelle), prép. 
Par {abl.). 

cïvis, is, m. Citoyen, concitoyen. Approuver. 

sûus, sita, situm, pron. et adj. tune, adv. Alors 

poss. Son, sa ; le sien, la sienne. 

non. adv. Non, ne pas. 

Bum. €s.fin,essé. int. Être. 

do, dâs, dèdï, dàtum, dàre, tr. 
Donner, accorder. 

autem, conj. Mais, d'autre part, 

accédo. is, accessi, cessum, cédére, 
intr. et qqf. tr. S'approcher, aller 
du cùlo <i(i. 

Làcëdaemônii, iôrum, m. pi. Les 
Lacédéuioniens. 

qui, (jUS, quod, pron. rel. Qui, 
lequel. 

cum, conj. Comme, parce que. 

lêgâtus, i, m. Ambassadeur. 

certuB, a, um, adj Designé, ré- 
serve. 



ex [e, dev. une consonne), prép. 
D'entre, parmi. 

illë, «, xid, pron. et adj. dém. Ce 
cette, cela. 

dico, Is, dixi, dictum, l'^re, tr. 
Dire. 

Athëniensës, iuni, m. pi. Les 
Athéniens. 

scio. is. scici ou scîi. scitiim, scire. 
tr. Savoir. 

reclus, a, um. adj. Bon, juste, 
contorme au devoir. 

sëd, conj. .Mais. 

fâclo, is, fêci, factutn, fàcére, tr. 
Faire. 
I nôlo, non vis, nôlui. nolle. tr. irrég. 
I No pas vouloir. 



HONNEURS RENDUS A LA VIEILLESSE PAR LES LACÉDÉMONIENS 

Cum Atlicnis (juid;:!!! grandis iiatu veiiissot in 
theatrum ad spedanduin Indos, locus a civibus suis 
non est datus. Cum autom acressisset ad LacediF- 
monios, (jui, logati cum essent. oerto in loco conse- 
derant, consurrcxere omnes, et sedem seni dedorunt. 



130 



LE VERBE. 



Qiiod ubi populus aspexit, multiplici plausii compro- 
bavit.Timc quidam ex illis legatisdixit : «Athenienses 
scire quie recta essent, sed facere nolle. » 

(D'après Cicéron, de Senect., lxiii). 



191. Exercice oral de vocabulaire. 

Gr., è§ 120, 121. — Exercice sur les verbes passifs de la première 
et de la deuxième conjugaison. 

Mettez, en latin, au subjonctif, à l'impératif et à l'infinitif du présent les 
verbes suivants : 



sauver. 


donner. 


émouvoir. 


aimer. 


réparer. 


détruire, 


surpasser. 


honorer. 


augmenter. 


mettre en fuite. 


ravager. 


craindre. 


laver. 


charmer. 


fournir. 


bâtir. 


changer. 


exercer. 


sécher. 


guérir. 


réprimer. 


élever. 


exciter. 


brûler. 


louer. 


préparer. 


tourmenter. 


désapprouver. 


appeler. 


instruire. 


éviter. 


obtenir. 


effrayer. 


fatiguer. 


aider. 


tondre. 


blesser. 


fabriquer. 


avertir. 


gouverner. 


consacrer. 


regarder comme 



prendre d'assaut, dédier. 



brûler. 



192. Exercice de version. 

Gr., § 122. — Troisième conjugaison passive. (Verbe legor.) 

1. Omnesdolorestemporeminuuntur.— 2.Xerxes, 
Persarum rex, a Grsecis ad Salaminem victus est. — 
3. Magnai hostium copise a duce exercitus nostri fusse 
et fugatse sunt. — 4. Ab amicis falli triste est. — 
5. Respublica Romana a consulibus regebatur. — 



VOIX PASSIVE. — TROlSlt.ME CONJUGAISON. loi 

6. Frustra missi sunt Româ ad Coriolannm iratum 
oratores de pace. — 7. Gladii acuantiir, ut defen- 
datur patria. — 8. Clitus. dux fortissimus. al) 
Alexandre Magno occisus est. — 9. Cimon non fefellit 
judicium eorum, a quibus dux belli delectus erat. — 
10. Bona non dicitur ea navis, quîe pretiosis coloribus 
picta est, sed qua? firma et velox est. 

193. Exercice de version. 
Gr.. S 122 — Troisième conjugaison passive. (Verbe legor.) 

1. Annibal, général des Carthaginois, fut vaincu 
près de [apud] Zama 'ace.) par Scipion, général des 
Romains. — 2. Le butin fut abandonné, a été aban- 
donné par les soldats qui fuyaient {tournez • fuyant). 
— 3. Le temple de Janus fut fermé par Numa, second 
roi des Romains. — 4. Je t'envoie une lettre à lire 
{tournez : devant être lue). — 5. Le meurtrier fut re- 
connu par le chien sagace. — 6. La pointe du poi- 
gnard a été aiguisée. — 7. Les soldats, conduits au 
{adj combat par un général habile et brave, seront 
vainqueurs [tournez : vaincront^ — 8. Rome fut 
fondée parRomulus, fils de Mars. — 9. Que les bons 
livres soient lus par les écoliers. —10. La vraie gloire 
est recherchée par les hommes qui sont doués d'une 
grande àme. 

194. Version. 
Gr., § 122. — Troisième conjugaison passive. (Verbe legor.) 

BATAILLE DES ROMAINS CONTRE PYRRHUS (471 av. J.-C.) 

Tarentiiiis, qui in ultima Ihilia sunt, bcllum indic- 
fum est a Senatu, (piia legatis Roiuauorum injuriam 
fecissent [ils avaient fait), lli Pyrrhum, Ei)iri rcgem. 



132 LE VERBE. 

contra Romanos auxilium poposcerunt (1), qui ex 
génère Achillis originem trahebat. Is mox ad Italiam 
venit ; tumque primum Piomani ciim transmarino 
hoste dimicaverunt. Missus est contra eum consul P. 
Valerius Laevinus; qui, cum exploratores Pyrrhi ce- 
pisset [il avait pris)^ jussit eos per castra duci, ostendi 
omnem exercitum, tumque illos dimitti, ut renuntia- 
rent Pyrrho, quaecumque a Romanis agerentur {mettez 
en français Vimparfait de Vindicatif). Gommissa est 
mox pugna ; cum jam Pyrrhus fugeret, elephantorum 
auxilio vicit, quos incognitos Romani expaverunt. 
Sed nox prœlio fmem fecit; Lœvinus tamen per noc- 
tem fugit. Pyrrhus Romanos mille octingentos cepit, 
eosque summo honore tractavit, occisos sepelivit. 

(EUTROPE, II, 16.) 

195. Thème. 

Gr., § 122. — Troisième conjugaison passive. (Verbe legor.) 

SUR L'EMPEREUR NÉRON 

Néron, encore enfant, fut acteur dans [in) le cirque 
{ahl.). Proclamé empereur à Page de dix-sept ans 
[tournez : âgé de...), il trompa d'abord les Romains 
par quelque apparence de vertu. Bientôt plusieurs 
hommes recommandables par la naissance, la pureté 
des mœurs et le talent, furent proscrits ; d'autres fu- 
rent mis à mort; Agrippine elle-même, mère de 
Néron, fut assassinée sur (par) l'ordre de son fils. Les 
parents de ceux qui avaient été tués par le tyran 
approuvaient ces meurtres et rendaient grâces aux 
dieux. Néron, qui n'était arrêté par aucune honte, 
monta sur le théâtre : à Rome, il était inscrit parmi 
les chanteurs publics; il jouait aussi dans les maisons 

1. Voy. Gr., § 188, sur le double accusatif. 



VOIX PASSIVE. — TKOISIKME (.ONJIGAISO.N. 133 

des simples particuliers; il recevait le salaire des co- 
médiens et recherchait les applaudissements. Les 
spectateurs qui n'applaudissaient pas étaient sus- 
pects et exposés à une accusation capitale. 

196. Exercice de thème. 
Gr., § 123. — Troisième conjugaison passive. (Verlic capior.i 

1. Le char a été renversé par la violence du vent. 

— 2. Le lièvre qui fuyait fut aperçu par le chien et 
le chasseur. — 3. La cavalerie des ennemis est aper- 
çue par nos fantassins — 4. Plusieurs vaisseaux des 
Perses sont pris par les Grecs. — 5. Les étrangers 
étaient bien accueillis par les Athéniens. — 6. D"é- 
normes pierres furent lancées par nos machines de 
guerre — 7. Le traître sera jeté en prison et mis à 
mort. — 8. Que les traîtres envers la patrie [tournez: 
de la patrie] soient mis à mort. — 9. De bons géné- 
raux ont été mis à la tète de notre armée. — 10. Un 
laboureur, en creusant la terre, trouva un trésor. 

197. Exercice de version. 
Gr., § 123. — Troisième conjugaison passive. (Verbe capior.) 

1. Plurima bella suscepta et gesta sunt a Romanis. 

— 2. Urbs hoslium ab Hannibalis militibus incensa 
est, incola3 capti et interfecti sunt. — 3. Veri amici 
ofticio et fide pariuntur. — 4. Duobus nuntiis falsis 
Themistoclis rex Persarum deceptus est. — 5. Capta 
Corintho, plurimae res pretiosae a Romanis raptie 
sunt. — 6. Ejiciantur ex animis cura\ — 7. Agnus 
correptus et laceratus est a lupo. — 8. Cupiditas ra- 
piendi in hominibus barbaris inest. — 9. Mirabilia 
opéra mundi Stcpe non perspiciuntur ab homine 
stulto. — 10. Annosa vulpes laqueo non capitnr. 



13-; 



LE VERIŒ. 



198. Thème. 
Gr., § 123. — Troisième conjugaison passive. (Verbe capior.) 

Les hommes de l'âge d'or, contemporains de Sa- 
turne, vivaient parfaitement heureux. Ils étaient à 
l'abri de tous les maux, étrangers aux fatigues et à 
la douleur; leur cœur n'était pas tourmenté par les 
soucis. Tous les vrais biens étaient communs parmi 
eux. Ils ne cultivaient pas les champs : la terre pour- 
voyait d'elle-même {ipsa) à leur subsistance. Ils ha- 
bitaient des cabanes et étaient contents des choses 
réellement utiles. Les somptueux palais, les meubles 
magnifiques, les riches habits n'excitaient pas leur 
envie {tournez : n'étaient pas désirés par eux). La 
vieillesse ne les épuisait pas ; ils conservaient tou- 
jours la vigueur de leurs pieds et de leurs mains; et 
ils s'éteignaient comme vaincus par le sommeil. 

Alors les ruisseaux n'étaient point infestés par la 
pèche, ni les forêts par la chasse; les poissons n'é- 
taient pas pris par le hameçon, les daims et les cerfs 
n'étaient pas percés [de coups] de flèches. L'homme 
[ne] faisait la guerre ni à l'homme ni aux autres ani- 
maux. 

199. Version. 

Gr., § 123. — Troisième conjugaison passive. (Verbe capior.) 
LE SERPENT DU FLEUVE BAGRADA 

Attilius Regulus in Africa non cum hominibus tan- 
tum, sed etiam cum monsLris dimicavit. Cum castra 
haheret {il avait) apud flumen Bagradam, anguis mirai 
magnitudinis Romanorum exercitum prohibebat usu 
amnis. Multi milites ingenti ore correpti sunt, com- 
plures cauda3 voluminibus elisi. Illa autem telorum 



VOi\ PASSIVE. — OIATHIIME <.0>JI GAISON. i.'îo 

jactu nunquamperforabatur. Ad ultimum balistanini 
tormentis undique petita, silicum crebris et ponde- 
rosis verberibus procubuit. Criiore ojus gurgites im- 
biiti siint, corporisque jacentis pestifero aftlatu vicina 
regio est polluta; itaque inde sumniota sunt castra 
Romana. Sed belluae corium centum viginti pedes 
longum in Urbem niissum est. 

Val. -Max., I. 8., 

200. Exercice. 

Gr.. ; 124. — Quatrième conjugaison passive. 

1. Milita^ res admirabilesab ArchimedeSyraciisano 
inventa^ sunt. — 2. A niatre ipsâ Gracchi eruditi sunt. 

— 3 Initie aîstatis borti tloribus vestiuntur. — 4. An- 
drocles a leone grato nutriebatur, — 5. Alexander 
olini aquam a milite haustam repudiavit. — 6. Ju- 
cundi sunt labores finiti. — 7. Nefaria Pausani* 
consilia reperta sunt. — 8. Urbs Atheniensium a 
Xerxe vacua reperitur. — 9. ïantalus, quia de ser- 
luonibus deorum non tacuerat, pœnis ^eternis pu- 
nitus est. — 10. Rex Creta» imperavit, ut Da^dalus et 
ejus filins custodirentur. 

201. Exercice. 

Gr.. i 124. — Quatrième conjugaison passive. 

1. La nourriture des Spartiates était assaisonnée 
par une fatigue salutaire. — 2. Un trésor sera trouvé 
par le laboureur intelligent. — 3. Les soldats re- 
belles à la diseipline seront punis. — 4. Les portes 
ilu temple de Janus étaient ouvertes [pendant la 
guerre (M). — 5. Il n'est pas agréable d'être tenu en 
prison. — 6. Il est bonteux d'être cbargé decbaînes. 

— 7. Lenfant menteur a été puni par sc^s parents. 



136 LE YERBE. 

— 8. Plusieurs places de guerre furent fortifiées par 
les Romains sur [in) les bords [abl.) du Rhin et du 
Danube. — 9. Les bêtes féroces sont enchaînées. — 
10. On ne trouve pas de cerfs tournez : des cerfs ne 
sont pas trouvés) en Afrique. 

202. Version. 

Gr., § 124. — Quatrième conjugaison passive. 
CORIOLAN 

Octavo decimo annopost regesejectos expulsus est 
ex Urbe Q. Marcius, dux Romanorum, qui Coriolos 
ceperat, Volscorum civitatem. Ad ipsos Volscos con- 
tendit iratus, et auxilia contra Romanos accepit, Ro- 
manosque ssepe vicit. Usque ad quintum milliarium 
urbis accessit, oppugnaturus etiam patriam suam. Ab 
80 répudiât! suntlegati, quipacempetebant; ne exau- 
ditae quidem sunt sacerdotum preces. Tandem ad 
Marcium mater Veturia et uxor Volumnia ex Urbe 
venerunt; quarum fletu et deprecatione superatus 
removit exercitum. Atque hic secundus post Tarqui- 
nium fuit, qui dux contra patriam suam esset. 

(EUTROPE, 1, 15.) 

203. Thème. 

Gr., § 124. — Quatrième conjugaison passive. 

Dans les montagnes de la Thessalie est un lieu 
charmant, une solitude très agréable qui a été célé- 
brée par plusieurs poètes. Les rayons du soleil sont 
arrêtés par une forêt qui est très épaisse et contient 
de grands chênes d'une beauté remarquable. Les 
énormes troncs des frênes, des platanes, des peu- 
pliers sont entourés de lierre fleuri. Les nombreuses 



VOIX PASSIVE. — QUATRIEME CONJUGAISON. 



137 



collines sont couvertes ciun gazon toujours vert dont 
les brebis se nourrissent [tournez : sont nourries). 
On trouve de tous côtés {tournez : de tous côtés sont 
trouvées) d'innombrables fleurs qui charment les 
yeux et parfument l'air [tournez : par lesquels les 
yeux sont charmés et l'air est parfumé). Ce lieu n'est 
pas infesté par les loups; les troupeaux y [ibi) sont à 
peine gardés par les bergers. 

Les habitants, accoutumés au climat le plus doux, 
ne connaissent point les rigueurs de l'hiver. 

204. Exercice oral de vocabulaire. 

Gr.. t:§ 122. 124. — Exercice sur les verbes passifs de la troisième 
et de la quatrième conjugaison. 



Traduisez les verbes suivants : 

dimittor. 
ai4or. 



mmuor. 

vincor. 

fundor. 

fallor. 

regor. 

mittor. 

acuor. 

defendor. 

occidor. 

deligor. 

dicor. 

pingor. 

relinquor 

claudoi'. 

legor. 

ducor. 

condor. 

quieror. 

poscor. 



inscribor. 

elidor. 

pet or. 

dejicior. 

aspicior, 

capior. 

excipior. 

jacior. 

interticior. 

fodior. 

suscipior. 

parior. 

decipior. 

ra|)i<)r. 

ejicior. 

corripior. 

perspicior. 



invenior. 

erudior. 

vestior. 

nutrior. 

haurior. 

fmior. 

reperior. 

punior. 

custodior. 

condior. 

aperior. 

custodior. 

vincior. 

munior. 

exaudior. 

impcdior. 

cooperior 

vertor. 

premor. 



138 LE VERBE. 

205. Thème. 

Exercice de récapitulation sur la voix active. 

LE LABOUREUR ET LA CIGOGNE 
Des grues et des oies ravageaient un champ de blé. 
Un laboureur tendit un piège. Il les prit et avec elles 
une cigogne. Celle-ci a recours aux prières : « Je suis 
innocente, dit-elle, je ne suis ni une grue, ni une 
oie, mais le meilleur des oiseaux. Je respecte mes 
parents; je les nourris dans leur vieillesse. Bien plus, 
je rends aux laboureurs un important service : je 
fais la guerre aux serpents, aux lézards et à tous les 
animaux de cette espèce. Épargne-moi : un bienfait 
ne cause (n'est une cause) de regret à personne ». — 
« Tout cela est vrai, répond le paysan, mais je ne 
t'épargnerai pas; tu t'es associée avec des méchants : 
toi-même, tu subiras la peine qu'ils ont méritée. » 

206. Thème. 

Gr., §§ 120, 124. — Exercice sur les verbes passifs. (Revision.) 

Archytas de Tarente fut à la fois mathématicien, 
géomètre et philosophe pythagoricien. 11 exécuta plu- 
sieurs ouvrages merveilleux : il fit un pigeon de bois(1 ) 
jDresque pareil aux pigeons vivants et muni d'ailes 
légères et propres à voler. Le dé que les arithméticiens 
nomment cube, fut inventé par Archytas. Ce disciple 
de Pythagore enseignait que le monde est éternel et 
incorruptible (2). Le même homme était doué d'une 
grande âme. 11 sauva Platon, son disciple, de la cruauté 
de Denys le Tyran. 11 combattit courageusement pour 
{pro) sa patrie [abl.) et fut élu six fois chef de Tarente. 
Archytas fut tué dans (m) un naufrage [abl.]. Son corps 
fut enseveli sur (in) un promontoire (ahl.) de TApulie. 

1. Voy. Gr., § 178, complément de matière. 
2- Voy. Gr., § 219, proposition infinitine. 



LE VERBE. 



130 



207. Texte à apprendre par cœur. 



VOCABLLAIRE 



Fauces. i»»i. f. pi. Gorge ; pas- 
sa ^^e etruit. 

Quondam. adv. Autrefois. 

adhaerëo. es, hssi, ha^sum hierêre, 
iiitr. Être attache à. 

Dïrïtno. Is, rémi, remptum, rïinère, 
tr. Séparer. 

vëlût, adv. Comme, pour ainsi 
dire. 

àb ou à, prép. (avec l'abl.). De. 

Impëtûs, ûs, m. Impétuosité, 
violenre. 

sûpërus. a. u»i, adj. Qui est en 
haut; supérieur; svperum mare. 
mer Adriatique. 

ônus, iièris. n. Cliarge. poids. 

illùc adv. Là (avec mouvement). 

vëho, îs. vfxi, veclum, vé/tère, tr. 
Charrier, porter. 

Frâgïlis. e, adj. Cassant, friable. 

pënetrâbïlis. ^, adj. Péuëtrable. 

pàtëo, l's. ùi, e><?, inlr. Être ou- 
vert. 

gënëro, as. àvt, âlum, are, tr. 
Produire. 

nûtrïo. is. ici ou ii, itum, ire, tr. 
Nourrir, entretenir. 

sterno» îs. strâci, strâlutn. sler- 
nèrp.tr. Ktcndre (sur) ; couvrir (dei. 

nuDC, adv. Maintenant. Xunc..., 
iiiiuc..., tantôt..., tantôt. 



eructo, as, drc. intr. et tr. Vomir, 
lancer. 

indë, adv. De là ; à cause de 
cela. 

dûro, as. âci, àtum, are, intr. 
Durer, continuer. 

për, prép. (avec l'ace). Pendant. 

Trinacrïa, x, f. Trinacrie. On 
nommait ainsi la Sicile à cause de 
ses trois promontoires. 

Sicânïa, s, f. ijicanie. Les Sica- 
niens, peuple de l'Hispanie, s'éta- 
blirent en Sicile. 

cognômïno. as, âvi, àtum, are, 
tr. .Suruniimier. 

princïpïum, n, n. Principe, ori- 
gine : (i priiicipio, dès l'origine. 

Cyclops, ôpis, m. Cyclope ; (au 
plur.) Cvclopes, géants ûe Sicile. 

qui. quse, quôd, pron. et adj. rel. 
Qui, lequel ; lui, elle. 

exstinguo. is. stinxi. stinctuvi, 
stiiii/u/'re.tr. Eteindre ; anéantir. «pui- 
hiisexstinrtis, ceux-ci (les Cvclopes) 
ayant été anéantis. 

in. prép. (avec l'ace). Dans, sous. 

concëdo, îs, cessi, cessum, cédère, 
intr. I'asser(à, sous); tomber (sous). 

fërax, dcls, adj. Fertile. 



Gr.. ?;!; 120. 124. — Revision des verbes passifs 
LA SICILE 



Sicilia angustis faïu'ihus (luoiidani Italia' adlia'sit ; 
(iirt'inptacjiR' est, vclut a rorpore majore, iiiipctii sii- 
pcri luai'is, quod tolo uiidaruiii onere illuc vohiliir. 
Kst ault'in ipsa terra tennis ae fraizilis, et eavernis 
(inil)usdani tistnlis((ne penetrahilis. Ventornm llati- 
l)ns tota ferme patet; ignihusque generandis et 
nntriendis aptnm est nalnrâ sidnm. Stratnm snifnre 



i^O LE VERBE. 

et bitumine, fréquenter et compluribus locîs, nunc 
flammas, nunc vaporem, nunc fumum éructât. Inde 
iEtnse montis incendium durât per tôt ssecula. 

Siciliae primo Trinacriœ nomen fuit; postea Sicania 
cognominata est. Hœc a principio patria Cyclopum 
fuit ; quibus exstinctis, Cocalus regnum insulse occu- 
pavit. Post quem * singulae civitates in tyrannorum 
imperium concesserunt, quorum nulla terra feracior 
fuit. 

(Justin, IV, 1, 2.) 

1. Post quem. Cest-à-dire^ sed post eum, après Cocalus. 

208. Version. 

Gr., §§ 102, 125. — Exercice sur les verbes actifs et passifs. 
(Revision.) 

CYRUS BAT LES BABYLONIENS ET CRÉSUS 

Cum Cyrus suum avum Astyagem victum regno 
exuisset^ Persse obtinuerunt imperium quod pênes 
Medosfuerat annostrecentosquinquaginta. Tum civi- 
tates, quae Medorum tributariae fuerant, a Gyro defe- 
cerunt; quae res multorum bellorum Gyro causa et 
origo fuit. Domitis demum plerisque,^ cum adversus 
Babylonios bellum gereret, Babyloniis rex Lydorum 
Crœsus, cujus opes et divitiœ insignes eâ tempestate 
erant, in auxilium venit ; victusque jam ac desolatus^ 
in regnum refugit. Cyrus quoque post victoriam 
componit res in Babyloniâ et Lydiam invadit. Ibi 
fortunâ prioris prœlii perculsum jam Crœsi exerci- 
tum nullo negotio fundit; Crœsus ipse capitur. 

1. Cum e^wme^. Mettez l'indicatif en français. — 2. Domitis pk- 
risque. Ablatif absolu ; voyez Gram., §201.— 3. Desolatus. « Dénué 
de tout. » 



VOIX ACTIVE tT VOIX PASSIVL. 141 

209. Thème. 
Gr., ?§ 102. 125. — Exercice sur les verbes actifs et passifs. 

Bacchus, après la mort du poète Orphée, quitta les 
montagnes de la Thrace. Il vint en {in) Lydie [ace.) et 
en Phrygie et visita les rives du Pactole. Plusieurs 
satyres ni^archaient avec lui. Silène par hasard s'était 
écarté du cortège. Des patres phrygiens surprirent 
le vieillard appesanti par le vin et les années; ils le 
lièrent avecj des guirlandes, puis le conduisirent 
auprès de (ad) Midas [ace], qui depuis longtemps 
adorait Bacchus et cultivait la vigne. Le roi reconnut 
aussitôt Silène ; il le combla de présents et le ramena 
sain et sauf à son maitre. Le dieu remercia Midas 
et ajouta : « Demande n'importe quelle faveur; ce 
que tu souhaiteras te sera accordé ». — « Je désire, 
répondit Midas, changer en or ce que je toucherai. » 
Ce souhait faillit être fatal (tournez : fut presque fatal) 
au roi de Phrygie. 

QUESTIONNAIRE 

Gr.. ,SS 120. 125. — Conjugaison passive. 

i. kV\nd'\ciii\{{prése7ît, impar- passif les infinitifs présents 

fftit, futur), au subjonctif (/jre- actifs qui suivent: annare, mo- 

sent, imparfait), comment i\rc-i- nere,minuere, dejicerey audire. 

on la forme |)assive de la forme c ^^ p i- .r i i i 

' , , . 0. Donnez I adjoclif verbal du 

active corresponcante? ^- ,^ \e i ■ ■ t i 

„ ,, ,. . gérondif (lejicienilutn : donnt-/. 

2. Donnez les tormes passives i .„.,..,;.;., v. • j • < • 

, . . ^ ./ , . le participe passe du supin /;i- 
qui correspondent a /ri^Mo; /n- ^,^/,^,^j 

buatn ; tnbuis ; tribuit ; damus, ! 

da(is\ dant. i '• Q"*?'^ ^^^^ ••'^ temps com- 

3. Àquel'trnips de la.tif est | ^^^^^ ^" P^^^=^'^ '^t'"- T''iidui^ 
semblable la deuxième personne ff* J*^ ^"^ ^'^'^s^'» J'^^^'»'^ «té 
du singulier de limpératif pré- î^'^;^^^^; .1 •"ïu»"" «té blessé, que 
gept> 1 j aie été blessé, que j'eusse été 

4. Traduisiez : vous êtes sau- '^'«ssé. 

vé-i, soyez sauvés ; vous êtes i 8. De quoi se compose l'infi- 
avertis, soyez avertis. nilif futur passif? Traduisez: 

5. .Meltez à rinlinitif présent ' devoir être guéri. 



l'i- LE VERBE. 

210. Exercice de thème. 

Gr., §§ 125, 126. — Emploi des formes du passif. 

1. L'enfant est averti par son père. — 2. Jeune 
homme, vous êtes bien averti: que ces conseils vous 
soient utiles. — 3. Plusieurs temples des Grecs 
étaient bâtis en marbre. — 4. Il y a plusieurs ouvrages 
de Cicéron composés sur l'art oratoire. — 5. De 
beaux monuments de l'antiquité sont depuis long- 
temps détruits. — 6. Toutes les pierres de l'édifice 
sont abattues. -^ 7. Notre navire est entièrement 
brisé. — 8. Les plus grands navires sont brisés par la 
tempête. — 9. Tous nos biens sont à jamais perdus. 
— 10. Les livres que tu m"as envoyés sont déjà lus. 

211. Exercice de thème. 

Gr., § 127. — Emploi des formes du passif. 

1. Le sage ne s'offense pas des injures des sots. — 2, 
Les livres bien écrits se lisent facilement. — 3. Autre- 
fois les Espagnols se lavaient dans l'eau froide. — 
4, Tous les fleuves se répandent dans la mer. — 5. 
La gloire s'acquiert par beaucoup de fatigues. — 6. 
Certains défauts ne se corrigent jamais. — 7. Moi, dit 
{inquit) le lion, je prends la première part, parce que 
je me nomme lion. — 8. Le véritable ami se recon- 
naît par les actions, non par les paroles. — 9. Le blé 
se sème [au] mois d'octobre. — 10. Une bonne mé- 
moire non exercée s'affaiblit. 

212. Exercice de version. 

Gr., §§ 128, 129 — Emploi des formes du passif. 

1. Dii pie colendi sunt. — 2. Labore exercenda 
sunt adolescentium corpora. — 3. Vitiorum irrita- 
menta fugienda sunt. — 4. Non timenda est pauper- 
tas. — 5. Humatio contemnenda est in nobis, non 
neglegenda in nostris. — 6. Lingua est diligentissime 



MA.MKUK J)F RtNDKE '« 011 ». i t-i 

continenda. — 7 Bibliotheca ad iisum publiciim et 
privatum comparanda est, non ad ostentationem. — 
8. Philosophi snnt cupidi nature rerum cognoscenda^. 

213. Thème. 
Gr., § 130. — .Manière de rendre « on ». 

Antistliène, né à Athènes {ahl.) la première année 
[ahL: de la quatre-vingt-neuvième olympiade, fut un 
des philosophes les plus illustres de son temps. Non 
seulement on le compte parmi les plus habiles disci- 
ples do Socrate, mais encore on le regarde [comme^ le 
chef de la secte des Cyniques que peu après Diogène 
rendit très célèbre. On donna ce nom à ces philoso- 
l)hes à cause de leur humeur mordante. A Athènes, 
on élevait souvent aux charges publiques des hommes 
indignes. Un jour, Antislhène dit dans(?'/i) l'assemblée 
[afjl., du peuple : « Les chevaux et les bœufs servent 
à {ad) labourer [ace. du gérondif, : qu'on ordonne par 
un édit d'employer les ânes (tournez : les ânes être 
employés) au même travail ». Aussitôt tous se récrient 
et disent que l'une n'est pas né, comme le cheval et 
le bœuf, pour le labour. (^ On commet la même faute, 
reprend Antisthène, quand on choisit [pourl magis- 
trats des hommes sots ou malhonnêtes. » 

214. Version. 
Gr , Si; 130, 133. — Manière de rendre « on .. 

1. lu (jcrmania vivilur ex rapto. — 2. De Themis- 
toclis morte varie scriptum est. — 3. Ad Salaminam 
iiisulam a Grandis et a Persis diu pugnatum est. — 
4. Invidelur comniodis alienis. — 5. Corj)ori indul- 
gendum est, non serviendum. — 6. L'trintpie concur- 
ritur. — 7. Cupiditatibus imperandum est. — 8. .\ris- 
tides omnium juslissimus fuisse traditur. 



14 



LE VERBE. 



VOCABULAIRE 

[Mots groupés par ordre d'idées. J 
RELIGION ET CULTE 
Substantifs. 
Juppïtër, Jôvis, n. pr. m., Jupiter, souverain des djeux. 
Jûno, ônis^ n. jor. /"., Junon, épouse de Jupiter. 

Apollo, ïnis, n. pr. m. , Apollon, dieu de la poésie. 

Neptûnus, i, n.pr. m., Neptune, dieu des mers. 

Minerva, a?, n. pr. f., Minerve, déesse de la sagesse. 

Venus, nëris^ n. pr. /*., Vénus, déesse de la beauté. 

Mars, martis, n.jor. m,, Mars, dieu de la guerre. 

Vulcânus, i, n.pr. m., Vulcain, dieu du feu. 

Cërês, rëris^ n. pr. /. , Gérés, déesse de l'agriculture. 

Dïâna,*, n.pr. /., Diane, sœur d'Apollon, déesse de lâchasse. 
Mercùrïus, li, n.pr. m.. Mercure, dieu des orateurs, des 

mat-chands et des voleurs. 
PlQto et Plûton, ônis^n.pr. m., Piuton, dieu des enfers. 
Bacchus, i, n. pr. m., Dieu de la vigne. 

Hercules, is, n. pr. m., Hercule, le plus illustre des héros. 

Pan, gén. Pànôs, n. pr. m., Pan, dieu des bergers. 
Sâtyri, ôrurn^ 71. pr. m pL, Les Satyres, divinités des forêts. 
Gyclôpes, uni, n. pr. m. jo/., Les Cyclopes, forgerons de Vulcain. 



dëus, i, m., dieu. 

dëa, œ, f., déesse. 

nympha, a?, /"., nymphe. 
templum, i, w., temple. 
cultus dëôrum, 
dëi sùpëri, 



divinus, «, wm, 
caelestis, e, 



prëcari dëos, 
sacrïfïcïum fâcëre, 



hostîa, «, f., victime. 
dëlûbrum, 2, n., sanctuaire. 
ara, œ, /., autel. 

sacrïfïcïum, n, w., sacrifice, 
l'adoration, le culte des dieux, 
les dieux du ciel. 

Adjectifs. 
divin. pïus, a, um, pieux, 

céleste. impius, a, um, impie. 

Verbes. 

prier les dieux. 



sacrifier. 



VOIX DtPO.NL.NTF.. — PREMiKHE CONJUGAISOri. 14"' 

215. Exercice. 

Gr., §§ 130. 133. — Manière de rendre ^ on >•. 

1. On désire les richesses, mais elles ne sont pas 
toujours désirables. — 2. On doit préférer une bonne 
éducation aux plus grandes richesses. — 3. On étu- 
diait à Rome la langue grecque. — 4. On trouve 
aujourd'hui beaucoup d'hommes instruits. — 5. On 
chassa les Tarquins de la ville de Rome . — 6. On doit 
punir les scélérats ; on ne doit pas leur pardonner. 

— 7. On découvrit l'empereur Vitellius, qui s'était 
caché. — 8. On admire le désintéressement de l'Athé- 
nien Aristide. — 9. On regarde Annibal ^comme^ un 
tiès grand capitaine. — 10. On est souvent trompé 
par l'apparence du bien. 

216. Exercice. 

Gr . §5 134. 138. — Voix déponente. (Première conjugaison.) 

1. Les Grecs ravagèrent les champs deslroyens. 

— 2. En (in) Egypte [abl.], Hérodote admira des monu- 
ments merveilleux. — 3. Alexandre le Grand fut 
étonné* du désintéressement et de la fierté de Dio- 
gène. — 4. Jeunes gens, efforcez-vous d'être utiles à 
la patrie. — 5. Que l'homme heureux console les 
malheureux et leur porte secours. — 6. Catilina tra- 
mait- la ruine de la république romaine. — 7. Lei; 
soldats se glorifiaient des blessures qu'ils avaient 
reçues. — 8. Ees Scythes tendirent des pièges ' à l'ar- 
mée de (atus, roi des Perses. 

l. Être étonné, niirari [ace). — ?. Tramer, machinari (arc). — 
3. Tendre des pièges, insidiari [dut.). 

EXKni-. lAT. CL. DE C* ET 5*. Q 



146 . LE VERBE. 

217. Exercice. 
Gr., §§ 134, 138. — Voix déponente. (Première conjugaison.) 

1. Qiiis homo non miratnr pulchritudinem ver^e 
virtutis. — 2. Animalia quaedam vocem liumanam 
imitantur. — 3. Ulysses venerabatur deam Minervam 
summâ pietate. — 4. Barbari urbi nostrae interitum 
minabantur. — 5. Per vastas solitudines vagantur 
Scythse. — 6. Studia litterarum nobiscum pernoctant, 
peregrinantur et rusticantur. — 7. Eorum mores 
imitamnr, qiiibuscum versamiir. — 8. Quis non 
delectatiir,cum laudatur a bonis. — 9.Venari fortium 
hominiim animos delectat. — 10. Amicis pnidenter 
hortantibns obtempéra. 

218. Thème. 
Gr., §§ 134, 138. — Voix déponente. (Première conjugaison.) 

Gyrus, quand [cum) il eut pris (pi. -que-par f. du subj.) 
Sardes, capitale de la Lydie, résolut de soumettre les 
Grecs d'Asie et de dominer dans (m) toute la contrée 
{ahl.) qu'on appelait lonie. Les Lyeiens étaient peu 
nombreux, et aucun [neque ullus] peuple (populus) 
voisin [ne] les secourut. Ils entreprirent cependant 
de défendre leur liberté, marchèrent au-devant des 
Perses et leur livrèrent bataille dans les plaines du 
Xanthos. Ils combattirent [avec] im grand courage 
{ahl.), mais ils furent taillés en pièces. Ceux qui sur- 
vécurent à la défaite regagnèrent leur ville. Sans 
tarder [tournezinQ tardant pas), ils ravagent tout leur 
pays, transportent tous leurs biens dans la citadelle, 
y (eo) amènent leurs femmes, leurs enfants et leurs 
esclaves, puis réduisent tout en cendres. Après cela, 
ils font une sortie contre les Perses et succombent 
tous glorieusement en combattant. 



VOIX. DÉPONENTE. — DEUXIÈME CONJUGAISON. 147 

On admirera toujours la bravoure des Lyciens 
qui préférèrent [tournez : préférant) la mort à la ser- 
vitude. 

219. Version. 

Gr., §§ 102, 138. — Voix déponente ('première conjugaison); 
revision de la voix active. 

ON NE DOIT RIEN DEMANDER AU DELA DE CE QUI EST JUSTE 

Arbitrio si natura finxisset' meo 
Genus mortale, longe foret- instructius. 
Nam cuncta nobis attribuisset commoda. 
Qua?cunique indulgens Fortuna animali dédit 
Elepbanti vires, et leonis impetuni. 
Cornicis aevum, cornua et tauri trucis, 
Equi velocis placidani mansuetudinem ; 
Et adesset homini sua tamen sollertia. 
Nimirum in ca?lo secum ridet Juppiter, 
Magno consilio ha^c qui negavit hominibus, 
Ne sceptrum niundi raperef nostra audacia. 
Ergo contenti munere invicti Jovis, 
Fatalis annos deeurramus* temporis, 
Nec plus conemur^ quam^ sinit mortalitas. 

1. ^\' finxissel. .Mettez en français le plus-ciue-parfait de l'indi- 
catif. — '2. Forel, ulhibuisset, adesset. Voyez (ir., § 11). — 3. Xe 
raperel. Sujet }iostra nudacia. Voyez Gr., § 229. — 4. Decurramiis. 
Mettez en français limpératif. Voyez Gr., § 211. — 5. Sec conemur. 
« lit n'entieprenons pas. » — 6. Quam. Adverbe. « Que. » 

220. Exercice. 
Gr., S 139. — Voix déponente. (Deuxième conjugaison.) 

1. Post prodiuiii ad Issum commissum Darius 
Alexandro niagnani parloin Asia' pollicitus est. — 

2. Versare cum bonis lioniinibus, reverere senes. — 

3. Semper parati erimus fines palriie armis tueri. — 



148 LE VERBE. 

4. Milites, qui consulis saliUem tuiti erant, maximum 
praemium acceperunt. — 5. Egregium est mereri 
bénéficia et dare. — 6. Vir bonus peccata b'benter 
confitetur. — 7 Plinius scribit : nunc pueri stafim 
omnia sciunt, neminem verentur, imitantur nemi- 
nem, atque ipsi sibi exempla sunt. — 8. Non omnes 
ii sunt qui videntur esse. — 9. Brutus bene meritus 
est de populo Romano. — 10. Honestissimum est de 
republica bene mereri. 

221. Exercice. 

Gr., § 139. — Voix déponente. (Deuxième conjugaison.) 

1. Hercule mérita la reconnaissance de toute la 
Grèce. — 2. Oreste avoua sa naissance et ses projets 
à sa sœur Ipliigénie. — 3.11 est honorable de mériter 
les éloges des hommes de bien. — 4. Astyage promit 
à Harpagus une belle récompense. — 5. Il n'est pas 
honteux d'avouer une faute. — 6. Les enfants sages 
respecteront toujours la vieillesse. — 7. Nos soldats 
ont bien mérité de la patrie. — 8. Le chien garde la 
maison contre (a) les voleurs [abL), 

222. Version. 

Gr., § 139. — Voix déponente. (Deuxième conjugaison.) 

GRANDEUR D'AME DU ROMAIN FABRICiUS 
Timochares Ambraciensis Fabricio consuli pollici- 
tus est, se Pyrrhum veneno per filium suum, qui 
potionibus ejus prseerat. necaturum. Ea res cum ad 
senatum esset delata {avait été annoncée) , missis legatis, 
Pyrrhum monuit (l), ut ab hujus generis insidiis cave- 
ret. Non sane ignorabat Fabricius, urbem, a filio 



(1) Monuit. Sujet Fabricius. 



VOIX DÉPONr.NTE. — DEIXIK.ME f.ONJlGAlSON. 140 

Martis conditam, armis bella, non venenis gerere 
debere. Timocharis aiitern nomen consul suppressit, 
atque utroque modo cequitati parait; nam nec hosteni 
malo oxemplo sustulit, neque eiini, qui bene mereri 
luerat paratus, prodidit. 

:Daprès Val. -Maxi me.) 

223. Thème. 

Gr.. ; 139. — Voix déponeutc. (Deuxième conjugaison.) 

ANNIBAL 

Aiinibal fut un des plus grands capitaines de l'an- 
tiquité. Il a mérité les éloges de tous [ceux] qui ont 
pratiqué Tart militaire. Quelques hommes de guerre 
ont même avoué qu'il était supérieur [tournez : lui 
être supérieur; à Alexandre le Grand et à César. Tout 
jeune enfant, Annibal promit à son père par un ser- 
ment solennel d'être à jamais [iouDiez : soi devoir 
être, se fore) l'ennemi implacable des Romains. Il 
n'avait pas encore achevé sa vingt-cinquième année 
((uand il fut mis à la tête des troupes. Dès lors il ne 
cesse de lutter glorieusement contre la République 
rivale de Carthagc. Il franchit les Alpes, arrive en 
[in) Italie [ace), est vaincpieur sur (in) les bords {ahl.) 
du Tessin,de laTrébie,du lac Trasimène,et gagne la 
mémorable bataille de Cannes par la témérité du 
consul Varron. Plus tard Annibal est vaincu en {in) 
.\frique [ahl.) près de [apud) Zama [ace.]. Otte défaite 
n'abat point son courage. 

Banni de Carthage, il suscite en Asie des ennemis 
contre Rome. A la iin il se retire chez [ad) Prusias, 
{ace.) roi de Bithynie. Mais ce prince parait dévoué 
aux Romains et prêt à leur livrer son hôte. Alors 
Annibal assura sa gloire et sa liberté par le poison. 



ioO 



LE VF.RBE. 



224. Exercice oral. 

Gr. §§ 134, 139. — Verbes déponents de la première et de la 
deuxième conjugaison. 

Traduisez (en donnant l'infinitif et le subjonctif présent) les verbes 
suivants : 



ravager. 

admirer. 

s'étonner de. 

s'efforcer de, en- 
treprendre. 

consoler. 

porter secours , 
secourir. 

tramer. 

se glorifier de. 

tendre des pièges. 

imiter. 



vénérer. 

menacer. 

errer. 

voyager en pays 
étranger. 

demeurer à la 
campagne. 

chasser. 

exhorter, con- 
seiller. 

dominer. 

tarder. 



se trouver (avec). 

promettre. 

respecter. 

défendre , gar- 
der. 

mériter. 

avouer. 

être vu, paraître. 

bien mériter de. 

faire du bien. 

se chauffer au so- 
leil. 



225. Exercice de thème. 

Gr., § 140. — Voix déponente. (Troisième conjugaison). Verbe sequor. 

1. Celui qui désire trop les honneurs, les obtient 
rarement. — 2. Alcibiade partit pour [in) la Sicile 
{ace.) avec une grande flotte. — 3. Nos cavaliers ont 
poursuivi l'ennemi qui fuyait (^owr?îez ; fuyant). — 
4. Suivons toujours les conseils des hommes de bien. 

— 5. Celui qui ne sait pas se taire ne sait pas parler. 

— 6. La mort poursuit même le lâche qui fuit [tour- 
nez : fuyant). — 7. Jouissons sagement des biens que la 
fortune donne. — 8. L'orateur Démosthène était né 
bègue. — 9. Socrate se mettait en colère rarement. 

— 10. Le sage use de tout, n'abuse de rien [tournez: 
use de toute chose, n'abuse d'aucune). 



V«HX DhPO.NE.NTE. —•• TUOISIKME (.ONJLGAISO.N. llil 

226. Exercice de version. 

Gr. ? 140. — Voix «l(-[)oncute. Troisième conjugaison). Verbe sequor. 

1. Loquamur, quod sentimus ; sentiamus, qiiod 
loquimur.— 2.Cimon,c]arusAtlleniensillmdux,maxi- 
nla^l gluriam adeptus est. — 3. Sua quisque vitia facile 
obliviscilur. — 4. De rébus futuris loqui facile est. 

— 5. Ti^ris in multis Asi* regionibus nascitur. — 
6. Dejotarus rex bene arniis. optime equis ute})atur. 

— 7. Lal)ienus cum viginti cohortibus magnoque 
equitalu contra Treviros profeclus est. — 8. Audi 
niulta, loquere pauca. — 9. Sapienter utiniini. juvenes, 
temporel — 10. Irascimur tibi, quia non fecisli, quod 
nobis poUicitus eras. 

227. Version. 

Gr., ï; 140. — Voix déponente. (Troisième conjugaison). Verbe sequor. 
INGRATITUDE CRIMINELLE 
M. Cicero C. Popiiium LaMiatcm non minore cura 
quam eloquenlia défendit; eumque, causa admodum 
dubiâ lluctuantem, salvum ad pénates suos remisit. 
Hic Poj)ilius postea, nec re nec verl)o a Cicérone 
hesus, ultro M. Antonium* rogavit, ut ad illum per- 
sequendum et jugulandum mitteretur. Impetratis 
detestabilis ministerii partibus^, gaudio exsultans, 
Caietam cucurrit; et virum salutis suse auctorenu 
studio etiaiu prii^stantis ofticii^ privatim sibi vene- 
randum, jugulum prtebere jussit, ac protinus caput 
et dexteram per summum et securum otium* anq)u- 
lavit; eâque sarcinâ, tanquam opimis spoliis, alacer 
in Urbem reversus est. (DapKs V.xlère-M.wime). 

J. M. Anlonium. .Marc-Antoine, le triumvir. — 2. ImpetmtU 
}>'ivtiljus. Ablatif absolu; voyez Gr., ,^ 201. Partes, inm, f. pl., 
nMe, cbarge. — 3. Vrœstimtis of/icii. » D'un bitMifait, d'un service 
('•minent. >• Popilius avait été défendu par Cicérun, contre une 
accusation de parricide. — 4. Otium. <« Tranquillité d'àme ; » per 
otium. (i Traniiuilli'iiiciil, sans remords. >> 



152 LE VKRBK. 

228. Thème. 

Gr.. § 140. — Voix déponente. (Troisième conjiigai.son). Verhe sequor. 

Agathocle de Samos et Dinias d'Éphèse étaient 
liés de la plus étroite amitié. Ils vivaient du produit 
d'un petit champ que les parents d'Agathocle avaient 
gagné par un travail opiniâtre. Les deux amis étaient 
contents de leur sort et jouissaient des avantages de 
la médiocrité. Dinias se vit tout à coup enrichi par 
un héritage. Bientôt il se dégoûta de la vie des champs 
et partit pour la ville, où {ubi) il se fixa. Agathocle 
applaudit à* la bonne fortune de son ami, mais il 
refusa toujours de quitter sa chaumière. 

L'opulent Dinias fut bientôt entouré de parasites 
et de tïatleurs qu'il traitait en^ vrais amis. Ces gens 
abusèrent de sa confiance et l'entraînèrent dans de 
folles prodigalités. A la fin, Agathocle fut averti du 
danger qui menaçait^ Dinias; il se rendit à* Éphèse 
et arracha son ami aux compagnons qui le poussaient 
à [sa] perte. 

1. Applaudir à. Laetari {obL). — 2. Traiter en. Habëre pro [abl.). 
— y. Menacer. Impendëre [dat.). — 4. Se rendre à. Petere {ace. 
sans préposition}. 

229. Exercice de version. 

Gr., § 141. — Voix déponente. (Troisième conjugaison). Verbe patior. 

1. Cornélius Sulla primus in urbem Romam arma- 
tus ingressus est. — 2. Pauci obliviscuntur injurias 
quas passi sunt. — 3. Avus noster sexagesimo œtatis 
anno mortuus est. — 4. Fortiter patiamur ma la quœ 
patienda sunt. — 5. Nemo tam pauper moritur 
quam natus est. — 6. Hannibal anno ante Christum 
natum ducentesimo duodevicesimo cum Romanis 
congressus est. — 7. Non omnes qui difficillimum 
opus aggrediuntur, ad finem perveniunt. 



VOIX DLro.NF..\rr. — TnoisiKMi: cû.njlgaiso.n. Ib3 

230. Exercice de thème. 

Gr.. j 141. — Voix déponente. Troisième conjugnijon. Verbe patior, 

4. Achille irrité attaqua avec fureur les ïroyens et 
vengea la mort de Patrocle. — 2. Les enfants des 
Spartiates enduraient courageusement la douleur. — 
3. — Platon mourut dans^ la quatre-vingt-unième 
année [ahi., de son âge. — 4. Combattons et mourons 
pour la patrie. — 5. Les Romains sortirent tout à 
coup du camp. — 6. Supporte courageusement tous 
les maux qu'il faut su[)porter. — 7. Tu n'achèveras 
pas l'ouvrage que tu entreprends. — 8. Les légions 
romaines s'avancèrent en [in) Germanie [ace.) avant 
le règne d'Auguste. 

231. Version. 
Gr., §§ 140. 141. — Voix déiionente. Verbes sequor, patior. 

L'HIVER 

Arborihus lapsa folia verticem nudant ; squalentes 
hortuli et campi madent pluviis. Coloribus prata 
spoliantur, et sub nive terra languet. Flores omnes 
delevit hiems; nulla superest agris gratia; cœlum 
tenebris involvitur. Sol ipse caligine velatus non 
patitur radios fulgere, et mundo deest. 

Naturam stringunt vincula qua'dam ; thivii stant 
glacie concret i. 

232. Thème d'imitation. (Voy. Première omu'e, p. 7-2). 

i;xprcico do récapitulation. 

LE RENARD ET LE BOUC 

\^n renard très rusé se tira d'un grand péril par 

une fourberie. Il était tombé par mégarde dans (<») 

un puits très profond ace). Il cherchait en vain [à] 

en sortir • le bord était trop haut. Un bouc altéré 

vint au (ad) même endroit ace.) et interrogea le 



^54 LE VERBE. 

renard : « L'eau est-elle ( J ) bien abondante, bien pure, 
plus claire que celle (l'eau) du torrent voisin? » 

— « Ami, répond le renard qui déjà souffrait de 
la faim, je ne connais pas de meilleur breuvage. Le 
nectar qu'Hébé verse à Jupiter, n'est pas plus doux. 
Regarde-moi : je ne cesse pas de boire, et je n'apaise 
pas ma soif. » Le bouc persuadé descend dans {in) 
le puits (ace). [A l'aide] des cornes {abl.) de l'impru- 
dent animal, le renard sort du gouffre et y [ibi) 
laisse le bouc enfoncé. 

233. Exercice de thème. 

Gx\, § 142. — Voix déponente. (Quatrième conjugaison.) 

1. Épaminondas ne mentait jamais. — 2. Il est 
honteux de flatter bassement. — 3. Tu éprouveras 
les vrais amis dans {in) les périls {abl.). — 4. Mesure, 
mesurons, tu auras mesuré, tu mesures le blé. — 
5. Tu as reçu en partage un riche butin. — 6. Jupiter 
partagea avec Neptune et Pluton, ses frères, l'empire 
du monde. — 7. Jugurtha se rendit maître de toute 
la Numidie. — 8. Les empereurs romains distri- 
buaient souvent du blé à la plèbe. 

234. Exercice de version. 
G-r., § 142. — Voix déponente. (Quatrième conjugaison.) 

1. Dux nostri exercitus experietur belli fortunam. 
— 2. Frumentum certis modis metimur. — 3. Rhenus 
et Rhodanus ex Alpibus oriuntur. — 4. Voluptas 
blanditur sensibus nostris. — 5. Mentienti nemo 
iterum crédit. — 6. Magnos viros virtute metimur, 
non fortunâ. — 7. Cato delectationem convivii ami- 
corum sermonibus metiebatur. — 8. Fortuna cœca 
hominibus bona sua temere largitur. 

(IJ Voy. Première année, § 158. 



LE VERBE. 



ioo 



235. Texte à apprendre par cœur. 
VOCABULAIRE 



dêbëo, es. i(i, îtnm.ére, tr. Devoir. 

corpus. 0/15, n. Corps. 

tantum. nJv. Autant. 

indulgeo. es. tlulsi, dultwn, gèi-e, 
intr. Doiiiior satisfaction, avoir de 
la con^pl.iisanco pour. 

quantum, adv. (Corrélatif de 
tantuni.) (Jue .. Itanium, autant..., 
(juantiim, que... 

bonus, n, ion, adj. Bon. 

vâlëtùdo, t/înis, f. Santé. 

sâtis, alv. Assez, suffisamment. 
— Sàtis esse, m. à ni., être assez, 
suffire. 

ctbus. ». m. Nourriture. 

famés, îs, f. Faim. 

sêdo, as. ô' i, âtum, are. tr. Cal- 
mer, apaiser. 

pôtto, ônis, f. Boisson. 

sltis. IS, ace. im, f. Soif. 

exstinguo, is, tinxi, tinctum, 
f/ êré, tr. Éteindre, étancher (la 
soif). 

vestis, is, f. Vêtement. 

arceo, es. cùi, ère. tr. Empècber. 

frigus, ùris. n. Froid. 

dômûs, "S. f. Maison, habitation. 

mûnimentum, /, n. Abri. 

sum, es, fin, esse, intr. Etre. 

adversus, prép. Contre (ace). 

infestus. a. um, adj. Nuisible. — 
Infesta, pi. n. pris substantivement : 
les choses nuisibles. 

hic, hxc, hoc. pron.-adj. dém. Ce, 
cette, cet; — Ct-lui-ci, celle-ci, ceci 
(dont on vient do parler). 

utrum. adv. (dans le premier 
membre d'une double interrog. in- 
directe). Si... 

congestus, a, nm, part. pass. de 
coiiiji'io, îs, (/essi, (jestum, ère. Amas- 
ser, réunir, assembler. 



caespes, itis, m. Gazon. 

an. cuuj. (dans le second membre 
d une interrogat. directe ou indir.). 
Ou. 

e (ex, dev. une voyelle) (abl.). De, 
au moyen de. 

vârïus. n, um, adj. Divers, varié. 

lapis. îdis, m. Pierre. 

exstrûo, îs, stnixi , structunij 
sln.ièrc, tr. Bâtir, construire. 

nïhïl. n. indécl. Rien. 

interest. impers. Il importe. Ni- 
hil interest, il n'importe en rien. 

scïo, is, scîvi,3Citum, scïre, tr. Sa- 
voir. 

hômo. Unis, m. Homme. 

tam. adv. Tant, aussi. 

bënë. adv. Bon. 

culmus, i. m. Chaume. 

quam, conj. Que. 

aurum, i, n. Or. 

tëgo. îs, texi, tectum, ère, tr. Cou- 
vrir. 

ùnmo, adv. Bien plus. 

liber, béra, bèrum, adj. Libre. 

sûb, prép. Sous (abl. et ace). 

marmor, tnôris, n. Marbre. 

atque, conj. Et. 

servïtus. tùtis, f. Servitude. 

hâbïto. ds avi, âtum, are, intr. et 
tr. Habiter. 

tûtus. a, um, adj. Qui est en 
sûreté. 

in, prép. Dans (abl. et acc.'i. 

câpîo, îs, cépi, captum, ère, tr. 
Prendre. 

angustus. a, um , adj. Petit, 
étroit. 

vënênum, i, n. Poison. 

btbo. is, bîbi. ère, tr. et intr. 
Boire. 



DE LA TEMPERANCE 

Dcbcnuis corpori tanluin iiululgort', (iiiantuni 
honte valctndini salis est. Cihiis faineni sodet, potio 
sitim oxstiiiiinat. vestis areeat fi'ii^us, doinus niuiii- 
nientiim sil adversus infesta eoi'pin'i. Ha'e, utriini 



^^6 LE \EUBE. 

e congesto caespite, an e varie lapide exstructa sit, 
nihil interest. Scito hominem tam bene cuimo quam 
auro tegi ; immo, culmus liberos tegit, siib marmore 
atqiie auro servitus habitat. 

Tutus in mensâ capitur angustâ cibus, 
Venenum in auro bihitur .. (1). 

(SÉXÈQUE, Épist., VIII, xcix.). 

236 Version. 
Gr., §§ 120, 142. — Voix passive et voix déponente. 

LES DEUX ENNEMIS 

Duo nomines, mutuo odio incensi, in eamdem 
navem conscenderant Coortâ subito tempestate 
saevissimâ, jamjam navis frangenda et lluctibus hau- 
rienda videbatur. Plerique vectorum lacrimabant et 
mortem metuebant. 

In tanto autem periculo, uterque inimicus semet 
ipsum consolabatur tacite dicendo : « si mergor, 
mergetur etiam inimicus meus. » 

Nihil insanius est odio capitali. 

237. Thème. 
Gr., § 142. — Voix déponente. (Quatrième conjugaison.) 

Le Spartiate Lysandre, investi du commandement 
en cheï (dux ad bellum electus), attaqua les Athéniens 
dans {in) la Chersonèse {abl.) de Thrace, près de 
{apud) l'embouchure (ace.) d'un petit fleuve dont le 
nom est resté célèbre. Il écrasa l'armée des ennemis, 
prit presque toute leur flotte et massacra la plupart 
des prisonniers. Aussitôt les Etats alliés d'Athènes 
prennent parti pour Sparte Lysandre arrive à la 

(i) Sknèque, T/iyeste, vers 4.52, io4. 



VOIX DLPO.NE.NTE. — OlATRltME CONJUGAISON. 1 oT 

hàtc au {ad) Pirée [ace.) et assiège par mer la ville de 
Pallas; les deux rois de Lacédémone la bloquent 
par terre. Après ipost) un siège {ace.) de courte durée, 
les Athéniens, que(iuelques orateurs flattaient basse- 
ment en trop exaltant leurs vertus guerrières, dépo- 
sent les armes, renoncent {récusant) [k] tenter de 
nouveau la fortune des combats et se rendent à 
merci. Les vainqueurs ne détruisirent pas Athènes, 
mais ils renversèrent les fortifications du Pirée et les 
murailles qui joignaient le port à la ville, et livrèrent 
l'Acropole à une garnison lacédémonienne. Cet 
événement mit fm à la guerre du Péloponèse. 

238. Exercice oral de vocabulaire. 

Gr.. §5 140, 142. — Sur les verbes ùépouents de la troisième et de la 
quatrième conjugaison. 

Traduisez les verbes suivants : 

Atteindre, obte- revenir. mesurer. 

nir. entrer. partager. 

partir. souffrir, endurer, flatter, caresser, 

poursuivre. mourir. se rendre maitre 

suivre. en venir aux de. 

parler. mains. donner (libérale- 

jouirde. attaquer, entre- ment), distri- 
uaitre. prendre. buer. 

se mettre en co- sortir. mentir. 

1ère. s'avancer. recevoir en par- 

ser de, se ser- tomber. tage. 

vir de. essayer, tenter, s'élever, com- 

abuserde. • éprouver. mencer. 

(Miblier. naitre, descen- renverser, démo- 
s'acquitter de. dre , prcîidre lir. 

adresser la parole ù. sa source. se plaindre île. 



^^8 LE YERBE. 



239. Version. 



Gr., §§ 101, 142.— Exercice sur la conjugaison des verbes actifs, 
passifs et déponents. 

L'ATHÉNIEN TIMOTHÉE 

Timoiheus, Cononis filiiis, erat Atheniensis. Hic 
a pâtre acceptam gloriani miiltis auxit virtutibus; 
fuit enim disertus, impiger, laboriosus, rei militaris 
peritus, neqiie minus civitatis regendœ. Multa hujus 
sunt praeclare facta, sed hsec maxime illustria. Olyn- 
thios et Byzanthios bello subegit. Samum cepit : in 
quo oppido oppugnando superiore bello Athenienses 
mille et ducenta talenta consumpserant ; id sine 
ullâ publicâ impensâ populo restituit. Cyzicum obsi- 
dione liberavit. Alia quoque bella féliciter gessit. 

Idem fuit suis carissimus. Cum Athenis causampro 
se diceret, non solum amici privatique hospites ad 
eum defendendum convenerunt, sed etiam in eis 
Jason, tyrannus Thessaliae, qui illo tempore fuit om- 
nium potentissimus. Hic cum in patria sine satelli- 
tibus se tutum non arbitraretur, Athenas sine ullo 
prœsidio venit, neque Timotheo de fama dimicanti 
de fui t. 

(Cornélius Nepos, Timothée.) 

240. Exercice de thème. 
Gr., § 143. — Changement du passif en actif. 

1. Les rois sont flattés par des hommes perfides. 
— 2. Les dieux Mercure et Mars étaient vénérés par 
les Gaulois. — 3. Les bons exemples seront imités 
par les enfants sages. — 4. Le crime a été avoué par 
le coupable. — 5. Un riche butin fut promis aux 
soldats par le général en chef. — 6. Les Perses, qui 
fuyaient [tournez : fuyant) , furent poursuivis par 



PAHrir.rLAitriLS dl la co.njlgaiso.n. 



lo9 



Alexandre, roi des Macédoniens. — 7. Les injures 
sont rarement oubliées par ceux qui les ont reçues. 

— 8. Caligula et Néron seront toujours détestés. — 
9. Les Germains furent attaqués à Timproviste par la 
cavalerie de César. — 10. Que les pauvres soient as- 
sistés par les riches. — 11. Les richesses d'Alexandre 
le Grand n'étaient pas enviées par Diogène. — 12. 
L'empereur Titus était admiré de tous les Romains. 

241. Exercice de version. 

Sur les verbes r/ti,rro. qiièrùr ; sôléo, aud'jo. gaudeo; fido; cœpi, ôdi, mémhti. 

1. Multi homines fatum suumqueruntur. — 2. Rem 
honeste qua^ramus. — 3. Is qui qua'stui servit, non 
est probahilis. — 4. Tuus questus Juppiter exaudiat. 
5. Plato in liortulis disputare solitus est. — 6. Equis 
canibusque gaudere soient adulescentes. — 7. >'emo 
liber Phocionem sepelire ausus est; itaque a servis 
bepultus est. — 8. Niinquam fisus sum blanditiis 
hominis mali. — 9. Hannibal victus ad Zamani 
saluti sua? cœpit diftidere. — 10. Omnes dii oderunt 
patria^ proditorem. — 11. Lapides jaci cœpti sunt. 

— 12. Vir bonus l)eneticia meminisse solet. 



OUESTIONNAIRE 
Gr.. g!» 134, 143. — Voix déponente. 



1. Comment appelle-t-on les 
verijes transitifs ou intransitifs 
ayant la forme, mais non le sens 
du passif. 

2.nuel est le sens du participe 
pass(' dans les verbes déponents? 

3. Donnrz le particip»' passi- et 
la sijjnification de ce participe 
{lour iinitor, poUiceor, utor, 
pudur, purlior. 



4. La voix déponente possédé-t- 
elle, comme la voix active, un 
participe présent, un participe 
futur, un {gérondif, un supin? 

5. Les verbes déponents tran- 
sitifs ont-ils un a«ljectif verbal en 
ndun, nUa, ndutn? — (Juelle est 
la sij^Miification de cet adjectif 
verbal pour les verbes dépo- 
nents? 



lôO 



LE VERBE. 



242. Texte à apprendre par cœur. 
VOCABULAIRE 



•ftbi, conj. Lorsque. 

âd, prép. (ace.)- Près de; à. 

fines, lum, m. pi. Frontières. 

vinco, îs, vîci, victum, vincère, tr. 
Vaincre. 

pervënïo, îs, véni, ventum, vènlre, 
intr. Parvenir. 

ex, prép. (abl.). Do. 

tasc, ace. pi. n. Ces paroles. 

intër, prép. (ace). Entre. 

dïco, îs, dixi, diclnm, dîcére, tr. 
Dire. 

do, dûs, dèdi, ddtum, dure, tr. 
Donner. 

né, conj. De peur que ; pour que 
ne... i)as. 

ignôro, as, âci, âtum, are, tr. 
Ignorer. 

ùtor, èris, ùsvs sum, ùti, intr. 
dép. «e servir de. 

cum, prép. (abl.). Avec. 

adversus, prép. {Ace). Contre. 

quaero, ïs, cjusesioi et rjuxsïi, qux- 
s'itum, (juxrère, tr. Chercher ; ac- 
quérir. 

libo, as, âv'i, âtum, are, tr. Répan- 
dre on libation. 

êiTiïnûs, adv. De loin. 

commïnûs, adv. De près. 

pëto, îs, îvi et ïi, itum, ère, tr. 
Chercher à atteindre; frapper. 

sic, adv. Ainsi ; c'est ainsi que. 

postëâ, adv. Ensuite. 

Persœ, àrum, m. pi. Suppléez 
re(jem avec Persarum Medoriimqae. 

sùpëro, ds, âci, âlum, are, tr. 
Surpasser, vaincre. 



pâtëo, es, ûi, ère, intr. Être ou- 
vert, être accessible. 

ïter, îtînëris, n. Chemin. 

usquë, adv. Jusque; usque in, 
jusque dans. 

trâjicïo, îs, jèci, jectum, jîcère, 
tr. Traverser. 

môdô, adv. Seulement. 

intrâ, prép. (ace). Dans, dans 
l'intérieur de. 

ingrëdior, èris, gressus sum , 
grèdi, intr. dép. Eotrer. 

nunquani, adv. Ne... jamais. 

consëquor, èris, sècùtus sum, 
sèqui, tr. dép. Atteindre. 

quam, adv. Que. 

tôt, adj. pi. indécl. Tant de. 

vëho, îs, vexi, vectum, vèhère, tr. 
Porter, transporter. 

rursûs, adv. D'un autre côté. 

cum, conj. Lorsque. 

prôcùl, adv. Loin. 

credo, 25, dîdi, dîtum, dère, tr. 
Croire. 

m, prép. (abl.). Dans. 

sëquor, èris sècûlus sum, sèqui, 
tr. dép. Suivre, jioursuivre. 

quïd, adv. Quoi ; quidmidta (sup- 
pléez dicam), pourquoi dirai-je beau- 
coup de choses, bref, pour abréger. 

nëc... nec, adv. Ni... ni. 

servïo, îs, îvi et îi, Itum, îre, ir.tr. 
Être esclave. 

assuesco, îs, suêoi, suêtum, sues- 
cère, intr. S'habituer à; assuevimus, 
nous avons l'habitude. 



CARACTÈRE DES SCYTHES 
Ubi ad fines Scytharum vincendo pervcnit Alexan- 
der Magnus, unus ex eorum legatis haec ei inter alia 
multa dixit : « dona nobis data sunt, ne Scytharum 
gentem ignores, jugiim, boves et aratrum, hasta, sa- 
gitta, patera. His utimur et cum aniicis et adversus 
inimicos. Fruges amicis damus labore qiia3sitas; pa- 
tera cum his vinnm diis libamus; inimicos sagittâ 
eminus, hastâ comminus petimus. Sic Syriie regemet 



ADVERDKS DF. MAMÙIK. lui 

postea Persarum Medorumqiie superavinuis, patiiit- 
quc nobis iter iisqiie in .-Egyptum. 

Trajico modo Tanaini : intra latissimas Scytharnni 
solitudinos ingredieris: niinquam tamon nos conse- 
qiu*ris. Paupertas nostra velocior eritquani exercitus 
tmis, qui pranJam tôt nationum vehit. Rursus, cum 
procul al)esse nos rredes, videbis in easlris tuis. Eà- 
dem enim velocilate etsequimiir et fugimus. 

Quid niuIta?Nec servire ulli assuevimiis, nec ini- 
perare desideramns. » D'après Quinte-Clrce.} 

CHAPITRE VI 

L'ADVERBE 

VOCABULAIRE 

[Mots groupes par ordre d idt-es.] 
Gr., §§ 144. 147. — Adverbes de manière. 

fortltÔr, courageusement. stllltë, sollement. 

audactër, hardiment. vêrê, vraiment. 

sàpienlÔP, sagement. longë, au loin. 

tVrigâlitÔr, frugalement. lâtê, au large. 

liix'ntC'r. volontiers, avec longë lâlë- dans une grande 

plaisir. quë, étendue. 

i)révitôr, sommairement, fâcilô, facilement. 

brièvement. fllistrâ, en vain, 

grâvitôr, gravement. niniis, trop, 

l'cctë. avecdroiturejjion. niftgis, plus, davantage, 

LA (iLKHHF.. 

exei'CltÛs, u.\\ m., arnuV, trcupe quun exerce, 

t'cqna', (irin)i, f. pl.^ troupes, forces militaires, 

agmcn, mïni6\ u., armée en marche, 

îlciës, /('/, f,^ armée rangée en bataille 

(lux, (lurt.'i, „),^ chef, capitaine, général. 

inipOrator, ô/i5, m., général, commandant en chef. 



162 



L ADVERBE. 



243. Exercice de version. 

Gr., §§ 144-147. — Adverbes de manière. 

1, Galli cum Romanis fortiter pugnaverunt. — 

2. Macedones Asiam longe lateque vastaverunt. — 

3. Qiiod non recte fecisti, aliter facere debes. — 

4. iEtas hominis brevis est, sed non nimis brevis. 

— 5. Diogenescynicusaudacterlibereque loqui sole- 
bat. — 6. Benefacta maie locata pœne sunt male- 
facta. — 7. Leones facilius vincuntur quam tigres. 

— 8. Quod multis placet, difficillime custodies. — 
9. Homines id credunt libentissime quod volunt. — 
40. Xerxes, rex Persarum, rem maie gessitin Graecia. 

244. Exercice de thème. 

Gr., §§ 144-147. — Adverbes de manière. 

1. Je vous raconterai sommairement la vie de l'em- 
pereur Auguste. — 2. Nous désirons tous vivre heu- 
reusement. — 3 La nature ne fait rien en vain. — 
4. Ceux qui sont contents de peu sont facilement 
riches. — 5. Vous avez agi plus sagement que ceux 
qui ont sottement négligé les avis de leurs parents. 

— 6. Tous les chefs des légions revinrent au {in) 
camp {ace.) très gravement blessés. — 7. Les Gaulois 
avaient coutume de combattre très courageusement. 

— 8. Les vrais sages [tournez : les vraiment sages) sont 
rares. — 9. Nous lisons avec plaisir les lettres de 
Cicéron. — 10. Les Romains des temps anciens 
vivaient frugalement. 

245. Version. — Gx\, §§ 144-147. — Adverbes de mauière. 

LYCURGUE 
Lycurgues Spartanis non habentibus leges instituit. 
Fundos omnium sequaliter inter omnes divisit, ut 
iequata patrimonia neminem potentiorem altero 



ADVERBES IjE MAMLKL. 163 

redderent.Convivari omnes publiée jiissit, necujiis 1 ; 
divitice vel luxuriain occulto essent. Jiivenibiis non 
aniplius unâ veste ûti toto anno permisit, nec quem- 
qiiam cnltius quam alterum prugredi, nec epulari 
upulentius. Pueros pubères non in forum, sed in 
agrum deduci praecepit, ut prinios annos non in luxu- 
riâ, sed in opère et laboribus agerent. 

Ceterum Lycurgus populum in ol)sequia principum. 
principes ad justitiam imperiorum formavit. Nihil 
lege uliâ in alios sanxit, cujus [-2) non ipse primus in 
se documenta daret. ^D'après Justin., 

246. Thème d'imitation. — (Voir Gr., p. 183). 
Gr., ;; 144-147. — Adverbes de manière. 

Un agneau s'était imprudemment écarté de son 
troupeau. Loin du berger et des chiens, il buvait tran- 
(luillement l'eau fraîche d'un ruisseau. Soudain un 
loup affamé survient et tout de suite il s'emporte 
brutalement contre le pauvre animal : « Insolent, 
dit-il, pourquoi donc oses-tu troubler l'eau que je 
bois. » L'agneau effrayé répond : i< Vous m'accusez à 
tort: en effet, Teau descend de vous à moi.» Le loup 
invente aussitôt un autre grief: « L'an passé [ahl.] lu 
m'as calomnié, tu m'as appelé voleur et assassin. » 
— <* L'an passé, repart l'agneau, je n'étais pas né : 
je tette encore ma mère. » — « Sûrement, reprend 
le loup en fureur, ton père m'a diti'anu' ; tu vas 
expier ce méfait (tounirz : tu expieras sur-le-champ 
ce méfait^. » 

Là-dessus il se précipite sur lagiieau, le met en 
pièces et le dévore gloutonnement. 



(1) Cujus. Ici pour alicujus. 

(2) Cujus Ici pronon relatif ayant pour anlL'CL^dcnt tiihil. 



i)t 



L ADVERBE. 



247. Exercice de version. 
Gr., §§ 148, 149. — Adverbes de lieu. 

1. Deiis ubique prœsens est. — 2. Avaritia Verris 
ubique metiiebatur. — 3. Hannibal, quacumque iler 
fecit, ciim omnibus incolis conflixit. — 4. Multi l)omi- 
nes bine in AfVicam migraverunt. — 5. Quidam stuîle 
dictitant : ubi laute vivitur, ibi patria est.— 6. Cœsar 
locum occupavit, quo hosti aditus non erat. — 7. Unde 
venis, puer ? — 8. Quo tam celeriter curris ? — 9. Ubi 
magnum bostium numerum vidisti? — 10. Quo bine 
tendis ? 

248. Exercice de thème. 

Gr., §,§ 148, 149. — Adverbes de lieu. 

1. Où passerons-nous la nuit ? Dans (?;?) le bosquet 
(abl.), ici OÙ nous sommes. — 2. Où as-tu passé les 
vacances ? Chez [apud) un {ace.) de mes oncles. — 
3. J'irai {ibo) là où tu es. — 4. Je vais (eo) en (m) 
classe [ace.) où je suis attendu. — 5. Entrez dans la 
maison que vous voyez : vous y trouverez des cboses 
curieuses. — 6 Nous revenons de là où tu étais. — 
7. Je vais où tu vas [is) toi-même. — 8. Tu ne sors pas 
(le la classe : tu reviens d'ailleurs. D'où reviens-tu ? 
— 9. Attends-nous là où tu es ; nous allons {imus) 
quelque part, puis nous reviendrons ici. — 10. Il n'y 
a pas de république là où il y a un tyran. 

249. Version. 

Gr.. §§ 144, 149. — Adverbes de manière et adverbes de lieu. 
COMMENCEMENTS DE LA RÉPUBLIQUE ROMAINE 

Consules duo pro uno rege cœperunt (1) creari ; 
eisque datum est imperium annuum. Fuerunt anno 
primo consules L. JuniusBrutus et Tarquinius Colla- 

(1) Cœperunt. Voyez coepi dans le lexique latin français. 



ADVKflBES 1>E LlKl'. iCo 

tiniis. SeclTarquinioCollatinodignitas statim dotraeta 
est ; loco ejus Valerius Puhlicoia consul factus est. 
Commovit belluni iirbi Roma3 Tarquinius rex, qui 
fuerat expulsus, et dimicavit, ut ( l) in regnuni resti- 
tueretur. In prima pugnâ Brutus consul et Aruns, 
Tarquinii filius, invicem se occiderunt. Romani ex eâ 
pugnâ victores excesserunt. Brutum Romana? matro- 
niv, quasi communem patrem, per annum luxerunt. 
Secundo quoque anno iterum Tarquinius Romanos 
aggressus est, ut reciperetur in regnum. Verum tuno 
(luoquevictusest.TertioannoTarquiniusTusculum('2) 
profectus est, atque ibi per (juatuordecim annos pri- 
vatus vixit. (D'après Eutropk.) 

250. Thème. 
Gr., SS 148. 149. — Adverbes de lien. 

LE PHILOSOPHE PLATON 

Le nom de Platon est célèbre partout où les études 
libérales sont en lionneur. Ce philosophe descendait 
dune famille très illustre : en etfet, il avait parmi 
[inler] ses ancêtres [ace.) le roi Codrusdcnton admire 
la mort glorieuse. 11 reçut d'abord le nom d'Aristo- 
clès qui lui venait de son aïeul ; mais il fut ensuite 
appelé Platon par son maître de gymnastique à cause 
de ses larges épaules. 

Il s'instruisit par de nombreux voyages. Parli 
d'Athènes encore jeune, il vint en [in) Egypte [ace.) en 
\yàss\\\\i{iter fac'iens) par [per) beaucoup de pays(«rr.) 
fameux parleurs monuments et où plusieurs sages 
étaient déjà venus. 

Plus tard Platon se tixa à Athènes et y fonda une 
école fameuse dans [in) les jardins (aô/.; d'Académus. 

{\}Ul. Afin quo. 

(2) Tusculum. I*our Tusculum. 



166 l'adverbe. 

VOCABULAIRE 

[Mots groupés par ordre d'idées.] 
Gr., §§ 148. 157. — Adverbes de lieu. Adverbes de négation. 





Adverbes de lieu. 




ûbi, 


où. 


âlïquô, 


quelque part. 


ùbïquë 


partout. 


intrô, 


dedans. 


hîc, 


ici [où je suis). 


undë, 


d'où. 


istîc, 


là [où tu es]. 


hinc, 


d'ici [où je suis). 


ibi, 


là. 


istinc, 


de là [où tu es). 


quo, 


où. 


illinc, 


de là -bas. 


hûc, 


ici [vers Vendrait 


oii in de, 


de là. 




je suis). 


âlïundë, 


d'ailleurs. 


istûc, 


là [vers l'endroit 


oii quâ. 


par où. 



tu es). quacumquë, partout où. 

illÛC, là-bas. lisquë, jusqu'à. 

ëô, là. utrinquë, des deux côtés. 

Adverbes de négation. 

non, non; ne., pas; ne., né... quïdem, pasmême. 

point. nusquam, nulle part, 

liaild, non; ne., pas, ne., nunquam, ne., jamais. 

point. nonnunquam, quelquefois. 

nëc,nëqiie;ni;et..ne.,pas. nunquam non. toujours. 

LA GUERRE [suite. Voir p. 161.) 

œtas mïlïtâris, l'àge où l'on est en état de 

porter les armes . 

exïgùai CÔpïae, des troupes peu nombreuses. 

ingens exercïtus, une armée nombreuse. 

rôbôra pëdïtum, Télite de l'infanterie. 

miles lëvis armâtûrse, soldat armé à la légère. 

vêtus miles, soldat blanchi sous le harnais, 

exercïtâtus in armis, aguerri. 



ADVERBES DE NÉGATION. 167 

vïr fortissïmus, héros. 

res gesta?, hauts faits, exploits. 

summa belli, summa ini- la haute direction de la guerre, 

périi, le commandement en chef, 

môdestïa, a?, /*.. la discipline, la subordination, 

iinmôdestia, ce. /"., l'indiscipline. 



251. Exercice de version. 
Gr., §; 150, 157. — Adverbes de négation. 

1. Non laboras. — 2. Non multum egisti. ~ 3. Non 
modo ferai, verumetiam arboresloquuntur in tabulis. 

— 4. Rem hand facilem ineipis. — 5. Haud segne est 
ventris ministeriuni. — 6. Virtus neque naufragio, 
neque incendio amittitur. — 7. Patet via et cerla nec 
longa. — 8. Ef)aminondas ne in joco quidem mentie- 
batur. — 9. Nobilis eqnus nmbrâ quoqiie virga^ regi- 
tur, ne calcari quidem concitatur ignavus. — 10. Nus- 
qiiam eris ab omni periculo tutus. — 11. Niinquam 
mendacium bomine libero erit dignum. — 12. Inter- 
(lum populus reete judieat ; nonnunquam peceat. — 
13. Bonus civis nunquam non patria^ gratis serviet. 

— 14. NuUi non ad nocendum satis virium est. — 
15. Nemo non boc videt. — 16. Non nemo boc videt. 



252 Thème. 

Gr.. §§ 150. 157. — Adverbes de négation. 

LES ARTS CHEZ LES ASSYRIENS 

Les Assyriens inventèrent Fastronomie et la eulti- 
vèrentavec beaucoup de soin et de succès {(oinnrz: 
très soigneusement et très heureusement). Ils n'igno- 
rèrent aucun des principes* qui touchent^ à celle 



168 L'ADVERBE. 

science. Ils ne furent pas étrangers^ à la médecine. 
Dans {in} le traitement {abl.) des maladies, ils ne recher- 
chaient pas des remèdes nouveaux, ils employaient^ 
habilement ceux qui avaient été reconnus efficaces. 
Ils ne négligèrent aucun des arts d'utilité et d'agré- 
ment (^oi(?'ïîez ; aucun des arts utiles et agréables); 
ils réussirent^ dans quelques-uns, mais dans plusieurs 
autres ils n'égalèrent jamais les Grecs. Toutefois ils 
n'ont pas été surpassés dans l'art de tisser les laines, 
de dorer les métaux, de sculpter le bois, la pierre, le 
marbre. 

1. Principe (scientifique), disciplma, se, f. — 2. Toucher ;i 
(avoir rapport à), pertinere (accusatif avec ad). —3. Étranger à, 
altemis, o, um (ablatif). — 4. Employer (se servir), iili (ablatif). 
— 5. Réussir (avec un nom de personne pour sujet), proficere. 

253. Version. 

Gr., §§ 150, 157. — Adverbes de négation. 

Exercice sur l'emploi de nunquam, nunquam uov, nullus, 
lie... quidem, neque, 

L'ATHÉNIEN ARISTIDE 

Aristides Atheniensis a pueritia fuit tirmo constan- 
tique animo ; nunquam ab eo discessit quod justum 
videbatur; nullam fraudem, nuUumque mendacium 
admisit, ne in joco quidem et in ludo. Ubi ad rem 
publicam accessit, non potentiumamicorum pra^sidio 
niti voluit, sed consiliis factisque utiiibus et justis. 
Neque animum inflabant secundae res, neque frange- 
bant adversse. Patriae gratiis prodesse nunquam non 
studuit. Utilem operam prsebuit civibus in pace et in 
bello sine ullo pecunise aut honorum praemio. Unus 
post hominum memoriam justus a Grœcis merito 
cognominatus est. 

(D'après Cornélius Nepos.) 



ADVERBES D INTERROGATION. 



i09 



VOCABULAIRE 

[Mots les plus usités dans l'interrogation.] 
Gr., î; 158. 161. — Adverbes d'interrogation. 



Pronoms. 

quïs, qux, quïd? 
quisnam ou rjulnam, qiiœ- 

narn^ quidnmn ou quod- 

nam? 
ntër, ira. irum ? 
quôtus, a, xnn ? 



Qui'? Quoi? 

Qui donc? Quoi donc? 



Lequel des deux? 

En quel nombre? Quel? 



quïd'? 

ut ru m? 

an ? 

nu m? 

ne? 

nonnô? 

necnè? 

quanti? 

ubi? 

quorsum? 

un do? 

quin? 

ergô, ïgitùr 

cQr? 

ut? 



Adverbes. 

Quoi? Pourquoi? Pourquoi donc? 

Est-ce que [dans l'interrogation double). 

Où? Où si? Est-ce que? 

Est-ce que? Si. 

Est-ce que? [Se place après un ynot). 

Est-ce que... ne pas? 

Ou non? 

Combien? A quel pri.v? 

Où? En quel lieu? 

Vers quel but? Dans quelle direction? Où 

D'où? Comment? 

Que... ne? Pourquoi... ne pas? 

Donc. Ainsi donc? 

Pourquoi? Pour quelle raison? 

Comment? Comme? Combien? 



Verbes. 

nôvi, nôvlsii, etc., parf. (pii a le sens d'un présent; /r. je 

connais. 
SCÏO, 'is, snvi ou scïi, sc'ttiim, sclrc, tr. Savoir 
lâoôo, f's, in, ïliim, Ore^ intr. Se taire. 

10 



l^O l'adverbe. 

lôquôr, èris, lôcûtus sum, lôqui, d&p. intr. et tr. Parler. 
VÔlo, vis, vult, VÔlûi, velte, tr. et intr. Vouloir. 
vàlëO, es, ûi, ère, intr. Se porter {bien ou mal). 
pertïnëo, ès,id, ëre, intr. Tendre à, aboutir à. 
respondëo, es, dï, sum, dëre, tr. et intr. Répondre. 

254. Exercice de version. 
G-r., §§ 15S, 161. — Adverbes d'interrogation. 

1. Quis hic loquitur? — 2. Quis hic est homo? 

— 3. Quid est? Qiiid rides? Qiiid taces? — 4. Qiiid 
tibi voluisti? — 5. Quanti emisti bovem? — 6. Quota 
hora est? — 7. Quidnam incepturus es? — 8. Ubi 
lupum vidisti? — 9. Quorsum haec verba pertinent? 

— 10. Unde id scis? — 11 . Cur simulas igitur? Quin 
taces? — 12. Ut vales? 

255. Exercice de thème. 

Gr., §§ 158, 161. —Adverbes d'interrogation. 

1. Qui de nous aime vraiment la pauvreté? — 2. Quel 
homme est doué d'une vertu parfaite? — 3. Que font 
les hommes? Que désirent-ils? — 4. Quoi de plus dur 
et de plus honteux que la servitude? — 5. Annibal 
haïssait-il les Romains? Oui. — 6. Annibal, qui avait 
vaincu plusieurs généraux romains, ne vainquit-il 
pas aussi Scipion? Non. — 7. Quoi de plus funeste à 
la jeunesse que la contagion du mauvais exemple? 

— 8. Y a-t-il un seul ou plusieurs mondes? 

256. Exercice de version. 
Gr., §§ 158, 161. — Adverbes d'interrogation. 

1. Novistine Euclionem? — 2. Num vir bonus men- 
tiri audet? ~ 3. Nonne id satis erat? — 4. Uter nos- 
trum popularis est? Tune an ego? — 5. Utrum ea 



ADVERBES 1) INTERROGATION. 



171 



vestra, an nostra culpa est? — 6. Sunt luec tua verba, 
necne? — 7. Audivisti-ne? Omnia(auclivi). — 8. Est-ne 
scrviis intus? Non est. 



257. Thème. 
Gr.. ;; 158, 161. — Adverbes d'interrogation. 

Il y a dans l'histoire des questions qui sont et res- 
teront longtemps indécises. Alexandre était-il un 
grand homme ou un ambitieux insensé qui courait 
et dévastait le monde? Doit-on louer le Corinthien 
Timoléon, meurtrier de son frère, lequel aspirait à 
la tyrannie? Brutus, qui ordonna le supplice de ses 
enfants, doit-il être admiré? Manlius eut-il raison de 
condamner [tournez : condamna-t-il avec raison) son 
fils? Les deux Gracques étaient-ils des séditieux? 
N'ont-ils pas été injustement accusés par les patri- 
ciens dont ils contrariaient les projets? César était-il 
un tyran? Brutus et Cassius devaient-ils le faire 
périr? 

QUESTIONNAIRE 
Gr., SS 144-161. — L'adverbe. 



1. A quelle classe d'adjectifs 
correspondent les adverbes en e ? 

2. A quelle clas.se d'adjectifs 
correspondent les adverbes en 
ter ? 

3. Dites trois adjectifs em- 
ployés adverbialement à l'accu- 
satif neutre. 

4. Comment forme-t-on le 
comparatif et le superlatif de 
l'adverbe? 

5. Quelles sont les quatre 
questions de lieu? 

6. Quelle est la principale m''- 
pation latine? 

7. Devant quels mots doit-on 
placer tiaud ? 



8. Donnez les principales si- 
gnifications de nec. 

9. Traduisez : Xe asinus qui- 
dem leoni infinno parcit : nemo 
venit, numfuam venisti; nemo 
nonvenit; nuiufuam non renisti; 
non nemo lenit, non nunijuam 
venisti: non nihil est bonum; 
nonnulli (iicitnt. 

10. Quels sont les adverbes 
dinterrojiration en latin? — Com- 
ment traduit-on eA7-re qnr, oui? 

11. Dans l'interrogation dou- 
ble, (juel adverbe emploie-t-ou 
au premier membre? 

12. Cnmujent traduit-on ou, 
ou bien ? 



172 



L'ADVERBE. 



258. Texte à apprendre par cœur. 
VOCABULAIRE 



ïn, prép. (avec l'abl.). Dans, 
India, se, f. L'Inde. 
rex, rèfjis, m. Roi. 
luxûrïa. X, f. Luxe. 
incôla, «, m. Habitant. 
magnïficentïa, a?, f. Magnifl- 
ccnce. 

appelle, as, âvi. âtum, are, tr. 
Appeler. 

suprâ, prép. (avec l'ace). Au- 
dessus de. 
omnïs, e, adj. Tout. 
gens, genlls, f. Nation. 
vïtïum, h', u. Vice. 
cum, conj. Lorsque. 
sêmët, pron. réfléchi, comme se. 
Soi. 

pûblïcus, à, în?i, adj. Public; in 
piiblico, en public. 

conspïcïo, ïs, spexi, spectum, spt- 
cêre, tr. Voir. 

pâtïôr, èris, passus sum, pâti, tr. 
dép. Souffrir, permettre. 

tûribùlum, i, n. Cassolette à 
enceus, encensoir. 
argentëus, a, um, adj. D'argent. 
mïnistër, tri, m. Serviteur. 
féro, fers, tidi, lâtum, ferre, tr. 
Porter. 
tôtus, a, um, adj. Tout entier. 
que, conj, (s'ajoute à la fin d'un 
mot). Et. 
për, prép. (ace). A travers, 
destïno, as, âci, âtum, are. Ré- 
soudre. 
odôr, ôdôris, m. Parfum. 
complëo, es, êci, étum, ère, tr. 
Remplir. 
aurëus, a, um, adj. D'or, 
lectîca, se, f. Litière. 
margarïta, se, f. Perle, 
circumpendens, entis, part, de 



circumpendëo. Etant suspendu 
autour. 

. rëcùbo , as, ùi, ïtum, are, iutr. 
Etre couché. 

distinguo, ïs, siinxi, stinctum, 
stiriguère, tr. Nuancer, orner. 

aurum, 2, n. Or. 

purpura, x, f. Pourpre. 

carbàsum, i, u. Lin, étoffe de 
lin. 

indûo, ïs, i, ûtum. Hère, tr. Vêtir. 
sëquôr, èris, sècùtus sum, së'/ui, 
tr. dép. Suivre. 

armâtus, a, um, part, pass. de 
armo. Armé. 

corpus, pôris, n. Corps, 

custôs, ôdis, m. Gardien. 

rëgïa, se, t. Palais (d'un roi). 

aurâtus, a, um, adj. Doré, 

côlumna, x, f. Colonne. 

vîtis, is, f. Vigne. 

caelo , as, àoi, âtum, are, tr. 
Ciseler. 

percurro, îs, cïœui-ri ou curri, 
cursum, currëre, tr. Parcourir. 

avis, is, f. Oiseau. 

vîsus, us, m. Vue, 

maxïmë, adv. Surtout. 

gaudëo, es, (jâvlsus sum, gaudère, 
intr. Se réjouir de. 

effigies, Ui, f. Image. 

ôpùs, ôpèris, n. Ouvrage (d'art). 

àdëo, is, il, itum, Ire, iutr. Aller 
vers, aller trouver. 

pâtëo, es, iii, ère, intr. Etre 
ouvert. 

câpillus, i, m. Chevelure. 

orno, as, âvi, âtum, are, tr. Orner. 

responsum, i, n. Réponse. 

lëgàtïo, ônis, f, Députation. 

jûs, jûris, n. Droit ;y«ra reddit, il 
rend la justice. 



LUXE DES ROIS DE L'INDE 

In Indiâ regam luxuria, qiiam ipsi incolaB magnifi- 
centiam appellant, est supra omnium gentium vitia. 
O.im rex semet in publico conspici patitur, turibula 



argentea minislri ferunt; toUuiKiue iter per qiiocl 
fcrri destinavit, odoribus complent. Aurcâ lecticâ 
inargaritiscircumpendentibusrecubat; distincta siint 
auro et purpura carbasa quibus indutus est ; lecticam 
sequuntur armati corporisque custodes. 

Regia auratas columnas habet : totas eas vitis auro 
caîlata percurrit; aviunique quarum visu maxime 
gaudent, argenteaî effigies operâ distinguunt. Regia 
adeuntibus patet, cuni capillum rex peclit atque 
ornât; tune responsa legationibus, tune jura popu- 
laribus rcddit. 

(QU INTE-CURCE, VIII, 9.) 

259. Thème latin. 

Exercice de récapitulation sur la déclinaison et la conjugaison. 

Dardanus, fils de Jupiter et premier roi de Troie, 
était né dans file de Samothrace. La mort dun de 
ses frères lui causa * à la fois une grande douleur 
et un grand préjudice. Injustement accusé de ce 
meurtre-, Dardanus abandonna sa patrie et s'établit 
sur les côtes de l'Asie Mineure. Là ^ régnait Teucer, 
dont il épousa la fille. Après la mort de Teucer, 
Dardanus étendit son empire sur toute la contrée 
voisine, construisit un palais dans le lieu occupé plus 
tard par la ville de Troie *, et fonda de nombreuses 
colonies. Après lui régna Tros, (jiii donna son nom à 
ses sujets. 

Les murs de Troie furent l>àtis dans la suite par 
le héros Hercule et le dieu Apollon. 

I. Lui causa, etc. Tournez : lut à lui à grande dDuleur et ù jjrand 
préjudice. — 2. Accusé de ce mourtro. Voir Grammaire, § 110. — 
J. Là. Ibi. — J. Lieu occupé, etc. Tournez : lieu où u'il^ la ville 
de Troie fut [>lus tard. 

10. 



174 



LA PREPOSITION. 



CHAPITRE VII 

LA PRÉPOSITION 



VOCABULAIRE 

Gr.. §§ 162, 165. — La préposition. 
Principales prépositions gouvernant l'accusatif. 



âd, 


vers; chez. 


intra, 


au dedans de, 


adversùs, 


envers, contre. 




dans l'intei- 


antë, 


avant. 




valle de . 


âpùd, 


chez ; auprès. 


ôb, proptër, 


à cause de. 


circum, 


autour de. 


pënës, 


au pouvoir de. 


contra, 


contre. 


për, 


pendant. 


ergâ, 


envers, pour. 


prôpë, 


près de. 


extra, 


hors de. 


suprâ, 


sur, au-dessus 


intër, 


entre, au milieu 




de. 




de. 


trans, ultra, 


au delà de. 


Principales 


prépositions gouvernant l'ablatif. 




àb, 


par, de. 


e, ex, 


de, hors de, à 


clam , 


à l'insu de. 




cause de. 


côram, 


en présence de. 


prse, 


en comparaison 


cum, 


avec. 




de. 


dé, 


sur, au sujet de. 


prô, 


devant, pour. 


Prépositions gouvernant tantôt l'accusatif, tantôt l'ablatif. 


ïn, 


dans, en, sur. 


sùb, 


sous. 




LA GUERRE {suite 


■. Voir p. 161 et 166.) 



milites conscrîbëre, 
stipendia fâcëre, 
nômen dâre, 
militïam câpessëre, 
mîlitiam dëtrectâre, 

milïtïa? vâcâtiônem 
bëre, 



hâ- 



faire une levée. 

être au service. 

se faire enrôler. 

prendre du service dans l'armée. 

se soustraire au service mili- 
taire. 

être dispensé du service mili- 
taire. 



L\ PREPOSITION. 



175 



ëquo mërëre, 

prseficère alïquem exer- 

citùi, 
magnas res gérëre, 
impërii snmniam tënére, 

impërii siininiam àliciii 

déferre, 
arma câpëre, 
arma pônëre, 
bellum pàrâre, 



servir dans la cavalerie. 

mettre quelqu'un à la tête de 
l'armée. 

accomplir des exploits. 

exercer le commandement en 
chef. 

conférer à quelqu'un le com- 
mandement en chef. 

prendre les armes. 

déposer les armes. 

se préparer à la guerre. 



260. Exercice de thème. 
Gr.. î§ 162, 163. — Prépositions gouvernant l'accusatif. 

1. Nous navons pas d'armes contre la mort. — 
2. L'amour du père pour (envers) ses enfants est très 
grand. — 3. Beaucoup d'hommes obéissent aux lois 
par à cause de la) crainte. — 4. Nous voyons au- 
dessus de nous une multitude d'étoiles. — 5. Le gé- 
néral fit un sacrifice aux dieux avant la bataille. — 
6. Je resterai longtemps chez mon père. — 7. Thé- 
niistocle exilé alla chez le roi des Perses. — 8. Achille 
t raina le cadavre d'Hector autour des remparts de 
Troie. — 9. L'armée des ennemis vient près des 
portes de la ville. — 10. Nul animal excepté l'homme 
n'a (|U('h[U(' notion de Dieu. 

261. Exercice de version. 
Gr.. ,S§ 162, 163. —Prépositions gouvernant l'accusatif. 

1. Cervus vehemonter siti<'ns ad fontem venit. — 
2. Por noctem sidéra vidcnuis. — 3. Puniontur ii, 
((iii ('(Ultra leges egerint. — 4. C.lassein Antonii Octa- 
vianus ad Actiuni fudit. — 5. Hac aîstate extra 



i ib LA PREPOSITION. 

urbem habitabimus. —6. Pênes Romanos imporium 
omnium terrarum fuit. — 7. Inter oratores gTcecos 
Demosthenes, inter romanos Cicero praestantissimus 
fuit. — 8. Multa bella intra paucos menses finita 
sunt. — 9. Germani trans flumen Rhenum incolunt. 
— 10. Olim Grceci nullius rei prœter lauclem avari 
erant. 

262. Exercice de thème. 

Gr., § 164. — Prépositions gouvernant l'ablatif. 

1. Nous combattrons pour notre liberté et pour 
notre patrie. — 2. Sans la vertu, personne n'est heu- 
reux. — 3. Alexandre tua Clitus en présence de beau- 
coup d'amis. — 4. Cicéron a écrit trois livres sur les 
lois. — 5. Les habitants de la ville assiégée envoyè- 
rent des députés à César au sujet de la paix. — 6. La 
Terre reçoit du Soleil la lumière et la chaleur. — 
7. Nous lisons avec plaisir les lettres que nous rece- 
vons de nos amis. — 8. Le philosophe Protagoras 
fut banni de la ville et du territoire d'Athènes. — 

9. L'art d'écrire fut inventé par les Phéniciens. — 

10. Nui d'entre les hommes n'est exempt de tout 
défaut. 

263. Exercice de version. 

Gr., § 164. — Prépositions gouvernant l'ablatif. 

1. A C'cBsare commentarii de bello Gallico scripti 
sunt. — 2. Magnâ cum voluptate avium cantum au- 
dimus. — 3. E portu naves educuntur. — 4. Nemo 
sine erroribus vixit. — 5. Olim vacca, capra et ovis 
cum leone socise fuerunt. — 6. Themistoclem sui 
amici clam populo sepeliverunt. — 7. Tu prse nobis 
es beatus — 8. CsRsar pro castris suas copias pro- 
duxit. — 9. Aristides ah Atheniensibus mulctatus est 



LA PRI-POSITION. 



t'7 



decemannonim exsilio, quod ostracismum vocabant, 
— 10. Juslitia est omnium domina et regina virtu- 
tum : ex eâ boni viri vulgo boni appellantur. 

264. Version. 

Gr.. ;ï 163. 164. — Prépositions gouvernant l'accusatif; 
prépositions gouvernant l'ablatif. 

COURAGE GUERRIER DES SCYTHES 
Imperium Asiie Scythai ter qua^sivere; ipsi per- 
petuo liberi et invieti mansere. Dariiim, regem Per- 
sarum, turpi ab Scythia submoverunt fngâ; Cyrum 
cum omni exercitu trucidaverunt. Alexandri Magni 
duceni Zopyriona pari ratione cum copiis universis 
(lelevcrunt; Romanorum audivere, non senserearma. 
Parthicum et Bactrianum imperium ipsi condiderunt. 
Gens laboribus et bellis est aspera; vires corporum 
snnt immensie ; nihil parant, quod amittere timeant; 
nihil victores praeter gloriam concupiscunt. 

(Justin, H, 3.' 

265. Exercice de thème. 

Gr., Sï 165. 167. — Prépositions gouvernant tantôt l'accusatif, 
tanîot lablatif. 

1. Enée vinten Italie avecses compagnons et fonda 
une ville dans le Latium. — 2. P. Cornélius Seipion 
(jui avait bien combattu en Espagne, fut envoyé en 
.\frique contre les Carthaginois. — 3. Tu n'es pas 
venu II (dans) ma maison de campagne, tu es resté à 
(dans) la ville. — 4. Plusieurs villes ont été fondées 
sur le bord delà mer .Méditerranée. — 5. Nous avons 
erré longtemps dans la forêt. — 6. La servitude ha- 
bite même sous le marbre et l'or. — 7. Les llomains 
jetèrent un pont sur le Rhin. — 8. Le chef des Sam- 
nites lit passer (envoya) les Romains sous le joug. — 



l'S LA PRÉPOSITION. 

9. Les animaux eux-mêmes ont été créés pour 
l'homme. — 10. Tu approuves à présent ce que tu 
désapprouvais auparavant, 

266. Exercice de version. 
Gr.,§§165,167. — La préposition. 

1. Multa? aves ante hiemem in alias terras migrant. 

— 2. Druidarum disciplina in Britanniâ reperta est. 

— 3. Circiter meridiem imperator exercitum ex acie 
in castra duxit. — 4. Gyrusin praelio pugnans occïdit. 

5. Sub terra est magna rerum utilium maltitudo. — 

6. Non omnes res videmus quœ sub oculos nostros 
veniunt. — 7. Equitatus hostium sub noctem in castra 
venit. — 8. Protagoras adulescens victûs qua^rendi 
gratiâ vecturas onerum corpore suo factitavit. — 
9. Multo ante prospexi tempestatem futuram. 

267. Thème. 
Gr., §§ 162, 167. — La préposition. 

L& fleuve Bétis coule dans un pays fertile et sous 
un ciel doux qui est toujours serein. Le pays a tiré 
son nom du fleuve même qui se jette dans le grand 
Océan, près des colonnes d'Hercule. 

La Bétique semble avoir conservé les délices de 
l'âge d'or. Les rigoureux aquilons n'y soufflent ja- 
mais; les hivers sont tièdes en tous lieux, sur le bord 
de la mer, dans les plaines, au milieu des monta- 
gnes; l'ardeur de l'été est partout tempérée par des 
zéphyrs rafraîchissants. La terre, dans les vallées et 
dans les campagnes unies, porte une double mois- 
son. Pendant toutes les saisons, les chemins sont 
bordés de lauriers, de grenadiers et d'autres arbres 

toujours verts et toujours fleuris. 

(D'après Fénelon.) 



L\ r.oNjONr.TiON. l'intkrjection. i~9 

CHAPITRES VIII, IX 

LA CONJONCTION - L'INTERJECTION 

268. Exercice de version. 
Gr.. § 168. — La coujonctioii. 

1. Sol et lucis et caloris fons est. — 2. Et monere 
et moneri proprium est vercC amicitiie. — 3. Corpus 
moritur, animus vero nunquam morietur. — 4. Multa 
quideni videmiis, al plura siint et majora, qiia^ non 
videmus. — 5. Omne corpus aut aqua, aut aër, aut 
ignis, aut terra est. — 6. Romani Ciceroni patrice 
salutem debebant : itaque pater patri* dictus est. — 
7. Nihil laboras : ideo nihil habes — 8. Invidi 
tacent, ergo laudant. 

269. Exercice de thème. 
Gr., S 168. — La conjonction. 

1. On égorge et les enfants et les vieillards. — 

2. AnniJ)al et César furent de grands capitaines. — 

3. Les hommes sont ou riches ou pauvres, ou heu- 
reux ou malheureux. — 4. Plusieurs hommes connais- 
sent ce fpii est juste, mais ne le font pas. — 5. Les 
lois de Lycurgue n'étaient pas cruelles, mais elles 
étaient sévères. — 6. Aristide était très juste, il fut 
exilé néanmoins par ses concitoyens. — 7. Tu es 
pauvre : c'est pourquoi tu n'a pas d'amis. — 8. Tous 
les hommes sont mortels : donc les rois aussi sont 
mortels. 

270. Version. Dialogue. 
Gr.. ï 169. - L'iiit.M-j.M ti.>u. 

CLAUDIUS, ANTONIUS 

cL.M'Dius. Heus î heusl Anloni ! cxpergisccre ! Tem- 

pus est surgendi. Audisne? 
ANTOMLs. Non audio. 



180 



LA C0NJ0i\CT10X, L INTERJECTION. 



cLAUDius. Ubi ergo aures habes? 

ANTONius. Tn lecto. 

CLAUDIUS. Hoc video; sed qaid facis adhuc in lecto? 

ANTONIUS. Dormio. 

CLAUDIUS. Dormis? Et loqueris tamen meciim? 

ANTONIUS. Certe dormio, non auribus sed oculis; 

dormire saltem cupio. 
CLAUDIUS. At nunc non est tempus dormiendi, sed 

surgendi ^ 
ANTONIUS Quota hora est? 
CLAUDIUS. Hora septima modo audita est. 
ANTONIUS. Qiiando tu surrexisti? 
CLAUDIUS. Jam ante duas horas. 
ANTONIUS. Sed frater meus adhuc in lecto est. 
CLAUDIUS. Erras; cum pâtre jam in horto erat; modo 

reverterunt. 
ANTONIUS. Ergo ego quoque surgam. 

1. Tempus dormiejidi, siirgmdL Le substantif tempus ^ \^o\\y 
complément le double gérondif. 



QUESTIONNAIRE 
Gr., §§ 162, 169. 



1. Avec quels cas peuvent se 
construire les prépositions la- 
tines? 

2. Dites ies principales pré- 
positions gouvernant l'accusa- 
tif. 

3. Dites les principales pré- 
positions gouvernant l'ablatif. 

4. Dites les prépositions gou- 
vernant tantôt l'accusatif, tantôt 
l'ablatif. 

5. Quelle différence dp'signi- 
licationy a-t-il entre in construit 
avec l'accusatif, et in construit 
avec l'ablatif? 

6. Avec quel cas se construi- 



sent les deux ablatifs causa et 
gratià ? 

Ces deux ablatifs, employés 
comme prépositions, se placent- 
ils avant ou après leur complé- 
ment? 

7. Quelles sont les deux pré- 
positions employées fréquem- 
ment comme advei'bes? 

8. Quelles sont les principales 
conjonctions de coordination en 
latin? 

9. Oli place-t on les conjonc- 
tions «c, que; vero; enim? 

10. Dites les principales inter- 
jections latines. 



SYNTAXE 



CHAPITRE PREMIER 

SYNTAXE D'ACCORD 



271. Exercice de thème. 
Gr.. ï5 170, 173. — S.vntaxe d'accor<l. 

1. Le coq chante. — 2. Je lirai; lu travailles; nous 
travaillerons. — 3. Le renard est rusé. — 4. L'Eu- 
phrate rend la Mésopotamie fertile. — 5. Tu oses 
mentir. — 6. Nous désirons combattre. — 7. Mon père 
et moi nous partirons. — 8. Vous (toi; et moi nous 
mourrons. — 9. Les fruits d'un bon arbre sont bons. 

— 10. Le lion est surnomme le roi des animaux. 

272. exercice de version. 

Gr.. ;; 173. 176. — Syntaxe d'accord. 

1. Hannihal creatusest imperator. — 2. Hannibalem 
Carthaginienses imperatorem creaverunt. — 3. Soror 
et frater sunt pulchri. — 4. Purpura et aurum sunt 
pretiosa. — 5. Lutetia, caput Gulli*, est urbsceleber- 
rima. — 6. Juno, Jovisuxor, Romanis favebat. — 7. Pri- 
mus cujusque mensis dies apud Romanos dicebatur 
calenda? ; non^e erant dies aut quintus aut srqUimus. 
273. Exercice de thème. 

Gr.. ?j; 174, 176. — Syntaxe d'accord. 

1. Annibal et Scipion étaient deux généraux 
habiles. — 2. Épaminondaset Pélopidas étaient amis. 

— 3. La mère et l'épouse de Darius étaient modestes. 

— 4. Apollon et Diane étaient nés de Latone. — 5. Le 
mensonge et la vérité sont contraires. — 6. Ar( hi- 
mède, fameux géomètre, défendit longtemps la ville 
de Syracuse. — 7. Nous naissons tous misérables. — 
8. Dans Hérodote, nommé le père de l'histoire, il y 
a beaucoup de fables. 

c:iBnr. ixr. il. db 6* et 5*. 11 



lb-1 SYISTAXE D ACCORD. 

274. Texte à apprendre par cœur. 
VOCABULAIRE 

iaterprëtôr, â?'/s, ntus sum, dri, | conjectôr, ôris, m. Interprète 
lép. tr. Expliquer, interpréter. f des sonp:es, devin. 

cursôr, ôris, m. Coureur. | dëcurro, ïs, curri, cursum, cnr- 

rère, intr. Recourir. 

vinco, is, vîci, vicium, vincêre, Ir. 
Vaincre. 

cëlërïtâs, âtis, f. Rapidité. 

signïfico, as, àoi, âtum, cire, tr. 
Signifier, indiquer. 

vis, VIS, f. force, vigueur. 

ëquus, i, m. Cheval. 

somnïum, ii, n. Songe. 

interprës, êtis, m. Interprète. 

nômën, nômlnis, n. Nom. 

intellëgo, ïs, tellexi, tellectum, 
tellègère, tr. Comprendre. 

curro, îs, cûcurri, cursum, cur- 
rère, intr. Courir. 



Olympia, ôrum, n. pi. Jeux olym- 
piques. 

prôficiscôr, èris, fectus sum, 
ficisci, dép. intr. Partir. 

côgïto, as, dui, âtum, are, tr. 
Penser, songer à. 

vïdëôr, ërls, msus sum, vîdêri, 
passif de video. Être vu, paraître ; 
croire. 

somnus, ?, m. Sommeil; in som- 
nis, dans son sommeil. 

currûs, Ils, m. Char. 

quàdrigae, ânim, f. pi. Char 
attelé de quatre chevaux ; quadrige. 

vëho, is, vexi, vectum, vèhère, tr. 
Porter. 



IN SOMNIIS INTERPRETANOIS CONTRADICTIONES 
Cursor ad Olympia proficisci cogitans, visus est in 
somnis curru quadrigarum vehi : mane ad conjec- 
torem decurrit. At ille : « vinces, inqiiit ; id enim 
ceieritas significat et vis eqiiorum. » Post idem ad 
alium somniorum interpretem, Antiphontem nomine, 
adit. Is aiitem : « vincâre, inqiiit, necesse est : an 
non intellegis quattuor ante te cucurrisse. » 

(CicÉRON, de la Divination.) 
275. Version. 

Gr., §§ 170, 176. — Syntaxe d'accord. 
LE CHIEN DE FERME 
Villœ custos eligendus est amplissimi corporis, 
vasti latratûs canorique; ita maleficiim prius auditu, 
deinde etiam conspectu terrebit; et tamen, nonniin- 
quam, ne visus quidem, horribili fremitu suo fugabit 
insidiantem. Sit autem coloris uniiis, isque magis 
eligatnr albus in pastorali cane, niger in villatico : 
nam variiis in neutro est laudabilis. Pastor album 
canem probat, quoniam fera) est dissimilis. Villa- 



SVNTAXi': D Acconu. 



183 



tiens canis, qui hominum maleficiis opponitur, sive 
luce clarâ iïir advcnerit, terribilior nigor conspi- 
citur; sive nocte fur advenerit, ne conspicitur qui- 
dem propter umbr* similitudinem : quaniobrem 
tectus tenei)ris canis UUiorem accessum lial)ebit ad 
insidiantem. (Columelle.; 

276. Thème. 
Gr., Si 170. 176. — Syntaxe d'accord. 
SUR CÉRÈS ET PROSERPINE 
Cérës, fille de Saturne et de Cybèle, est la déesse 
de lagriculture. Elle eut de Jupiter une fille nommée 
Proserpine. Un jour celle-ci jouait avec les nympbes, 
ses compagnes, dans une vallée de TEtna, mont 
fameux de Sicile. Pluton, le triste djeu des enfers, 
sortant de la terre à l'improviste, enleva la jeune 
fille et l'emporta sur {in) son char [abl.) dans le téné- 
breux empire. Cérès était alors absente. Elle apprit 
bientôt renlèvenient de sa fille eliérie, mais elle [ne] 
pi\i{potuit] d'abord connaître ni le nom ni la demeure 
du ravisseur. Elle se mit [cœpit) à cbercbor Proser- 
pine ; et, tenant un fiambeau [à] la main «6/.;, elle 
parcourut toute la terre. 

QUESTIONNAIRE 
Gr.. £.S 170, 176. — Syntaxe d'accord. 

tribut se rap}>ort;int ù deu.v ou à 
plusieurs sujets? 

6. Quel nombre et quel genre 
prendra l'attribut dans les deux 
pbrases suivantes : la reine et le 
roi sont captifs; — la rose et le 
lis sont odoriférants ? 

7. A quel cas se met lapposi- 
tion? 

8. Dites la règle principale 
d'accord de l'adjectil' qualificatif 
avec le nom auquel il se rap- 
porte. 



1. Quelle différence y a-t il 
entre Valtribul et Vopposi- 
tion ? 

2. En latin le verbe s'accorde- 
-il, en général, avec son sujet 

d'après les mêmes règles qu'en 
français? 

3. A quel cas se met l'attribut 
se rapportant au sujet? 

4. A que! cas se met l'attribut 
se rapportant au complément 
direct? 

5. A (pie! nombre se met l'at- 



i84 



SYNTAXE DR r.OMPLKMRNT. 



CHAPITRE II 

SYNTAXE DE COMPLÉMENT 



VOCABULAIRE 

[Principaux mots employés dans les exercices suivants.] 

Substantifs. 
CÙbïtum, i, n., coudée (mesure). 

passùs, lis, m., pas (mesure). 

pês, pëdis, m., pied (mesure). 

altitûdo, inis, f., hauteur; profondeur. 

Iris, is etïdis, 7i. pr. /., Iris (messagère de Junon). 
Jùno, Ônis, n. pr. /., Junon (reine des dieux). 

Mïnerva, se, 7i. pr. f., Minerve (déesse de la sagesse). 

Cërës, ëris, n. pr. f., Cérès (déesse des moissons). 

Bacchus, i, n.pr.m., Bacchus (dieu de la vigne). 

Juppïtër, Jôvis, Jî.pr.m., Jupiter (souverain des dieux). 

Adjectifs. 
Vêlox, Ôcis, prompt à la course. 

altus, a, um, haut, profond, 

lâtus, a, uni, large; étendu. 

longus, a, um, long. 

marmôrëus, a, um, de marbre. 



partïceps, 

expers, 

përitus, 

rùdis, 

praedïtus, 



Cipis, qui participe à. 
pertis, qui ne participe pas, dépourvu de. 
a, um, habile dans. 



a, um, doué de. 

Verbes. 

Parfait. Supin. Infin. prés. 

praefëci prsefectum praeficëre. 



Ind. prés. 

pra3ficïo, is 

Je mets à la tète de. 

dûco, is duxi 

Je conduis, je commande. 

prœsum, es prsefùi 

Je suis à la tète de. 

pâtëo, es pâtùi 

Je suis étendu. 



ductum 



dùcëre. 

prseesse. 

pâtëre. 



COMPLÉMENTS DU SIDSTANTIF. 185 

Particules. 

ïn, pvép. dans, en, pour [ace. et ahl.). 

ad, pvép. vers, à, chez [ace). 

.'^pùd, prép. chez, auprès, chez iacc). 

qilOqilé, conj. aussi, de plus, encore, 
item, adi'. de même, également. 

tt^rô, adr. presque. 

277. Exercice de thème. 
Gv., ;; 177. 178. — Compléments du substantif. 

Hkgles: Liber Pclri. Puer egregiœ indolis ou cgregia indole. 

1. Les victoires d'Alexandre le Grand, roi des 
Macédoniens, sont fameuses. — 2. L'étude des 
lettres est agréable et utile. — 3. Beaucoup de cités 
de la Gaule furent florissantes. — 4. Cicéron fut un 
consul dune grande vigilance. — 5. Les Athéniens 
mirent à la tète de l'armée un homme d'un mérite 
reconnu. — 6. Agésilas, roi des Lacédémoniens, 
était dune petite taille — 7. Romulus et Numa furent 
deux rois d'un caractère fort différent. — 8. Le 
guerrier porte une épée de fer. — 9. Nous avons des 
statues de marbre. — 10. Nous avons acheté des can- 
délabres d'airain. — 11. Les Athéniens élevèrent au 
philosophe Socrate une statue de bronze. —12. Les 
Romains détruisirent la ville de Carthage. — 13. Le 
Ib'iivc du Ml arrose et fertilise le sol de l'Egypte. 

278. Thème. 
Gr., S§ 177. 178. — Syntaxe de complément. Complt^mcnts du sulistantit. 

I{»(;li:s: Liber Pétri. Puer egregix iiidolis ou egregia iudolr. 

LES CHEFS DES GRECS ET DES TROYENS A dans LA GUERRE DE TROIE 

Dans le camp des Grecs ou remar(|uait /ojnv?^*:.- 

étaient remanpiés Agameiniion, Ménelas, Ajax. tils 



*86 SYNTAXE DE COMPLÉMENT. 

de Télamon, Ulysse et Achille. Agamemnon, roi de 
Mycènes, commandait en chef l'armée des Grecs. 
Ménélas, frère d'Agamemnon, régnait dans la ville de 
Sparte. Ajax était un guerrier d'une rare intrépidité. 
Le roi dltaque, Ulysse, était un homme d'un esprit fin 
et rusé. Achille était un héros d'un naturel bouillant 
et d'une valeur indomptable. 

Dans la ville d'Ilion on trouvait {tournez : étaient) 
Sarpédon, fils de Jupiter, roi des Lyciens et allié des 
Troyens; Énée, pieux envers ses parents, sage et com- 
battant vaillamment ; Hector, guerrier d'un grand 
courage, défenseur de sa patrie et du trône de ses 
ancêtres K 

1. De ses ancêtres. Tournez par un adjectif: avitiis, a, iim, qui 
vient des aïeux. 

279. Exercice de thème. 
Gr., § 179. — Compléments de radjectif. 

RÈGLES : Becem pedes altus Ager centiim pedes Mus. 

1. Les soldats élevèrent une terrasse large de trois 
cents pieds. — 2. L'île d'Eubée a trente-cinq lieues 
de long et environ dix de large {tournez : est longue 
de trente-cinq lieues, large de dix). — 3. Les murs 
de Babylone avaient deux cents pieds de hauteur. 
— 4. Les Arabes ont des épées longues de quatre 
coudées. — 5. Les murs d'Écbatane avaient trente 
coudées de hauteur. — 6. L'île de Sardaigne a vingt- 
huit ou trente lieues de largeur. — 7. A Rome , le 
ïullianum était un cachot ayant douze pieds do 
profondeur en terre {tournez : profond en terre, 
humi depressus, de douze pieds). — 8. Il y a des 
sapins de cent vingt pieds de haut. 



r.OMPLi-M e:\ts dk l'adjectif. i^"^ 

280. Version. 

Exercice de rL^capitulation sur la dôolinaisou et la conjugaison 
et sur l'emploi des cas. 

MERVEILLES DE L'EGYPTE 
Milita in .Egypto mirasiint. In quodain lacu Chem- 
nis insala, lucos sustinens silvasque et ApoUinis 
grande templiim, natat; et, qiiociimqiie venti agunt, 
pellitiir. Siint quoque pyramides tricenorum pediim 
lapidibus exstruct» : quarum maxima (très namque 
sunt) quatluor fere soli jugera siiâ sede occupât, 
totidem in altitudinem erigitur. Mœris, aliquando 
campus, nunc lacus, viginti millia passuum in circui- 
tum patet.Psammetichi opus, Labyrinthus, domos ter 
mille et regias duodecim, perpetuo parietis ambitu, 
amplectitur, marmore exstructus ac tectus. 

(PoMPONius Mêla.) 

281. Exercice de thème. 

Gr.. if; 180. 182. — Goniplénients de l'adjectif. 

HÈGLF.s: Rat ionis particeps. JJtilis civitati. Finilimus agvo. 
Similis patri ou pnln's. 

1. Tous les soldats eurent part au butin [lournez : 
furent ayant part au butin). — 2. IMusieurs bonimes 
sont dénués de bon sens. — 3. >'(jus méprisons 
riiomme avide d'argent. — 4. /euxis était habile dans 
la i)einture. — 5. Numa, deuxième roi des llomains, 
ne savait pas ('tait ignorant de) Part militaire. — 
6. Socrate et IMaton avaient du goût (étaient pas- 
sionnés) pour la philosophie. — 7. La science est utile 
aux jeunes gens. — 8. Les Beljj^es étaient voisins des 
Germains. — 9. La nature est très semblable à un»' 
bonne nu-re. — 10. Virgile est pres((ue égal à 
Homère. 



188 SYiNTAXE DE COMPLÉMEM. 

282. Exercice de thème. 
Gr., §§ 183, 184. — Compléments de l'adjectif. 

RÈGLES : Bives agris. Maire orbus. Venia indignus. 
1. L'empereur Marc-Aiirèle était doué de belles 
qualités. — 2. Notre ville était dépourvue de garnison. 

— 3. La république ne sera jamais dépourvue de 
magistrats. ■ — 4. Que nos fermes soient bien pour- 
vues de blé. — 5. Nous avons des navires pourvus 
abondamment de toutes les choses nécessaires. — 
6. Soyons riches en vertus. — 7. Xerxès était comblé 
de tous les dons delà fortune. -- 8. Le traitre Pau- 
sanias était indigne de pardon. 

283. Exercice de version. 
Gr., §§ 180, 184. — Compléments de l'adjectif. 

RÈGLES : Ratio7iis particeps. Utilis civitati. Dives agris. 
Venià indignus. 

1. Omncs bestiœ rationis et orationis sunt expertes. 

— 2. Irae potens non erat Alexander Magnus. — 
3. Terra, quse vitibus apta est, etiam arboribus solet 
esse utilis. — 4. Canis lupo satis similis est. — 5. The- 
mistocles Aristidis sequaliset obtrectator fuit.— 6.Sit 
tibi vita omnibus bonis referta. — 7. Animus per 
somniim curis vacuus est. — 8. Veniâ dignus est 
humanus error. 

284. Thème. 

Gr., §§ 180, 184. — Compléments de l'adjectif. 

RÈGLES : Rationis particeps. Utilis civitati. Dives agris. 
Veniâ indignus. 

Henri IV était doué de toutes les qualités qui font 
un grand prince. Né pour les armes et très versé 
dans l'art militaire, il gagna la couronne par ses 



COMPLl'MEMS iJl" COMPARATIF FT Dl' SIPERLATIF. 189 

exploits et son habileté. Mais presque exempt d'am- 
bition, il n'inquiéta point ses voisins. Il était très 
porté à la clémence et oubliait facilement les 
injures. Dès qu'il fut roi, il pardonna à tous ses 
ennemis. Il était ati'able, accessible, d'un esprit fin et 
enjoué. Tous ceux qui avaient vu ce prince, s'en 
retournaient contents de lui. Il était surtout bon 
pour les paysans que les grands de ce temps mépri- 
saient sottement et maltraitaient. 

La mémoire de Henri IV sera toujours chère aux 
Français. 

285. Version. 
Exercice sur l'amphibologie. 

ORACULA AMBIGUA. 

Sors illa édita est Grœso, opulentissimo régi 
Asifi^ : 

Crœsus Halym penctrans, magnam pervertet opum 
vim. 

Hostium vim sese perversurum Crœsus putavit ; 
pervertit autem suam. 

Utrum igitur eorum accidisset^ verum oraculum 
fuisset. 

Item Pyrrlio responsum est : 

Aio te, iEacida-, Komanos vincere possc. 

1. Utrinu... accidisset. <« Quoiqu'il fût arrivé de ces deux choses.» 
— '2. ^iacida. Vocatif de .Eacides, descendant d'EuiiUf, Pyrrhus. 

286. Exercice de thème. 
Gr.. Ss 185, 186. — Compléments du comparatif et du sup-?rlalif. 

Hlglis: Doctior Pefro. Altiasima arborinu. 

1. Le renard est plus rusé que le loup, et le loup 
|)lus cruel que le renard. — 2. Le Rhône est plus 
rapiilc (jue la Saône. — 3. César devint bientiM plus 

11. 



190 SYiNTAXE DE COMPLÉMENT. 

puissant que Pompée — 4. Certains chiens sont plus 
agiles à la course que les lièvres. — 5. [Au] prin- 
temps {abl.) et [en] été, les jours sont plus longs que 
les nuits. — 6. Virgile est le plus illustre des poètes 
latins. — 7. Socrate fut le plus sage de tous les 
Grecs. — 8. Athènes est la ville la plus célèbre de la 
Grèce. — 9. Hector était le plus courai e ix des 
Troyens, et Achille le plus courageux des Grecs. — 
10. La Gampanie est la contrée la plus heureuse 
de toute l'Italie. 

287. Exercice de version. 

Gr., §§ 185, 186. — Compléments du comparatif et du superlatif. 

RÈGLES : Doctior Petro. AUissima arhorum. 

1. Tullus Hostilius ferocior fuit Romulo. — 

2. Imperator Claudius doctior sed imperitior rerum 
publicarum fuit quam ceteri imperatores Romani. — 

3. Ingenium Atheniensium levius quam ingenium 
Lacedaemoniorum erat. — 4. Abstinentia Aristidis 
admirabilior quam audacia Themistoclis est. — 
5. Romani omnium populorum antiquorum peritis- 
simi belli fuerunt. — 6. Apud Romanos Crassus 
omnium suae aetatis fuit divitissimus. — 7. Fuga viro 
Lacedœmonio turpissima omnium rerum erat. — 
8. Amicum perdere est damnorum maximum. 

288. Thème. 

Gr., §§ 185, 186. — Compléments du comparatif et du superlatif. 

RÈGLES : Doctior Petro. AUissima arhorum. 

LES GRANDES DÉESSES 

Junon, épouse de Jupiter, est la plus auguste* des 
déesses. Mais, plus vive ^ que sage, elle tourmente sans 



COMPLEMENTS DU COMPARATIF ET DL SIPERLATIF. 



191 



cesse le roi des dieux. Iris, plus légère que le vent, 
est la messagère de Junon. La sage Minerve, fille de 
Jupiter, préside^ aux beaux-arts, à tous les métiers et 
à la guerre : car la sagesse n'est pas moins nécessaire 
dans* les combats que dans les travaux de tout genre. 
Diane erre toujours à travers les forêts; elle porte un 
carquois plein de tlècbes très aiguës et favorise les 
chasseurs. Cérès protège les agriculteurs. Elle par- 
courut autrefois la terre avec Bacchus, dieu de la 
vigne, dont le fruit très doux réjouit l'homme. Elle 
inventa et divulgua l'art très utile à tous d'ensemen- 
cer la terre et de faire le pain. 

I. Auguste, aiir/ustiis. a, iim. — 2. Vif, àcer, âcrit, acre. — 
3. Présider, prœesse datif). — 4. Dans, in avec l'ablatif. 



QUESTIONNAIRE 

Gr., Sis 177. 186. — Syntaxe de complément. Compléments de l'adject f, 
du comparatif et du superlatif. 



1. Par quelle proposition est 
inili(|ué en français, et par quel 
cas est indiqui' L'U latin le com- 
plément (lun suijstantif? 

2. Avec quelle préposition et 
quel casse construit en latin le 
nom de matière? 

3. La préposition de entre un 
nom commun et un nom propre 
pjéograpiii(iue, se rend-elle en 
latin? 

4. Avec quel cas sans prépo- 
sition construit-on les adjectifs 
loiifjus, long de..., latus, large 
de..., allus, haut de, profond 
de...? 

5. Avec qut'l cas construit-on 
les adjectifs signifiant ay/inl 
pari à, n'ayant point part à: 
désireux de ; instruit dans , 
habile dans; iijnoranl de ? 



6. Quel cas gouvernent les ad- 
jectifs signifiant utile à; bon 
pour; voisin de: é;/al, inégal ; 
semblable, dissemblable. 

7. Les adjectifs similis et dis- 
similis ne gouvernent-ils que le 
datif? 

8. Quel cas gouvernent géné- 
ralement les adjectifs signifiant 
abondance, privation ? 

9. Quel cas gouvernent les ad- 
jectifs dif/nus, digne de, indi 
f/nus, indigne de, contentas, 
content de, 

10. Quelles sont les deux nia- 
niérrs de rendre en latin l'idéo 
du français ^j^e après un lompa- 
ratif? 

11. A (piel cas se met le co:n- 
plément du superlatif? 



i02 SYMAXE DE COMPLÉMENT. 

VOCABULAIRE 

[Principaux mots employés dans les exercices suivants.] 

Substantifs. 
contùmëlia,a3,/'. 
injuria, dd,f. 
Qsùs, iîs,?n. 

mâgistër, tri,7n. 
spéculum, \, 7i. 

Dsedâlus, i 

Icârus, i 

Rhôdânus, i 

Trëbïa, ae 

Trâsïmênus, i, n. pr. m. Trasimène (lac d'Étrurie). 

Créta, se, n. pr. f. Crète (île). 

Adjectifs, 
.^lïënus, a, um, étranger, œquus, a, um,égal. 
inclïtus, a, um, fameux, œquo animo, avec rési- 
dîvës, Yitis, riche. gnation. 

tantUS, a, um, si grand, tôt (îWécL), tant de. 

Verbes. 



, outrage. 


âbïes, ëtis, f., sapin. 


, injustice. 


Ôlëa, se, /"., olivier 


, expérience. pïnus, ÛS et i, /*., pin. 


, maître. 


sâlix, ïcis, f., saule. 


, miroir. 


arJ3Ôr, ôris, f., arbre. 


, n. pr. m. 


Dédale (célèbre architecte). 


, n. pr. m. 


Icare (fils de Dédale). 


, n. pr. m. 


Rhône (fleuve). 


, n. pr. m. 


La Trèbie (affluent du Pô). 



Ind. prés. 

Cêlo, as. 

Je cache. 


Parfait. 

cëlâvi, 


Supin. 

célâtum, 


In fin. prés 

Cëlâre. 


dôcëo, es. 

J'enseigne. 


dôcûi, 


doctum, 


dôcëre. 


mïror, âris, 

J'admire. 


mïrâtus sum, 


mïrâtum. 


mirâri. 



vënëror, âris, vënëratussu-m, vënëratum, vënërari. 

Je respecte. 

allôquor, ëris, allôcîitus sum, allôcûtum. alloqui. 

J'adresse la parole à. 

accûso, as, accûsâvi, accusatum, accûsâre. 

J'accuse. 

insïmùlo, as, insïmùlâvi, insimulâium, insimulare. 



J'accuse. 

pëto, ïs, 

Je demande. 



pëtïi ou pëtïvi, pëtitum, p.ëtëre. 



COMPLÉMENTS DU ATRBE. 193 

Ind.prés. Parfnit. Supin. fn fin. prés. 

conséro, is. consérùi, consertum, consôrére. 

Je mêle. 

conserere manuni, 

Eq venir aux mains, combattre. 

frùor, èris, fructiis o?^ friiitus siini, fi'Cii. 

Je jouis de. 

fungor, ëris, functus siim, functum, fungi. 

Je m'acquitte de. 

ûtor, ëris, ûsus siim, ûsiini, ùti. 

Je me sers de. 

vescor, vesci. 

Je me nourris de. 

pôtïor, îris, potitus sum, pôlïtum. pôtiri. 

Je m'empare de. 

Ôpùs est, besoin est. Opiis est milii pecuniâ, jai besoin 
(l'argent. 

289. Exercice de thème. 
Gr., £§ 187. 188. — Complément direct des verbes transitifs. 

Règles: Amo Deum. Docco pueras grammalicam. 

1. Nous avons acheté de bons livres. — 2. L'Athé- 
nien Thémistocle conçut des projets fort utiles. — 

3. Nous avons vu les hauts sommets des Alpes. — 

4. Les épines ne produisent pas de ligues, les buissons 
ne produisent pas de raisins. — 5. Nous admirons la 
justice, reine des vertus. — 6. Nous respectons la vertu; 
nous détestons le vice. — 7. Nous soulagerons les 
pauvres qui souffrent. — 8. Le sage méprise les in- 
jures. — 9. Amilcar enseigna l'art de la guerre à Anni- 
bal. — 10. La nature nous a caché l'heure de notre 
mort. 

290. Exercice de version. 
Gr., §5 187, 188. — Complément direct des verbes transitifs. 

Règles: Amo Deum. Doceo pueroti grtimmatir(uu. 

1. Thebfe,urbs.'Egypti, centum portas habebant. — 
2. Philosuphi nobis pra'ce|)la dant, ut [a/ni que) eà 



494 SYINTAXE DE COMPLÉMENT. 

in vitâ adhibeamus. — 3. Initio reges imperium civita- 
tiim Gr«carum obtinuerunt. — 4.Cambyses, Cyri filius, 
iEgyptum domuit. — 5. In pngna navali Romanus 
Duiliiis parteni classis punicae demersit. — 6. Mors 
etiam fugacem hominem persequitur. — 7. Deus 
omnia tuetur ac régit. — 8, Auxiliurn tuum mihi 
pollicitus es. — 9. Multa nos quotidie docet iisus. 
— 10. Exemplo suo Socrates discipulos docuit inju- 
riam a3quo animo tolerare, et legibus obtemperare. 

291. Thème. 
Gr., §§ 187, 188. 

Règles : Amo Deum. Doceo piieros grammalicam. 
LES GRECS DÉGÉNÉRÉS 

En Grèce l'or déprava tout, les hommes et les 
institutions. Les Grecs, qui étaient sans patrie depuis 
qu^'ils étaient sans liberté, perdirent les mâles vertus 
qui les avaient faits si grands à- Marathon et aux 
Thermopyles. Ils négligèrent la religion qui adorait 
le vrai et le beau, qui enseignait au peuple l'amour 
de la patrie et les règles de la justice, et qui avait 
formé tant de^ grands citoyens. L'éloquence, qui avait 
défendu l'innocence opprimée et la liberté, s'avilit 
comme'' le reste ^ Des rhéteurs méprisables instrui- 
saient les jeunes gens dans l'art de gagner de l'argent 
par la parole en plaidant n'importe quelle*' cause. 
L'ame du peuple s'abaissa : « la patrie, disait un poète 
de cette triste époque, est là où l'on vit"^ bien. » 

(D'après M. Victor Duruy.) 

1. Depuis que. Ex quo. — Î2. A. Ad. — 3. Ta7ït de. ïot (adjectif 
ind(^clinable). — 4. Comme. De même que, quemadmodum. — 
5. Le reste. Tournez : les autres choses. — 6. N'importe lequel. 
Quivis, quaevis, quodvis. — 7. On vit. Tournez : nous vivons. 



COMPLÉMENTS DU YEUBE. l^J-5 

292. Version. 
Gr . i 187. — Règle : Amo Deum. 

VULPES ET CORVUS 

Corvus. qui caseum iiivenerat, in arbore quadam 
sedebat Eum vulpcs videt, et, caseum cupiens. blaudis 
verbis aUoquitur : « corve. inquit. qualis et quani 
f'ormosa es avis? Te avium regeni dicereni', si mode» 
vocem bal)eres- ». Tum ille laudibus vulpis inllalus 
cantat. Ita ex aperto roslro cadit caseus, quem 
vulpes statim dévorât. 

iD après Piii:DRE. 

1. Dicerem. «. Je dirais. » — 2. Si haberes. « Si lu avais. » 

293. Exercice de thème. 

Gr., £j 189, 191. — Coi)i[>lémcnt des verbes abesse, distare ; accusare. 
damnare. — Complément indirect des verbes transitifs. 

RÈGLES : Decem millia passmtm absunt. Damnare aliqucm 
pro'litionis. Dcdi librum Prtro. 

1 f>a ville de Rome est éloignée de Paris d'environ 
trois cent trente lieues. — 2. Le temple d'Esculaj)e 
est à cinq mille pas de la ville d'Epidaure [tournez : 
est éloiiiiié de la ville d'Epidaure de cinq mille pas), 

— 3. Anytus et Mélitus accusèrent Socrate dimpiété. 

— 4. Les juges iniques furent convaincus de men- 
songe. — 5. Les fils de Rrutus furent condamnés pour 
cause de trahison. — 6. Quebpies jeunes gens livrè- 
rent à Pyrrhus la ville de Tarente. — 7. L'année nous 
promet une récolte abondante. — 8. La raison a été 
donnée à lliomme. — 9. Les Athéniens demandèrent 
du secours aux (ab) Lacédémoniens {ahl,\ — 10. Je te 
[a te) demande un secours [pour] un ami malheu- 
reux idaf.). 



196 



SYNTAXE DE COMPLÉMK.XT. 



VOCABULAIRE 



Diogène, m. Diôgênes, is, m. 

Sinope, f. Ville et port de Paphla- 
gonie. Sïnôpë, es, f. De Sinope, Sinô- 
pensis, è. 

qui, pr. rel. qui, qitse, quôd. 

fameux, se, adj. Nôbïlis, è. — 
Rendre fameux, nôbïlito, as, âvi, 
(Hum, âj'e. 

école, f. (secte philosophique). 
J)isdplina, se, f. 

cynique, adj. Cynïcus, à, lan. — 
Subst. Les Cyniques, Cynîcl, ôrum, 
m. pi. 

être, V. subst. Sum, es, fia, esse, 
intr. irrég. 

humeur, f. Ingënïum, n, n. 

mordant, te, adj. Aspèr, èra, 
ènim. (Gomp. asperior, superl. as- 

PERRIMUS.) 

railler, tr. et intr. Illùdo, îs, lùsî, 
lùsum, lù'.'ere. 

ignorance, f. Impèritîa, x, f. 

grossièreté, f. Ruslicltâs, âtis, f, 

Mégare, f. Mègàra, x, f., et Mè- 
f/cïra, orum, n. pi. — Les habitants 
ide Mégare, Mëgàrenses, îum, m. pi. 

celui-ci, celle-ci , ceci, pr. dém. 
Hîc, hœc, hoc, gén. hûjiis. 

négliger, tr. Neglego, îs, lexi, lec- 
tmn, ère, tr. 

éducation, f. Institùtio, ônis, f. 

enfants, m. pi. Lïbèri, orum, m. 
pi. 

envoyer, tr. mitto, îs, mîsi, mis- 
si'-.n, ère, tr. 

à, prép. In, ace. (quand on va 
dans le lieu même), prép. 

école (maison d'éducation), f. 
Sc/iôla, se. f. 

supporter, tr. Fèro, fers, tuli, 
lût ion, ferre, tr. irrég. 

difficilement, adv. Impatiente/-, 
adv. 

instituteur, m. Màgister, tri, m. 

dans, prép. In (abl., sans mouve- 



cité, f. Cîvîtâs, tâtis, f. 

mais, conj. Sed ; vèro (après le 
premier mot). 

_ soigner, tr. Cùro, as, àvi, ûtum, 
are, tr. 

troupeau, m. (de gros bétail). 
Armentum, i, n. 

pour, prép. Erga (ace). 

bœuf, m. Bôs, bovis, m. irrég. 

mouton, m. Ovis, is, f. 

autre, adj. ind. Alius, a, ud. 

animal (domestique), m. Pècus, 
ciidis, f. 

dont, pr. rel. Qui, quse, quôd. 

profit, m. Fructûs, fis, m. Tirer 
profit de qq. chose, fructum càpère 
{io, îs, cepi, captum), ex aliquâ, re. 

épargner, tr. Parco, îs, pèperei, 
parcïtum, ère, intr. (Gouv. le datif). 

peine, f. Opéra, se, f. 

temps, m. Tempus, ôris, n. ; niôrà, 

X. 

dépense, f. Impensa, x, f. 

heure, f. Hôrà, x, f. 

repas (des animaux), m. Pastus, 
ùs, m. — Les heures des repas de ces 
animaux (tournez : l'heure d'alimen- 
ter ces animaux), /tôrx pascendi 

sagement, adv. Accuratë, adv. 

régler, tr. Dispôno, îs, pôsiii, 
îtum, ère', tr. 

servir, tr. Appôno, îs, pôsùi posï- 
tum, ère, tr. — On leur servait les 
aliments {tournez : une nourriture 
était servie à eux) esca eis apponeba- 
tur). 

aliments, m= Esca, x (nourri- 
ture), f. * 

excellent, te, adj. Optîmus, a, ion. 

aimer mieux, tr. Mâlo, mâvis, 
mâlid, malle, tr. irrég. — J'aimerais 
mieux : mallem (imparf. du subj.) 

dire, tr. aio, ais. — Disait, aiebat. 

bélier, m. Ai-îès, ètis. 

que, conj. Quam. 

fils, m. fîlîus, a. 



294. Thème oral. 
DIOGÈNE ET LES MÉGARIENS 
Diogène de Sinope, qui a rendu fameuse la secte 
des Cyniques, était d'une humeur très mordante. Il 



r.OMPLKME.NTS DU VERBE. 107 

raillait avec esprit' lignorance et la grossièreté des 
habitants de Mégare. Ceux-ci négligeaient l'éducation 
(le leurs- enfants; ils ne les envoyaient jamais à Técole 
et supportaient difficilement les instituteurs dans leur 
cité. Mais ils soignaient particulièrement leurs trou- 
peaux ; pour leurs bœufs, leurs moutons et les autres 
animaux domestiques dont on tire profit, ils n'épar- 
gnaient ni peine, ni temps, ni dépense. Les heures 
des repas de ces bétes étaient bien réglées; on 
leur servait en abondance d'excellents aliments. 
« Jaimerais mieux, disait Diogène , être le bœuf 
d'un Mégarien que son^ fils. » 

1. Avec esprit. ro2fr;je2 ; spirituellement, lepide. — 2. Leur se 
rendra par suks, «, siium. — 3. Son se rendra par ejus 'de lui). 

295. Version. 
Gr.ilS?.— R^gle :, 4 Hio Z)ew»i; revisioa des prépositions les plus usitées. 

Hannibal contlixerat ad Rhodanum cum P. Scipione 
consule, eumque pepulerat. CAim hoc eodem Clas- 
tidii ad Padum decernit, sauciumque inde ac fugatum 
dimittit. Tertio idem Scipio cum collega Tiberio 
Longo ad Trebiam adversus eiim venit : cum bis ma- 
num conseruit, utrosque profligavit. Inde ad Tusciam 
veniens Caïo Flaminio consuli occurrit. Ipsum Fla- 
miuium ad Trasimenum cum exercitu insitiiis circum- 
veutum occidit. Ibi obviam ei venerunt duo consules. 
C. Terentius et L. .Einilius'. Utriusque exercitus uno 
pra?lio fugavit; Paulum consulem atcjue aliijuot con- 
sulares occidit. Nuscpiam gravius vulnus accepit rcs 
publica romana. 

(D'aiirès Cornélius N'Eros.) 

]. L. yFmilius. Lo imin romplct est l.ucius .-Lniilius Pauki>. 



198 SYNTAXi: DE COMPLIÎMEXT. 

296. Exercice de thème. 
Gr., §§ 192, 195. — Compléments du verbe. 

I^ÈGLEs: Invidet mihi. Est patri meo domus. Hœc domus 
palris mei est. Id est mihi gaiidio. 

1. Les soldats doivent obéir au chef. — 

2. Alexandre irrité n'épargna pas les Thébains. — 

3. Les Athéniens étudiaient les belles-lettres et les 
arts. — 4. L'enfant caresse la mère. — 5. L'homme 
de bien secourt les malheureux. — 6. Alcibiade avait 
un chien fameux. — 7. Nous avons des fruits mûrs. — 
8. Toutes ces maisons, tous ces champs appartiennent 
au riche Crassus. — 9. La Syrie entière appartenait 
aux Macédoniens. — 10. La mort de l'empereur 
Titus causa une grande douleur aux Romains. — 
11. La vertu procure de la gloire et de l'honneur à 
riiomme. — 12. Tout le monde a de la haine pour 
Tinjustice [tournez . l'injustice est à haine à tous), 

297. Thème. 

Gr., §§ 190, 195. — Compléments du verbe. 

RÈGLES : Damnare aliquem prodltionis Id est mihi 

gaudio. 

Un homme avait trois amis. Il chérissait les deux 
premiers, mais il négligeait le troisième qui pourtant 
lui était bien dévoué. Un jour il fut cité en justice : 
il était accusé d'un grand crime quoiqu^'il fût inno- 
cent. « Qui de vous, dit-il à ses amis, est prêt à m'ac- 
compagner au tribunal ^ et à porter sur moi un témoi- 
gnage favorable? La parole d'un honnête homme me 
sera d'une grande utilité : sans un tel secours je serai 
sûrement condamné. Je vous crois tous résolus à me 
rendre ce service ». 



CO.MPLKME.NTS 1)1 VKRBF. 100 

Le premier des amis s'excusa sur-le-champ. Le 
second le suivit jusquà la porte du tribunal : là il 
s'arrêta, puis revint sur ses pas pnr crainte du juge 
irrité. Le troisième, sur lequel il avait le moins compté, 
entra, plaida pour lui et témoigna de son innocence. 
Le juge félicita le témoin et acquitta l'accusé. 

1. Quoique. Qiuimvis 'avec le siibjontif). — ?• ^" tribunal. A<1 
tribunal. 

298. Version. 

Exercice <!e récapitulation. 

MÉTAMORPHOSE DE NIOBÉ 

Niobîe, uxori Amphionis, régis Thebanorum, eranl 
septem filii septemque filiœ.Superbia autem ei causa 
tristitiii^ acerl)issima?, liberisque causa perniciei fuit. 
Olim Thebanorum sacerdotes et femince Latouie, 
malri Apollinis et Diana^, sacra pie parabant. Nioba 
eos vituperavit : « Cur, inquit, matri duorum libe- 
rorum immolatis ? Mihi liberi sunt qualtuordecim. 
etiam ego sum génère divino : cur mihi non immo- 
latis? » 

Ea verba Latonœ iram excitaverunt. libcrosfiue ea 
Gravit, ut contumeliam ulciscerentur. Itaque Apollo 
et Diana in arcem Tliebarum volaverunt, et omnes 
(juattuordecim Nioba^ liberos sagittis suis necave- 
runl. Mater autem misera in saxum mutala est, et 
etiam nunc dolor ei lacrimas perpétuas movet. 

I)'ii|.rt''S ()VH)F..) 

299 Exercice de thème. 

Gr.. ï? 196. 197. — Compléments du verbe. 

RÈGLES : Ahundat iliritiia. Onwi rc rarct. ll'>r lihris. 

1. Crésus, roi de Lydie, regorgeait de richesses. — 

2. Les riches abondent de toutes choses, et le> 

pauvres maïuiuent souvent de tout. — 3. IMusiciir^ 



200 SYNTAXE DE COMPLÉMENT. 

rois ont manqué de sages conseillers. — 4. Les 
femmes se servent de miroirs. — 5. Presque tous les 
hommes se nourrissent de pain. — 6. Le Romain 
Horace se glorifiaitdes dépouilles des trois Guriaces. — 
7. Cinéas dit à Pyrrhus : « roi, jouissez dès à présent 
du repos. » — 8. Les Romains se réjouissaient de la 
destruction de Carthage. — 9. Cicéron s'acquitta des 
devoirs d'un consul vigilant. — 10. Alexandre se 
rendit maître de la ville de Tyr. 

300. Exercice de version. 

Gr., §§ 196, 197. — Compléments du verbe. 

RÈGLES : Ahiindat cUvitiis. Omni re caret. JJtor libris. 

1. Sulla omnes suos divitiis explevit. — 2.Demo- 
critus oculis se privavit. — 3. Urbs Antiochia quon- 
dam eruditissimis hominibus affluebat. — 4. Nulla 
re eget sapiens. — 5. Abundat Gallia rivis et flumi- 
nibus. — 6. Hannibal Victoria uti poterat, sed frui 
maluit K — 7. Qui adipisci veram gloriam volet^, jus- 
titiae fungatur ofticiis. — 8. Soins potitus est imperio 
Romulus. — 9. Numidse plerumque lacté et ferinâ 
carne vescuntur, — 10. Milites vulneribus gloriantur. 

1. Maluït. Parfait de malo «j'aime mieux». — 2. Volet. Futur 
de volo « je veux. » 

301. Thème. 

Gr., §§ 196, 198. — Compléments du verbe. 

RÈGLES : Abundat divitiis. Omni re caret. Utor libris. Amor 
a Deo. Mœrore conficior. 

PAROLES DE CINÉAS A PYRRHUS 
J'admire les magnifiques desseins que vous * for- 
mez. Je me réjouis des victoires qui vous attendent. 
Mais je m'acquitte d'un devoir que les familiers des 



COMPLÉME.MS DL VERBE. 201 

princes négligent souvent : je vous dis la vérité. Vous 
avez un royaume florissant, qui regorge d'hommes et 
de richesses, qui ne manque d'aucun bien. Vos sujets 
sont fiers de la gloire que vous avez déjà acquise à la 
guerre. Mais la paix leur serait- plus avantageuse et 
sans doute plus agréable. Accordez-leur cette paix, 
et jouissez vous-même d'un repos que vous cherchez 
en vain à travers mille fatigues. 

1. Vous formez. En latin on tutoie tout le monde. — 2. Seraïf 
Voir Gr., § 115. 

302. Version. 
Gr.. ? 198. — Complément du veibe passif. Amor a Deo.Mserore conficior. 

DÉDALE ET ICARE 

Diedalus Atheniensis, artifex peritissimus, ob 
caedeni commissam in Cretam ad Minoem regem 
abiit. Ibi Labyrinthum exstruxit. A Minoe autem in 
custodiam conjectus, sibi et Icaro filio alas aptavit, 
et cum eo avolavit. Sed, cum Icarus altius evolaret, 
solis calore cera tabuit pennaHpie sunt solutïe. Itaque 
prolapsus in mare decidit, cui ex eo nomen Icarium 
pelagus inditum est. Diedalus autem in Siciliam per- 
venit. 

D'aiirès Ovinn.) 

303. Exercice de thème. 
Gr., § 198.— Complément du verbe passif. 

RÈGLES : Amur a Dca. Mccrovc couficior. 

1. Rémus fut tué par son frère Uomulus. — 2. Les 
bêtes furent frappées d'une horrible peste. — 3. Les 
champs furiMil ravagés par un orage cpouvantal)lc. 
— 4. La ville de Jérusalem fut assiégée par Titus:. — 
5. Les Juifs furent accablés de maux et tourmentés 



202 SYiNTÂXE DE COMPLI-MENÏ. 

par une horrible famine. — 6. Scipion, par qui les 
Carthaginois furent vaincus, était doué de toutes les 
vertus civiles et militaires. — 7. La ville de Troie fut 
prise par les Grecs. — 8. Le fer est rongé par la 
rouille. 

304. Thème. 

Gr., § 198. — Complément du verbe passif. 

RÈGLES : Amor a Deo. Mœrorc con(\.cior. 

Le dieu qui est nommé Mars par les Latins et 
Ares par les Grecs, préside à la guerre. Dans le 
combat qui fut engagé par les Géants contre Jupiter, 
souverain des dieux et des hommes, Mars fut fait 
prisonnier et [ne] fut délivré [qu'] après une longue 
captivité par l'habile Mercure 

Pendant le siège de Troie, il prit parti pour les 
Troyens et fut blessé par la lance de Diomède. 

Les Romains regardaient Mars [comme] le père de 
Romulus et de Rémus : Rome lui était consacrée, et 
dans cette ville plusieurs temples lui furent élevés. 

305. Version. 
Gr., ^ 198. — Complément du verbe passif. Maerore conficior. 

LES INDIENS MARITIMES 
Indi maritimi desertam vastamque regionem late 
tenent, ac ne cum finitimis quidem ullo commercii 
jure miscentur. Ipsa solitudo naturâ quoque immitia 
efferavit ingénia; prominent ungues nunquam recisi, 
comse hirsutae et intonsse sunt. Tuguria conchis et 
ceteris purgamentis maris instruunt. Ferarum pelli- 
bus tecti, piscibus sole duratis et majorum quoque 
belluarumi quas fluctus ejecit, carne vescuntur. 

(QUINTE-CURCE.) 



COMPLtMEMS DL VtHBE. 



203 



306. Thème. 
Compléments de Tadjectif et du verbe (revision}. 

L'olivier ne demande point de culture. Les arbres 
fruitiers eux-mêmes n'ont pas besoin de la main du 
paysan. Tous ces arbres, quand ils sont devenus 
assez forts, tirent de la terre le suc dont ils se nour- 
rissent. De mùme, sans secours étranger, les arbres 
et les arbustes de nos J)ois se chargent de fruits. La 
mûre rougit sur les buissons incultes; le cytise 
fleurit pour les chevreaux: les forêts nous donnent 
ces pins résineux, qui nous fournissent la lumière 
pendant la nuit. Le saule et l'humble genêt oITrent 
du feuillage aux troupeaux, de l'ombrage aux bergers 
et des sucs à l'abeille. Les forêts du Caucase, qui sont 
sans cesse IjatUies par les vents furieux, donnent un 
bois très utile. 

(D'après Virgile, Grorgfqiies^ IL) 

QUESTION N.\IRK 



Gr.. 187, 198. — Syntaxe des compléments du verbe. 



1. A tiuel cas se met le com- 
{•U'inent direct des verbes actifs? 

2. Certains verbes actifs se 
construisent-ils avec un double 
accusatif? Quel est le plus usité 
de ces verbes? 

3. Par quel cas exprime-t-on 
la distance avec les verbes «ôci'Ae, 
idslare ? 

4. A quel cas les verbes sipni- 
pnifiant accuser de, condamner 
pour cause de, absoudre du 
crime de, veulent-ils le coniplc- 
Ht indirect marquant le délit? 

5. .\ quel cas met-on, en g/i- 
néral, le complément indirect 
des verbes transitifs ? 



6. A quel cas plusieurs verbes 
iniransitifs veulent-ils leur com- 
plément unique? 

7. Quels verbes français peu- 
vent être rendus par esse cons- 
truit avec le datif? 

8. Avec quel cas construit-on 
les verbes qui marcjuent une 
idée d'abondance ou de priva- 
tion? 

9. Dites les principaux verbes 
déponents qui se construisent 
avec l'ablatif. 

10. X quel cas se met le com- 
plément des verbes passifs? 
Quelle préposition emploie-l-on 
avec un nom de i»ersoime? 



2U4 



SYNTAXE DE COMPLÉME.N'T. 



VOCABULAIRE 

[Mots principaux employés dans les exercices suivants.] 

Substantifs. 

impërïum, ïi, n. empire, souverain pouvoir, 

rës novae, f. pi. innovations. 

rërum scriptor,ôris, m. historien. 

impëdïmenla, ônim, 7i. pi. bagages (d'armée), 

vir bonus, viri boni, m. homme de bien. 

bâjùlus, i, 7)2. portefaix. 

fortïtûdo, ïnis, /". courage, valeur. 



Noms propres. 



Anâcharsis, 


ïdis, 


W2. 


Tibërïus, 


ïi, 


m. 


Otho, 


onis, 


m. 


Vïtellïus, 


ïi, 


m. 


Vespâsïânus, 


i, 


m. 



Anâcharsis (philosophe scythe). 
Tibère (empereur romain). 
Othon (empereur romain). 
VitelUus (empereur romain). 
Vespasien (empereur romain). 



Noms géographiques. 

Saxones, um, m.j)l. Les Saxons (barbares du Nord). 

Albis, is, m. Elbe (fleuve de Germanie). 

Pâtâvïum, ïi, n, Padoue (ville d'Italie). 

Târentum, i, n. Tarente (ville d'Italie). 

Adjectifs. 



nâtus. 


a, wm[avecl 


'ace). 


, âgé de. 


dïvës, 


vïtis. 




riche. 


tutus. 


a, uni. 




qui est à l'abri di 


par, 


paris. 




pareil . 


quôtus, 


a, um. 




quel, quantième. 



SY.MAXE DE COMPLÉMENT. 205 



Verbes. 



Jiid. prés. Parfait. Supin. In fin. prés. 

dêcerno, is, crêvi, crêtiim, cernôre, tr.tiinir. 

Je décide par les armes ; 
je combats. 

SÔléO, êS, SÔlitUS Slim, S6\êve, intr. 

J'ai coutume; j'aime à. 

ôlëo, es, ùi, ère, infr. 

Je sens ; maie olere, sentir 
mauvais. 

colloquor, ëris, cûtus sum, loqn'i, intr.dep. 

Je m'entretiens; je converse. 

conficio, is, fêci, feetum, ficôre, fr. 

Jachève;je porte le coup mortel. 

concuiTO, ïs, curri, eursuni, currëre, infr. 

Je cours avec; j'accours. 

lâbôro, as, âvi, ûtuni, fire, inir. 

Je travaille; je souffre. 

sùpëro, as, âvi, âtum, are, //•. 

Je surpasse ; je l'emporte sur. 

pèto, is, ivio^ai, itum, ère, (r. 

Je cherche à atteindre; 
je frappe; je demande. 

vâgor, âris, âtus suni, âri, in/r. dép. 

Je vais çà et là, j'erre. 

exôrior, ôris, ortussuni. ôv'wijntr.dép. 

Je nais, je m élève. 

fïo, ÏS, factussum, fiôri, ?>///•. 

Je suis fait; factum est ut..., il 
arriva que... 

Mots et locutions invariables. 

auprès, chez ncc; quostioii quo). 

près de, chez {ace; question ubi). 

(le ; de chez [ahl.). 

pour, à la place de [abl.). 
né...quidem, locul.adr. pas... même. 
intërOâ, adr. cependant ; sur ces enlrefiiles. 

12 



ad, 

âpûd, 
â, ab. 


pnp. 
prêp. 
prrp. 


prO, 


prép. 



206 SYNTAXE DE COMPLÉMENT. 

307. Exercice de thème. 
Gr., §§ 199, 201. — Compléments circonstanciels. 

RÈGLES : Ferire gladio. Famé interiit. Sic est locutus, parti- 
bus factis, leo. 

1. Une femme tua le roi Pyrrhus avec une tuile. — 

2. Des brigands ont frappé un voyageur chargé 
d'argent avec des bâtons longs de trois pieds. — 

3. L'armée marchait avec tous les bagages. — 

4. Alexandre tua Glitus avec une javeline, — 5. Beau- 
coup de soldats sont morts des fatigues de la guerre. 

— 6. Les malheureux [pendant] l'hiver («6/.) souffrent 
de la faim et du froid. — 7. Le pauvre demande une 
obole d'une voix humble. — 8. Le rossignol l'em- 
porte sur les autres oiseaux par la beauté du chant. 

— 9. Les Alpes ayant été franchies, Annibal arriva 
en Italie. — 10. Les Perses, ayant été vaincus, prirent 
la fuite. 

308. Version. 

Gr., §§ 199, 201. — Compléments circonstanciels. 

RÈGLES : Ferire gladio. Famé interiit. Sic est locidus, parti- 
bus factis, leo. 

1. Dente lupus petit, taurus cornu. — 2. Manlius 
Torquatus securi filium occîdit. — 3. Bajulus cum 
onere gravissimo expedite incedit. — 4. Nullus 
servus erat cum telo. — 5. Scythse cum conjugibus 
et liberis perpetuo vagantur. — 6. Romse quidam 
nobiles plebem famé necare conati sunt. — 7. Epa- 
minondai nemo Thebanus par erat eloquentiâ. — 
8. Vario Marte pugnatum est^. — 9. Ca3sar, dictator 
factus, summâ sequitate res constituit. — 10. De- 
functo Trajano, Hadrianus creatus est imperator. 

1. Pugnatum est. Voir Gr., §§ 131. 



COMPLÉMENTS CIRCONSTANCIELS. 207 

309. Thème. 
Gr., S§ 199, 201. — CompJëments circonstanciels. 

RÈGLES : Ferire gladio. Famé inleriU. Sic est lociUiis, par- 
tibiis facdSy leo. 

Souvent nous vantons ce qui peut causer notre 
perte, et nous méprisons ce qui peut nous être utile. 

Un cerf altéré s'arrêta près d'une fontaine. H 
apaise sa soif, puis considère avec attention son 
image dans le miroir des eaux : « La nature, dit-il, 
m'a donné une magnifique ramure ; nul animal, pas 
même le taureau, n'oserait rivaliser avec moi pour la 
beauté de la tête ; mais j'ai des jambes bien grêles et 
qui ne s'accordent pas avec le bois de mes cornes. » 

Sur ces entrefaites, des chasseurs arrivent avec une 
meute bien dressée. Les chiens poursuivent le cerf 
avec acharnement. Les jambes du fugitif ne lui refu- 
sent pas leur office : d'abord il met en défaut ses 
ennemis, puis il se précipite dans une forêt. Ses 
cornes s'embarrassent dans les taillis et arrêtent à 
chaque instant sa course. Les chiens rattrapent le 
cerf et le couvrent de morsures. Bientôt les chas- 
seurs l'achèvent à coups d'épieu. 

310. Version. 
Gr.. ii 199. 201. — Conipk-mcnls circonstanciels. 

FONDATION DE CARTHAGE 
Carthago condila est sepluai;iiila duobus annis 
ante Romam. In primis fundamentis caput bovis 
inventum est : quod auspiciuiu fructuosa» quidem 
terrœ, scd laboriosa^ perpeliuxiiie serva' urbis fuit. 
Ibi ecjui caput repertum est, (piod bellicosum poten- 
temque popuhim signilicahat : faustum visuiu est hoc 
auspicium, neiiue est mutala sedes. Tune ad novam 



208 SYMAXE DE COMPLÉMENT. 

iirbem concurrentibus gentibus, brevi et populus et 
civitas magna facta est. 

Primis temporibus Garthaginienses, cum labora- 
rent ^ peste, cruentâ sacrorum religione et scelere 
pro remedio usi siint : quippe homines ut victimas 
immolabant. (D'après Justin.) 

1. Cum laboravent. « Comme ils souffraient. » 

311. Thème. 
Grr., §§ 199, 201. — Compléments circonstanciels. 

Règles: Fevire gladio. Fume interiit. Sic est loculus, parti- 
bus factis, ïeo, 

cHarlemagne 

Charles P"", fils de Pépin, partagea d'abord les États 
de son père avec son frère Carloman. Mais celui-ci 
étant mort en 773 {tournez : l'année 773% «6/0, Charles 
devint seul maître de la monarchie. Il mérita le sur- 
nom de Charlemagne par beaucoup de victoires, par 
de sages institutions, et par son amour pour les 
lettres et les sciences {tournez : des lettres et des 
sciences). Il combattit longtemps contre les Saxons 
qui habitaient sur les bords de l'Elbe. Ces barbares 
ayant été écrasés et une grande partie de leur nation 
ayant été détruite, l'empire de Charlemagne fut à 
l'abri de toute invasion. Ce prince conquit ensuite 
ritaliC; l'Espagne et l'Autriche. 

En 800, il fut proclamé, à Rome, empereur d'Occi- 
dent. 11 mourut en 814. 

312. Version. 
Gr., §§ 199, 201. — Compléments circonstanciels. 

M. VALERIUS CORVUS 
Bello cum Gallis exorto, anno Urbis quadringen- 
tesimo sexto , Gallus quidam magnitudine atque 



COMPLÉMENTS CIRCONSTANCIELS DE LIEl . 200 

armis insignis processitet provocavit umim ox Roma- 
nis, qui * secum armis decerneret. Tum se Marcus 
Valerius Iribuims militum obtulit.Cum processisset^ 
armatus, corvus repente in galea ejus consedit. Mox, 
commissâ pugnâ, hic corvus alis et unguibus Galli 
oculos verberavit, Ita factuni est, ut ^ Gallus facili 
negotio a Valérie interficeretur, qui hinc Corvi 
nomen accepit, (Daprès Aull-Gelle.) 

1. Qui. Pour ut ille « afin que ce Romain ». — 2. Cum proces- 
sisset. « Comme le Romain s'était avancé. » —3. Faclum est, ut. 
« Il arriva tiue... » 

313. Exercice de thème. 
Gr., §!:; 202. 205. — Compléments circonstancieLs de lieu. 

RÈGLES : Ambulat in horlo. Venit in hortum. Ex horto 
icnit. Porta Nomenfanâ profcctus est. 

1. Nous passerons l'hiver en Italie. — 2. Alexandre 
le Grand mourut à Babylone. — 3. Aristide vivait à 
Athènes, en Grèce. — 4. Ïite-Live, historien latin, 
naquit à Padoue. — 5. Annibal vinten Italie avec son 
armée. — 6. Le philosophe Platon vint à Tarente. — 
7. Nous partons pour l'Afrique. — 8. Mon ami part 
pour Lyon. — 9. Les députés des Scythes dirent à 
Alexandre : « de l'Europe tu passes en Asie, et de 
l'Asie en Europe. » — 10. Nous passons vite de la 
santé à la maladie, moins vite de la maladie à la santé. 
— 11. J'arrive de Paris, j'y retournerai bientôt. — 
12. Nous arriverons k Rome par la voie Apj)ienne. 

314. Version. 
Gr., §§ 202, 205. — Complëments circonstanciels de lieu. 

LA GRANDE-BRETAGNE 
Insula est naliirâ triciiielrâ, cujus urnim lalus est 
contra Galliam. Hujus late.ris aller angulus. qui est 
ad CanliuMi. quo fere omnes e\ Gallia naves appel 

12. 



210 SYNTAXE DE COMPLÉMENT. 

luntiir, spectat ad orienteiTi solem ; inferior ad meri- 
diem spectat. Hoc latus tenet circiter millia passuum 
quingenta. 

Alterum latus vergit ad Hispaniam atqae occiden- 
tem solem ; qiiâ ex parte est Hibernia, dimidiominor 
quam Britannia. Tertiiim latus est contra septen- 
triones. Gui parti nulla est objecta terra, sed ejus 
angulus lateris maxime ad Germaniam spectat : huic 
lateri millia passuum circiter octingenta sunt in lon- 
gitudinem. 

(J. CÉSAR, Gue7'7^3 des Grades, V, 13.) 

315. Thème. 

Gr , §§ 202, 205. — Compléments circonstanciels de lieu. 

RÈGLES : Ambulat in horto. Venit in hortum. Ex horlo 
venit. Porta Nomenlanà profectus est. 

Le philosophe Anacharsis naquit en Scythie d'une 
famille très noble. Il vint encore jeune à Athènes et 
conversa fréquemment avec Solon dont il admirait la 
sagesse. Il fut bientôt illustre lui-même par sa science 
et l'austérité de sa vie. Il dédaignait les richesses ; il 
ne les rechercha jamais, et refusa les présents de 
Grésus : « Je n'ai pas besoin de ton oy\ dit-il à l'opu- 
lent roi de Lydie. Je suis venu de chez les Scythes^ 
en Grèce et en Asie pour orner mon esprit^. Je 
désire retourner dans ma patrie, non plus riche, 
mais plus habile et surtout plus homme de bien. » 
Dans la suite, Anacharsis voulut établir les lois de 
Solon chez ses compatriotes. Mais le roi de Scythie 
s'opposa à ces innovations et tua le philosophe d'un 
coup de flèche. 

1. Je n'ai pas besoin de ton or. Tournez : besoin de ton or {abl.) 
n'est pas à moi [dat.) — 2. De chez les Scythes. « A Scythis. » — 3. 
Pour orner mon esprit. Tournez : pour que (i^/) j'ornasse mon esprit. 



COMPLÉMENTS CIRr.ONSTANf.IELS DE TEMPS. 211 

316. Exercice de thème. 
Gr.. ^§ 206. 210. — Comploineut.s circonstanciels de temps. 

Règles: asiate, hieme. Oppidum decem dicbits expiigmaif. 
Très aimos regnavU. Multos jam annos régnât. Abhinc très 
annos morluus e^f. 

1. Pendant l'hiver la nature est triste. — 2. Vespa- 
sien mourut l'an 79 de Jésus-Christ [tournez ; après 
Jésus-Christ}. — 3. La guerre sera terminée en quel- 
ques mois. — 4. Tibère régna environ vingt-trois ans; 
il vécut soixante-dix-sept ans. — 5. La ville de Car- 
Ihage fut bâtie soixante-dix-sept ans avant Rome. — 
6. L'empereur Titus mourut Tan 81 de Jésus-Christ; il 
y avait seulement deux ans qu'il régnait; il était âgé 
de quarante-un ans. — »7. Il y a environ dix-neuf- 
cents ans que le dictateur César a été tué. — 8. A 
quelle (quel, quotus, a, \nn) heure viendras-tu? — 
A sept heures {tournez ;à la septième heure). 

317. Version. 

Gr., ïi 206. 210. — Compléments circonstanciels de temps. 

Anno millesimo vicesimo nono Urbis condit**, 
Probus, vir illuslris gloriâ militari, ad administratio- 
nem reipublici\? accessit. Galbas a barbaris occupa- 
tas ingenti pra^liorum felicitate restituit. Quosdam 
imperium usurpare conatos multis certaminibiis 
oppressit. Vineas Gallos et Pannonios habere permi- 
sit. Opère militari multos locos vineis conseruit ; et 
provincialibus colendas dédit. Hic cum bella iniiu- 
mera gessissct, pace paratil, dixit brevi milites neces- 
sarios non fuluros. Vir fuit acer, slrenuus, justus et 
civilis. Interfectns est tamen tumuitu militari. Inipe- 
ravit annos st^x, menses (luattuor. 

n'apivs KUTROPE.) 
1. L'an 27o après Jésus-Christ. 



212 



SYNTAXE DE COMPLÉMENT. 



318. Thème. 

Gr., §§ 206, 210. — Compléments circonstanciels de temps. 

RÈGLES : JEstale, Même. Oppidum decem diebiis eœpugnavit. 
Très armos regnavit. Multos jam annos régnât. 

A Rome, l'empire changea plusieurs fois de maître 
en peu de temps [tournez: en un temps court). Othon 
régna à peine trois mois. Vitellius lui succéda en 69 
après Jésus-Christ (/owrwez ; Tannée 69^ après Jésus- 
Christ né). Il l'emporta sur Othon par ses vices et par 
ses cruautés. Il aimait à dire [tournez : il avait cou- 
tume de dire) ce mot fameux : « le cadavre d'un 
ennemi ne sent jamais mauvais. » Vitellius est sur- 
tout célèbre par son intempérance. Chaque jour il 
prenait quatre repas. Sous son règne [tournez : lui 
régnant) les cuisiniers, les histrions et les bouffons 
furent des personnages très considérés et comblés 
cl 3 faveurs. Il périt par le fer des soldats : il était 
alors âgé de cinquante-sept ans. Il y avait huit mois 
qu'il avait été proclamé empereur. 



QUESTIONNAIRE 
Gr., §§ 199, 210. — Compléments circonstanciels. 



1. Comment rend-on en latin 
laprépositionawec; 1" lorsqu'elle 
signifie au moyen de, par; 
2» lorsque le sens est ayant avec 
soi ? 

2. A quel cas met-on le nom de 
cause et le nom de manière ? 

3. Qu'appelle-t-on ablatif ab- 
solu ? 

4. A quel'cas met-on le nom 
du lieu où une action se passe? 
Ce nom prend-il en général une 
préposition ? 

5. A quel cas se mettent les 



noms de villes de la troisième 
déclinaison? Prennent-ils une 
préposition? 

6. Comment se construisent les 
noms de villes de la première et 
de la deuxième déclinaison, soit 
du singulier, soit du pluriel? 

7. Traduisez avec domi les 
phrases suivantes : Je reste chez 
moi, tu restes chez toi, il reste 
chez lui, nous restojis chez nous, 
vous restez chez vous, ils restent 
chez eux. 

8. Avec quel cas et quelle pré- 



EMPLOI Di: L DiriiiATir, 1)1 siBJO.Nr.rir. 



213 



position construit-on le nom du 
lieu où Ton se rend? 

9. Met-on la préposition in 
devant l'accusatif des noms de 
villes? 

10. Avec quel cas et quelle pré- 
position construit-on le nom du 
lieu d'où l'on son? 

11. Met-on la préposition de- 
vant les noms de villes? 

12. A quel cas met-on le nom 
du lieu par où l'on passe? Em- 
ploie-t-on alors une préposi- 
tion? 

13. A ([iifl cas me! -on 1° le 



nom qui indique à quel moment 
une action a lieu ; 2» le nom qui 
indique combien de temps il faut 
pour faire telle ou telle chose; 
3° le nom qui indique combien 
de temps une action dure; 4" le 
nom qui indique depuis combien 
de temps a lieu une action qui 
dure actuellement? 

14. Quand doit-on employer 
l'accusatif précédé de ahhinc ? 

15. A quelle expression fran- 
çaise correspond le participe 
ncdus accompagné de l'accu- 
satif. 



CHAPITRE III 

SYNTAXE DES MODES 



319. Exercice de thème. 

Gr., §S 211. 212. — Synta.ve des modes. 

Uhglks : So'ihc. Patriam (iincmidi. Ne profici!<C(imur. 

1. Enfants, dites toujours la vérité, honorez vos 
parents et obéissez à leurs ordres. — 2. l\irdonne 
souvent aux autres, rarement à toi-même. — 3. Étu- 
dions et écrivons avec attention ; lisons les bons 
livres; exerçons fréquemment notre mémoire. — 
4. Que les dieux détournent ce présage. — 5. Que 
tous les coupables soient châtiés. — 6. Soyons 
modestes dans la prospérité. — 7. Ne cherchons pas 
ce qui peut nous nuire {tournez : les choses devant 
nuire h nous). — 8. riches, u^ez bien de votre for- 
lune ; n'oubliez pas les pauvres. 

320. Version. 
Gr., ïi 211. 212. — .^ynt.ixi» dos inod.,'3. 
LES EFFETS DE LA COLÈRE 
IviV en'ectus mal;i(pu' intufre : tibi 
nullam pest(?m liuiuano i^iMicri j)luris stc^ti; 



apparcbit 
>i^'. Vide- 



214 SyxTAXE DES MODES. 

bis ca3des ac venena, etsubjectas tectis (aces, et 
iirbium clades, et totarum exitia gentium. Aspice 
nobilissimarum civitatum fundamenta vix notabilia: 
bas ira dejecit. Aspice regiones per multa millia sine 
babitatione désertas : bas ira exbausit. Aspice tôt 
duces ac reges, mali exempta fati ; ira alium in cubili 
suo confodit, alium inter sacra aut epulas percussit, 
alium sub oculis multitudinis lancinavit. 

(D'après Sénèque.) 
1. Pluris stelisse. « N'avoir coûté davantage. » 

321. Thème. 
Gr., §§ 211, 212. — Syntaxe des modes. 

Règles : Scribe. Patriam amemus. Ne proficiscamur. 
LES ARBRES DEMANDENT UN ROI 

Un jour, les arbres résolurent de se donner un 
roi. Ils dirent à l'olivier : « Règne sur nous. » Mais 
l'olivier leur répondit: « Éloignez-vous de moi; 
qu'un autre arbre vous gouverne : moi je ne désire 
pas être au-dessus de vous ; jamais je ne quitterai 
mon buile dont Dieu et les hommes sont hono- 
rés. » Les arbres s'adressèrent alors au figuier et 
à la vigne. « Ne comptez pas sur moi, répondit le 
figuier; je neveux pas^ perdre mon doux fruit. » La 
vigne préférait le vin qu'elle produit au pouvoir 
royal. Alors tous les arbres dirent à l'épine : « Viens, 
toi, et règne sur nous. » — « Si^ vous me prenez sin- 
cèrement pour roi, répondit Tarbuste, venez et reti- 
rez-vous sous mon ombre. Sinon, que le feu du ciel 
sorte de l'épine et qu'il dévore les cèdres du Liban. » 

(La Bible ; les Juges, IX.) 

1. Je ne veux pas. Voir Gr., Appendices, conjugaison des verbes irrégu- 
liers les plus usités. 

2. Si. Voir Gr., §§ 228 : conjonctions marquant une supposition. 



L'INFIMTIF IIISTORIQIK. 215 

322. Version. 
Gr.. ; 213. — Syntaxe des modes. Infinitif historique. 

DENYS LE JEUNE EXILÉ A CORINTHE 

Dionysius, deposito imperio, arcem Syracusanis 
cum exercitu tradidit ; receptoque privato instru- 
mento', Corinthum in exsilium proficiscitur. Ibi, 
Immillima qua^que tutissima existimans-, in sordi- 
dissimum vit» genus descendit : in publico vagari et 
potare; in popinis desidere lotis diebus, cum perdi- 
tissimo quôqiic^ de niinimis rébus disceptare ; pan- 
nosus et squalidus incedere ; in macello perstare ; 
quod eniere non poterat, oculis devorare; omniaque 
ita facere, ut* contemncndus magis quam metuen- 
dus videretur. Novissinie, ludi magistrum professus^ 
pueros in trivio docebat. 

(Justin. XXI, 4). 

1. Inslrumenlum. « Ressourres pour vivre, forlune. »— z. Humil- 
lima... existimaîis. « Regardant ce qui était le plus vil comme le 
plus sûr. » — 3. Pei'ditisjimiis quisque. « Les hommes les plus 
pervers. » — 4. lia, ut. « De manière quf». » — 5. Professas. 
M S'étaiit donné pour. » 

323. Thème. 

Révision des prinoipaliîs règles do la syntaxe. 

Ulysse dont les conseils et la valeur avaient été 
utiles aux Grecs pendant la guerre de ïroie, erra 
dix ans sur les mei^sen regagnant Ithaque, sa* patrie. 
Jeté par la tenipéte dansTile de la magicienne Gircé-, 
il vit ses compagnons changés en animaux immondes. 
La nymphe Calypso^ le retint prisonnier dans son ile 
pendant sept ans. Après cette ca[)tivité, il fut poussé 
par des vents contraires dans la Sicile qu'habitaient 



216 SYNTAXE DES MODES. 

les Cyclopes. Le plus terrible de tous, Polyphème, 
dévora quatre de ses compagnons. 

Après d'autres aventures, le héros grec arriva seul 
à la nageUlans une lie fortunée. Le roi de ce pays lui 
donna des vêtements, de l'argent et des serviteurs ; 
de plus il équipa un vaisseau qui conduisit Ulysse à 
ltl]a({ue et le déposa tout endormi sur les rivages de 
sa patrie. 

1. Son, sa, smis, «, iim. — 2. Circé était fille du Soleil et de la 
nymphe Persa, selon les uns; d'.'Etès et d'Hécate, selon les autres. 
— 3. Calypso régnait sur l'île d'Orgygie dans la mer Ionienne. — 
4. Arriver à la nage, adnare (régit l'accusatif avec ad.) 

324. Version. 

Revision des principales règles de la syntaxe. 
MORT DE RÉGULUS A CARTHAGE^ 

Regulus Carthaginem rediit, ibique novis modis a 

Pœnis excruciatus est. In atris et profundis tenebris 

eum claudebant; ac diu post, ubi erat visus sol arden- 

tissimus, repente educebant, et adversus ictus solis 

oppositum continebant, atque intendere in ca^lum 

oculos cogebant. Palpebras quoque ejus, ne conni- 

vere posset, sursum ^c deorsum diductas insuebant. 

Vir juris jurandi observantissimus somno diu prohi- 

bitus atque ita vitâ privatus est. Id ubi Romie 

cognitum est, nobilissimi Pœnorum captivi liberis 

Reguli a senatu dediti sunt, et ab bis in armario 

muricibus praefixo destituti, eâdemque insomniâ cru- 

ciati interierunt. 

(Aulu-Gelle, VI, 4.) 

1. Régulus envoyé par les Carthaginois à Rome pour négocier 
un échange de prisonniers, conseilla au Sénat de refuser; puis, 
fidèle à sa parole, il retourna à Carthage. 



SYNTAXE DES PROPOSITIONS SIMOIUjO.NNKKS. 21 

CtlAPITRE IV 

SYNTAXE DES PROPOSITIONS SUBORDONNÉES 



VOCABULAIRE 

'Mots principaux employés dans les exercices siiiva il^. 

Substantifs. 
Vîta* gÔnÛS, 7i. manière de vivre, 

i^eiilmm victor, in. conquérant. 
Ilippopôtâmus, i, 7n. hippopotame. 
l'IlinÔCÔrÔS, Ôtis, w. rhinocéros. 
rërum scriptor, ôris, ?/?. historien. 

Noms propres. 
/EsôpilS, i, 7)1. Ésope, né en Phrygie ; fabuliste célèbre. 

Lycurgus, i, 7??. Lycurgue, législateur de Sparte. 

Hërôdôtus, i, Hérodote, historien grec. 

Nûnia Ponifulius, 7n, Numa Pompilius, 2° roi de Kome. 
Atlas, antis, 771. Atlas, roi de Mauritanie. 

Adjectifs. 
sêcDrus, a, lim, exempt de soucis, tranquille. 

niûl'âtllS, a, uni, qui a telles ou telles mœurs. 

l)tM)ô niûrâta cîvitas. État bien gouverné, 
gyiiiniciis, a. tim, gymnique. 
Victor gyniuiciis, athlète vainqueur, 

obnoxius, a, itm, sujet, exposé à. 
quot ^ j/iUecl.)^ combien, en (jui'l n«>ml)ie. 

Verbes. 

Supin. Infîn. prés. 

fùgôre. 
existïmâvi, exislimaluiti, cxislimâre. 



13 



Intl. prés. 


Pa 


confiigio, ÏS, 


J'iigi, 


Je nie réluyio. 




oxistimo, fis, 


exist^ 


Je rr^'nrdo comme, 


j^ 


trouve. 




EXFP.' . LAT. ( I 


. rr G- FT 



218 



SYNTAXE DES PROPOSITIONS SUBORDONNÉES. 



Ind. prés. 


Parfait. 


Supin. 


Infin. prés. 


jùbëo, es, 


jiissi, 


jussum, 


jûbëre. 


J'ordonne, je fais {suivi 








d'un infinitif). 








nëgôtior, âris, 


nëgôtïâtiissum. 


nëgôtiâri. 


Je fais le commerce. 








contendo, ïs, 


contendi, 


contentum 


, contendëre. 


Je prétends, j'affirme. 








fâcïo, ïs, 


féci. 


factum, 


fâcëre. 


Je fais. 








societatem facere cum. 






S'unir f ve:. 








abstïnëo, es, 


abstïnùi. 


abstentum, 


, abstinere. 


J'écarte, je retiens. 








abstinere manusa se. 






Ne pas port3r les mains sur soi. 






Verbes avec lesquels on construit l'infinitif complément, 


Ind. prés. 


Parfait. 


Supin. 


In fin. prés. 


cupïo, ïs, 


cùpïvi ou 


cùpïtum, 


cùpëre. 


Je désire. 


cùpïi 






dëbeo, es, 


dëbùi, 


dëbïtum. 


dëbëre. 


Je dois. 








vôlo, vis, 


vôlùi, 




velle. 


Je veux. 








incïpïo, ïs, 


incëpi, 


inceptum, 


incïpëre. 


Je commence. 








dësïrio, ïs. 


dësïi, 


dësïtum, 


dësïnëre. 


Je cesse. 








audëo, es, 


ausus sum, 




audëre. 


J'ose. 








sôlëo, es, 


sôlïtus sum, 


sôlëre. 


J'ai coutume. 










Mots invariables. 




cum,- 


conj. lorsque, quand; comme; puisque. 


qiiônïam. 


co?ij. parce que ; puisque. , 




quamvïs, 


conj. quoique ; bien que. 




dummôdo, 


conj. pourvu 


1 que ; pourvu 


seulement que. 



nigi, 



C07ÎJ. si. .. ne pas ; à moins que ; si ce n'est. 



tanquam, adr. et conj. comnu ; c^mmo. si ; par exemple. 



INTKnnOGATIONS INDlHKf.TES. 219 

325. Exercice de thème. 
Gr., «:§ 214, 218. — Propositions interrogalivcs indirectes. 

Hkgles : Quxro fjui<; venerit. Qiixro quid d(ca<>. Quxro 
piwalusne sit. Qiiœro iitnim œger sis an valcas. 

1, Tu connaîtras qui je suis. — 2. Les Scythes 

dirent à Alexandre : « Apprends qui nous sommes, 

considère qui tu es. » — 3. Dis-moi quelle heure il 

est. — 4. Nous ne sentons pas quand la vieillesse 

approche. — 5, J'ignore ce que tu as fait. — 6. La 

grenouille demanda si elle était plus grosse que le 

bœuf. — 7. Alexandre était roi de Macédoine 

{tournez: des Macédoniens); Darius était roi de Perse 

{tournez ' des Perses); vous n'ignorez pas lequel des 

deux {uter) fut vaincu. — 8. Qui peut savoir s'il y a un 

seul monde, ou s'il y en a plusieurs. — 9. On demande 

{quceriiu7')s'i les dieux existent, ou s'ils n'existent })as. 

326. Exercice de version. 

Gr., §5 214, 218. — Propositions intcrrogatives indirectes. 

RÈGLES : Quœro quis venei'it. Qusero quid dicas. Quxro 
paratusne sit. Quœro utrum œger sis un valeas. 

1. Multae gentes nondum sciunt cur luna deficiat, 

quare obrumhetur. — 2. Vir fortis sentit quam dulcis 

sit libertas. — 3. Numerate quot adversarios habeatis. 

— 4. Spectare debemus quid deceat nos, non quantum 

nobis liceat. — 5. Incertum est quam longa nostrum 

oujusque vita futura sit. — 6 Te interrogo quota hora 

sit. — 7. Epaminondas moriens a circumstaiitibus 

requisivit, num cadenti sibi scutiim adcmisset hostis. 

327. Version. Gr., ii 214. 218. -- Interrogation indirecte. 

>£SOPUS ET VICTOR GYMNICUS 
Victorem forte gymnici certaminis 
Jactantiorem cum vidisset' Phryx sophus, 
Interrogavil-, an plus adversarius 
Vaiiiisset ejiis. llie ' : « ne islud dixei'is* ; 



220 SYNTAXE DES PROPOSITIONS SIBORDONNÉES, 

Multo fuere vires majores meœ ». 

« Quod, inquit% ergo, stiilte, meruisti decus, 

Minus valentem si vicisti fortior ». 

(Phèdre, Appendice de Perotti.) 
1. Cum vidisset. Comme le sage de Plirygie avait vu. — 2. Inlev- 
rogavit. Complément direct sous-entendu : vidorem gymnicion. 

— 3. llle. Sujet d'un verbe sous-entendu tel que inquit. — 4. Ne istud 
dixeris. Voir Gr., §§ 212. — 5. Inquit. Sujet jEsopus. 

328. Thème. 
Gr., §§ 214, 218. — Propositions intorrogatives indirectes. 

Règles : Quœro quis venerit. Quœro qiiid dicas. Quxro 
paratusne sis. Quœro utriim œger sis an valeas. 

Dans un État bien gouverné, les principaux magis- 
trats compteront combien il y a d'hommes* et à {dans] 
la ville et à la campagne. Ils examineront ensuite 
combien il y a de laboureurs parmi ces hommes. Ils 
rechercheront combien les champs, [dans] les années 
médiocres, portent de blé, de vin, d'huile et d'autres 
choses utiles^ Ils sauront par cette voie^ si la terre 
fournit les aliments nécessaires à tous les habitants, 
et si elle produit encore des denrées bonnes pour 
un trafic utile. 

En outre, dans les cités maritimes, les magistrats 
examineront combien de bâtiments et de matelots 
chaque port possède. Ils s'informeront du pays où 
chaque vaisseau va faire le commerce*; ils connaî- 
tront aussi ce que chaque vaisseau porte à l'étranger % 
et avec quelles marchandises^ il retourne. 

1. Combien il y a dliommes. Tournez: combien nombreux [quot 
ou quam muUi) sont les hommes. — 2. Combien de blé, de vin, etc. 
Qiiautum frumenti, vint, etc. — 3. Par cette voie. Tommez : ainsi. 

— 4. Du pays où chaque vaisseau va faire le commerce. Tournez : 
dans quel pays chaque vaisseau se rend pour commercer. — 
5. Ce que... à V étranger. Tournez : quelle chose [quid) chaque 
vaisseau porte dans les pays étrangers. —6. Avec quelles mar- 
chandises. Tournez : quelles marchandises {ace.} transportant. 



PROPOSITIONS INFIMTIVES. 



221 



329. Exercice de thème. 

Gr., ii 219. 222. — Propositions intinitives. 

RÈCLKS : Credo Deiim esse sanditm. Ail se pnratum esse. 
Alcxdwler filium Jovis se esse contendebat. Twpc est mentiri. 

1. — Tous les peuples croient que Dieu existe. — 
2. Nous savons que notre corps est sujet à la mort. 

— 3. On rapporte qu'Homère était [tournez : Homère 
avoir été) aveugle. —4. Xerxès, roi des Perses, pré- 
tendait être invincible. — 5. Aucun homme sensé 
ne se croit immortel. — 6. H est facile de se taire et 
d'écouter; il est souvent dangereux de parler. — 
7. Il est difficile de c(tmmander; il est plus aisé 
dohéir. — 8. Les femmes ne cessaient pas de pleurer. 

— 9. Les lâches soldats n'osaient pas coml)at(re. — 
10. Annibal ne put pas s'emparer de la ville del^ome. 

330. Version. 
Gr.. ^^ 219. 222. — Proiio-<itions inrinitives. 

SUR MINOS, SOLON ET NUMA 

Minos, Cretensinm rex, siepe se in speluncam 
quandam conferebat, ibique se cum Jovo colloqui, 
legesque ab.eo accipere dicebat. 

Lycurgus Lacediemonius se leges ab Apolline 
didicisse persuasit. 

Niima Pompilius, rex Honuinorum, simulavil sibi 
cum deâ Egeriâ esse coll<)(|uia nocturna : pranlicabat 
se nihil nisi cjus moiiilu incipcrc. 

331. Thème. 

Gr., §§ 219. 222. — l'ropositions inlnulives. 

Ui:r,LF.s : Credo Denni esse smirtum. Ait se ptiruttim esse. 
Alcxander filium Jvn's se esse cintrudrlmt. Turpe est mentiri. 

SUR LE DIEU ATLAS 

Les poètes nous a|)prt'nnenl (pie le dieu Atlas était 
doué d'une sagesse et d'une science merveilleuse, 



222 SYMAXE DES TROPOSITIONS SUBORDOISNÉES. 

qu'il connaissait particulièrement tous les abîmes de 
la mer. Les Grecs représentent Atlas soutenant le 
poids du ciel avec la tête et les épaules. Ils disent 
même qu'il supportait les longues colonnes qui 
séparaient de la terre la voûte céleste. En effet, le 
nom de ce dieu signifie le porteur. L'historien Héro- 
dote pense qu'Atlas est une montagne de Libye. Les 
cimes de cette montagne, toujours obscurcies de 
nuages, se dérobent aux regards. Les indigènes 
s'imaginent que ces cimes sont les colonnes du ciel. 
Quelques érudits prétendent qu'Atlas était un roi 
savant dans l'astronomie. 

332. Version. 

Gr., §§ 219, 222. — Propositions infinitives. 
LES POULETS SACRÉS DE CLAUDIUS PULCHER 

ClaudiusPulcher consul adversus Pœnos profectus 
est. Antequam praelium committeret, auspiciahabuit. 
Sed pullarius nunciavit pullos non exire e cavea, 
neque vesci. Irridens Claudius eos in aquam mergi 
jussit : « saltem bibant, inquit, cum nolint ëdere ». 

Statim militum animos vana religio incessit; 
commisso deinde prselio, Romani classem tempestate 
amiserunt et acceperunt magnam cladem. 

(D'après Valère-Maxime.) 

333. Exercice de version. 

Gr., § 223, — Infinitif français rendu en latin par ut, ne, etc. 

Règle : JVofeù imperat ut loquamw. 

1. Pluto, inferorum deus, a Jove fratre petiit, ut 
sibi Proserpinam, Jovis et Cereris filiam, in matri- 
monium daret. — 2. Alexander Grsecise populis 
imperavit, ut divinos ipsi honores décernèrent. — 



l.VFIMTll' FRANÇAIS KE.Nbl E.\ LATIN PAR Ut. ne. I H . 223 

3. Romani a Carthaginiensibus petiverunt, ut Hanni- 
bal sibi proderetur. — 4. Cura ut omnia sint omnino 
parata. — 5. Cave ne civibus luis suspicionem des. 

— 6. Magnopere te hortor ut optimos libres legas. 

— 7. Alexander milites monuit, ne multitudine 
hostium moverentur. — 8. Casus impedivit ne profi- 
ciscerer. — 9. Improbi semper timent ne pœna 
afficiantur. — 10. Timeo ne non sapientibus viris 
placeam. 

334. Thème. 

Gr.. § 223. — Iiiliuitif français rendu en latiu par ut, ne, etc. 

Alexandre le Grand, quand' il eut détruit l'em- 
pire de Darius, ne trouva pas bonteux de prendre 
les mœurs et les habits des Perses. Il s'efforça de 
répandre parmi les Macédoniens la manière de vivre 
et les coutumes des peuples qu'il avait domptés. 
Il commanda même à tous les siens- de l'adorer, et 
exigea qu'on le proclamât immortel et fils dejnpiter; 
car il prétendait être né non de Philippe, mais du 
souverain des dieux. 

Un tel orgueil indignait^ tous les vieux soldats. 
Pourtant on* se taisait dans l'armée parce qu'on 
craignait d'offenser Alexandre. La peur de déplaire^ 
n'empêcha pas le philosophe Callisthène de dire 
la vérité au conquérant. « Je vous prie de vous 
souvenir, lui dit-il un jour, cpie vous êtes mortel, 
sorti de la Macédoine et chef (rhoiuincs libres. » 
Alexandre, que la colère rendait cruel, tit couper les 
pieds, le nez et les oreilles à Callisthène. 

1. Quand. Ubi {arec l'indicnlif . — '2. Les siens. Sui, ovum, ni. 
pi. — 3. Indifiner. Iiulignationem luovere [on mettra au datif tt^ 
complément direct du français). — 4. On. Se rendra par la 3* pcr- 
sonne du pluriel. — 5. La peur de déplaire. 'SÏQins ne displioerel. 



224 SYNTAXl' lES PROPOSITIONS SrB01U:0NNl'rS. 

VOCABULAIRE 



Bactrïànus. a. mu, adj. De la 
Bactriane, de Bactrcs. 

terra, œ, ï. Terre, pays. 

vârÏTis.rt, inn, adj. Varié, divers. 

largus,a, 2n)(,adj. Abondant, am- 
l.le. 

sôluiïi, /, n. Sol, terre. 

Grêbër, 6m, brwm, a;lj. Fréquent, 
nombreux. 

rïgo, as, âvi, cîtum, âre, tr. Ar- 
roser. 

aiinentum, i, n. Gros bétail. 

àrêna, le, f. Sable; terrain sa- 
blonneux. 



rëgïo, unis, f. Contrée, pays. 

frûgem, ace. de l'inus. Frux. 
Céréales, blé ; plante. 

âlo, \s, âlûi, diltum, dlëre , tr. 
Nourrir, entretenir. 

cum, conj. Lorsque, quand. 

sâbûlum, i, n. Sable. 

â, àb, prép. De, par; du côté de. 

converro, ïs, verri, vcrsum, ver- 
rère, tr. Enlever en balayant, 
balayer. 

ïtër, iUnèris, n. Chemin, trajet. 

prislïnus, a, um, adj. D'aupara- 
vant, premier. 



335. Texte à apprendre par cœur. 

LA BACTRIANE 

Bactriana? terrœ varia est natura. In quibusdam locis 
Tïîiiltœ arbores et vites largos mitesqiie fruclvis alunt. 
Sôliim pingiie crebri fontes rigant; alia loca frii- 
mento conseruntur; cetera pecori et armentis sunt 
bona. Magnam deinde partem ejusdem terrae stériles 
arenee tenent: squalidâ siccitate regio non hominem, 
non frugeni alit. Cum autem venti a Caspio mari 
spirant, omne sabuhimquod in campis jacet, conver- 
runt : qiiod ubi cumiilatum est, magnorum colliiim 
procul species est, omniaque pristini itineris vestigia 
intereunt. (Quinte-Curce, vil, i). 

336. Exercice de version. 
Gr.,§§ 224, 228. — Propositions subordonnées circonstantielles. 

Rkgles : Quoniam id cupis, proficiscar. Hœc iibi dixit, 
profectus est. Si vis paccm, para hélium. 

1. Manlius filium interfecit, qnod is bello latino 
contra imperium cum hoste pugnaverat. — 2. Omncs 
moriemur, quoniam omnes nati sumus. — 3. Aquila, 
licet a quibusdam avibus magnitudine superetur- 
omnestamen viribus et f'ortitudine vincit. — 4. Quan- 



PitOPOSlTlO.NS SI n»»lil>0.\>KL.S CilK.D.NSl A.NCILI.LLS, ^^-J 

quam Arislides jiistissinius omnium Atheniensium 
erat, tamen a civibus ex urbe expulsiis est. — 5. Mul- 
tos amicos habebis, donec eris felix. — 6. Pucri 
tacere debent cum prudentiores homines loquuntur. 
— 7. Alexander, cum interemisset Clitum, vix a se 
manus abstinuit. — 8. A nulle videbatur pastor Gyges 
cum annulum suum in digito babebat: ipse autem 
omnia tune videbat. — 9. Facile omnes, cum valc- 
mus, recta consilia a^grotis damus. — 10. Ut primum 
signum est datum, nostri in liostem irruerunt. 

337. Thème. 
Gr., §S 224. 228. — Propositions subordonnées circonstancielles. 

Rkgles : Qwinium id ciipis, proficiscar. Hœc ubi dixit, 
profcctiis est. Si vis paccm, para hélium. 

Lorsque Tbémislocle eût été cliassé d'Alliènes, il 
se retira à Argos. Tandis qu'il était en cette ville, les 
Athéniens, poussés par les Lacédémoniens, Faccu- 
sèrent de s'être uni avec le roi de Perse pour oppri- 
mer la Grèce. Les dénonciateurs atTirmaient que 
Thémistocle était prêt à livrer sa patrie à Artaxerxes 
pourvu que ce prince lui envoyât des troupes et de 
l'argent. Quoique tout cela se passât en secret, 
Thémistocle en fut informé; et il sortit d'Argos pen- 
dant la nuit, comme s'il eut été réellement coupable. 
11 alla d'abord dans l'Ile de Corcyre^ puis che/ 
Adméte, roi des Molosses, enfin chez Arlaxerxès. 

Thémistocle était sans doute innocent des crimes 
dont on l'accusait. Mais s'il eût été vraiment incor- 
ruptible et doué de cette vertu parfaite (piOn attribue 
à Aristide, il ne se serait pas réfugié ehc/. rcinicmi 
implacable de la Grcce. il n'aui'ait jamais accepte les 
])iesents du grand rui. 

13. 



226 SYNTAXE DES PROPOSITIONS SUBORDONNÉES. 

338. Version. 

Gr., §§ 224, 228. — Propositions subordonnées circonstautielles. 
SUR BUCÉPHALE, CHEVAL D'ALEXANDRE LE GRAND 

Alexandri Magni eqims, qui Bucephalus nomina- 
batur, tredecim talentis emptus est. Ubi ornatiis erat 
armatusque ad prseliiim, niinquam inscendi se ab 
alio nisi a rege passus est. In ïndico belle Alexander 
in Bucephalo insidens et fortia facinora faciens, se 
imprudenter in hostium multitudinem immiserat ; 
conjectis undique in regem telis, eqiius vulneribus in 
cervice atqiie in latere perfossus est. Moribimdus 
tamen ac prope jam exsanguis e mediis hostibus 
vivacissimo cursu Alexandrum retulit. Ciim eum 
extra tela extulisset incolumem Bucephalus, illic 
concidit et animam exspiravit, 

(D'après Aulu-Gelle.) 

339. Exercice de version. 

Gr.. §§ 229, 231. — Conjonctions marquant le but, la conséquence; 
conjonctions de comparaison. 

1. Romani Cincinnatum ab aratro abduxerunt, ut 
dictator esset. — 2. Gallina pennis fovet pullos, ne 
frigore laîdantur.— S.Pyrrhus ad Romanos legatum 
misit, qui pacem peteret. — 4. Miserrimus est, qui 
non habet quod edat. — 5. Pomponius Atticus 
Athenis ita vixit, ut omnibus civibus esset carissimus. 
— 6. In Marathonia pugna tam fortes fuerunt Athe- 
nienses, ut decemplicem numerum hostium profli- 
garint. — 7. Nulla vis tanta est, quae debilitari non 
possit. — 8. Neminem tui amantiorem, qnam ego 
sum, invenies. 



340. Thème. 

Propositions suboi-ionné'^s circonstanciellos j 
conjonctions de comparaison. 

L'HIPPOPOTAME 
L'hippopotame est un animal dont le corps est plus 
long et aussi gros que [celui] du rhinocéros; il nage 
plus vite qu'il [ne] court; il chasse le poisson afin 
de s'en nourrir; il a coutume de séjourner dans l'eau; 
il en sort pour manger. Il a, comme le sanglier, 
les dents aigurs, mais moins dangereuses. Son cuir 
est tellement dur qu'il résiste presque aux coups du 
fer. Lorsque l'hippopotame est devenu trop gras par 
excès de nourriture, il est assez hahile pour se passer 
de médecin et se guérir lui-même. Alors il va sur le 
rivage et examine les roseaux nouvellement coupés ; 
lorsqu'il [en] a trouvé un très pointu, il s'appuie 
dessus fortement et se pique une veine à de) la 
cuisse ; il perd beaucoup de sang, soulage son corps 
et ferme la j)laie avec du limon. 

341. Exercice de thème. [Rrcapihilntiou.) 
Gr., ,ïj 223, 231. 

4. La nature nous commande de secourir l'homme 
malheureux. — 2. Phaéton souhaita de montcrsurlc 
char de son père. — 3. Cinéas conseilla à Pyrrhus do 
ne pas préférer la paix à la guerre. — 4. Les Ilomains 
craignaient que les Gaulois ne revinssent. — 5. Je 
crains que la lettre n'ait pas été remise. — 6. Rien 
ne m'eni|)»V'liera de diie la vérité. — 7. Celui ([ui 
ne défend point les siens de l'injustice quand il le 
peut, est injuste lui-même. — 8. La Durance, quoi- 
qu'elle roule une immense quantité d'eau, n'est pas 
navigable. — 9. Si la santé est un très grand bien, 
nous devons la ménager. — 10. Les hommes ont été 



228 



SYNTAXE DKS PIIOPOSITIONS SlBOIiDO.NNKES. 



créés pour habiter ce globe. — 11. Nul liomme n'est 
assez puissant pour se passer du secours d'autrui. — 
12. Tu [en] as dit plus (plura) que tu [n]'as voulu. 

342. Version 

Récapitulation. 

ASiNUS ET GALLI^ 

Galli Cybcbes circum in qua^stus ducere 
Asinum solebant^ bajulantem sarcinas. 
Is cum labore et plâgis esset mortuus, 
Detractâ pelle sibi fecerunt tympana. 
Rogati mox a quodam, delicio suo^ 
Quidnan:! fecissent, hoc locuti sunt modo : 
« Putabat se post mortem securum fore; 
Ecce aiiœ plagie congeruntur mortuo. » 

(Phèdre, yi, 1.) 

1. Gain. Les Galles, pi^ètres de Cybèle. — 2. Circiim.... sole- 
bant. Constriiclioii . Galli solebcmt ducere circum in qusestiis 
asinum. — 3. Delicio suo. De Tobjet de leurs délices, de leur 
favori. 

QUESTIONNAIRE 



1. En quoi l'interrogation indi- 
/ecte diffère-telle de l'interro- 
gation directe? 

2. Aquel mode met-on toujours 
en latin le verbe de l'interroga- 
tion indirecte? 

3. Comment rend-on en latin 
kl particule si, dans l'interroga- 
tion indirecte simple et dans 
l'interrogation indirecte double? 

4. Après dire que, croire que, 
comment traduit-oni7,eZ/e, etc.? 

5. Avec les verbes signifiant 
dire, croire, savoir, etc., faut-il 
toujours exprimer en latin le 
sujet de la proposition infinitive? 

6. I^'infinilif français, sujet ou 
complément, doit-il se rendre 
souvent par l'infinitif latin? 



7. Avec quel mode et quelles 
conjonctions construit-on sou- 
vent en latin les verbes qui se 
construisent en français avec 
l'infinitif précédé de de ou 
de à? 

8. Dites les principales con- 
jonctions marquant une idée de 
cause, une idée de concession, 
une supposition, dites les prin- 
cipales conjonctions de temps. 

9 Comment rend-on en latin 
pour que, afin que ? 

10 Comment traduit-on que 
marquant la conséquence? 

11. Comment traduit-on le 
que français marquant la com- 
paraison : 1" après les compara- 
tifs ; 2° après Le même, autre ? 



EXPLICATION 



DES ADRtVIATlONS EMPLOYEES DANS LES DEl X LKNIOÏES 



nbt. ou ablat. 

ace. ou accus. 

adj. 

adv. 

av. 

auj. 

c.-d-d. 

comp. ou covjtar. 

cotij. 

dat. 

drfcct. 

dr/i. 

f. OU fém. 

géii. ou g^nit. 

imparf. 

impér. 

iudrcl. 

indff. 

ind. ou iiidic. 

infi I. 

intirj. 

iiilcrrog. indir. 

intr. ou intrans. 

interr. o:i interrog. 

irrrq. 

lor-. 

711. iiu vinar. 

tu. Il 1)1. 



abintif. 

accusatif. 

adjcclir. 

adverbe ou adverbidl. 

avec. 

aujourd'hui. 

cVst-à-iIirc. 

comparatif 

conjonction. 

datif. 

défcftif. 

déponent. 

féminin. 

génitif. 

imparfait. 

impératif 

indéclinable. 

ind> fini. 

inilicatif. 

intinilif. 

interjection. 

interrogation indirecte. 

verbe iiitransitif. 

interiogatif. 

irrégulicr. 

locution. 

niasi-nlin. 

mut il mot. 



n. 


neutre. 


nom. ..u nomin. 


nonnnalif. 


». pr. 


nom fiiopre. 


ord. 


ordinal. 


P- 


pnge. 


parf. 


parfait. 


p. ou pari. 


participe. 


pass. 


passé. 


pers. 


personne ou porson 




nel. 


pi. ou ]>lur. 


pluriel. 


poss. ou posscss. 


possessif. 


prép. 


|ireposition. 


près. 


prés-nf. 


prou. 


pronom. 


r^/l. 


r.Wl.chi. 


;•(/. ou relat. 


relatif. 


sing. 


singulier. 


sous-ent. 


sous-eiitendu. 


s. ou suo^:. 


substantif. 


subj. 


subjonctif. 


super l. 


supTlatif. 


sup. 


su|>iii. 


tr. 


veibe transitif. 


u>up. 


unipersounel. 


V. 


verbe. 


voc. 


vocatif. 


voy. 


voyez. 



LEXIQUE LATJN-FRANÇAIS 



a (devant les consonnes), ab (de- 
vant les voyelles et parlois devant 
les consoiiuosl, prép. (qui régit 
l'abl.). De; do la ])art de; depuis; 
dès; loin de; du côté de; par; à; 
contre ; a piincipio, dès l'origine, 
primitivement. 

abdûco, Is duxi, daclum, diicere, 
tr. Emmeiier. 

âbëo. is, ïi ïtum, ire, intr. S'en 
aller, se retirer. 

âhorrëo, es, ûi, ère, intr. Être 
éloigné ; différer (de). 

âbïês. ètis, f. Sapin. 

abrâdo, îs, ràsi, râsum, râdère, 
~tr. Ra^:or. 

Abraham, n. pr. m. indécl. Abra- 
ham. 

abrâsus, a, um, part. pass. de 

ABRADO. 

abstïnentïa, s, f. Désintéresse- 
ment. 

abstïnëo, ê.s. thiid, tentum tïnêre, 
tr. Ecarter ; abstinere manus a se, 
ne pas porter les mains sur soi , — 
intr. S'abstenir. 

absum, es, âbfiii, àbesse, intr. 
Être absent, manquer. 

âbundantïa, se, f. Abondance. 

âbundo, às,^ doi, âtum, are, intr. 
(avec l'abl.]. Être riche en, regor- 
ger de. 

âc, coni. (devantuneconsonne). — 
1. Et; — 1. Que (après idem, aihis). 

accedo, îs accessi, accessum, acce- 
dère, inlr. Approcher; s'approcher 
de accedere ad administrât ione7n , 
preudre la conduite de l'Etat ; acce- 
dere ad rempublicam, se présenter 
aux emplois publics. 

accessùs. ûs, m. Approche, 
accès. 

accïdo. is, îdi, ïdère, intr. Arri- 
ver, survenir. 

accïpïo, îs, accêpi, acceptum, 
accîpère, tr. Recevoir ; souffrir, 
essuyer (une défaite). 

accïpïtër, tris, m. Épervier. 

accola, X, m. Habitant; voisin. 



acctibo, as, are, intr. Être cou- 
ché à table ; être à table. 

accûrâtë, adv. Avec soin. 

accûso, as, avi, âtmn, are, tr. 
Accuser. 

âcër, àeris, acre, adj. Vif, actif, 
pénétrant; dur, acharné. 

acerbe, adv. Durement. 

âcerbûs, a, um, adj. Apre, vio- 
lent. 

âcëtum, i, n. Vinaigre. 

Achillês, is, n. pr. m. Achille 
(héros grec, fils de Pelée et de 
Thétis).' 

âcïës, àcîêi, f. Pointe ; force, 
vivacité (du regard) ; ligne de ba- 
taille ; bataille. 

Actïum, h', n. pr. n. Actium (pro- 
montoire d'Acarnanie). 

âcùo, îs, i, àcùtum, àciiëre, tr. Ai- 
guiser. 

ad, prép. (qui régit l'ace). Vers, 
près de, auprès de, chez, à , jusqu'à ; 
pour; après; d après; usque ad, 
]usqu'à ; ad idti7num, à la fin. 

âdëo, ïs, îi, îtum, ire, intr. et tr. 
Aller vers, aller auprès. 

âdeptus, à, um, part. pass. de 

ADIPISGOR. 

. âdhaerëo, es, haesi, hserère, intr. 
Être attaché à. 

âdhïbëo , es ûi, îtum, ère, tr. 
Mettre auprès ; adresser; employer, 
user de ; pratiquer. 

âdhùc, adv. Encore. 

âdïmo, îs, émi, emptum, îmère, 
tr. Enlever, ôtcr. 

âdipiscôr, êris, àdeptus, sum, 
âdîpisci, dép. tr. Obtenir, acquérir. 

âdïtûs, ûs, m. Accès. 

adjïcïo, îs, jêci,jectum jîcère, tr. 
Ajouter. 

adjùvo, as, jùvi, jùium, jiivâi-e, 
tr. Aider. 

adlôquor. Voir alloquor. 

administràtio, ônis, f. Adminis- 
tration, gouvernement. 

admirâbïlïs, c, adj. Admirable. 

admitto, 'is, nâsi, missum, mittère, 
tr. Commettre (une mauvaise 
action). 



LEXIQUE LATl.N-IKANCAlfî. 



231 



admôdum, ailv. Tout à fait, 
beaucou[.. 

admôvëo, es, môvi, môtum, mô- 
rcre, tr. Ap[>rocher-, mettre la main 
à ; employpr. 

âdôlescens, entis. Voir adules- 
cens. 

âdôlescentïa. j?, f. Voir adules-* 

CENTIA. 

adspïcïo. Voir ASPicio. 

adsto, ôs, stîti, stdre, intr. Être 
auprô> ; être présent. 

adsum. es, mlfiii, àdesse, intr. 
Être présont; être à; être favo- 
rable. 

âdùlescens, entis, adj. Jeune ; 
subst. m., ailolescont. jeunehomrae. 

âdûlescentïa, x, fém. Adoles- 
cence, jeunesse. 

advënïo. is, ré ni, ventum, vènire, 
intr. Approcher, arriver. 

adventùs. ùs, m. Arrivée. 

adversàrius, a, tim, adj. Con- 
trairt>, o[ppo.so; nrivt'rsarius, ii, m., 
adversaire, ennemi. 

1. adversusct adversuin,prép. 
(qui régit l'ace). Ku face de ; contre ; 
envers. 

2. ad versus, n. um, adj. Con- 
traire, ennemi ; malheureux; adver- 
ST res, l'adversité; adversa,onim,ï). 
pi., malheurs. 

advôco. ôs âoi, àtuvi, are, tr. 
Appeler, convoquer. 

advôlo, «•«, dri, ntum, are, intr. 
Voler vers, .iccourir. ^* 

aedês <;t aedis, is, f. Temple. X\i 
plur., xde.s, iitin, maison. 

sedlffcàtio, ôni.t, f. Bâtiments en 
construction, maison (confortable/. 

sedinclum. ù, n. Bâtiment (quel- 
conque), maison, édilice. 

sedïfico, as, dvi, àlion, are, tr. 
l'atir. consliuire. 

.Sgseus, a, nm, adj. de la mer 
E,i,'''0. .Lijxum mart, la mer Egée. 

aegër. (/rd, ymm, adj. Malade. 

aegrïtûdo, dïnis, f. Souci, cha- 
. :;ii. 

aegrôtus, a, ion, adj. Malade, 
soutirant. 

.ffigyptus. i. n. pr. f. L'Éjryptc. 
contrée do l .\iriqi!e. 

.Almïlius. li, n. pr. m. Emile 
(nom ronia ni.,— 1. Lucius /Emilius 
l'aulus (Paul-Emile), tué à Cannes. 
— 2. -Kmilius l'nuius. tlls du précé- 
dent, vainqueur do Porsee. 



aemùlàtïo. o:iis, f. Emulation, 
désir d'égaler. 

.Œôllus, a. vm, adj. Éolien ; 
.Eolix iusulse, les îles Lipari. 

1. sequâlis, e, adj. De même âge, 
contemporain. 

2. œquâlis, is, m. Contemporain; 
camarade. 

aequâlitër, adv. Également. 

aequê, adv. Également. 

aequitas. dtis, f. Equité. 

aequo, ds, âvi, dtuvi, are, tr. Ren- 
dre égal. 

aequus. a, um, adj. Égal; 3equo 
oniiiio, avec résignation. 

âêr, dèris, m. .Air. 

aes, xris, n. Airain, bronze ; mon- 
naie. 

.Ssôpus, I, u. pr, m. Ésope, fabu- 
liste grec. 

aestâs, dtis, f. Été, 

aetàs. dtis, f. .Age ; vie ; temps. 

aeternus, a, um. adj. Éternel. 

.ffitnâ. X, n. pr. f. Etna, volcan 
de Sicile. 

aevum, », n. Éternité; (longue"» 
durée ; vie. 

affectûs, m. m. Affection, ten- 
dresse. 

affëro. affers, attitli, alldtum. 
afferre, tr. Apporter. 

affïclo. îs, affèci, affectum, afft- 
cère, tr. Frapper, accabler de. 

afflàtûs, ùs, m. Exhalaison, ha- 
leine. 

afflûo, îs, affliixi, affliucum, af- 
fliière, intr. Aftiuer, regorger do. 

Afri, ôrum, n. pr. m. pi. Les Afri- 
cains, habitants >ie l'Afrique. 

Afrtca, X. n. pr. f. L'Alrique. 

Agâthoclës. is. n. pr. m. Aga- 
thocie, tyran du Syracuse. 

âgellus, i, m. Petit champ. 

âgër, (/ri, m. Champ; campagne. 

aggrëdïor, èris, gressus sum. 
fjrèili, tr. dép. — 1. Attaquer; — 
i. Entreprendre. 

agnosco, Tv. hôvi, mlum, noscère. 
tr. lUNonnaitre. 

agnus, t, m. Agneau. 

âgo, if, éqt, actuni, àqère, tr. — 

1. pousser, taire avancer, mener; — 

2. Faire, agir; — 3. l>ass-*r (lo 
temps» ; — 4. l*laider (tme cause). 

agrestis, e, adj. Champêtre ; 
grus^icr. 



LEXIQUE LATIiN-I.JUXCAIS. 



agiucola, a?, m. AgricuUeur, 
laboureur. 

agrïcuUûra, x, f. Agriculture, 
labouratre. 

Agr-ïgentum, i, n. pr. n. Agri- 
gcnto, ville (le :Sicile. 

âio, àls, V. (lôfect. Dire, aflirmcr. 

âla, se, (. Aile. 

alâcër, cm, crè, adj. vif, prompt; 
joyeux. 

Alâni, ôrum, w. pr. m. pi. Les 
Alaius, peuple scythe. 

alauda, x, f. Alouette. 

Alba, X, n. pr. f. Albe, ville du 
Lntiuni. 

Albàni, ôrum, n. pr. m. pi. Les 
Albains, habitants d'Albe. 

Albis, /5,n. pr. m. L'Elbe, fleuve 
de Germauie. 

Albûla, X, n. pr. f. Albula (ancien 
nom du Tibre). 

albus, a, tim, adj. Blanc. 

Alcibiàdês. is, n. pr., m. Alci- 
biade, illustre Athénien. 

Alexandër, dri, n. pr. m. 
Alexandre (le Grand), roi de Macé- 
doine. 

âlïênïgëna, x, m. Étranger. 

àlïênus, rt, iim, adj. D'autrui, 
étranger; alienum, i,n., le bien d'au- 
trui. 

âlïquandô, adv. Une fois ; autre- 
fois. 

ârïquïs, qiid, c/idd, prou, et quel- 
quefois adj. Quelque, quelqu'un, 
(jnelque chose. 

âllquô, adv. Quelque part (avec 
moaueinent). 

âlïquôt, pîur. indécl. Quelques- 
uns, quelques. 

alïtër, adv. Autrement. 

âlïandë, adv. D'ailleurs. 

âliùs, dlïà, àliuf]. adj. et pron. 
Autre; un autre; différent; l'un... 
l'autre; les uns... les autres; alios 
alla délectant, les uns aiment cer- 
taines choses, les autres en aiment 
d'autres. 

Éi\\\a,x,n. pr. f . Allia, petit fleuve 
du Latiuni. 

allôquor, ér/.9, lôcùlus sum, lôqui, 
tr. dc|». .adresser la parole à. 

almus, a, um, adj. Nourrissant. 

âlo, is, àlid, àlîtum et nllnm, 
àlère, Ir. Nourrir, alimenter, faire 
vivre. 

Alpes, inm, n. pr. f. i)l. Les .Vlpes, 
Cioi;tagucs d Europe. 



altar, àris et altâre, is, n. ; et 
plus souvent au \)\in\ allaria, iutn. 
Grand autel, autel. 

altê, adv. Haut. 

altër, tara, tèmm, adj. et pron. 
L'un des deux, l'autre, autre ; l'un... 
l'autre. 

alt'itùdo, hùs, f. Hauteur. 

altus, a, um, adj. Haut, élevé. 

âlumnus, i, m. Nourrisson. 

alvëus, /, m. Creux, lit d'un 
fleuve. 

alvus, /, f. ventre. 

amans, antis, part, et adj. Qui 
aime ; dévoué. 

âmârus, a, um, adj. .-Vmer. 

Amâsis, is, n. p. m. Amasis, roi 
d'Egypte. 

ambïtûs, ùs, m. Circonférence, 
circuit. 

Ambrâcïensis, e, adj. D'Am- 
bracie. 

âmïcïtïa, X, f. .\mitié. 

1. âmïcus, «,!«?«, adj. Ami, favo- 
rable. 

2. âmïcus, i, u). Ami. 
âmitto, is,viîsi, missum, mitière, 

tr. Perdre, laisser échapper. 

amnis, is, m. Fleuve. 

âmo, as. âni,âlum, are, tr. Aimer. 

âmœnïtâs, âtis, f. Agrément, 
charme. 

âmœnus, a, um, adj. Agréable, 
charmant. 

âmôr, ôris, m. Amour. 

Amphiôn, ôni!^, n. pr. m. Am- 
phion, fondateur de Thèbosetépoux 
de Niobé. 

amphôra, x, f. Amphore, grand 
vase où l'on mettait le vin. 

am-plector, èris, plexus su7n,plecti, 
tr. dép. Eml)rasser; renfermer. 

amplïfico, ds, dvi, âtum, dre, tr. 
Agrandir. 

ampliiis, adv. Plus, davantage. 

amplus, a, um, adj. Ample, 
grand, étendu ; important. 

ampiito, ds, âti, dtnm, dre, tr. 
Couper. 

an, adv.etconj.interrog.— 1. Ou; 
2. Si, ou si ; — 3. Est-ce que ? 

Anâcharsis, ïd'is, n. pr. m. Ana- 
charsis, philosopiie scythe. 

anceps, (incljnlis, adj. Incertain, 
doul(;ux. 

aiiCilla, X, f. Servante. 



LKaI'JI i: l.\TI.N-î r.AM 



■2r.i 



Ancus. !. n. pr. m. Ancus Mar- 
tiiis. roi (!e Uoiiio. 

Andrôclês. is et Andrôclus, ». 
n. \v. ni. -Vuilroclos, esclave. 

anguis. is. ni.etf. Serpent. 

angûlus. /, ni, Coin, angle. 

angustus, a, tan, adj Étroit. 

tinïma. .r. f. Souffle, vie, âme. 

ànïmâl. nlis, n. Klre animé, ani- 
mai, hé te. 

ânînius. /. m. Ame, esprit; cœur, 
courage. 

annôna. œ. t'. Récolte. 

annôsus. a, um, a<lj. Vieux. 

annùlus. i. ni. Anneau. 

annus. /. m. An, année. 

annùus. a, um, adj. .Annuel. 

). antë. adv. Avant, auparavant. 

2. ante, pré,-), (qni régit l'ace). 
Avant, devant; plus que ; de pré- 
férence ;\ ; (Dite diias lioras, il y a 
deux heures. 

antëcëdo. ïs, cessi, 0€ssH7n, cê- 
(lùre, iiitr. et tr. Précéder; surpas- 
ser. 

antéfërendus, a, um, part, lutur 
pas^. de .^NTEFERO. Préférable. 

antëfëro. fers, (ùli, lâtum, ferre, 
Ir. Prf'tércr. 

antëquarn, conj. Avant que. 

Antiôchia. se, n. pr. f. Auliochc, 
capitale de la Syrie. 

Antïôchus, ?, n. p. ni. Antio- 
chus, roi de .Syrie. 

Antiphôn. onlis, n. pr. ni. Anli- 
phon. interprète des songes. 

antiquitûs, adv. .Anciennement, 
autrefois. 

antiquus. a, um, adj. Antique, 
ancien. 

Antônïus. ù, n. pr. m. .Antoine; 
' ( /iiirticnlier, le triumvir. 

2inùs ùs, f. Vieille femme. 

cipër, apri, m. Sanglier. 

âpërto, is, nperùi, àpcrlum. tt/iè- 
rire, tr. Ou\ rir, découvrir; frayer 
(un chemin). 

apex, àpicia, m. Pointe, sommet. 

apis, is, f. Abeille. 

Apollo, 'mis, n. pr. m. .\poIlon, 
dieu des l)eaux-arls. 

appârëo. es, ùi, ilum, t're, intr. 
A[ii)arailr.', so montrer ; fly;y,«rf/, il 
est évident. 

1. appello, ds, âri, âtinn. are, tr. 
Adresser la i>arole à ; appeler, nom- 
mer. 



1. appello. is. piili, puifuin. pel- 
lère. tr. et intr. Diriger vers ; abor- 
der ; nu passif, aborder. 

apricor. âris, âtus sam, âri, intr. 
dép. ."se chautTer au soleil. 

aprïcus, a. um, adj. Exposé au 
soleil. 

apto, as. âvi, âtum, are, tr. .Appli- 
quer, adapter. 

aptus, a,Hm, adj. Propre a, apte, 
à, bon pour. 

ëpûd, ytrép. (qui régit l'ace). 
Prés de. chez, dans. 

aqua. a?, f. Eau. 

âqulla. cP. f. Aigle. 

Aquïtâni, ôrnm, n. pr. ni. pi. 
Les .Aquitains, habitants de l'Aqui- 
taine. 

Aquïtânïa, x, n. pr. f. L'.Aqui- 
taine, province de la Gaule. 

âra, a?, f. Autel. 

arâtôr, Gris. m. Laboureur. 

arâtrum, /, n. Charrue. 

arbïtër. (ri, m. Juge, arbitre. 

arbïtrïum. îi. n. Décision ; vo- 
lonté, gré. 

arbïtror, âris, âtus sum, âri. tr. 
dép. Être d'avis, penser. 

arbôr. ôris. f. Arbre. 

arcëo. rs, iii. ère. tr. Éloigner. 

Archïmëdës. i*, n. pr. ni. Archi- 
mède, célèbre géoniètro de Syra- 
cuse. 

arcûs, ùs, m. Arc. 

ardens. entis. adj. Brûlant, ar- 
dent. 

ardëo, es, arsi, arsum, ardêrr, 
intr. Brûler, être en feu; être en- 
flammé (d'une passion'. 

ardôr, ôris, m. Feu, ardeur. 

ardiius, a, um, adj. Elevé, es- 
carpé. 

ârêna. a?, f. Sable; désert ilo 
sa))le. 

ârënôsus, a. um, a Ij. Plein do 
sable, sal)lonneux. 

ârëo. rs, ùi. ère, intr. Être sec. 

argentëus, n. um. adj. D'argent. 

argentum, ». n. Argent. 

ârldus, rt. um, adj. Sec, aride. 

ârïès, rtis, ni. Bel. or. 

Ariovistus. i. n. pr. ni. Ario- 
viste. chef des barbares de Germa- 
nie vaineus par César. 

ârista. r, f". Ê|»i do blé. 

Aristïdês. is ou », n. pr. m. .Vris- 
litle, lUusliJ Alhéuien. 



23^ 



LEXIQUE LATIN-FRANÇAIS. 



ÀristÔgïtôn, ônis, n. pr. m. Aris- 
togitou, un des meurtriers d'IIip- 
parque. 

arma, nrum, n. pi. Armes. 

armârïum, a, n. Armoire. 

armâtûra, se, { Armure. 

1. aruiâtus, a, um, part. pass. de 
AKMO et adj. Armé; armati, orwn, 
m. pi., Iiommes armés, soldats. 

2. armâtùs, us, m. Équipement, 
armement. 

Armënïi, nîôrimi, n. pr. m. pi. 
Les Arméniens, habitants de l'Ar- 
ménie, contrée de l'Asie. 

armentum, i, n. Troivpeau de 
gros bétail. 

armïgër, gèri, m. Écuyer. 

armo, as, clvi, âtum, are, tr. Équi- 
per, armer. 

âro, as, âvi, âtum, are, tr. La- 
bourer. 

ars, artis, f. Art, science ; mé- 
tier; habileté; arles libérales, artes 
ingenux, les arts libéraux. 

artïfex, [œis, m. Artiste, artisan, 
ouvi-ier. 

ârundo, ïnis, f. Roseau. 

Aruns, untis, n. pr. m= Aruns, fils 
de Tarquin le Superbe. 

Arverni, ônim, n. pr. m. pi. Les 
Arvernes, peuple de la Gaule. 

arvum, i, n. Terre labourée, 
champ. 

arx,(T>-c/s, f Citadelle. 

âsellus, i, m. Anon, âne. 

Asïa, 3}, n. pr. f. L'Asie. 

âsïna, X, f. Anesse. 

âsïnus, /, m Ane. 

aspër, 2>èra, pêrum, adj. Apre, 
rude ; dur. 

aspïcïo. ïs, pexi, pecturn, pïcère, 
tr. Regarder; apercevoir, voir. 

assigne, as, âvi, âlum, are, tr. 
Donner en partage, attribuer. 

assuesco, ïs, suêvi, suêtum, sues- 
cère, intr. S'accoutumer. 

assuëtus. a, um, part. pass. de 
ASSUESCO et adj. Accoutumé. 

astrum, i, n. Astre. 

Astyagës, is, n, p. m. Astyago, 
roi des Mèdes. 

âsylum, i, n. Asile. 

ât, conj. Mais, au contraire. 

âter, Ira, Irum, adj. Noir, obscur. 

Athénse, ârum, f. pi. Athùncs, 
capitale de l'Attique. 



Athënïensës, 'ium, n. pr. m. p!. 
Les Athéniens. 

Athënïensis, e, adj. D'Athènes, 
Athénien. 

athlëta, X, m. Athlète. 

Atlas, antis, n. pr. m. Atlas, roi 
de Mauritanie. 

atquë, conj. (qui se met surtout 
devant les voj^elles). Et; et même. 

atquî, conj. Or; au reste; eh 
bien. 

attentus, a, um, adj. Attentif. 

1. Attïcus, a, um, adj. De l'Atti- 
que, d'Athènes, Athénien. 

2. Attïcus, ?. n. pr. m. Atticus 
(Pomponius), ami de Gicéron. 

Attîlïus, ïi, n. pr. m. Attilius 
(Régulus), général romain. 

attrïbùo, îs, i, bidum, bùêre, tr. 
Attribuer. 

attûli, parfait de affebo. 

auceps, ciipis, m. Oiseleur. 

auctôr, ôris, m. Auteur, insti- 
gateur. 

audâcïa, x, f. Audace, hardiesse, 
courage. 

audactër, adv. Hardiment. 

audëo, es, ausus siim, audëre, tr. 
Oser, tenter. 

audïo, îs, îvi et ïi, Uum, Ire, tr. 
Entendre, écouter : apprendre par 
ouï-dire; entendre dire, entendre 
parler. 

audïtiis, ùs, m. Ouïe; action d'en- 
tendre. 

augëo, es, auxi, auctum, augère, 
tr. Accroître, augmenter. 

aura, x, f. Air; souffle. 

aurâtus, a, um, adj. Doré. 

aurëus, a, um, adj. D'or. 

auriga, x, m. Cocher. 

auris, is, f. Oreille. 

aurôra, x, f. Aurore. 

aurum, i, n. Or. 

auspicïum, ïi, n. Auspice, pré- 
sage ; auspicia habere, prendre les 
auspices. 

ausus, a, um, part, passé de au- 

DEO. 

aut, conj. Ou, ou bien; et; ni 
(après une première propositiooi 
négative). 

autem, conj. Mais, quant à; or. 

autumnus, i, m. Automne. 

auxi, pari", de augko. 

auxïlium, ïi, n. Aide, secours ; 
au.cilia, troupes auxiliaires. 



LEXIQLI. LATIN-FIIANKAIS. 



23.-] 



âvârïtîa. «, f. Avarice. 

âvârus, (I, um, adj. Avare. 

âvêna, œ, (. Avoine, chalumeau. 

Aventïnus, i, n. pr. m. Le mont 
Aveiitiu, colline de Rome. 

âversus. n, um, part, passé de 
AVKRTO. Détourné ; qui marche à 
reculons. 

âverto. r*, j, versw», vertève. tr. 
Détourner, dérober. 

âvïdus, a, l'in, adj. Avide. 

avis, is, f. Oiseau. 

âvÔlo, as, ûvi, àltan, are, intr. 
S'envoler. 

axis, j*. Kssieu; axe (du monde). 

Axôna, se. n. pr. f. L'Aisne, 
rivière de la (Jaule. 

âvuncùlus, /, m. Oucle maternel. 

âvus, I, m. Aïeul, grand-père. 



B 



Bâbylônla, a?, n. pr. f . — 1. La 

Bab^lonic; — 2. La ville de Baby- 
lone. 

Bâbylônïus, a, um, adj. Baby- 
lonien. 

bacca. a-, f. Baie, menu fruit. 

Bacchus. J. n. pr. m. Bacchus. 
dieu de la vijriie. 

Bactrïâna, j?, n. pr. f. La Bac- 
triam;. province de l'empire des 
Pcisos. 

Bactrïânus. a, um, adj . de la 
Bactriari'-. 

Bâgrâda, a», n. pr, m. Le Ba- 
grada, tieuvc de Numidie. 

Bâiae, âmui, n. pr. f. pi. Baies, 
ville de Can>pauie. 

bâjûlo, as, are, tr. Porter (un 
fardeau). 

bàjûlus, », m. Portefaix. 

bàlâtûs. us, m. Bêlement. 

bâlista, a', f. Baliste, machine de 
guerre. 

bâlo, as, âvi, âtum, are, intr. 
Bèlor. 

balsâmum , i, n. Baumier; 
baume. 

Barbâri, ûrum, m. pi. Les Bar- 
bares, peuples qui ne sont ni Grecs 
ni l.ntins. 

barbàricus, a, um, adj. Barbare. 
etr;iii^'«'r. 

barbarus, n, um, adj. Étranger. 
b;irbar.'. 



Bercani. ôrum, n. pr. m. pi. Les 
Barcaniens, peuple voisin de la mer 
Caspienne. 

bëâtus.r/, «»>, adj. Heureux, par- 
t'aiteiiient heureux. 

bellïcôsus, a, um, a Ij. Belli- 
queux. 

bellicus. a, um, adj. De guerre, 
militaire. 

bellila. a?, f. Animal de grande 
taille, béte féroce. 

bellum, i, n. Guerre. 

belua. Voir bkllua. 

bënë. adv. Bien, convenable- 
ment; heureusement : 6e«iï meren, 
rendre service ; bene vii^reri de pa- 
tria. bien mériter de la patrie. 

bënëfactum. i, n. Bonne action, 
bienfait. 

bënëfïcïum. u, n. Bienfait, ser- 
vice. 

bënëvôlus, a, um, adj. Bienveil- 
lant. 

bënignus, rt, um, adj. Plein de 
bonté, bienfaisant. 

bestïa. X, f. Béte. 

bïbliôthêca. a?, f. Bibliothèque. 

bibo. Is. i. ère, tr. Boire. 

bipennis, is, f. Hache à deux 
tranjluints. 

bKtùmën. mhiis, n. Bitume. 

blandior, iris, îlus sum, îri, intr. 
dép. Caresser, flatter. 

blandïtïse, ârum, f. pi. Caresses; 
llatteries. 

blandus. a. um, adj. Caressant, 
tlatteur; insinuant. 

bônum, ». n. — L Le bien, Ihon- 
néte; — 2. Bien, avantage. 

bonus, a, um, adj. Bon, honnête; 
avantageux; bon pour; vir boitvs, 
honnue de bien ; boni, les hommes 
do bien. 

bôs. hôris, ni. et f. Bœuf; vache. 

brâchium {bracchiuvi) , ti, n. 
bras. 

brëvî. adv. Bientôt, en pou do 
temps. 

brëvis. f, adj. Cotirt. petit. 

brëvïtÔr, aiiv, Brièvemont. 

Brltanni. ônim, n, pi-, m. ni. 
Les Bretons (habitants do laGrando- 
Hret.ignei. 

Brïtannîa. «•, n. pr. t. La Breta- 
gne. .\iig;et-rro. 

Brundïstum, (I, n. pr, n. Briii- 
des. vilU' lie Calabre, auj. Brindi.si. 



23G 



LE X I Q r II LAT I N -F It A N C A I S . 



Br-utus, /, 11. pr. m. Bi-iUus (Lii- 
cius Junius), premier consul de 
Komc. 

bûbïle, is, n. Êtable à bœufs. 

bûbulcus, /, m. Bouvier. 

Bùcëphàlus, î, n. pr. m. Bucé- 
phale, cheval favori d'Alexandre !e 
Grand. 

Burdïgala, x, n. pr. f. Bordeaux. 

bustum, /, n. Bûcher. 

Byzantïi {Dyzantlni), ôrum. n. 
pr. m. pi. Habitants de Bjzancc 
(Constantinoplc). 



c. Abréviation du prénom romain 
Caius ou Gaius. 

Câcus, (', 11. pr. m. Gacus, bri- 
gand tué par Hercule. 

cadâvër, vr'tris, n. Cadavre. 

cado, 'ts, cèc'uJi, câsom, càdèrc, 
ivAv. 'J'oinber; tomber mort, périr. 

cadùcus, a, um, adj. Fragile. 

cadus, /, in. Jarre (où l'on gardait 
le vin) ; baril. 

cœcus, a, um, adj. Aveugle. 

caadès, is, f. Action d'abattre, 
mcu.-lre. 

cœdo, <v, cecïdi, r.sesum,c3edère, tr. 
Abattre ; tuer. 

cselâtus, «, um, part, passé de 
C-ELO, Ciselé, orné. 

cselestis, e, adj. Céleste. 

caelo, rt.s, âoi, cltum, are, tr. Cise- 
ler ; orner. 

cœlum. i. n. Ciel ; climat. 

Caesar, àris, n. pr. m. (Jule^) 
César, général et dictateur romain. 

cœsârïés, êî, f. Clievelure. 

caes-pes,pïti.'i,m. de gazon. Gazon, 
inotle de «^azon. 

c^sus, n, um, part, passé de 
CvEDO. Tué. 

Câiêta, se, n. pr. f. Caiète, ville 
d'Italie. 

Câius, ;/, m. Caius, prénom 
romain. 

càlàmïtôsus, a, um, adj. Désas- 

tîCUX. 

calcàr, âris, n. Éperon. 

càlendae, âru»t, f. pi. Calendes, 
pro:i]ier jour du mois à Rome. 

càlidus, n, um, adj. Chaud. 

cbllgo, liiia, f. Obscurité. Ténè- 
bres. 



callïdë, adv. Habilement ; avec 
ruse. 
caHiditâs, âlis, f . Habileté ; ruse. 

callïdus, a, um, adj. Habile; 
rusé. 

câlôr, ôris, m. Chaleur. 

calvus, a, i»»,adj. Chauve. 

calx, calcix, f. Pied (de Thomme 
et des animaux). 

Cambysês, îs, n. pr. m. Cam- 
byse, fils et successeur de Cyrus. 
câminus, i, m. Fournaise. 

Campânïa, se, n. pr. f. Campa- 
nie, contrée d'Italie. 

campestër, tris, tre, adj. de 
plaine. 

campus, (, m. Plaine, champ cul- 
tivé. 

cancer, cri, m. Crabe. 

candïdus, a, um, adj. Blanc. 

cânis, is, m. et f. Chien, chienne. 

Cannensis, e, adj. de Cannes. 

canôrus, a, um, adj. Sonore, 
retentissant. 

Cantïum, n, n. pr. n. Cantium, 
contrée de la Grande-Bretagne 
(auj. Kent). 

canto, âv, àoi, àlum, are, tr. et 
intr. Chanter. 

cantùs, lis, m. Chant. 

câpër, pri, m. Bouc. 

câpillus, i, m. Cheveu, cheve- 
lure. 

câpïo, îs, cêpi, captum, càpère, tr. 
Prendre, s'emparer de, faire prison- 
nier; recevoir, recueillir. 

câpïtâlis, e, adj. Qui en veut à la 
vie; mortel. 

Câpïtôlïum, a, n. pr. n. Le Ga- 
pitole, forteresse et temple de Jupi- 
ter à Rome. 

caprâ, ss, f. Chèvre. 

captivus, a,um, adj. Captif. 

capto, as, âvi.âtum, are, tr. Cher- 
cher à [ircndre ; prendre. 

Câpùa, se, u. pr. f. Gapeue, ville 
de Campanie. 

câput, càpllis, n. — 1. Tête ; — 
2. Capitale. 

carbâsus, ?'. f. et au plur. car- 
basa, ôrum, n. Vêtement de lin. 

carbo, unis, m. Charbon. 

cârëo, es, ùi, cre, intr. Manquer 
de ; se jiasser de. 

câro. cni-Dis, f. Clinir. 

CaTthâgïnïenijis, e, adj. De Car- 



LEXIQIL lATIN-FllANÇAlS. 



thagc, Carthaginois ; Carthafiinien- 
sfs, ium, ui.pl., les Carlhagiuois. 

Carthâgo, j»i/.<?, n. i)r. f. Car- 
thag.N viilu d'Afrique. 

càrus. a nm. aij. Cher, chéri. 

câsëus, i, m. Fromage. 

Caspius, a, un), adj. Caspien. 
Caspiiun mare, la mer Caspienne. 

casàis, 14. m. Kilets, rets. 

castra, 6ru)ii,n. pi. Camp. 

câsûs, ùs. m. Chute; liasard; 
malheur. 

catapulta, se, f. Catapulle, ma- 
chine <l.î guerre. 

Càto, ônis. n. pr. m. Caton (l'.Vn- 
cicn ou le Censeur). 

cauda, x, f. Queue. 

caulis, is, m. Tige. 

causa, a?, f. — l. Cause, motif; 
causa, à cause de, en vue de, pour; 
— -2. Procôs, plaidoyer. 

cautus, a icm, part, passé de 
c.WKO et adj. Prudent. 

câvëa, se, f. Cage. 

câvëo. es, cdvi, cnutum, càcére, tr. 
et iutr. Eviter, se uiérierde, prendre 
ses précautions contre, prendre 
garde; cnrere ne (avec le subj.), 
prendre garde do ne pas. 

câvevna. a?, f. Cavité, fente, 
caverne. 

câvus, a, uni, adj. Creux ; cava, 
ni'inus, creux do la main. 

cëcYdi, parf. de cado. 

cëdo, s. cessi, cessant , cédère, 
intr. S>c retirer ; être inférieur, être 
vaincu. 

cedrus, i, f. Cèdre, arbre rési- 
neux. 

cëlëbër, firit, bre, adj. — 1. Fré- 
tiueiité, populeux; —i. Célèbre, 
Illustre. 

cëlër, ci'is, ère, adj. Prompt, 
rapiile. 

oëlërttâs. âtis, f. Promptitude, 
vilc^ise. 

Celtae, drum, n. pr. m. pi. Le<i 
Celtes, une des trois grandes tribus 
gauloises. 

Celtlbëri. ôrum, n. pr. m. pi. Les 
Celtihéres, peuple d'Kspague. 

cêna,a?, f. Diner, repas du soir. 

censÔr, ôris, m. Censeur; cri 
tique. 

censôrïus, a, um. adj. Qui a été 
censeur : (Caton) le Censeur. 

censûs. i/«, w, Rceensement. 

COÎIS. 



237 
ur.i, adj. Cin- 



centêsinius. 
tièuie. 

centum, nom de nombre. Cent, 
cêpi. part', de caimo. 

Cerbërus. i, n. pr. m. Cerbère, 
chien qui gardait les enfers. 

cërebrxini, i. n. Cerveau, cer- 
velle. 

Cërës. è/'i.9, n. pr. f. Cérès, déesse 
de l'agricullure. 

certâmën. yuinis. n. Combat, 
lutte. 

certë. adv. Cerlainemeut ; du 
moins. 

certo, as. âvi, dlum, dre, intr. 
Combattre, jouer. 

certus. a, uni, adj. Certain; fixe, 
déterminé; sûr, digue de conliance. 

cervix. vicis. f. Derrière du cou; 

cervus, i, Cerf. 

cessi, parf. de cedo. 

cesso. di, dii, dtum, dre, intr. 
Cesser d'agir ; être oisif. 

cêtërum, adv. Du reste, d'ail- 
leurs. 

cêtërus, a, um, adj. (Nom sing. 
inasc. peu usité.) Qui est de reste; 
ceteri, ôrum, les autres (lionimes); 
Cf/era, les autres choses. 

ceu, couj. Ainsi que, comme. 

charta. x, f. Feuille de papier. 

Chàrybdis js. n.pr. f. Charybde, 
gouffre entre la Sicile et l'Ilalie. 

Chemnis, is. f. Chcmnis, ile d'un 
lac d'Egypte. 

Chersônësus, i, f. La Chcrso- 
nése (lie Thrace, presqu'île de Galli- 
|.oli). 

Chlmaera, a», n. pr. f. — 1. La 
Chimère (monstre fabuleuxj ; — i. 
Volcan de Lycie. 

Cbristus, i, n. pr. m. Le Ciirist. 

ctbus. I, m. Nourriture, aliment. 

cïcâda. X, f. Cigale. 

Cïcéro. o/ii.v, n. pr. m. (M. Tul- 
liuM. Cicérou, orateur et philosophe 
romain. 

cYcônYa, x, f. Cigogne. 

ctëo, es, ciri, cîtum, ctére, tr. 
Mouvoir ; provoquer, faire naître. 

Cïmo.etGïmôn. n. pr. m. Cimon, 
général atiiéiiien. 

Cincinnàtus, >, n. pr. m. (L. 
Quinctius). Cincinnàtus, romain 
célèbre par la simidicilé de ses 
nneur<. 

cïnis. U'-ris, m. C-'ndro. 



238 



LI'XIOUE LÂTLVFRANCAIS. 



1. circà, adv. Autour, à l'entour. 

2. circâ, prép. (qui régit l'ace). 
Autour de, dans les environs de. 

circïtër, adv. Environ, à peu 
près. 
circùïtûs, as, m. Circuit. 

1. circum, adv. A l'entour, de 
tous cotés. 

2. circum, prép. (qui régit l'ace). 
Autour de. 

circumcircâ, adv. Tout à l'en- 
tour. 

. circumpendëo, es, ère, intr. 
Etre suspendu autour. 

circumsto, stns, stëti, stâre, intr. 
et tr. Se tenir autour, entourer. 

circum vënïo, îs, veut, ventum, 
rènïre, tr. Entourer, environner. 

cïtërïor, ïus, compar. de l'adj. 
ci'ter. Qui est en deçà ; citérieur. 

cïtrâ, (prép. qui régit l'ace). En 
deçà de. 

cîvilis, e, adj. Civil, affable. 

cïvïlitâs,a/2i', f. Affabilité, cour- 
toisie. 

civis, is, m. Citoyen, concitoyen. 

civïtâs, âtis, f. Cité, ville; État; 
droit de cité. 

clâdës, is, f. Ruine, désastre, 
défaite. 

1. clam, adv. Secrètement. 

2. clam (prép. qui régit l'abl.). A 
l'insu de. 

clârus, a, ?/??i,adj. Clair ; brillant; 
illustre. 

classis, is, f. Flotte. 

Clastidïum, ïi, n. pr. n. Clasti- 
dium, ville de l'Italie septentrionale. 

Claudïus, ?«, n. pr. in. — 1. Clau- 
dius (Fulctinr), consul romain; — 
i^ L'empereur Claude. 

claudo, ïs, claiisi, clausum, clau- 
iU've, tr. Fermer ; enfermer. 

clâva se, f. Massue. 

GlëÔpâtra, x, n. pr. f. Cléopâtre, 
reine dÉgypte. 

Clitus, i, n. pr. m. Clitus, ami 
d'Alexandre, tué par lui, 

Cn. Abréviation du prénom ro- 
main Cnseus. 

Gôcalus, /, n. pr, m. Gocalus, roi 
de Sicile. 

Codrus, i, n. pr. m. Codrus, der- 
nier roi d'Athènes. 

cœpi, cœpisse, v. déf.îct. Je com- 
mençai, je commence ; cœperani, je 



commençais; cœpero, je commen- 
cerai. 

coërcëo, es, ùi, îtum, ère, tr. Ré- 
primer. 

côgïto, as, âoi, âtum, are, tr. Pen- 
ser à, songer à. 

cognômïno, as, âvi, âtum, are, 
tr. Surnommer. 

cognosco, ïs, iiôvi, nïtum, noscère 
tr. Connaître, apprendre, ' 

côgo, is, côêfji, côactum, cogère, 
tr. Pousser; rassembler; forcer, 

cÔhors, ortis, f. Cohorte. 

Collâtînus, i, n. pr. m. (Tarquin) 
Collatin. y ^ J 

colléga, se, m. Cellègue. 
collis, ?s, m. Colline. 
collôco, as, âoi, âtum, are, tr. 
Placer, poser. 
collôquïum, ïi, n. Entretien. 

collôquor, ëris, lôcùtussum, lôqui, 
intr. dep. S'entretenir (avec). 

collum, i, n. Cou. 

côlo, ïs, iii, cultum, colère, iv. Cul- 
tiver; honorer, adorer; pratiquer. 

côlôr, ôris, m. Couleur. 

côlûber, bri, m. Serpent; cou- 
leuvre. 

côlumba, se, f. Colombe. 

cblumna, x, f. Colonne. 

coma, se, f. Chevelure. 

commendo, as, âvi, âtum, are, 
tr. Conlier; recommander. 

commentârïus, à, m. Recueil de 
notes; au plur., mémoires, com- 
mentaires. 

comniercïum, ïi, n. Commerce; 
relations. 

commilïto, ônis, m. Compagnon 
d'armes, 

commmuo, ïs, i, mïnûtum, 7nï- 
niière, tr. Briser; détruire. 

com.mitto, ïs, 7nïsi, missum, mit- 
tère, tr. — 1. Mettre aux prises, 
engager (le combat); — 2. Com- 
mettre (une faute); — 3. Confier. 

commode, adv. Bien ; facilement. 

commôdum, /, n. Avantage, bien. 

comiïiôvëo, es, môvi, môtum, mô- 
vére, tr. Mouvoir ; exciter, causer. 

commûnïo, is, loi, îtum, ire, tr. 
Fortifier. 

commùnis, e, adj. Commun. 

cômo, ïs, compsi,comptum, cômère, 
tr. Arranger. 

compare, as, âvi, âtum, are, tr. 
Réunir; rassembler. 



LEXIQli: LATIN-FRA.N(;\1S. 



39 



compello, as, âvi, âtum, are, tr. 
Adresser la parole à, apostropher. 

complëo. es, éoi, êlum, ère, tr. 
Remplir ; coiiipléter. 

complûres, plûra, plûrh<m, adj. 
Plusieurs, l)eaucoup. 

compôno. îs, pôtùi, pôsïium. po- 
tière, tr. Mettre ensemble ; compo- 
ser, écrire; mettre en ordre, arran- 
ger. 

comprôbo, as, âvi, âtum, aie, tr. 
A|»pro.iver. 

complus, a, ttm, part, passé de 

COMO. 

concëdo, is, cessi, cessum, cèdère, 
intr. S>en aller; passer, tomber (sous 
la domination). 

concha. se, f. Coquille. 

concïdo, 13, i, ère, intr. Tomber, 
s'abattre. 

concïto, as, âvi, àlum, are, tr. 
Exe: ter. 

conclâmo, as, âvi, âtum, are, 
intr et tr. Crier ensemble; s'écrier. 

conclave, ««, n. Chambre. 

concordia, x, f. Concorde. 

concors corriis, adj. Uni de cœur ; 
qui e-t d'accord. 

concresco, îs, crèvi, crêtum, cres- 
c'-re. iulr. .'^o durcir. 

concrëtus. a, uni. part, passé de 
coNcuKsco et adj. Épaissi, durci. 

concûpisco. Is, aipîvi et ciipti, 
citpiluru, ci'jjiscère, tr. Convoiter. 

concurro. îs. cu}-ri (et rarement 
cùcurri).cursum, rurrère, intr. Courir 
ensemble, accourir. 

condlo, ui, lui et îi, itum, ire, tr. 
Embaumer. 

, condo, îs, dîdi, dîtum, dère, tr. 
Etaiilir. Condor, bâtir; élever. 

confëro, fers, tiili, coUntnm, con- 
ferre. tr. .Ajiporter ensemble; se 
conferre, se transporter. 

confestim, adv. A l'instant, sur- 
Ic-ciiaiiip. 

conficYo. îs, fcci, fectum, ficère, 
tr. — 1. Achever, accomplir; faire; 
— 2. l'orter lo coup mortel, tuer. 

confîgo, îs, fici, firum, fiyère, tr, 
i'orccr, tianspercer. 

confitëor. rris, fessus snm, fîtèri, 
tr. (iep. Avou'-r. 

conflagràtio, unis, f. Conflagra- 
tion, iiK'cndie. 

confligo. îs /lixi, flictum, flîgère, 
tr. et intr. Heurter; combattre. 



confôdlo, ïs, fô'li, fossurn. fôdére, 
tr. Percer de coups, massacrer. 

confûgïo, is, fùgi. fiujère, tr. So 
réfugier. 

congëro. îs. (jessi,gestum, gèrère, 
tr. Entasser. 

congrëdîor, èris, gressiis sum, 
grè'/i, intr. dép. Se rencontrer, en 
venir aux mains. 

conjectôr, ô>'is, m. Interprète 
(des sontres), devin. 

conjïcïo îs, jeci. jectum, jtcère, tr. 
Jeter, lancer. 

conjux, jiigis, m. et f. Époux, 
épouse. 

connîvëo. ôs. nîvi et nixi. nivêre, 
intr. Fermer les yeux. 

Cônôn, onis, n. pr. m. Conon, 
g«5néral athénien. 

cônor. âris, âtussuru, âri, tr. dép 
S'ert'orcer de. entreprendre. 

conscendo, îs, i. scensum, scen- 
dère. intr. et tr. Monter sur; s'em- 
barquer. 

conscïentïa, a?, f. Conscience. 

conscrLbo . is-, scripsi, scriptum, 
scribè>-e, tr. Inscrire, enrôler. 

consëdëo. es, sedi, sèdêre. intr. 
S'asseoir, se poser. 

consëquor èris, sècùtus sum. sè- 
fjui. tr. dép. .Atteindre ; acquérir. 

1. consëro, îs sèrùi, sertitm, sè- 
rère, tr. Entrelacer, joindre ; conse- 
rere manum, en venir aux mains. 

2. consëro. îs, sëri, sîtum, sèrère, 
tr. Planter, semer. 

conservâtïo, ônis, f. Action do 
conserver, action de sauver. 

consïdo, i*, sê<li, sessum, sidère, 
intr. .S'asseoir, se poser; considère 
hunii, se coucher à terre. 

consïlïum, îf, n. Délibération; 
sagesse, intelligence, ressource (de 
l'esprit) ; résolution, projet, dessein ; 
conseil, avis. 

consôlor. âris, âtus sum, âri, tr. 
dép. Consoler. 

conspectûs. ûs, m. Vue, regard. 

conspïcïo. îs, spexi, spectum, spi- 
cère, tr. Apercevoir, voir. 

constans, antis, adj. Constant; 
ferme. 

constantïa, r, f. Constance. 
fermeU>. 

constïtûo, îs,i, stitùtum. stituère, 
tr. Etablir, fixer; mettre en ordre 



240 



I.KXIOl'!^ LATIN-FR.V.NÇAIS. 



consuêtudo. tnis, f. Coulume, 
liabiLude; manière do vivre liabi- 
tiielle. 

consul, iilis, m. Consul, premier 
magistrat de Home. 

consûlâris, e, adj. De consul, 
consulaire; sul)st. m., consularis, is, 
consulaire, ancien consul. 

consûlo, ïfs, ici, sultum, sidère. — 
1. intr. Délibérer; veiller sur, mé- 
nager; — 2. tr. Consulter. 

consûmo. ?.9, sianpsi, sumptum, 
sùmère, tr. Consumer, tlépenser. 

consurgo, ïs. surrexi, surrectum, 
surgère, intr. Se lever. 

contemno, ïs, tempsi, temptum, 
temnère, tr. Mépriser, ne pas tenir 
comptai de. 

_contemptïo,ônîs,f. Mépris, indif- 
férence. 

contendo, is, i, tentum, tenrJêre, 
intr. — 1. Se diriger vers; — 2. Pré- 
tendre, affirmer. 

contentus, a, iim, adj. Content. 

contïnëo, es, ici, tentum, tïnère, 
tr. Contenir, enfermer; garder, 
conserver. 

contïnûus, a, iim, adj. Continu, 
continuel. 

1. contra, adv. Au contraire. 

2. contra, prép. (qui régit l'ace). 
En face de; contre ; contrairement à. 

contrâdictïo, ônis, f. Contradic- 
tion. 

contrâho, is, traxi, tractum, trà- 
hère, tr Rassembler, réunir. 

contrârïus, a, um, adj. Contraire. 

contûmëlia, as, f. Outrage, af- 
front 

convâlesco, ïs, vàliii, vàlescëre, 
intr. I^rendre des forces, recouvrer 
la santé. 

convënïô, is,vëm, ventum, ventre, 
intr. Venir ensemble. 

converro, is, i, versum, verrère, 
tr. Balayer, enlever. 

convivïum, ïi, n. Repas, festin. 

convivor, âris, âlus sum, âri, 
intr. dop. l^reudre un repas ; manger 
en commun. 

côôpërïo, ïs, pèriii, pertuni, pè- 
rïre,ti\ Couvrir entièrement, recou- 
vrir. 

côôrïor, êris, or tus sum, ôrïri, 
intr. dep. S'élever, se produire. 

Copia, a?, f. Abondance; provi- 
sions; richesse; au pliir., copiœ, 
aium, i., forces niilita.'rcs, ti'our^es 



1. côram, adv. Devant tons, pu- 
bliquement. 

^2. côram, prép. (qui régit labl.). 
En présence de, devant. 

Cordiiba, se, f. Cordoue, ville 
d'Espagne. 

Côrinthus, i. n. pr. f. Corinthe, 
ville sur l'isthme de ce nom. 

Gôrïôlânus, i, n. p». m. Goriolan 
(surnom du Romain Gaïus Marcius, 
vainqueur de Corioles). 

Côrïôli, ôrum, m. pi. Corioles, 
ville des Volsques. 

côrïum, ïi, n. Cuir. 

Cornélius, ïi, n. pr. m. Cornélius 
(Sylla). 

cornix, nïcis, f. Corneilh;. 

cornu, cornus, n. Corne ; aile 
(d'une armée). 

corpus. 73o;-?s, n. Cori)S ; être; 
corpulence. 

corrïpïo, is, rïpiii, reptum, rïpère, 
tr. Saisir, ravir. 

Corsïca, m, f. (1/îlc de) Corse. 

1. corvus, /, m. Corbeau. 

2. Corvus, i, n. pr. m. (Valerius) 
Corvus. 

Crassus, /, n. pr. m. Crassus, 
Romain très riche. 

crêber, bra, brum, adj. Fréquent, 
nombreux. 

credo, ïs, crèdïdi, crédïtum, crê- 
dère, tr. et intr. Croire (quelque 
chose, quelqu'un); penser. 

crëo, 05, âoi,âtum, are, tr. Cré^r, 
choisir, nommer. 

Crëta,a?,n. pr. f. Crète, île située 
au sud de la Grèce. 

Crëtenses, ïum, n. pr. m. pi. Les 
Cretois, habitants de l'île de Crète. 

crîmën, mînis, n. Accusation, 
grief 

crinis, is, n. Cheveu. 

crbcôdilus, i, m. Crocodile. 

Crœsus, /, n. pr. m Grèsus, roi 
de Lydie, fameux par ses richesses. 

crùcïo, as, âoi, ûtum. are, tr. 
Tourmenter. 

crûentus, a, um, adj. Sanglant. 

crûôr, ôris, m. Sang (qui coule 
d'une blessure). 

crûs, c;7?/-/.y, n. Jambe. 

cûbile, is, n. Lit. 

cûbitum, /, n., et cûb'îtus, i, m. 
Cou le ; coudée. 



LEXIOl E LATI.N-FRA.MJAIS. 



241 



CÛbo, ds, ùi, ilnm, are, iutr. Être 
couche. 

cûcurri. parf. de curro. 

cûlex, liris, m. Moucheron. 

culmus. I. ni. Chaume. 

culpa. x. f. Faute. 

culte, adv. Avec élégance, avec 
recherche. 

cultër, /)j, m. Couteau. 

cultûs. »9, m. Soin, culture; ma- 
nière (lo se vêtir; mœurs. 

1. cum, prép. (qui régit l'abl.). 
Arec. 

2. cum, conj. Quand, lorsque, 
comme, puisque. 

Cûm%. ânim. f. pi. Cumes. ville 
de Gampanie. 

cûmûlo, â<t, âri, dtum, are, tr. 
Accumuler, combler. 

cûnae. ârurn, f. pi. Berceau. 

cunctus. a, nm. adj. Tout, tout 
cii'.ior; r.uncti. tous; cuncta, tout, 
toutes choses. 

cùnicùlus, », m. — 1. Lapin; — 
2. Souterrain, terrier. 

cùpïdïtâs, dlis, f. Désir, passion. 

cùpïdus. a, iiin, adj. Désireux, 

passionné 'pour). 

cûpïo, îs, ici et îi, îtum, ère, tr. 
1) -sirer, souhaiter. 

cûr, adv. inteir. Pourquoi ? 

cura, dP, f. Soin; souci. 

ciirâtïo, ônis, f. Action de soi- 
gner; entretien. 

cùrïa. «, f. Curie, lieu des séan- 
ces du Sénat romain. 

cùro. «*, dvi, àtuDi, are, tr. Soi- 
gner; se soucier do. 

curro, h, citcurri, cursuin, civ- 
rrri\ intr. Courir. 

currûs, ?<v, m. Char. 

cursôr. ôris, m. Coureur. 

cursus, un, m. Course; cours. 

curvus. n, nm, adj. Courbé. 

custôdia. a\ {. Garde, surveil- 
lance ; pn•^on. 

custôdïo, îs, ivi et »/, iliim, ire. 
tr. (iardei- ; tenir emprisonné. 

custôs. ôilis, m. Gardien; garde 
(du corps). 

cùtïs. ».v, f. Peau. 

Cybèbê, ëx, et Cybêlé. es, n. pr. 
f. ('.\ béie mère des dieux. 

Cyclops. ')/""■. '»• Cyclopo, géant 
fabuleux. 



Cynïcus, », m. Cynique, philo- 
sophe de la secte de Diogène. 

Cyi'ënaB, dnim, n. pr. f . pi. Cy- 
rène. ville de l'Afrique ancienne. 

Cyrus. », n. pr. m. Cyrus, roi dos 
Mèdes <t dos l^crses. 

Cyzïcus, i,n. pr. f. Cyzique, ville 
de la l'ropontide. 



Daedàlus, ». n. pr. m. Dédale, 
célèbre architecte. 

damno. ds, dii, dtinn, dre, tr. 
Condamner. 

damiiuni. », n. Perte, dommage. 

Darius. î», n. pr. m. Darius (nom 
de plusieurs rois do Perse). 

de. prép. (qui régit Tabl.). De; 
sur, au sujet de. 

dëa, 3e, f. Déesse. 

dëbëo. es, in, îtitm, ère, tr. De- 
voir. 

dëbilïto, ds, dvi, dtum, dre, tr. 
Art'aiblir. 

dëcëdo, îs, cessi, cesstim, cêdcrc, 
intr. S'en aller ; mourir. 

dëcem, nom do nombre. Dix. 

dëcembër, bris, m. Décembre. 

dëcemplex. jiltcis, adj. Décuple. 

dëcem vïri. ^jn»7H. m. pi. Décem- 
virs, magistrats romains. 

dëcëo, es, iii, ère, tr. (ne s'emploie 
qu'à la 3* pers. du sing. de tous les 
temps). Convenir à. 

dêceptus, a. iim, part, passé do 

DEGIPIO. 

dëcemo, îs, crévi, crétum, cer- 
nère, tr. et intr. — 1. Décider, ré- 
soudre ; — 2. Décréter, décerner; 
— 3. Décider par les armes, coni- 
battre. 

dëcerpo, îs, cerpsi, cerpttn», cer- 
père, tr. Cueillir. 

dèc^do. îs, I, ère, intr. Tomber. 

dècYmus, a, itm, adj. DixFÔmo. 

dècïpïo, îs, cépi, cepliim, cîpère, 
tr. Tromper. 

dëclivis, e, adj. Qui va en pento, 
penché. 

dëc^O, ds, dvi. dtum, dre, tr. 
Honorer, célébrer. 

dëcôrus, a, »»»», adj. convenable : 
be.nu. lionorai>le. 

dècurro. îs, cun'i (et rarement 
cuLiirn). cursum ci currére, mtr. et 

u 



242 



LEXiyi E LATIN-FRANCAlS. 



tr. Descendre en courant ; parcou- 
rir, mener (une vie). 

dëcûs, côris, n. Honneur, gloire. 

dëdi, parf. de do. 

dêdo, ïs, dédidi, dêdîtum, dêdère, 
tr. Livrer, 

dëdùco, ïs, duxi, ductiim, dûcère, 
tr. Conduire, amener. 

dëfectus, a, um, part, passé de 
DEFicio et adj. Privé de. 

dëfendo, iv, /, fensum, fendère, 
tr. Défendre (la liberté, un accusé). 

dëfensïo, ônis, f. Défense, justi- 
fication. 

dëfëro, fers, tnlt, làtum, ferre, tr. 
Apporter, donner ; annoncer. 

dêfïcïo, is, fëci, fectum, fïcëre, 
intr. et tr. Abandonner, se séparer 
de ; manquer, faire défaut ; s'éclip- 
ser. 

dëfungor, èris,functus sum, fiuigi, 
intr. dép. S'acquitter de ; mourir. 

dëgo. ïs, i. ère, tr. et intr. Pas- 
ser (ie temps), vivre. 

dëindë, adv. Ensuite, puis. 

dêjicïo, is, jêci, jeetum, jlcère, tr. 
Abattre. 

Dëjôtârus, i, n. pr. m. Déjotarus, 
roi d'Asie, allié de Pompée. 

dëlâtus â, um, part, passé de 

DEFERO. 

dêlecto, as, âvi, âtum, are, tr. 
Charmer, faire plaisir. 

dëlectus, a, W7i, part, passé de 
DELiGo. Gtioisi. 

délëgo, as, âvi, âtum, tr. Envoyer, 
déléguer. 

dëlëo, es, êvi, êtum, ère, tr. Dé- 
truire. 

dëlicïse, àrum, f. pi. Délices, plai- 
sirs. 

dëlïcium, ïi, n. Objet de l'affec- 
tion ; délice. 

. dëligo, ïs, lêgi, lectum, lïgëre, tr. 
Élire, choisir, 

dêlinquo, ïs, llqni, lictum, Un- 
quêre, iutr. et tr. Commettre (une 
faute). 

Delphi, ônun, n. pr. m. pi. Del- 

{)hes, ville de Phocide, célèbre par 
e temple d'Apollon. 

delphîn, inis, et delphinus, i, 
m. Daupliii!. 

dëlûbrum, i, n. Sanctuaire, 
temple. 

démergo, ïs, mersi,mersum, mer- 
yère, tr. Plonger, couler à fond. 



dëmo, ïs, dempsi, demptum, dé- 
mère, tr. Enlever, cueillir. 

Dëmôcrïtus, i, n. pr. m. Démo 
crite, philosophe d'Abdère. 

Dënaosthënës, is, n. pr. m. Dé- 
mosthène, célèbre orateur d'A- 
thènes. 

dëmum, adv. Seulement, enfin. 

dénëgo, as, âvi, âtum, are, tr. 
Refuser. 

dënïquë, adv. Enfin ; bref, en un 
mot. 

dênôto, as, âvi, âtum, are, tr. 
Désigner. 

dens, dentis, m. Dent. 

densus, a, um, adj. Épais, 

dënuntïo. as, âvi, âtum, are, tr. 
Annoncer, menacer de. 

dëorsum, adv. En bas. 

dépôno, ïs, pôsiii, pôsïtum, 2)ô- 
7ière, tr. Déposer; abandonner. 

dëprëcâtïo, ônis, f. Prière, ins- 
tances. 

dëpugno as, âvi, âtum, are, intr. 
Combattre avec acharnement. 

Derbicës, vm, n. pr, m. pi. Les 
Derbices, peuple d'Asie. 

descende, ïs, i, scensum, scendèrè, 
intr. Descendre; s'abaisser à. 

descisco, ïs, sclvi et scîi, scîtum, 
sciscère, intr. Abandonner (un parti) ; 
se révolter. 

dësëro, ïs, ùi, sertum, sërère, tr. 
Abandonner, quitter. 

dësertus, a, um, part, passé de 
DESERo et adj. Abandonné ; désert. 

dësës, sïdis, adj. Oisif, inoccupé. 

désidëo, es, sêdi, sïdêre, intr. Res- 
ter assis, être oisif. 

dësidëro, as, âvi, âtum, are, tr. 
Désirer, souhaiter; avoir besoin de. 

dësïno, ïs, sîi, sïtuin, sïnère, tr. et 
intr. Cesser. 

dësôlo, as, âvi, âtum, are, tr. 
Désoler, ravager, 

despïcïo, ïs, spexi, spectum, spt- 
cère, tr. Regarder d'en haut, mépri- 
ser. 

destïno, as, âvi, âtum, are, tr. 
Fixer ; se proposer de. 

destitue, ïs, i, stïtùtum, stïtûère, 
tr. Placer, mettre. 

désum, deês, dêfiii, deësse, intr. 
Manquer, être absent. 

dëtëgo, ïs, texi, tectum, tègëre^ 
tr. Découvrir. 



LEXIQLE LATIX-FRA.NÇAIS. 



243 



déterrëo. es, ùi, ttum, ère. tr. 
Détourner. 

détestâbllis, e, adj. Exécrable, 
aboniin.'ible. 

dëtrâho, îs, traxi, tractvm, trà- 
hi-re. tr. .Vriacher. 

Dëus. déus. I, n. pr. m. Dieu, un 
dieu. 

dèvôco. as, dii, âlum, are, tr. 
Attirer, entraîner. 

dêvôro. as, âvi, âturn, are. tr. 
Dévorer. 

dextëra ou dextra. sf, f. I.a 
main droite. 

Diana, s, f. Diane, déesse de la 
lune et de la chaise. 

1. dlco. d8, ài'i, âturn, are, tr. Dé- 
dier, vouer. 

2. dïco. is, dixi, dicturn, dîcère, tr. 
Dire, parier; nommer, appeler; 
plaider (une cause). 

dictâtôr. ôris, m. Dictateur, ma- 
gistrat .suprême que l'on créait à 
Rome dans les moments critiques. 

dictito. as. âvi, âlum, are, tr. 
Dire souvent, répéter. 

dîdûco. is, (luxi, dvctum, dûcère. 
tr. Entrouvrir, séparer. 

dïês, éi, m. (quelquefois fém.). 
Jour, journée. 

diffëro; — 1. tr. Diffèro, fers, 
dislitli. ililâtum, iliff-rre. Différer, 
ajourner; — i. intr. Difjèro, différa, 
di/ferre. différer, être différent. 

difficile, adv. Voir difficulter. 

diffïcilis. e, adj. Difficile. 

difficultâs, âtis, f. Difficulté. 

difficulter, adv. Difficilement. 

diffido. 10, fisus siun, fîdère, intr. 
î>e délier de. 

diflùgïo. is, fùgi, fùgère, intr. 
Fuir do coté et d'autre. 

dïgïtus, i, m. Doigt. 

dignitâs, âtis, f. Considération. 
r.'tnn-, (Jit^nité. 

dignus. a. nm, adj. Digne. 

diligens, eutis, adj. Zélé, soi- 
gneux, diiig.-nt. 

dîlïgentér. adv. Soigneusement. 

dimico. lis. âvi, âturn, are, intr. 
Coinbattr»-. lutter. 

dlmidfum, îi, n. Moitié. 

dimidius. a, uni, adj. Demi ; di- 
})ii'/ni jiiirs. Kl moitié. 

dïmitto.;.». nijâj, missum, utittèrr. 



tr. Envoyer do divers côtés, dis- 
perser ; renvoyer. 

Dïôgënês. is, n. pr. m. Diogène, 
phiio-^ophc grec. 

DïÔnysius, ii. n. pr. m. Denys, 
tyran de .'Syracuse. — 1. Denys l'An- 
cien; — J.'Denys le Jeune. " 

dirïmo, ïs. rêmi, remptum, rirnêre. 
tr. ."Séparer, désunir. 

discëdo, îs, cessi. cssum, cëdère, 
int. .s'écarter, s'entrouvrir 

discepto, as, âvi, âturn, are, intr. 
Discuter, être en contestation. 

disciplina, x, f. Enseignement, 
doctrine. 

discïpùlus. j, m. Elève, disciple. 

disclùdo. îs. clùsi, clùsum, clû- 
dère. tr. Séparer, enfermer à part. 

disco, îs, dîdîci. disrère, tr. Étu- 
dier, s instruire, apprendre. 

discordïa, 3e, f. Discorde. 
. discorde, as, âvi, âlum, are, intr 
Etre en désaccord. 

discurro, îs. curri, cursnm, cur- 
rèrc. iiitr. Courir de tous côtés. 

dïsertus, a, um, adj. Disert, élo- 
quent. 

dispergo, îs, persi, persum, per- 
gêrf. tr. Disperser. 

dispersus, a, um. part, passé do 
DfSfKRiio. Épars. 

dispûto, as, âvi, âlum, are, tr. et 
intr. Discuter, disserter. 

dissimilis, e, adj. Dissemblable, 
différent. 

dissïmilïtùdo, înis, f. Lissem- 
blani e. rlnlVrence. 

dissôlûtus. a, um, part, passé do 
DissoLvo et adj. Relâché, dissolu. 

distinguo. îs, atinxi, stiuriitm, 
stiuf/urrf.tv. l)ivis'*r; nuancer, don- 
ner de l;t vai iélé, orner. 

ditissinius, «, um, suporl, do 

DfVKS. 

dïû, adv. Longtemps. 

diversus. n, um, adj. Divers. 

dîvës. vitis, adj. Riche. 

divido. is. visi, visum, vîdère. tr 
Diviser, partager. 

divinus, a, um, adj Divin, roli- 
gioux. 

divisïo. ôiiis, f. Division, r.ar- 
t.'.ge. 

divisu.s, a, um, part, passé do 

DIVIlMl. 

àivitiae. arum, f. pi. Richesse-»!. 



LILXIQLE LATIN-FIIANCAIS. 



dixi, purl'. do dico 2. 

do, des, dèdi, dàttim, dâre, Ir. 
Donner, livx'er; causer; dare opj- 
ram, s'appliquer. 

dôcëo, es, ùi, doclum, docère, Ir. 
lùisoigner, donner des leçons, ins- 
truire. 

doctSr, ôris, m. Maître, celui qui 
enseigne. 

doctus, a, iim, part, passe de 
DOCEO et adj. Instruit, savant. 

dôcumentuiïi, i, n. [.eçon, exem- 
ple. 

dëlôr, ôris, m. Douleur. 

dôlôsus, a, wn, adj. Trompeur. 

dôlus, /, m. Ruse, tromperie. 

dômestïcus, n, mn, adj. Domes- 
tique, de la maison, de la famille. 

dômicilïum, li, n. Domicile, 
demeure, asile. 

domina, se, f. Maîtresse, souve- 
raine. 

dôinïnus, /, n. jNIaitre, souverain. 

dômïtus, a, wn, part, passé do 
pojio. Dompté. 

dômo, as, ni, itum,âre, tr. Domp- 
ter, soumettre. 

dômûs, ùs, f. Maison, habitation. 

dônëc, conj Aussi longtemps 
que, tant que. 

dôno, cis, dvi, âtum, are, tr. Don- 
ner, otlrir en don ; gratitier de. 

dônum. ?, n. Don, présent. 

dormïo, 'is îri et ïi, ilum. Ire, 
intr iJoriuir. 

dorsum, /, n. Dos. 

Drëpânum, i, n pr. n. Drépane, 
ville de Sicile. 

drachma, x, f. Draclime, mon- 
naie athénienne. 

Drûentïa,a?, n. pr. f. La Durance, 
affluent du Rhône. 

Druides, um, et Druidae, ârum, 
m. pi. Druides, prêtres gaulois. 

dûbïus, a, um, adj Douteux, cri- 
tique. 

dùcentësïinus,rt, um, adj. Deux- 
centième. 

dùcenti, a?, a, nom de nombre. 
Deux cents. 

dûco, is, duxi, ductum, dûcère, 
tr. Conduire, mener; faire (en lon- 
gueur) ; tracer. 

Dûïlïus, îi, n. pr. m. Duilius, 
vainqueur des Carthaginois sur mer 

dulcis, e, adj. Doux, agréable. 

dum, con/. — 1. Tandis que; — 



2. Jusqu'à ce que; — 3 Pourvuque. 

dummôdô, conj. Pourvu que. 

duo, se, 0, nom de nombre. Deux. 

dûôdëcim, nom do nombre. 
Douze. 

dûôdêquadrâginta, nom de 
nombri!. Trente-huit. 

dùôdêvïcê3Ïmus,rt, um, adj. Dix- 
huitième. 

dùro, ds, âvi, âtum, are. — 1. tr. 
Durcir ; endurcir, rendre robuste ; 
^ -2. intr. S'endurcir : durer. 

dûrus, a, um, adj. Dur. 

dux, diicis, m. Chef, général, 
capitaine; guide. 

duxi, parf. d-^ duco. 

Dyardanes, is, n. pr. m. Le 
Dyardanes, attluent du Gange. 

Dyrrâchïum, ïi, n. pr. n. Dyrra- 
chium, ville d'Illyrie. 



ê (devant une consonne) ou ex, 
prép. (qui régit l'abl.). De, hors de; 
de la part de; d'entre, parmi; du 
produit de, avec; par suite de, à 
cause de. 

ëbûr êbôris, n. Ivoire. 

ecoë, adv. Voici, voilà ; voici que, 
voilà que. 

ëdax, dois, adj. Vorace, glouton. 

1. ëdo, ïs, êdi, êsum, êdëre (ou 
trouve aussi '^5, est, estis, esse, essem), 
tr. Manger. 

2. ëdo. îs, ëdïdi, ëditum, cdêre, tr. 
Faire sortir, produire; dire, rendre 
(un oracle). 

l.êdûco, ds, dvi, dlum, dre, tr. 
Élever, former. 

2. ëdùco, îs, duxi, ductum, dûcère, 
tr. Faire sortir. 

effectùs, ùs, m. Effet. 

1. effëro, ds, dvi, dtum, dre, Ir. 
Rendre farouche. 

2. effëro, fers, extidi, ëldtum, 
ejferre, tr. Emporter. 

efficïo, ïs, fècx, fcctum, fïcère, tr. 
Exécuter, accomplir ; rendre, faire 
devenir. 

effigies, ïél, f. Image. 

effrênâtus, a, um, adj. Effréné, 
déciiaîné. 

ëgens,en//s, adj. Indigent, pauvre. 

ëgëo, ës,iii,ëre, intr. Manquer de. 

Egërïa, x, f. Egérie, nymidic. 



LEXIQIE LATIN 1 nA.NÇAlS. 



245 



ëgëro. is,(jessi, geslHm,{/èrère, tr. 
Emiiorter dehors, rejeter, 

êgestus. a, uni, part, passe iJo 
EiiKRO. Hojcté. 

êgi. parf. de ago. 

ëgo. pron. pcrs. Je, moi. 

ëgrëdior, èris, gressus sum,grèdi. 
iiilr. d(-'|>. Sortir. 

ëgrëgïé, adv. D'une manière re- 
iiiarcpuilile, 

êgrëgïus, a, i.m, adj. Distingué, 
remarquable, excellent; très beau. 

éjïcio, (S, jéci, jectum, jtcère, 
II'. Jet'M- dehors, bannir; rejeter. 

êlëgans, antis, adj. Choisi, élè- 
Kaut. 

ëlëphantus, t, m. et f. Eléphant. 

êlïdo. 'in, lisi, lisitrn, lidère, tr. 
Écraser, briser. 

ërîgo. Is, lêfji, lectuni, ligcre, t:: 
Choisir, élire. 

êlôquentïa, a?, f. Eloquence. 

êlôquium. //. n. Langage, dis- 
cours ; éloquence. 

Elysii. tônan. n. pr. m. pi. L'Ély- 
soc, les Champs-Elvsées, séjour des 
iiéros cl dos hommes vertueux après 
leur mort. 

ëmâno. as. âci, âlum, are, iutr. 
l)Jcouler. sortir. 

ëmax, dcis, adj. Qui a la manie 
d acheter. 

ëmo, j*, ('ini, emplit)}}, èmèi-e, tr. 
Acheter. 

ëmollïo. is, ici, Itiu}}, f>v. tr. Amol- 
lir, adoucir. 

ënim, conj. (se pîace le second 
mot). Car, en effet. 

1 . ëô. abl. de is, eo, id. 

2. ëô, adv. Là (avec mouvement 
vers). 

•1. ëô. îs, ivi et îi, iluin. n-e, intr. 
A lor, marcher. 

Epâruinondâs,j?,n. pr.m. Epnmi- 
noiitlas. célibrc ^icneral do Thébcs. 

Ephësus, I, t". Éphèse, ville d'Asie. 

ëphôrua, i, m. Magistrat do Lacé- 
dé. uone ; surveillant. 

Cpirus. i, n. pr. f. L'Rpire, pro- 
viiK'! oi'cidfiitale de la Grèce. 

épûlae. ii)-u}}i, f. pi. et ëpiilum, t. 
n. l'estin, banquet. 

ëpûlor, tiris, ntiis siwi, <îrj, intr. | 
d<'i>. Man^'er, faire un repas. 

ëpiilum, }, n. Voir rruL.K. 

èquës. f</nili'<. n\ C.iv.ili.T. 



ëquestër, iris, tre ou èqucstris, 
tre. a«ij. De cavalier, do cavalerie; 
équestre. 

ëquïtâtiis. ùs, m. Cavalerie. 

ëquïto. as, âvi, âtimi, are, intr, 
Alice à cheval, chevaucher. 

ëquus, j, m. Cheval. 

ergâ. prép. (qui régit l'ace). En- 
vers, à 1 égard de. 

ergô. conj. Donc, ainsi donc. 

ërïgo. îs, l'exi, reclit}}i, r'igère, tr 
Élever, dresser; au passif, erigi, so 
dresser. 

erro. fis. âvi, âtian. m'e, intr. Errer, 
so tromper. 

errôr, ôW-î, m. Erreur, faute. 

èructo, âx, âvi, âtu)}i, âi'e, tr. Re- 
jeter, exhaler. 

ërûdio. îs, îvi et îi, î/uhi, ire, tr. 
Instruir.*, former. 

ërûditus. a, iim, part. pass. do 
KRUDio et adj. Instruit, savant. 

èrumpo, îs, mpi, rupti(i}t, r'um- 
pèi-e, intr. S'élancer. 

esca. a?, f. Nourriture; appât. 

êsûrïens. enHs, part, de eslrio 
et adj. Affaiiié. 

ësûrïo, is,ii:i et îi, ire, intr. Avoir 
faim. 

et. conj. Et; aussi, même, et 
même. 

ëttam. adv. .Aussi, encore, même; 
elinni iiunc, maintenant encore. 

Etrûrïa. a», f. Étrurie, province 
de l'Italie. 

Euclïo, unis, n. pr. m. d'homme. 
Euclion. 

ëvënïo, îs, rêni, ve)ilun}, vèni)'e, fr. 
.\ri-iver. 

ëvôlo, as, nvi, âtiun, «;*'•, intr. 
•S'envoler. 

ëvômo, îs, iii, îtum, (?}-e, tr. 
IlejCier. 

ex, prép (qui régit l'abl.). Voir n. 

exâgïto, lis, âci, âliun, are, tr. 
Poursuivre. 

. exaudto. «*, îvi ilmn, ii-e, tr. 
Éco'itcr favorablement, exaucer. 

excëdo. îs, cessi, cessum, ccdèi-e, 
intr. -Sortir, se retirer. 

excellens, cutis, adj. Excellent, 
supérieur. 

excelsus, a, x/ti.adj. Haut, élevé. 

excléo. es, civi, cîttint, cîei-e, tr. 
Faire sortir, tirer de. 

excYpïO, is, cépi, cepluni, t«/«"'"tf, 
tr. !{.-.. -M. ir .•i.-.-ii.Mllir, 

11. 



*246 



LEXIQUE LATIN-FRANÇAIS. 



excito, as, nui, atian, are. tr. 
Pousser (dehors); exciter. 

excrûcïo, as, âvi, âtum, are, tr. 
Torturer. 

exempluni, i, n. Exemple. 

exëo, îs, loi et îi, îtum, ire, intr. 
Sortir. 

ex^rcëo, es, ùi, ttum, ère, tr. 
Exercer, pratiquer. 

exercitûs, ils, m. Armée. 

exhaurio, ïs,hausi,hausti(m, hau- 
rire, tr Epuiser, dépeupler. 

exïgûus, a, i<?«,adj. Petit, étroit. 

exïmius, a, um, adj. Choisi, dis- 
tingué, beau. 

existïrao, as, âvi, âtum, are, tr. 
Penser, regarder comme. 

exïtïum, ïi, n. Destruction, ruine. 

exôrïor, èris, ortus sum, ôrîri, 
intr. déii. Naître, s'élever. 

exortus, a, itm, part, passé de 

EXORIOR. 

expâvesco, ?s, pâvi, pàvescêre, 
tr. S'épouvanter (de), redouter. 

expëdîtê, adv. Sans difficulté. 

expëditio, ônis, f. Expédition. 

expello, ïs, pidi, pulsion, pellère, 
tr. Chasser, repousser. 

expergiscor, èris, perrectus sinii, 
perc/isci, intr. dép. Se réveiller. 

ex.-pers,eriis, adj. Dépourvu (de). 

explëo, es, êvi, êtum, ère, tr. 
Renipir cntit^rement, combler; 
fournir au complet; compléter. 

explôrâtôr, ôris, m. Eclaireur, 
espion. 

exportàtïo, ônis, f. Exportation. 

expugno. as, âvi, âtum, are, tr. 
Prendre d assaut. 

exsanguis, e, adj. Qui na plus 
de sang. 

exsïlium, n, m. Exil. 

exspîro, as, âvi, âtum, are. — • 
1. tr. Exhaler; — 2. intr. Expirer, 

exstinguo, is, stin.xi, stinctum, 
stinyuère, tr. Éteindre, apaiser, 
détruire ; au passif, exstingui, dispa- 
raître. 

exstruo, is, struxi, structum, 
slrûère, tr. Bâtir, construire. 

exsulto, as, âvi, âtum, are, intr. 
Sauter, bondir. 

extra, pré p. (qui régit l'ace). 
Hors de. 

extùli, part", de effero. 

exùo, is, i, ùlum, itère, tr. Dé- 
pouiller, déposséder (de). 



exustxo, ônis, f. embrasement, 
incendie. 



fâba, s, f. Fève. 

fâbër, bri, m. Ouvrier forgeron. 

Fabius, ii, n. pr. m. Fabius (nom 
de plusieurs Romains illustres). 

Fabiucïus, u, n. pr. m. Fabri- 
cius, consul romain qui vainquit 
P.yrrhus. 

"fabula, X, f. Fable. 

faciès, ïèî, f. Forme; figure, 
visage. 

facile, adv. Facilement. 

fâcïlis, e, adj. Facile; bienveil- 
lant. 

facilitas, â'/s, f. Facilité; bien- 
veillance. 

fâcïnus, ôris, n. — 1. Action ; — 
2. Exploit; — 3. Crime. 

fâcïo, îs, féci, factum, fncère. ti-. 
Faire, agir; exécuter; rendre, faire 
devenir; facere iter, faire route. 

factïto, as, âri, âtum, are, tr. 
Faire souvent; faire métier de. 

factum, i, n. Fait, action. 

factus, a, um, part, passé do 
FACTO. Fait, devenu. 

fâcundus, a, um, adj. Éloquent, 
qui parle facilement. 

faex, fsecis, f. Lie. 

Fàlërïi, îônmi, n. pr. m. pi. 
Paieries, ville d'Étrurie. 

fallax, âcis, adj. Trompeur. 

fallo, is, fêfelii, fahum, fallère, 
tr. Tromper ; au passif, falli, se 
tromper. 

falsus, Ci!, um, adj. Faux. 

faix, falcis, f. Faux, faucille. 

fâma, â?, f. Renommée, réputa- 
tion. 

famés, is, f. Faim, famine. 

1. fâmiliâris, e, adj. De la mai- 
son, domestique; res familiaris, 
patrimoine. 

2. fâmïlïâris, is, m. Serviteur; 
ami intime. 

fâr, fnrris, n. Blé, farine; pain. 

fascis, is, m. Faisceau, paquet; 
c\u ])\n\\. J'nsces, iinn, les faisceaux, 
attribut dos hautes magistratures à 
Rome. 

fâtâlis, e, adj. Fatal, fixé par le 
desLiu. 



LEXIQIE LATIN-IRANr.AlS. 



?4-7 



fatëor, ëi'is, fassusswn, fàU-ri. le. 
dt'i. Avouer. 

fâtïgo, as, âci, âtum, are, tr. 
F.itigiior, lasser. 

fatum, j, n. Destin, destinée, sort. 

faucës, ïion, f. pi. Gorge ; passage 
étroit. 

faustus, a, um, adj. Favorable, 
propic. 

fâvëo. êf, fàvi, fautum. fàvêre, 
iiitr. Favoriser. 

fax. fàcis, f. Torche. 

fëci, ijaif". do FACio. 

fëcundus, a, itm, adj. Fécond, 
fertile. 

félicitas, dtis, f. Prospérité, bon- 
heur. 

fêlicïtër, adv. Heureusement. 

fêlix, icis, adj. Heureu.x. 

fêmïna. a>, f. Femme. 

fëmûr, htôris, n. Cuisse. 

fënestra, a?, f. Fenêtre. 

fènum, i, n Foin. 

fënûs, ôris, n. Intérêt de l'argent ; 
usure. 

fera, a?, f. Bête sauvage, bête 
féroce. 

fërax, dcis, adj. Fertile, fécond. 

fërë, adv. Pr.;sque. 

fermé, adv. Presque, à peu de 
chose près. 

fëro, fers, tùli, lâtum, ferre, tr. — 
1. Porter; — 2. îSupporter; — 3. 
Rapporter, raconter. 

fërox, ôcis, adj. Fougueux, bclli- 
qu'-ux. 

ferrâmentum, j, n. Instrument 
CM fer. 

ferrëus, a, um, adj. De fer. 

ferrum, /, n. Fer. 

fertllis, «?, adj. Fertile. 

fërus, a, UHJ, adj. Sauvage; bar- 
bare. 

fessus. «, um, adj. Fatigué, las. 

ficLïlis, t-, adj. D'argile. 

ilcus, « et ùs, f. Figuier, figue. 

ffdêlis, e, adj. Fidèle. ' 

fïdës, èi, t. Foi, bonne foi, loyauté. 

fido, in, fisns siim, fiilàre, intr. ."^e 
fier, avoir confiaïuo (<mi). 

figlinus et figùlinus. «, «»», adj. 
De potier. 

figo. is\ fiji, fixiim, fir/rn', Ir. 
Knlourer. 

ligùlus. /. m. Potier. 



figura. a?, f. Figure, forme, aspect. 

filia, a.', f. Fille. 

filïus, a, m. Fils. 

fingo. îs, finxi, ftctinn, fing^re, tr. 
Faeonner, faire. 

fînïo, îs, îi'i et li, itian, ire, tr. 
Finir, achever. 

finis, is, m. (quelquefois f. au 
.'iing., toujours m. au plur.). Fron- 
tière ; fin ; fitietu facere, mettre fin. 
— Ati l'iur. Fines, iutii, frontières, 
territo re. 

fînïtïmus, a, um, adj. Contigu, 
voi>in. 

fio. fis, fnctus sutn, ftérï, intr. (sert 
de passif à iwcioj. Devenir, se pro- 
duire, avoir lieu ; être fait. 

firmo, â.1, â''i, dtian, are, tr. Ren- 
dre solide, consolider, affermir. 

firmus, a, «?n, adj. Solide, ferme, 
fort ; i)uis.sant. 

fistûla, se, f. Conduit, canal. 

flagro. ds, â- j, âtum, dre, intr. 
Brûler, être embrasé. 

Flâminïus, ïi, n. pr. m. Flanù- 
nius (nom romain). 

flamma, x, f. Flamme. 

flâtûs, ùs,n\. Soufde, haleine. 

flâvus, a, um, adj. Jaune, blond, 
doré. 

flëtûs. ùs, m. Pleurs. 

flôi'ens, enlis, adj. Fleurissant; 
riorissant. 

flôrëo, es, «/, é7'e, intr. Être en 
fleur: être florissant. 

flôrïdus. «, i<//i.adj. Fleuri. 

flôs, (tris, m. Fleur. 

fluctûo, ds, dri, dtum, are, intr. 
Flotter: être incertain; être dans 
une; situation critique. 

fluctùs, ùs, m. Flot. ' 

flûmën, mînis, n. Courant de 
leau ; lleuve. 

flùo, is, fluxi, fluxnm, flitère, intr. 
Couler. 

flûvïus. II. ni. Fleuve, rivière. 

fôdio. \a, fôiii, fossum, fùdére, tr. 
Creti-scr. 

fôllum, ii, n. Feuille. 

follis, il, m. Sac de cuir; bourse- 

tODB. fonds, m. Source ; origine, 
cause. 

fôrâs. ailv. (avec mouvement 
vers). Dehors. 

forma, je, f. Forme, ligure, exté- 
rieur; beauté. 



24S 



LliXlQl'E LATJN-FRANCAIS. 



Formïœ, avum n. pr. f. pi. For- 
mies, ville du Latium. 

formica, se, f. Fourmi. 

formidôlôsus, a, iim, adj. Peu- 
reux ; eli'rayant. 

formo. ds, âvi, âtum, are, Ir. For- 
mer, dresser. 

formôsus, a,um, adj. Beau. 

fors, fortasGë, adv. Peut-être. 

forte, adv. Par hasard. 

fortis, e, adj. Fort, courageux; 
puissant. 

fortïtër, adv. Courageusement. 

fortïtûdo, înis, f. Force, courage. 

fortùïtus, a, um, adv. Fortuit, 
accidentel; fortuita, orum n. pi., 
accidents. 

fortùna, m, f. La Fortune (per- 
souuifiée) ; fortune, sort, chance. 

forum, i, n. Place publique; forum. 

fossa, a?, f. Fossé. 

fdvëo, es, fôvi, fôtum, fôvêre, tr. 
Réchautfer. 

frâgïlis, e, adj. Fragile. 

frango, ïs, frëgi, fractum, fran- 
(jère, tr. Briser ;' ruiner ; découra- 
ger. 

fratër, tris, m. Frère. 

fraus, fraudis, f. Ruse, perfidie. 

frëmïtûs, ùs, m. Cri, gronde- 
ment. 

frëquens, entis, adj. Fréquent. 

frëqu'intër, adv. Fréquemment. 

frëtum, i, n. Détroit. 

frîgïdus, a, um, ady Froid, glacé. 

frigùs, gôris, n. Froid. 

frondens, enfis, adj. Feuillu. 

frondëo, es, ëre, intr. Être cou- 
vert de feuilles. 

1. frons, frondis.. f. Feuillage. 

2. frons, frontis, f. Front. 
fructûôsus, a, uni, adj. Fruc- 
tueux, productif. 

fructûs, lis, m. I-'ruit, profit. 
frûgâiïtër, adv. Frugalement. 
frûgês, nm, f. pi. Productions do 
la t'jrro ; céréales. 

frûgïfér, fera, fèrum, adj. Fer- 
tile. 

frûmentucn, /, n. Blé. 

frûor, èris, frintus sum, et fructns 
suin,friii, iutr. dép. Jouir de. 

frustra, adv. En vain. 
. frux, frûyis, f. Voir le pltir. kru- 

ÙES. 



j fûga, X, f. Fuite, déroute. 

fùgax, dcis, adj. Fuyard, qui 
prend la fuite. 

fûgïo, is, fùgi, fagère. - 1. Intr. 
Fuir, s'enfuir; — 1. Tr. Fuir, éviter. 

fùgo, as, âvi, âtum, are, tr. 
Mettre en fuite, repousser. 
fulgur, irris, n. Éclair. 
fulmën, viïnis, n. Foudre. 
fûmus, i, m. Fumée. 

1. fundo, as, âvi, âtum, are, tr. 
Jeter les fondements, bâtir. 

2. fundo, is, fadi, fûsum, fandère, 
tr. Verser, répandre ; mettre en 
déroute. 

fundus, i, m. Fonds de terre. 

fungor, èris, fuiictus, sum, fungt, 
intr. dép. S'acquitter de. 

fur, fùris, m. Voleur. 

furca, as, f . Fourche- 

fùtûrus, a, um, part, futur de 
SUM et adj. Qui doit arriver, sur le 
point d'arriver, futur; futvra, orum, 
n. p]., les choses futures, l'avenir. 



Galli, ôrum, n. pr. m. pi. — 1. Les 
Gaulois, habitants de la Gaule ; — 
2, Les Galles, prêtres de Cybèle. 

Gallïa, se, f. La Gaule, ancienne 
France. 

Gallïcus, a, um, adj. de la Gaule, 
gaulois. 

gallina, ss, f. Poule. 

gallus, i, m. Coq. 

Gallus, i, n. pr. m. Gaulois. 

gâlea, as, f. Casque, armure de 
tête. 

G anges, ïs, n. pr. m. Le Gange, 
fleuve de l'Inde. 

garrûlus, a, um, adj. Bavard. 

Gârumna, ss, n. pr. m. La Ga- 
ronne, fleuve de la Gaule. 

gaudëo, es, gâvisus sum, gaudêre, 
intr. Se réjouir (de). 

gaudïum, li, n. Joie. 

Gëbenna,a? {mous), n. pr. m. Les 
Gévennes. 

gëlïdus a, um, adj. Froid, glacé. 

gëlu, ùs, n. Gelée, glace. 

gemma, se, f. Pierre précieuse. 

gënër, èri, m. Gendre. 

gënëro, «5, «'.'(, âtum, are, tr. En- 
gendrer, i)roduire. 



J.KKign: LAIINMl\.N',Alr 



gens, f/eutis, f. l-'ainille, gens; 
penplo, nation. 

gënu, us, 11. Genou. 

génÛB, f/èn^ris, n. — 1. Famille, 
race ; — :2. Naissance, origine ; — 
'.i. Genre, espèce ; sorte, classe. 

Germàni, ônwt, n. pr. m. pi. Les 
Germains. 

Germânïa, a?, n. pr. f. La Ger- 
manie. 

gëro. îs. f/etsi, çiestum, gèrére, tr 
Faire ; soutenir (une guerre); rein 
iiiale (jerere, échouer dans une 
entreprise, mal administrer son 
bien. 

gîgno. )s, r/ènùi, r/ènùi^ gènUiim. 
(jiijiière. tr. Créer, produire. 

glâcïês. lè't, f. Glace. 

glàdïus, il, m. Glaive. 

glôrïa. x, f. Gloire. 

glôrïor, âris, âtiis sum, àri, intr. 
dop. Se glorifier (de). 

Gracchi, ôrum, n. pr. m. pi. Les 
Gracques . Tibérius Sempronitis 
Gracchus et son frère, Caïus Sem- 
pronius Gracchus, célèbres orateurs 
ro:nains. 

grœcé, adv. En langue grecque. 

Graecïa, j?, n. pr. f. La Grèce. 

Graecus. a, um, adj. Grec ; Grzci, 
o './/;, m. pi. Les Grecs. 

grâiuën, mînis, n. gazon. 

grandis, e, adj. Grand; avancé 
m âge. 
grandïuscûlus, a, um, adj. Un 

l'cii iriand, giandelet. 
grânum. i, n Grain. 

gi'àtïa, a?, f. Charme; reconnais- 
sniice; à Tablât), pour, pour l'a- 
mour de. 

gratis cl grâtïis. adv. Gratuite- 
mcMit. sans intérêt. 

grâtus, n, utn, adj. .\gréable; 
reconnaissant. 

gravis, e. adj. Lourd, posant, 
chargé; pénible, funeste, dange- 
reux; important, considérable; 
noble ; grave, sérieux. 

grâvïtër, adv. Gravement. 

grex. grt'yis. m. Troupeau. 

grillus igryllus), i, m. Grillon 

i.s.M Ici. 

grûs, iiis. f. Grue (oiseau). 
gùbernâcùlum, i, n. Gouver- 
ii "1 : gouvcrii.-ment. 
gnrgés, fj'itis, m. Gouffre, 
guttûr, mis. n. Gosier. 



Gygês.<r, n. pr. m. Gvgès,roi do 
Lvdi.i. 

gymnïcus. rt, j(//i adj. Gymnas- 
tique, qui a rapport au.K exercices 
du corps; t?/c^or gijmnicus, athlète 
vainqueur. 



hâbëo, es, «/, Uum, ère, Ir. .\voir, 
posséder, tenir; tenir pour, regar- 
der comme ; au passif, haberi, être 
regardé comme, passer paur. 

hàbïtâtïo, ônis. f. Habitation. 

hâbito, ûs, dvi, àtnm. are, Ir. et 
intr. Habiter. 

Hadrïânus. /, n. pr. m. Adrien, 
empereur romain. 

haedinus. a, um, mlj. De che- 
vreau. 

Hâlys. li/ôs. n. pr. m. Halys, 
fleuve (le l'.Vsie Mineure. 

Hâmilcâr, àris, n. pr. m. .\mil- 
car. général carthagii:oi.s. 

hâmus, i. m. Hameçon. 

Hannïbâl. àlis, n. pr. m. .\nni- 
bal. célèbre général carthaginois. 

hârïôlus. (. m. Devin. 

Harmôdius, ;/, n. pr. m. Har- 
modius. Athénien qui, avec Aristo- 
giton, tua Hipparque, fiis de Fisrs- 
trate. 

hasta, j?, f. Lance. 

haud, adv. (se place devant un 
adjectif, un adverbe et devant le» 
verbe scio). Non, nc^.. pas. 

haurïo, îs, /musi, lianstum, /iau~ 
rire, tr. Puiser, engloutir. 

Hector, ori5, n. pr. m. Hector (fils 
de Priani, roi doTr.iie). 

heiâfeià), interj. Ah! ha! 

Helvëtïa. r, n. pr. f. L'Hehétie, 
contrée d»; la Gaule, auj. la Suisse. 

Helvëtïus, a, um, adj. d'Helvé- 
tie, helvétique; Hclvetii, ôrum, m. 
pi., les Helvètes. 

berba.jp, f. Herbe; plante. 

herbïdus, a, um, adj. Couvert 
dlieibes ; riche en pâturages. 

Hercûlânum i, n. pr. n. Hercu- 
lanuni, ville do Campanie, détruite 
par une éruption du Vésuve. 

Hercules, is, n. pr. m. Hercule, 
fils de Jii[iiter et d'Alcmène. 

Hérâddtus i, n. pr. m. llérodot»*, 
célèbre" liistorien grt>c. 

heu, inteij. Hélas ! ah! 



250 



LRXIQUE LÂTIN-FRANCÂIS. 



heus, iuterj. Hé ! holà. 

hïâtùs, fis, m. Ouverture; gouf- 
fre. 

Hibernïa, x, n. pr. f. Hibernie, 
(auj. Irlande). 

hïbernus, a, imi, adj. D'hiver. 

1 . hic, /(â?c, hoc, adj. et pron. Ce, 
cet; celui-ci, ceci; tel. 

2. hïc, adv. Ici, en cet endroit (où 
je suis). 

hïems, hïêmis, f. hiver. 

Hïërôsôlyma, ôn«m, n. pr. n. pi. 
Jérusalem, capitale de la Judée. 

hinc, adv. D'ici (où je suis); de 
là ; eusuiti-. 

hippôpÔtâmus, i, m. Hippopo- 
tame, «nimal amphibie. 

hirsùtus, a, um, adj. Hérissé, 
velu. 

Hispânïa, se, n. pr. f. Hispanie 
(auj. Espagne). 

Hispânus, a, iim, adj. Espagnol. 
Hispani, ôi-um, m. pi., les Espa- 
gnols. 

histôrïa, x, f. Histoire; récit. 

Hômërus, 7, n. pr. m. Homère, 
poète grec. 

hômo, ïnis, m. Homme ; habitant 
(d'un pays). 

hônestë, adv. Honorablement, 
honnêtement. 

hônestus, «, tan, adj. Honorable; 
honnête. 

hônôr (hônôs), ôris, m. Hon- 
neur, considération, égards ; dignité, 
charge publique^. 

hôra, a?, f. hetire. 

hor-dëum, /, n. Orge. 

horribilis, e, adj. Horrible, ter- 
rible. 

hortor, âris, âtus siun, âri, tr 
dép. Exhorter, engager. 

hortûlus, i, m. Petit jardin, jar- 
dinet. 

hortus, i, m. Jardin. 

hospës, pîtis, m. Hôte, celui qui 
reçoit ou donne l'hospitalité ; étran- 
ger. 

hoatïlis, e, adj. Hostile, ennemi. 

Hostilius. ?/, n. pr. m. (TuUus) 
Hostilius, troisième roi de Rome. 

hostis, is, m. Ennemi (de guerre). 

hûc, adv. (avec mouvement). Ici, 
dans ce lieu-ci ; là. 

hùixiânus, o, w??i, adj. Humain; 

hùmilis, e, adj. Petit, peu élevé ; 
humble; ija.-', vil. 



humus, i, f. Terre, sol ; hinm',^ 
terre, par terre. 

Hunni, ôrum. n. pr. m. pi. Les 
Huns, peuple asiatique. 

Hyrcâni, ôrtnn, n. pr. m. pi. Les 
Hjrcaniens, peuple asiatique, voisin 
de la mer Caspienne. 



Ibërus, i, u. pr. m. L'Èbre, fleuve 
d'Espagne. 

ïbï, adv. de lieu. Là /question 
iibi). 

Icârus, î, n. pr. m. Icare, fils de 
l'architecte Dédale. 

ictus, ils, m. Coup. 

îdem, èàdem, ïdem, adj. et pron. 
Le même. 

ïdônëus, «, wn, adj. Propre à. 

ïdûs, ûum, f. pi. Les ides, le milieu 
du mois chez les Romains. 

ïgïtùr, adv. Donc. 

ignâvus, a, um, adj. Lâche. 

ignis, ?s, m. Feu. 

ignôbïlis, e, adj. Inconnu, obs- 
cur. 

ignôtus. a, um, adj. Inconnu, 
ignoré ; qui ne connaît pas. 

inë, îllà, îllûd, adj. et pron. Ce, 
cet ; celui-là, celui-ci ; cela, ceci. 

illîc, adv. de lieu. Là-bas (ques- 
tion ubi). 

illinc, adv. de lieu. De là-bas. 

illûc, adv. de lieu. Là-bas (ques- 
tion quo). 

iUustris <?, adj. Brillant, illustre. 

ïmâgo, ïnis, f. Image. 

imbelUs, e, adj. Non propre à la 
guerre ; faible. 

imbër, bins, m. Pluie (violente). 

imbûo, îs, i, ûtum, itère, tr. Trem- 
per, mouiller ; remplir de. 

ïmïtor, âris, âtus, sian, âri, tr. 
dép. Imiter. 

immânis, e, adj. Monstrueux, 
énorme ; terrible. 

immëmôr, ôvis, adj. Oublieux de. 

immensus, a, znn, adj. Immense, 
très grand, excessif. 

immiscëo, es, miscûi, mixtum ou 
mistmn, miscêre, tr. Mêler. 

Immîtis, e, ailj. Rude, cruel. 

immitto, is, misi, missum, mittëre, 
tr. envoyer (dans); lancer. 

immiKtus, «, um, part, passé do 
Immiscëo. 



LHXiniE LATIN-FRANTAIS. 



251 



imnio, aàv. Bien plus. 

immôdestia. «, f. Manque de 
retenu'i; indisciijline. 

immôlo. d-v, âci, dlnm, are, tr. 
Immol'rT, >;ic:ifier. 

immortàlis.-?. a'ij. Immortel, im- 
périàsabie ; etciiit!l. 

impâvïdus. «, um, adj. Intré- 
pide', couraL'L'iix. 

impëdimentum. /, n. Embarras ; 
bagages (d'iiuo arui-e). 

impëdio. is, i>-i et îi, itwn, îre, tr. 
Enipéclicr, embarrasser, faire obs- 
tacle ù. 

impensa, s, f. Dépense. 

impéràtôr, ôna, m. Général, gé- 
néral en cliet"; empereur. 

impëritus, a, uin, adj. Ignorant, 
inhalii!''. 

Impérïum. n', n. Commandement, 
cominaudeiueiit en chef; ordre, au- 
torité, pouvoir, domination, puis- 
sance ; empire, gouvernement, 
règne. 

impëro. à-t. âci, àtum, are, tr. et 
intr. Commander, ordonner; gou- 
verner, exercer le pouvoir. 

impëtro, as, dci, âlum, are, tr. 
Obtenir. 

impëtùs, ù^, m. Élan, mouve- 
ment violent ; choc; impétuosité. 

iznpïger. f/m, fjrnm, adj. .\ctif. 

ixnpïus. ((, nm, ad). Impie. 

impléo. es. éri, étuni, ère, tr. 
Ueuipiir. compléter. 

impôno. is, pô<tUi , pôsitnm, pô- 
nère, Ir. Placer sur ; imposer. 

Imprôbus. n, uni, adj. Méchant. 

imprôvidiis, a, mn, adj. Impré- 
voyant. 

imprûdentër, adv. Par igno- 
rance ; imprudemment. 

impùnë, adv. Impunément. 

ïn. prép. — 1 . Avei^ l'ace, (mou- 
vement; : dans, en, sur, à ; contre ; 
envers, pour; — 2. Avec i'abl. (re- 
pos et situation) : dans, en, sur, à. 

incautus. a, um, adj. Imprudent. 

incêdo, '«, cessi, cessum, cêflère, 
intr. et tr. .M;u-clier; pénétrer dans ; 
s'empartT <le, saisir. 

incendïum, ii, n. Incendie. 

incendo. ii. i, ri-nsum, rentfère, 
tr. Al uiio. ;-ntlanjmcr (d'un désir). 

incertus, a, um, adj. Incertain. 

inchôc, ds, dri, dluni. ôrc, tr. 
Commencer, fonder, construire 



incïpio, ** cépi, ceptiim, cîpère, 
tr. Commencer, entreprendre. 

inclitus, «, u»i, adj. Fameux, 
illustre. 

inclûdo. îs, clûsi, clûsum. clùdère, 
tr. Enleriner. 

inclûtus , inclytus. Voir in- 
clitus. 

incognïtus, a, nm, adj. Inconnu. 

incÔla. x, m. Habitant. 

incôlo, îs, cùliii, colore, tr. et intr. 
Habi:cr. 

incôlûmis, <?, adj. Intact, sain et 
sauf. 

inconsultus, a, xon, adj. Irréflé- 
chi, imprudent. 

incrëpo, as. ni, itum, are, tr. 
Gourmander; exciter. 

indë, adv= De là ; à cause de cela ; 
ensuite. 

indëcôrus. a, um, adj. Qui no 
convient pas. messéant.dé[)lacé. 

Indi, ô)-um, n. pr. m. pi. Les In- 
diens. 

Indïcus. rt, «»j,adj. de l'Inde, in- 
dien. 

indignâbundus.a. um, adj. indi- 
gné. 

inditus, a, um, part, passé de 

INDO. 

indo. 11, dî'li, ditum, drre, tr. 
Mettre sur. donner (un nom). 

indulgens, entis, adj. Bienveil- 
lant, indulgent. 

indulgëo. es, duhi, dultum. dul- 
gêre. intr. et tr. Être indulgent, 
avoir de la complaisance (pour) ; 
accorder. 

indûo. is, i,' dûtum, dùère, tr. 
Vètir, revêtir. 

Indus. I, n. pr. m. L'Indus, fleuve 
<le l'Inde. 

industrta, x. f. Activité ; dili- 
gence; i/i' iiidusirin, a dessein. 

Inexcuitus, a, um, adj. Négligé, 
non <)' ne. 

inlèlix, uis, adj. Malheureux, 
intortnné. 

infëri. ôrum, m pi. Les enfers. 

inférlÔr. /i.\-, conip. do inferus. 
Qui est plus bas, inférieur. 

infërus, a, um, adj. Qui est au- 
dessous. 

infestus. a, um, adj. Menaçant, 
acliani.-. terrible. 

infinitus, a, tem, adj. Intini, im- 
mense. 



2o2 



LEXIQUE L.\TL^-FnA^^AIS. 



inflige, ïs, flixi, flicfum, flh/ère, 
tr. Porter (un coup) ; l'aire (une bles- 
sure). 

inflo,rts, (Ici, âttan, are. tr. Enfler 
(d'orgueil). 

inf undo, ïs, fadi, fùsinn, fundère, 
tr. Verser (sur, dans). 

ingëmum, ii, n. naturel, carac- 
tère ; dispositions naturelles ; esprit, 
intelligence, génie. 

ingens, entis, adj. Grand, très 
grand, considérable. 

ingënuus, o, um, adj. Libre. De 
condition libre; ingenu'se artes, les 
arts libéraux. 

ingrâtus, a,itm, adj. Ingrat. 

ingrëdïor, èris, gressus siun, 
grèdi, intr. dép. Entrer. 

ïnïmîcïLïa, œ, f. Inimitié. 

1. ïnïmicus, «, »m, adj. Ennemi, 
hostile. 

2. ïnïmïcus, ?, m. Ennemi. 
ïnïtïum, ïi, n. Goramencoment. 
injïcïo, ïs. jèci, ^ectum, jicêr^, tr. 

Jeter (sur, dans). 

injûrïa, a?, f. Injustice ; préju- 
dice ; injure, offense. 

injustus, a, uni, adj. Injuste. 

innùmërâbïlis, e, adj. Innom- 
brable. 

innûmërus, u, um, adj. Innom- 
brable. 

ïnôpïa, X, f. Manque, privation ; 
pauvreté. 

ïnops, ôph, adj. Dépourvu, privé 
(de); indigent. 

inquam, is, it, parf. inqiut, 
défect Dis-je, dis-tu, dit-il. 
. insânïo, îs, ici ou ïi, Itum, xre, intr 
Etre insensé. 

iascendo, i^, i, scensum, scendère, 
intr. et Ir. Monter (sur). 

inscrîbo, /is, scripsi, scriptum, 
Si't'ïbâi'e, tr. Ecrire (sur), inscrire. 

1. insëro, ïs, séria, se? m, sèrëre, 
tr. Introduire. 

2. insëro, is, sévi, sîtinn, sèrère, 
tr. fcjomer, planter. 

. inservïo, Is, ici, ïtum, ire, intr. 
Etre assujetti à, être servilement 
attachée; se plier (aux circonstan- 
ces), 

insïdëo, 65, sédi, sessum, sîdêre, 

intr. Etre assis, être placé; être 

monté (sur). 

insïdïse, ârum,î. pi. Embûches 

insïdïor, âris, nias sum, âri, intr. 

Dresser des cmbiiches. 



fnsjgnis, e, adj. Remarquable, 
insïmùlo, as, dvi, âtum, are, tr. 
Accuser. 
insôlentïa, se, f. Insolence. 
insomnïa, as, f. Insomnie. 

Instïtûo, ïs, i, stïtùtum, stïtiiére 
tr. Etablir; instituer ; entreprendre] 

insto, as, stïti, stâre, intr. Être 
suspendu (sur) ; menacer. 

instructus, a, nm, part, passé 
de iNSTRuo. Muni, pourvu (de). 

instrûmentum, /, n. Instru- 
ment; organe; moyen, ressources 
(pour vivre). 

instrûo, ïs, struxi, structum, 
stnière, tr. Ranger ; pourvoir (de). 

insùla, x, f. Ile. 
, insum, înës, in fin, ïnesse, intr. 
Etre (dans) ; se trouver (dans). 

insûo, ïs, i, sùtum, siière, tr. Gou- 
dre (dans). 

intellëgo (intellïgo), ïs, tcUe.ri, 
ieiiecium, tellègére, tr. Gomprcndro. 

intempërans, antis, adj. Intem- 
pérant. 

intër, prép. (qui régit l'ace). 
Entre, parmi, au milieu de. 

interdum, adv. Quelquefois, do 
temps en temps. 

intërëâ, adv. Pendant ce temps, 
cependant, sur ces entrefaites. 

intërëo, ïs, ïi, ïtum, Ire, intr. Pé- 
rir, mourir ; disparaître. 

interfïcïo, îs, féci, fectv.m, fïcère, 
tr. Tuer. 

intërïmo, 25, êmi, emptiim, îmére, 
tr. Détruire, tuer. 

intërïtùs, ùs, m. Ruine, mort. 

interprës, étis, m. et f. Inte;'- 
prète. 

interroge, as, âvi, âtum, are, tr. 
Interroger, demander. 

intersum, es, fin, esse, intr. Être 
au milieu, assister, participer à; 
interest, impers., il importe. 

intonsus, a, um, adj. Non tondu, 
non rasé. 

intrâ, prép. (qui régit l'ace). 
Dans, dans l'intérieur de; pendant. 

intrô, adv Dedans (avec mou- 
vement). 

intiiëor, ëris, liiïtus sum, tiiéri, tr. 
dép. Regarder attentivement, consi- 
dérer. 

intûs, adv. Dedans, dans l'infé- 
rieur. 

ïnùtïlis, e, adj. Inutile. 



LEXIQLE LATIN-FRANÇAIS. 



?.b3 



Invâdo is, vâsi, vâsum, vddère, 
intr. et tr. Pc^nétrcr (dans); en- 
vahir; s-? jeter sur. 

invënïo. is. vêni, ventuyn, vênîre, 
tr. Trouver, rencontrer. 

invïcem. alv. Mutuellement, ré- 
ciproquement ; inviceni occidere, 
s'entre-tuer. 
invictus. a. um. adj. Invincible, 
invïdëo. ''«. rini, vmim, rïdère, 
inlr. l'iirtbr envie à, jalouser. 

invïdus. a, uni, adj. Jalou.x, en- 
vieux. 
invisus. a, um. adj. Odieux, 
invitus. a. um, adj. Qui agit à 
contre-cœur, contraint. 

involvo. îs. i, vàlûlum, volvère, 
tr. Rouler dans, envelopper. 

ipsë. n, um. pron. et adj. Lui- 
niénie. même. 
ira. se, f. Colère. 

ïrascor. èris, îràtns sum, trasci, 
intr. dép. S'irriter (contre). 

ïrâtus. a. um, part, passé de 
inxscoi'. . Irrité. 

Iris, is ou tdis, n. pr. f. Iris, mes- 
sagère de Junon. 

irrîdëo. es. rîsi. rîsum, rïdêre, tr. 
Se moquer de, railler. 

irrûo, is, i. ère, intr. Se précipiter 
sur. 

ïs, ëâ.ïd. pron. <'t adj: Ce, cet; 
celui ; lui. il ; tel ; ceci, cela. 

Isôcrâtês. il, n. pr. m. Isocrate, 
célèbre orateur d'.Vthènes. 

Isrâhël. ftêlis. n. pr. m. Israhel 
(autre nom de Jacob . 

Issus, i, n. pr. f. Issus, ville de 
Cilicio. 

istë, (î, itd, adj. et pr. (do la 3* 
personne). Ce. cet; celui-là; lui; 
cela ; istius modi, de cette fa<;ou, de 
cette espèce. 

istic. adv. J.:\-bas, li (sans mou- 
vement'. 
istinc, adv. De là. 
istûc, adv. Là lavec mouvemout). 
ïtâ, adv. De cette manière ; ainsi ; 
ila ni, do manière que. 
Itâlïa, X, n. pr. f. L'Italie. 
Itâquë, adv. C'est pourquoi, aussi, 
done. 

Item, adv. Do même, pareille- 
ment. 

ïtër, itineris, n. Trajet, marche, 
voyage; chiMiiiu, route ; cours (d'un 
rteuvej. 
ttërum, adv. De nouveau. 

KXrnr.. LAT. CL. DE 6° Er i»'. 



jâcëo, es, ùi, ère, intr. Être élen- 
.du, être couché ('malade ou mortj ; 
être déposé (sur le solj. 

jâcio. îs,jéci, jactnm, jàcère, tr. 
Jeter; lancer; répandre. 

iactans. antis, part. près, de 
JACTO et adj. Qui se vante, pré- 
somptueux. 

jacto, ds, dvi, dtum, are, tr. 
Agiter. 

jaon, adv. Déjà ; non jam, ne... 
plus. 

jamjaiii, adv. Bientôt, dans «n 
instant. 

Jânïcûluxa. i, n. pr. n. Le Jani- 
rule, l'une des sept collines de 
Ilome. 

Jânus, i, n. pr. m. Janus. ancien 
roi d'Italie. 

Jâsôn, ônis, n. pr. m. Jason, roi 
de Thessalie. 

jêjùnus, a, um, adj. Qui est à 
jeun, artamé. 

jôcôsus, a, wn, adj. Badin, en- 
joue. 

jôcus. i, m.; pi. jocj. m. et Joca, 
n. Plaisanterie, raillerie; objet de 
raillerie. 

Jordânês ou Jordânis. is, n. pr. 
m. Le Jourdain, lleuve do la Pales- 
tine. 

jûbëo, és,Jussi, jussum, Jiibére, 
tr. Ordonner, commander; juberi, 
recevoir l'ordre. 

jûcundus, a, um, adj. Agréable. 

Jùda, jp, n. pr. m. Judas, fils de 
Jacob. 

Jûdaea, x, n. pr. f. La Judée, 
contrée de Syrie. 

jûdaeus, a, um, adj. Do Judée; 
Judxi, oruin, m. pi., les Juifs. 

jûdico, as, dvi, dtum, dre, tr. 
Juger 

Jûgërum, i, n. Jugèro, arpent 
(mesiire agraire). 

jûgûlo, ds, dvi, dtum, dre, tr. 
Égorger. 

jûgûlum, I, n. Gorge. 

Jûlïus, il, n. pr. m. Jules (César). 

Jûnlus, ù, n. pr. m. Junius (Lu- 
cius Junius Brulus, qui expulsa les 
Tarquins . 

Jûno. '>)ii5, n. pr. f. Junon, femme 
de Jupiter. 

15 



LEXIQUE LATIN-FRANCAIS. 



Juppïter (Jupiter), gén. Juvis. 
dal. Jùvi, ace. Jôvem, abl. Jôve, n. 
[ir. m. Jupiter, le roi des dieux. 

jus, jûris, n. Droit, loi, justice; 
■iura reddere, rendre la justice. 

jusjùranduin, jùrisjarandi, n. 
Serment. 

jussi, parf, de jubeo. 

justïtïa, a?, f. Justice, truite. 

justus, a. um, adj. Juste. 

1. jûvënis, is, adj. m. et f. Jeune. 

2. juvenis, js, m. Jeune homme; 
juvenes, les jeunes gens. 

jûvo, as, jûvi, jùcâi'e, tr. Aider, 
secourir; servir à ; réjouir. 

juxtâ. — 1, Adv. Tout à côté, 
tout près; — 2. Prép. (qui régit 
Tacc). A côté, auprès de. 



kâlendae, arum, 

CALE.ND.4£. 



f. pi. Voir 



L. Abréviation du prénom romain 
Lucius. 

lâbellum, z, n. Lèvre, pelitelèvre. 

Lâbïënus, i, n. pr. m. Labienus, 
lieutenant de Jules César. 

1 . lâbor, èris, lapsus sum, lâbi, 
intr. dép. Tomber; s'écouler. 

2. lâbôr, ôris,m. Fatigue, travail. 
lâbôrïôsus, o, li/ii, adj. Laborieux. 
lâbôro, as, âoi, âtum, are, intr. 

Travailler ; souffrir. 

lâbyrinthus, i, m. Labyrinthe, 
enclos de jardins et de bâtiments. 

lâc, laclis, n Lait. 

Lâcëdaemômus, a, um, adj. De 
LacédéiTione; Lacedxmonii, orum, 
m. pi. Les Lacédémoniens. 

lâcëro, as, âvi, âtum, are, tr. Dé- 
chirer, mettre en pièces. 

lâcertus. i, m. Muscle; partie 
supérieure du bras. 

lâcrïma, x, f. Larme. 

làcrïmàbundus, n, um, adj. Qui 
l'ond <*n larmes, éploré. 

lâcûs, ùs, m. Lac. 

laedo, is, Isssi, Isesum, Isedère, tr. 
Heurter; blesser; offenser. 

Lœnàs, dtis, n. pr. m. Lénas 
(Popilius), meurtrier de Cicéron. 



laetus, a, um, adj. Joyeux, gai; 
riant; abondant. 

Laevïnus, i, n. pr. m. Lévinus 
(P. Valerius), qui couibattit contre 
Pyrrhus. 

lâgëna, a?, f. Bouteille. 

lâna, se, f. Laine. 

lancïno, as, âvi, âtum, are, tr. 
Déchirer, mettre en pièces. 

lânëus, a, um, adj. De laine. 

làpillus. i, m. Petite pierre, cail- 
lou; pierre précieuse. 

lapis, ïdis, m. Pierre. 

lapsus, a,um, part, passé do la- 

BOR. 

iaquëus, i,m. Lacet, filet; piège. 

largïor, iris, îtus, ïri, tr. dép. 
Donner largement, accorder. 

largus, a, lun, adj. Abondant. 

lâtë, adv. Au large, au loin ; lonf/e 
lateque, dans une grande étendue. 

lâtïbùlum, i, n. Cachette, re- 
traite. 

latine, adv. En latin. 

lâtïnus, a, um, adj. Latin ; Latini, 
orum, les Latins. 

Latium, ïi. n. pr. n. Le Latium, 
contrée do l'Italie. 

Lâtôna, se, n. pr. f. Latone, mère 
d'Apollon et de Diane. 

latrâtûs, ws, m. Aboiement. 

loXro, ônis, m. Voleur, brigand. 

1. lâtus, a, um, part, passé de 
FERO. Porté. 

2. lâtus, a, um, adj. Large. 

3. lâtus, èris, n. Flanc, côté. 
laudâbïlis,e, adj. Digne d'éloges; 

estimé. 

laudo, as, âvi, âtum, are, tr. 
Louer. 

laus, taudis, f. Louange; mérite. 

lauté.adv. Somptueusement, avec 
magnificence. 

lâvo, îs, lâvi, lautum, làvêre, et 
làvo, as, âtwn, are, tr. Laver ; lavari, 
se laver. 

lëœna, as, f. Lionne. 

lectîca, se, f. Litière. 

lectum, i, n. ; tectus, i, m. Lit, 

lëgâtïo, ônis, f. Ambassade, dépu- 
tatiou. 

lëgâtus, i, m. Ambassadeur, dé- 
puté. 

lëgio, ônis, f. Légion. 

l. lêgo, ds, âvi, âtum, are, tr. 
Députer, envoyer en ambassade. 



LEXIQUE LATIN-FHANÇAIS. 



liOO 



2. lëgo. îs, lêgi, lectum, légère, tr. 
Cueillir; lire. 

lëmo, is, ici et ïi, Uum, ire. tr. 
Adoucir. 

lënis. <?. ad. Doux, non rude. 

Lentùlus, i, n. pr. m. Lentulus, 
complice du conspirateur Catilina. 

lëo, ônis, m. Lion. 

lëpôs, ôris, m. Grâce, charme. 

lëpûs, ùris, m. I^ièvre. 

lêvïr. vîri, m. Beau-frère. 

lé vis. f. adj. Léger. 

lëvïtâs. àtis, (. Légèreté. 

lex, It'f/is, f. Loi. 

Lïbànus. j. n. pr. m. Le Liban, 
nioMlai:iie de Syrie. 

libens. ^nlis, adj. Qui agit de 
bon j:i-i>. 

libentër. adv. Volontiers. 

1. liber, âra, èrum, adj. Libre. 

'J. Liber, èri, n. pr. m. Liber (le 
dieu liacchus en Italie). 

3. lïbër, bri, m. Livre. 

libërâlis, e, adj. Libéral; génè- 
re 'i.v. 
libërâlïtàs, àtis, f. Libéralité, 

générosité. 

libërâlïtër. adv. Libéralement, 
avec générosité. 

libéré, adv. Librement, franche- 
ment. 

libëri, ôritm, m. pi. Les enfants. 

libëro, ds, dci, àlum, are, tr. Dé- 
livrer. 

libertés, âtis. f. Liberté. 

hbidinôsus, a, um, adj. Débau- 
ché, voluptueux. 

libo, rtî, dii, dtnm, dre, tr. Otîrir 
(en libations; ; verser. 

1. lïcët, iiit ou tljm est, ère, 
impers. 11 est permis. 

2. lïcët, conj. Quoique. 
lignëus. a, wn. adj. De bois. 
lignum, j, n. Bois, morceau do 

bois. 

1. lïgo.âJ, doi, d'um, are, tr. Lier, 
attacher. 

i. iïgo, ônis, m. Hoyau. 

lillum, ii, n. Lis (planto). 

lingua. a», f. Langue; langage. 

lintër, tris, m. Barque, canot. 

lintëum. j, n. I^:tort'o do lin, toile, 
morceau d.- toile. 

lis, lUis, f. Procès, diiréroud. 



I llttëra. a?, f. Lettre de l'alpha- 
I bet ; au plur. — I. L'alphabet; — 
2. Lettre, missive; — 3. Les belles- 
lettres, la littérature. 

littûs (litûs , ôris, n. Bord, 
rivage. 

lÔco, âî, àci,dtum. dre, tr. Placer. 

lôcus, i, m. .\u plur. lôca. ôrum, 
n. et lôci, ôrum. m. Lieu, endroit, 
place; loco (avec le gén.). à la 
place de. 

lôcusta. a?, f. Sauterelle. 

longé, adv. Loin, au loin; beau- 
coup. 

longïtùdo. tnis, f. Longueur. 

1. longus. a. um. adj. Long. 

i. Longus. i. m. Longus {nom 
romainj. 

lôquor. èris, làcûtus sum. lùqui, 
iutr. dép. Parler; dire. 

lûcëo, es, luxi, lacère, iutr. Luire ; 
briller. 

lucrum. J. n. Gain. 

luctûôsus.c;, »/(!. adj. Déplorable, 
funeste. 

lûcus, I, m. Bois sacré; boi's. 

lûdo, ïs, lù-si, lûium, lùdère, intr. 
et tr. Jouer. 

lùdus, J, m. Jeu, divertissement ; 
école. 

lûgëo, es, luxi. luclum, lùgère, intr. 
Être en deuil, pleurer. 

lûna, s. f. Lune. 

lûo. is, i, ère, tr. Purifier; payer; 
Inern j.ienas mateficii, être puni d'un 
méfait. 

lûpa, se. f. Louve. 

lupus, I, m. Loup. 

Lûsitânus, a, um, adj. De I.usi- 
tanie idu Portugal) ; Lusitani, orum, 
m. pi. Les Lusitaniens. 

lûsûs, HT, m. .Vmusement, jeu. 

Lûtétïa. X. n. pr. f. Lu tèce (Paris). 

lux, it'.is, f. Lumière, jour. 

luxi, parf. do luceo et do llt.eo. 

luxûrïa, X, f. Luxe, vie molle, 

délices. 

luxûrïôsus. a, um, adj. Adonné 
au luxe, à la mollesse, à la débauche. 

luxus. M, m. Luxe, faste. 

Lycurgus.i. n. pr. m. Lycurgue, 
législateur de Sj'arte. 

Lydus, a, um, adj. De Lydif, 
lydien; Lydi, orum, m. pi., les 
Lyiiens. 



256 



LEXIQUE LATIN-FRANCAlS. 



M. Abréviation du prénom ro- 
main Marcus. 

Mâcëdo, ônis, n. pr. m. Macédo- 
nien ; Macedones, vni, m. pL, les 
Macédoniens. 

mâcellum, i, n. et mâcellus, î, 
ni. ?\Iarché. 

mâcer, C7m, cnnn, adj. Maigre. 

mâdëo, es, ?'»', ère, intr. Être 
mouillé. 

masstus , a, lun , adj. Triste, 
affligé. 

mâgïs, adv. Plus, davantage. 

mâgistër, tri, m. Maître, celui 
qui enseigne. 

mâgistràtûs, us, m. Magistra- 
ture ; magistrat. 

magnïtûdo, hiis, f. Grandeur. 
magndpëre. ou magno ôpëre, 

adv. Beaucoup, extrêmement. 
magnus (Magnus), o, lun, adj. 

Grand (dans tous les sens). 

mâjestàs. âtis, f. Majesté, di- 
gnité. 

major, iis, compar. de m.\gnus. 

mâle, adv. Mal. 

mâlëfactum, i, n. Méfait (quel- 
conque). 

mâlëficium, ïi, n. Méfait, mau- 
vaise action. 

mâlëfïcus. a, um, adj. Malfai- 
sant, méchant. 

mâlo, mâvîs, mâlui, mallè^ tr. 
Aimer mieux. 

i. mâlum, /, n. Mal, souffrance; 
vice. 

2. mâlum, i. n. Pomme. 

1. malus, a, 21m, adj. Mauvais, 
méchant. 

2. mâlus, i, f. Pommier. 
mandâtum, i, n. Commission, 

commandement. 

mànë, adv. Le matin. 

mânëo, es, mansi, mansum, ma- 
nêre. inli'. Demeurer, rester. 

Manlïus, u, m. Manlius (nom 
romain,!. 

mansuëtùdo, ïnis, f. Douceur, 
docilité. 

mânûs, us. f. Main. 

Mârâthônïus, a, um, adj. De 
MnratJiOiK 

Marcïus, îi, m. Marcius (non 
romain;. 



mârë, is, n. Mer; 772ari, sur la 
mer. 

margârita, as, f. Perle. 

mârîtïmus, a, U77i, adj. De mer; 
maritime. 

Mârïus, ïi, n. pr. m. Marins, 
vainqueur des Gimbres. 

marmôr, môris, n. Marbre. 

marmôrëus, a, um, adj. De mar- 
bre. 

Mars, Martis, n. pr. m. Mars, 
dieu de la guerre; vario Marte, avec 
des succès divers. 

Martïàlis, is, n. pr. m. Martial, 
poète latin. 

Massïlïa, œ, n. pr. f. Massilie 

(Marseille). 

mâtër, tris, f. Mère ; cause pre- 
mière. 

mâtërïa, se. f. Matière, sujet 
(d'un écrit). 

mâtrïmônïum, îi, n. Mariage. 

Mâtrôna, œ, n. pr. m. La Marne, 
affluent de la Seine. 

mâtûrus, a, um, adj. Mûr. 

maxïmë, adv. Le plus; beau- 
coup ; très. 

maxïmus, a, um, superl. de ma- 
gnus. 

Mëdi, ôrum, n. pr. m. pi. Les 
Modes. 

mëdïcus, i, m. Médecin. 

mëdïôcrïtër , adv . Médiocre- 
ment. 

Mëdïôlânum, /, n. pr. n. Milan. 

mëdïus, rt, um, adj. Situé au mi- 
lieu; médium, ii, n., le milieu; in 
medio, au milieu. 

mël, mellis, n. Miel. 

mëlïôr, nis, compar. de bonus. 

mëmïni, isse, défect. Se souve- 
nir. 

mëmôr, ôris, adj. Qui se sou- 
vient. 

mëmôrïa, se, f. Mémoire, souve- 
nir. 

mendâcïum, u, n. Mensonge. 

mendax, àcis, adj. Menteur. 

mens, mentis, f. Esprit, intelli- 
gence. 

mensa, œ, f. Table (à manger). 

miensis, is,m. Mois. 

mentïor, iris, menlîtus sum, men- 
tir i. intr. dèp. Mentir. 

mentum, i. u. Menton. 



LEXIQIE LATIN-FRANÇAIS. 



257 



Mercûrïus. h, n. {ir. m. Mercure 
(messager des dieux, dieu des mar- 
chands et des voleurs). 

mërëo, es, ùi, Utim, ère, tr. ; et 
mèrèor éris, itus siitn, êri, tr. dëp. 
Mériter, être digne de; bene vif- 
rei'i de patria, bieu mériter de la 
patrie. 

mergo, r*. mersi, mersum, mer- 
yère. ir. IMoiiprer, engloutir. 

mëridïânus, «, uni, adj. De midi ; 
sitiK- an iM'li. 

mëridiês. n, f. Midi. 

mërîtô. adv. A bon droit, avec 
raison. 

mëtallum. j, n. Métal. 

mêtïor. iris, menftmt sum, métîri, 
tr. dej). Mesurer ; juger. 

mëtùendus, n, um. Redoutable. 

mëtûo. îs , j, filum, iière, tr. 
Craindi-.-. 

mëtùs, «s, m. Crainte. 

niëus, a, um, acij. poss. Mon, le 

nii»Mi. 

MTdàs, (B, n. pr. m. Midas, roi de 

Phry^ne. 

migro, df, âoi, âlmn, are, intr. 
Aller 'ailleurs), émigrcr. 
miles, ïtis, m. Soldat. 

mllitâris, e, adj. De soldat, de 
guerre, militaire. 

. mïHto, lit, âci, nlnin, are, intr. 
'Etre soldat, faire la guerre. 

mille, n. de nombre. Mille ; mllli, 
plusieurs niiile (des) millieis. 

millêstmus, a, um, adj. Mil- 
lième. 

HiîllYârlum, ti, n. Borne, pierre 
milliaire (marquant un espace de 
mille [)as). 

Mïnerva, a?, n. nr. f. Minerve 
(Pallas , déesse de la sagesse, des 
arts et de 1 industrie. 

mïnïmus. a, um, superl. do par- 
VLs. Tris petit, le moindre ; très 
pou important. 

mïnister. tri, m. Serviteur. 

mïnistërïum . îi, n. Service, 
occupation, mission. 

1. mïnor , àrix. âtus xum, âri, 
intr. et tr. dép. Menacer. 

.'. niïnôr. iV.», compar. do ivvn- 
VI s. rius petit, moindre. 

Minôs, 'lis, n. pr. m. Minos, roi 
cl législateur do Crète. 



mïnûo. ïs, i, ûluiii, itère, tr. Dimi- 
nuer. 

minus, adv., compar. de parum. 
Moins. 

mirabilis, e. alj. Admirable; 
étonnant. 

mîrâcûlum. /. n. Merveille, pro- 
dige. 

mîror, dris, dtus sum, âri, tr. 
dép. S'étonner de. admirer. 

mirus, a, um, adj. Merveilleux, 
admiiahle. 

miscëo. es, ùi, Jiu'xtum, lyiiscêre, 
tr. .Mêler. 

miser, èra, èrnm, adj Malheu- 
reu.\. 

mïsërïcordia , (r. f. Pitié, com- 
passion. 

missile, is, n. Arme de jet, trait. 

mîtesco, îs.ére. intr. S'adoucir. 

Mïthrïdâtës. is, n. pr. m. Mithri- 
date, roi de Pont. 

mitïgo, iî<t, âi'i, âlum, are. tr. 
Adoucir, apaiser. 

mitis, e, alj. Doux, bon; trai- 
table. 

mitto, IS, mtsi, missum, mitlère, 
tr. Envoyer. 

môdëràtus. a, um. adj. Modéré. 

môdestïa. a-, f. Modération ; 
obéissance, discipline. 

môdestus. n. um, adj. Modeste. 

môdô, adv. Récemment; seule- 
ment. 

môdus, j, m. Manère, façon; 
eji'.s/iiodi, de cette espèce, de cette 
fa<;on. de telle façon (pie). 

mœnla, j»»j, n. pi. Murailles (de 
ville . rempart. 

Moeris ,. >•<'//>'. n. pr. f. Le lac 
Mferisen Egy[>te;. 

môlestus, n, i'„i. adj. Pénible, 
désagréable, ù charge. 

mollis, e, adj. Mon. 

moUïtïa, .r mollïtïës. /»'»">, f. 
souplesse ; mollesse. 

mônëo, ^4. iti, îtum, ère, tr. Aver- 
tir; monere ut, avertir do (faire telle 
ou toll(» choso^ ; monere ne, avertir 
de ne i)as (faire telle ou telle chose). 

mônilë. is, n. Collier. 

mônttûs. us, m. .avertissement, 
avis. 

mons, montis, ni. Montagne, 
mont. 

monstro. <»«. âri, tUutn, are, tr. 
Montrer, indiqu-jv. 



2;;8 



LEXIQUE LATIN-FRANCAlS. 



monstrum, ?, n. Monstre. 

mônùmentum. /, n. Monument. 

môrâtus, a, nm, adj. Constitué; 
bene moratu civitas. État bien gou- 
verné. 

morbôsus, a, um, adj. Malade; 
malsain. 

morbus, /, m. Maladie. 

môrës, wn, m. pi. Voir mos. 

môrïbundus, a, um, adj. Mou- 
rant. 

môrïor, èris, mortiïus sum, môri, 
intr. dép. Mourir. 

mors, mortis, f. Mort. 

mortâlis, e, adj. Mortel, sujet à 
la mort, humain. 

mortâlïtàs. âti<i, f. Condition de 
ce qui est sujet à la mort; nature 
humaine. 

mortïfër, èra, èriim, adj. Mortel, 
meurtrier. 

môs, môris, m. Coutume, usage; 
viores, um, mœurs, caractère. 

Môsella, cB , n= pr. m. et f. La 
Moselle, rivière de la Gaule. 

môvëo, es, môm, môtum, môvëre, 
tr. Mouvoir, mettre en mouvement ; 
transporter, changer de place; 
émouvoir, toucher (de compassion) ; 
effrayer; movere lacrhnas, tirer des 
larmes. 

mox, adv. Bientôt. 

mûgïo, 25, Ivi 011 zf, ire, intr. 
Mugir. 

lïiulcto, «5, âvi, âtum, are, tr. 
Punir, condamner. 

miilïëbris. e, adj. De femme. 

multiplex, pl/cis, adj. Multiple, 
divers. 

multitude, ï)ns, f. Multitude, 
foule. 

multô, adv. (devant un compar.). 
Beaucoup. 

multum, adv. Beaucoup. 

mûltus, a, wn, adj. Nombreux, 
abondant; nvi.lt i, m. pi., plusieurs; 
milita, n. pL, beaucoup de choses. 

mûlus, i, m. Mulet. 

1. mundus, a, um, adj. Propre; 
élégniit. 

2. mundus, i, m. Le monde, 
l'univers. 

mûnimentum, i, n. Rempart, 
n 1 ri . 

mûnïo, is, Ici r>u ;/, Uiim, ire, tr. 
Forlilier, munir, d'-'-fendrc. 



mûnùs, éris, n. Charge, fonction ; 
devoir; présent, faveur. 

murex, j'ïcis, m. Coquillage 
pointe de fer. 

mûrus, /, m. Mur, rempart. 

mus, mûris, m. Souris, rat. 

mûsa, 3S, f. Muse. 

musca, se, f. Mouche. 

mustêla, a?, f. Belette. 

mùto, as, âvi, âtum, are, tr. 
Changer. 

mûtùus, a, um, adj. Mutuel, réci- 
proque. 

myrtùs, i et ils, f. Myrte (arbris- 
seau). 



N 



Naïades, um, n. pr. f. pi. Les 
Naïades, nymphes des fontaines et 
des fleuves. 

nano, namque, conj. Car, en 
effet. 

narro, as, âvi, âtum, are, tr. Ra- 
conter. 

nascor, èris, nâtus siun, ne se;, 
intr. dép. Naître, commencer, pren- 
dre sa source. 

nâtïo. ônis, f. Nation. 

nâto, as, âvi, âtum, are, intr. 
Nager. 

nâtû, abl. d'un subst. inusité aux 
auti-es cas. Par la naissance. 

nâtùra, «, f. Nature; naturel; 
natiirà, naturellement. 

nâtus, a, um, part, passé de 
NA.scoR. Né ; âgé de. 

naufràgïum, //, n. Naufrage. 

nauta, se, m. Matelot. 

nâvâlis, e, adj. Naval ; res nava- 
lis, la marine. 

nâvïgâtïo, ônis, f. Navigation. 

nâvis, is, f. Navire, vaisseau. 

né, conj. Que... ne pas ; de peur 
qiie;pour que ne... pas; ne... pas 
(pour défendre) ; de, que ne (avec 
un mot exprimant la crainte) ; ne... 
quidem, pas même ; ne multa 
(suppléer dicam) bref, pour abréger. 

ne, adv. ou conj. interrog. — 1. 
Est-ce que ? — 2. Si. 

nëc, neque, adv. Et... ne... pas; 
ni. 

nëcessârïus. a, um, adj. Néces- 
saire. 

nëcessë est. Il est nécessaire. 

nëcessïtâs, âtis, f. Nécessité. 



LEXIQIE LATIN-mANÇAlS. 



2o9 



necnë. Ou non. 

nëco. 09, dvi, nècâlum, nâcâre, 
tr. TiuT. 

nêg]ëgo {npglîgo). îs, f/lexi, glec- 
tum, (jlùijère. tr. Négliger. 

nëgo. âa. dvi. dtnm, are, tr. Nier; 
refuser (ne pas donner). 

nëgôtium, u. n. Occupation, 
affaire; «lifiicuité, embarras; nuUo 
uei/otio. sans difficulté. 

nëmo. luis. pron. Personne. ..ne... 

nëpôs, ôlis. m. Petit-fils; neveu. 

Neptûnus. i, n. pr. m. Neptune, 
dieu des mers. 

nëquë. Voir nec. 

nescio, ht. ivi ou îi, îtutn, ire, tr. 
Ne pas savoir, ignorer. 

neutër. tra, trnm, pron. Ni l'un 
ni Tautrc; aucun des deux. 

nex, nècis. f. Mort violente, meur- 
tre. 

nidus, i, m. Ni 1. 

nïgër, «yra, grum, adj. Noir. 

niliil, n. iudécl. Uien... ne... — 
Piis comme adverbe, nihil (ace). 
eu rien, nullcm-ent. 

Nîlus. j, n. pr. m. Le Nil, fleuve 
d'Égvpte. 

nîmïrum . adv. Assurément, 
a;>paremiiieiit. 

nïmïs. adv. Trop. 

nïmïus. a. «m, adj. Excessif. 

Nfâba. se, n. pr. f. Niobé, fille de 
Tantale et femme d'Ampbion. 

nïflï, co))j. Si... ne pas, à moins 
qie; sinon, si ce n'est. 

nttïdus, c, mn, adj. Brillant, lui- 
sant. 

Dîtor. èris, n'isxs ou nixits sum, 
niti, intr. dép. S'appuyer sur, se 
confier à. 

nlvâlis, e, adj. Couvert de noige. 

nix. nicis, (. Neigo. 

nôbljis, e, adj. Fameux, célèbre. 
nol)l(>. de haute naissance; de 
bonne race. 

nôbilltâs, dlix. t\ Nol)lcsse, nais- 
sance diustre. 

nôbiscum. ccst-à-diro cutn 
nobis. Avec nous. 

nôcëo, l'-s. ùi, îtiim. ër>\ intr. 
Nnirf. 

noctù, adv. Pendant la nuit. 

nocturnus.n,«»M.adj. Nocturne. 

nôlo. )ii)u vis, nôlui, nollè, tr. Ne 
pas V()iili)ir. 

nômën. )innis. n. Nom. 



nomïno. rfv, dvi, dtiun, are, tr. 
Nommer. 

non, adv. Non, ne... pas. ne... 
point. 

nônae. drum. f. pi. Les nones. le 
5' ou le 7' jour du mois romain. 

nônâginta. nom de nombre. 
Quatre-vingt-dix. 

nondum. adv. Pas encore. 

nonnë, adv. interr. N'est-il pas 
vrai que? Ivst-ce que... ne... pas? 

nonnunquam. adv. Quelque- 
fois. 

nônus. a. um, adj. Neuvième. 

nos. gen. nostri et nostru»!, pron. 
pers. Nous. 

nosco. is, nôvi, nôdon, noscère, tr. 
Prendre connaissance de, commen- 
cer à connaître ; non', je connais. 

nostër. tra, trum, adj. posscss. 
Notre, le nôtre. 

nôtàbilis. (?,adj.Reconnaissable. 

nôtus, a. tau, part, passé de 
NOSCO et adj. Connu, fameux. 

nôvë, adv. D'une manière nou- 
velle ; tiovissinie, tout récemment ; 
en dernier lieu. 

nôvus. a, um, adj. Nouveau, ré- 
cent, inouï. 

nox. )ioctis. f. Nuit. 

noxïus, a, um, adj. Nuisible; 
coupable. 

nûbês. is, f. Nuage. 

nuclëus. i, m. Novau. 

nûdo. ds, dvi, dtuni, are, tr. 
Mettre a nu. dépouiller. 

nullus. a, um, adj. et pron. Nul... 
ne : aucun... ne. 

num, adv. et conj. interr. — 1. 
Kst-ce que? — 2. Si. 

Nûma. a?, n. pr. m. Numa Pom- 
[)ilius, deuxième roi de Home. 

nûmën.wfMj.f.n. Volonté (divine), 
Iiuissance (divine), divinité. 

nûmëro. dx, dvi, dtum, are, tr. 
Compter. 

nûmërus. i. m. Nombre. 

Nûmïdae, drum, n. | r m. pi. Los 
.Numides, peuple de 1 Afrique an- 
cienne. 

nunc, adv. Maintenant; nwic... 
iiuiic. tantôt... tantôt. 

nuntlo {nu)icio},ds, dvi, dtum, dr>\ 
Ir. .Vnnoncer. 

nuntius numciu^), >i, m. Messa- 
ger; message, nouvelle. 



260 



LEXIQUE LATIN-FRANÇAIS. 



nunquam (mnnquam), adv. Ne... 
jamais ; nunquam non, toujours. 

nurùs, ils, f. Bimi, belle-fille. 

nùtrïo, îs, îvi ou ïi, Uum, Ire, tr. 
Nourrir ; entretenir. 

nux, niicls, f. Noyer ; noix. 

nympha, se, f. Nymphe. 

nusquam, adv. Nulle part. 



0. inteij. O. 

ôb, prép. (qui régit l'ace). A cause 
de, pour. 
ôbédiens, enfis, adj. Voir obœ- 

DIEN.S. 

objectus, a, um, part, passé de 
OBJicio. Mis devant, opposé. 

objicïo, is, jëci, jectum, jlcëre, tr. 
Mettre devant; exposer. 

oblecto, as, âvi, âtum, are, tr. 
Divertir, charmer. 

ôbliviscor, èris, blîtus sum, bll- 
visci, intr. et tr. dcp. Oublier. 

obnoxïus, a, um, adj. Exposé à, 
sujet à. 

obœdïens, entis. adj. Obéissant. 

obœdïo, rs, ici ou ît, Itum, îre, 
intr. 01)éir. 

obsëquïum, ïi, n. Obéissance, 
déférence. 

observans, antis, adj. Qui a du 
respect pour, observateur de. 

observo, as, âvi, âtum, are, tr. 
Observer; respecter. 

obsïdëo, es, sëdi, sessum, sidëre, 
tr. Assiéger. 

obsïdïo, ônis, f. Action d'assiéger, 
siège. 

obsum, ôbës , obfiti et off'ui, 
ôbesse, intr. Faire obstacle, nuire. 

obtempère, as, âcj, âtum, are, 
iatr. iSe conformer à la volonté de 
(quelqu'un), obéir. 

obtïnëo, es, iii, tenium, thiêre, tr. 
Obtenir; posséder, tenir. 

obtûli. parf. de offkro. 

obvïam, adv. Au-devant de. 

occâsïo,ô/(/.s, f.Occasion, moment 
favorable. 

occïdens, entis, adj. (Le soleil) 
couchant; subst. m., l'occident. 

1. occïdo, is, i, occâsum, occïcJere, 
intr. '1 omber, tomber mort. 

2. occïdo, ïs, i, occlsum, occldâre, 
tr. Abaitre, tuer. 



oocultus, <7, um, adj. Caché; in 
occulto esse, être dans l'obscurité, 
être caché. 

ocoûpo, ds, âvi, âtum, are, tr. 
Occuper, s'emparer de. 

occurro, ts, occurri et occûcurri, 
occursum, occurrère, intr. Venir au- 
devant, accourir. 

Octâvïânus, n. pr. m. Octave 

(Auguste). 

octavus, a, um, adj. ord. Hui- 
tième. 

octingentêsïmus, a, um, adj. 
ord. Iluit-centième. 

octingenti, m, a, nom de nombre. 
Huit cents. 

oct-ô, nom de nombre. Huit. 

octôginta, nom de nombre. 'Qua- 
tre-vingts. 

ôcûlus, i, m. Œil. 

ôdi, ôdisti, ôdisse, parf. qui a le 
sens d'un présent, tr. Je hais. 

ôdïôsus, a, um, adj. Odieux. 

ôdiutn, }i, n. Haine. 

ôdôr, ôris, m. Odeur, parfum. 

ôdôrus, a, uni, adj. Odorant. 

offensa, x. f. Oifenso, injure. 

offëro, off'rrs, obthli, oblâtum, 
offerre^ tr. Offrir, présenter ; se 
ojferre, se présenter (au combat). 

offïcïum, li, n. Devoir; bienfait, 
service ; bons offices. 

ôlëa, «, f. Olivier ; olive. 

ôlëo, es, iii, ère, intr. Répandre 
une odeur, sentir. 

ôiëum, /, n. Huile. 

ôlim, adv. Autrefois, un jour. 

ôliva, a?, f. Olivier, olive. 

ôlûs, èris, n. Légume. 

Olympia, ôrum, n. pi. Les jeux 
olympiques, qui se célébraient tous 
les quatre ans à Olympie. 

Olynthïi, n. pr. m. pl.Olynthiens, 
habitants de la ville d'Olynthe. 

omnis, e, adj. Tout; omnes, ium, 
tous ; omnia, ium, toutes les choses, 
tout. 

ônûs, êris, n. Fardeau, poids. 

ônustus, a, um, adj. Chargé. 

ôpem, ôpe. Voir ors. 

ôpëra, se, f. Travail, peine, soin; 
dare operam, s'appliquer à. 

ôpërïo, îs, là, ôpertum, ôpèrlre, tr. 
Couvrir. 

opes. Voir ors. 



LEXIQUE LATIN-FRANÇAIS. 



261 



ôpîmus. a. u»i, adj. Riche ; opima 
<^;iotin, dépouilles opimes, qu'un chef 
(l'armée remportait après avoir tué 
le chef ennemi. 

ôpôbalsâmétum , /, n. Lieu 
pUintti ']<' haumiers. 

ôpôbalsâmum, i, n. Suc du 
haumier. baume. 
oppidum, i, n. Ville forte, ville. 
oppôno. îs, pôiiii, pôsitum, pônère, 
tr. Mettre- en face, opposer. 

opprïmo, ?s. pressi, pressum. prl- 
mèrt\ tr. Accabler, vaincre. 

oppugnâtïo, ônis, f. Attaque, 
siège. 

oppugno, as, dvi, âtum, are, tr. 
Attaquer, ussiéocer. 

ops, ôpis, f. (inusité au nomin. et 
au dal. sinfç. ). Moyen, force; 
secours; opes, um, f. pi., richesses, 
lorccs, puissance. 

optïmë, atlv. superl. de bene 
Très bien; parfaitement. 
optïmus, a, um, superl. de bonus. 
opto, as, âvi, âtum, are, tr. Sou- 
haiter, ilésirer. 

ôpûIentê et ôpûlentër, adv. 
OpuliMumont. 
ôpùlentïa, x, f. Opulence, 
ôpûlentus, a, um, adj. Opulent, 
somptueux. 

ôpûs, èi-is, n. Ouvrage, travail ; 
opus est, il est besoin de. 

ôrâtïo, ônts, f. Langage, faculté 

de parler; discours. 

ôràtôr, ôris, m. Orateur, député. 

orbis. ix, m. Cercle ; orbix terrx 

ou terrnrum, globo terrestre, la 

terre. 

orïens, entis, adj. Qui se lève ; 
(le soleil) levant; subst.ui.,rOrienl. 
ôrîgo, hùs. f. Origine, naissance ; 
source (d'un fleuve). 

ôrïor, ôri'-ris, or/u.î sum, ôriri, intr. 
dép. Naître, prendre naissauce, 
prendre sa source. 

orno, ds, dri. âtum, are, tr. Orner, 
parer. 

ôro, ô-î, dvi, âtum, dre, Ir. Prier 
solliciter. 

1.Ô9, ôris, n. Bouche; gueule; 
visage. 

2. ôs, ossis, n. Os; ossn, les os, les 
os'iomeiits. 

OStendo, is, i, tenfum et lensum, 
temlt-rc, tr. Montrer. 
OStentâtïo, unis, f. Ostentation. 



ostentum. i, n. Prodige, tout ce 
qui sort de l'ordre naturel. 

ostrâcismus, e, m. Ostracisme, 
jugement par lequel les .Athéniens 
bannissaient pour di.\ ans les 
citoyens qui leur faisaient ombrage. 

ôtïum, li, n. Oisiveté; repos; 
tranquillité; 2^er otium, tranquille- 
ment. 

ôvilë. is. n. Bergerie. 

ôvis. /'. f. Brebis. 



P. .\.hré\iation du pronom romain 
Publius. 

pâbûlum. i. n. Pâturage; nour- 
riture. 

Pâdus, «, n. pr. m. Le Pô, fleuve 
d'Italie. 

paenë. adv. Presque. 

paeninsûla. a?, f. Péninsule. 

pâlam, adv. Publiquement, ou- 
vertement. 

palma, j?. f. Palmier. 

palmêtum, ;, n. Lieu planté de 
palmiers. 

palpëbra, a?, f. Paupière. 

pàlûs. ûfiis, f. Marais. 

Pân, gén. PditÔM. n. pr. m. Pan. 
dieu des hergers. 

pânis, is, m. Pain. 

Pannômi. '^»»'H»(, n. pr. m. pi. Les 
Pannoiiiens, habitants de la Pan- 
nonie ' Hongriei. 

pannôsus, a, um, adj. Couvert 
de haillons. 

pâpïllo, ôrii«, m. Papillon. 

par, iHiris, adj. Égal, pareil. 

pârens, entis, ni. et f. PiNre, nièr-' • 
part'uti's, um, m. pi., les parents 
(père <.'t mère). 

pârëo, es, iii, îtum, ère, intr. 
Obéir. 

pârïo, is, pèpèii, partum, jHirêre, 
tr. l'roduire, procurer ; sibi parère, 
s'ac(p;érir. 

pàio. ds, dvi, dtum. dre. — 1. tr. 
Préparer, apprêter ; se procurer, 
acquérir; — i. int. Se préparer à. 
se disposer à. 

pars, partis, t. Partie ; coté ; 
pnrtt's, ium, f. pi., rôle, fonction, 
charge. 

Parthïcus, n, um, adj. Des Par- 
Ihcs. 

15. 



262 



LEXIQUE LÂTIN-FHANCAIS. 



partïceps, f/C!pis,adj. Qui parti- 
cipe à. 

pai-tïcùla, se, f. Petite partie, par- 
celle, petit morceau. 

parvùlus, a, um, adj. Très petit, 
très jeune. 

parvus, a, um, arlj. Petit. 

pascûum, /, n., et ordinairement 
au phii-, pascua, orum. Pâturage. 

passùs, îis, m. Un pas (mesure de 
longueur, valant l'^,i8). 

pastôr, ôris, m. Berger. 

pastôrâlis, e, adj. Pastoral, de 
berger. 
Pâtâvïum, li, n. pr. m. Padoue, 

ville d'Italie. 

pâtëfàcïo, is, fèci, factum, fdcère. 
tr. Ouvrir. 

pàtens, e«/<s, adj. Ouvert ; étendu. 

pâtëo, es, ùi, ère, intr. Être 
étendu, être ouvert. 

pâtër, tris, m. Père. 

pâtëra, se, f, Patère (vase on 
forme de soucoupe). 

pâtiens, e)itis,ad^. Patient, endu- 
rant. 

pàtïor, èris, passai sum, pâti, tr. 
dép. ;Sourt"rir, endurer; permettre. 

Patrae, drum, n. pr. f. pl.Patras, 
ville d'Achaïe. 

patres, wn, m. pi. Ancêtres; 
sénateurs. 

patrîa, ae, f. Patrie. 

patrïmônïum, ïi,n. Patrimoine. 

pâtrôcmium, ii, n. Défense; 
excuse. 

pàtûlus, «, um, adj. Ouvert, 
étendu. 

paucus, a, 
breux ; pauci. 
nombreux. 

Paulus, z,n.pr. m. Paul (Emile), 
vainqueur de Persée, dernier roi de 
Macédoine. 

paupër, èris, adj. Pauvre. 

paupertâs, àtis, f. Pauvreté. 

Pausanïas, x, n. pr. m. Pausa- 
nias, roi de Sparte. 

pàvidê, adv. Timidement. 

pax, pdcls, ï. Paix. 

peccâtum, i, n. Faute, action 
coupable. 

pecco, ds, doi, dtum, are, intr. 
Commettre une faute. 

pectën, pecCinis, m. Peigne. 



icm, adj. Peu nom- 
ôrum, m. pi., peu 



pecto, îs, pexi, pexum, pectère, 
tr. Peigner. 

pectûs, d;-«s, n. Poitrine; cœur. 

pëcùnïa, se, f. Argent (monnayé) ; 
richesse. 

pëcùs, ôris, n. Troupeau; trou- 
peau de petit bétail 

pëdës, ditis, m. Fantassin. 

pëdestër, tris, tre, adj. Qui est à 
pied. 

pëjôr, ils, compar. de malus. Pire. 

pëlâgus, i, n. (poétique). La mer. 

pellis, is, f. Peau. 

pello, ïs, pèpùli, pulsum, pellère, 
tr. Frapper; pousser; repousser; 
mettre en fuite ; éloigner: chasser. 

pënâtës, lum ou um, m. pi. Pé- 
nates, dieux protecteurs d'un pays, 
d'une famille ; maison. 

pendëo, es, pèpendi, pnidêre, 
intr. Pendre, être suspendu. 

pënës, prép. (qui régit l'arc). Au 
pouvoir de; entre les mains de; 
chez. 

pënëtràbïlis, e, adj. Pénétrable. 

pënetro, ds, dvi, dtum, dre, intr. 
et tr. Pénétrer. 

penna, se, f. Grosse plume, plume. 

pênûrïa, se, f. Disette, besoin. 

pëpëri, part', de pario. 

pëpùli, parf. de pjîllo. 

për, prép. (qui régit l'ace). Par, 
ù travers; sur l'étendue de; en, 
dans; pendant; par rintermèdiairo 
de. 

përa se, f. Besace. 

percello, îs, clili, culsum, cellëre, 
tr. Frapper, émouvoir. 

perculsus, a, um, part, passé de 

PERCELI,0. 

percurro, ïs, ciicurri et curri, cur- 
sum, currère, tr. Parcourir. 

percussôr, ôris, m. Assassin, 
meurtrier. 

percùtïo,?s, cussi, cussu77i, c'utère, 
tr. Frapper violemment. 

perdïtus, a, um, adj. Perdu, 
corrompu. 

perdo, is, dïdi, ditum, dëre, tr 
Perdre ; ruiner. 

përëgrinor, âris, dtus sum, dri, 
intr. dép. Voyager (à l'étranger). 

përennis, e, adj. Qui dure long- 
temps; perpétuel. 

përëo, îs, ïi, Itum, ire, intr. Pénr. 

perfîdia, se, W Perlidie. 



LEXIQUE LATIN-FRANr.MS. 



20:3 



perfïdus, <i, ton, adj. Perfide. 

perfÔro. ât, ôc/, àtum, dre, tr. 
Percer. 

pergo, /•«, perrexi, perrectum, 
pert/ère, intr. Marcher, se diriger. 

Përiclês. /s, n pr. m. Périclès, cé- 
lel)r<'poiM'Talctorateurd'Athènes. 

përîcùlôsus. o, um, adj. Dange- 
reux. 

përicûlum, /, n. Péril, danger. 

përïi. parf. de pereo. 

përitë. adv. Avec talent, habile- 
ni'^nt. 

përîtus. a. um. a-lj. Habile. 

perlino, h, Utum, lînère, tr. 
Kndiiir.'. 

perlitus. n, um. part, passé de 

PERLINO. 

perlustro. ««. nvi, tîtum, are, tr. 
Parcourir. 

permiLto. ?-î, yniii, viissum, jnit- 
tère, tr. P«^rmettre. 

pernïcïês. ciêî. f. Perte, ruine. 

pernïcïôsus. a. um, adj. Perni- 
cieTix, t'iaii-sto. 

pernocto, «5, dvi, dtum, are, 
intr. Passer la nuit, veiller. 

perpëtûô. ailv. Perpétuellement. 

perpëtûus. rt. um, adj. Perpétuel, 
non iiiluriuuipu. 

Persae, ri;»»», n. pr. m. pi. Les 
Perses. 

persëquor, èris, sf'cùtus sum, 
sfijui, tr. <l('p. Poursu vro. 

Persïcus, o. um, a'ij. De Perse, 
pcnii(\\\c: j>f'rsicum bellum, guerre 
contre les Perses. 

psrsôna. .r, f. Masque de théâtre. 

perspïcïo. ïs , fjeri , jif'ct um , picère , 
tr. AptMtevoir. voir nettement. 

persto. rtv, slîli, stdie, intr. De- 
niiîiirer ferme; persister. 

persuâdëo , <•«. sansi, sud.tum, 
aunilt'ri', intr. et tr. Persuader, con- 
\aincro. 

Perséus, èi et i-ox. n. pr. m. 
p.Msc'c, roi de Macédoine. 

pertïca. a», f. Perche; tige. 

pertïnëo, <?.v, i>/. ?/v, intr. Aboutir 
ft, Icnifc a. 

pervënïo. \s,vêni,ventum, l'ènîrc, 
iiilr. l'arvcnir. 

perverto, îs, i, n^rxum. vertt're, 
tf. U<Mivcrsor, détruire entièrement. 

pervïcax, cârix, adj. Opiniâtre, 
obstiné. 



pês. pèflit, m. Pied. 
perlustro, a«, ûii, dtum, are, tr. 
Parcourir; examiner. 
pessïmus, n, um, super! do 

M.\LLS. 

pestïfër. fera, fèrum, adj. Perni- 
cieux', funeste. 
pestïIentïa.Jp.f.Épidémie, peste, 
pestis. <>\ f. Peste; calamité, 
fléati. 

pëto. is, ici et u, itum, ère, tr. 
Chercher à atteindre; attaquer; 
frapper: venir conquérir; gagner 
(un lieu), se rendre à; demander, 
solliciter. 

phâlërae. nrum, f. pi. Phalères, 
co;lier donné comme récompense 
militaire. 

Phaedrus. /, n. pr. m. Phèdre, 
fabuliste latin. 

Phïlippi, n.pr. m. [>1. Philippes, 
ville (le .M;icéiioine. 

Philolaus, i. n. pr. m. Philolaus, 
philosoiihe p\ tiiagoricien. 

phïlôsôphus. i, m. Philosophe. 

Phôcïôn. fjiti'i. u. jr. m. Phocion, 
illustre citr»veii dWliènes. 

Phœbus, I, m. Piiébus, surnom 
d".\pollon. 

Phœnïcës, um. n. pr. m. pi. Les 
Phéniciens, habitants de la Phénicic. 

Phrygïa. <r. n. pr.t'. La Phrygic, 
contrée de l'.Vsie Mineure. 

Phryx, ijtjis. m. I'hr\gien. 

Picënum, j,n.pr. n. Le Picenum, 
contrée de lltalie. 

pïcëus, a, um, adj. De poix ; noir 
comme la poix. 

pictufj. n. uni, part, passé de 
riNGO et adj. Peint; picta tabuta^ 
tableau. 

pïë. adv. Pieusement. 

plëtâs. ôtis, f. Piété. 

pïgër, grn. grum, adj. Paresseux 

pilus, i. m. Poil. 

pingo, ÎA-, pinxi, picfum, pingèrc, 
tr. Poindre. 

pinguis. e, adj. Gras ; bien 
nxurii , fertile. 

pinùs, liî et I. f. Pin. 

pi'rum, I, n. Poire. 

pirus, I, f. l'oirier. 

piscis. is. m. Poisson. 

Pisistratus. 1, n. pr. m. Pisis- 
tral.', tyr.iM d Athènes. 

pïua.a.um, adj Pieux, vcrlu^'ux. 



26^ 



LEXIQUE LATIN-FRANÇAIS. 



Plàcentïa, «, n. pr. f. Plaisance, 
ville d'Italie. 

plâcëo, es, id, ïtum, ère, intr. 
Plaire. 

plâcïdus, rt, wn, adj. Calme, pai- 
sible. 

plàga, se, t. Coup; plaie. 

plânïtïës, léî, f. Plaine. 

planta, x, f. Plante. 

Plâtaeae, tseârum, n. pr. f. pi. 
Platt'fe, ville de Béotie. 

Plâtseenses, îum, n. pr. m. pi. 
Les Piatcens, haljitants de Platée. 

plâtânus, j, f. Platane. 

Plàto ou Platon, n. pr. m. Pla- 
ton, célèbre philosophe grec. 

pîaustrun, ?, n. Chariot. 

plausùs,Ms, m. Applaudissement. 

plênus, o, um, adj. Plein. 

p'êrumquë, adv. Le plus sou- 
vent. 

plêrusque, plërâque, plérumqitè, 
adj. Presque tout entier ; pie rique, 
m. pi., la plupart. 

Plinïua, h', m. nom romain. — 1. 
Pline TAucien, le naturaliste; — 2. 
Pline le Jeune, l'ami de Trajan. 

plumbëus, a, iim, adj. De plomb. 

plumbum, /, n. Plomb 

plûrés, rt, gen. plurium (compar. 
de MULTij.PIus nombreux; plusieurs. 

plûrïmus, «, um (snperl. de 
MULTUS). En très grande quantité; 
plurimi, X, a, très nombreux. 

plûrïs, adv. Plus, davantage ; 
plus cher. 

plus, adv. (compar. de multum). 
Pas davantage. 

Plûto ou Plûtôn, ô)iis, n. pr. m. 
Pluton, dieu des enfers. 

plûvia, a?, f. Pluie. 

pôcûlum, i, n. Coupe. 

pôëmà. »//.s, n. Poème. 

Pœni, ôrum, n. pr. m. pi. Les 
Carthaginois. 

pôêta, se, m. Poète. 

polio, is,î).'i,îr(?,tr. Polir, arranger. 

pollïcëor, éris, îtus sum, êri, tr. 
rép. Promettre. 

polluo, ïs, i, pollution, pollûère, 
tr. Souiller, corrompre. 

Pompeii, ôrum, n. pr. m. pi. 
Pompeï. ville d'Italie. 

Pompeius, U, n. pr. m. Pompée, 
triumvir. 



Pompïlius. it. n. pr. m. (Numa) 
Pompilius, deuxième roi de Rome. 

Poinpônïus, U, n. pr. m. Pom- 
ponius (.-Vtticns), ami de Cicéron. 

pômum, ?, n. Fruit (d'arbre frui- 
tier). 

pondërôsus, a, um, adj. Pesant. 

pondus, élis, n. Poids. 

pôno, îs, pôsid, pôsïtum, pônère, 
tr. Poser; déposer; établir; ériger 
(une statue). 

Pôpïlïus, Vi, m. nom romain. Po- 
pilius. 

pôpïna, se, f. Cabaret, taverne. 

1. pôpùlâris, e, adj. Du peuple, 
populaire. 

2. pôpûlârls, is,m. Habitant, ci- 
toyen, .sujet. 

pôpùlor, âris, citas sum, âri, tr. 
dép. Ravager. 

1. pÔpùlus, (, m. Peuple. 

2. pôpùlus, '., f. Peuplier. 
porro. adv. Plus loin; en avant. 
Porsenna, se,x\. pr. m. Porsenna, 

roi d'Étrurie. 

porta, se, f. Porte (d'une ville). 

porto, as, âvi. âtum, are, tr. Por- 
ter, transporter. 

portùs, us, m. Port. 

possum, pôtès, pôtui, 2')osse, tr. 
Pouvoir, être ca[)able de. 

1. post, adv. Ensuite, après. 

2. post, prép. (qui régit l'ace). 
Après ; depuis. 

postëà, adv. p]nsuite, puis. 

postquam , conj . Après que; 
depuis que. 

pôtens, entis, adj. Puissant. 

pôtio, ônis, f. Boisson, breuvage. 

pôtïor, iris, îtus sum, îri, intr. 
dép. Devenir maître de, s'emparer 
de ; potiri rerum, obtenir le souve- 
rain pouvoir. 

pôto, as, âvi, âtum et pôtum, are, 
tr. Boire. 

pôtûs, ùs, m. Boisson. 

prae, prép. (qui régit l'abî.). De- 
vant; en comparaison de. 

prœbëo, es, iu , ïtum, ère, tr. 
Fournir; prœbere operam, rendre 
des services. 

praeceps. cîp/tis, adj. Qui tombe 
la tête la première. 

prœceptum, /, n. Précepte. 

prascîpïo, 'S, cëpi, ceptum, cîpâre, 
tr. Prescrire, ordonner. 



LEXIQLE LATlN-FRAXrAIS. 



265 



praecïpùus, a, wn, adj. Princi- 
pal, excellent. 

paeclàrê, a«lv. Supérieurement; 
j,rxcl<ir'' fiictum. exploit. 

praeclârus. n. wn, adj. Remar- 
quable. sii|ié(ieiir. 

praecox , côcis , adj . Précoce, 
mùr avant le temps. 

praeda, a?, f. Proie, butin ; trou- 
vaille. 

praedïco, as, âci, âtum, are, tr. 
Dire hautement, publier. 

praedictïo. ônis, f. Prédiction. 

prseditus. n, mn, adj. Doué de. 

praefërendus. n. '.m, part, futur 
passif de pr.efero et a«lj. Préfé- 
rable. 

praefëro. fers, titli, lâtum, ferre, 
tr. Prér'cTor. 

praefïcïo. r«. fêci, fectum, pcère, 
tr. Mettre à la tète de. 

praefîgo. îs, fixi. firum, figure, 
tr. Munir, garnir (à rextrémité). 

praefixus. a, uni, part, passé de 

PR.KHi.O. 

praelium. îi. n. Voir prcelilm. 

praemïum, ('/, n. Récompense. 

Praenestë. in. n. pr. n. Prc^neste. 
ville du Lalium. 

praesaepë jirxsêpè , is.n. Établo. 

praesciûbo. is. scripsi, scriptian, 
scntirrf. tr. Prescrire, ordonner. 

praesens. rutis, adj. Présent. 

prassertim, adv. Surtout, princi- 
palement. 

praesidium . <i. n . Gardes du 
corps; garnison; secoiirs. 

praestans. aniis, adj. Supérieur, 
rcmarqiial>le. 

praesto. as, stiti, stâre. — 1. tr. 
Montrer; — 2. intr. L'emporter 
(sur). 

praesum. es, fui, esse, intr. Être 
à la tète. 

praetër. prép. (qui régit l'ace). 
K\ce[i!(- ; outre. 

praetërëâ, adv. Kn outre. 

praetërëo, is, ivi ou n, ttuin, ire, 
tr. l'.iss.r outre, lais.ser do <;6té. 

prâtum, I. n. Pré. 

prëcês. »m, f. 1)1. Prières. 

prëcor, nris, âliis sunt, âri, tr. cl 
intr. di-p. Prier. 

prëmo, îs, pressi, pression, prr- 
vu-ri', tr. Serrer de près; poursui- 
vre; accabler. 



prëtïôsus. a, um. adj. Précieux, 
de grand prix. 

prëtïum, U, n. Prix. 

primo, adv. En premier lieu, 
d'abord. 

primum, adv. D'abord. 

primus. a, itm, adj. Premier. 

princeps. cîpis. adj. m. et f. et 
subst. m. I.e premier; principal 
magistrat: chef de l'Etat; prince, 
empereur; pri/icipfS, les grands. 

princïpïum. //. n. Commence- 
ment: a princijiio, dès l'origine, pri- 
mitivement. 

prïor, us, adj. compar. Le pre- 
mier (en parlant de deux). 

Priscus. /, m. .Surnom d'un Tar- 
quin (Tarquin l'.Vneienj. 

pristïnus, a, lojt. adj. D'aupara- 
vant. 

prïùs. adv. D'abortl. auparavant. 

prïusquam Un j>rius... qumn, en 
deux mots sépares , conj. Avant 
que. 

prïvàtim, adv. En particulier, 
personnellement. 

privâtus. a. um. adj. Particulier, 
privé ; simple particulier. 

privo. «5, «'/, âtum, are, tr. 
Dépouiller, priver. 

prô, prép. (qui régit l'abl.). De- 
vant: à la place do; pour, en faveur 
de: -h l'instar de, comme; selon, 
d'a[)rés. 

prôbâbïlis, e, adj. Estimable, 
bon. 

prôbo, ns, âvi. âtum, are, tr. 
Reeonnaitro comme bon, estimer, 
approuver. 

1. prôbus, a, ui,t, adj. Honnête, 
verlneu.v. 

2. Prdbus, I. n pr m. Probus. 
empereur romain, 

prôcax, câcis, adj. Impudent; 
tnrbul-nt. 

prôcédo. ts, cessi, cessum, cêdêre, 
intr. S avancer. 

prôcella, œ, f. Tompète. oura- 
gan. 

prôcêrus , «, um , adj. Haut, 
élevé. 

prôctil. a<lv. Loin ; procul ah (av. 
l'al.l.t. loin de. 

prôcumbo, is, cùbni, ciihitum, 
cumlit-ri-, irUr. Tomber; so couober. 

prôdfgïum, »i. n. Prodige, phé- 
no.iiene exlraordinairo. 



266 



LEXIQUE LATIN-FRANCÂlS. 



prodïtôr, ôrlft, m. Traître. 

prôdo, îs, didi, dîtum, dèi'e, tr. 
Livrer, trahir. 

prôdûco, ïs, duxi, ductum, dûcère, 
tr. Faire sortir. 

prœlïum, ri, n. Combat, bataille. 

prôfectus, rt, um, part, passé de 
puoFiciscoR. Parti. 

prôficïo, zs, féci, fectum, ficere, 
intr. Avancer, réussir. 

prôfïciscor, èris , fectus suvi , 
flcisci, intr. dép. Partir. 

prôfîtëor, èris, fessus sum, fïtéri, 
tr. dép. Fai:o profession de, se 
donner pour. 

prôflîgo, as, âvi, âtum, are, tr. 
Battre, mettre en déroute. 

prôfundus, a, um, adj. Profond. 

prôgrëdior, èrls, gressus sum, 
grèdi, intr. dép. S'avancer, sortir; 
paraître. 

, proh'ibëo, es, ici, itum, ère, tr. 
Eloigner; arrêter; empêcher; pri- 
ver (do). 

prôjïcïo, ïs. jêci , jectum, jïcère, 
tr. Jeter (devant). 

prôlâbor, èris, lapsus sum, lâhi, 
intr. dép. Tomber (en avant) ; s'af- 
faisser. 

Prômëtheûs, èi ou èos, n. pr. m. 
Prométhêe, tîls de Japet (déroba le 
feu du ciel). 

prômïnëo, es, ùi, ère, intr. Être 
proéminent. 

prômissus, a, um, part, passé de 
PROMiTTO et adj. Long, qui pend. 

prômitto, Is, mlsi, missum, vrit- 
tijre, tr. Laisser croître; promettre. 

prôpë, adv. Presque, prép. (qui 
rogit l'ace.) ; près, auprès. 

prôpinquus,adj. Proche, voisin. 

prôpïôr, ils, adj. compar. Situé 
près. 

prôpitïus, a, um, adj. Propice. 

prôpïûs, adv. Plus près. 

prôprïus, a, um, adj. Qui appar- 
tient en propre, personnel. 

proptër, prép. (qui régit l'ace). 
Près de ; à cause de. 

prôpugnâtôr, ôris, m. Combat- 
tant, défenseur. 

Proserpïna, x, n. pr. f. Proser- 
pine. reine des enfers. 

prospïcïo, ïs, spexi, spectum, spï- 
c<;re, tr. Prévoir. 

prôsum, prftdës, fui, dessè, intr. 
Servir, être utile. 



Protàgôrâs, x, n. pr. m. Prota- 
goras, philosophe grec. 

prôtïnûs, adv. A l'instant, aus- 
sitôt. 

prôvïdus, a, um, adj. Prévoyant. 

prôvincïâlis, is, m. Habitant de 
la province, provincial. 

prôvdco, as, âci, âtum, are. tr. 
Provoquer, défier. 

prox'ïinus, a, um, adj. superl. Le 
plus proche, le plus voisin, très 
voisin. 

prûdens, entis , adj. Prudent, 
sage ; liabile. 

prûdentër, adv. Sagement, pru- 
demment. 

prùina, <e , f. Gelée blanche, 
givre. 

Psammëtïchus . , /, n. pr. m. 
Psammetique, roi d'Egypte. 

pûbër {pubes), èris, adj. m. et f. 
Adulte. 

pûbesco, ïs, biii , bescère , intr. 
Grandir. 

publïcê. adv.^ Au nom de l'État ; 
aux frais de l'État; publiquement. 

Pùblïcôla, se, m. Publicola (sur- 
nom de Valerius, consul romain). 

pùblïcus, a,^um, adj. Public, 
commun , de l'État ; in publico, en 
pul)lic. 

pûella, a?, f. Jeune fille. 

pùër, èri, m. Enfant. 

pûërïtïa, se, f. Enfance. 

pugna, se, f. Combat, bataille. 

pugno, ds, âci, âtum, are, intr. 
Combattre. 

1. pulchër, c/a-a, chrum , adj. 
Beau. 

2. Pulchër , chri , m. Pulcher 
(surnom roinain). 

pulchrïtûdo, ïnis, f. Beauté. 

pullârïus, ïi, m. Celui qui nourrit 
les poulets sacrés, augure. 

pullus, /, m. Petit; poulet; pou 
lain. 

Pûnïcus. a, um, adj. Carthagi- 
nois, punique. 

pûnïo, ïs, ici ou ïi, itum, ire, tr. 
Punir. 

pûrë. adv. Purement. 

purgâmentum , /, n. Immon- 
dices. 

purpura, se, f. Potirpre. 

purpûrëus, a, um, adj. De 
pourpre. 



LEXIQUE LATIN-mANÇAIS. 



261 



parus, a, um, adj. Pur; correct. 
PûtëÔli, ôrinv. n. i>r. in. pi. Ponz- 

zoles. vilie de Campanie. 

pûto. (is, (hi. âtum. are. tr. Penser. 

Pyrrhus. /, n. pr. m. Pyrrhus, 
roi (l"K[)ii-e. 

PythagCrâs. x. n. pr. m. Pytha- 
goras. pJiilo^oplie de Samos. 

Pythàgôrïcus, a, um, adj. De 
Py tlinpoie. py Ihagoricien. 

Pythïus. a. um , adj. Pythien 
(surnoni d'Apollon); pylhique. 



Q. Al)rëviation du prénom romain 
Quintus. 

1. quâ, abl. f. sing. de qui, çi/a?, 
quod , oïl de qlis , quêe , quid (quod). 

2 quâ. adv. de lieu. Par où. 

quâcumquë. adv. de lieu. Par- 
tout oii. CM (pie!i|ue endroit que. 

quadràgêsïmus , a, um , adj. 
Quarniiliriiic. 

quadrâgintâ. nom de nombre. 
Qiinrant.^ 

quadrîgae. nrum, f. pi. Quadrige, 
char attelé de quatre chevaux. 

quadringentêsïmus, a, um, adj. 
Quatre-centième. 

quaero. is. quTsiri et quaem. qux- 
sifuiii. i/u.rrpi-i'. tr. ChercJier; acqué- 
rir ; ir.ngner fsa vie). 

quaestûs. ùs, m. Gain, profit. 

quâlis. f. adj. Quel. 

quâliscumque.7»â//.'c«»J7w«^, adj. 
Qui'l «ju'il .soit. 

quam. adv. et conj. Que, corn 
bien. 

quamobrem (i/unm oh rem), adv. 
l'our(iii(ii ? (l'i-st pourquoi. 

quamvis , adv. .Vutant qu'on 
voudra, conj., quoique. 

quandô. adv. et conj. Quand? 
quand, lor-que; si quan/fo, si parfois. 

quanquam, conj. Quoique. 

quanti, adv. \ quel ]tnx, com 
bien. 

quantum, adv. Autant que ; que ; 
combien. 

quantus, n, um, adj. relat. Aussi 
grantl (|u<'; combien grand; quel, 
(pi cl grand. 

quârê. ailv. — 1. (interrog.1. 
Pourquoi; — 2. (relat.). C'est pour- 
quoi. 



quasi, adv. Comme; pour ainsi 
dire. 

quatuor (qualtuor), nom de nom- 
bre. Quatre. 

quàtûordëclm, nom de nombre. 
Quatorze. 

que. conj. (s'ajoute à la lin d'un 
mot . Kt: aussi. 

quercûs. ùs. (. Cliéne. 

quërëla, x, i'. Plainte. 

questûs. ûs. m. Plainte, gémisse- 
ment. 

qui. qu3e, quôd, pron. et adj. relat. 
Qu:. lequel ; celui qui ; (est mis pour 
is. pa, id et une conj. de coordina- 
tion; et lui. et elle, et cela ; is qui, 
tel que; (est mis pour ut et un pro- 
nom;, a lin que. pour que. 

qmâ. conj. Parce que.' 

quicumquë. quzcumquè, quod- 
curiiqup. pron. et adj. relat. Qui que 
c.; soit qui, quiconque, quelconque. 

1 . quïd. V. Qris, qux, quid {quod). 

2. quïd, adv. Quoi? En quoi? 
Pourquoi ? 

quidam , quxdam . quiddnm et" 
quoddnm , pron. et adj. indéf. Un 
certain, certain ; quelqu'un, quelque. 

quidem, adv. A la vérité; certes; 
ne... quidi'm, pas même. 

quidquïd. Voy. qlisquis. 

quïês. >'-tis, f. Repos. 

quïêté adv. Paisiblement. 

quïêtus.fl, Mw, adj. Qui se repose ; 
cahue. tranquille. 

quilibët, quxl'ibèt . guodlîbèt et 
quidlibt't. ailj. et pron. indof. Quel- 
conque; n'importe lequel. 

quin, adv. et conj. Que ne; bien 
u\n-< ; pourquoi... ne {)as? quin etiam, 
bien plus. 

quindëcim . nom de nombre. 
Quinze. 

quingenti. a», a. nom de nombre. 
Cinf[ cents. 

quinquâgintâ, nom de nombre. 
CiKju.int.'. 

quinquë, nom de nombre. Cinq. 

quintus. a, um, adj. Cinquième. 

quippë , adv. et conj. Assuré- 
ment; eu elTet. car. 

1. quis. qux ou quiî, qu'id iquôd\, 
pron. et adj. indéf. Quelqu'un, quel- 
que ;(juelquo ciiose (se met après 
\i, tiiti. )tf, iium). 

2. quKs, qux, qu'id iquùd), pron. 



168 



LEXIQUE LATIIN -FRANÇAIS. 



et adj. interr. Lequel? Laquelle? 
Qui? Quoi? 

quisnam , qusenam , quidnam , 
p:ou. interr. Qui donc? Quoi donc? 

quisquam, quidquam, pron. indéf. 
Quelqu'un ; quelque ; quelque chose 

quisquë, qusequè, quidquè {quod- 
què), pron. et adj. indéf. Chacun, 
chaque. 

quisquïs, qusequx, quidquid, pron. 
et adj. imiéf. Quel... que, quiconque ; 
quidquid, tout ce qui, tout ce que, 
quoi que. 

quîvîs, qu3evîs, quidvîs (quodvls), 
pron. et adj. indéf. Qui vous vou- 
drez ; n'importe qui ; n'importe le- 
quel. 

1. quô, adv. Où; quelque part 
(avec mouvement). 

2. quô, conj. (devant un compar.). 
Afin que. 

quôcumquë, adv. Partout où, 
partout (avec mouvement). 

1. quôd, n. de QUis. 

2. quôd, conj. Que, à savoir que, 
parce que. 

quondam, adv. Autrefois, un 
jour. 

quônïam , conj. Parce que, 
puisque. 

quôquë, conj. Et, même, aussi. 

quorsuifn, adv. Dans quelle direc- 
tion ? Dans quelle intention ? A quoi ? 

quôt, adj. pi. indécl. Combien? 
En quel nombre ? Aussi nombreux 
que. 

quôtîdïë, adv. Tous les jours. 

quôtus, a, uni, adj. Quantième ? 
Quel ? 



râbïdus, a, um , adj. Enragé, 
furieux. 

râblés, îC'î, f. Rage; fureur. 

radius, ù', m. Rayon. 

râdix, Icis, f. Racine. 

râmôsus, a, um, adj. Branchu ; 
uniosd cornua, ramure. 

râna, se, f. Grenouille. 

ràpax, pdcis, adj. Rapace. 

râpïdus, a, um, adj. Rapide. 

râpina, «, f. Proie, rapine. 

râpïo, is, ràpiii, raptum, rdpëre, 
tr. Ravir, enlever. 



raptus, a, um, part, passé de 
R.^no. Ravi; raptutn, i, n., vol, 
rapine. 

rârô, adv. Rarement. 

rârus, a, um, adj. Rare. 

ratio, ônis, f. JNIoyen; art; intelli- 
gence, raison. 

râtis, is, f. Radeau; navire. 

rëcens, entis, adj. Récent, fraî- 
chement cueilli. 

1. rëcïdo, is, i, ère, intr. Retom- 
ber. 

2. rëcïdo, is, i, cîsum, cïdère, tr. 
Couper. 

rëcïpïo, ïs, cêpi, ceptum, cïpëre, 
tr. Recevoir; reprendre. 
rëcîsua, a, um, part, passé de 

REGIDO 2. 

rëcrëo, as, âci, âtum, are, tr. Ra- 
nimer. 

rectë, adv. Sagement, bien. 

rectus, a, um, adj. Droit, juste, 
bon. 

rëciibo, as, ùi, are, intr. Se cou- 
cher, se mettre à table. 

rëcûpëro, as, âvi, âtum, are, tr. 
Recouvrer, reprendre. 

reddo, ïs, reddldi, reddîtum, red- 
dcre, tr. Rendre; faire entendre; 
reddere jura, rendre la justice. 

rëdëo, is, li, itum, v-e, intr. Reve- 
nir. 

rëdïtùs, lis, m. Retour. 

rëfëro, fers, rettùli, rèlâlum, rè- 
ferre, tr. Rapporter, annoncer. 

ïëfertus, a, um, adj. Rempli. 

rëfïcïo, is, fêci, fectum, ficère, tr. 
Réparer ; refaire. 

rëfùgïo, ïs. fùgi, fUgêre, intr. 
Fuir, se réfugier. 

rëgïa, se, f. Habitation royale, 
palais. 

rêgina, as, f. Reine, 

rëgïo, ônis, f. Région, contrée. 

rëgïus, a, um, adj Royal. 

regno, as, âvi, âtum, are, intr.. 
Régner. 

regnum, i, n. Royauté; trône; 
règne, royaume. 

rëgo, ïs, rexi, rectum, règëre, tr. 
Gouverner; régir. 

Rëgùlus, i, m., surnom l'omain-, 
particulièrement Attiiius Régulus, 
célèbre par sa loyauté envers les 
Carthaginois. 

rëlàtus, a, um, part, passé do 

REfERO. 



LEXIQUE LATIN-FRANÇAIS. 



269 



rëlïgïo. ônis, f. Religion, culte ; 
superstition; intégrité. 

rëlinquo, is. liijui, lictum, lin- 
quôre, tr. Laisser, abandonner. 

rëlïquus, rt, um, adj. Restant; 
qui e^t de reste; reliquuni, n., ce 
qui reste; reliqui, ôrum, m. pi., les 
autres. 

rëmëdïum, îi, n. Remède. 

rëmitto, îs, misi, missum, mittère, 
tr. Renvoyer. 

rëmôyëo. es, môvi, môtum, viô- 
vêrr. tr. Iv 'ligner, écarter. 

rënuntïo. as, â/-j. dtum, are, tr. 
Annoncer, l'aire savoir. 

rëpello, is, pùli, pulsum, pellère, 
tr. Chass'M', repousser. 

repente, adv. Tout à coup, sou- 
dain. 

rëpërïo, is, repèri, rrpevtnni, n-- 
pèr'in.', tr. Trouver, découvrir; re- 
connaître. 

rëpëtitïo, ônis, f. Répétition. 

replëo. es, évi, étiim, ère, tr. 
Remplir. 

replètus, a. um, part, passé do 
REi'i KO. Rempli. 

rëporto, ds, âvi, âlum, are, tr. 
Reporter. 

rëprïmo, is, pressi. pressum, prî- 
nwri', tr. Retenir, réprimer. 

rëpûdïo. as. dri, àtum, are, tr. 
Reiii»er de recevoir;; repousser. 

rëpùli, parf. de repkllo. 

rëquïro, îs. quisivi. quitilum, quî- 
rère, tr. Rechercher; réclamer, de- 
mander. 

rês. rèi, f. Chose, affaire; objet, 
suji't; biens, richesses; fait, évé- 
nement; action, entre[)rise; atFaires 
publiques. État; profession, art; res 
gestse, hauts l'ait.s, oxi»loits; rem 
maie qerere, échouer dans une en- 
treprise. 

respondëo, es, di, sum, dêre, tr. 
et iutr. Kciiondre. 

responsum, », n. Réponse. 

respûblica, a», f. Chose publique; 
Répul)lique; Etat, gouvernement; 
affaires publiques. 

restitue. IS, j, st'ifiitum, stUiu'-re, 
tr. Remettro en place, délivrer, 
sauver. 

rêtë. is, n. Rets, filet. 

rëtùli. parf. do REFKno. 

rëvërëor. e/i*. ;/«« <»»». éri, tr. 
dép. Craindre, respoeler. 



rëverto. is, i, versum, vertère. intr. 

Voy. RliVERTOB. 

revertor. cris, versus sum, verti, 
intr. (lép. Revenir, retourner. 

rëvôco, ds, dvi, dtum. dre, tr. 
Rappeler, inviter à son tour. 

rex, régis, m. Roi. 

rhëda (reda), x, f. Chariot (;\ 
quatre roues). 

Rhëgium. U. n. pr. n. Rhégium. 
ville de l'Italie méridionale, 

Rhënus. /, n. pr. m. Le Rhin, 
fleuve de la riernianic. 

Rhôdânus. i. n. pr. m. Le Rhùnc, 
fleuve de la Gaule. 

ridëo, es, risi, risum, r'ulére, intr. 
et tr. Rire ; se moquer de. 

rïgo. ds, dci, dtum, dre, tr. Arro- 
ser. 

ripa, a?, f. Rive. 

risùs, ùs. m. Rire. 

ritûs. fis, m. Rite; coutume. 

rivus. i. m. Ruisseau. 

rixa. X. f. Rixe, dispute. 

rôbûr, bôris, n. Force, vigueur. 

rôbustus. a, um, adj. Robuste. 

rôgo, ds, dvi, dtum, dre, tr. Inter- 
roger; demander, [irier. 

Rôma, sp, n. pr. f. Rome, ville 
d'Italie, capitale de l'empire romain. 

Rômânus. n, um, ad|. Romain, 
de Ronn' ; fiomnui. ôruin, m. pi., les 
Romains. 

Rômûlus, j. n. pr. m. Romulus, 
fondateur et premier roi de Rome. 

rôs, rôris, m. Rosée. 

rôsa. *, f. Rose. 

rostrum, i, u. Bec (d'oiseau). 

rôta. 3p, f. Roue. 

rûdis, e, adj. Grossier, ignorant. 

rûpès, is. f. Rocher. 

rursûs (rursum'^, adv. De non- 
veau, en revanche. 

rûs, rùris, n. La campagne. 

rustïcor, dris. dri, intr, 
Demeurer à la campagne. 



dé 



op. 



Sàbini.ôntm, u. pr. m. pi. Les 
Sabins. peuple voisin de Rome. 

sâbûlum, I, n. .*<ablc. 

sâcër, sacra, sacrum, adj. Saint, 
sacré. 

sacerdôs, ôii's, m. et f. Prèlro; 
pré tresse. 



270 



LEXIQUE LATIN-FRANÇAIS. 



sacrïfïcïuïïi, z/, n. Sacrifice. 

sacrum. 2, n. Objet sacré; céré- 
monie sacrée, sacrifice. 

ssecûlum, i, n. Siôclo. 

sœpë. adv. Souvent. 

sœvïtïa, a?, f. Fureur, violence. 

saevus , n , uni , adj . Furieux, 
cruel ; violent. 

sâgâcïtâs, âtis, f. Finesse de 
l'odorat; pénétration (de l'esprit), 
sagacité. 

sâgitta, a?, f. Flèche. 

Sàlaminïus, a, um, adj. De Sala- 
mine. 

Salamis, Z)i/5,.et Sâlâmïna, a?, 
n. pr, f. Salamine', île située dans le 
golfe Saronique et célèbre par la 
victoire des Grecs sur les Perses. 

salignus, a, um, adj. De saule, 
d'osier. 

sàlïo, is, n et id, saltiun, sdlîre, 
intr. Sauter. 

sàlix, îcis, f. Saule. 

saltem, adv. Du moins, au moins. 

salto, as, dvi, âtnm, are, inlr. 
Sauter, danser. 

sâlûbër, bris, bre, adj. Sain, sa- 
lubre. 

sâlûs, illis, f. Salut, conserva- 
tion ; vie. 

sàlûtâris , e , adj . Salutaire , 
utile. 

salvus, a, um, adj. Qui est en 
sauté, sain et saut'. 

Sàmus, i, n. pr. f. Samos, île de 
la mer Egée. 

sancïo, îs, sanxi, sanctum, san- 
dre; tr. Décréter. 

sanctus, a, um, adj. Saint. 

sâné, adv. Sans doute. 

saaguis, mis, m. Sang. 

sanïês, îél, f. Sang corrompu. 

sapiens, entis, adj. Sage. 

sàpïentër, adv. Sagement. 

sàpïentïa, ss, f. Sagesse. 

sarcïna, x, f. Bagage. 

Sardïnïa, «>, n. pr f. La Sar- 
daigne, île de la Méditerranée. 

sarmentum, i, n. Menue bran- 
che; sarment (de la vigne). 

sàtellës , Uis , m. Garde (du 
corps), satellite. 

aàtïo, as, dvi, dium, are, tr Ras- 
fjasier. 

sàtïs, adv. Suffisamment, as«;ez. 

sâtûr, tara, tàrum, adj. Rassasié. 



Sâturnus, /, n. pr. m. Saturne, 
père de Jupiter, de Neptune et de 
Plu ton. 

saucïus, n, um, adj. Blessé. 

Saxônës, um, n. pr. m. pi. Les 
Saxons, peuple barbare de la Ger- 
manie. 

saxum , i, n. Grosse pierre, 
roclier. 

scëlûs, lèris, n. Crime. 

sceptrum, /, n. Sceptre ; royauté. 

scïentïa , x, f. Connaissance; 
science. 

scïo, sels, scîfi et scii, scltum, 
scire, tr. Snvoir. 

Scïpïo, ônis, \\. pr. m. Scipion, 
destructeur de Numance et de Car- 
tilage. 

scité, adv. Avec art, habilement. 

scriba, se, m. Copiste. 

scrîbo,, is, scripsi, scriptum, scrï- 
bère, tr. Écrire. 

scrînïum, ïi, n. Coffret. 

scriptôr , ôris , m. Écrivain; 
rerum scriptôr, historien. 

scurra, x, m. Bouffon. 

scùtum, i, n. Bouclier. 

Scyrûs et Scyrôs, i, n. pr. f. 
Scyros, île de la mer Egée. 

Scythse, drum, n. pr. m. pi. Les 
Scythes, peuples nomades du nord 
de l'Europe et de l'Asie. 

sëco, ds, id, sectum, sècdre, tr. 
Couper. 

sëcrêtus, a, um, adj. Caché, se- 
cret. 

sector, âris, dfus sum, dri, tr. dép. 
Poursuivre. 

sëcum, pourcuM se. 

sëcundus, a, um, adj. Second; 
heureux , prospère ; secundx fes, 
prospérité. 

sëcûris, is, f. Hache. 

sëcûrus, a, um, adj. Exempt de 
soucis, sans crainte. 

sëd, conj. Mais. 

sëdëo, es, sêdi, sessum, sèdêre, 
intr. Être assis, être perché. 

sëdês, is, f. Siège ; demeure ; em- 
placement. 

sëdo, ds, dvi, dtum, dre, tr. Apai- 
ser, calmer. 

sëdûlus, a, um, adj. Soigneux. 
diligent. 

segnis, e, adj. Indolent, pares- 



LEXIQUE LATIN-FnAN«;AIS. 



271 



segnïttês, tel, f. Indolence, pa- 
resse. 

sêmët. ace. et abl. de suimiït. 
Soi-méiiio. 

sémïânïniis . e , adj . A demi • 
mort. 

sempër. adv. Toujours. 

sënâtùs. )'is. m. .Sénat. 

sënectûs. ûfis, f. Vieillesse. 

sënex. ff'ius, adj. Vieux; subst. 
m., vieillard. 

sënïôr. ôtis (compar. de senkx), 
m. l'IiiS vieux, assez vieux. 

sensûs. f'-f. m. Sens : sentiment. 

sententïa. a", f. Pensée. 

sentio. )«. sensi. sensiun. sentîre, 
tr. Sentir, ressentir; voir, compren- 
dre : penser. 

sëpàràtim, adv. Séparément. 

sëpëlîo, ï«. îi'i ou ti, sè/jultian, 
sè/j<'li>i\ tr. Ensevelir. 

septem. nom de nombre. Sept. 

septentriônès. m. pi. Les sept 
étoiles (ie la petite Ourse ; le septen- 
trion ; le nord. 

septïmus, n. iim. adj. Septième. 

septûâginta, nom de nombre. 
Soixaiite-iiix. 

sëpulcrurn {sepiilchrum), i, n. 
Toiiibo.'iu. 

Sêquâna, J?, n. pr. m. La Seine, 
fleuve. 

sëquor, i'ri^, sècûlus su)ii. sèqui, 
tr. dép. Suivre. 

sermo, ôni/t, m. Conversation, 
entretien : élociition ; lanpnc. 

serpens. entis. m. et f. Serpent. 

serva. <r, f. Esclave. 
. servie, is. ivi ou «/, itum. ire. intr. 
Être esclave ; étro l'esclave de ; 
être dévoué, être utile, servir. 

servïtûs. ûtis, f. Esclavage, ser- 
vitude. 

Servïus. ù, n. pr. m. Servius 
(prénom romain . 

servo. <is, dri, àtnm, (ire, tr. 
Conserver, garder; sauver. 

servus. /, m. Esclave. 

sex, nom de nombre. Six. 

sexâginta, nom de nombre. Soi- 
xante. 

sextus, o, um. adj. Sixième. 

sexûs. ùs, m. Sexe. 

si. conj. Si, supposé que: quand: 
puiscjuo; .vj ))iotlo, si toutotois. 

sic. adv. Ainsi; do même; telle- 
ment. 



Sicânïa. <t, n. pr. f. .Sicanie ^an- 
cien nom de la Sicile). 

siccitâs. àfis. f. Sécheresse. 

sicco, (is. (ici, âlum. are, tr. Sé- 
cher : mettre à sec. tarir. 

Sïcïlia. X. n. i>r. f. La Sicile, 
grande île de la Méditerranée. 

sidûs. èris. n. Étoile, astre. 

signïfër. féri, m. Porte-enseigne. 

signifîco. as, âvi, àtum, are, tr. 
Sigiiirier. désigner. 

signum, i, n. Signe, signal ; 
enseigne, étendard; image, statue. 

Sïlênus, i, n. pr. Silène, nourri- 
cier de Hacchus. 

silex, lîcis, m. Caillou. 

silva -fi/lca), 3e, f. Foret. 

similis, e, adj. Semblable. 

similitûdo, înis, ('.Ressemblance. 

sïmûl, adv. Ensemble, en mémo 
temps. 

simûlacrum, », n. Image, por- 
trait. 

slmûlo. ds. âvi. àtum. are, tr. 
Simuler, feindre. 

sïnë, prép. (qui répit l'abl.). Sans. 

singiilàris, e, adj. Singulier; 
remarquable. 

singiilus, «. wn, ordinairement 
au plur. singuli, s, a, adj Chacun 
séparément, l'un après l'autre. 

sinistër. tra, trum, ad.. Qui est à 
gauche : sinistra (sous-ent. manus , 
la main gauche. 

sïno, is, sivi, situ.it, sinère, tr. 
Poser; permettre. 

sinus, ùs, m. Pli (d'un vêtement ; 
sein ; golfe. 

sïtio, Is, ivi et ?i, ititni, ire, intr. 
.\voir soif. 

sïtis. is, f. Soif. 

situs. n. um, part. pass. de .siNo 
et adj. l'iace, situé. 

sîve (seu), conj. Soit. ou. ou bien, 
ou si : sire...sive. soit que... soit que. 

sôbrlëtâs, dtis, f. Sobriété, tem- 
pérance. 

sôbrtus, n, um. adj. Non ivre, 
sobre. 

sôcër. crri. m. r5eau-i>('»re. 

EÔclëtàs, dtis, f. .Société, alliance. 

SÔcIus, a, mm, adj. Allié, associé; 
sncius. Il, m., comp:<gnon, allié. 

Sôcrâtès. is, n. pr. Socrate, cé- 
lèbre philosophe <r.\lh«*»ncs. 

SÔL sfilis. m. 1.0 soleil. 

EÔICO. .T. !' S.ui.inlo. 



LEXIQUE LATIN-FIJANCAIS. 



sôlëo. es, sàlïlus sum, sôlêre, intr. 
Avoir coutume. 

sôlïtûdo, mis, f. Solitude, désert. 

sôlitus, a, uni, part, passé de 
soLEo. Accoutumé. 

sollennis, e, adj. Annuel; 
solennel. 

sollers, ertis, adj. Intelligent, 
habile. 

sollertër, adv. Habilement. 

sollertia, «, f. Intelligence, ha- 
bileté. 

sollïcïtùdo, 'mis, f. Inquiétude ; 
sollicitude. 

Sôlôn (5070), n. pr. m. Selon, 
législateur athénien. 

1. sôlum, i, n. Sol. 

2. sôlum, adv. Seulement. 
sôlus, a, uni, adj. Seul, isolé, 
solvo, is, i, sôlùtum, solvëre, tr. 

Délier, détacher; rompre. 

somnïum, ri, n. Ronge. 

somnus, i. m. Sommeil ; in somnis, 
en songe. 

sôphus, /, m. Sage, philosophe. 

sôpôr, ôris, m. Sommeil profond. 

sordidus, a, uni, adj. Malpropre ; 
vil, méprisable, d'hunible origine. 

sôrôr, ôris, f. Sœur. 

sors, sortis, f. Oracle ; sort, con- 
dition. 

Sparta, «, n. pr. f. Sparte, capi- 
tale de la Laconie. 

Spartanus, a, um, adj. De Sparte; 
Spartiate. Spartani, orum, m. pi., 
les Spartiates. 

spâtïôsus, a, um, adj. Étendu, 
spacieux. 

spâtïum, li, n. Espace; durée. 

spëcïês, ciêi, f. Apparence, exté- 
rieur; beauté. 

spectâcûlum, i, n. Spectacle. 

specto, as, àui, dtum, are, tr. et 
intr. Regarder, considérer, voir; 
avoir vue sur, être tourné vers. 

spëcûlum, i, n. Miroir. 

spëcûs, ûs, m. Caverne, antre, 
grotte. 

spëlunca, m, f. Antre, caverne. 

sperno, ïs, sprévi, sprêlum, sper- 
nère, tr. Dédaigner, mépriser. 

spês, spèî, f. Espérance , espoir. 

spïna, as, f. Épine; ronce. 

spiro, as, âvi, âtum, are, intr. et 
tr. Soulrter. 

splendïdus, a, um, adj. Splcn- 
dide, magnifique; distingué. 



spôlïo, as, âvi, aluni, are, tr. Dé- 
pouiller. 
spôlïum, il, n. Dépouille. 
squâlens, entis, et squâlïdus, a, 
uni, adj. Négligé, inculte. 

stàtim, adv. Aussitôt, tout de 
suite. 
statua, se, f. Statue. 
status, as, m. État, situation. 
Stella, se, f. Étoile. 
stërïlis, <?, adj. Stérile. 
sterno, ïs, strcïvi, strâtum, ster 
nère, tr. Abattre, renverser; cou- 
vrir (de), répandre (sur). 
stimulus, /, m. Aiguillon. 
sto, stâs, stèti, stàtum, stâre, intr. 
Se tenir debout; se tenir ferme; 
coûter. 
strâmientum, /, n. Litière, paille. 
stratus, a, um, part, passé de 
STERNO. Abattu. 

strônûus, a, uni, adj. Actif, 
vaillant, brave. 

strëpïtùs, ûs, m. Grand bruit, 
fracas. 
strùës, is, f. Monceau, tas. 
strûo , 2S , , struxi , structum , 
striière , tr. Élever ; dresser (des 
embiiches). 

stùdïôsus, a, uni, adj. Passionné 
pour, attache à. 

stûdïum, li, n. Attachement, 
dévouement; étude. 
stultë, adv. Sottement. 
stultus, a, um, adj. Sot, sotte, 
suâvis. e. adj. Doux, agréable. 
suâvïtâs , âtis , f . Douceur ; 
charme. 

sùb, prép. (qui régit l'ace, et 
l'abl.). Sous. 

sùbïgo, ïs, ëgi, actuni, ïgëre, tr. 
Soumettre. 
siibïtô, adv. Subitement. 
subjïcïo, ïs, jêci, jectum, jïcère, 
tr. Jeter (sous), mettre (sous) ; sou- 
mettre. 
sùblîmis, e, adj. Haut, élevé. 
subsum, es, fui, esse, intr. Être 
sous. 

succëdo, ïs, essi, essum, èdère, 
intr. Succéder. 

sùdo,âs, âvi, âtum, are. — 1. intr. 
Suer; — 2. tr. Distiller. 

suffïcïo, fêci, fecluni, ftcere, intr. 
Suilire. 

siii, sï})i, se {■'•('S''), pron. pers. 
réiïéchi. De soi, à soi; se; deux, 



LEXIQUE LATIN-FRANÇAIS. 



273 



d'elles; à eux. ..\ elles; eux, elles. 

sûilë. is. n. Étable à porcs. 

Sulla i."Svlla), n. pr. m. Sylla, 
dictateur romain. 

sum. es. fiti, esse, v. subst. Etre, 
exister: se trouver; causer (avec 
un double datif . 

sûïmët, pron. réfl. De soi-même. 

sununa. a?, f. La première place, 
le commandement ; summa imperii, 
le souverain pouvoir. 

summôvëo submoveo), es, môvi, 
môtum, mùvrt-e. tr. Écarter, repous- 
ser, ëloijznor. 

summus. a. ton, adj. Le plus 
grand, tr-is grand; supérieur; 
supi-i^me. 

sûmo. îs. sum psi, sumpti'tyi, sûmève, 
tr. Prendre, se saisir de; entre- 
prendre. 

sumptùs. ùs, m. Dépense, frais. 

super, prëp. (qui régit l'ace, et 
l'abl. . ."^ur. au-dessus de. 

siiperbia. a?, f. Or^'ueil. 

sûperbus. a, u»j. adj. Orgueilleux, 
superbe ; Tdruuittius Sûperbus, Tar- 
quin \'i Superb»'. 

superficies . ciêî , f. Surface, 
superiicie. 

sùpërïôr. us. compar. de scpe- 
Kcs. «, un). Plus élevé, supérieur; 
plus l'ort, vainqueur; précédent. 

sûpëro. (is. dvi, âtum, are, tr. 
Franchir: vaincre; surpasser, venir 
à bout de; su/ierare 6(?//o. subjuguer. 

siiperstïtïo, ônis, (".Superstition. 
. sûpersum, es, fiti, esse, intr. 
Ètro de rosle, rester; survivre. 

sûpërus. a, iwi, adj. Qui est en 
baut. supérieur: sujjernlii, \cs dieux 
du ciol ;superuni more, la mer Adria- 
tique. 

suppâr. th-is, adj. Presque égal. 

supplex /t/icis. adj. Suppliant. 

supplicium, li, u. Supplice. 

supplico. fit. dvi, dtum, are, intr. 
Prier : Mippiier. 

supprïmo. is, pressi, prensitni, 
liriiiii'if, tr. Supprimer, taire, cacher. 

suprâ.— I. adv. Au-dessus, plus 
baut; — i. préj). (qui régit l'ace). 
Sur. nu-dessus de. 

suprêmus, a, uni, supcrl. do 
siriKRis. Le plus haut; suprême; 
le dernier. 

surgo. is. surrexi, surreclum, sur- 
t/'-rf. intr. .Si; lever. 

sursum. adv. Kn haut. 



Sûsa. arum. n. pr. n. pi. Suse, 
ancienne ville de Perse. 

suscïpïo. is, cêpi, c^plum, cipére, 
tr. KntrepnMidre. 

suspendo. is, i, pensum, pendère, 
tr. .Suspendre. 

suspïcïo. ônis, f. Soupçon. 

sustinëo, es, iii, tentum, lïnére, 
tr. Soutenir, supporter. 

sustûli, parf. de tollo. 

sûus, a. M»i, adj. poss. Son, sa; 
leur; le sien, la sienne; sui, orum, 
m. pi., les siens, ses soldats, ses 
concitoyens, ses amis, ses sujets. 

Sylla. a?, n. pr. m. Voir sulla. 

syllàba, x, f. Syllabe. 

sylva. a?, f. Voir silv.\. 

Syrâcùsae, drum, n. pr. f. pi. 
Syracuse, ville de Sicile. 

Syrâcûsâni, ôrum, n. pr. m. pi. 
Les Syracusains, habitants de Sy- 
racuse. 

Syrïa, a?, n. pr. f. La Syrie, 
contrée de l'Asie. 



T. Abréviation de Titus (prénom 
romain). 

tâbema, a?, f. Maison eu plan- 
ches, cabane. 

tâbernàcûlum, i. n. Tente, pa- 
viliOii. 

tàbesco. îs, biii, bescère, n. Se 
corrompre ; dépérir. 

tabula, a?, f. Planche, tableau 
(sur bois) ; tabula picta , tableau. 

tâcëo, es, iii, ilum, ère, intr. Se 
taire. 

tàcïtê. adv. Sans rien dire, en 
silence. 

Tâgus. I, n. pr. m. Le Tage. 
fleuve de Lu^itanii' (Portugali. 

tâlentum, i, n Talent (mesure 
de poiiis grecque et sonune d'argent i. 

tàlis, e, adj. Tel, pareil. 

tam. adv. .Autant, aussi; tant, si, 
tellement. 

tâmën, adv. Cependant, pourtant. 

Tânàis. i</i.v ou is, n. pr. m. Le 
Tanaïs. (louve d'Europe (auj. Don). 

tandem, adv. Enfin, à la (in. 

tanquam. conj. C.omme, de même 
((u.'; par exemple; comme si. 

Tantàlus, ». n. pr. m. Tantale, 
roi de Plirygio et père île Niobé. 



274 



LEXIQUE LA.TIX-FRANC.\IS. 



tantum, adv. Tant, autant; seu- | 
leinent. 

tantus, a, um, adj. Aussi grand, 
si grand, toi. 

Târentura, i, n. pr. n. Tarcnte, 
ville de la Grande Grèce. 

Tarquïnïi, îôrum, n. pr. m. pi. 
Tarquiuies, ville d'Etrurie. 

Tarquïnïus, h', n. pr. m. — \. 
Tarquin l'Ancien, le cinquième roi 
de Rome; — 2. Tarquin le Superbe, 
septième et dernier roi de Rome ; — 
3. Tarquin GoUatin, consul avec 
Brutus. 

taurus, /, m. Taureau. 

tectôrïum, li, n. Enduit; chaux. 

tectum, (, n. Toit, maison. 

tectus, «, um, part, passé de 
ti;go. Couvert. 

tëgo, îs, texi, tectum, tègère, tr. 
Couvrir, recouvrir. 

tëluiïi, i, n. Trait, arme (de trait 
ou offensive). 

tempërantïa, se, f. Tempérance. 

tempërâtus, a, um, adj. Tem- 
péré ; modéré. 

tenipestâs, âtis, f.Époque, temps; 
tempête. 

tempestîvê, adv. En temps con- 
venable, à propos. 

templum, /, n. Temple. 

tempûs, pôris, n. Temps, époque, 
saison ; moment, circonstance. 

tendo, ïs, têtendi, tensum et tea- 
tum, tendere, tr. et intr. Tendre; 
diriger sa course. 

tënebrae, drum, f. pi. Les ténè- 
bies. 

tënëo, es, ùi, tentum, tènêre, tr. 
Tenir, occuper, posséder ; contenir. 

tënër, èra, êi-um, adj. Tendre. 

tënûis, e, adj. Menu, mince, fin. 

tënûïtâs, âlis, f. Finesse, peti- 
tesse. 

ter, adv. Trois fois. 

Tërentïus, u, n. pr. m. C. Teren- 
tius Varro, vaincu à Cannes. 

terguiïi, i, n. Dos. 

terra, œ, f. Terre ; pays ; la Terre 
(personnifiée). 

terrëo, es, ùi, itiim, ère, tr. 
Effrayer. 
terrïbïlis, e, adj. Terrible. 

tertïô, adv. Pour la troisième 
fois. 
tcrtïus, a, um, adj. Troisième. 



testor, avis, dtus sum, âri, tr. dép. 
Prendre à témoin. 

thëâtrum, /, n. Théâtre. 

Thêbse, drum, n. pr. f. pi. Thèbi^s, 
capitale de la Béotie. 

Thêbânus, a, um, adj. Thébaiu, 
de Thèbes. 

Thëmistoclés, is, n. pr. m. Tlié- 
mistocle, général athénien. 

thésaurus, i, m. Trésor. 

Thessâlïa, se, n. pr. f. La Thes- 
salie, contrée de la Grèce. 

Thëseûs, èi, n. pr. m. Thésée, 
vainqueur du l\iinotauro. 

Tîbëris, is ou idis, n. pr. m. Le 
Tibre, fleuve dTtalie. 

Tïbërïus, li, prénom romain. — 
1. Tibérius Longus, vaincu par 
yVnnibal à la Trébie; — 2. L'empe- 
reur Tibère. 

tigris, is ou ïdis, m. Tigre. 

tïmëo, es, in, ère, tr. Craindre. 

tïmïdus, a, um, adj. Timide. 

Timochares, is, n, pr. m. Timo- 
charès, courtisan de Pyrrhus. 

Timôthëus, /, n. pr. m. Timothée, 
général athénien. 

Tîtânës, um, n. pr. m. pi. I,es 
Titans, dieux issus de Titan et de la 
Terre. 

Titus, i, prénom romain par 
lequel on désigne particulièrement 
l'empereur Titus. 

tôlërans, antis, part. prés, de 
TOLERO et adj. Qui supporte, patient. 

tôlëro, as, dvi, âtum, dre, tr. 
Supporter, endurer. 

tollo, îs, sustfdi, subldtum, tôlière, 
tr. Lever; faire disparaître, faire 
périr. 

tônïtru, n. et iônUriis, ùs, m. 
Tonnerre. 

tormentum, /, n. ]\Iachine de 
guerre. 

Torquâtus, -/,m. Torquatus (sur- 
nom du consul Titus Manlius). 

torquëo, es, torsi, tortum, tor- 
quêre, tr. Tourmenter. 

torrëo, es, in, tostum, torrëre, tr. 
Dessécher, brûler. 

torrïdus, a, um, adj. Brîilé. 

torvïtâs,rt^is, f. .\spect farouche. 

tostus, a, um, part, passé de 
TORREo. Brillé. 

tôt, adj. iudécl. Si nombreux, 
tant (le. 

tôtïdem, adj. indécl. Aussi nom- 
breux., autant. 



LEXIQUE LATIN-FRANÇAIS. 



tôtus, <ï, um, adj. Tout, tout 
entier. 

trâbëa, a?, f. T.abde, vêtement 
des clievalicrs et des consuls. 

tracto, as, âol, àtum, are, tr. 
Traiter bien ou mal). 

trâdo. /«, difJi, dltum, dère, tr. 
Vraiismettre ; livrer; rapporter, 
dire. 
trâgïcus, a. um, adj. De tragédie, 
tràgœdia, se. f. Tragédie. 
trâho. î'!, traxi, tract uni, tvahère, 
tr. Tiaincr. entraîner, tirer (son 
origine), attirer. 

Trâjânus. i. n. pr. m. Trajan, 
empereur romain. 

trâjïcïo, i.s, jêci, jectum, jîcâre, 
tr. Traverser. 

ttans, prêp. (qui régit lace). Au 
delà de. 

Trâsïmënus. i. n. pr. m. Lac 
Tr;i>im.'Mie. 

Trëbïa. .r. u. pr. m. La Trébie, 
rivierti illtalie. 

trëcenti. x, a, nom de nombre. 
Trois cents. 
trëdëcim. nom de nombre. Treize. 
très, tiia, nom de nombre. Trois. 
Trëvïrï, ômm. n. pr. m. pi. Les 
Trévires, peuple de l'ancienne Bel- 
gique qui avaitTrèvcs pourcapitale. 
trïbûnus.J, m. Tribun (militaire). 
trïbûs. r,.^. f. Tribu, 
trïbûtârïus, <i. um. adj. Tribu- 
taire. 

tridùuni, (, n. Espace do trois 
jour';. 
triginta. nom dénombre. Trente. 
Trinacrïa. x, n. pr. f. Trinacrie 
(ancien nom de la Sicile). 

trîquetrus, «, um, adj. Triangu- 
gulaire. 
tristis, ^, adj. Triste. 
tristUïa. .v, f. Tristesse. 
trïtïcum, (, n. Froment, 
trïvïum. //, n. Carrefour. 
Trôja, .r. n. pr. f. Troie, ville de 
rhrv-ie. 

Trôjâni. nmm, n. pr. m. pi. Les 
Trovens, habitants de Troie. 
trôpaeum, i, n. Trophée, 
trûcîdo. lis, àci, àtum, drc, tr. 
K^îorger. 

trux, (riicis, adj. Farouche, fu- 
rieux. 
tû. liti, tibi, té, pron. pcrs. Toi. 



(h 



tûëor, êi'is. itus sum. ëri, tr. dép- 
Veilier sur, protéger, détendre. 

tûgûrïum, //, n. Chaumière. 

Tvillîus, ii. n. pr. m. Tullius. — 
1. Servius Tullius, sixième roi de 
Rome; — 2. Tullius Ciceron, ora- 
teur romain. 

Tullus, i, m. Tullus (prénom 
romain I. 

tum, adv. Alors; ensuite. 

tùmultûs, ûs, m. Tumulte, sédi- 
tion. 

tune. adv. .-\Ior.<?. 

turba. 3p, f. Multitude, foule. 

tûrïbûlum. i, n. Encensoir. 

turpis, e, adj. Honteux. 

turris, is, f. Tour. 

Tuscïa, a», n. pr. f. L'Étrurie 
Toscane). 

Tuscùlum, i, n. pr. n.TuscuIum, 
ville du Latium. 

tussis, ts, f. Toux, 

tûtus, a, um, adj. Qui est en 
sîircte; protégé contre. 

tûus. a. uni, adj. Ton, tien. 

tympânum, j, n. Tambour. 

tyrannus, », m. Tvran. 

Tyrus. /, n. pr. f. Tyr, ville mari- 
time de Phénicie. 



U 



ûbër. èris. adj. Fertile, abondant. 

ûbertàs, âlis, f. Fertilité, abon- 
dance. 

ùbi. — l.adv. Où (sans mouve- 
ment); — 2. conj. Quand, lorsque; 
ubi priminn, dès que. 

ûbiquë, adv. Partout. 

ulciscor, èrix, ultus sum, ulcixci, 
tr. dép. Venger; so venger de, 
punir. 

ullus.a, «»i, adj. Quelque, aucun 

ulmus. J, f. Orme, ormeau. 

ultërïôr. its, comjiar. d'un adj. 
inusité. Qni est au delA, de l'autre 
coté ; ultérieur. 

ultlmus, n, um, superl. d'un adj. 
ipusité. Lo dernier, cxlrêmo ; ad 
ultimum, à la rin. 

ultra. — 1. prép. (qui régit l'ace). 
Au delà de; — i. adv. Au delà. 

ultrô. adv. Do soi-même, sponta- 
nément. 

Ulysses ouUlyxes, is, n. pr. m. 
Ulysse, roi d'Iliia<iuo. 



LEXIQUE LATIN-FRANCAIS. 



umbra, «, f. Ombre. 

unda, a?, f. Onde, flot. 

undë, adv. D'où. 

undëcina, nom de nombre. Onze. 

undiquë, adv. De tous côtés. 

unguis, is, m. Ongle, griff'e, 
serre. 

ûnïcus, «, um, adj. Unique; rare. 

ùnus, rt, lan, adj. Un, un seul. 

urbs, urbis, f. Ville; Rome. 

ursus, i, m. Ours. 

urtïca, %, f. Ortie. 

usquë, adv. Jusque ; itsqiie ad ou 
usque (seul avec l'ace), jusqu'à. 

ûsurpo, as, dvi, àtum, are, tr. 
Usurper. 

ûsûs, ûs, m. Usage ; jouissance ; 
expérience. 

ùt, conj. avec l'iudic. — 1 .Comme, 
de même que; par exemple; — 2. 
Lorsque, quand; ut primum, dès 
que. Avec le subj. — L Que, à 
tel point que; à ce que, à savoir 
que ; peiere ut, demander que ; — 2. 
Afin que, pour que; — 3. De soi'te 
que; ita... ut, de manière que ; — 
4. Comment. 

1. iitër, tra, trum, adj. interr. Le- 
quel des deux. 

-1. ûtër, tris, m. Outre. 

ùterquë, traqué, utrumquë, adj. 
et pron. L'un et l'autre. 

ûti. Voir UT. 

ùtïlis, e, adj. Utile. 

ûtïlïtâs, âtis, f. Utilité, intérêt. 

ùtïquë, adv. De toute manière; 
surtout. 

ûtor, ërls, ûsus sum, ùti^ intr. dép. 
Se servir de, user. 

utrinquë, adv. Des deux côtés. 

utrum, adv. Est-ce que? Si? 

ûva, X, f. Raisin. 

uxôr, ôris, f. Épouse. 



vâcâtïo, ônis, f. Dispense, exemp- 
tion. 

vacca, a?, f. Vache; génisse. 

vaciius a, um, adj. Vide (de), 
priv- de. 

vâdo, is, ère, intr. Aller, mar- 
cher. 

vâgor, âris, âtus sum, dii, intr. 
dép. Courir çà et là, oiTcr. 

valdë, adv. Fort, beaucoup. 



vâlëo, es, id, ère, intr. Etre fort; 
être bien portant; avoir de l'in- 
fluence: vale, valete, valeanf, ndieu. 

Vâlërïus, îi, m. nom de famille 
romain. Valerius. 

vâlêtùdo, ïnis, f. Santé. 

vallis, is, f. Vallée. 

vânus, a, um, adj. Vain. 

vàpôr, ôris, m. Vapeur. 

varié, adv. De diverses manières. 

vârïufs.a, ?<?n, adj. Varié, nuancé, 
de diverses couleurs ; difl"érent. 

vas, vâsis, n. ; pi. vasa, orum. 
Vase. 

vasto, as, âvi, âtum, are, tr. Rava- 
ger, dévaster. 

vastus, a, um, adj. Dépeuplé; 
vatse, énorme. 

vâtês, is, m. et f. Devin, prophète ; 
devineresse, prophétesse. 

vectîgâl, àiis, n. Revenu ; impôt. 

vectôr, ôris, m. Passager. 

vectûra, se, f. Transpoi-t. 

vëhëmentër, adv. violemment; 
beaucoup. 

vëho, ïs, vexi, vectum, vèhëre, tr. 
Transporter, charrier. 

vël, conj. Ou, ou bien. 

vellë. Voir volo 2. 

vello, is, velli et vulsi, vulsum, vel- 
lère, tr. Arracher. 

vélo, as, âvi, âtum, are, tr. Cou- 
vrir (d'un voile), voiler. 

vëlôcïtâs, âtis, f. vitesse, agilité. 

vëlox, ôcis, adj. Rapide, agile à 
la course. 

vëlùt, adv. Comme, pour ainsi 
dire. 

vênâbûlum, i, n. Epieu (de 
chasse). 

vënâtïo, ônis, f. Chasse. 

vënâtôr, ôris, m. Chasseur. 

vënâtùs, lis, m. Chasse ; gibier. 

vendax, àcis, adj. Qui aime à 
vendre. 

vendo, h, d/di. d'ttum, dëre, tr. 
Vendre. 

vënënâtus, a, um, adj. Empoi- 
sonné ; venimeux. 

vënënum, i, n. Poison, venin. 

vënërandus, a, um, adj. Véné- 
rable. 

vënëror, âris, âtus sum, âri, tr. 
dép. Vénérer. 

vënïa, cB, f. Grâce, pardon. 

vënïo, îs, véni, ventum, vènlre, 
I intr. Venir 



LEXIQIE LATIN-FRANr.AlS. 



vênor, âris, àtus sum, ôH. intr. 
et tr. ddp. Chasser; poursuivre. 

venter, (ris, m. Ventre; estomac. 

ventus. J, ni. Vent. 

Venus, uèris, n. pr, f. Vénus, 
déesse de la beauté. 

vêr, vêris, n. Printemps. 

verbëro, as, âvi, âtum, are, tr. 
Frapper. 

verbum, j, n. Parole. 

Vercingëtôrix, i-îfjis, n. pr. ni. 
Verciiigetorix, héros de la Gaule. 

véré, adv. Vraiment. 

vërëor. rèrëris, vérîtus sum^ vè- 
rêri, tr. dép. Respecter, craindre. 

vergo. îs. ve}'si,vergêre, intr. Être 
tourné levers}. 

vërô. adv. Eu vérité; mais. 

Verres, is. n. pr. m. Verres, pré- 
teur de .Sicile accusé par Cicéron. 

versor, dris, dtus sum, dri, intr. 
dép. Se trouver (avec); s'appli- 
quer à. 

1. versus, a. um, part, passé de 
VERTO. Tourné. 

2. versus, adv. et prèp.(qui régit 
l'acc). I>ans la direction de, vers. 

3. versus, ûs, m. Vers, 
vertex, ticis, m. Sommet, cime. 
verto, IS, i, versum, vertère, tr. 

Tourner. 
vëru, ùs, n. Broche. 

1. vêrum, adv. Vraiment, mais, 
pourtant. 

2. vërum, i. n. Le vrai, la vérité, 
vérus. a. um, adj. Vrai. 
vescor. èris. i, intr. dép. Se 

nourrir, vivre (de). 

Vespàsïânus. i. n. pr. m. Vos- 
pasien, tMn|K'reur romain. 

vestër, tra, trum, adj. Vôtre, lo 
vôtre. 

vestigïum. n, n. Trace du pied, 
vestige. 

vestimentum, », n. Vêteraont. 

vestïo. is, iri ou ïi, itum, ire, tr 
Vêtir; couvrir : orner. 

vestis, 15. f. vêtement, habillo- 
nicnt ; i)eaii. 

Vësûvïus. //, n. pr. m. Le V«5- 
.->uve, volcîin do C.im{)anie. 

Vëtùrïa. ;r, n. pr. l' Véturio, 
mère de Corioiaii. 

vëtûs, lèris, adj. Vieux, ancien. 

vexo, as, dvî, dtiiin, dre, tr. Tour- 
menter. 

VÏa. a», f. voie, roule, chemin. 



vicêsïmus. a, «m, adj. Vingtième 
vîci. parf. de vinxo. 
vïcinus. a?, um, adj. Voisin. 
victïma, j?, f. Victime. 
victïto, as, dci, dre, intr. Vivre 
de ; se nourrir. 
Victor. 6ris,m. Vainqueur. 
Victoria, se, f. Victoire. 

1. victus, a, um, part. part, de 

VINCO. 

2. victûs. ùs, m. Nourriture, ali- 
ments ; manière de vivre, 

vicus, », m. Bourg, village. 

vïdëo, es, vîfli, visujn. lùffére, tr. 
Voir, apercevoir; comprendre; i?i- 
deri, être vu, paraître, sembler. 

vïgëo, es, iii, ère, intr. Etre plein 
de force. 

vîginti, nom de nombre. Vingt. 

vïlis, e, adj. Qui est à vil prix; 
commun ; vil. 

villa, a?, f. Maison de campagne, 
ferme. 

villâtïcus. n, um, adj. De ferme. 

villôsus. a, um, adj. Velu. 

vincïo, is, rinxi, vinctum, vincîi'e, 
tr. Lier, enchaîner. 

vinco, h, i-ici. viclum, vincère, 
tr. Vaincre, triompher, surpasser. 

vincûlum. », n. Lien; chaîne. 

vindïco. «*, dvi. âtum, dre, tr. 
Revendiquer, s'arroger: venger. 

vînëa, a?, f. Vignoble, vigne. 

vînum, i, n. Vin. 

vïôla, a?, f. Violette. 

vipëra. a?, f. Ni père. 

vïr, riri, ni. Homme; mari; vir 
bonus, homme de bien. 

vïrëo, es, ère, intr. Être vert. 

virés, »H»i, f. pi. Voir vis. 

virga. a», f. Baguette. 

Vïrïâthus. i, n. pr. m. Viriatho, 
chef des Lusitaniens dans la guerre 
contre les Uomains. 

vïrïdis, e, adj. Vert. 

virtua, atis, f. Eorce; valeur, 
courage ; vertu. 

vis, ace. i'»»»; abl. ri. Force, puis- 
sance; violence; (luaiitilé: au piur. 
vires, viriuin, virihus, l'orces, forces 
militaires. 

i. VÎ8U8. a, }im, part, passé ûo 

VIDKOH. Voir VIDKd. 

i. visûs, l'is, m. Vue. 
vita, .r. f. Vie. 

Vitellïus. li. II. pr. m. Vilellius, 
emj)t rcur romain. 

IG 



278 



LEXIQUE LATIN-FRANCAIS. 



vîtis, î.f, f. Vigne. 
vïtïum, îi, II. Défaut, vice. 
, vito, ds, dut, dtum, dre, tr. 
Eviter. 

vitta, x, f. Bandelette. 

vïtùpëro, ds, âvi. dtum, are, tr. 
Blànif^r. 

vivax, dcis, adj. Vivacc; vif, 
rapide. 

vivens, entis, part. prés, de vivo. 
Vivant. 

vivo, is, vixi, victum, vlvêre, intr. 
Vivre. 

vix ou vixdum, adv. A peine, 
pas encore. 

vôco, as, âoi, âtum, are, tr. Appe- 
ler, nommer; inviter. 

vôlans, antis, part. prés, de volo 1 
et adj. (.Animal) qui vole, volatile. 

l.vôlo, ds, dvi, dtum, dre, intr. 
Voler. 

2. vôlo, vis, vôliii, vellè, tr. Vou- 
loir. 

Volsci, ôrum, n. pr. m. pi. Les 
Volsques, peuple du Latium. 

Vôlumnïa, se, n. pr. f. Volumnie, 
femme de Goriolan. 

vôluntàs, âtis, f. Volonté, inten- 
tion ; goût. 



vôluptas, dlis, f. Plaisir, volupté, 

vomër et vomis, vômè-^is, m. Soc 
(de la charrue). 

vos, gcn. veslri ou vestrum, pron. 
pers. Vous. 

vôtum, i, n. Vœu. 

vox, vôcis, f. Voix ; cri (des ani- 
maux) ; parole. 

Valcânus, /, n. pr. m. Vulcain, 
fils de Jupiter et de Junon. 

vulgô, adv. Partout; ordinaire- 
ment ; en général. 

vulnëro, as, âvi, dtum, are, tr. 
Blesser. 

vulnûs, nêris, n. Blessure ; désas- 
tre, défaite. 

vulpês (vuLPis). is, f. Renard. 

vultûs, ûs, m. Visacre ; air. 



Xerxës, is, n. pr. m. Xerccs, roi 
des Perses. 



Zopyrion, onis. n. pr. m. Zopy- 
rion.cajiitained'Ale.xaiidrele Grand. 



LEXIQUE FRÂNCAIS-LATIN 



à. prép. Ver<!. Ad (av. l'ace.) — 
Dans. In (av. l'ace, ou Tabl.). 

abaisser, v. tr. Dêprimo , is, 
pressi. //ressian, primère, tr. S'abais- 
ser, se abjicere [abjicïo, ja, jëci, 
jeclum). 

abandonner, v. tr. Hèlinquo, îs, 
lïqui. lictum. linquére, tr. 

abattre, v. tr. Déjîcîo, îs, jêci. 
jectum, J'iccre, tr. Abattre le cou- 
rage, animos fraugere {fra»go ts, 
frégi, frnctum). 

abeille, s. f. Apis ou àpès, rs, f. 

abime. m. Ourgès, gttii, m 

abolir, v. tr. Abôlèo, es, êci. 
Hum. th-p. tr. 

abondamment, a<lv. Large. 

abondance, s. f. Copia, x, f. En 
abonfhincc, côiAô é. 

abondant, e. adj. Largus, a, um ; 

CÔpioSiiS. II. Uni. 

abonder, v. intr. Abundo, as, àci, 
âtuni, (ire, inlr. lav. l'abl.). 
abord (d'), loc. adv. P)-imum; 

priniii. 

Aborigènes, n. p. Premiers habi- 
tants du i.atiuin, Abôrïghits, um, 
m. pi. 

abri, s. m. Être à l'abri de.., 
Tutus <n, u)») c.'tse nb (avec l'abl.). 

abriter, v. tr. Tègo. î*, teri, (ec- 
tum, tf-qi-re , tr. Abrité contre... 
Tutns,ibinv.\»\û.). 

absent, e, adj. .\bsens. entis. Être 
absent, ùbes&e {absum, es, abfiii ou 
àfui). 

abstenir ^s^. intr. Abstînèo. es, 
ùi, leiituiii. tïnere, intr. (;«v. l'abl.). 

abus, s. m. — 1. Mauvais usajrol. 
Abû.sus, ûs, m. — i. Krreur. l'cccâ- 
tuiii, >, n. 

Acadëmus. n. pr. ni. Ili'ros grec 
mii n (ioiMU' son nom A r.Vcadémio 
u'Atht»nt'.s. .Xcùifêmus. i, m. 

acantbe. f. Acant/nis, i, f. 

accabler, v. tr. Prèmo, is.pre.^si, 
pri's<sutii, prèinère, tr. Accablé, pres- 
sus, n, uni. 



accepter, v. tr. Accipio, îs, cêpi^ 

Ci'ptain. cijjère, tr. 

accessible, adj. — 1. Dont on 
peut approcher. Pervîus, a. um. — 

— 2. .\tlahlc. Fùcilis, e 
accompagner, v. tr. Cômitor, 

ans. ntus suni, âri. tr. dt^p. 

accorder, v. tr. Donner. Concêdo, 
is. cesai, cessum, cêdère. tr. et intr. 

— S'accorder (avec), être en har- 
monie, respondère (av. le dat.'). 

accourir, v. intr. Accurvo, is, i, 
curs.iin. cun-ère, intr. 

accoutumé, ée. part, et adj. 
As-tuêlui. n. um. 

accoutumer, v. tr. Assuêfàcïo, îs, 
fêci . f'uctum, fàcère, tr. — .S'aecoutu- 
n>er, assuesco, is, suê.vi,suêtum,sues- 
cère, intr. 

accueillir. V. tr. Excîpîo, îs, cépi, 
cejituin. r'/j)/-/-''. tr. 

accusation, s. f. Crivièn, mt- 
nis. u. 

accusé, s. m. lièus, i, m. 

accuser, v. tr. Jnsîmitio, as. dvi, 
àtuni. lire. tr. Accùio, as, àci, âtum, 
are, tr. 

acharné, A^yinfensus, a, um. 

acharnement, s. m. Pertîndcta, 
s, f. .\vcc acharucinent, àcrîtèr. 

acheter, v. tr. Emo, îs, émi,emp- 
tum. èiiiere. Ir. 

achever, v. tr. Confîcîo ou perp- 
c'io, is. fêci, f'-rtum, fîcère, tr. — 
/Vchevorsa vingtième aimtîe. mc-^si- 
nnnn annum explêre [explèo, es, évi, 
êtum). — Porter le coup mortel, con- 
ficére. 

Achille, n. pr. m. Un des héros 
pri'is (pii étaient au siège de Troie 
Acfiiltê-^, IV. ni. 

acquérir, v. tr. Adîpiscor, èris, 
ài/ei)tus siim. àdîjtisci, tr. dép. 

acquitter, V. tr. Délivrer. Libéra, 
as. lui. afum, are, tr. — S'acquitter 
(d'un dt'voir). fungnr. èris, funclus 
sum, fiiDf/i, intr. dej). (av. l'aDl.). 

Acropole, n. pr. f. Partie la plus 
ëlo\ tM> il'.\.thène.s. Arx, nrci:, (. 

acteur. .«:. m. Scenicus, i, m. (lo 
jilub souvent au pluriel). 



280 



LKXIQUE FRANCAlS-LATIN. 



action, s. f. Faction, i. n. : i^ès, 
rèî. t\ 

adieu, s. m. Dire aàïeu.vâlëcllcëre 
{fJlco, is, clin, dictum, dicère, iutr. 
av. le dat.). 

Admète, n. pr. m. Roi des Mo- 
losses. Arhnêti'S, i, m. 

admirable, adj. Mirabilis, e. 

admirei% v. tr. Miror, âris, âtus 



sum. ai-i. ti 



lep 



adolescent, s. m. Adidescens. 
entis, m. 

adonné, ée,part. et adj. Dêdïtus. 
a, um. 

_ adorer, v.tr.Ar/ô?'o, âs.âvi, âtiim, 
are, tr. ; côlo is, côlid,cultum, colère, 
tr. 

adoucir, v. tr. Lèvo, as, âvi, 
âtum, are, tr. 

adresse, s. f. SoUertm, se, f. 

adresser (s'), v. réfl. Adèo, îs, îi, 
itimi, ire (av. l'ace). 

adroitement, adv. Sollertèr. 

affable, adj. Affâhilis, e. 

affaiblir, v. tr. Mïnico, ïs, ûi, 
l'dimi, ùère, tr. S'atTailDlir, minui. 

affaire, s. f. Nègôtîum îi, n. ; rés, 
rèî. f. J^es affaires publiques, res 
publica, rei publicae. 

affamé, ée, part, et adj. Fâmêlî- 
cus, a, lun. 

affirmer, v. tr. Affirma, as, âvi, 
atum, are, tr. 

afin de ou que, conj. Ut (av. le 
subj.). 

Africains (Les), n. pr. Afri, 
ô>-iim, m. pi. 

Afrique, n. pr. f. Afrïca ae, f . ; 
d'Afrique, Àfr'icdnus, a, um, adj, 

Agamemnon, n. pr. m. Généra- 
lissime dos Grecs à la gnerre de 
'Iroie. A(/âmemnôn, ônis, m. 

Agathocle, n. pr. Tyran de Sy- 
racuse. Ayùthôclës, is, m. 

âge, s. m. yEtds, âtis, f. A l'âge 
de, nâtus, a, um (av. l'ace). 

âgé, ée, adj. Ndtus, a, um (av. 
l'ace). 

Agésilas, n. pr. m. Roi de Sparte. 
Agésilâus, i, m. 

agile, adj. Promptus, a, um. 
Agile à la course, vêlox, ôcis. 

agir, v. intr. Ago, ïs, êji, actum, 
(Igère, intr. et tr. 

agneau, s. m. Agnus, i, m. 

agréable, adj. Grâtus, a, um. 
Jûcundus, a, u>ii. Lieu agréable, 
locus umœnus. 



agrément, s. m. Jncundïtâs, 
aiis, (. 

agriculteur, s. m. Agrîcôla, 
se, m. 

agriculture, s. f. Agrïcultùra, 

se, W 

Agrippine, n. pr. f. Mère de 

Néron. Agripplna, se,i. 

aide. A l'aide du goût, per 
gustum. 

aider, tr. Adjiivo, âs,Jtan,Jùium, 
Jiivdre, tr. 

aïeul, s. m. Avus, i, m. 
aigle, s. m. et f. Aqidla, se, f. 
aigu, uë, adj. Acùfus, a, um. 
aiguillon, s. m. Acidèus, i, m. 
aiguillonner, v. tr. Stïmiilo, as, 
dci, atum, dre. 

aiguiser, v. tr. Acuo, ïs, i, àcù- 
tian, àcuère, tr. 
aile. s. f. Ala, se, f. 
ailleurs, adv. 4Z«6î (question ubi) ; 
àlïo (question quo); d'ailleurs, âliundê 
(question unde). 

aimer, v. tr. Ayno. as, âvi, âtum, 
are, tr. 

ainsi, adv. Sic. ttd; ainsi que, ùt, 
sîcat. 

air, s. m. — i. Fluide qui enve- 
loppe la terre. Aér, èris, m. ; cselum, 
i,n. — 2. Soufrte. Spiritiis, fis, m.; 
aura, se, f. 

airain, s. m. yEs, seris. D'airain, 
sereus, a, um, adj. 
aisé, ée, adj. Fàcïlis, e. 
aisément, adv. Facile. 
Ajax, n. pr. m. Héros grec de la 
guerre de Troie. Ajax, ûcis, m. 

ajouter, v. tr. Addo, ïs, addïdi, 
addition, addère, tr. 

Albe, n. pr. f. Ville d'Italie. AZôa, 
se, f. 

Alcibiade, n. pr, m. Général 
athénien. A/ctblàdës, is, m. 
alerte, adj. Alàcër, cris, cre. 
Alexandre, n. pr. m. Roi de 
Macédoine. Alexandèr, dri, ni. 

aliment, s. m. Alïmentum, i, n. ; 
cïbiis, i, m. 

aller, v. intr, Eo, ïs, îid, ou ïi, 
ïtu)H, ire, intr. — .S'en aller, àbïre. 
— Aller voir, convènïo, is, vëni, ven- 
tum, vënire (av. l'ace.) 

Allia, n. pr. Petit fleuve du 
Latiuin. Allia, se, f. 
alliance, s. f. Sôrïèfâs, âtis, f. 
allié, s. m. Sôcïus, îi, m. 



LEXIQIE FRANÇAIS-L\TI.\. 



18 i 



alors, adv. Tum. 

alouette, s. f. Alauda, x, f. 

Alpes, n. pr. Alpes, hnn, f. pi. 

altéré, ée, part, et adj. Qui a 
soit'. Sit'i'.-ns, ends. 

amande, s. f. Amygdâla. a?, f. 

amas. s. m. Acervus, i, m. 

amateur, s. m. Amâtôr, ôris, ni. 
Amateur d'éloquence. e/o7«en/«a?s^u- 
diosiis, a, xtm. 

ambigu, uë. ^dj.Amhîf/Uits. a, um. 

ambitieux, euse, adj. Honorum 
aviflxs. (I. mil. 

ambition, s. f. Amhitïo. ônis, f . ; 
iinperii cujiiditas, àtis, f. Honorum 
■"/li'litas. 

âiiae.s.f.Aninin,3e,{.;nnimus,i,m. 

amener, v. tr. Addùco, îs, duxi, 
ductii»!. (h'icf'vc, tr. 

amer, ère, adj. Amn}'>i>t. n, um. 

dmi. --uhst. m. .'mtcus, i, m 

Amilcar. n. pr. m. Pore d'Anni- 
Lal. Amtlcdr, àris, m. 

amitié, s. f. Amicïtia, x, f. 

amour, s. in. Amôr, ôris, m. 

amphithéâtre, s. m. Ami/hUhêâ- 
'fum. i. II. 

an. s. m. Annus, i, ni. 

Anacharsis, n.pr. ni. Philosophe 
SPvtho. Ami char xis, idii, in. 

âncèties, s. ni. pi. Majores, um, 
m. |il ; ihi, ôrum, m. pi. Djs ancê- 
tres, f'iritus, n. uni. 

anci'în, enne. adj. Antîr/uus, n, 
,uii; vâtû.1, tèris. Lesancieiis. veieres. 

ancre, s. f. Aiicôm, x, f. 

Ancus Marcius), n. pr. m. Qua- 
trlèine roi do Koine. Ancus, i, m. 

âne, s. m. Asînu.^, i, m. 

animal, s. m. Anhuàl, âtis, n. 
Animal pnv(^ de raison, beslîa, x, f. 
Animal térnce, fera, ,v, f. 

animer, v. tr. Kxritcr. Incîto, as, 
âri. âtxni. lire, tr. — Klre animé, s. m., 
àntmnl, àlis. 

annales, s. f. pi. Anndlés, tum, 
m. [il. 

Annibal, n. nr. m. rionéral car- 
thairiiiois;. .\nuiiial, bàlis, m. 

année, s. f. A;ini<.«, i. m. 

annoncer, v. tr. IVuntlo, as, dvi. 

itinit. tirr. tr. 

Antioche. n. pr. f. Capitale de la 
>yri»». Aitl'iùch'ia, x, f. 

antique, adj. Anfù/uu.i, a, um; 
'iinnxus. n. um. 

antiquité, s. f.Anthjuîlâs.âti^, f. 



Antisthène. n.pr. m. Philosopha 
grec. Aiidst/ièiiès, is, m. 

Anytus. n. pr. m. Un des accusa- 
tcur.s de î^ocrate. Anj/tus, i, m. 

apaiser, v. tr. Sédo, as, âci. âtum, 
are, tr. 

apercevoir, v. tr. Asphùo, is, 
spexi, sp''Clum, splcère, tr, 

Apollon, n. pr. m. Dieu de la 
poésie. Apollo, inis, m. 

apparaître, intr. Ostendere sj 
{ostendo, ïs, i, tenlum ou tensum). 

apparence, s. f. Spèc'tés, ciéî, f. 

appartenir, v. intr. Sum, es. fiii, 
esst' i;ive<,- le jxén.). 

appeler, v. tr. Vàco. âs,ài i,âtumf 
are, tr. 

appessmtir, v. tr. Gràvo. ds. dvi, 
dluni, dre, tr. ; appesanti, grdvdtus, 
a, um. 

Appienne (voie), s. f. VïaAppïa. 

applaudir, v. intr. Plaudo, is, 
plausi, plausiim, plaudère, intr. — 
ApplaudT à, prôbdre (prôbo, ds, dvi, 
âtum) 

applaudissement, s. m. Plau- 
sits. »■?, m. 

appliquer s'), v. rét], Sliidèo, 
es. ui. ère, intr. Dure operam (avec 
le dat.). 

appliqué, èe, adj. Attentus, a, 
um (av. le dat.); stiidiôsus, a, um 
(av. le gén.). 

apprécier, v. tr. ^Hslhno, ds, âci, 
àtnm, are, tr. Fàcîn, is, fèci. fac- 
tum, fàcère, tr. — Apprécier beau- 
coup, maqui facere. — Apprécier 
peu, parvi facere, 

apprendre, v. tr. (En étudiant). 
Disco, is, didiri, disrère, tr. — (En- 
tendre dire), Nôvi, nôi isse, tr. Audîo, 
is, ivi, itum, ire, tr. — Enseigner, 
dôcèo, es, MI, doctum, dôcëre, tr. 

approcher, v.iiitr. Apprôpinquo, 
as, dvi, âtum, dre, intr. 

approuver, v. tr. Comprôbo, ds, 
dvi, atiiiii, (ire, tr. 

appuyer s'^. v. intr. Fnnitor, 
éris, )itj-us suui, niti, intr. dép. 

après.— 1. pri^p. /*f».î^;av. l'ace). 
Après que, postipiam; — 2. adv. 
Pust. 

apte, adj. Api us, a, um ; îdOnèus, 
n, um ^av. lu dat.). 

Apulie, n. pr. f. Province do 
rilalic méridionale. Auutià, x, f. 

10. 



282 



LEXIQUE FRANÇAIS-LATIN. 



aqueduc, s. m. Aqiœ ductiis, 
ùs, m. 

aquilon, s. m. Aquïlo, ônis, m. 

Aquitains, n. pr. m.-pl.Aquîtdni, 
ônuii, m. pi. 

Arabes, n. pr. m. pL Arabes, 
biivi. m. pi. 

arbitre, s. m. Arbïlèr, tri, m. 

arbre, s. m. Arbôr. ôris, f. 

arbuste, s. ni. Arbuscida, 3e, f. 

arc, s. m. Àrciis, iis, m. 

Archimède. n. pr. m. Illustre 
géoinùtre. Arc/nmédës, is, m. 

Archytas, n. pr. m. Philosophe 
pythagoricien et mathématicien. 
Arcfif/tds, ,r, m. 

ardent, ente, adj. Ardens, enlis. 

ardeur, s. f. Ardôr, ôris, m. 

Ares, n. pr. m. Dieu de la gurjrre 
chez les Grecs. Ai-ês, is, m. 

argent, s. m. Argentutn, i, n. ; 
jjècùnin. se, f. 

argenté, ée, adj. Argentèus, «, um. 

Argonautes, u pr. m. pi. Héros 
de la Grèce antique. Argônautœ, 
âriim, m. pi. 

Argos, n. pr. Ville du Pélopon- 
nèse. Argi, ôrum, m. pi. 

Aristide, n. pr. m. Contemporain 
et émule de Thémistocle. Aristldës, 
is, m. 

Aristippe, n. pr. m. Philosophe 
grec. Aristippus, i, m. 

Aristoclès. Premier nom du phi- 
losophe Plnton. Aristoclcs, is, m. 

arithméticien, s. m Arillnneti- 
coriun jieritus, i, ni. 

arme, s. t'. Télian, i, n. — Armes, 
f. ^\. Anna, ôrum, n. pi. — Métier 
des armes. MUïtia, se, f. 

armée, s. f. Exercïtiis, iis, m. — 
Armée en marche. Agmèn. mïnis, n. 

— Armée en bataille. Acïês, cïèi, f. 

— Armée de mer. Classis, is, f. 
armer, v. tr. Armo, as, âm,âtum, 

are. tr. — Armé, ée, Armâtus, a,itm. 

— Hommes armés. Arrnati, ôrum. 
armure, s. f. Armâtiira, ae, f. 
arracher, v. tr. Détràho, ïs, traxi, 

tractiim, tràhère, tr. 

arrêter, v. tr. Inhîbèo, es, iii, 
îtum. ère. tr. — S'arrêter. Consista, 
îs, const'ili, consistère, intr. 

arrivée, s. f. Adoentùs, ûs, m. 

arriver, v. intr. Adcènio, îs, vêni, 
ventum, vèniro, intr. ; arriver (ù 
grands pas), advento, as, âvi, âtian, 
are, intr. 



arrondi, ie, part 
dus, a, ion. 



et 



ij. liôtun- 
Irrujo, as, dvi,âtum. 



arroser, v ti 

are, tr. 

art. s. m. Ars, artis, f. — Art de 
la gaerve. Res niiiitaris. — Les beaux 
arts. Artes ingenuse. 

Artapherne, n. pr. m. Artapher- 
nès, is. m. 

Artaxerxès, n. pr. Roi de Perse. 
Artaxerxës. is, m. 

articulation, s. f. Articidns, i, m. 

— Art iis, fis, m. 

Arverne, adj. Arvemiis, a,um. — 
Les Ai-vernes (Auvergnats), Arver- 
ni. orum, m. pi. 

Asie, n. pr. f. Asïa, ae, f. 

asile, s. m. Asylum, i, n. 

aspect, s. m. Aspectiis, ùs, m. 

aspirer (à), v. intr. Affecto, as. 
âvi, (ittu)i, are, tr. 

assaisonner, v. tr. Condio,ïs,îvl 
ou ii. itum. ire, tr. 

assassin, s. m. Percnssôr, ôris, m. 

assassiner, v. tr. Caedo, îs, cècî- 
di, c.vsuin, csedère, tr. 

assaut, s. m. Oppugnâtïo, ônis, f. 

— Prendre d'assaut, vi expugnare, 
tr. 

assemblée, s. f. Cœtûs, ûs,m. — 
Assemblée du peuple. Co»<?o, ônisA'. 

asseoir (s'), v. ré(l. Assïdèo, es, 
sêdi, sessuni, sîdére, intr. — S'asseoir 
à table. Rècunibo, ïs, ciibiii, cumbère, 
intr. 

assez, adv.5rt/is. — Assez... pour. 
Adeo... ut (av. le subj.). 

assiéger, v. tr. (En faisant des 
travaux de siège). Oppugno, as, âvi, 
âtum, are, tr. — (En essayant de 
prendre la place par la famine). Ob- 
sidèo, es, sëdi, sessum, sïdêre, tr. 

assistance, s. f. AuxUîum, îi, n. 

assistants (les). Circumstantes, 
luni, m. pi. 

assister. — 1. intr. Intersinn, es, 
fiii, esse, intr. — ±. tr. Secourir. 
Opïtulor, âris. âtus sum, âri, intr. 
dép. (av. le dat.). 

associé, s. m. Sôcïus, ïi, m. 

associer (s'), v, réfl. Societatem 
jungëre curn (et l'abl.). Jungo, is, 
junxi. junctum. 

assurer, v. tr. Mettre on sûreté. 
Tiiëor.ëris, tiiïtiisol trdus sum, tiiêri. 
tr. dép. 

Assyriens, n. pr. m. pi. Assyrli, 
Crum, m. pi. 



LF.XIQLE FRANÇAIS-LA 1 IN. 



283 



astre, s. m. Aslrum, i, n. 

astronomie, s. f. Astrôlôgïa, a?, f. 

Astyage. n. pr. ni. Roi de Médic. 
Astfj'hj'S. is. 

Athènes, n. fr- f- '^'•'le de la 
Grèce ancienne. Athénx,àrum,{.f\. 

Athénien, enne, adj. Athênïen- 
sis, e obi. i;, adj. — Les Athéniens, 
AtUe)iit;nS'^s, ium, m. pi. 

athlète, s. m. Athlèta, a», m. 

Atlas, n. pr.ni. Roi de Mauritanie. 
Atlas, antit. m. 

attaché, ée, part et adj. Stùdîô- 
sus. a. uni. — .\ttarhë à la vie, aux 
richesses. Vitse, divitiarum cùpîdns, 
n, uni. 

attaquer, v. tr. Agorèdîor, êris, 
gressus sum, grèdi. tr. dép. — Insec- 
tor, âris. àtus sum, âri, tr. dép. 

atteindre, v. tr. Consèquor. èris, 
Sf^cûtus suiii, ftègui, tr. dép.; àdîpis- 
cor, èris, ùdeptus sum, ddipisci. tr, 
dép. 

atteinte, s. f. Ictiis, ùs, m. — Im- 
jètiis. lis. iii. — Atteinte du Iroid. 
Friijiji-is n/ipulsiis, ùs, m. 

attendre, v. tr. — 1. Être dans 
1 attente. E.rspecto. â^ ,nvi . âlum , ân^ 
tr. — 2. Étie réservé. Mànèo, es, 
mansi, mausum. uiànêre, tr. 

attention (avec , loc. adv. 
Altrntê. 

Attique. n. pr. f. Contrée de la 
Grèce. Att'icn, gt, f. 

attirer, v. tr. Addùco, is, duxi, 
iluctuiii, ilùcère, tr. 

attribuer, v. tr. Tribiio, îs, i, 
bùtnm, biièrt'. tr. 

aucun, une. aclj. Ullus, a, um. — 
Aucun.... ne. Xi'llus, a, um. 

audace, s. f. Audàcia, a?, f. 

audacieux, euse, adj. Audax, 
àcis. 

augmenter, v. ir. Augèo,ês,auxi, 
nuclinii, niiijri-f, tr. 

augure, s. m. — 1. Prêtre qui 
ohser\ ;iil le vol des oiseaux. Augiir. 
uris, ni. — i. Présage. Augùnum. ii, 
n. 

1. auguste, adj. Angustus. «, um. 

-. Auguste, n. pr. m. Empereur 
roni;iiii. ,\ m/ustus, i, m. 

aujourd'hui, loc. adv. Hôdïé. 

auparavant, adv. Aud- ; antèd. 

auprès, adv. Prôpè. — Auprès 
de. loc. prép. l'rùpé (av l'ace). Ad 
(av.r ace). Apitd (av l'acc.J. 



aurore, s. f. Aurôra, x, t. 

aussi, adv. — i. De plus. (JiiàquA: 
ètiam. — 2. C'est pourquoi. Jtùquè 

aussitôt, adv. Confestim ; stàtim. 

austère, adj. Sècérus, a, um. 

austérité, s. f. Sècérîtâs, àtis, f. 

autel, s. m. Ara, a?, f. 

auteur, s. m. — 1. Qui a produit 
une chose. Aiictor, ôris, ni. Causa, 
a?, f. — i. Écrivain. Scriptor, ôiis, 
m. 

automne, s. m. et f. Autumnus, 
i, m. 

autour, prép. Circâ, prép. (av. 
l'ace). 

autre, adj. Allas, a, ùd. {En par- 
lant de deux) aller, èra, èrum. — 
Les autres, céleri, x,a.— Les uns... 
les autres, ulii... alii. — L'un et 
l'autre, iiterqitè. Iràquè. trumquè. — 
Ni l'un ni l'autre, neutèr. Ira, trum. 

autrefois, adv. Olim. Anliquïlùs. 

Autriche, n. pr. f. Austrin, s, f. 

autrui, m. Aller, altèrius, m. — 
D autrui, àl'iënus, a, um. adj. 

avancer s ', v. réfl. Piocèdo, îs, 
cessi. c'ssuni, cêdêre, intr. 

avant. — l . prép. Anlè (av. l'ace). 
— i. adv. Anté. 

avantage, s. m. Ulîlîlds, àtis, f. 

avantageux, euse, adj. Commô- 

dus. (i, uni ; liUlis, r. 

avare, adj. Avàms, a, um. 

avarice, subst. f. Avântia, x, f. 

avec, prép. Cum (av. l'abl.). — 
Tuer avec une javeline, interficere 
hastâ. — .Vvec lureur, fiiriùsé, adv. 

aventure, s. f. Eventum, i. n. — 
A l'aventure, tèwèrè. — Errer à 
l'aventure, prrarc. 

avertir, v. tr. Mônèo,Os,ùi, ttum, 
éri-, tr. 

aveugle, adj. C.rcus, n, um. 

avide. a<lj. Avîdfis. a. tim. 

avidement, adv. Avîitc. 

avilir (s'j. v. réfl. Se abjîcéri' 
{abjh'io, îs, jéci.jectum). 

avis. s. n). — 1. Avertissement. 
Môuitii), oitis, f. — i. Opinion. Sen- 
tentin. x, t". 

avocat, a. m. Advôcdtus, i. m.; 
causîdîcu.i, I, m. 

avoir, V. tr. Hàbèo, es, iii, itum, 
ih-t', tr. — Il y a do hautes colonneb, 
suut allx columnx. 

avouer, v. tr. Cnnfitcor, t^ris, 
fessas sum, fîtéii, tr. d«'i). 



284 



LEXIQUE FRANCÂlS-LATIN. 



B 



Babylone, n. pr, f. Ancienne ca- 
pitale de la Chaldée. Bàbylôn, ônis, f. 

Bacchus, n. pr. m. Dieu de la 
vigne. Bacchus, i, m. 

bagage, s. m. Sarcïna, ae, f. — 
Bagages d'armée. Impedimenta, 
ôrum, n. pi. 

baisser, v. tr. Dêmitto, mîsi, mis- 
smn, mittère, tr. 

ballotter, v. tr. Jacto, as, dvi, 
dtum, are, tr. — Ballotté, jactâtiis, 
a, î(m. 

banc, s. m. Sèdlle, is, n. 

bandit, s. m. Latro, ônis, m. 

bannir, v. tr. In exaiUum pelière 
{pello, ïs, pèpiUi, pulsinn). 

barbare, adj. Barbants, a, Km. — 
Les Barliares. Barbâri, ôrum, m. pi. 

bassement, adv. Abjecte. 

bât, s. m. Clîtftlae, ârum, f. pi. 

bataille, s. f. Pugna, se, f. Frse- 
lium, îi. II. — Livrer bataille, prx- 
lium committere. 

bâtiment, s. m. — 1. Édifice. 
Mdïfïcaim, îi, n. — 2. Navire. Nâ- 
vis, is, f. 

bâtir, V. tr. JEdïfïco, as, dvi, dtum, 
are. tr. — Bâtir (une ville). Condo, 
ïs, dïdi, d.'itum, dère, tr. 

bâton, s. m. Bâcidus, i, ni.; et 
bàcidnm, i, n. — (Pour frapper). 
Fus lis, is, m. 

battre, v, tr. Csedo, is, cècîdi, 
cxsum, cxdëre, tr. — Battre (les 
ennemis). Prôjlujo, ds, dvi, âtum,dre, 
tr. — Se battre. Piigno, as, dvi, 
dtum, are, intr. 

beau, belle, adj. Pulcher, chra, 
chrum {comiy pu le hri or. superl. pul- 
cherrimvs, a, um). — Excellent. Prae- 
cldrus, a, um; insignis, e. — Hono- 
rable. Hôneslus, a, um; dêcôrus, 
a, um. 

beaucoup, adv. Multum. Multo 
(devant un compar.). — Beaucoup 
de sang. Multum songuinis. — Beau- 
coup de roses (des roses nom- 
breuses). Multse rosse. — De beau- 
coup. Longe. 

beauté, s. f. Pulchrltùdo î7iis,i. 

bègue, adj. Balbu,s, a, um. 

Belges, n. pr. Habitants du nord 
de la Gaule, Beigx, drum,m. pi. 

bélier, s. m. ArUs, ètis, m. 

belle-mère, s. f. Sôcrûs, ûs, f. 



Bellone, n. pr, f. Déesse de la 
guerre. Bellôna, %, f. 

berger, s. m. Pastôr, ôvis. 

bergerie, s. f. Ovîlè, is, n. 

besoin, s. m. Inôpïa, %, f. — J'ai 
besoin de. Mihi o/jus est (av. l'abl.). 

bétail, s. m. Petit bétail. Pècûs, 
ôris, n. Gros bétail. Armentum, i, n. 

bête, s. f. Bestïa, se, f — Bête 
féroce. Fera, se,f. 

Bètique, n. pr. f. (auj. Andalou- 
sie). Bsetïca, se, f. 

Bétis, n. pr. Fleuve d'Espagne 
(auj. Guadalquivir). Bsetis, is, n. 

bibliothèque, s. f. Bîblïôthêca, 
se,î. 

\. bien, adv. Bènë ; rectè. — 
Beaucoup. Yaldê. — Bien com- 
battre. Strêniiê pjugnare. — Bien 
plus. Immo. 

2. bien, s. m. Bônum, i, n. — 
Homme do bien. Vir bonus. — Faire 
du bien à... Bene ntereri de (av. 
l'abl.). 

bienfaisant, ante, adj. Bènê fi- 
cus, a, um. 

bienfait, s. m. Bënëfîcïum îi, a. 

bientôt, adv. Brëvl, Max. 

bienveillant, ante, adj. Bènê va- 
lus, a, um. 

Bithynie, n.pr. Contrée de l'Asie 
Mineure. Bïthynïa, se, f. 

Bituriges, n, pr. pi. Gaulois habi- 
tant entre la Loire et la Garonne. 
Bïtiirïges, um, m. pi. 

blâmer, v. tr. Vïtûpêro, ds, dvi, 
dtum, are, Ir. 

blanc, che, adj. Albus, a, um. 

blé, s. m. Frùmentum, i, n. 

blesser, v. tr. Vubiêro, ds, dvi, 
dtum, are, tr. 

blessure, s. f. Vulniis, nëris, n. 

bloquer, v. tr. Obsïdëo, es, sêdi, 
sessum, sîdêre, tr. — Circumsèdëo, es, 
sèdi, sessum, sèdére, tr. 

bocage, s. m. Nëmus, môris, n, 

bœuf, s. m. Bôs, bôvis, m. et f. 

boire, v. tr. Bïbo, ïs, bïbi,bïbëre, 
intr. et tr. 

bois, s. m. Forêt. Silva, se, f. — 
Bois du cerf. Bdmi, ôrum, m, pi. — 
Bois (à brûler). Lignum, i, n. — De 
bois, lignëus, a, um. 

boisson, s. f. Pôlïo, ônis, f. 

boiteux, euse, adj. Claudus, a, 
um. 



LKXIQIE 1I<AN(:\IS-I.\ri.\ 



bon. bonne, adj. Bonus, n, nm. — 
Bienv'illant. Bèn^'ficus, a, um. — 
Estimable. Pràbâbilis, e. — Bon 
sens. Saua 7nens. — Tenir bon. Stdre 
(s/o, stûs. stèti, stât'on). 

bord. s. m. om, s. — Bord de la 
mer. Litns, taris. — Bord dun fleuve. 
Ripa. s. t*. — Bord dun puits. Martjo, 
yinis, ni. et f. 

border, v. tr. Prsetexo, îs. texùi, 
textiirii. texèrp, tr. 

borne, s. f. Terminus, i, m. — Les 
bornes. Junes, îum, m. pi. 

bosquet, s. m. Nèmiis, inôris. 

bouc. s. m. Hircus, i, m. 

bouche, s. f. Os, ôris, n. 

bouclier, s. m. Scûtum, i, n. Clï- 
/-<"'i/5. I. m. 

bouffon, .s. m. Sciwra, a?, nrf. 

bouillant, ante, adj. Fenidus, 

branche, s. f. Râmus, i, m. 

bras. s. ni. Brdchïum, ïi, n. 

brave, adj. Fortis, e. Strènùus, a, 
uin. 

braver, v. tr Contemno, is, tempsi, 
eniptiun. ti miiére, tr. 

bravoure, s. f. Auddcia, m, f. 

brebis, s. f. Ois, is, f. 

breuvage, s. m. Pôtio, ônis, f. 

brigand, s. m. Lâtro, ônis, m. 

briser, v, tr. Frango, îs, frègi, 
fractuni, frnnyèrn, tr. 

brodé, ée, part, et adj. Pictus, a, 
um. 

bronze, s. m. .£"«, a»)/«, n. — De 
bronze, 3Prèus. a, um; ài'-nèus, a, um. 

bru. s. f. Xid-ùs, ùs, f. 

bruit, s. m. Sônitits, ûs, m. 

brûler, v. tr. et iiitr. Incemlo, is, 
I, reitsum, ceuflère, tr. — Brûler (un 
cadavre), crèmnre (crèmo, as, âvi, 
(ttum), tr. — Brûlé (par le soleilj, 
tostus, a, ujn {torrèo, es, iii, tostnm, 
torrëre), tr. — Brûlant, ardens, entis. 

brunie, s. f. Xèbitla, s, t'. 

Brutus. nom d'homme. Brûlus, ». 

buisson, s. m. Dùmus, i, m. 

butin, s. m. Prxda, j-, f. 



cabane, s. f. Cà^a. t. f. 

cacher, v. tr. Caf'lier (quelque 
chose ;i quelqu'un). COlâve {cèlo,ns, 
(ici, âtum, avec deux ace). — îso 



cacher, nb'Ière se {abdo, îs, dïdi, 
dïtum). 

cachot, s. m. Carcèr, cêris, m. 

cadavre, s. m. Cnddvèr, cèris, n. 

caille, s. f. Côturnix, nicis, f. 

Caligula . n . pr. m . Empereur 
romain. (aHi/uta. a?, m. 

Callisthène, n . pr. m . Philosophe 
grec. Callisthènés, is, m. 

calomnier, tr. Crimina serere in 
(av. l'ace). Sèro, îs,srci, sâtum. 

Galypso, n. pr. f. Fille d'Atlas. 
Càbjin'j. ùs ou ônis, f. 

camp. s. m. Castra, ôrum. n. pi. 

campagne, s. f. Agèr, ar/ri, m. 
Btls, rùris, n. — .V la campagne, ruri 
(question ubi); rus (question ijxo). — 
De la campagne, rusticw^, a. um. 

Campanie, n. pr. f. Contrée do 
l'Italie. Cinnpania, x, 1". 

candélabre, s. m. Candélàbrum, 
i, n. 

Cannes, n. pr. Ville d'.Vpulie, 
célèbre par une victoire d'Aniiibal. 
Cnnns, drum, f. pi. — De Cannes. 
Citnuensis, e (adj.). 

capitaine, s. m. Dvx. diicis. m. 

capital, aie, adj. Prscipim-;, a, 
um. — Accusation capitale, capitale 
crimen. 

capitale, s. f. Cdpiit, pîtis, n. 

Capitule, n. pr. m. Temple de 
Rome, (lij/'itôlîum, î», n. 

capricieux, euse. adj. Vàrius, a, 
um. 

captivité, s. f. Captirïlds. dtis,(. 

car. coiij. Enim (après un mot). 
Xam ; l'ti'nim. 

caractère, s. m. Ingènium, ii, n. 
Indôlfn, is, f. ydtùrti. sr, f. 

caressant, ante, part, et adj. 
Blnii'lii^. (I. um. 

caresser, v. tr. Bland\or, iris. 
Uns sum, in. intr. dép. (av. le dat.). 

Carloman. n. pr. m. Frère de 
Charleniagiio. Cnrlomanus, i, m. 

carnassier, ère, adj. Camîvàrus, 
a, um. 

Carnutes, n. pr. m.pl. Peuple de 
l.t(iaulc. (nriiiUt's, um. m. pi. 

carquois, s. m. l'hàrètni. r, f. 

Carthage, n. pr. Ville d'.\frique. 
Ciirlfuif/o, iuis, f. 

Carthaginois, oise. adj. Do Car- 

tliM^'C. ('iirl/iâf/hiirn^is. e. — Les 
C.irlhairinois. Carthnginiensés- ium, 
m. pi. 



286 



LEXIQUE FRANÇAIS-LATIN. 



casque, s. m. Gcîlèa, œ, f. 

casser, v. tr. Frango, ïs, fréqi, 
fractum, frangère, tr. — Cassé, 6e. 
Frac lus, a, wn. 

Gassius, n. pr. m. Un des meur- 
triers d-i César. Cassïus, ïi, m. 

Catilina, n. pr. m. Fameux 
conspirateur de Rome. Càtïlîna, 
se, m. 

Caton. n, pr. m. — 1. Marcus 
Porcins Caton surnommé le Censeur 
(Ceiisorius), ou l'Ancien ; 2. Caton 
d'Utique. Càto, ônis, m. 

Caucase, n. pr. m. Chaîne de 
montagnes d'Asie. Caucàsus,i, m. 

cause, s. f. Causa, w.. f. — A 
cause de, oh, proptèr (av. l'ace). — 
Plaider une cause. Causam orare. 

causer, v. tr. Cau.«er une grande 
douleur aux Romains. Esse mafpio 
dolori Romanis. 

cavalerie, s. f. Equïlâlûs, ûs, m. 

cavalier, s. m. Eqnês, ïiis, m. 

ce, cet, cette, pron. et adj. Hic, 
hxc, hôc ; illè, illà, illûd; ïs, èâ, ïd. 

Cécrops, n. pr. m. Fondateur et 
ancien roi d'Athènes. Cécrops, ôpis, 
m. 

cèdre, s. m. Cedrus, i, f. 

cela, pron. dém. ffôc; illùd ; ïd. 

célèbre, adj. Nôbïlis, e. — Clârus, 
a, iu)i. Prseclârus, a, imi. 

célébrer, v. tr. Cèlèhro, as, âvi, 
ntam, are, tr. — Célébré. Cèlèbrâtus, 
a,um- 

céleste, adj. Cxlestis, e. 

Celtes, n. pr. m. pi. Peuple de la 
Gaulo. Celt.r, âi'ian, m. pi. 

celui, celle, ce, pron. dém. Is, ea, 
id 

celui-ci, pron. dém. ffic, hase, 
hoc. 

celui-là, proQ. dém. Illè, il lu, 
illiai. 

cendre, s. f. Cïni^i, nèris, m. — 
Réduire en cendres. In cinerem com- 
burère. 

censeur, s. m. Censôr.ôris, m. — 
Caton le Censeur. Calo Censorius. 

cent, nom de nombre. Centum. — 
Deux cents. Diicnti, se, a. — Trois 
cents. Trècenti,x, a. — Cinq cents. 
Quuifjenti, se, a. — Deux cent mille. 
Dùcenla millia. 

centième, adj. Centêshnns,a,vm. 
— Cent vinjîtième. Centèsïmus vh:é- 



cependant, conj. Attàmën. — 
Tâmèn (ordinairement après un 
mot). 

Cérès, n. pr. f. Déesse de l'agri- 
culture. Cèrès, rêris, f. 

cerf, s. m. Ce7'vus, i, m. 

certain, aine, adj. — 1. Assuré. 
Cerlus, a, wn. — 2." Quelque. Qui- 
dam, quxdam, quoddam. 

César (Jules), n. pr. m. Conqué- 
rant de la Gaule, [Jùlïus, ii) Csesâr, 
dris, m. 

cesse (sans), loc. adv. Sine inter- 
miss u. 

cesser, v. tr. Dêsino, ïs, sïi,sïtum, 
sïnèi'C, tr. 

cet. Voir ce. 

chacun, une, pron. indéf. Quis- 
qnè, qusequè, quodquè et quidqnè. — 
Chacun des deux, iiterqu.è, traque, 
trumquè. — Chacun d'eux, singidi, 
se, a. 

chagrin, s. m. Mrerôr, ôris, m. 

chain6,s. f. Càtêna, se, f. — Chaîne 
de montagnes. Jiigum, i, n. 

chair, s. f. Càro, carnis. 

chaleur, s. f. Càlôr, ôHs, m. 

champ, s. m. Agêr, gri, m. ■ - 
Campus, i, m. — Petit champ. Agel- 
lus , i. — Champ de blé, sëges , 
ètis, f. — Des champs. Bustïcus, a,' 
nm. — Les Champs-Klysées. Campi 
Elysïi, Campôruni Elysïôrum, m. pi. 

changer, v. tr. Mata, as, âvi, 
âtuni, àri', tr. Changé. Mùtâtus, a, 
wn. 

chant, s. m. Cantils, ûs, m. 

chanter, v. tr. et intr. Cdno, ïs, 
cêcini, contum, cànère, tr. et intr. 

chanteur, s. m. Cnntôr, ôris, m. 

chapitre, s. m. Càpiit, pïtis, n. 

chaque, adj. indéf. Quisquè, qux- 
qiiè. quodquè. — Chaque jour. Quô- 
tldïê. — A chaque instant. Omni 
tempore. 

char. s. m. Curriis, ûs, m. 

chardon, s. m. Cardiius, i, m. 

charge, s. m. — 1. Fardeau. 
Omis, nèris, n. Vaisseau de charge, 
oneraria navis, f. — 2. Fonction. 
Mûnus, nèris, n. Mdgistrâliis, fis, m. 

chargé, ée, part, et adj. Onustus, 
a, wn, adj. 

charger, v. tr. Onèro, â, âvi, 
âtum, are, tr. — Se chai-ger de fruits. 
l'omis gravari. 

chariot, s. m. Plaustrum, i, n. 



LEXIQUE FRANÇAIS-LATIN. 



Charlemagne, n. pr. m. Empe- 
^.^-.r <\>' Fiiiiice. Carolus Magnas, 
Caroli Magni, m. 

Charles, nom d'homme. Carolus. 
i, m. 

charmant, ante^ adj. Jùcundus. 
a, Vin. AïKiriiHS. a. uni. 

charmer, v. tr. Dêlecto, ôs, dvi. 
(ilitm, are. Permulcèo, es, mulsi, 
mulsum. mnlcêre. tr. 

charpentier, s. m. Tignârius 
fùber. tii/ndiii fabri, m. 

charrue, s. f. Arâtrum, », n. 

chasse, s. f. Vénàtiis, ûs, m. 

chasser, v. tr. ctintr. — 1. Mettre 
dehors. J'ello, is, pepuli, pulsion, 
pellère, tr. — i. Poursuivre le gibier. 
Vénor, âris, dtus sum. «/•/, tr. et intr. 
dëp. 

chasseur, s. m. Vêndtôr, ôris, m. 

châtier, v. tr. Castigo, du, dvi, 
dlinn, are. tr. 

châtiment, s. m. Pœna, a?, f. 

chaud, e, adj. Càluhis, a, um. 
Tè/iiilits. a, urn. — Le cliaud (la cha- 
leur), càlùr, ôris, m. 

chauffer, v. tr. Càlèfdcîo, is, féci, 
factutit. fàrâre, — iSe chauffer au 
soleil. Apricor, dris, dtus sum, dri, 
intr. àé\). 

chaume, s. m. Culmns, i, m. 

chaumière, s. f. Tugiirhtm, ïi, n 

chef, s. m. Dnx, dàcis, m. — Chef 
de I l>tat. l'riucfps, clpis. — Général 
en tlief. Intpèrdtùr, Oris, m. 

chemin, s. m. lier, îtïnéris, n. 
Via. X, t". 

chêne, s. m. Quei'ciis, ùs, f. 

cher, ère, adj. Cârus, a, itm. — 
Coûter cher. E^se magni. 

chercher, v. tr, Quxro, îs, qux- 
sii'i, guofStlum, quxrère, tr. 

chérir, v. tr. Diligo, îs. lexi, lec- 
*um, ligi'-re. tr. — Chéri. Dilectus, 
a, uni. 

Chersonèse, n. pr. f. Presqu'île. 
Chersùnesus, i, f. 

cbètlf, Ive, adj. Exïlis, e. 

cheval, s. m. /ù/uu.<t, i, m. — 
Cheval de ))ataille. h'quus niilitaris. 

chèvre, s. t'. Capra, x, f. 

chevreau, s. m. Hsedus, i, m. 

chez, [>r<'-p. ApUd (question ubi) ; 
àil (^(jueslion qtto). 

chien, s. m. Cdnis, is, m. 

choisir, v. tr. Kligo, Is, légi, lec- 



tuni, ligêre. tr. — Choisir pour ma- 
gistrat. Eligere magistratum. 

chose, s. f. liés, rèi. — Quelque 
cho>e. Alifjuid. 

chouette, s. f. Nocliin, œ, f. 

chute, s. f. Cdsiis, ùs, m. 

Cicéron, n. pr. m. Célèbre ora- 
teur romain. Cïcèro, ônis, m. 

ciel, s. m. Cxlum, i, n. 

cigale, s. f. Cicdda, ae, f. 

cigogne, s. f. Cîcônîa, x, f. 

cime. s. f. Càcûmèn, mînis. 

Cinéas, n. pr. m. Ami de Pyrrhus. 
Cinéds, X, m. 

Cinna, n. pr. m. Petit-tils de 
Pompt-e. Cinnà, x, m. 

cinq, nom de nombre. Quitiquè. 

cinquante, nom de nombre. 
Quingtidf/inla. — (Pour cinquan- 
tième). Qninqudgéshnns, a. uni. 

cinquième, adj. Quinlus. a. um. 

Circè. n. pr. f. Célèbre magi- 
cienne. Circê, >'.<!, f. 

circonspect, ecte, adj. Cautus, 
a, um. 

circuit, s. m. Cirruîtiis, ùs, m. 

cire, s. f. Céra, x, f. 

cirque, s. m. Cirmis, i, m. 

citadelle, s. f. Arx. aras, f. 

cité, s. f. Civîtds, dtis, f. — Droit 
de cité. Civitas. 

citer, V. tr. Citer en justice. In 
Jus vùcâre (vôco, ds, dvi, dtum, tr.). 

citoyen, s. m. Ctvis, is, m. 

civil, ile, adj. Cipilis, e. 

clair, claire, adj. (En parlant 
d'un liquide . Liquidas, a, um. 

clairon, s. m. Litiius, f, m. 

clairsemé, ée, adj. Hdrus, a, um. 

classe, s. f. — 1. Espèce. Gèniis, 
neris, n. — i. Salle d'école. Hchôla, 
X, f. 

clémence, s. f. Clémentïa, x, f. 

climat, s. m. Cxlum, i, n. — Ri- 
gueur du climat. Cxli duritia. 

Clitus, n. pr. m. Général macé- 
donien. Cillas, i. m. 

cocher, s. m. Auriga, x, m. 

Codrus. n. pr. m. Uoi d'Athènes. 
Cudriis, i, m. 

cœur, s. m. Côr, cordis, n. — 
Courage. Animus, i, m. — Hommo 
de cœur, vir fortis. 

colère, s. f. Ira, g, f. — Se mettre 
on colt're. /rasri (irascor, èris, irâlus 
sntn. .'tvec le dat.). 
I collier, s. m. Torquis, is et tor- 



288 



LliXIQUE FRANC.US-LATIN. 



qiiës, is, m. — Récompense militaire. 
Phàlèrse, arum, f. pi. 

colline, s. f. Collis, is, m. 

colombe, s. f. Côlumbn, «, f. 

colonie, s. f. Côlônîa, se, f. 

colonne. 8. f. Côlumna, se, f. 

colossal, aie, adj. Immânis, e, 
adj . 

combat, s. m. Pi^selîum, îi, n. 

combattre, v. intr. Pugno, as, 
avi, âtuni, are, intr. 

combien, adv. — Combien de 
blé. Quantum frumenti. — Combien 
d'hommes. Quam mnlti ou quoi ho- 
mmes. 

combler, v. tr. Cûmûlo, as, âvi, 
âtum, are, tr.— Comblé. Cûmûlatus, 
a, um. 

comédien, s. m. Cômœdus, i, m. 

commandement, s. m. Impè- 
rhnn, ii, n. — Commandement en 
chef. Summian imperium. 

commander, v. tr. et intr. Tm- 
pèro, cls, âvi, âtum, are, tr. — Com- 
mander (que, de). Imperare ut (av. 
le subj.). 

comme. — 1, adv. Ut; sicùt. 
— Comme... de même, ùt.... ïtâ. — 
En guise de. Prô (av. l'abl.). — 
Regarder comme. Habëre, tr. — 
Comme si. Quàsï. — 2. conj. Cum 
(av. le subj.). 

commencement, s. m. InUïiun, 
îi, n. 

commencer, v. tr. Inctpïo, îs,cêpi, 
ceptuiu, cijiêre, tl-. 

commerce, s. m. Mercâtùra, se, f. 
Commerdum, li, n. — Faire le com- 
merce, nèf/ôliâri. — Fréquentation. 
ConsuêtûtJo, îtiis, f. 

commettre, v. tr. Commettre 
(une faute). Committo, ïs, mîsi, tnis- 
sum, mittère, tr. 

commode, adj. Commôdus, a, um. 

commun, une, adj. Commùnis,e. 

compagne, s. f. Cômès, mîtis, f. 

compagnon, s. m. Cômès, mïtis, 
m. — Compagnon (de naufrage). 
Sôdus, il, m. — Ses compagnons. 
Siii, ôrurn, m. pi. 

compassion, s. f. Mîsèrïcordïa, 
se, f 

compatriote, s. m. Pôpidâvis, is, 
m. 

complètement, adv. Ahsôlûtê. 

complice, s. m. Conscïus, îi, m. 

composer, v. tr. Composer (un 



ouvrage d'esprit). Compôno, îs,pôs:(:, 
pôsîtum,ponère \y. 

comprendre, v. tr. Intellègo, îs. 
lexi. lectiim, légère, tr. 

compter. — 1. tr. Nianèro, as, 
âvi, âtum, are, tr. — 2. intr. Vous 
comptez sur moi. Spem habetis in me. 

concevoir, v. tr. Concïpio, ïs, cëpi, 
ceptum, cipère, tr. 

concitoyen, s. m. Clvis, is, m. 

concorde, s. f. Concordïa, se, f. 

concussion, s. f. Pèciilâtûs, ûs, 
m. 

condamnation, s. f. Damnatîo, 
ônis, f. 

condamner, v. tr. Damno, as, âvi, 
âtum, are, tr. — Condamnera mort. 
Damnare capite. 

condisciple, s. m. Condiscïpiilus, 
i, m. 

condition, s. f. Condïcîo, ônis, f. 

conduire, v. tr. Bûco, is, duxi, 
ductum, dùcère. 

confiance, s. f. Fîdûcïa, se, f. 

confier, v. tr. Committo, îs, mîsi, 
missuvi, mittère, tr. 

confisquer, v. tr. Pûblîco, as, âvi, 
atum, are, tr. 

conformation, s. f. Fîgûra, se, f. 

conjurés, s. m. pi. Conjùrâli, 
orum, m. pi. 

connaître, v. tr. CoQnosco, îs, 
novi, cognïtum, cognoscère, tr. — 
Nôoi, novisse (parf. de nosco). 

connu, ue, part, et adj. Nôtus, 
a, um (av. le dat.). 

conquérant, s. m, Gentium Vic- 
tor, ôris, m. 

conquérir, v. tr. Siibigo, îs, ëgi, 
aclum, îgère, tr. 

consacrer, v. tr. Sacro, as, âvi, 
âtum, are, tr. 

conscience, s. f. Conscîentîa, se, f. 

conseil, s. m. Consîlîum, îi, n. 

1. conseiller, v. tr. Suâdèo, es, 
suasi, suâsu)n, suâdëre, tr. 

2. conseiller, s, m. Suâsôr, ôris, 
m. 

conserver, v. tr. Servo, as, âvi, 
âtum, are, tr. 

considérable, adj. il/a^nus,rt, «(m. 
Ingens, entis. 

considéré, èe, adj. Estimé. Prô- 
bâtus, a, um. 

considérer, v. tr. Considère, as, 
âvi, âtum, are, tr. — Faire cas de. 
May ni sestîmdre (o, as, âvi, âtum. 



LEXIQUE FRANÇAIS-LATIN. 



•289 



tr.). — Considérer comme. Bàbêre ' 
{(?o, es. iii, it'Dii, tr.). I 

consister, v. intr. Consista, îs, j 
stiti, sislére, intr. (avec in et l'abl.). | 

consoler, v. tr. Consôlor, âris, \ 
ûtus sum. dri, tr. dép. I 

conspiration, s. f. Conjûrâtio, 
ôiiis, t". 

constamment, adv. Contmentèr. 

construction, s. f. ^^dîfîcâtîo, 
ônis, f. 

construire, v. tr. ^E'Iifîco, as, 
âvi, (itum. are, tr. 

consul. «. m. Consiil, iilis, m. 

contagion, s. f. Contâgïo,ônis, f. 

contemporain, aine, a.dj.^Equd- 
lis, '■. 

contempteur, s. m. Contemptôr, 
ôris, ni. 

contenir, v. tr.— 1. Retenir. Con- 
llnèo, es, tïniii, t'jntuni, tinêre, tr. — 
2. Renfermer. Hàbèo, es, iii, îtum,êre, 
tr. Contïnèo. 

content, ente, adj. Contentus, a, 
ton la\. 1 al)l.!. 

contigu. uë, a^ij. Contïnens, entis 
(av. le dat.K 

1. continent, ente, adj. Contï- 
nens, entis. 

2. continent, s. m. Contïnens 
terra, coiitïnentis terrse. 

continuellement, adv. Perpêticj. 

contradiction, s. f. Offensa, ie,f. 

contraire, adj. Contrdrïus. a, nm ; 
A'Jeersus. a, um. — Au contraire, 
loc. adv. Cnnlrd. 

contrarier, v. tr Adperso7\ ans, 
âtKS sum, dri, intr. dép. (av. le dat.). 

contre, prep. .A.dL'ersits (av. l'ace). 
— In I av. l'ace). — Protôjçer contre 
les voleurs. .4. fnribns titeri. 

contrée, s. f. Hèyio, ônis, f. 
T'rni. .r. f. 

convaincre, v. tr. Persnadèo, es, 
s.idsi, snâsiiiii, suddrre (se construit 
avec l'ace, de la chose et le dat. de 
la personne . 

convenable, adj. Idônêns, a, um. 

converser, v. intr. Collôqttor, 
èris, lôcûtus sntn, lôqui, intr. dép. 
(avec cnm et l'abl.) 

convoiter, v. Ir. Appela, ïs, ici cl 
i;', iluiii, rri\ tr. 

convoquer, v tr. Convôco, as, dvi, 
dtiiin, dre, tr. 
copie, s. f. Exeniplàr, âris, n. 
copiste, s. m. Sci-iba, x, m. 
EXFnr. LIT. Cl.. DF. 6" ET ■ 



coq, s, m. Gallns, i, m. 

Corcyre, n. pr. f. Ile de la mer 
Ionienne. Corcjjra, x, f. 

Corinthe, n. pr. f. Ville de la 
Grèce. Côrintfius, i, f. 

Corinthien, enne, adj. De Co- 
rinthe. Côrintftîns, a, inn. — Le» 
Corinthiens. Côrînt/iii. ôritni, m. pi. 

corne, s. f. Cornu, cornus, n. 

Cornélius, nom de plusieurs Ro- 
mains. Cor)ii'lîus, II, m. 

cornouiller, s. m. .Ar))re. Comiis, 
i. f. 

corps, s. m. Corpiis, paris, n. 

correspondre, v. intr. Respon- 
fJêo, es, i, sponsum, spondêre, intr. 

corriger, v. tr. Corrîgo. ïs, rexi, 
rectum, rïffère, tr. — .Se corriger. 
Corrïgi (au passif). 

cortège, s. m. Cômltdtùs, fis, m. 

côte, s. f. Colline. Clivus, i, m. — 
Littoral. Litics, tôris. 

côté, s. m. Làtùs. tèris. n. — De 
côté et d'autre, passinu — De tous 
côtés, undiqnè. — De son côté, 
contrd. — Du côté de, ab i av. l'abl.). 
— De l'autre côté de. trans av. l'ace). 

cou, s. m. Collum, i. n. 

coudée, s. f. Cùbïtum, i. n. 

couler, V. intr. Fluo, ïs, fluxi, 
/luxum, /liière, intr. 

couleur, s. f. Côlôr. ôris, m. 

coup, s. m. Ictiis, ùs, m. — Tout 
à coup. Repente. 

coupable, adj. NqxÏhs, a. um. 

couper. V. tr. Sèco, ds, sêeui, sec- 
tum, sêcdr^, tr. 

courage, s. m. Virtùs, ùtis, f. 
Auddein, <y, f. .Xuîmus, i, m. 

courageusement, adv. Fortïtêr. 

courageux, euse, adj. Fortis, e. 
Audax, arts. 

courant, s. m. Flùmèn, minis, n. 

courir, v. — 1. intr. Curru, is, cù- 
curri, cursum, currére, intr. — 2. tr. 
P'-icurro, is, ciicurri, cursum, currt're, 
II-. 

couronne, s. f. Cùrôua. x, f. 

cours, s. m. Cursiis, ùs, m. 

course, s. f. Cursus, ils. m — 
I.i'^'or à la course. Vèiox, ôcis. 

coursier, s. m. Fquus, i. m. — 
Coursier (de bataille) Rellâlôr 
èijuns, brilatnris èqui, lu. 

court, te, adj. Rrêvis, e. 

coutume, s. f. Cousin^tùdo, tnis, i. 

17 



290 



LEXIQUE FRANÇAIS-LATIN. 



-- Avoir coutume. Sôlëre [solêo, es, 
sôlïtus siun), V. irrég. 

couvert, erte, part, et adj. Côô- 
pertus, a, vm (av. l'abL). — Plénus, 
a, uni (av. le gén.). 

couvrir, v. tr. Tëgo, îs, texi, 
tfictum, tègëre, tr, — Couvrir de 
blessures. Vidneribus confôdèy^e (fô- 
dio, is, fôdi, /'ossum,lr.) — Se couvrir 
de feuilles. Fronrlescêre (o, ïs), intr. 

craindre, tr. Thnèo, es, ùi, ère, 
tr. — Vèrèor, ëris, ïlus sum, ëri, tr. 
dép. 

crainte, s. f. Mëtûs, ùs, m. 

craintif, ive, adj. Tïmïdus,a,um. 

crapaud, s. m. hafo, dnis, m. 

Crassus, n. pr. m. Riche romain. 
Crasstis, /', m. 

créer, v. tr. Crëo, as, âvi, âtiim, 
are, tr. 

cresson, s. m. Nasturthivi, îi, n. 

Crésus, n. pr. m. Roi de Lydie. 
Crœsus, i, m. 

creuser, v. tr. Fôdïo, ïs, fôdi, 
fossum, fôdëre, tr. 

creux, euse, adj. Càviis, a, imi. 
— subst. m. Càvum, i, n. 

cri, s. m. Clàmôr, ôris, m. 

crier, v. intr. Clâmo,âs,âvi,âtum, 
are, intr. 

crime, s. m. Scëius, lëris, n. 

crinière, s. f. Jûba, se, f. 

croire, v. tr. Credo, ïs, dïdi, dïttim, 
dère, tr. et intr. — Croire quelque 
chose, credere aliquid; croire quel- 
qu'un, credere alicid. — Penser. 
Èxistïmo, as, âvi, âtum, are, tr. 

croître, v. intr. Cresco, ïs, crëvi, 
crëtum, crescëre, intr. 

Crotone, n. pr. f. Ville de l'Italie 
méridionale. Crôtôn, ônis, f. 

croupe, s. f. Dorsum, i, n. 

cruauté, s. f. CrûdëLîtâs, dtis, f.— 
Action cruelle. Crudèle fàcinus, cru- 
dëlis fàcïnôris. 

cruel, elle, adj. Crûdëlis, e. 

cube, s. m. Ciibus, i, m. 

cueillir, v. tr. Lègo, ïs, légi, lec- 
tum, lègëre, tr. — Cueillir en déta- 
chant. Carpo, ïs, carpsi, carptuin, 
carpëre, tr. 

cuir, s. m. Côrïum, îi, n. 

cultivé, ée, part, et adj. Cultus, 
a, wn. — Bien cultivé. Recte cultus. 

cultiver, v. tr. Côlo, ïs, ûi, cidtuni, 
co/ere,tr.— Former par l'inslruction. 
Excôlo, ïs, iii, culluiii, cô'ëre, tr. — 



Exercer. Exercëo, es, iii, ïtum, ère, tr, 

culture, s. f. Cultùra, x, f. 

Curiaces, n. pr. m. pi. Famille 
d'Albe. Ciirïâtïi, ôrum, ni. pi. 

curieux, euse, adj. Qui mérite 
d'être vu. Visendiis, a, wn. 

Cybèle, n. pr. f. Déesse et femme 
de Saturne. Cybëlë, es, f. 

Cyclopes, n. pr. m. pi. Forgerons 
du dieu Vulcain. Cyclôpës, um, m. 
pi. 

Cynique, adj. De la secte de 
Diogène. Cynicus, a, um. 

cyprès, s. m. Cupressus, i, f. 

Gyrène, n. pr. f. Ville d'Afrique. 
Cyrënse, àrum, f. pi. 

Cyrus, n. pr. m. Roi de Perse. 
Cyrus, i, m. 

cytise, s. m. Cytïsus, i, m. et f. 



daim, s. m. Dama (damma), s, m, 
et f. 

Damon, n. pr. m. Dâmôn, ônis, 
m. 

danger, s. m. Përlcidum, i, n. 

dangereux, euse, adj. Përîcû- 
losus, a, um. 

dans, prép. In (av. l'ace, question 
quo). In (avec l'abl. question ubi). — 
Dans l'origine. In principio. — Dans 
quelques mois. Post paucos menses. 

Danube, n. pr. m. Grand fleuve 
d'Europe. Dânubius, ïi, m. 

Dardanus, n. pr. m. Fondateur 
de Troie. Dardanus, i, m. 

Darius, non» de plusieurs rois de 
Perse. Darius, îi, m. 

Datis, n. pr. m. Général des 
Perses vaincu à Marathon. Dàtis, is 
ou ïdis, m. 

de, prép. Loin de, A ou àb (av, 
l'abl.''. — Hors de E ou ex (av. 
l'abl.). — Du haut de. De (av. l'abl.). 
— Au sujet de. De (av. l'abl.). — 
La ville de Tyr. Urbs Tyrus. 

dé, s. m. Tessëra, ae, f. 

débauché, ée, part, et adj. Dis- 
sôlùtus, a, um. 

débiteur, s. in. Dëbïtôr, ôris, m, 

décerner, v. tr. Dëcerno, ïs, crëvi. 
crëtum, cernëre, tr. 

déchaîner (se), v réfl. Saevïo, îs, 
ïi, îtum, ire, intr. 

décider, v. tr. Se décider à. 
Dëcerno, îs, crëvi, crëtum, cernera 
(av. l'iulin.). 



LEXIQLE FRANCAIS-LATI.N, 



291 



déclarer, v. tr. Déclàro, ds, àvi, 
dtum. tire, tr. 

découvert, erte, adj. Apertus, 
a. uin. 

découvrir, v. tr. Dêtègo, is, texi, 
teclum, tèrjère. tr. — Trouver. Bèpé- 
rîo, is, reppéri, rèpertum, rèpèrîre, tr. 

décroître, v. inlr. Decresco, is, 
crèri, crêtuin, crescére, intr. 

décuple, adj. Dècempli;x,plïcis. 

dédaigner, v. tr. Spenio, is, 
sprêvi. sjiri'iuin. spernère, tr. 

dédaigneux, euse, adj. Fasti- 
dîosus, a, luii (av. le gén.). 

Dédale, m. \>r. m. Célèbre archi- 
tecte athénien. Dxdàlus, i, m. 

dedans, adv. Intiis iquestion ubi;. 

— Jiilrô (.question (juo;. 

dédier, v. tr. Dêdico, as, àvi, 
dtum. are, tr. — Dédié. Dêdïcâtus, a, 
uni. 

déesse, s. f. Dèa, x, f. 

défaire, v. tr. Mettre en déroute. 
Prôfligo, as, àvi, dtum, are, tr. 

défaite, s. f. Cld'Jês, is, f. 

défaut, s. m. Vïtîu77i, ij, n. 

défendre, v. tr. Protéger. D>-- 
fendij, is. I, dê/t'iisum, dêfendère, ti*. 

— Défendre l'une place). Prôpur/tw. 
as, âvi, dlum, dre, intr. et tr. — Dé- 
fendre quelqu'un en justice. Causnm 
alicujus à gère uî/yo, ïs, êyi, aciiim). 

— Interdire. \èto,âs^ vètUi, vètitum, 
vèlnre. tr. 

défense, .s. f. Défensïo, ônis, f. — 
Dents du sanglier. D^ntés, îum, m. 
pi. 

défenseur, s. ni. Dêfensôr,ôris, m. 

dégoûter ^se). v. rétî. Fastidio. 
î«. in, il mil. in', tr. 

déjà. adv. Jinii. 

déjouer, v. tr. Déjouer (les pro- 
jets). Fninijo, is, frégi, fractimi, 
ranger-', tr. 

delà (au), adv. Ultra. — Au delà 
de, loc. prép. L'ilrà, trans (av. 
l'ace. 1. 

délicat, ate, adj. Choisi. Exqui- 
sittLt, n, nul. 

délices, s. f. pi. Dèlicix, drum, f. 
pi. 

délicieux, euse, adj. Amœnus, a. 

Uni. a'IJ. 

délivrer, v tr. Libèro, as, àvi, 
àtum, tirr tr. 

Delphes, n. pr. Ville do Grèce. 
Drlp/ii. (iriini, m. pi. 

demander, v. ir. Pèto. îs, ivi ou 



îi, Itum, ère. tr. Demander quelque 
chose à quelqu'un, aliguid petere ab 
aliquo. — Demander à quelqu'un de 
faire, petere ab aliguo ut faciat. ~ 
Demander à quelqu'un (de direi. ab 
aliquo quzrere (quaero, ïs, quxsivi , 
qussiluvit: ou aliqiiem interrôgdre . 
— Avoir besoin de. Posco, îs.pôposci , 
poscèri'. tr. 

demeure, s. f. Dôimc/lUim, ii, n . 

demeurer, v. intr. HàbUo, as, 
âri, dtum, dre, tr. et intr. — De- 
meureur à la campagne. Bnstîcor, 
dri, intr. dép. — Rester. Mdnèo. es. 
juaiisi. iiiansiitii, 7)Hhiêre, intr. 

Démocrite. n. pr. m. Philosophe 
grec. Dêniôcrittis. i, m. 

démolir, v. tr. DémôUor, iris, 
itiis surn. iri. tr. dép. 

Démosthène. n. pr. m. Orateur 
et ha:iime d État d'Athènes. Dêmos- 
thènes, is, m. 

dénonciateur, s. m. Dêldtàr, 
ôris, m. 

denrée, s. f. Merx, mercis, f. 

dent, >;. f. Deuf. dentis, m. 

dénué, ée. adj. Inops, ôpis (av. 
le g'-n. . 

Denys. nom do deux tvrans do 
Sicile. Diùivjsius, il, ni. 

dépendre de. v. inlr. Être aban- 
donné à la volonté de quelqu'un. 
Esse in potestate alicujus. ^ 

dépense, s. f. Intpensa. se. f. 

déplaire, v. intr. Displicèo, éî, 
id. itum. ère, intr. 

déplorer, v. tr. Ingêmisco, «*, 
gèmui. g''miscère, tr. 

déposer, v. tr. Dêpôno, is, pôsiii, 
pôsitum. jiônère, tr. 

dépouille, s. f. Spùllum. ii, n. — 
Dépouilles ilun ennemi. 6>ô/ia.ôru;H, 
u. pi. Exuri,r, âruni, f. pi. 

dépouiller, v. tr. Spôlio, ds, dri, 
àtum, dre, tr. 

dépourvu, ue, adj. Jnops, ôpis 
(av. le gén.). 

dépraver, v. tr. Dèprdvo, ds, 
àvi, atuiii, dre, tr. 

depuis, prép. E ou ex (av. l'abl.). 
Depuis longtemps, jam prldetn. 
Depuis que, ex quo. 

député, s. m. Lèyàtus, t, m. 

dérision, s. f Irrisitt, ùs, m. 

dernier, ère, adj. i'itimus, a, um. 
Postremiis. a, um. 

dérober, v. tr. Fûror, drit, àtus 
$um, dri, tr. dép. - Se dérober aux 



292 



LEXIQUE FRANÇAIS-LATIN. 



regards. E conspectu àbîre {dbèo, js, 
îi, ïttun, inti'.). 

dès, prép. A ou âb (av. l'abl.). — 
Dès à présent, j«??i »«»c. — Dèsque, 
sinad alque. 

désappointé, ée, part, et adj. 
Deceptus, n, lun. 

désapprouver, v. tr. Imprôbo, 
fls, âoi, ûtum, (ire, tr. 

désastre, s. m. Clâdês, is, f. Cdld- 
■nûtâs, àtis, f. 

descendre, v. intr. Dêcurro, is, 
curri, ciirsum, currère, intr. — Tirer 
son origine de. Orïor, îris, ortus sum, 
ônvi, intr. dép. (av. ab et l'abl.). 

désert, s. m. Sôlttado, ïnifi, f. 

déserter, v. tr. Dësèro, ïs, ùi, ser- 
tum, se l'ère, tr. 

désintéressé, ée, adj. Absthiens, 
entis. 

désintéressement, s. m. Abstl- 
neiitia, se, ï. 

désir, s. m. Cupiditâs,âtis, f. 

désirable, adj. Optandus, a, um. 

désirer, v. tr. Clipïo, ïs, îvi ou ïi, 
îfum, ère, tr. 

désœuvré, ée, adj. Dêsès',sïdis. 

désolé, ée, part, et adj. Vastâtus, 
a, um; vastus, a, um. 

dessein, s. m. Consllîum, xi, n. 

dessous, adv. Infrâ.— Au-dessous 
de, loc. prép. Infrâ (av. l'ace). 

dessus, adv. Suprâ. — Là-dessus, 
îtà. — Au-dessus de, loc. prép. Suprâ 
(av. l'ace). — S'élever au-dessus 
de. Siipèrêmïnére {sûpèrêmïnèo, es, 
tr.). 

destin, s. m. Fatum, i. n. 

destruction, subst. f. Exscidlum, 
li, n. 

détestable, adj. Pessimm, a, um 
(superl. de malus). 

détester, v. tr. Abômînor, âris, 
âtus sum, âri, tr. dép. 

détourner, v. tr. Averto, ïs, i, 
versum, ver 1ère, tr. 
détroit, s. m. Frètum, i, n. 
détruire, v. tr. Everto, is, i, ver- 
sum, verlère, tr. — Faire disparaître. 
Dêlèo, es, êoi, étum, ère, tr. 
deux, nom de nombre. Duo, x, ô. 

— Deux mille. Duo mlllîà. — (Pour 
deuxième). Sècundus, a, um. — 
Lequel des deux ? Utèr, ira, trum? 

deuxième, adj. Sècundus, a, um. 
devant, prén. Antè (av. l'ace. J. 

— En présence (le COram (av. l'abl.). 



— Adv. Antè. Marcher au-devant 
de, Obviam ire (av. le dat.). 

dévaster, v. tr. Vasto, as. dvi, 
âtum, are, tr. 

devenir, v. intr. Flo, fis, foetus 
sum, fiêri (passif de facio). 

1. devoir, v. tr. Dëbèo, es, ûi, 
ïtum, ère, tr. 

2. devoir, s. m. Offïdum, ii, n.— 
Faire son devoir envers quelqu'un, 
alicui officium prsestare {sto , stds, 
stëti). 

dévorer, v. tr. Vôro, as, âvi, dtum, 
are, tr. — Consumer par les flammes. 
Haurïo, is, hausi, haustwn, haurire, 
tr. 

dévoué, ée, adj. Addictus. a, 
um (av. le dat.). — Dévoué (à la 
patrie). Amans, antis (av. le gén.). 

— Ami dévoué. Fidus amicus. 
Diane, n. pr. f. Déesse de la 

chasse. Dïâna, se, f. 

dictateur, s. m. Dictâtôr, ôris,m. 

dicter, v. tr. Dicto, ds, dvi, dtum, 
dre, tr.— Dicter des lois. Impèro, as, 
dvi, dtum, are, intr. (av. le dat.). 

Dieu, s. m. Dèus, i, m. Un dieu 
de us. 

diffamer, v. tr. Infdmo, ds, âvi 
dtum, dre, tr. 

différence, s. m. Discrimen, mî- 
nis, n. 

différent, ente, adj. Dissimîlis,e. 

différer. — 1 . tr. Diffèro, fers, dis- 
tidi, dildtum, differre, tr. — 2. intr. 
Être indifférent. Diffèro, fers, dif- 
ferre, intr. 

difficile, adj. Diffldlis, e. 

difficilement, adv. Diffïcultèr. — 
Impatiemment. Impatienter, 

digne, adj. Diynus, a, um (av. 
l'abl.). 

dilapidation, s. f. ^Erarii prô- 
fûsïo, unis, f. 

diligence, s. f. Diligentia, x, f. 

diner, s. m. Cêna, se, f. 

Dinias, n. pr. m. Dinias, x, m. 

Diogène, n. pr. m. Philosophe 
grec. Diôgènês, is, m. 

Diomède, n. pr. m. Héros grec 
de la guerre de Troie. Dïômédès, is, 
m. 

dire, v. tr. Dico, ïs, dixi, dictum, 
dicère, tr. — Dit- il, inquit. — Pour 
ainsi dire, ut ita dicam. 

disciple, s. m. Disc/pidus, i, m. 



LKXIQIK FRANÇAIS-LATIN. 



293 



discipline, s. f. Disciplina, a?, f. 

— l)isci])line militaire. Modeslia 
militari s. 

discorde, s. f. Discordîa, x, f. 

discourir, v, inlr. Dissèro, is, 
serai. <rhun, ièrèrt-, intr. 

discours, s, ni. Orâtto, ônis, f. 

disgrâce, s. f. Câsiis, ùs, m. 

dispensé, ée. part, et adj. Im- 
mùiDS. r avec l'altl.). 

dispos, adj. m. Prompt us, a, um. 

dissension, s. f. Dissenslo, ôuis. f. 

dissiper.v.tr.Dissiper (la crainte). 
Lêpelt'j. ''i. pidi, pttlsiim. pellère, tr. 

distribuer, v. tr. Distrlhfio, îs, i, 
bùtum, Ijuere. tr. — Partlor, iris, 
îtus siini. iri. tr. dép. 

divers, erse. adj. Vdr?u5, a, um. 

— Plii.sieiir.s, Plt'rres. a. 

divin, ine. adj. Dicinus, a, um. 

divinité, .s. f. Xûmèn. mîtiis, n. 

diviser, v. tr. Dirido. îs, visi, vî- 
suin. vider'', tr. — Diviser en, dici- 
dere in avec l'ace.). 

divulguer, v. tr. Vulgo, as, âii, 
âtum, are. tr. 

dix. no!i) de noiubre. Dècem. — 
Dix-.sept. Septendècim. — Dis neuf 
cents noninies. Mille nongenti ho- 
mines. — Di.v mille. Decem millia. 

dixième, adj. iJécimus, a, uni. 

docile, adj. Dùcilis, e. 

docte, adj Doc tus, a, um. 

domestique, adj. Dômestïcus, a, 
uni. 

domicile, s. ni. DômîcUhtm, îi, n. 

dominer, v. tr. et intr. Dômînor, 
âris. (itu<i sum,â7'i, intr. dép. (avec le 
dat.). — Être élevé au-dessus. /wni/- 
néo. es, ère, intr. (avec le dat.). 

dompter, v. tr. Dômo, as, iii, 
ttum, lire, tr. 

don, s. m. Dônum, i. n. — Les 
dons de la fortun-'. Fortunx bônn, 
ôrum, n. pi. 

donc, conj. Ergo; îgttitr. 

donner, v. tr. D». dds, dèdi, dâ- 
tutn. dnrc. tr. — L)oiinor libérale- 
ment. Larg'ior, iris. Uns sum, iri, 
tr. déj). 

dont. pron. relat. Voir qui, 

LKQfKL. 

dorer, v. tr. Innuro, as, âvi.âtnm, 
dm, tr. 

doter, V. tr. Dôno, as, âvi, âtum, 
tire. tr. (avec le nom do chose à 

lal.l.^ 
double .>ilj. Ditpu-x, pl'icis. 



douceur, s. f. Douceur (du cli- 
mat). Clêmentta. x, f. 

doué, éa, adj, Przdïtus, a, um 
(avec l'abl.). 

douleur, s. f. Dôlôr, ôris, m. 

doux, douce, adj. Dulcis, e. — 
(Ku parlant du climat, des fruits) 
Mitis, e. 

douze, nom de nombre. Diiôdè- 
cim. — Douze cents hommes. Mille 
diicenti homines. 

Dracon, n. pr. m. Législateur 
d'Athènes. Dràco, ônis, m. 

dresser, v. tr. Erif/o, is, rexi, 
rectum, rujère, tr. — Dresser des 
embûches. Insidias pàrâre ipùro. as, 
âvi, âtum, avec le noui de la personne 
au dat.). — Instruire. Jnstitito, ïs, 
i, tûtuin. tiière, tr. 

droit, s. m. Jûs,jûris, n. — Droit 
de cité. Ciritds, dtis, f. 

Druides, s. m. pi. Driâdx, ârum, 
m. pi. 

dur, dure, adj. Dûms, n, um. — 
Sévère. Aspèr, pèra, /jèrum. — Dur 
au travail. Laboris pàtiens. 

durable, adj. Stàbilis. e. 

Durance, n. pr. f. Rivière de 
France. Driientia, se, f. 

durée, s. f. Tempiis, pôris, n. — 
Courte durée. BrècUâs, âtis, f. — 
De courte durée. Brèvis, e, adj. 



eau, s. f. Affua. se. f. 

écarter, v. tr. Prùlàbèo, es, id, 
ttum. ère, tr. — S'écarter (des 
autre). Deerro, as. âvi, âtum, are, 
intr. (^avce ab et l'abl. ^ 

Ecbatane. n. pr. Ville de Médio. 
Ecbàtdna, ôrum, n. pi. 

école, s. f. Schàla, a?, f. — Çecto 
philosophique. Secta. a-, f. — École 
d'économie. Parsi'nonix mâgislra , 
3-, f. 

écolier, s. m. Discîpiilus, i, m. 

économie, s. f. J^arsîmônîa et 
parc'iiiiiiniii. .r, f. 

écouler \ai, v. réll. Effliio, iî, 
fluxi. flnêre, intr. 

écouter, v. tr. Audio, is, ii et 
mieux aw, f/i/»/i, ire, tr. 

écraser, v. tr. Opprima, îs,pressi, 
p)-essum. prhnère, tr. 

écrevisse. s. f. Cancer, cri. m. 

écrier (s'), v. réfl. Excldmo, as, 
1 âri, âtum, are, intr. 



294 



Lr.XIQUE FRANCAIS-LATIN. 



écrire, v. tr. Seribo, ïs, scripsi, 
scripium, scilbère, tr. 
écrit, s. m. Scripium, i, n. 
écriture, s. f. Liltèrâtùra, «, f. 

— Littêrae, ârum, f. pi. 
écrivain, s. m. Scriptôr, ôris, m. 
écureuil, s. ni. Scïlu'us, i, m. 
édifice, s. m. ^dipcïum, îi, n. 
éducateur, s. m, Ediicâtôr, ô?'/s, 

m. 

éducation, s. f. Disciplina, se, f. 

— Ediicaiïo, ônis, f. 

effet, s. m. E/fecLiis, ùs, m. — En 
etfet, èni7n (après un mot). 

efficace, adj. Efflcax. âcis. 

efforcer fs'), v. réfl. Cônor, dris, 
âtus siun, dri, tr. dép. 

effrayer, v. tr. Terrëo, es, iù, 
itum, ère, tr. — Effrayé, terrïlas, a, 
uin. 

égal, aie, adj. yEqiidlis, e. 

également, adv. Pàrïtèr. 

égaler, v. tr. Adœquo, as. avi, 
dtum, are, tr. 

égard, s. m. A tous les égards. 
Cm'iibus jiarlibiis. 

égorger, v. Ir. Trûeldo, as, dvi, 
dtum, dre, tr. 

Egypte, n. pr. f. ^Eyypfiis, ?, f. 

Égyptien, ienne, ad\.yEgyptîus, 
rt, iim. — J.es Égyptiens. yEgijptïi, 
orum, m. pi. 

élancé, ée, adj. (En parlant d'un 
arbre). Prôcërus, a, uni. 

Elbe, n. pr. Fleuve d'Allemagne. 
Albis, is. m. 

élégant, ante, adj. Vènuslus, a, 
uni 

éléphant, s. m. Elèpkantus, i, m. 

élève, s. m. Discïpùlus, i, m. 

élevé, ée, adj. Haut. Altus, a, 
ion. 

élever, v. tr. Tollo, ï-^, susliUi,su- 
blâtum, tôlière, tr. — Élever ( une 
maison». ConcZo, îs, didi, dïlum, dère, 
tr. — Élever (une terrasse). Ex- 
strûo, h, struxi, structum, striière, 
tr. — Élever (une statue). Pôno, is, 
pôsui, pôsitum, pônère, tr. — Élever 
(aux honneurs). Evèho, ïs , vexi , 
vectum, vèhëre , tr. — Instruire. 
Educo, ds. dvi, dtum, dre, tr. — 
S'élever. Commencer. Exôrîor, èris, 
urtus, sum, ôrîri, intr. dép. 

élire, v. tr. Elîyo, h, lêgi, lectum, 
Il y ère, tr. 

Elis, n. pr. Ville d'Élide. Elis, 
lldis, f. 



éloge, s. m. Louange. Laus, tau- 
dis, i. 

éloigner, v. tr. Amovèo, es, môvi, 
môtum, mÔL'ère, tr. — S'éloigner de. 
Discêdo, ïs, cessi, cessum, céder e, 
intr. — Éloigné, rèmotus, a, um. 
Etre éloigné, jibesse {absum, àbès, 
abfiti, àbesse). Être très éloigné de, 
longissiine abesse ab (avec l'abl.), 
éloquence, f. ELôquentïa, se, f. 
éloquent, ente, adj. Elôquens, 
entis. 

Élysées (Champs-), n. pr. m. 
Séjour des hommes vertueux après 
leur mort. Eltjs'n campi, Elysïiôrum 
campôrum, m. pi. 

embarrasser, tr. Impèdïo, Is, ici 
ou ïi. îtum, ire, tr. — S'embarrasser, 
impèdîri. 
embouchure, s. f. Oslïum, ïi, n. 
embûches, s. f. \A.Insïdïse,arum, 
f. pi. ■ — Dresser des embûches à 
quelqu'un. Insidias alicuiparare. 

embuscade, s. f. Insîdïse, ârum, 
f.pl. 

emmener, v. tr. Abdùco, îs, duxi, 
ductum, dùcère, tr. 

émouvoir, v. tr. Môvéo, es, môvt, 
môtum, inôvëre, tr. — S'émouvoir 
(être soulevé). Côôrïor, èris, ortus 
sum, ôrîri, intr. dép. 

emparer (s'), v. réfl. Pôtïor, iris, 
ïtus sum, Iri, intr. dép. Occupa, as, 
dvi, dtum, dre, tr. 

empêcher, v. tr. Pràhïbèo, es, Ui, 
ïtum, ère, tr. 

empereur, s. m. Impèrdtôr, ôris, 
m. Princeps, cïpis, m. 
empire, s. m. Impërïum, ïi, n. 
employer, v. tr. Adhïbëo, es, ili, 
îtum, ère, tr. — Utor, èris, ùsus sum 
ùii, intr. dép. 

emporté, ée, adj. Irascible. Ira- 
cuiidus, a, um. 

emporter, v. tr. Aufèro, fers, 
abstidi, abldtum, auferre, tr. — L'em- 
porter. Prsesto, ds, stïti, stâre, intr. — 
S'emporter contre quelqu'un. Invèhi 
in aliquem [invèkor, èris, vectus sum). 
ému, ue, part, et adj. Sollïcïtus, 
a, um. Môtus, a, um. 

1. en, prép. /// (avec l'abl. à la 
question ubi, et avec l'ace, à la ques- 
tion quo). — En marbre, ex marmore. 

2. en, adv. Inde. 

enclin, ine, adj. Prôpensus, a. 



LKXIQIE FRANÇAIS- LATIN. 



295 



encore, adv. Jusqu'à présent. 
Adhùc. — De plus. Etlam. — Pas 
encore. Xoi^dum. 

endonni.ie. part, et adj. Dormîens. 
entis. — Tout endormi, graviter 
dorrniens. 

endroit, s. m. Lôcus, i, m. (Au 
plur. locL m., endroits isolés, pas- 
sages d'un auteur; et loca, n., loca- 
lités). 

endurci, ie. part, et adj. Pàtîens, 
entis (avec Iç gén.). 

endurer, v. tr. Sustînèo, es, iii, 
tentum. tinire. tr. — Pàtîor, èris, 
passux sunu pâti, tr. dép. 

Énée, n. pr. m. Ancêtre des Ro- 
mains. .Entras, se. f. 

enfance, s. f. l'itérîlîa, a?, f. 

enfant, s. m. Piièr, èri, m. — Tout 
jeune enfant. Piièrùlus, i, m. — l.es 
"enfants (dans la famille). Lîbèri, 
ôrurn. m. pi. 

enfermer, v. tr. Inclùdo, ?s, clùsi, 
clûsum, clùtlère, tr. 

enfers îles;, s. m. pi. In f èri, 
ùrum. m. pi. 

enfin, adv. Tandiu/i. — Dénïquè 
(après une ènumération). 

enflammer, v. tr. Accendo, ïs, i, 
ceusum, cent/ère, tr. 

enfler fs'i. v. rétl. Titmesco, îs, 
iiinùi, tiimescère, int. 

enfoncer, v. tr. Démergo, îs, 
mersi, uieraum, mergère, tr. 

engager, v. tr. Engager (la ba- 
lailie;. Commitlo, is, rnisi, missum, 
mittère. tr. 

enjoué, ée, adj. Jôcôsus, a, um. 

enlèvement, s. m. Htiptiis,ùs, m. 

enlever, v. tr. Aufèro, fers. 
nfi\tuli. nfjldtum, auferre, tr. — liàp'io, 
iS, iii, ra/tticm, rnj/i'rr. tr. 

1. ennemi, ie, adj. Inimicus, a, 
uni. 

2. ennemi, s. m. Ennemi (privtM. 
Inimicus. i, m. — Ennemi (public). 
I/ostis, is, m. D'ennemi, hostilis, e, 
adj . 

ennui, s. m. Taedium, ii, n. 

énorme, udj. Ingens, entis. Im- 
rniinis. I'. 

enrichir, v. tr. Lùcii}tlêto,âs, âci, 
àlmn, ùri\ tr. 

enseigner, v. tr. Dôcèo, es, id, 
doctuin, riôcere, tr. (se coustruitavec 
deux acrus.). 

ensemencer, v. tr. Sèro, î», sévi, 
sàtuni, sèrère, tr. 



ensevelir, v. tr. Sépèllo, is, îri et 
îi. pidtum. pèiire, tr. 

ensuite, adv. Dèindè. 

entendre, v. tr. Audio, is. ïvi et 
ii, iturn, ire. 

entourer, v. tr. Circumdo. dûs. 
dèdi, dàtum, ddre, tr. — Eutouré, 
circumdàtus. a, uni. 

entraîner, v. tr. Tràho, îs, traxi, 
tractum, tràhère, tr. 

entre, prép. Intèr (^avec l'ace). 
— D'entre. Intèr (avec l'ace). 

entrefaites (sur ces, loc. adv. 
Intèrrâ. 

entreprendre, v. tr. Suscqno, îs, 
cêpi, ceptuni, cîpère, tr. 

entrer, v. intr. Ingrèdior, èris, 
gressus sum, grèdi, intr. d»*p. 

énumérer, v. tr. Enitmèro, â«, 
dvi, dtuin. are, tr. 

envers, prép. Ergd (av. l'ace). 

envie, s. f. Inrîdia. te. f. 

envier, v. tr, Invîdèo. es, vîdi, 
visum.vîdère, intr. — Dt'sirer. Ciipîo, 
îs, ivi ou îi, îlum, ère, tr. 

environ, adv. Circîtèr. 

environner, v. tr. Circumdo, dâs, 
dèdi. datai, I. d'ire, tr. 

environs les), s. m. pi. Vicîmlâs, 
âtis, f. — Vicina lùca, vlcinôrum 
lôcôrum, n. pi. 

envoyer, v. tr. Mitto, îs, mîsi, 
missum. mitti-re, tr. 

épais, aisse, adj. Densus. n, um. 

Épaminondas, n. pr. ni. Général 
thébain. IHpàininondas, x, ni. 

épargner, v. tr. Parco, îs, 
nèperci, parsum, parcère, intr. (avec 
le dat.). 

épaule, s. f. Iliimèrus. i. m. 

épée, s. f. Glddiu'i, il, m. 

éperon, s. m. Calcàr, dris, n. 

Éphëse, n. pr. Ville de l'Asie 
Mineure npltèsiis, i, f. D'Éphèse, 
EpfièsiiiS. n. uni. 

Épidaure. n. pr. Ville de l'.Vrjço- 
lide, où Esculape était honoré. Epi- 
dattrus, i, f. 

épine, s. f. Sphia, t. f. 

Épire, n. pr. Provinre do la Grèce, 
auj. Albanie. Epirus, i, f. 

époque, s. f. Tempiis, pàri^-, n. 

épouse, s. f. Exôr, ôris, f. 

épouser, v. tr. (En parlant do 
l'homme). Uxorem dùcère, tr. (dAcn, 
is, duxi, ducluni). — (^Eu parlant de la 



296 



LEXIQUE FRANCAIS-LATIN. 



femme). Nùbère, intr. {lu'ibo, h, 
nupst, juiplimi). 

épouvantable, adj. Formulà- 
lôsus, a, um, 

épreuve, s. LDawgev. PèrlcUlum, 
», n. — Fatigue. Lâbôr, ôris, m. 

éprouver, v. tr. Expèrïor, iris, 
pertus swn,pèrîri, tr. dép. 

épuiser, v. tr. Exhaurïo, îs, 
hausi^ haustum, haiirîre, tr. 

équiper, v. tr. Compài-o, as, âvi, 
âtum, are, tr. 

équitable, adj. ^Equus, a, um. 

équitation, s. f, Equitandi ars 
{artis), f. 

équité, s. f. yEqicïtâs, âtis, f. 

errant, ante, adj. Vâgus, a, tmi. 

errer, v. intr. Vdgor, âris, âtus 
sum, (tri, intr. dép. 

escarmouche, s. f. Lèois pugna, 
lèvis puynse, ï. 

escarpé, ée, adj. Prxruptus, a, 
um. 

esclave, .s. m. Servus, i, m. 

escrime, s. f. Armôrum tractâtîo, 
ônis, f. 

escroc, s. m. .^ruscàtôr, ôris, m. 

Esculape. n. pr. m. Dieu de la 
médecine. jEscidàplus, li, m. 

Espagne, u. pr. f. Contrée au 
sud de l'Europe. Hispânïa, as, f. 

Espagnol, oie, adj. Hispànus, a, 
um. — Les Espagnols. Hispâni, 
ôrum, m. pi. 

espèce, s. f. Gênùs, nèris, n. 

espérance, s. f. Spês, spèi, f. 

espérer, v. tr. Spêro, as, âvi, 
âtum, are, tr. 

esprit, s. m. Ammus, i, m. — In- 
telligence. Ingènïum, li, n. Ingènïi 
àcùmèn, nûnis, n. 

essayer, v. tr. Expèrïor, Î7^is, 
pertus sian.pèrîri, tr. dép. — Essayer 
de fléchir. Exôro, as, âvi, âtum. are, 
tr. 

essuyer, v. tr. Abstergëo, es, 
tersi, tersian, tergêre, tr, 

estimer, v, tr. jEsfimo, as, âvi, 
âtum, are, tr. — Estimer (beau- 
coup). yE'v^îWîo magni. Prôbo, as, âvi, 
âtum, are, tr. 

estomac, s. m. Venter, tris, m. 

étable, s. f. Stàbidum, i, n. — 
Étabie (à bœufs). Biiblle, is, n. 

établir, v. tr. InslUiïo, îs, i, tûtum, 
tiïèie, tr. — S'établir. Consldo, ïs,sédi, 
sessum, sldêre, intr. 



Etat, s. m. Administration d'un 
pays. Èês pùblïca, rèi pùblîcse, f. — 
Nation. Cîvïtâs, âtis, f. 

été, s. f. ^stâs, âtis, f. 

éteindre, v. tr Exstinguo, h, 
sti)ixi, stinctum, stinguère, tr. — 
S'éteindre, exstingui (au passif). 

étendu, ue, adj. Amplus, a, um. 

— (Rameau) étendu, Pàtùlus, a, um. 

étendre, v. tr. Prôpâgo, as, âvi, 
âtum, are, tr. 

éternel, elle, adj. Përennis, e. 

Etna, n. pr. Volcan de Sicile. 
^tna, X, f. 

étoffe, s. f. Textile, is, n. Vestis, 
is. f. 

étoile, s. f. Stella, se, f. 

étonné, ée, part, et adj. Mirans, 
antis. 

étonner, v. tr. Obstûpèfdcîo, is, 
féci, factum, fàcère, tr. — S'étonner. 
Miror, âris, âtus sum, âri, tr. dép, 

i. étranger, ère, adj. Externus, 
a, um; pays) étranger, gens externa. 

— D'autrui. AUènus, a, um. — Igno- 
rant. Allënus (avec ab et l'ablatif). 

2. étranger, s. m. Homme d'un 
autre pays. Pêrègrînus, i, m. Advèna, 
X. ni. et f. 

1. être, V. intr. Sum, es, fui, esse, 
intr. 

2. être, s. m. liés, rëî, f. — Etre 
animé. Anhnans, antis, m. f. n. 

étroite, oite, adj. Artus (arctus), 
a, um. 

étude, s. f. Stiidïum, ïi, n. — 
L'étude des belles-lettres. Liberalia 
studia, n. pi. 

étudier, v. tr. Stùdëo, es, iii, ère, 
intr. (avec le dat.). 

Eubée, n. pr. Ile de la mer Egée. 
Eubxa, X, f. 

Euphrate, n. pr. Grand fleuve 
d'Asie. Euphrâtës, is, m. 

Europe, n. pr. f. Une des parties 
du monde. Eurôpa, x, f. 

Euxin (Pont-), n. pr. m. Auj. 
Mer Noire. Pontus Euxinus, Ponti 
Euxini, m. 

événement, s. m. Eventum, i, n. 

évident, ente, adj. Màmfestus, 
a, um. 

éviter, v. tr. Vîto, as, âvi, âtum, 
are, tr. — Effiigto, ïs, fùgi, fitgëre, 
tr. 

exact, acte, adj. Exactus, a, ron. 



LEXIQLE FRANCAIS-LATIN. 



20: 



exalter, v. tr. Ejctollo, îs, exlùli, 
éldtum, ex tôlière, tr. 

examiner, v. tr. Insptcîo, is 
spexi, Sjifctum, sfAcère, tr. 

excellent, ente, adj. Excellens, 

entis. fjpt'omi^, a, uni. 

excepté, prép. Prxter (av. l'ace). 

excès, =;. m. Intempèrantia, a?, f. 

excessif, ive, adj. Simïus, a. um. 

exciter, v. lr.Incito,âs, dvi,âtum, 
are. tr. 

excuser fs'), v. réfl. Se excusare 
{exctlio. «ç, âci, âtiun, tr.). 

exécuter, v. tr. Conficio, îs, féci, 
fectunt. fiC'-re, tr. 

exemple, s. in. Exemplum, », n. 

exempt, empte. arlj. Immûnis, e, 
Vàcnus,a, um (avec i'abl.). Exempt de 
soucis, vaciius Clins. 

exercer, v. tr. Exercèo, es, ùi, 
îtuin, ih-f. tr. 

exercice, s. m. Exerdtdtïo, ônis. f. 
exhorter, v. tr. Hortor, àris, àtiis 
suni. (iri. tr. dép. 

exiger, v. tr. Exïgo, îs, êgi, 
actum, ]gi'n''f. tr. 

exilé, èe, adj. Exsùl, iilis. 

exiler, v. tr. In exsilium ëjicère 
{êjîào. ts,Jèci, jectiun, tr.). 

exister, v. intr. Sum.ès, fiii, esse, 
int. Exsisl'j, îs, exsiîti, exsistère, 
jrjtr. 

expédition, s. f. Ex/jèditîo,ônis, f. 

expérimenté, ée. adj. Instruit 
par expérience. Pèritiis, a, urn (avec 
le gt?n.). 

expier, v. tr. Expier un méfait. 
Maleficii prruam Inère (lùo, îs, i, tr.). 

exploit, s. in. Prxclànim fàcînits, 
praeclâri f<îr)uôris. n. 

exposé, ée, adj. Obnoxîus, a, um 
(avec le dat.;. 

expulsion, s. f. ExsîlUim. ?j. n. 

exquis, ise, aJj. Exqulsitui, a. 



fable, s. f. Jùibii'a, s, f. 

fSLbriquer, v. tr. Fàhrîro, as, dvi, 
àvi, (itiini, are, tr. — Fàbrîcor, àris, 
dlus su/Il, âri, tr dép. 

face, s. f. Fàcîês, vîéi, f. — Qui fait 
face à. Objectas, a. um (av. lo dat.). 

facile, adj. Fàcllis, e. Plus facile, 
fàc'dïùr. Trè.s facile, /aci//«»iJ«, a, um. 



facilement, adv. Fàcîlè. 

fagot s. m. Lignôrum fascis. is,m. 

faiblesse, s. f. hifirmîtàs. dtis, f. 

faillir, v. intr. Le coup faillit être 
fatal. Tournez : le coup fut presque 
fatal. Voyez f.\tal. 

faim,' s. f. Inèdîa. x. f. Famés, 
is, f. 

faine, s. f. Fdgèa glans, fdgèx 
glandis, f. 

faire, v. tr. Fàcîo. îa. féci, factnm, 
fàcère. tr. Ago, îs. égi, actum, àgère, 
tr. — Façonner. Fingo, ïs. finxi, fic- 
tum. fingêre, tr. — Faire le pain, un 
pont. Panem, pontem facere. — Faire 
un bou repas. Bene cenare {ceno, ds, 
àvi, àtum. intr.j. — Faire du bien à 
quelqu'un. De aliquo bene mereri 
{mèrèor. îtus sum). — Faire prison- 
nier. Càpére {càpîo, îs, cépi, captum, 
tr.). — Faire venir. Acc'ire [accîo, «v, 
îrj, îtum, tr.). — Faire défaut. Déesse 
{dèsum, défiii, intr.). 

falloir, intr. Il no faut pas gâter 
les entants. Xon indulgendum est 
nimium pueris. 

fameux, euse. adj. IVôbilis, e. 

familier, ière. adj. Fàmîlîàris, e. 
TrèslamiUer.iierfamilinris. — ï>ubst. 
m. Fotniliaris. is, m. 

famille, s. f. Fàmîlîa, x, f. Gens, 
g entis. f. 

famine, s. f. Famés, is, f. 

fantassin, s. m. Pèdès, ditis, m. 

fardeau, s. m. (Jniis, nèns, n. 

farouche, adj. Fèrox, ôcis. 

fatal, aie. adj. Fàtàlis. e. — Fu- 
neslo. mortel. Axitîalis. e. 

fatigue, s. f. Làbùr, Oris, m. 

faute, s. f. Culim, X, f. Dêlictum, 
i. — Cummettre une faute. Peccàre 
(o, â<t. àvi, àtum, intr.). 

faveur, s. f. Bènèpcîum, îi, n. 
.Ifûnits. tii^ris, n. 

favorable, adj. Prôpitius, a, um. 
yEquux. n, um. 

favoriser, v. tr. Fàvèo, es. /àvi, 
fauluui. fàrere. intr. (avec le dat.). 

fécond, onde. adj. Fècundus, n. 
um. Crèbèr, bra, brum. 

féliciter, v.tr. Ctrdtuhr,dris,àtus 
sum, àri. intr. dép. 

femme, s. f. Miilîèr, èris. f. — 
Epouse. Uxùr. ôris, f. 

fendre, v. tr. Findo, îs, fîdi, fis- 
sum, finr/ère, tr. 

fer, s. ni. Ferrum, i, 11. — De fer. 
Fer r eus, a, um, adj. 

17. 



298 



LEXIQUE FRANf.AJS-LATIN. 



1. ferme, adj. Finnus, a, um. 

2. ferme, s. f. Métairie. Villa, a?, 
f. Prxdîicm, ?/, n. 

fermer, v. tv. Clando, is, clausi, 
cliiusiai}, claudére, tr. — Fermé, 
Ci'ffusus, a, lun. 

féroce, adj. Films, a, um. — Crû- 
dê is, e. Plus féroce, ciûdétïôr, Un. 
Très féroce, crûdélisshnus, a, um. — 
lif^te féroce, fera, se, f. 

fertile, adj. Ferlïlis, e. 

fertiliser, v. tr. Le Nil fertilise 
l'Egypte. Nilusfertilem efficit yEfiyp- 
tam {efficïo, îs. fèci, fectum, fïcère, 
tr.). 

fertilité, s. f. FertïUtds, alis, f. 

fêtes, s. f. pi. Fénse, drum, f. pi. 

feu, s. m. Ignis, ù, m. Feu des 
yeux, ôcklôrum ardôv, ôris, m. 

feuillage, s. m. Frons, frondis, f. 

feuille, s. f. Fôlïum, ïi, n. 

fidèle, adj. Fldus, a, um. Fîdèlis, e. 

fidélité, subst. f. Fïdêlitàs, dtis, f. 

fier, ère, adj. Sitperbus, a, um 
(avec l'abl.). 

fièvre, s. f. Febris, is, t\ 

figue, s. f. Fîciis, i et ûs, f. 

figuier, s. m. Fîciis, i et ûs, f. 

figure, s. f. Figura, as, f. — Figure 
de géométrie. Schéma, màtis, n. 

filet, s. m. Rélë, is, n. 

fille, s. f. Filïa, se, f. 

fils, s. m. Fllius, ïi, m. 

1. fin, s. f. Finis, is, m. — Mettre 
fin h, finera facere (avec le dat.). — 
A la fin, postremo. 

2. fin, fine, adj. Acùtas, a, um. 
fixe, adj. Certus,a, um. 

fixer (se), v. réfl. Consldo, îs, sëdi, 
si'ssum, fiîdère, intr. 

flambeau, s. m. Fax, fâcis, f. 

flamme, s. f. Flamma, se, f. 

flatter, v. tr. Blandîor, Iris , îtus 
Sara, îri, intr. dép. (avec le dat.). 

flatterie, s. f. Blandïlïx, drum, 
f. pi. 

flatteur, s. m. Adaldiôr, ôris, in. 

fléau, s. m. Calamité. Pestis, is, f. 

flèche, s. f. Sûgitta, se, f. 

fléchir, V. tr. Flecto, is, flexi, 
flexuin, flectëre, tr. 

fleur, s. f. Flôs, flOris, m, 

fleuri, le, adj. Flôrîdus, a, um. 

fleurir, v. ïniv.Flôrèo, es, id, ëre, 
intr. 



fleuve, s. m. Fliicius, ïi, m. Flù- 
)nèn, mînis, n. 

florissant, ante, adj. Flôrens, 
entis. Très Ûorisnani, /iSrentissîmus, 
a, um. 

flot, s. m. Flur.tiis, ûs, m. 

flotte, s. f. Classis, is, f. 

fois, adv. A la fois. Sïmiil. — P,'u- 
sieur.^î fois. Siepîiis. — Six fois. 
Sexïés. — Pour cette fois. Sèmèl. 

fol, folle. A'oyez foc. 

folie, s. f. Dêmenlîa, se, f. 

fonction, s. f. Mûuiis, nëris, n. 

fonder, v. tr. Condo, is, didi, dî- 
tum, dëre, tr. 

fondre, v. intr. Assaillir vive- 
ment. Irriio, îs, i, ëre, iutr. (avec in 
et l'ace). 

force, s. f. Yîs. Ace. vim. Abl. vi. 

— Au plur. Vires, vîrîum, vïrïbus. 
forêt, s. f. SiUa, se, f. — Des 

forêts. Siloestris, e, adj. 

forge, s. f. Fdbrîca, se, f. 

forme, s. f. Figura, se, f. Forma, 
«,f. 

former, v. tr. Formo, ds, dvi, 
dtum,dre, tr. — Former (un dessein). 
Suscïpîo, is, cêpi, ceptum, cîpëre, tr. 

Formies, n. pr. Ville d'Italie. 
For mise, drum, f. pi. 

fort, forte, adj. Fortis, e. — De- 
venir fort. Adàlescère {àdôlesco, îs, 
ôlëoi, ulLuni, iutr.). 

fortifier, v. tr. Corrôbôro, as, âvi, 
dlum, dre, tr. — Fortifier (un camp). 
Mûnîo, îs, ivi et îi, îlum. Ire, tr. 

fortune, s. f. Fortûna, x, f. 
Bonne fortune, fortuna secunda. 
Mauvaise fortune, fortuna adversa. 

— Richesses. Fortùnse, drum, f. pi. 
forum, s. m. Forum, i, n. 
fossé, s. m. Fossa, se, f. 

fou, folle, adj. Folle (dépense). 
Iiisdniis, a, um. 

foudre, s. f. (et m.). Fulmên, mî- 
nis, n. 

fouiller, \. tr. Effodlo, îs, fôdi, 
fossum, j'ô'lère, tr. 

fourberie, s. f. Fraus, fraudis, f. 

fourmi, s. f. Formica, x, f. 

fournir, v. tr. Suppèdïto, ds, dvi, 
dtum, dre, tr. Prsebèo, es, ùi, îlum, 
ëre, tr. 

fraîcheur, s. f. Frîgiis, gôris, n. 

frais, fraîche, adj. Frlgîdus, a, 
um. 

franchir, v tr. Siipëro, as, dvi, 



LnXIQlE FRA.NCAIS-LATIN. 



•299 



âttnn. are, tr. TraitsUio. i-î, sUu'i, 
iilire. tr. 

frapper, v. tr. Cêe^/o. h, cècidi, 
zxsiDii. ciedove, tr. — l*'rappé (d'une 
ficstC'. Affectas, a, «m (affîcîo, Is. 
/éci. fectum. ficère, tr.). 

firaude. s. f. Fraus, fraudis, f. 
Dàlus. j, m. 

frayeur, s. f. Formîdo. inis. f. 

frelon, s. m. Cràbro, ônis, m. 

frêne, s. m. Fraxînus, i, f. 

fréquemment, aJv. Frèquenj^r, 
adv. 

fréquent, ente. odj. Frèquens, 
en lis. 

fréquenter, v. tr. Frèquento, âa, 
àri. âltoii. are. tr. 

frère, s. m. Frâtèr, tris, m. 

friand, ande. adj. Appètens,entis, 
av. le gc'U. Tres.friaud. appetentis- 
sîiHHS. a, um. 

fripon, onne. adj. Fur, fUris, m. 
et f. 

frivole, adj. Lècis, is. 

1. froid, oide, adj. Frigîdus, a, 
uni. ftèlhlus. a, um. 

i. froid, s. m. Frigùs, gôris, n. 

fromage, s. m. Càsèus, i, m. 

front. •=. ni. Frons, frontis, f. 

frugal, aie. adj. (Diner) frugal. 
M/j'Hcw. a. uni. 

frugalement, adv. FrùgâlUèr. 

fruit, s. m. Fructiis, ûs. m. — 
Fruit (à noyau ou à pépin). Pômum, 
j, n. — Menu fruit. [incca{bàca).x,i. 

fruitier, ière, adj. (.\rbre) frui- 
tier. Puiii'tfcr, fera, fùrum. 

fugitif, ive, adj. Fityttiviis, a, um. 
fuir, V. tr. et intr. Fitgîo, îs, fùgi, 
fufjitum, ftigère, tr. et intr. 

fuite, .s. m. Fiiga, x, f. Mettre en 
fuite, fufjo {as, âci, âtum, are, tr.). 

funeste, adj. Fûncstus, a, um. 
l'i'ruïciostis, a, um. 

fureur, .s. f. FUrôr, oris, m. Avec 
fureur. Fùrîôsé . — En fureur, 
fureni, entis, adj. 

furieux, euse, adj. Furens, entis. 



Gadès, n. pr. Vill.» do la Bétique 
(.Ttij. Ciidixi. Gâftés, ium, f. pi. 

^ gagner, v. tr. .{'Hjnsror. èris, 
dilcptus sum, àiitjiisci. tr. dcp. — 



Gaîxncr une bataille. AdiiJtsci viclo- 
riam . 

gai. gaie. adj. Lsetus. n. um. 

garder, v. tr. Custôdio, is. ivt,' 
îtum. ire, tr. Serco, ds. âci. âtum, 
are. tr. — Mal gardé, maie eustoditus, 
a, u)u. 

gardien, s. m. Cuslôs, ôdis, m. 

garnir, v. tr. lustriio. is. struxi, 
siructum. striière. tr. — Garai, ins- 
iructus, a. um. 

garnison, s. f. Pra'sidînm. ii, a. 

Garonne, n. pr. f. Fleuve d'Aqui- 
taine. Gtrruiiuia, x, m. 

gaspiller, v. tr. Prôfundo, is, fûdi, 
fùsum, fundère. tr. 

gâter, v. tr. Gâter (les enfants), 
yimium indulyere (indulyèo. es. dulsi, 
dultum, dulgêre. intr. av. le dat.). 

gâteries, s. f. pi. Blanditix. drutn, 
f. pi. 

Gaule, n. pr. f. Grande contrée 
d'Europe. Gallia. x. f. 

1. Gaulois. Oise. adj. Galltcus, a, 
um. 

2. Gaulois, s. ra. Habitant de la 
Gaule. Gallus, i, m. 

gazon, s. m. Grâmèn, minis, n. 

géant, s. m. Gigâs, antis, m. 

gelée, s. f. Gèlum, i, n. — Gè!u, 
ûs, n. — Gèliis, ùs, m. — Gelée 
blanche. Prùiua, x, f. 

général, s. m. Dur. dùcis, m. — 
Général i en chef . Iiiipèrâtôr.ôris,m. 

généreux, euse. adj. Gènèrôsus, 
a, um. Libèrâlis, e. 

genêt, s. m. Gènista, .r. i. 

genou, s. m. Gènu (ind«''cl.), n. 

genre, s. m. Gèniis, nèris, n. 

gens, s. m. pi. Jeunes gens. /«- 
vènes, um. ni. pi. 

géomètre, s. m. Gèômètra et géo- 
mètres, a-, ni. 

géométrie, s. t. Gî-ômètria. x, f. 

Gergovie. n. pr. Ville principale 
des Arverne.s. Gergôvla. x, f. 

Germain, aine, adj. Gi-rmdnus.a, 
um.— Les (ieruiains. Gerntâni, ôrum, 
m. pi. 

Germanie, n. pr f. Pays des 
Barbares appelés Germains. Ger- 
mània, x, f. 

gibier, s. m. Yéndtiis, ùs, m. 

glace, s. f. ddàês, déi, f. 

glaive, s. m. Glddius, H, m. 

gland, s. m. Glnns, glandis.f. 



300 



QUE PRANCAIS-LATIN. 



globe (terrestre), s. m. Orbis terrx 
ou terrarum, gén. orbis, m. 

gloire, s. f Glôrïa, «, f. 

glorieusement, adv. Glôriôsê. 

glorieux, euse, adj. Glôrïôsus, a, 
um. 

glorifier (se), v, réfl. Glôrîor, 
àris, dtus sitm, «r/, intr. dép. (avec 
l'abl.). 

gloutonnement, adv. Vôi^àcîtâr. 

gouffre, s. m. Guvgès, gïtis, m. 

goût, s. m. Gustâtûs, ûs, m. — 
Incliuation. StiuUurn, îi, n. 

goûter, v. tr. Gusto, as, âvi, âfum, 
are, tr. — Jouir de. Friior, èris, 
friiïtus ou fnictus sum, frid, intr. 
dép. (avec l'ai)!.). 

gouvernement, s. m. Ad)7ûnis- 
tràtïo, ô/u'.ç, f. 

gouverner, v. tr. Bègo, îs, rexi, 
rectum, règère, tr. — État bien gou- 
verné, bene mornta civitas. 

grâce, s. f. Vènîa, se. f. —Rendre 
grâce à quelqu'un. Grattas agere 
alicui [àgo, ïs, ègi, actum). — Grâce 
à loi, tuâ operâ. Grâce à lui, ejus 
operâ. 

Gracques (les), n. pr. m. pi. 
Tibérius et Caïu.s Gracchus ; fameux 
tribuns du peuple. Gracchi, ôrum,m. 
pi. Au sing. Gracchus, i, m. 

grain, s. m. Grânum, i, n. 

graine, s. f. G)-dnum, i, n. — 
Semèn, luaiis, n. 

grand, grande, adj. Magnus, a, 
um. Plus grand, major, ùs. Très 
grand, maxhnus, a, um. Alexandre 
le Grand, Alexander Magnus. — 
Considérable. Ingens, entis. — Les 
grands. Opthndtés, îum et um, m. pi. 
— Grande douleur, grauis dolor. — 
Si grand, tuntus, a, um. 

grandeur, s. f. Magnîtùdo, ïnis,f. 

grave, adj. Gravis, e. 

gravement, adv. Gràdtèr. 

grec, grecque, adj. Grascus, a, 
um. — Le.s Grecs. Grxci,ôrum,m. pi. 

Grèce, n. pr. f. Contrée de l'Eu- 
rope. Grxcîa, se, f. 

grêle, adj. Gràcîlis, e. 

grenadier, s. m. Pùnïcn mâlus, 
Punira; mâli, f. 

grenouille, s. f. liàna, se, f. 

gros, grosse, adj, Magnus, a, 
um. — 'rrou[)eau de gros bétail. 
Armentiirii, i, n. 

grossier, ière, adj. Musttcus, a, 
uni, Agpestis, e. 



grossièreté, s. f. Rustîcïtâs, âtis,t. 

grotte, s. f. Spèlunca, as, f. 

grue, s. f. Grùs (griiis), is, m. et 
plus souvent f. 

guêpe, s. f. Vespa. se, f. 

guêpier, s. m. Vesparu77ï nîdus, i, 
m. 

guérir, s. m. Sâno, as. âvi, âtum 
dre, tr. — Mèdëor, èris, êri, intr. 
dép. (avec le dat.). 

guerre, s. f. Bellmn, i, n. — A la 
guerre, in belle. Faire la guerre 
avec..., bellum gerere cum (abl.). 

guerrier, s. m. Miles, lîtis, m. — 
Guerrier (par tempérament). Bellâ- 
tôr, ôris, m. 

guerroyer, v, intr. Bello, ds, âvi, 
dtum, dre, intr. 

guetter, v. tr. ExpAôro, as, âvi, 
dtian, dre, tr. 

guide, s. m. Bux, dàcis, m. 

guirlande, s. f. Serta, ôrum, n. pi. 

gymnase, s. m. Gijmnàshan, îi, n 

gymnastique, s. t'.Pàlaestra,se, f. 



H 



habile {ad'y). Pèritus, a, um (avec 
le gén.). 

habilement, adv. Pèrïtë. 

habillement, s, m. Vestitiis, ùs, 
m. 

habit, s. m. Vestis, is, f. 

habitant, ante, s. m. et f. Li- 
càla, se, m. et f. 

habiter, v. intr. Hàbito, as, dvi, 
âtum. dre, intr. 

habitude, s, f. Consuétûdo. dïnis,i. 

habituer, v. tr. Assuëfàcïo, îs, 
fëci, l'actum, fàcëre, tr. 

haine, s. f. Oïlium, îi, n. 

haïr, V. tr. Odi, isse, défect. tr. 

haleine, s. f. Bdlïiûs, ûs, m. 

hameçon, s. m. Hâmus, i, m. 

Hannibal. Voyez Annibal. 

hardi, ie, adj. Impàvîdus, a, um. 
Audax, dcis. 

hasard (par), loc. adv. forte. 

hâte (à la), loc. adv. Prôpërë. 

haut, e, adj. Altus, a, um. 

hauteur, s. f . Allîlûdo, dïnis, f. 

Hébé, n. pr. f. Déesse de la jeu- 
nesse. Hëbë, es, f. 

Hector, n. pr. m. Fils de Priam 



LEXIQIE FRANÇAIS-LATIX. 



301 



et mari d'Andromaque. Hector, tôris, 
m. 

hëlas. interj. ffen! 

Helvètes, s. iti.pl. .Anciens habi- 
tants de la Suisse, ffelvetîi, ôrmn, 
m. pi. 

Henri, n. pr. m. Henricwi, », m. 

Heraclite, n. pr. m. Philosophe 
d'Éph^se. //érdclitus, i, m. 

herbe, s. t. IJerba, x, f. 

Hercule, ii.pr. m. Héros fameux. 
Hercules. Is. ni. 

hérisson, s. m. Krîndcëus, i, m. 

héritage. ^. ni. Hêrê'lmm, îi,Tk. 

Hérodote, u. pr. m. Hérô'l6lus,i, 
m. 

héros, s. m. Hèrôs. ôis, m. 

hésitation, s. f. Ciinctfitîo,ônis,f. 

hêtre, s. m. Fnfji's. i, f. 

heure, s. f. Hôra, se, f. — De 
bonne heure. Mdtnrè. — A l'heure 
(de l'aurore'. Sv.b ftorà. 

heureusement, adv. Féliciter. 

heureux, euse. adj. Félix, icis; 
plus heureux, fêlicior, ïUs; très heu- 
reux. féUcixshnwi, a, um. — (Lieu), 
heureux. Lset^'s. a. um. 

hippopotame, s. m. Hippôpôtd- 
mi'S. i. m. 

histoire, s. f. Histàrîa, x, f. 

historien, s. f. Rerum scriptôr, 
Ôri';. m. 

histrion, s. m. Histno, ônis, m. 

hiver, s. m. Hîems, hièmis, f. 

Homère, n. pr. m. Lopins grand 
des poètes ijrecs. Hômérus, i, m. 

homme, s. m. (Par opposition à 
animal,. Homo, mînis, m. (Par oppo- 
sition à femme;. — Vir. vhi. m, 

honnête, adj. Hônestns, a, um. 

honneur, s. m. Hônôs et hônôr, 
ôris, m. Dèriis. côris. n. — En l'hon- 
neur, in honorrm. — Dignités. Hô 
'nôrés. um, m pi. 

honorable, adj. Hùnestus, a, um. 
Laudâhills. e. 

honorer, v. tr. Côlo, is, côlUi, 
Cultiiiii. lùlère, Ir. 

honte, s. f. DèdècHS, côris, n. 

honteux, euse, adj. Turpis, e. 

Horace, n. pr. m. — i. Poète 
latin. Huratius, îi, ni. — 2. Les 
Horaces (trois l'rères jumeaux de 
Rome opjioses aux trois Curiaces 
d'.Vlbc). llùrôtii, ôrum, ni. pi. — Des 
Horiiei's. //ônitînx, a, um, adj. 

horde, s. f. r.it. ,■>■„. y, f. 



horreur, s. f. Haine. Odium. h',n. 

horrible, adj. Horrîbîlis, e. 

hôte, s. m. Hospès, pitis, m. 

huile, s. f. Olèum. i, n. 

huit, nom de nombre. Octô. — 
Huit cent (huit centième). Octingen- 
tésîmiis, n, um. 

humain, aine, adj. Hûmànus, a, 

U7U. 

humble, adj. Hiimîlis, e, adj. 
(comp /lùmîlîôr; superl. hùniilllmus). 

humeur, s. f. Inf^ènîum. îi, n. — 
Avec humeur, impatienter. 



ici, adv. Hic (question ubi) ; /ne 
(question quo). 

if, s. m. Taxus. j, f. 

ignorance, s. f. Ignôrantia, x, f. 

ignorant, ante. adj. Indoctus, a, 
um. — Rwli^. e lavec le gén.). 

ignorer, v. tr. Ignôro, as, âvi, 
âtum, (ire, tr. 

île. s. f. I)isùla, X. f. 

Ilion. n. pr. Capitale de la Troade 
(Troie . Ilïum. ii. n. 

illimité ée. adj. Infinîtus, a, um. 

illustre, adj. Prxclàrus, a, um. 

imaginer *s'). v. réfl. Croire. 
Credo, is, didi, dilum, dêre, tr. et 
intr. 

imiter, v. tr. Imitor, âris, âlus 
sum, âri, tr. dép. 

immense, adj. Immensus, a, um. 

immonde. aJj. Immundus, a,um. 

immortel, elle, a<ii.Immortdlis,e. 

impénétrable, adj. Impènètrâ- 
bilis, e. 

impétueux, euse, adj. V«?/(è- 
men.s. entis. 

impie, adj. Impiu.<i,n, um. 

impiété, s. f. Impiètàs, àlis, f. 

implacable, adj. Juex6ràbilis,e. 

implorer, v. tr. Implôro, as, âvi, 
âtum, are, tr. 

importsoit, ante, adj. Grùvis, e. 
Moijiius, II, um. 

importer, v. intr. N'importe 
lequel. Quiiis. quxiis, quodvis (et 
quidt'is). 

importun, une, adj. .Mùlt.^tus, a, 
um. 

impôt, s. m. Vecliyàl, âlis, u. 



302 



LEXIQUE FRANÇAIS-LATIN. 



imprévoyant, ante. adj. Imprô- 
vîdus, a, um. 

improviste (à 1'), loc. adv. Ln- 
prôvîsô. 

imprudent, ente, adj. J)icautus, 
a, u))i. 

impuni, ie, adj. Tmpûnltus,a,um. 

inaccessible, adj. Invïus, a, wn. 
— Inacce-ssibie à la maladie. A 
morbo tùlus, a, iim. 

incapable, adj. Mïnhnê aptiis, a, 
um (avec ad et l'àcc.). 

incendie, s. m. Inc^vdium, îi, n. 

incertain, aine, adj. lacertus, a, 
um. 

incommode, adj. Incommodas, 
a, um. 

incommoder, v. tr. Lsedo, ïs, Isesi, 
Ixsum, lasdêre, tr. 

inconnu, ue, adj. Ignôtus, a, um 
(avec le dat.). 

inconvénient, s. m, Incommô- 
dum, i, n. 

incorruptible, adj. Incomcptus, 
a, um. 

inculte, adj. Iiicultwi, a, um. 

indécis, ise, adj. Dûhïus, a, um. 

indigène, adj. Jndîgèns, a?, m. 
et ï. 

indigent, ente, adj. Inops, ôpis. 

Indigne, adj. Indignus, a, um 
(av. l'abl.). 

indigner, v. tr. Indignationem 
mocêre iaiicui). Môvèo, es, môvi, mô- 
tum. \-v. 

indistinctement, adv. ALquê. 
Sine discrimine. 
indocile, adj. JndôcUis, e. 

indolent, ente, adj. Sôco7's, cor- 
dis. 

indomptable, adj. Indômïlus, a, 
um. 

industrieux, euse, adj. Sollers, 
ertis. 

inférieur, eure, adj. /n/e;vdr, lus. 
— Les inférieurs. ïnferiores, um, 
m. jjI. 

infester, v. tr. Infesto, as, âci, 
âtum, dre, tr. Lieu infesté de ser- 
pents. Locus serpeyitibus infistus (a, 
um). 

infini, ie, adj. Inflnîtus, a, um. 

infirmité, s. f. Infirmïtâs, âtis, i. 

informer, v. tr Mônèo, èî, iu\ 
îtum, (ire, tr. — Certiorem facer 
{aliquem). — Informé do. Certior 



fuctns de (nbl.). — S'informer de. 
Quserère {qusero, ïs, sîvi, sîtum, tr.). 
infortune, s. f. Cdlàmïtâs, âtis, f. 

— Iles adversœ, f. pi. 
infortuné, ée, adj. Infèlix, lois. 
ingénieux, euse, a.û'].Ingènîôsus, 

a, um. 

ingrat, ate, adj. Ingrâlus, a, um. 

— Stérile. Stèrîiis, e. 

inique, adj. Inîquus, a, um. 

injure, s. f. Injuria, se, f. — Pro- 
cédé offensant. Contiimélîa, x, f. 

injuste, adj. Injustus, a, um. 

ifijustement. adv. Injuste. 

injustice, s. f. Injustîtîa, ss, f. — 
Action injuste. Injuria, se, f. 

innocence, s, f. Innôcenna,se, f. 

innocent, ente, adj. Innôcens, 
entis (avec le gén.). 

innombrable, adj. Innùmërâhï- 
lis, e. 

innovation, s. f. lies môvse, ré- 
mm nôuâruin, f. pi. 

inonder, v. tr. Inundo, as. âvi, 
âtum, are, tr. — Inondé, inundatus, 
a, um. 

inquiet, été, adj . SolUcltus, a, um. 

inquiéter, v. tr. Aglto, as, âvi, 
âtum, are, tr. 

inquiétude, s. f. Cura, se, i. 
Sollïcïtùdo, uns, f. — Sans inquié- 
tude. Sècûrns, a, um. 

insatiable, adj. Insàtîâbllis, e. 

inscrire, v. tr. Inscrïbo, îs, scripsi, 
scriptum, scrïbère, tr. 

insensé, ée, adj. Insânns, a, um. 

insidieux, euse, adj. Insïdîôsus, 
a, um. 

insolent, ente, adj. Insôlens, 
entis. 

inspirer, v. tr. Injicïo, îs, jèci, 
jectum, jlcère, tr. 

instant, s. m. A chaque instant 
Omni tempore. 

instituer, v. tr. Instîtiio, îs, i- 
stïtùtum, stitiiëre, tr. 

institution, s. f. Instîtùtum, i, n. 

instruire, v. tr. Eriidïo, îs, îvi et 
îi, îtum, îre, tr. — S'instruire. Erii 
dîor, îris, îtus sum, îri. 

instruit, ite, part, et adj. Erùdi- 
tus, a, um. — Doctus. a, um. 

insubordination, s. f. Immôdes- 
tîa, se, f. 

insupportable, adj. Intôlèran- 
dus, a, um. 

intact, acte, adj. Intactus,a,um. 



LEXIQLF. FRANT.AIS-LATIN. 



303 



intégrité, s. f. Intèf/ritâs, dlis, f. 
intelligent, ente. adj. [nfjèntô- 

fhS. II. 11)11. 

intempérance, s. f. Intempèran- 

tui. H', I'. 

interdit, ite. part, et adj. Stui>c- 
fait. ()bsi.n;i(ff<ictus. a. uni. 

interroger, v. tr. laterrùgo. as, 
àri, ntinn. art', tr. 

intimité, s. f. FàmilîârUds, âlis, f. 

intrépide, aàj. lyopàchlus, a. nm. 

intrépidité, s. f. Fort'itMo, (Unis, 
f. 

inutile, adj. Inùlîlis. e. 

inutilement, adv. Fnistrà. 

invasion, s. f. Irvuptïo, ônis. f. 

inventer, v. tr. Excôf/ïto, as, âvi, 
àtuni, are, tr. Rèpèrio, is, repèri, 
vépertum, rèpèrire, tr. 

investir, v. tr. Revêtir (d'une 
charge ). Onio, as. âvi, âtnm, are, tr. 
— Investi du conunandcment en 
clief. Dkx ad bellttm flectus. 

invincible, adj. Invictus, a. um. 

lonie. n. pr. f. Contrée de l'Asie 
Mineur--. lônla, x. f. 

Iphigénie. n. pr. f. Fille d'Aga- 
meiiuion. Iphhjènia. x, f. 

Iris. n. pr. 1'. Déesse de l'arc-en- 
cicl. Iris. Iriilis, f. 

irréparable. IrrëpàràhUis, e, adj. 

irrité, ée. \k\v\. et adj. Irâtus, a, 
um. Sxfus. a, ion. 

irriter (s'), v. ré(l. Irascor, èris, 
irâtus suni, ira^ci, intr. dép. (avec le 
dat.'). 

issu, ue, adj. Ortus, a, um. 

issue, s. f. /ixltits, Mv, m. 

Italie, n. pr. f. Contrite do l'Ku- 
ropo. Ilâlîa, X, f. 

Ithsque. \\. ^r. f. lie de la mer 
Ionienne. Ithàca, x. f. 



jamais, adv. rnqunm. — Ne... 
jamais. Xitntjudm. — A jamais. In 
perj/etiiuin. 

jambe, s. f. ('rH<t, crûris, n. 

Janus. u. pr. m. Ancien roi du 
L.iliuiu. Jnnns, », m. 

Janvier, s. m. rremicr njoi.s de 
i'anuee. Jànntiiîns mnisis, Jânùârti 
mensis. m. 

jardin, s. m. Ilortus, i, m. 

javeline, s. f. Lunrr't, x, f. 

je ou moi, pron. pers. Fijo. 



Jérusalem, n. pr. Ville de Judée. 
i/'irrùxùlijhia. ôrion, n. pi. 

Jésas-Christ. Jésus Christus, m 

jet, n. m. Jactiis. ùs, m. Arn e 
de jet, missile, is. et ordinairement 
au plur. missitkt. ium, n. 

jeter, v. Ir.Jàcio, îs,jëci,j'actum, 
jàcère, tr. Conjîcio, îs. jéci, Jectum, 
jtcère, tr. Jeter en prison, in carce- 
rem conjicere. — -Se jeter dans (en 
parlant d'un fleuve >. //i/?»o, is.fluxi, 
fluxion. /li(ère,\uir . aveci/let lacc.j. 

jeu, s. m. Lû'liis, i, m. — Jeu de 
liasard. Aléa. x. f. 

jeune, adj. Jiirènis, is. m. et f. — 
Jeune \\om\ne. Juvenis, m. — Jeunes 
gens. Jiivénês, um. — Jeune fille. 
Piiella. X, i. — Tout jeune enfant. 
Piièridus. i. m. 

jeunesse, s. f. Jitcentùs, ûtis. f. 

joie, s. t. Lxtilïa, x, f. GaufUum, 
li. n. 

joindre, v. tr. Jungo, (v. junxi, 
junctum,jungère, tr. 

jointure, s. f. Junctùra. x, f. 

jouer, intr. Lûdo, is. lû^i. lûsum, 
lûdère. intr. — Sejouerde.6"o>Ue»iHO, 
15, teinpsi, temptum, temnëre, tr. 

joug, s. m. Jiignm. i. n. 

jouir, intr. Fruor. èris, frititus et 
fructus sum. friii, intr. dép. (avec 
l'abl.). 

jour, s. m. Diês, dîêi, m. et f. au 
sing. ; m. seulement au plur. — 
Chaque jour, 7«()/î'//è. L'n jour, ôlim. 

juge. s. m. Jûdex, dîcis, m. 

jugement, s. m. Jûdicîum, îi, n. 
— Avis. Sententîa, x. (. 

juger, v. tr. Jûdico. as, âvi. âtum, 
are, tr. — Penser. Fxisttmo, âs,âei, 
âtum, are. tr. 

Jugurtha. n. pr. m. Roi do 
Numidi.'. Jugurtha, x. m. 

Juifs, n. pr. m. pi. Ancien peuple 
de Palestine. Jûdxi, nium, m. pi. 

juin. s. m. Jùuius, i/, m. ; ou 
jùuius mriisis, jùnii tnensis. m. 

Junon. M. pr. f. Sœur ol femme 
de Jui>iter. Jùno, ônis, f. 

Jupiter, n. pr. n>. Souverain des 
dieux. Jupilrr. Jùvis. 

jusque, jusqu à, prép. L'sguè àd 
(acc.i ; us(ji(è [i\cc.^. 

juste, adj. Justus, a, um. ^-Eiinut, 
a, um. Le Juste, Justiu. 

justice, s. f. Justilia, X, f. .I^qul- 
tâ.s, âtia, f. — Tribunal. Jùdlcium, 
ii, u. 



304 



LEXIQUE FRANCAlS-LATIN. 



Ijà, adv, Illïc (question ubï); illùc 
(question quo). — l)e là. Inde. — Là- 
dessus. Ità. 

laborieux, euse, adj. Làbôrïosus, 
a, uni. 

labour, s. m. A7ntîo, ônis, f. 

labourage, s. m. Arâtïo, ônis, f. 
Af/rorum môlîCio, ônis, f. 

labourer, v. tr. Aro, as, âvi, âtum, 
cire. tr. 

laboureur, s. m. Arâtôr, ôris, m. 

Labyrinthe, s, m. Édifice et 
jardin (on Crète et en Egypte). 
Làbyrinthus, i, m. 

lac, s. m. Làciis. ùs, m.- 
. Lacédémone, n. pr. f. Capitale 
de la Laconie. Làcèdxmôn, munis, 
adj. 

Lacêdémonien, ienne,adj.Zat'ë- 
dxmônius. a, um. — Les Lacédémo- 
niens. Làcèdcemônïi, ôrum, m. pi. 

lâche, adj, Ignâvus, a, um. 

Lacinium, n. pr. Cap dans le 
Bruttiuni. Làclnïum, ii n. — De Laci- 
nium. Làcînius, a, um. 

laine, s. f. Lâna, m, f. 

laisser, v. tr. Linquo, îs, llqui, lin- 
quère, tr. — Rëlinquo, is, lïqui, lictum, 
linquëre, tr. 

lait, s. m. Lâc, lactis, n. 

laitue, s. f. Lac.tùca, ae, f. 

lance, s. f. Lancëa, as, f. 

lancer, v. tr. Emitto, îs, mîsi, 
missutn, mittëre, tr. 

langue, s. f. Lingua, œ, f. 

laper, v. tr. et intr. Lambo, ïs, 
ère, tr. 

lapin, s. m. Cûnîcùlus, i, m. 

large, adj. Lâtus, a, um. 

largeur, s. f. Lâtïtûdo, dînis, f. 

larme, s. f. Làcrîma, x, f. 

Latin, ine, adj. Làtînus, a, um. 
— Les Latins. Lâtlni, ôrum, m. pi. 

Latium, n. pr. Contrée de l'Italie. 
Làtïum, îi, n. 

Latone, n. pr. f. Mère d'Apollon 
et de Diane. Lâlôna, x, f. 

laurier, s. m. Laurus, i, f, 

laver, v. tr. Làvo, îs, lâvi, lautum, 
làvère, tr. Làvo, as, âtum, are., tr. — 
Se laver. Làoâri (passif). 

le, pron. m. de la Z^pers.Eum,m. 
Id,n. — Illum, m. IlUid, n. — Hune, 
m. Hôc, n, — Gela. Id. Hôc. JUiid. 

lecture, s. f. Lectïo, ônis, f. 



léger , ère, adj. Le ois, e. — Léger 
à la course. Vëlox, lôcis. 

légion, s. f. Lëgio, ônis, f. 
, Lemnos, n. pr. Ile de la mer 
Egée. Lemnus, i, f. 

lequel, laquelle, adj. relat. Qui, 
qux, (7»oV/. — Adj.interrogatif. Quïs, 
qux, quôd [quhl)? Lequel des deux 
Utèr, utra, utrum ? 

lettre, s. f.-l. Lettre de l'alpha- 
bet. Littëra, x, f. — i» Epistida, x, 
f. ; littërx, ârum, f. pi. — 3. La 
littérature. Littërx, ârum, f. pi. Les 
belles-lettres, hùmânîôres littërx. 

leur, adj. possess. Sûus, a, um.— 
Eorum, ëârum, ëôrum. 

levraut, s. m. Lëpusciïlus, i, m. 

lézard, s. m. Làcertus, i, m. 

Liban, n. pr. m. Montagne de 
Syrie. Lïbànus, i, m. 

libéral, aie, adj. Llbërâlis, e (av 
le gén.). 

liberté, s. f. Lîbertâs, âtis, f. 

libre, adj. Lîbër, ëra, ërum. 

Libye, n. pr. f. Partie septen- 
trionale de l'Afrique. Lîbya, x,^i. 

lier, V. tr. L'igo, as, âvi, âtum, are, 
tr. 

lierre, s. m. Hëdëra, x, f. 

lieu, s. m, Lôcus, i. m. Au plur. 
lôci, m. (endroits isolés, passages 
d'un auteur) ; et lôca, n. (localités). 

lieue, s. f. Leuca (leuga), x, f. 

lièvre, s. m. Lëpiis, pôris, m. 

limite, s. f. Terminus, i, m. 

limon, s. m. Lîmus, i, m. 

limpide, adj. Perlûcîdus, a, um. 

lion, s. m. Lëo, ônis, m. 

lire, V. tr. Lëgo, îs, lëgi, lectum. 
lëgëre, tr. 

lis, s. m. Lîlïum, îi, n. 

lit, s. m. Leclus, i, m. — Lit d'un 
fleuve. Alvëus, i, m. 

livre, s. m. Lîbër, bri, m. 

livrer, tr. Trâdo, îs. dîdi, dïtuin, 
dére, tr. — Trahir. Prôdo, îs, dïdi, 
dîtum, dëre. — Livrer bataille. Pr^- 
lium comrnittëre {committo, îs, mîsi, 
missum). 

loi, s. f. Lex, lêgis. f. — Dicter 
des lois. Impëro, as, âvi, âtum, are, 
intr. (avec le dat.). 

loin (de), aAw .Prôcûl àb (abl.).— 
Rester loin de. Absum {àbès, âbfûi, 
àbesse, intr. avec ab et l'abl.). 

Loire, n. pr. f. Grand fleuve de 
la France. Lîgër, gëris, m. 



LEXIQUE FRANÇAIS-LATI.X. 



305 



long. gue. a<lj. Louf/ns. a, um. — 
Qui dure longtemps. Bhitunius, a, 
um. 

longtemps, adv. Dtû. — Depuis 
lonprtemii-. ,fa)n di». 

longueur, s. f. Longitûdo, dînis, f. 

lors même que. loc. conjonctive. 

Etinmsi. 

lorsque, conj. Cttm. 

louable, adj. LauddbUis, f. 

louer. V. tr. Laudo, as, dci, àtuni, 
are. tr. 

loup. -. m. Liiims. i. m. 

lourd, de. adj. Gràcis. e. 

loyal, aie. adj. Prôbus. a, lun. 

Lucius. s. m. Prénom romain, 
Lùcîus. ii. m. 

lui, pron. de la 3' pers. sing. m. 
/s, èà. id. Il le. à. iid. Hic. hsc, hôc. 
— (Complément indir. d'un verbe;, 
à lui, à elle, él; illl; huîc. 

lui même. prou, de la 3« pers. 
m. Ipst}. a. uni. 

lumière, s. f. Lùnxèn, mtnis, n. 
Lu-r, lùci^. f. 

lune, s. f. Lûna. a?, f. 

lutte, s. f. Cerlâmèn, mhiis, n. 

lutter. V. intr. Puyiio, as. d>}i, 
àtuw. die, intr. avec cum et l'abl.). 

luxe, s. m. Luxiirin, a», f. 

Lyciens, n. pr. m. pi. Habitants 
de la Lycie, contrée de l'Asie 
Mineure. Lf/cti, ôrum, ni. pi. 

Lycurgue. n. pr. m. Législateur 
de Sparte. Lycurijus, i, m. 

Lydie, n. pr. f. Contrée de l'Asie 
Mineure. Lydîa, x, f. 

Lyon. n. pr. Ville de France. 
Luydûnum. i, n. 

Lysandre, n. pr. m. Célèbre 
général de :>\>arie. Aysandèr, dri,m. 



M 



M. Abréviation do Mardis, pvénom 
romain. Mnrctis, i, m. 

Macédoine, n. pr. f. Contrée 
située au nord de la Grèce ancienne. 
Màcèdùiùn, a?, f. 

Macédonien, s. m. Màcèdo. ônis, 
m. — Les .Macédoniens. MàcèdàneSy 
uni, m. j)! 

machine de guerre), s, f. .!/</- 

china, r. f. 
magicienne, s. f. Maya, x, f. 



magistrat, s. m. Màyistrâtus, ûs, 
m. 

magnanime, adj. Magndnîmus, 
n, ujh. 

magnificence, s.t". Maymficentïa, 
x.î'. 

magnifique, adj. Maym ficus, o, 
um. 

main. s. f. Màniis, ùs, f. En venir 
aux mains, concurro, is, curri, cur- 
sum, currére, intr. 



mais. conj. 



.iutem (après le 



premier mot). Mais encore, sme/mm 
. ou verum etiam. 

I maison, s. f. Dôniùs. ûs, f. — 
! Maison de campagne. Villa, x, f. 
! maître, s. m. Dôminns, i. m. — 
Souverain. Dônùndtôr. ôris. m. — Se 
rendre maitre, devenir maitre. Pô- 
tior, iris, îtus sum, îri, intr. dép. 
(avec l'abl.''. — Celui qui enseigne. 
Màyistèr, tri, m. 

maîtresse, s. f. Domina, x, f. — 
Celle qui enseigne. Màyistra, x, f. 

mal, s. m. Màlum, i, n. — Faire 
du mal, nàcèo, es, iii, îtum, ère, intr. 
(avec le dat.). 
malade, adj. ^ïJyèr, yra, grum. 
maladie, s. m. Morbus, i, m. 
mâle. adj. Virllis, e. 
malfaisant, ante. adj. Màlè ficus, 
a, um. 
I malfaiteur, s. m. Homo scèlestus, 
hominis scèlesti. m. 

malheureux, euse, adj. Jtlisèr, 
èra, èntm. adj. — Jnfélix, licis. 

malhonnête, adj. Imprùbus, a, 
um. 

malicieux, euse. adj. Màlèvôlns, 
a, um. 

maltraiter, v. tr. .Xfulco, ds, âvi, 
àlum, âi-e, tr. 

mânes, s. m. ni. Mdnês, îum, m. 
pi. 

manger, v. tr. Cômèdo, îs, êdi, 

éfUm. e./.'/v, Ir. 

maniement, s. m. Tracldtîo,ônis 
f. 

manière, s. f .Uàdus, i, m. — 
Manière de vivre. Vitx gêniis, yènè- 
ris, n, 

Manlius, n. pr. m. Romain fa- 
njeux par sa sévérité envers son 
(ils. .Manlius, ii, ni. 

manquer, v. intr. — \. Manquer 
;"». Desnm, dt""i. dèfiti, dt'èssf. — 2. 
Maiiqtier de. Indiyèo, es, ùi, ère, 
intr. (.avec le géu. ou l'abl.). 



306 



LLXIQUE FRANCAlS-LATIN. 



Marathon, n. pr. Bourg de l'At- 
tique. Marathon, ônis, m. et f. — De 
Marathon. AJaràthômus, n, xnn. 

marbre, s. m. Marmôr, môris, n. 
— De marbre. Marmôrèus, a. um. 

Marc-Aurèle, n. pr. m. Empe- 
reur romain. Marcus Aurélîus, Marci 
Aitrélïi, m, 

marchandise, s. i.Merx,mercis, 
f. 

marche, s. f. Itèr, ïtïnèris, n. 

marcher, v.intr. Incédojs, cessi, 
cession, cêdère, intr. 

marin, s. m. Homo màrîtïmns, 
hÔDitnis màrîtïmi. — Los marins. 
Nautïci, ôrum, m. pi. 

marine, s. f. Rcs navâlis, rëi nâ- 
vâlis, f. 

maritime, adj. M(hHtîmus, a. um. 

Marne, n . pr.f.Rivière de France. 
Mâtrôna, se, m. 

1. .Mars, n. pr. m. Dieu de la 
guerre. Mars, martis, m. 

2. mars, s. m. Le troisièmo des 
mois de l'année. Martîus mensis, 
Martli mensis, m. 

Marseille, n. pr. Ville de P'rance. 
Massïlia, se, f. 

massacre, s. m. Csedés, is, f. 

massacrer, v. tr. Trûcîdo, as, âui, 
âtum, are, tr. 

masse, s. f. Môles, is, f. 

matelot, s. m. Nauta, se, m. 

mathématicien, s. m. 3fàthê?nà- 
tîcus, i, m. 

matière, s, f. Mâtèrïa, se, f. liés, 
rèl, r. 

Mauritanie, n. j). f. Contrée 
septentrionale de l'Afrique, auj. 
Maroc. Mauritânïa, se, f. 

mauvais, aise. adj. Màlus, a, um 
(comp. pêjôr, iis ; superl. pessïmus, 
a, n7n). 

méchant, ante, adj. Malus, a, 
um. Imprôbus, a, um. 

médecin, s. m. Mèdïcus, i, m. 

médecine, .s. f. Mèdîcîna, se, f. 

médiocre, adj. Mëdïôcris, e. 

ra.édiocreraent,a(l\.Mèdïôcrîtèr. 

médiocrité, s. f. Mèdlôcrîtâs, 
âtis, ï. 

Méditerranée (mer), n. pr. f. 
Mèdïterrànèinn màrè, Mèditerrânèi 
maris, n. 

méfait, s. m. Màlèfactum, i, n. 

Mégare, n. pr. Ville de Grèce. 
Mègàra, «;, ï. \ 



Mégarien. aciyMëqàrensis, e. Les 
Mégariens. Mègârensés, îum, m. pi, 
mégarde (par), loc. adv, Imprù- 
dentèr. 

meilleur, eure. Mèlïôr, ïus.— Le 
meilleur. Optimus, a, um. 

mêler, v. tr. Miscèo, es, iii, mix- 
tum et misli'jn, miscére, tr. 

Mélitus, n. pr. m. Accusateur de 
Socrate. Mëlïtus, i, m. 

membre, s. m. Membrum, i, n. 

même. — 1. Adj. Lui-même. Ipsè, 
n, lun. — Le mèuie. Idem, èàdem, 
idem. — 2. Adv. De plus, encore. 
Etïam. — Pas même. Né... quïdem. 
— En même temps. Shnkl. 

mémoire, s. f. Mëmôrïa, x, f. 

mémorable, adj. Mëmôrâbïlis,e. 

menacer, v. tr. — 1. Mînor, âris, 
âlus sum, art, dép. intr. et tr. Mena- 
cer quelqu'un de la mort, minari 
mortem alicui. — 2. Immïnëo, es, ère, 
intr. (avec le dat.). 

ménager, v. tr. Paixo, ïs, pëperci, 
parcëre, intr. (avec le dat.). 

Ménêlas, n. pr. m. Frère d'Aga- 
memnon et mari d'Hélène. Mènè- 
lâus, i, m. 

mener, v. tr. Dâco, îs, duxi, duc- 
tam, dûcère. Mener (la charrue), 
Induco. — Passer (le temps). Ago, ïs, 
égi, actum, àgëre, tr. 

mensonge, s. m. Menddcuan, îi, 
n. 

menteur, euse, adj. Mendax, 
ddcis. 

mentir, v. intr. Mentïor, iris, itus 
sum, iri, intr. dép. 

méprisable, adj. Contemnendus, 
a, um. 

mépriser, v. tr. Contemno, ïs, 
tempsi, temptum, temnère, tr. 

mer, s. f. Màrè, is, n. 

merci, s. f. Se rendre à merci. 
Jn dêdïtîônem vènîre {vènïo, îs, vêni, 
venlum, intr.). 

Mercure, n. pr. m. Dieu du com- 
merce et du vol. Merciirîus, îi, m. 

mère, s. f. Màtër, tris, f. 

mérite, s. m. Virti^is, tiilis, f. — 
Mérite (de l'esprit). Ingënîum, îi, n. 

mériter, v. tr. Mërëo,ês,ùi,îtum, 
ère, tr. Mërëor, ëris, îtus sum, èri, tr. 
dép. — Bien mériter de la patrie, 
bene mereri depatriâ. 

merveilleux, euse, adj. Mîrus, 



LEXiQUE rriA.NCAlS-LAll.N. 



307 



Mésopotamie, n. pr. 1". Conlrée 
de l'Avi-. M'fôpôlàmia, se. f. 

messager, s. m. Xtmtîus, ii, n. 

messagère, s. f. Xnnfîa. a?, f. 

mesurer, v. tr. Mètîor, iris, men- 
si/s siiin. iiii'tiri, tr. tiôp. 

métal, s. m. Alèlnllum, i, n. 

métier, s. m. Ars, artis. Artîfi- 
chiiii. îi, n. — Métier des armes. 
AJUîlia. a?, f. 

mets. s. ni. Cîbus, i. in. 

mettre, v. tr. Pôiw. îs, pô<tui,pô- 
sUuiii. jiôiière. tr. — Mettre fin à. 
Finem iinpônère (avec le dat.). — 
Mettre à mort. Interficïo. îs, fèci, 
fectum. fîcère, tr. — Mettre quel- 
qu'un à la tt-te de l'armée. Aliquem 
f.xerciiiii prxpcère. — Se mettre en 
colère. Ir(ix^\ èris, râtus sitw, 
rasci. intr. dép. — Se mettre à. Cœpi. 
cœpisse. v. déf. (avec l'infin.). 

meuble, s. m. Siipellex.pellectîlis. 

meurtre, s. m. Cœtfés, is, f. 

1. meurtrier, ière. aûj. Alortifèr, 
èra. èrian. 

2. meurtrier, s. m. Inlerfectôr, 
ôris. m. 

meute, s. f. Canum turba. x, f. 

Midas. n. pr. m. Roi de i'hrygic. 
Midâs Midaj, x, m. 

midi. s. m. Mèndiê<<. lêi. f. — 
Veut (lu midi. Auslèr. (ri, m. 

miel. s. m. Mèl. metlis. n. 

mien, enne. adj. poss. Meus, n, 

util. 

mieux, adv. Mèriùs. — Aimer 
mieux. Mnlo. tndris. mdiùi, malle, ir. 

milieu, s. m. Au milieu de, iiiter 
(avec l'ace. . 

militaire, adj. Milttâris, e. — 
Service milftaire. Miiitîa, *, f. 

mille, nom do nombre. Mille. — 
Doux cent mille hommes. Dùcenta 
millin liônùiimn. — (Un nombre 
infini). Se.rcfitti, se. a. 

millier, s. m. Mille.-— Un millier 
d hommes. Mille Uomirms ou mille 
honiitutiii. Voir mii.i.k. 

Miltiade. n. pr. m. Géuëral athé- 
nien. .Miirià'lès, IS. m. 

Minerve, n. pr. f. Déesse des 
sciences. Mhirrnt, ap, f. 

Mineure Asiei. n. pr.f. Contrée 
de l'.Asie. Asid Miiiùr. Asise Minô- 
ris, f. 

miroir, s. m. .S'yjrc /<///»», i, n. 

misérable, adj. lufélix. icis. 



misère, s. f. Mtsèria, x, i 
./îJiçuonin. X. i. 
modeste, adj. Mô'lestu^, a, itm. 
mœurs, s. f. pi. Mores, nm.m. pi. 
moi. Voir je. 
mioins, adv. Miniis. 
mois. s. m. Men<<i.<i, is, m. 
moisson, s. f. .l/evs/s. is. f. 
mollesse, s. f. MoUitïa. x, f. 
Molosses, n. pr. m. pi. Peuple de 
l'Épirc. Môlossi. ôru))i, m. pi. 
mon. Voir MIEN. 
monsurchie, s. f. liegnum, i. 
i monde, s. m. Mundus, », m. — 
Globe terrestre. Terrârum orbis, is, 
m. — Tout le monde. Oninès, htm, 
m. pi. 

mont. s. m. Mons. montis, m. 

montagne, s. f. Mons, montis, m. 

monter, v. intr. Ascendo, w, 

scemii. sce)isi()ii, scendère, tr. et intr. 

I monument, s. m. Môniimentum, 

1 n. 

moquer (se), v. réfl. Irridèo, es, 

rUi. risuiii. ridére, tr. — Se jouer de 

I iJélûdo, is, lûsi, lûsitm, lùdère, tr. — 

I Mépriser. Cnnlemno, w, tempsi, teni- 

ptimi, teiiinère, tr. 
i mordant, ante, adj. Mordax, 
I daris. 

moribond, onde, adj. Môrîbun- 
dttx. a. uni. 
morsure, s. f. MorsUs. ûs. n. 

1. mort, s. f. Mors, mortis, f. — 
Mort violente. \ex, uècis, f. 

2. mort, te, part, et adj. Morlùus, 
I a. uni. 

mortel, elle. adj. Qui cause la 

imort. Mortifér, èia, èriim. — Sujet 
à la mort. Mortnlis. e. Les mortels, 
inortdlês. imn, m. pi. 
mot, s. m. Yerbuin, i, n. — Bon 
I mot. Dictinn. i, n. 
I mou. molle, adj. Mollis, f. 
mouche, s. ï. Muscn, x, f. 
mourir, v. intr. .Màrîor, êris, 
mortitiis sum, môri, intr. dép*. 

mouton, s. m. Veroex, écis, m. 
Oris, 1.1, i. 

mouvement, s. m. Màtùs, ils, m. 

moyen, s. m. Itàtio, ônis, f. — 
Via, X, I. 

mulot, s. m. .Miiscidiis, i, m. 

multiplier, v. tr. Muttiplico, a-t, 
âri. dtinn, are, tr. — Aiiyèo, es, aiixi, 
aiictuni, aidjêre, tr. 



308 



LEXIQUE FRÂNCAIS-LÂTlN. 



multitude, s. 1. Mulûtùdo, dînis, 
{. 

munir, v. tr. Mûmo, îs, îvi et H, 
îtmn, Ire, tr. Instrko, ïs, struxi, 
strnctum, strûëre. Muni de, instruc- 
ius, a, um (avec l'abl.). 

mûr, mûre, adj. Maiarus, a, um. 

muraille, s. f. Milms, i, m. — 
Murailles (de ville). Mœnia, ïum, n. 
pi. 

mûre, r.. f. Morum, i, n. 

ïnûrier, s. m. Mônis, i, f. 

Muse, s. f. Musa, se, f. — Les 
neuf Muses, déesses des Sciences et 
des Arts. Musse, ârum, f. pi. 

Mycènes, n. pr. Ville d'Argolide. 
Mycënm, âriwi, f. pi. 

myrte, s. m. Myrtiïs, ûs et i, f. 



N 



nage (à la), loc. adv. Arriver à 
la nage. Adno, as, âvi, àtum, are, 
intr. 

nager, v. intr. No, as, nâre, 
intr. lYuto, ûs, dt-i, âtum, are, intr. 
et tr. 

naissance, s. m. Gènûs, nëris, 
n. — Orlgo, (jini<i, f. 

naissant, ante, part, et adj. Nas- 
cens, entis. 

naître, v. intr. Nascor, èris,nâlus 
sum, nasci, intr. dép. 

Naples, n. pr. Ville d'Italie, 
Nèâpôlis, is, f. 

Narbal, nom d'homme. Narbal, 
baiis, m. 

narcisse, s. m. IVarcissus, i, m. 
et f. 

naseau, s. m. Ndris, is, f. 

natation, s. f. Nàtâtîo, ônis, f. 

nation, s. f. Nâtïo ônis, f. 

nature, s. f. Ndtùra, se, f. 

1. naturel, elle, adj. iVa^wm^/^, e, 
liinâtus, a um. 

2. naturel, s. m. Nàturâ, se, f. 
Iiif/êtûiun, II, n. 

naturellement, adv. Nâtùrâ. 

naufrage, s. m. Naufràgïuni, 
îi, n. 

navigable, adj. Nâmgabïlis, e. 

navigation, s. f. Nâvîgâtiô , 
ônis, f. 

navire, s. m. Nâvis, is, i. 

ne, adv. de négation. Ne... pas, 
ne... point. Non. — Né (devant 
l'impér.), né (avec le subj. — Ne... 
plus. Nonjam. 



né, née, part, et adj. Ndius, a, 
um. — Né pour. Ndtus, a, um (avec 
le dat., ou avec nd et l'ace). 

néanmoins, adv. Atfàmèn. 

nécessaire, adj. Nècessdrïus, a, 
um. — I^e nécessaire. lies nécessd- 
rix, rërum nëcessdrmrum, f. plur. 

nectar, s. m. Nectar, taris, n. 

négligence, s. f. Negligentïa 
(neglègentia), se, f. Incùrià, x, f. 

négliger, v. tr. Néglige {neglëgo), 
ïs, glexi, glectam,glïgëre [glëgëre), tr. 

neige, s. f. Nix, nïvis, f. 

Neptune, n. pr. m. Dieu de la 
mer et des Heuves. Neptùnus, i, ni. 

Néron, n. pr. m. Empereur ro- 
main. Nëro, ônis, m. 

nerveux, euse, adj, Nervôsus, a, 
um. 

ni, adv. de négation. Nëc. 

Nil, n. pr. m. Fleuve d'Egypte. 
NUus, i, m. 

noble, adj. Nôbïlis, e. 

noir, noire, adj. Niger, gra, 
grum. 

noisetier, s. m. Côrijlus, i, f. 

noisette, s. f. Abelldna, se, f. 

nom, s, m. Nômèn, minis, n. 

nomade, adv. Vàyus, a, um. — 
Les peuples nomades, iVd/nd'/es-, um. 
m. plur. 

nombre, s. m. Nûmërus, i, m. — 
Un petit nombre de. Pauci, se, a, 
adj. plur. 

nombreux, euse, adj. Multus, a, 
um. Niimërôsus, a um. 

nommer, v. tr. Nômïno, as, âiî, 
dlum, dre, tr. Vôco, ds, dvi, dtuni, 
dre, tr. — Se nommer (avoir nom). 
Nômïndri (passif). 

non, adv. N^ôn. 

nord, s. m. Septentrïônes, um, m. 
pi. — Vent du nord. Se/ttentrïo, 
ônis, m. 

notion, s. ï.Nôtïo. ônis, f. 

notre, adj. poss. Noslër. tra, 
trum, 

nourrir, v. tr. Alo, ïs, iii, àlîtum 
et altii.m, dlëre, tr. — Se nourrir. 
Vescor, ëris, i, intr. dép. Alor 
(passif). 

nourriture, s. f. Esca, se, f. 
Cïbus, i, m. — Nourriture (de l'àmc). 
Alïmentum, i, n. 

nous, pron. pers. pi. Nos, nos- 
trum et nos tri. 



LF.XIQIE FRANÇ\IS-L\TI>-. 



;o9 



nouveau, elle, adj. Xàvus, a, 
,<„,. _ De nouveau. Ilèt'um. 

nouvellement, adv. Nûjjèr. 

nu. nue. adj. Xwlns, a, um. 

nuage, s. m. Xùbès, ia, f. 

nus. s. f. Xùljès, is, f. — Xè- 
bUla, •£. f. 

nuisible, adj. Xf)x\ns^ a, ion. 

nuit. s. i". Xox, iioctis, f. 

nul. nulle, adj. Xullus, a, um. — 
Nulle paît. Xusqunin. 

nullement, adv. Mînhné. 

Numa fPompilius . n. pr. m. Se- 
cond roi de Rome. Xuma. a?, m. 

Numidie. n. pr. m. Pays d'Afri- 
que. XiiniKlla, 3e, f. 

nymphe, s. f. Xympha, «p, f. 



O, interj. o. 

obéir. V. intr. Pdrèo, es, ùi, îtum, 
ère, iulr. 'avant le dat. i. 

obéissant, ante, adj. Obedlens, 
enti^. 

obole, s. f. Obàlus, i, m. 

obscur, ure, adj. Obscûrus, a, 
m;». Ii/)iôb}lis. e. 

obscurcir, v. tr. Obscûro, as, 
âri, dtniii, are, tr. Obscurci, obscû- 
rdtna. â, um. 

obseiver, v. tr. Observa, às,âvi, 
aium. are, tr. — Observer (les 
astres). Xôlo, as, âci, dtum, are, tr. 

obtenir, v. tr. Lnpètro, ds, âci, 
dtum, dre. tr. Adîjiiscor, èris, déplus 
sum. (llpisci, tr. dép.. — Obtenir par 
le sort. .Sorlior, iris. Uns sum, tri, 
tr. dép. 

occident, s. m. Occllens, en- 
tis, ni. 

occupation, s. f. Ojjèrn, x, f. 

occuper, v. tr. Tènèo, es, ùi, 
tentum, lènêre, tr. 

océan, s. m. Ocèànus, i, m. 

octobre, ». m. Huitième mois do 
Tannoe. Oclôbér mcnsis, oclôbris 
fitensix. 

odieux, euse. ;idj. Invisus, a, «m. 

odorant, ante. adj. Odôrus, a, 
uni. 

odorat, s. m. (hlnratîm. Us. m. 

odoriférant, ante, adj. OJOrus, 

M, uni. 

œil. s. m. Ocitlu^, i, m. 
œuf, s. m. Ovum, i, u. 



œuvre, s. f. Opiis. péris, n. 

offenser, v. tr. O/fendo, ts, i, 
o/fensuiti.o/fendère. tr. — Sj'offenser, 
être ofTensé. Offendi (passif). 

office, s. m. O/ficium, îi. n. — 
Refuser son office. Cesso, ùs. «■•/, 
dtum. are. intr. 

offrir, v. tr. Offèro. offers. oblidi, 
obidtum, o/ferre, tr. — Prxht'O, es, 
ùi, tlum, ère, tr. 

oie. s. f. Antèr. séris, m. 

oiseau, s. m. Avis, is. f. 

oisif, ive, adj. Désès, sîdis. 

oisiveté, s. f. Dêsidla. x, t. 
Olhim. \, i. u. 

olivier, s. f Olèa. s, f. 

olympiade, s. f. Espace de quatre 
ans chez les anciens Grecs. Olym- 
plds. àdift. f. 

ombrage, s. m. Umbrdcùhi. ôrum, 
u. pi. 

ombrager, v. tr. Obumbro. as, 
dvi, dtum, dre, tr. 

ombre, s. f. L'mbra, x, f. 

on, pron. indéf. Oa désire les 
richesses. Diviiix cupiuntur. On 
combattit. Pugnatiun est. 

oncle, s. m. Oncle maternel. 
Aviiiicùlus, i, m. — Oncle paternel, 
PàtrùHS, I, m. 

onde, s f. Unda. x. f. 

opiniâtre, adj. Obst'matus, a, um. 

opposer {a'j, v. rt'll. Advrsory 
dris, dtus suui, dri, intr. dép. (dat.). 

opprimer, v. tr. Opprima, îs, 
preisi, prcs'ium, prinière. tr. 

opulent, ente. adj. Opulentus, 
a, uni 

or, s. m. Aurum.i. Pt'cùnin, x, f. 

oracle, s. m. Ordcidnm. i. n. 

orage, s. m. Prùcella, x, f. 
orageux, euse, adj. Prùceltôsus, 

a, uni. 

orateur, s. m. Ordtùr, ôris. m. 

oratoire, adj. (Jrdtôritts, a, nm. — 
L'art oratoire. Ars oratoria ou ars 
dicendi. 

ordinaire, adj. Cousitêlus. a, um. 

ordonner, v. tr. Jubèo, és.jus.^i, 
j'ussum, jiihcrf, tr. Impèro, as, dvi, 
atuiii, ure, tr. et intr. 

ordre, s. m. Ordo, tuis. Mettre 
en ordre, dis/iôm-re {pôiio, liôsui, 
/lùsituiii, tr.).— Conimaudement. Jus- 
sum. i. n. (plus souvent au plur.). 

oreille, s. f. Auris, is, f. 



3i0 



LEXIQUE FRANÇAIS-LATIN, 



Oreste, n. pr. m. Fils d'Aga- 
miemnoii. Orestes, a?, m. 

orgueil, s. m. Sûperbîa, «?, f. 

orient, Orîms, entis, m. 

origine, s. f. Oiîgo, gïnis, f. — 
Dans l'origine. Priitcijno ; antiqui- 
tus. 

orme, ormeau, s. m. Ulmus, ?, f. 

orné, ée, part. pass. Ornàtus, a. 
Un. 

ornement, s. m. Onimnentian, i, 
n. Dèci(s, côris^ n. 

orner, v. tr. Onio, as, dvi, âtum, 
r. are. 

Orphée, n. pr. m. Célèbre joueur 
de lyre. Orpheûs, èi, m. 

oser, V. tr. Audëo, es, ausus siim, 
aiidëre, tr. et inlr. 

otage, s. m. Obsès, sïdis, m. 

Othon, u. pr. Empereur romain. 
Ol/io, ônis, m. 

ou, conj. Aut. Vèl. — Ou si. An. 

où, adv. Ubi. — Quô. 

oublier, v. tr. ' Oblîviscor, èris, 
blitus sum, blivisci, tr. et intr. dép. 

oublieux, euse, adj. Immèmàr, 
ôris. 

oui, adv. Ità est. 

ouie, s. f. Audltûs, ûs, m. 

ouragan, s. m. Prôcella, se, f. 

ours, s. m. Ursiis, i, m. 

outrage, s. m. Contûmèlia, se, f. 

outre, prép. Prxtèr (avec l'ace). 

outre (enj, loc. adv, Praetèréâ. 

ouvrage, s. m. Opûs, péris. ^1 ■ 

ouvrier, s. m. Opîfex, fïcis, m. 

ouvrir, v. tr. Apèrïo, îs, ici, 
ertuni, ire, tr. — Ouvert, àpertus, 
a. un t. 



P, abrcviation du prénom romain 
Pûblïus, li, m. 

Pactole, n, pr. m. Fleuve de. 
Lydie. Pactôlus, i, m. 

Padoue, n. p. Ville d'Italie en 
Vénét-ie, Pdtdvïum, îi, n. 

paille, s. f. Pàlëa, œ, f. 

pain, s. m. Punis, is, m. 

paisible, adj. Plàcîdus, a, um. 

paitre, v. tr. Pascor, éris, pas- 
tns sum, pnsci, tr. dép. — Mener 
paître, Pasco, îs, pdvi, pastum, 
pascëi e, tr. 

paix, s. f. P(ix,pâcis, (. 



palais, s. m. y^dés macjnifïccz, 
xdium maiinïfïcârum, i. 

Pallas( Minerve), n. pr. f. Déesse 
des sciences et de la guerre. Pallàs, 
udis, f. 

palme, s. f. Paima, x, ï. 

palmier, s. m. Palma, a?, f. 

papillon, s. m. Pdpïlîo, ônis, m. 

par, prép. — 1. A ou àb (av. 
l'abl.). — 2. ^ ou ex (av. l'abl.). — 
3. Au nom de. Au moyen de. Per 
(avec l'ace). — 4. A cause de. 
Proptèr (avec l'ace). 

paraître, v. intr. Vîdëor, éris, 
vlsus suni, vïderi (passif do Video). 

parasite, s, m. Pàràsîtus, i, m. 

parce que, conj. Quïd ou quôd. 

parcourir, v. tr. Percurro, îs, 
curri et ckcurri, airsum, currëre, tr. 

pardon, s. m. Vénîa, x, f. 

pardonner, v. intr. Ignosco, is, 
nùoi, nôtum, noscëre, intr. (dat.). 

pareil, eille, adj. Par, paris. 

parents, m. pi. Parentés, um, m. 
pi. (le père et la mère). 

paresse, s. f. Pigrîtîa, x, f. 
Segnitîa, x, f. 

paresseux, euse, adj. Pîgor, 
gra, grum. 

parfait, aite, adj. Perfectus, a, 
uni. Vertu ^AviaiiQ.perfecta cumula- 
laque virtus. 

parfaitement, adv. Absôlùtê. 

parfum, s. m. Odôr, ôris, m. 

parfumer, v. tr. Odôro, ds, âvi, 
dtuin dre, tr. 

Paris, n.pr. Capitale de la France. 
Lûtétia, X, f. 

1. parjure, adj. Perjûrus, a, um. 

2. parjure s. m. Faux serment. 
Perjû)-îum, îi, n. 

parler, v, intr. Lôquor, ëris, 
lôcùtus su)n, lôqui, intr. dép. 

parmi, prép. Intër (avec l'ace). 
E ou ex (avec l'abl.). 

parole, s. f. Yerbum, i, n. — Élo- 
quence. Orâtio,6nis, f. — Promesse. 
Fî'és, èî, f. 

1. parricide, s. m. et f; et ad). 
Parrîcîda, ^, m. et f. 

2. parricide, m. Meurtre du père. 
Parrlcïdïum, îi, n. 

part, s. f. Pars, partis, (■ — 
Lieu. Lôcus i, m. Nulle part. Nus- 
quam. — Quelque part. AlîcUhi 
(question ubi). Quôquum (question 



LEXIQUE FRANÇAIS-LATIN. 



311 



quo^.— Qni a port à. Parllc^ps, cipis, 
adj. 'géii. . 

partage, s. m. Divîsio, ônis. f. — 
Recevoir en partage. Sortior, U-is, 
ilus sinii. iri. tr. dép. 

paitager. v. tr. Partior, iris. 
itus stirn. iri, tr. dép. 

Parthes. n. pr. m. pi. Peuple 
d'Asie. Parthi, ô'um. m. pi. 

parti, s. ni. Partes. îurn, t. pi. — 
Prendre parti pour Sparte. Spartz 
causam suscif'ere. 

participer, v. n. Esse particeps 
(gén.;. 

particulier, ière. adJ. Prioàlux. 
a, nm. — Simple particulier. Vir 
privatus. 

particulièrement, a dv./»?jan»iJ5 
{in priais ^. 

partie, s. f. Pars, partis, f. — 
Portio, ôuls, ï. 

partir, v. intr. Prôfîciscor, èris, 
fectus stim, ficisci, intr. dép. — 
Partir pour. Pruficisci in (av. l'ace). 

partout, adv. L'biqnè (question 
iibt . — (Juôctimquè (question quo). 

parure, s. f. Omdtiis, ùs, m. 

parvenir, v. intr. Percênlo, ïs, 
vèni, veutitm, vènire, intr. 

1. pas. Passiis, ùs, m. — A grands 
pas. Graflii céleri. — Revenir sur ses 
pas. lietro redire. 

2. pas. négation. "N'oir ne et 

NON. 

passé, ée. adj. Prislïnus, a, uni. 

— l/an passé. Anniis siipèrtôr, aniii 
sitpèrîôris, ni. 

passer, v. intr. et tr. — 1. Intr. 
Aller d'un lieu à un autre. Transèo. 
w, ((, itum, ire, intr. — Passer p.nr. 
lier fàcère pèr ifàcio, is, féci, fan- 
tuiii, tr.}. — i. Tr. Faire passer sous 
le joug. Subjitgum miltère {rnitto, is, 
tnisi. 7>ii.«Hm, tr.). — Passer do 
temps), Afjo, is, èiji, actnm, àf/ère, tr. 

— Passer sous silence. Omitto. — 
Se passer de. Non èyèo, éa, iii, ère, 
lutr. — Se passer (avoir lieu). Fia, 
is, fnctns suni, fièri. 

passion, s. f. ('nj,iililds, àtis, f. — 
Les passions. L'vpiditates, uvt. f. pi. 

passionne, ée. adj. Stitdiôsus. n, 
VIII. — Ktre eMtl.Miuné pour... Ardére 
stu'lio a\ec le;^én.j. 

paternel, elle, adj. Pntrîus, a. 
u>n. Piller II us, a, uw. 

patience, s. f. Pàtientîa, ar, f. 

patient, ente, adj. Pàticns, 
entis. 



Patras. n. pr. Ville d Achaie. 
Patrs, àrum, f. pi. 

pâtre, s. ra. Pastôr, ôris, m. 

patricien, enne. a<ij. Pat rictus, 
a, ii'Ji. 

patrie, s. f. Patria. x, f. 

patriote, s. et adj. Patrix amans, 
j antis. — Bon patriote. Vir patrix 
amantissimus. 

Patrocle. s. m. .Aaii d'.Achille. 
Patrocliis, i, m. 
I pâturage, s. m. Pasciia, ôrum, n. 
j pi. PdOiiluDi, i. II. 

Pausanias. u»pr. m. Général des 
I.acédénioniens à la bataille de 
Platée. Pausanias. x, m. 

pauvre, adj. Paupèr, péris. 

pauvreté, s. f. Paupertàs. dits, f. 

pays. s. m. Bè/jio, ônis, t". Terra, 
X, /'. 

paysan, s. m. linsticus, i. ni. 

paysanne, s. f. Husttca, x, f. 

pêche, s. f. Piscdtiis, ûs, m. 

peine, s. f. Pœna, x. f. — Misère. 
jErumna, x, i. — Travail. Làbôr, 
ôris, m. — A peine. \7x. 

peinture, s. f. Pic tara, x, f. 

Péloponèse. s, ni. Contrée de 
la Grèce. Pe!ôponnésits, i. f. — Du 
Péloponèse. Pèlàponnésîus, a, um. 

pendant, prép. Per (avec l'ace). 

pensée, s. f. Sentenlîa, a\ f. 

penser, v. tr. Piito, a«, doi, dlum, 
are, Ir. — Penser à, Esse mèmôr 
(avec le gén.). 

Pépin, n. pr. m. Père de Charle- 
magne. Pepiims. i. ni. 

perçant, ante. adj. .Acèr, cris, 
cre. 

percer, v. tr. Confùdio, is, fôdi, 
fossum, fùdère, tr. 

percevoir, v. tr. Peràpto, ïs, 
cepi, cepluoi, cipère, tr. 

perdre, v. tr. Causer la ruine. 
Perdu, is, ilidi, ditnm. dére, tr. — 
Laisser échapper. Amitto, ïs, nilsi, 
niissum, miltère, tr. 

perdrix, s. f. Perdis, dïcis, f. 

père, s. ni. Pâtrr, pnlris. m. 

perfectionner, v. tr. Excôlo, is, 
côiiii, cultiim, côli*i e. tr. 

perfide, adj. Perfidus, a, uin. 

péril, s. m. Pèricidum, i, n. 

périlleux, eusa. adj. Pèriciilôsus, 
I», um 

périr, v. intr. Pèrèo, is, îi, itum. 



312 



LEXIQUE FRANCAIS-LATIN. 



îre, intr. — Faire périi-. Inièrimo, 
Is, êmi, emptum, ïnière, tv. 

périssable, adj. Càdùcus, a, um. 

permis, ise, part. Il est permis. 
Lïcèt (avec uu intin.). 

Perse, s. f, Contrée de l'Asie. 
Persis, sîdis, f. 

Perse, s. m. Habitant de la 
Perse. Persa, se, m. — Les Perses. 
Persae, ârum, m. pi. 

personnage, s. m. Homo, minis,m.. 

personne, pron. indéf. Per- 
sonne... ne. Nê'iio, inïins, m. et f . 

persuader, v. ta*. Persuâdëo, es, 
suàsi, suâsiDii, suddëre, tr. (av. l'ace. 
de la chose et le dat. de la per- 
sonne). — Pellïcîo, îs, pellexi. pellec- 
tum, pellîcëre, tr. — Persuadé, verbis 
inductus, a, um. 

perte, s. f. Pernîcïês, cïël, f. — 
Exïtïum, li, n. 

pesant, ante, adj. Gravis, e. 

peste, s. f. Pestis, is, f. 

petit, ite, adj, Parvus, a, um. — 
Un petit nombre. Pauci, se, a, pi. — 
Les petits (les faibles). Hûmilés, 
lum, m. pi. 

peu, adv. Pàrum, Un peu. Pau- 
litin. — ]je peu. Parvum, i, n. — Peu 
nombreux. Pauci, se, a, pi. — Peu 
d'hommes. Pauci homines. 

peuple, s. m, Pôpidus, i, m. — 
l^cuple d'Athènes. Populus Athe- 
niensis. 

peuplé, ée, part, et adj. Frè- 
guens, entis (avec l'abl.). 

peuplier, s. m. Pôpidus, i, f. 

peur, s. f. Timor, ôris, m. 

peureux, euse, adj. Tîmidus, a, 
um. 

Phaéton, n. pr, m. Fils du Soleil. 
Pliàëthôn, tkontis, m. 

Phase, n. pr. m. Fleuve de 
Colchide. Phâsis, is, ou îdis, m. 

Phébus, surnom d'Apollon, Phœ- 
bas, i, m. 

Phénicie, n. pr. f. Contrée de la 
Syrie. Phœinca, se, f. 

Phéniciens, n. pr. m. pi. Habi- 
tants de la Phénicie. Phœnîcès, um, 
m. pi. 

philosophe, s. m. Pfnlôsôphus, i, 
m. 

philosophie, s. f, P/ulôsôphîa,se,L 

Phrygie, n. pr. f. Contrée de 
l'Asie Mineure. Phrygïa, se, f. 

Phrygien, ienne, adj Phrygïus, 



a, um. — Les Phrygiens. Phri/gcs, 
um, m. pi. 

pièce, s. f. Mettre en pièces. 
Làcërô, as, âvi, âtum, are, tr. — 
Tailler en pièces. Csedo, is, cëcldi, 
csesum, csedëre, tr. 

pied, s. m. Pës, pëdis, m. 

piège, s. m. InshUse, arum, f. pi. 
— Tendre un piège. Insïdtor, âris, 
âtus, sum, âri, intr. dép. 

pierre, s. f. Lapis, îdis, m. — 
Pierre précieuse. Gemma, se. f. 
Lapis. 

pierreries, s. t. pi. Gemmx, ârum, 
f. pi. 

pieux, euse, adj. Pins, a, um. 

pigeon, s. m. Côlumba, se, f. 

pillage, s. m. Dlreptîo, ôuis, f. 

pin, s. m. Pinus, i et ûs, f. 

piquer, v. tr. Pungo. ïs, piipùgi^ 
punetum, pungëre, tr. Se piquer une 
veine, ve)tam pungere. 

pirate, s. m. Pirata, œ, m. 

Pirée, n. pr. m. Port d'Athènes. 
Pîrseus, i, m. 

place, s. f. Lôcus, i, m. — Prendre 
place à table. Accumbo {îs, ciibixi, 
ciibitum, cumbère, intr.). — Place de 
guerre. Oppidum, i, n. — Place 
publique. Forum, i, n. 

placer, v. tr. Collôco, as, âvi, 
dtum, are, tr. ~ Placer sur. Impôno, 
îs, pôsid, pôsîtum, pônere, tr. (Le 
régime indirect au dat.). 

plaider, v. tr. et intr. Plaider la 
cause de quelqu'iin. Causam alicujus 
dëfendëre {do, îs, i, fensum, tr.). — 
Plaider pour quelqu'un . Causam 
dicere pro aliquo. 

plaie, s. f. Pklga, x, f. 

plaindre (se), v. réfl. Quëror, 
èris, questus sum, quëri, intr. dép. Se 
plaindre d'une chose, queri de re. 

plaine, s. f. Plânîlïës, îëî, f. Cam- 
pus, i, m. 

plainte, s. f. Questiis, fis, m. 

plaire, v. intr, Plàcëo, es, iii, ëre, 
intr. 

plaisir, s. m. Vùluptâs, âtis, f. 
Avec plaisir, gràtë. — Les plaisirs, 
dêlîcîse, ârum, f. pi. 

plante, s, f. Planta, se, t. 

planter, v. tr. Sèi'o, is, sêoi, 
sàtum, sèrëre, tr. 

platane, s. m. P'idldnus, i, t. 

Platon, n. pr. m. Philosophe 
grec. Plàtô, ônis, m. 

plèbe, s. f. Plebs, plèbis, f . 



LIIXIOCE FRANCAIS-LATIN. 



313 



plébéien, enne, adj. Plébêius, n. 
uni. — Les plebiiou'?. Plêbêii, bêiô- 
ru7n. m. jil. 

plein, eine, adj. Plénus, a, um. 

pleurer, v. ii.tr. et tr. Flèo, es, 
éoi, ètiun, ère, intr. et tr. 

plonger, v. tr. M>-rgo, îs, mersi, 
mersunt, mergère, tr. Plongé, merius, 
a, um. 

pluie, s. f. Pliirîa, œ, f. Pluie 
d oroire. Imhèr, Ai*js, ni. 

plume, s. f. Pluma, se, f. 

plupart la;, .s. f. Plêriguè. sequè, 
àquè, pi. — La plupart des prison- 
niers, plerique captim ou captivorum. 

plus. adv. Màgts. — Plus de vin, 
plus vini. — Plus do paroles, plura 
verba. — De plus, amplius. — Bien 
plus, immo. — Plus honinie de bien, 
vir melior. 

plusieurs, adj. pi. Plarês, a; 
mutti. 3e, a. — Plusieurs fois, non 
semel. 

Pluton. n. pr. m. Pieu des 
eutVrN. Plûtôn, tônis, m. 

poème, s. m. Pôêmà, dlis, n. 

poète, s. m. Pàèta, a», m. 

poids, s. m. Pondus, dèris, n. 

poignard, s. m. Sica.^e, f. 

point, négation. Voir ne et non, 

pointe, s. f. Acûmèn, mhiis, n. — 
Pointe (d'une montagne). Verlex, 
ticis, m. 

pointu, ue. adj. Acûlus, a, uw. 

poirier, s. m. P'irus. i. f. 

poison, s. m. Vènènum, i, n. 

poisson, s. m. Piscis, is, m. 

poli. ie. adj. Pôlilus. a. um. — 
Qui a de la politesse. Cômis, e. 

Polyphème. n. pr. m. Chef des 
Cvclopfs. Pùlijphè.nus, i, m. 

pommier, s. m. Mdlus, i, f. 

Pompée, n. pr. m. Triumvir, 
rival de César. Pompi'ius, ii, m. 

Pompilius Numa . n. pr. m. 
I>i'uxieiue roi de Houie. Pompilius. 
II. 111. 

pont. s. 111. Pons, pontis, m. 

Pont-Euxin. n. pr. m. La mor 
Noire, l'outus Euxinus, Ponti Euxini, 
ni. 

pontife, s. m. Pont) fer. pcis, m. 

population, s. t. POpulus, i, m. 

Porcins, nom dune laniillo ro- 
maine. J'orcius, ii, m. 

port. s. m. Portas. lU. m. 

porte, s. f. Jànuii, .r f" — Fèsôr, 



I t*. ni. — Porte d'une ville. Porta. 

j porte -drapeau, s. m. Signlfèr, 
I fèri, 111. 

porté, ée, adj. Enclin. Prôpensus, 
a, um. 

porter, v. tr. Fth-o, fers, tiili, 
tâtum, ferre, tr. irrc'g. — Porter 
(un casque, un vêtement}. Géra. îs, 
gessi, gestum.gèrère. tr. — Produire. 
Gigno,is, gènui, gènitum, gignère, tr. 
— Porter un témoignage. Testimo- 
nium dicere. 

porteur, s. m. Gestâtor, ôris, m. 

portique, s. m. Porticùs, ûs, m. 

posséder, v. tr. Hàbèo, es, in. 
îtum, ère, tr. 

poste, s. m. Pripsidium, ii. n. 

potable, adj. Pôiidentus, a. um. 

poulain, s. m. Equidus, i, m. 

poule, s. f. Gallina, «p. f. 

poupe, s. f. Puppis, is. f. 

pour. prép. — 1. Marquant le but. 
In (av. lace.;. — 1. Pour toujours. 
In perpetuum. — 3. En considération 
de, en vue de. Prô uw. labl.). — 

4. A cause de. Ob Uw. lacc^. — 

5. D'après ; au sujet de. Dé. Pour 
ces raisons, his de causis. — 6. .\fin 
de (av. rintin.i, ut 'nv. le subj.). 
Pour ainsi dire, ut ita dicani. Pour 
ne pas, né (avec le bubj.). 

pourpre, s. f. Purpina. x, f. 

pourquoi, adv. dinterr. Cûr ? ^ 
C'est pourquoi. Itàquè. 

poursuivre, v. tr. Persèquor. 
èns, sècûtus sum, sëqui, tr. dép. 

pourtant, adv. Tàmèn. 

pourvoir, v. intr. Prôvidi'o, es, 
v'idi, visuni. vidêre, tr. et intr. — 
Pourvoir à la sulisistance, victum 
suppèditdre {o. ds, dri, tr.]. 

pourvu, ue. part, et adj. lustruc- 
liis, a, um. 

pourvu que. «onj. Dum avec lo 
subj.}. 

pousser, v. — i. tr. Pello, is, 
pèpuli, puisum, pellère, tr. — Pousser 
(à). Impello. is. piili, pulsnm, pellêre, 
tr. — Exciter. Incito, ds, dvi, dtum. 
are, tr. — i. Intr. Prûvènîo, is, vent, 
venlum, vènire, intr. 

\. pouvoir, V. tr. Possuin, pûtes, 
potiii, posse, tr. irrt'g. 

2. pouvoir, s. m. PùtestiK. dtis, t. 
prairie, s. f. Prdtum, i, n. 
pratiquer, v. tr. Exer-céo. es, ùi, 

IvS 



31 



LEXIQUE FRANCAIS-LATIN. 



îtum, ère, tr. — Prali([uer (la justice). 
Côlo, is, ùi, cultton, colère, tr. 

pré, s. m. Prâtum, /, n. 

précepte, s. m. l'rseceptum. i, n. 

précieux, euse, adj. Prètlôsus, 
a, um. 

précipité, ée, adj. (Pas) préci- 
pité. Citâtus, a, um. 

précipiter, v. tr. Prsecïpîto, as, 
àvi, àtiuii, are, tr. — Se précipiter 
sur. Irriin, is, i, ère, intr. 

préfére-r, v. tr. Antëpôno, is, 
pôskj, /lôsïUim, pônère, tr. (le régime 
iiidii-ect au dat.). 

préjudice, s. m. Damnum, i, n.» 

])reinier, ère, adj. — 1. Pinmus, 
a, um. — 2. (En parlant de deux.) 
Priôr, ÙS-. 

prendre, v. tr. Càpïo, ïs, cêpi, 
captum, cùpère, tr. — Prendre (lo 
poisson, les oiseaux). Capto, as, âoi, 
âtum, are, tr. — Prendre d'assaut. 
Ea-pugno, as, âci, âtum, are, tr. — 
Choisir, adopter. Sûmo, îs, sumpsi, 
sumptum, sûnière, tr. 

préparatif, s. m. Pàrâlûs, ûs, m. 

préparer, v. tr. Pàro, as, âoi, 
âtum, are, tr. 

près, près de, prép. Prôi)è,àpûd, 
àd (avec l'ace). 

présage, s. in. Omën, minis, n. 

présence, s. t'. En présence de. 
Côram (avec l'abl.) 

1. présent, ente, adj. Prxsens, 
eutis. — Être présent, àdesse. — 
A présent, n\nic. — Dès à présent, 
jam nnnc. 

2. présent, s. m. Don. Dônum, i, 
n. i]Jùiiiis, nèris, n. 

présider, v. intr. Prsesum, es, 
fùi, esse (avec le dat.). 

presque, adv. Fèré. 

prêt, te, adj. Parât us, a, um. 

prétendre, v. intr. Contendo, ïs, 
i, teiitiim, teadère, intr. 

préteur, s. m. Un des principaux 
magistrats de Rome. Prxtôr, ôris, m. 

prêtre, s. m. Sàcerdôs, dôtis, m. 

preuve, s. f. Dôcumentum, i, n. 

prévenir, v. tr. Occurro, ïs, curri, 
cursjcm, currère, intr. (dat.). 

prévoyant, ante. adj. Prôoïdus, 
a, um. 

prier, v. tr. Rôi/o, as, âvi, âtum. 
are, tr. Prier quelqu'un de, rogare 
ali'juem ut (subj.). 

prières, s. f. pi. Prëcês, um, f. pi. 



prince, s. m. Rex, régis, m. 

principal, aie, adj. Prsecïpiius, a, 
um. 

principe, s. m. Princïpïum, ïi, n. 
— Disciplina, se, f. 

printanier, ère, adj. Ver nus, a, 
um. 

printemps, s. m. Vér, vèris, n. 

prison, s. f. Carcër, cèris, m. 

prisonnier, ère, adj. Cajitivus,a, 
um. — Etre t'ait prisonnier, càpi 
{cà/nor, è/is, cap tus smn). 

privé, ée, adj. Orbus, a, um. — 
Particulier. Priuâtus, a, um. 

prix. s. m. Prëtïum, ïi, n. — A vil 
prix, parvi pretii. 

procès, s. m. Lis, lUis, f. 

proche, adj. Proximus, a, um. 

proclamer, v. tr. Dëclâru, as, âoi, 
âtum, are, tr. 

proconsul, s. m. Proconsul, sûlit, 

procurer, v. tr. Prsebëo, es, iii, 
itum, ère, tr. — Se procurer. Pàro, 
as, âci, âtum, are, tr. 

prodigalité, s. f. Prôfûsïo, ônis, f. 

prodigue, adj. Prôdïgus, n, um. 

productif, ive, adj. FrucUwsus, 
a, um. 

produire, v. tr. Gigno, is, gënid, 
gènîtum, gignëre, tr. 

produit, s. m. Fructiis, ùs, m. 

profitable, adj. Utïlis, e. 

profond, de, adj. Altus, a, um. — 
Très profond, altissimus, a, um. 

profondeur, s. ï. ALtïtado, dinis, 
f. — Étendue en largeur et en lon- 
gueur. Lâtïtûdo, dinis, f. 

proie, s. f. Prseda, se, f. — Oi- 
seau de proie, acdpïtèr, tris, m. 

projet, s. m. ConsïHum, ïi, n. — 
Inceptum, i, n. 

promener, v. tr. Circumdûco, ïs, 
duxi, ductum, dùcëre, tr. — Se pro- 
mener. Ambiilo, as, âvi, âtum, are, 
intr. 

promettre, v. tr. PolUcëor, êris, 
ïtus, sum, ëri, tr. dép. — Prômitto, 
ïs, iitïsi, missum, mittëre, tr. 

promontoire, s. m. Prômontô- 
rïum, ïi, .n. 

prompt, pte, adj. Cëlèr, ëris, ère. 
— Prompt (à la course). Vëlox, ôcis. 
promptement, adv. Cëlèrïtër. 
prononcer, n. Jûdico, as, âoi, 
âtum, are, intr. — Prononcer un 
jugement. Judicium fèro, fers, tuli^ 
lâtum, ferre. 



LEXiOTE FRANCAIS-LATIN. 



315 



propice, adj. Prô/i'uiiis. a. um. 

propre, adj. Mtnidus. a. um. — 
Aille a. Idûnèus. a um av. lo dat ). 

proscrire, v. Ir. Profcribo, îs. 
sci-'fi\f. sc/ i/itum. scrihère, Ir. 

Proserpine, n. pr. f. Déesse des 
enfers. Proserpina. «P, f. 

prospère, adj. Prosper et prospè- 
rus. a. um. 

prospérité, s. f. ProspèrUàs. «</«. 
f. /{es prosperx, f. pi. 

Protagoras. n. pr. m. Sophiste 
d'Atlièiic<. Prôtâfjôrâ.s. se. m. 

protégé, ée. adj. Tûtus «, um 
(avec nb et l'abl.). 

protéger, v. ir. Prôlègo, is. Oxi. 
tection. tégi-re, tr. 

prudence, s. f. Prûdentia. x, f. 

prudent, ente. adj. Cautus. n. 
um. 

Prusias. n. [<r. m. Roi de Bitliv- 
nie. Prùsîds. se. m. 

public, ique. adj. Pûblîcus, n. 

h 711. 

puis, adv. Post. 

puiser, v. tr. Haurio, w, fiausi, 
/iiiiisiiim. /t'iurire. tr. 

puissance, s. f. Pôtentia. a?, f. — 
Pùtestàs. dtis, f. 

puissant, an te, adj. Pôtenx; 
plus piiis'iaiit. pôteulh'jr ; très puis- 
sant, jiôteiitissimns. 

puits, s. m. Pittèus, i, m. 

punir, V, tr. Pùuïo, w, ivi îi, itum, 
ire, tr. 

pur. re, adj. Parut, o, um. —(En 
parlant des mœurs). Inléyèr, grn. 
grum. 

pureté. s.f.IIonuétet:-. IntègrUds. 
âtis. I'. 

Pyrénées lesi, n. pr. Monla- 
piie.s eiitro la France ot l'ICspafrno. 
Pi/rr)i,ri montes, J'yrénxôrum mon- 
tiiim. m. [il. 

Pyrrhus, n. pr. m. Roi d'Épire. 
Pyirhu.-:. i, ni. 

Pythagore, n. pr. m. Gëlôbrc 
pliilo^opiic. Pfilhàyô'-nx, a-, n\. 

Pythagoriciens desj. n. pr. ni. 
pi. Disciples de l'Uiiagorc. Pijthà- 
gùrici. nriim, m. pi 

Pythias, nom d'hoinnio. Pijtlùâs. 
x, m. 



! quahté, s. f. Xdtura. x. f. Gèniis, 
tiens, n. — Qualités (de l'esprit). 
Ifntês {dûs, Jôtis, f.); virlùtés [oirlû.t, 
ûtis. f). 

quand. — 1. Conj. Cum ; — 
2. .Vdv. fjiiandn, 

quantité, s. f. Côpïa, x, f. Vis, 
vis, t'. 

quarante, nom de nombre. Qua- 
drâgintâ. 

quatorze, nom de nombre. Qnà- 
litor dècim. — (Pour quatorzième). 
Qiiartus dèrhnus , quurta décima , 
quartnm dèdmum. 

quatre, nom de nombre. Quat- 
tiiôr. — (Four quatrième i. Quarlus, 
a, um. 

quatre-vingts, nom de nombre. 
Octôi/inni. — Quatre- vingt-neu- 
I vième. Oftôgêsimus nônns. 

quatrième, adj. Qnartns, a. um. 

que. — I. .\dj. .oujonclif Qnem, 
qunm, quôd. — Ce que. Qnùd. — 
i. Pron. ou adv. dintcrro;.'. Quid? 
— 3. Conj. (après un compar.). 
Qnam. — 4. (Je désire; que. (Telle- 
ment) que. Ut (avec le subj.). 

1. quel, quelle, adj. d'interr. 
Qiàs. qua.\ quid ? — Combien grand. 
Quftuiiis. a, um. — Quelle chose. 
Quid y — Quelle heure est-il? 
Quota hôra est ? 

2. quel, quelle, adj. conj. Qui, 
qux, quôd. 

quelque, adj. indéf. Ariquîs. que, 
quôd et quid. — Au plur. Altquôt 
(indécl.). — Quelque temps aprè.s. 
Aliquantô post. 

quelquefois, adv. IV^onnunquam. 

quelquun. une. pron. indét'. 
Aiiquis. quà, i/uid. — Quelques-uns. 
Nonnutli, x. n; quidam, quxdum. 
(Un petit nomlTe), pniici, x, u. 

querelle, s. C. Jurgium, ii, n. 

question, s. f. Quxstto, ônis, f. 
liés, rri, f. 

queue, s. f. Cauda. x, f. 

1 . qui. pron. reiat. Qui, qux, quôd. 

2 qui. pron. diiitorrog. Quîs. 
qux. quid? 

quiconque, pron. ind«*f. Quicum- 
que, quxcumqui', quodcuiiiqui'. 



quitter. V. tr. //(■•////^Mo, /*, liqui. 
liclum, linquére, tr. 



quadrupède, s. m. Quàdiiipês 
pèdis, m. ot f. 



quoi, ndj. 
O-'îd/ 



adv. dintorrog. 
Q.nd/ 

I quoique, co:»:. Quamvis. 



16 



LEXIQUE FRANÇAIS-LATi: 



race, s f. Gèmcs, nêris, n. 

raconter, v. tr. Nan^o, as, âvi, 
âtum, are, tr. 

rafraîchir, v. tr. Refrlgëro^ ds, 
âvi, âtitni, are, tr. 

railler, v. tr. In-îdêo, es, jnsi, 
rîsum, rïdére^ tr. et iutr. 

raisin, s. m. Uua, «, f. 

raison, s. f. Causa, x, f. — Pour 
cette raison. Quâ dé causa; propter 
eamcausam. — Avec raison. Mèrïtô. 

rameau, s. m. Eâmus, î, m. 

ramener, v. tr. Rèdûco, îs, duxi, 
ductum, dùcère, tr. 

ramure, s. f. liâmi, ôrum, m. pi. 
Corniia, ùum, n. pL 

rapporter, v. tr. Rëfëro, fers, 
rettidi, rëlâtum, rë ferre, tr. 

rare, adj. Rârus, a, um. 

rarement, adv. Rârô. 

rassasié, èe, adj. Sàtûr, titra, 
tûrum. 

rat, s. m. }hls, mûris, m. 

rattraper, v. tr. Assëquo?% ëris, 
sëcùtus sum, sëqui, tr. dép. 

ravager, v. tr. Pôpidor, âris, âtus 
sum, âri, tr. dép. 

ravisseur, s. m. Raptôr, ôris, m. 

rayon, s. m. Ràdïus, ïi, m. 

rebâtir, v. tr. Rëfîcïo, îs, fèci, 
feetum, fïcëre, tr. 

rebelle, &dyRêbeUis, e. Non ohlem- 
përans, antis (avec le dat.). 

recevoir, v. tr. Accqâo, is, cêpi, 
ceptum, cipëre, tr. 

réchauffer, v. tr. Rcfôoëo, es, 
fôvi, fôtmn, fôi^êrc, tr. 

recherche, s. f. Investlgâtio, 
ônis, f. 

rechercher, v. tr. Inqulro, ïs, 
quhivi, qulsltum, quïrëre, tr. 

récolte, s. f. Prôventiïs, ûs, m. 
Fructûs, iinm, m. pi. 

recommandable, adj. Prôbàbï- 
lis, e. 

récompense, s. f. Prxmïum, ïi, 
n. — Salaire. Mercês. êdis, f. 

reconnaissance, s. f. Grâtïa, x, \. 

reconnaissant, te, adj. Grâtus, 
a, tim, 

reconnaître, v. tr. Agnosco, ïs, 
nôoi, uïtinn, noscère, tr. — Se recon- 
naître (être reconnu). A^'woscor, ëris, 
nïtus sum, nosci. 



reconnu, ue, part, et adj. Spec- 
tiltus, a, )im. 

recours, s. m. Avoir recours à, 
confiigère ad (av. l'ace). Confùgïo, 
is, fâf/i, intr. 

recouvrir, v. tr. Côôpèrîo, îs, 
përid, pertinn, përîre, Ir. 

récrier (se), v. yùÛ. Exdâmo, as, 
âvi, âtum, are, intr. 

recueillir, v. tr. Perdpïo, ïs, 
ce pi, ceptum, cîpëre, tr. 

redoubler, v. tr. Diqdïco, as, Cim, 
âtum, are, tr. Redoublé, diipUcâtus, 
a, um. 

redoutable, adj. Fonnîdôlôsus, 
a, um. 

redouter, v. tr. Formïdo, as, âui, 
atum, are, tr. 

réduire, v. tr. Réduire en cen- 
dres. In cinerem combûro, ïs, ussi, 
ustum, ùrëre, tr. 

réellement, adv. Rê vêrâ, 

réfléchir, v. intr. Dèlîbëro, as, 
âvi, âtum, are, intr. 

réfugier (se), v. réfl. Rëfiïgîo, ïs, 
fùgi, fiigïtum, fiigëre, int. (avec ad 
ou in et l'ace). 

refuser, v. tr. Nëgo, as, âvi, 
âtum, are, tr. — Rejeter. Rèjïcîo, ïs, 
jéci,jectum,jîcëre, tr. — Se refuser 
(à faire). Rëcûso, as, âvi, âtum, are, tr. 

regagner, v. tr. Rëpëto, îs, fui et 
ïi, Itnm, ère, tr. 

regard, s. m. Conspectûs, iis, m. 

regarder, v. tr. Adspïcïo, is,pexi, 
pectum, jàcëre, tr. -- Regarder 
comme. Existïmo, ds, âvi, âtum, 
are, tr. 

région, s. f. Régïo, ônis, f. Terra, 
x,f. 

règle, s. f. Rëgiila, x, f. Lex, 
le gis, f. 

régler, v. tr. Dispôno, ïs, pôsiïi, 
pôsïtum, pônëre, tr. 

règne, s. m. Regmmi, i, n. 

régner, v. intr. Regno, as, âvi, 
âtum, are, iutr. Régner sur, regnare 
in (avec l'ace). 

regorger, v. intr. Abundo, as, 
âvi, âtum, are, intr. (abl.). 

regret, s. m. Pœnïtentïa, x, f. 

reine, s. f. Règîna, x, f. 

rejeter, v. tr. Réjïcïo, îs, jèci, 
jeclum, jïccre, tr. 

rejeton, s. m. Surcidus, i, m. 

réjouir, v. tr. Dëlecto, as, âvi, 
âtum, aie, tr. — Se réjouir de. 



LEXIQLE FRANÇAIS-LATIN. 



31 



Lxtor. (iris, âtus sitm. âri, intr. d-ip. 
(abl.). 

relever, v. t. Augmenter. Augèo, 
es, aitxi. auctum, augcre, tr. 

religion, s. f. B'}lî;/ïo, ônis. f. 

remarquable, afij. Consi.îcuus, 
o. um. Jnsifjitis. e. 

remarquer, v. tr. Conspîcïo, is, 
Sf.exi. spectum. s]i)rère, tr. 

remède, s. m. Rèmèdium, U, n. 

remercier, v. tr. Grâliâs àgo, îs, 
égi. actum. àgère (avec le datif de la 
personne . 

remise, s. f. Faire remise de la 
peine à quelqu'un. Aliquem pœnâ 
libérdre o. as, avi, dtum), tr. 

remords, s. m. Auimi crùciâths, 
i«, m. 

remparts, s. in. pi. Mœnïa, îum, 
D. pi. 

remplir, v. tr. Implèo. es, èvi, 
êtum. ère, tr. Imbiio, îs, i, bûtum, 
biière, tr. — Rempli, plênus, a, um. 

Rèmus. n. pr. m. Frère de Romn- 
lus. Bèmus, i, m. 

renard, s. m. Vulpês, is, f. 

rendre, v. tr. lieddo. is, reddïdi, 
redd'itum, reddère. tr Rendre grâce 
ii quelqu'un, gratias ngere alicui. — 
Rendre service à quelqu'un, be»e- 
ficium alicui dare. — Se rendre 
maître, poliri (av. l'abl.). — Se ren- 
dre a merci, in deJitionem veiiire. — 
Se rendre (dans un lieu), petere, tr. 

renoncer, v. intr. Rècûso, as, âvi, 
nlum. (ire. tr. et intr, (se construit 
avec l'infin.). 

renverser, v. tr. Evcrto, is, i, 
versviii. vertere, tr. 

répandre, v. tr Di/fundo, îs, fûdi, 
fùsum. fiiii'lfre, tr. l'rùpâgo, ds, âvi, 
(Itum. (ire, tr. So rèi)anJre, diffundi, 
(passif). 

réparer, v. tr. lièpcîo, îs, féci, 
fecluiii, ficère, tr. Itèpàro, ds, dci, 
(itum. are, tr. 

repartir, v. intr liespondèo, is, i, 
spoiisinn. spondêre, intr. et tr.. 

repas, s. m. Cibia, i. m. — Repas 
du soir. Ci'iia, a-, (. — Prendre un 
repas, ci6i/»i capere. — Faire un bon 
roiias. laule epulari. 

répondre, v. tr. liespondèo, es, i, 
sponsum. s/icndêre. tr. »'t ii;tr. 

réponse, s. f. Hesponsum, i, n. 

repos, s. m. Qui-^x, ëtis, f. Ottum, 
il, u. 



repousser, v. tr. Propulsa, as, 
dvi. (itum. (ire. tr. 

reprendre, v. intr. Parler de 
nouveau. Hu^cipîo, is, céni, ceptum. 
cîpêre. tr. «t intr. 

représenter, v. tr. Effingo, \s, 
ftnxi. fictum. finyère, tr. — Désigner. 
Désigna, ds. dvi. dium, dre. tr. 

réprimer, v. tr Côercèo, es, û/, 
îtum. l'-re. tr. 

république, s. f. Rês pûblîca, rèi 
pùblicsi-. f 

réputation, s. f. Fdma, x, f. 

résineux, euse. adj. Bêsindcèus. 
o, um. 

résistant, ante, adj. Dùrus, a, 
um. 

résister, v. intr. Résista, îs, 
restiti. rèsistère, intr. (dat.). 

résolu, ue. part, et adj. Pàrdtvs. 
a. um se construit avec l'intin.). 

résoudre, v. tr. Resolva, îs, i. 
sôlûlum. solrère, tr. — Décider. 
Constitito, îs, i, ùtum, itère, tr. (se 
construit avec l'intin.). 

respect, s. m. Rèvèrentîa, x. f. 

respecter, v. tr. Rèvèrèor, éris, 
îtus suni. iri. tr. (K-p. 

respectueux, euse. adj. Rèrè- 
rens, cutis avec ergâ et l'ace). 

respiration, s. f. Spiritiis, ûs, m. 

ressentir, v. tr. Sentîo, is, sensi, 
sensum, sentire, tr. 

ressource, s. f. Opes, um, f. pi. 

restaurer, v. tr. Restîtito, îs. i. 
ùtum, uère, tr. Restaura, ds, dvi, 
dtum, dre, tr. 

reste, s. m. De reste. Rèlîquus. a, 
um. — Le reste de la vie, rèlîqiin 
vita. — Le reste (les autres choses). 
Rèliqua. ôrum, n. pi. 

rester, v. intr. Mànèo, es, mnnsi, 
mansum, màucre, intr. — Séjourner. 
Cammôror, dris, âtus sum, âri, intr. 

restituer, v. tr. Reddo, is, didi, 
dîtum. Une, Ir. 

retenir, v. tr. Inhibèo, es, ùi, 
îtum, ère, tr. 

retentir, v. intr, Persôna, ds, û/". 
îtum, are, intr. 

retirer se), v. tr. Succéda, îs, 
cesst, cessum, cèdère, inir 

retour, s. m Rèdîtits, ùs, m. 

retourner, v. tr. Ver ta. is, i, ver- 
sum, verlère, tr. — intr. Rècertor, 
èris, versus sum, vertt, intr. — S'en 
retourner Abèo, f.î. i/, iluni, ire, 
intr. 

18. 



318 



LEXIQUE FRAiNÇAlS-LATIN. 



retraite, s. f. Bècessûs, m«, m. 

réunir, v. tr. Conjuiu/o, ïs, junxi, 
piHCtum, jitngère, tr. Contràho, is, 
Iraxi, tractiim, trà/ière, tr. — Asso- 
ciei-. ConsÔLÏo, as, âot dtvm, are, tr. 

réussir, v. intr. PrôcéJo. ïs, cessi, 
lesiww, Cfdère, intr. 

réveiller, v. tr. Excïto, as, âvi, 
itum, are, tr. 

revenir, v. intr. Rèdèo, is, u, 
itum. Ire. lulr. — Revenir sur ses 
pas. Rettô redire. 

Rhacocès, nom d'homme. Bha- 
coces, is. 

Rhin, n. pr. m. Fleuve de l'Eu- 
rope. Klièniis, i, m. 

rhinocéros, s. m. Rhinocéros, 
rôtis, m. 

Rhodes, n. pr. Ile de la Médi- 
terranée. Rhôdus, i, f. 

Rhodiens (les), n. pr. m. pi. 
Hahitants de Rhodes. Rliôdii, ôrum, 
m, pi. 

Rhône, n. pr. m. Fleuve de 
France. Rhôdànus, i, m. 

riant, ante. adj. Lxtus, a, um. 
Amœiius, a, vm. 

riche, adj. Diuès, vïtis ; plus 
riche, dîvïtîôr ; très riche, dîvKis- 
sîmus. — Précieux. Prèlîôsus, a, um, 
— Riche en blé, frumenti fèrax, 
râcis. 

richesse, s. f. Fortiinse, àrum, f. 
pi. — Richesses. Dïuïlîas, àrum, f. pi. 
Opes, um, ï. pi. 

rien, pron. indéf. Nîhî!. 

rigueur, s. f. ûûrîtïa, a?, f. 

rigoureux, euse, adj. Dur us. a, 
um. 

Riphées, n. pr. pi. Monts de 
Scytiiie. Rlphxi montes, Rîphseôrum 
montïum, m. pi. 

1. rire. v. intr. Rldèo, es, rîni, 
risui7i. rîdêre, intr. et tr. 

2. rire, s. m. Risiis, ûs, m. 
rivage, s. m. Lltiis {lîttiis), ôris, n. 
rival, aie, adj. .^mûlus, a, um. 
rive, s. f. Ripa, x, f. 
rivière, s. f. Amnis, is, m. 
robuste, ad j.Rôbus tus, a,?/m;plus 

robuste, rôbustior ; très robuste, 
rôbuslissïmus. 

rocher, s. m. Râpés, is, f. 

roi, s. m. Rex, régis, m. 

Romain, aine, adj. Rômâims, a, 
um. — L-'s Romains, liômâni, ôrum, 
m. pi. 



Rome, n. pr. f. Capitale du 

Latiuni, en Italie. Rô'r,a,x, i'. 

Romulus, u. pr. m. Fondateur 
de Rome. Rômiilns, i, m. 

ronce, s. f. Riiùus, i, m. 

ronger, v. tr. Erô.io, îs, rosi, 
rôsnm, rodère, tr. 

rose, s, f. Rôsa, se, f. 

roseau, s. m. Arundo, dtnis, f. 

rossignol, s. m. Luscînïa, x, f. 

rougir, v. ixitr. Ritùèo, es, iii, ère, 
intr. 

rouille, s. f. Rabujo {robigo), gi- 
nis, ï. 

rouler, v. tr. Evoloo, îs, i, volû- 
tum, voloère, tr. 

route, s. f. Via, x, f. 

royal, aie, adj. Rëgïus, a, um. 

royaume, s. m. Regnum, i, n. 

ruine, s. f. Riilna, x, f. — Des- 
truction. Exïtïum, ïi, n. 

ruiner, v. tr. Perdo, îs, dîdi, dï- 
tum, dère, tr. — Ruiné. Perdîtus, a, 
um. 

ruisseau, s. m. Riuus, i, m. — 
Petit ruisseau. Ruhlus, i. m. 

ruse, s. f. Fraiis, fraudis,f.Dôlus, 
i, m. 

rusé, ée, adj. Dôlôsus, a, um. 

rustique, aûj. Rustîcus, a, um. 



sacrifice, s. m. Sàcrîfîcîitm, ïi, n. 
Faire un sacrifice, sàcrîfîcâre, intr. 
(o, as, âui, àtum). 

sacrifier, v. tr. et intr. Immô'o, 
as, âui, âtum, ârp, tr. 

sacrilège, adj. Sàcrllëgus, a, um. 

sagace, adj. Sâgax, gàcis. 

sage, adj. Sapiens, entis. — Vie 
sage. Vita iene morata 

sagement, adv. Sàplentër. 

sagesse, s. f. Sàpientîa, x. 

sain, saine, adj. Sânus, a, um. — 
Sain et sauf. Incôliimis, e. 

saison, s. f. Tempiis, pôris, n. 

salaire, s. m. Mercés, cédis, f. 

Salamine, n. pr. Ile de la mer 
Egée. Salamis, mlnis, f. — De Sala- 
mine. Sàlàmlnîus, o, um. 

salubre, adj. Sàlûbër, bris, bre. 

salutaire, adj. Sàlûtâris, e. 

Samnites, n. pr. m. pi. Samnîtes, 
um et lum. m. pi 

Samos, n. pr. Ile de la mer Egée. 



LRXIQIE FRA.Nr.AlS-LATlN. 



310 



Sàinns. i. t. — De Samos, Sùmitis. 
a. Uni. 

Samothrace. n. pr. Ile d« la mer 
Egée. Sàniôt/iidcia, z. f. 

sanctuaire, s. m. Dêlûbnim, i, n. 

sang. s. in. Snnguis, înis, m. — 
Sang qni coule. Cniàr, ôris, m. 

sanglant, ante. adj. Crùenlus, 
a, um. 

sanglier, s. m. Aper, pri, m. 

sanguinaire, adj. Sanguînàrîus, 
G um. 

sans. f>rép. Sînè (avec l'abl.). — 
•Sans doute. Sine dubiô. — Sans tar- 
ucr (sans retard). 6'(/<e mord. — Sans 
avoir atteint. Xeque attigerant. 

Saône, n. pr. f. Fleuve de la 
Kl an e. Arar ci Aràris, is, m. 

sapin, s. m. Abiês. ètis, f. 

Sardaigne. n. [)r. f. Grande ile 
de la Méditerranée. Sardiuitt. a?, f. 

Sardes, n. pr. Capitale de la 
Lydie. Sardes, îum, f. pi. 

Sarpédon, n. pr. m. Héros de 
Troie. Sdrpêdôn, ônis, m. 

Saturnales, s. f. pi. Fêtes en 
l'honneur de Saturne. Sâturndlia, 
îwn. n. [)1. 

Saturne, n. pr. m. Père de Jupi- 
ter. Snturiius, i, m. 

Satyre, s. m. Demi-dieu. Sdti/- 
n/.«, t, ni. 

sauf, sauve, adj. Sain et sauf. 
S'ilcus. a, um. 

saule, s. m. Sd'ix, Tck, f. 

saut. s. m. Sa/fits, m.«, m. — Fran- 
chir d'un saut. TransUire (<o, is, ù/, 
intr. et tr.;. 

sauter, v. intr. Sàtio, is, ùi, sal- 
tinii. S'iliri-, intr. 

sauterrlle, s-, f. Lôcusla, x, f. 

sauvage, adj. Ar/resli.t,e. — (Rn 
p.nrlanl des animaux i. Férus, n, um. 
13ète .'iauvage. férti. a», f. 

sauver, v. Ir. Servo.ds.dci, ntum, 
ârr. tr. 

savant, ante. adj. Doctus.a, um. 
— Srh'iis, eiitis avec le gén.). 

savoir, v. tr. S'îo, iv, sciviettcîi, 
sciium scire, tr. — Tu no sais pas, es 
inscius (avee lo peu.). 

savoir à . loc. adv. Scincèt. 

Saxons, u. pr. m. pi. Harbares 
de l:i (K-riiKinie. Saxônè.s. um. m. pi. 

scarabée, s. m. ScdràùTus, i, m. 

scélérat, ate, adj. Scèlestus, a. 



science, s. f. Doctrina. y. f. 

Scipion, nom d'une célèhro fa- 
mille de Rome. Sc'tpio, ônis. m. 

sculpter, v. tr. Sculpo, ïs.sculpsi^ 
sculptum, scul/ière, tr. 

sculpteur, s. m. Sculptôr. ôris, m. 

Scythes, n. pr. m. pi. Peuples 
nomades de l'I'.uropc et de l'Asie. 
Sci/t/iêP. drum, n. pi. 

Scythie. n. pr. f. Pavs des Scy- 
the*;. Scyt/'îa. se, f. 

sec. sèche, adj. Siccns, a, um. 

sécher, v. tr. Sicco, as, doi. dlum, 
dre. tr. 

second, onde. adj. Sècundus, a, 
uy». 

secouer, v. tr. Conciitio. ts, citssi, 
cussum, ciKère, tr. 

secourir, v. tr. OpUiilor, â^is, 
dtus sum. dri, intr. dt^p. (dat.). 

secours, s. m. AuxUium. îi, n. — 
Porter secours, ferre auxiliu7n. 

secte, s. f. Sc/iàla. pp. f. 

séditieux, euse. adj. Sèdiûôsus, 
a. um. 

Seine, n. pr. f. Fleuve de France. 
Séf/iiàna, ,r, m. 

séjourner, v. intr. Rëmùnèo, es, 
7nansi. mansum, mdnère, intr. 

semblable, &dj,Sîmîlis,e (superl. 
similt'imus). 

sembler, v. intr. Vîdèor, êris, 
visas siim, vidéri (passif de video). 

semer, v. tr. Sèro, is,sih'i, sàinm, 

si'rrre, tr. 

sénat, s. m. Sènâliis, ùs. m. 

sénateur, s. m. Sèndtùr, ôris, m. 

sens. s. u). Sensits. ûs, m. — Bon 
sens. Uona fiiens, bouse mentis, f. 

sensé, ée, adj. Sapiens, ends. 

sentence, s. f. Sentenlia, se. f. 

sentir, v. tr. Senf'io, is, sen.\i, sen- 
suni, sentire. tr. — intr. dlrn, es. mi", 
ère, intr. Sentir mauvais, ma/e o/<,Te. 

séparer, v. tr. Diohio, is, vitt, 
visniu. vidère, tr. Sêjuuyo,i<. junrt, 
junrtum, jwgrrc. tr. — Rompre 
I accord. Dissùcio. ds, dvi, dtum, drf, 
tr. 

sept, iiom de nombre. Seplem — 
(Pour S('[itièmo'i. St-plhnus, ", um. 

septentrional, aie. adj. Srpien- 
trittnalis. e. 

septième, rdj. Septïmus, a. um. 

Sèquanals 'les'. n.pr. pi. Peuple 
(le 1,1 (j.iuli-. S<'i^u(ini, nrum, m. pi. 

serein, eine. adj. Sèr^nux, a, um. 



320 



LEXIQUE FRANCAIS-LATlN. 



serment, s. m. Jûs jûrandum, 
jùrisjûrandi, n. 

serpent, s. m. Se7'pens, entis, m. 
etf. 

servante, s. f. Ancilla, a?, f, 

service, s. m. AJùnùs, nèris, n. — 
Service militaire. Milîtïa, a?, f. 

servir, v. tr. AJïnistro, as, âvi, 
dtum, are, tr. — intr. Être utile. 
Prosum, prôdës, prôfui, prôdei-se, 
intr, — Se servir de. Utor, êrù, 
ùsus suyn, ii/i, intr. dép. (abl.). 

serviteur, s. m. Fàmûlus, i, m. 

servitude, s. f. Servïtûs, ûtis, f. 

Servius (Tullius), n. pr. m. 
Sixième roi de Rome. Sefvhis, ïi, m. 

seul, 6, adj. Sôlus, a, um. — (Un) 
seul. Unus, a. inn. 

seulement, adv. Tantum, qui se 
met après le mot sur lequel porte 
seulement. — Non seulement..., mais 
encore. Non tantnm..., sed etiam. 

sévère, adj. Sèoérus, a, um. 

sévèrement, adv. Sëvêrê. 

1. si, adv. Tellement. Tarn. — Si 
grand, tuntus, «, um. — Gomme si. 
Quàsi. 

2. si, adv. d'interrog. N.um. 

3. si, conj. Si. — Si ne pas, wîsL 
Sicile, n. pr f. Ile de la Médi- 
terranée. SïciUa, a?, f. 

siège, s. m. Investissement d'une 
ville. Obsidîo, ôuis, f. 

sien, sienne, adj. Siïus, a, um. — 
Les siens. Sid, ôrum, m. pi. 

signifier, v. tr. Signïfïco, ds, âvi, 
âtum, are, tr. 

silence, s. m. Silenlïum, ïi, n. 

Silène, n. pr. m. Père nourricier 
de Bacchus. Sllênus, i, m. 

sillon, s. n, Sulcus, i, m, 

sillonner, v. tr. Sulco, as, âoi, 
âtum, are, tr. 

simple, adj. Simplex, plïcis. — 
Vêtement simple. Vestis sine ornatu. 
— Simple particulier. Prîvâlus,i, m. 

sincèrement, adv. Sincère. 

sinon, conj. Sin mhiiis. 

Sinope, n, pr. Ville d'Asie Mi- 
neure, sur le Pont-Kuxin. Sïnôpa, 
s;, f. — De Sinope, S'môpensis, e. 

situation, s. f. Sïtiis, ûs, m, 

situé, ée, adj. SïtKS, a, um. 

six, nom de nombre. Sex. — Six 
fois. Sexiês. 

sixième, adj. Sextns, a, um. 

sobre, adj. Sôhrïus, a, um. 



sobriété, s. f. Sôbriëtâs, àtis, f. 

société, s. t. Sôcîètâs, âtis, f. 

Socrate, n. pr. m. Philosophe 
athénien. Sôcràtês, is, m. 

sœur, s. f. Sôràr, ôris, f. 

soi, pron, réfl. Sia\ sîbi, se. 

soif, s. f. Sîtis, is, f. 

soigner, v. tr. Cùro, as, âoi, 
âtum, are, tr. — Do opernm (avec lo 
régime indirect au datif). 

soigneusement, adv. Accurâté. 

soin, s. m. Cura, se, f. Opéra, a?, f. 

Voir SOIGNER. 

soir, s. m. Vespèr, péris, m. Du 
soir, vespertînus, a, um. 

soixante, nom de nombre. Sexâ- 
gintâ. — Soixante-dix. Septùàgintà. 

sol. s. m. Sôlum, i, n. 

soldat, s. m. Mlles, lïtis, m. 

soleil, s. m. Soi, sôlis, m. 

solennel, elle, adj. Sollenuis, e. 

solide, adj. Firmus, a, um. 

solitaire, adj. Sôlitârîus,a, um. 

solitude, s. f. SôlUûdo, inis, f. 

.Selon, n. pr. m. Législateur 
d'Athènes. Sôlôn, ôin's, m. 

sommairement, adv. Summâlim. 

sommeil, s. m. Sumnus, i, m. 

sommet, s. m. Yertex, tîcis,vn. 

somptueux, euse, adj. Splendi- 
dus, a, um. 

i. son, sa, adj. poss. Slius, a, um. 

2. son, s. m, Sônus, i, m. Sônïlûs, 
ûs, m. 

sonder, v. tr. Pertento, as, âvi, 
âtum, are, tr. 

sort, s. m. Sors sortis, f. 

sorte, s. f. Gënus, nèris, n. 

sortie, s. f. (En parlant d'une 
arme assiégée.) Eruptio, ônis, f. 
Faire une sortie, eruptionem tentare. 

sortir, v. tr. Exèo, îs, ïi, îtum,ire, 
intr. ^- Sortir impétueusement. 
Erumpo, ïs, rûpi, ruptum, rumpère, 
intr. — Sorti (de la Macédoine), 
ôrîundus, a, um. 

sot, sotte, adj. Stnltus, a, um. 

sottement, adv Stultè. 

souci, s. m. Cura, a?, f. .^grï- 
tûdo, dlnis, f. 

soudain, aine, adj, Sùbîtus, a, 
um. — Adv. SiibUo. 

souffle, s. m. Flâtiis,ûs, m. 

souffler, V. intr. et tr. Fia, as, 
âni. fîtiim, are, intr. et tr. 

souffiir.v. tr. et in[i\ Pàtior,êris, 



LEXIQUE FIIAN(:.\IS-LATI.\. 



321 



pasius s'ini. piili. tr. dép. — Làbôro, 
ds. âvi. àtuni, are, iiitr. (ab!.). 

souhait, s. in. Vôtum, i", n. 

souliaiter. v. tr. Opto, as, dvi, 
dtum. are. tr. 

soulager, v. tr. Lèvo. ds, dvii 
dtum. are. tr. — ï>oulager (les mal- 
heureux,. OjAtnlor. dri$, dtus suvi, 
àri. intr. dop. (diit.). 

soumettre, v, tr. Siibigo, îs, ê'ji, 
actum, ifjère, tr. 

souple, adj. Flexibîlis, e. —Rusé, 
Versûtus. a, um. 

source, s. t. Fous, fou lis, m. 
Origo. ghiis. f. Prendre sa source, 
ôrïri (avec ab et l'abl.). 

sous. prép. Siib; în (avec l'ace, à 
la question quo; av. l'abl. à la ques- 
tion uhi;. 

soutenir, v. tr. Siistinèo, es, ùi, 
tent>nn. tinêre, tr. 

souvenir, s. m. Mèmôrîa, se, f, 

souvenir iseï, v, réfl. Mèmini, 
is<tc. iK-t'cci. 

" souvent, adv. Sxpè; trop sou- 
vent, SSPp}U<!. 

souverain, s ni. Dômindtôr, ôris, 
m. Jtrx. ri'f/ii. m. 

spacieux, euse, adj. Spàtîôsus, 
n. iDii. 

Sparte, n. nr. Ville célèbre du 
Pèloponèsc Spnrtn, !e, f. — De 
Sparte. Spartinm^. a. uni. 

Spartiates les, n. |)r. m. pi. 
Habitants de Sparte. Spartiate, 
drum. m. pi. — Uu Spartiate. Spar- 
tiates. ,r. m. 

spectacle, s. m. Spcctdcùlum, i, n. 

spectateur, s. m. Sptctdlôr, ôris, 
m. 

statue, s. i. Stùliio. x, i. 

studieux, euse. adj. Slitdiôsits, a, 
un:. 

subir. V tr. Snbèo, is, U, ïre, tr. 
— ï<ubir un cbtUinient, /*a»«a4 lùo{is, 
i, ère. tr,), 

subit, ite. adj. Siibllus, a, um, 
fièpentinus a. um. 

subordonné, ée, adj, Obnoxhis, 
a, uni ((Int. . 

subsistance, s. f. Viclùs, ùs, m. 

suc. s. m. Succus (sucus), i, m. 

succéder, v, intr. Succéda, îs, 
cessi, crssunt, cêdèrf, intr. 

succès, s. m. Successùs, ûs, m. — 
A\ .'c succès, frUrîièr. Avec tant do 
succès, tant féliciter 



succomber, v. intr. Càdo, îs, 
ceci II, cdsum, càdère, intr. 

suite, s. f. Dans la suite. Poslcâ. 
— Tout de suite, Confestim. 

suivre, v. tr. Sèquor, èris, sècûtus 
sum, sè'/ui. tr dép. 

1. sujet, jette, adj. Obnoxïus, a, 
uni. 

i. sujets, s. m. pi. Parentes (part, 
de pârt'-o. obéir), 

SuUa, n. pr. m, Romain célèbre, 
Sulln. ,T. m. 

superbe, adj. Sùperbus, a. um. — 
Magn'ipcus. a. um. — Tarquia le 
Superbe. Tarquiniits Superbus. 

supérieur, eure. adj. Siipèrîo-, 
lus. — Prsestuns, antis. 

supplice, s. m. Suppticîum. îi, n. 

supportable, adj. Tùlèrdbilis, e. 

supporter, v ir. Sustinèo, es. ùi, 
tenlunt, tinêre, tr. — Soutl'rir. Fera, 
fers, tiili, Idtum, ferre, tr. — En- 
durer, Tôlèro, ds, âvi, dtum, dre, tr, 

suprême, adj, Sùprèmiis, a, um. 

sur. prcp. Sitpèr ; în (av. Tacc. à 
la question quo; avec 1 abl. à la 
question ubi). — Sur terre et sur 
mer. terra marigue. — Sur-le-champ, 
Uîcô (illico). 

sûr. sûre, adj. Tùtus, a, um. — 
Certaiu. Cerlus. a. uni. 

sûrement, adv. Cerlô. 

surnom, s. m.Cognômèii,mînis, n. 

surnommer, v. tr, Cugnôniîno, 
ds, dvi, dtum, dre, tr. — Surnommé, 
cognôminatus, a, uni. 

surpasser, v. tr. Siipèro, as, âvi, 
àtum, dre, tr. 

surprendre, v. tr. Dèprèhendo, 
ts. i. Iien\u r, /wnilère, tr, — Opprimo, 
is, pressi. prfssum. prinière, tr, 

sursis, s. n\. Dildtîo, ônis, f. 
Mûr I. .T. i. 

surtout, adv. Iniprimis{iii prîmîs). 

survenir, v, intr. Supervènio, is, 
vêni. vi'iitum, vônire, intr, 

survivre, v. intr, Siipersum, es, 
fui, esse, intr, (dat,), 

susciter, v. tr. Pàrîo, îs, pèpèri, 
partum. parère, tr. 

suspect, ecte, adj. Suspectas, n. 
um. — Devenir suspect, i;i su^picionem 
venir»'. 

Syracuse, n. pr. Ville principale 
de ."^icil*. Sijrdrùs.r, drum, f. pi. 

Syrie, n. pr. f. Contrée de l'Asie. 
S y ri a, a-, f. 



322 



LEXIQUE FRANCAlS-LATIN. 



table, s. f. Tâhiila, «, f. - Table 
à manger. Mensa, «, f. 

Tacite, n. pr. _m. Historien 
romain. Tâcitus. î, m'. 

taille, s. f. Stâtùra, », f. 
_ tailler, v. tr. Ampûto, as, âui, 
ititm, are, tr. — Tailler .en pièces. 
l'rôfUyo, as, âoi, dtiim, àrè, tr. 

taillis, s. m. Csedua siloa, cseiluas 
s Huas, f. 

taire (sel. v. réfl. Tacèo, es, id, 
ilinn, ëre, intr. 

talent, s. m. Inqënhim, %>, n. — 
Ars, artis, f. — Talents naturels. 
Ingenii dotes {dos, dôtis, f.). 

Tanaïs, n. pr. m. Fleuve de Sar- 
matie, auj. le Don . Tânàis, is ou 
ïdis, m. 

tandis que, couj. Dam (av. l'in- 
dic.). 

tant, adv. Tarn. — Si nombreux. 
Tôt ou tant multi. 

tard, adv. Sera. — Plus tard. 
Postèrius. 

tarder, v. intr. Môror, âris, dtus 
sutn, âri, intr. dép. 

Tarente, n. pr. Ville d"Italie. 
Tarent um, i, n. 

Tarquin, nom de deux rois de 
Rome. Turquïnîus, ïi, m. 

taureau, s. m. Taums, i, m. 

te, pron. Voir tu. 

tel. telle, adj. Tâlis, e. Hic, hmc, 
hôc. 

Télamon, n. pr. m. Père d'Ajax. 
Tèiàmôii. ônis, m. 

tellement, adv. Adëô. 

témérité, s. f. Tèmèrttâs, âtis, f. 

témoignage, s. m. Testlmôiûum, 
ïi, n. 

témoigner, v. intr. Tester, âris, 
âtui sum, dri, tr. dép. —Testimonium, 
dicere {de avec l'abl.). 

témoin, s m. Testis, is, m. 

tempérance, s. f. Tempérantîa, 
¥, f. 

tempérant, ante, adj. Tempè- 
t'aits, antis, adj. 

tempérer, v. tr. Te7nfëro, ds, 
(ivi. (Uum. are, tr. 

tempête, s. f. Tempestâs, âtis, f . 

temple, s. m. Templum, i, n. 

temps, s. m. Temniis, pôris, n. 
— Temps de la vie. AiJtâs, âtis, f. — 



En même temps, simiil. — Long- 
temps, dïù. 

i. tendre, adj. Tènër, êra, èrinn. 

2. tendre, v. tr. Tendre des em- 
bûches à quelqu'un. Insidias parare 
alir.ui. 

ténébreux, euse, adj. Câlïgî- 
nôsus, a, um. 

tenir, v. tr. Tènëo, es, ûi, tentum, 
tènêre, tr. — Tenir en prison, in cus- 
todid retinére. — Se tenir debout, 
tenir bon. Sto, stâs, stëti, stàtum, 
stdre, intr. 

tenter, v. tr. Tento, as, âvi, âtum, 
are, tr. 

ternie, s. m. l'ermhius, i, m. — 
Finis, is, m. 

terminer, v. tr. Confïcïo, ïs, fêci-, 
feclLim, f'ïcère, tr. 

terrain, s. m. Lôcus, i, m. 

terrasse, s. f. Agyèr, ëris, m. 

terre, s. '. Terra, se, f. — Champ. 
Agër, gri, m. — Globe terrestre. 
Orbis terrarum. — (Armée) de terre. 
Terres ter ou terres tris, is, e. 

terrible, adj. Terrïbîlis,is e. 

territoire, s. ra. Ager, gri, m. — 
Fines, ïum, m. pi. 

Tessin, n. pr. m. Affluent du Pô. 
Tlcînus, i, ni. 

tête, s. f. Càpiit, pitis, n. — Mettre 
à la tête de l'armée. Exercituï prx- 
ficëre, tr. 

teter, v. — 1. tr. Tetcr sa mère. 
Matris mammam siigo {îs, suxi, suc- 
tum, sùgère, tr.). — 2. intr. Lacté 
àli. 

Tencer, n. pr. Teucêr, cri, m. 

théâtre, s. m. Thëâlrum, i, n. 

Thébains,u pr. m. pi. Habitants 
de Thèhes en Béotie. Thèbàni, ôrum, 
m. pi. 

Thèbes,n. pr.— 1. Ville d'Egypte. 
— 2. ViKe de Béotie. T/iêbse,àrunt. 
f. pi. 

Thémistocle, n. pr. m. Célèbre 
général athénien. Thëmistôclês, is, 
m. 

Thermopyles, n. pr. Défilé du 
mont Œta. Thermôpylx, ârum, f. pi. 

Thessalie. n. pr f. Contrée delà 
Grèce. Thessâtïa, se, f. 

Thrace. n. pr. f. Contrée au nord 
de la Grèce. Thrâcia, se, f. — De 
Thrace. Thrdcîus, a, um. 

Tibère, n. pr. m. Empereur ro- 
main. Tlbèrïus, ïi, m. 



I-FAIOIT. FnANCAIS-LATlN. 



323 



Tiberius Gi-acchus . n. pr. in. 
Tib^rïus. ii. u\. 

tiède, afij. Tèphlus, a, ton. 

tien, tienne, adj. poss. Titus, a, 
um. 

timide, aij. TimîJus, a, um. 

Tiraolèon. n. p. m. Général Co- 
rintliiea. Timôlèon. ontis. m. 

tirer, v. tr. Kxci/no, is, cèpi, cep- 
(um. tî;.ére, tr. — Tirer (le feu) de. 
Elïào. is. iii, itum, ère, tr. (av.^j; et 
l'abl. . — Tirer (son nom). Trà/io. 
jç, trûxi\ tractwn, tvàfière. tr. — Tirer 

Frotit de. Frucluin ca/Ao ex (av. 
abl.). — Se tirer «l'un danger). 
Ecâdo. ïs, vâsi, vnsum. vâdère. iutr. 

tisser, v. tr. Texo, ïs, ùi, texiim. 
texère, tr. 

Titans (les), n. pr. m. pi. Fils 
d'Uranus et de la Terre. Titanes, 
um. n;. pi. 

Tite-Live, n. pr. m. Historien 
latin. Tiens Livîus, T'tti Lnîi, m. 

Titus, n. pr. ni. Empereur romain. 
Titus, j. m. 

toi. pron. Voir tc. 

toit. s. m. Tectum. i, n. 

tomber, v. intr. Décido, ïs, j. ère, 
intr. — 'En parlant d'un dcuve). 
Dêcurro. is, i, cursum, currère, iutr, 

— Glisser. Lâbor, èris, lapsus suia. 
lâbi. intr. dép. 

ton. ta. adj. poss. Tims, a, um. 

tondre, v. tr. Tondèo, es, tôtondi, 
tonsum tomlêre, tr. 

tonnerre, s. m. Tônîlriis, ùs, m., 
et tôiùtraum, i, n. 

torrent, s. m. -Torrens, entis, m. 

tort <&.!, adv. Immèrîtô. 

1. toucher, v. tr. — 1. Tango, îs, 
tèliyi. t'irtinn, tongère, tr. — 2. Emou- 
voir. Mùcèo, es. 7)iô'i, ntôlum, wcî- 
ri'-re, tr. — 3. Etre situé auprès. 
Adjncèo, es, ère, (avec ad. et l'ace). 

— 4. Se ra[)porter a. Periînèo, es, 
ù;, ère, intr. 

2. toucher, s. m. Tacliis, ùs,m. 
touffu, ue, adj. Deusus, a, um. 
toujours, adv. Se-npèr. — Pour 

toujours. In perpetuinn. 

tourment, s. in. Criiciàtns, u*. — 
Inquiétude. ,Sollicitùdo, dmis, f. 

tourmenter, v. tr. Criicto, â<. 
àui, liluiii. iirr, tr. Vexo, as, noi, âtum, 
lire, Ir. — Tourmoiité. Vexàtus, a, 
uni. 

tout, 6. — 1. adj. Au sing. Om- 
un. t. — (Tout entier). Tôtus, a, um. 



— 2. Au jdur. Tous, toutes. Omnês, 
l'i. — 3. Tout (toutes choses). Om- 
ii'ia, ïum, n. pi. — 4. Tout ce que. 
Quidfjnid. — 5. Tout à conii. Rèpentè- 

— 6. Tout à fa«t. Omniitô. 
trace, s. f. Vestîgium, H. n. 
tracer, v. tr. Dfscrîbo, is. scrip^i. 

scri/itum, scribèrc. tr. — Tracé, des- 
criptus, a, um. 
trafic, s. m. .Vercâtiis. ùs. m. 
trahir, v. tr. Prndn, is, didi. dï- 
tuni, dère, tr. — Ne pas seconder. 
Falto, is, fèfelii. falsnm, f altère, tr. 
trahison, s. 1. Prôditïo, ônis, f. 
train, s. m. Les voilà en train de 
I boire. Jam bibunt. 

traîner, v. tr. Rapto. as, àvi, 
! âtum, àrf, tr. 

traité, s. m. Fœdits, dèris, n. 
traitement, s. m. Cùrâi'to. ônis. f. 
' traiter, v. tr. Hàbèo, es. w. ïtum, 
ère, tr. — Traiter en amis. Hubere 
pro amicis. 
traître, s. m. Prôditôr, ôris, m. 
tramer, v. tr. Màchïnor, âris, 
âtus. sum. àri. tr. dej). 
tranquille, adj. Sècûrus, a. um 
tranquillement, adv. Sêcùré. 
transporter, v. tr. Transporta. 
ds, dci. àtun). dre. tr. 

Trasimène, n. pr. m. Lac d'Ita- 
lie. Tràs'imênus, i, m. 

travail, s. m. Làbôr, ôris, m. 
Opéra, s, t". 

V. intr Làbôro, as. 
intr. 

prép Pèr (ace). 
n. pr. m. .\t'riuent du 
m. 



nom de nombre. Trèdè- 
intr. Trènio, îs, eu', 



travailler, 

àvi, âtutn. dre, 

travers à 

Trébie la 
Pô. Trèbîa, s, 

treize, 

Cl»l. 

trembler. 
èrr, intr. 

trente, nom do nombre. Tri- 
ginta. 

trésor, s. m. T/iésaurus, », m. — 
Richesses. Dic'it'iae, ârum, f. pi. 

tribunal, s. m. Tribunal, dlis, n 

triompher, v. intr.Vi/jco, îs, vici, 
victuw. vincère, tr. 

triste, adj. Tnstis, e. 

Troie, n. pr. f. Capitale de la 
Troado. Trôja. r, {. — Do Troie. 
Trôjdnus, n, uni. 

trois, nom de nombre. Trrs. tria. 
— Tioi.sièine. Tertius, a, um, 

troisième, adj. Tertius, a, um. 



324 



LEXIQUE FRANCAIS-LATIN. 



tromper, v. tr. Folio, i5, fèftlli, 
fdixloyi, fallère, tr. Dêcipïo, is, cepi, 
ceptiwi, cïpère, tr. 

trompette, s. f. Tuba, se, f. 

trompeur, euse, adj. Dôlôsus, a, 
um. Fallax, âcis. 

tronc, s. m. Truncus, i, m. 

trône, s. m. Sôlîum, îi, n. — 
Roj^auté. Regnum, i, n. 

trop, adv. Nïmïs. 

Tros, n. pr. m. Roi de Phrygie. 
Trôs, 6 if, m. 

troubler, v, tr. Turbo, as, âvi, 
âtum, are, tr. — Troubler l'eau, tur- 
bulentam facere aquam. 

troupe, s. f. Turba, se, f. — Troupe 
armée. Exercitùs, ùs, m. — Troupes. 
Copise, ârum, f. pi. 

troupeau, s, m. Grex, grëgis, m. 

trouver, v. tr. InvènïQ, îs, vëni, 
ventum, vènlre, tr. Rëpërîo, îs, re- 
pèri, rëpertum, rëpërîre, tr. — Re- 
garder comme. Existïmo, as, âvi, 
âtum, are, tr. — Se trouver avec. 
Conversor, âris, âtus, sum, âri, intr. 
dép. (se construit avec cum et 
l'abl.). 

Troyen, enne, adj. Trôjânus, a, 
um. — Les Troyens. Trojânl, ôrum, 
m. pi. 

tu, toi, te, pron. pers Tû, tûî, 
ûbi, të. 

tuer, V. tr. Occîdo, ïs, i, cîsum, 
cldére, tr. Interficïo, Js, feci, fectum, 
ficère, tr. 

tuile, s. f. Tëgûln, se, f. 

Tullianum, n. pr. Prison de 
Rome. TuUïânum, i, n. 

Tullius (Servius), n. pr. m. 
kSisièmerci de Rome. Tullïus, îi, m. 

Tullus (Hostilius), n. pr. m. 
Troisième roi de Rome. Tullus, i, m. 

Tyr, n. pr. Ville de Phénicie. 
Tf/rus, 7, f. 
■ tyran, s. m. Tyrannus, i, m. 

tyrannie, s. f. Tyrannis, idis, f. 



u 



Ulysse, n. pr, m. Héros du siège 
de Troie. Ulixës, is, m. 
un, une, adj. indéf. Unus, a, um. 

— Les uns.... les autres, àlii.... àln. 

— L'un et l'autre, ùterquë, utrâquë, 
utrumquë. — Ni l'un ni l'autre. Neu- 
tèr, tra, (um. 

lini ie, adj. Conjunctus, a, uni. — 
(Terrain) uni. Plâii'us,a, vmLënis.e. 



I unir, V. tr. Covjungo, ïs, junxi, 
jui\ctam. jur.gêre, t'y. 

univers, s. m. Or bis terrarum, m. 

Uranus, n. pr. Père de Saturne. 
Uràtius, i, m. 

user, V. intr. Se servir de. Utor, 
èris, ùsiis sum, ûti (avec l'abl.). 

utile, adj. Utilis, ^e. Très utile, 
utïlissimus, a, um. — Être utile. Prô- 
SU771, prôdës, prôfûi, prôdesse, intr. 
(dat.). 

utilité, s. f. UlUitâs, âtis, f. 



vacances, s. f. pi. Fërlse, ârum, 
f.pL 

vache, s. f. Vacca, se, f. 

vaillamment, adv. Fortîtër. 

vain, vaine, adj. Vânus, a, um. — 
En vain, frustra. 

vaincre, v. tr. Vinco, îs, vici, 
victuni, vinc.ëre, tr. 

vainqueur, s. m. Victor, ôris, m. 

vaisseau, s. m. Nâvis. is. f. — 
Capitaine de vaisseau. A^auarchus, 
i, m. 

valeur, s. f. Fortïtùdo, dhiis, f. 

vallée, s. f. Vallis, is, f. 

vanter, v. tr. Lnudo, as, âvi, 
âtum, are, tr. 

varié, ée, adj. Vdrïus', a, um. 

Varron, n. pr. m. Général en 
chef des Romains à la bataille de 
Cannes. Varro, ônis, m. 

vaste, adj. Vastus, a, um. 

vautour, s. m. Vultiir, taris, m. 

veille, s. f. VïgUïa, se, f. • 

veiller, v. intr. Vïgïlo, as, âoi, 
âtum, are, intr. — Veiller sur. Lwi' 
gilo, intr. (dat.). 

veine, s. f. Vëna, se. f. 

vénéneux, euse, adj. Vë/tënâtus, 
a, um. 

vénérer, v. tr. Vënëror, âris, 
âtus sum, âri, tr. dép. 

venger, v. tr. Ulciscor, ëris, ultus 
sum, ulcisci, tr. dép. — Se venger de. 
Ulciscor. 

venir, v. intr. Vënlo, îs, vëni,- 
ventum,. vënîre, intr. — Faire venir. 
Accîo, is, ît)i, îtum, îre, tr. 

vent, s. m. Vent us, i, m. 

Vénus, n. pr. f. Déesse do la 
beauté. Venus, nëris, f. 

Vexcingétorix, n.pr. m. Defeu- 



LEXIQIE FRAX \IS-LATIN, 



325 



seur de la Gaule contre César. Ver- 
cingètôrix, ngis. m. 

verdir, v. intr. Vîrèo, es, ù», ère, 
intr. 

verger, «.m. Pômârïum, ». n. 

véritable, adj. Vgrus, a. um. 

vérité, s. f. Veritas, àtis. f. — Le 
vrai. Vcr)nyi, i. n. 

' Veirès. n. pr. m. Préteur romain 
en Sicile, famfux par ses exactions. 
Verres, is. ni. 

1, vers, prëp. Ad (avec l'ace). 

2. vers. s. m. Versus, Os, m. 
versé, ée. adj. Versé dans l'art 

militaire. l'rùdt>ns rei militaris. 

verser, v. tr. Fundo, is, fwii, 
fùsum. fuhdèri-, tr. — Versera boire. 
Mïnistro. < «, à •/, âtum, are, tr. 

vert, te, adj. V'irïdis. e. 

vertu, s. f. Virtûs, ûtis, f. 

vertueux, euse, adj. Virtute 
prxiiitus. a. inn. — Prôbus, a, um. 

Vespasien. n. pr. m. Empereur 
romain. Vespàsiânus, i, m. 

Vésuve, n. pr. m. Montagne et 
volcan^d'It.ilie. Vësiioîus, H, m. 

vêtement. <». m. Vesiis, is, f. 

vétéran, s. m. Vètèrânus, i. m. 
(ordinaire-mont au plur.j. 

viande, s. f. Càro, camis. f. 

vice, s. m. VHînm, îi, n. 

victoire, s. l". Vtdôria. s. i. 

vide. adj. Vontus. a, urn. 

vie. s. f. Vîtn. X. f. 

vieillard, s. m. Sènex. sènis. m. 

vieillesse, s. f. Senrclûs. ûtis. f. 

vieux, vieille, adj. V/'/«*, tèiis. 

vif. vive. adj. Acèr, cris, cre. — 
Emporté. Irdcuudus. n, um. 

vigilance s. f. DVîgentia, x, f. 

vigilant, ante, .adj. DiRgens. 
enti<:. 
vigne, s. f. Vtti^. is, f. 
vignoble, s. f". \i>,én. x. (. 
vigoureux euse. ndj. Rôbnstus, 

a ton. 

vigveur s. f. Vis. vis. f. 

vil, vile, iidj, Vifis. e. Vil prix, 
f rvtirii prcliiim. 

village, s. m. Pdgus. i, m. 

ville s. f. Urlfs, urbis. Cintds, 
âtis.f. - Pface de guerre. Oppîdum. 
i, n. 

vin, s. m. Vinum, i, n. 

vingt, nom de nombre. Vîgintï. 

r:\inr. L,*T. Ct.-DI fi" KT 5*. 



! Violence, s. f. Vis, vis, f. — 
1 Sxi-iliri. X. f. 

! vioîent. ente. adj. Vèfiémens, 
entis. Sa'viis, a. um. 
violette, s. f. Vtdla. x. f. 
Virgile, n. pr. m. Poète latin. 
Virgilhis, îi, m. 

visiter, v. tr. Inviso, it, i, um, 
ère. tr. 

vite, adv. Cèlêrîtèr. Plus vite, 
cèlèrîùs. 

Vitellius, n. pr. m. Empereur 
romain. Vitel/îus. ii. m. 

vivant, ante, adj. Vivus, «, um, 

vivre, v. intr. Vîvo. îs. vixi. vic- 
tum. vivère, iutr. 

vœu. s. m. Vôtutn. i, n. 

voie. s. f. Via. x. f. 

voilà, adv. Eccè (nomin. ou ace). 

voir, V. tr. Vidéo, es, vîdi, vlsum, 
vïdére. tr. 

voisin. Ine, adj. Vicinus, a, 
um. Proxïmus a, um' (dat.). — Une 
voisine. Vicina, x, f. — Le.s voisins 
(habitants limitrophes). Fhiitîmi, 
ôrum, m. pi. 

voix, s. f. Vox. vôcis, f. 

1. vol. s. m. Vol des oiseaux. 
Vôldtus. ûs. m. 

2. vol, s. m. Action de dérober, 
Furtum. i. n. 

1. voler, V. intr. Fendre les airs. 
Vôlo. as. âvi. âtum, are, intr. — 
Courir très vite. Aduôlo, intr. Prô- 
pèro. as, âvi, âtum. are. intr. 

2. voler, v. tr. Dérober, prendre. 
Fûror. âris. âtus snm. dri, tr. dép. 
lia/i'io. is. iii. tum. ère. tr. 

voleur, s. m. Fur, fûris, m. — 
Bri<:.Tnd. Làt<-o. ôuis, m. 

volonté, s. f. Vàluntds. àtis. f. 

Vosges, n. pr. pi. Chaîne de 
montagnes on France. Vôsègus. i, 
m. — Cliaine dos Vosges, .\fons 
Vosegus. 

votre, adj. poss. Vestv, tm, 
(rum. — .Pour ton. tien. Tuus. a. 
um.) 

vouloir, v. tr. Vôlo. vis, vôlùi, 
telle, tr et intr, 

vous. pron. pers. Vos, vestrum, 
voMs. — Pour Toi. Tù. liti, tlbi. tè.) 

voûte, 9. f. Voûte céleste. Cxli 
cou vexa, conoexôrum, u. pi. 

voyage, s m. Iter, Uïuèris, n. 

voyager, v. intr. /ter, fàclo. îs, 
féci. l'ticfum, fdcire, tr. — Voyager 

19 



8^6 



LEXIQUE FBANCAlS-LATm. 



en pays étrangers. Pèrêgrhwr, âris, 
atus sum, art, intr. 

voyageur, s. m. Vïâfôr, ôris, m. — 
Oiseau voyageur. Volucris pei^egrina. 

vrai. e. adj. Vêrus, a, um, adj. — 
Le vrai. Vérum. i, n. 

vraiment, ad V. Vêrê. 

vue, s. f. Vf.fw.v, lis, m. 

Vulcain, n. pr. m. Dieu du feu. 
Yulcanns, i, m. 



Xanthos, n. pr. Fleuve de Lycie. 
Xant/iôs et Xanthiis, i, m. 

Xerxès, n. pr. m. Roi de Perse. 
Xerxês, is, m. 



Y, adv. Ibi (question ubï). — Eô 
(question quo). 
"Yeux. Voir Œil. 



Zama, n. pr. Ville de Numidie 
Zàma, se, f. 

zélé, ée, aA'y Sédûlus, a,um. 

zéphire, s. m. Zëphyrus, i, m. 

Zeuxis, n. pr. m. Peintre grec. 
Zeuxis. ifiis, m. 



TABLE DES MATIERES 



Préface 

Notions préliminaires. 



etudp: des formes 



Chapitrk i'Rkmikr. — Le sub- 
stantif et 1 adjectif. — Dé- 
clinaisons 



Première décliiiaisoii 
Deuxième — 
Troisième — 
Quatrième — 
Cinquième — 



Chapitre II. —L'adjectif ... 71 

Degrés de signiûcation. Le 

comparatif et le superlatif. 77 

Chapitre IN. — Les noms de 

nombre ST 

Chapitre IV. — Les pronoms. 
— Les adjectifs pronomi- 
naux 91 

I. Pronoms personnels.. .. 91 

II. Adjectifs possessifs 93 

m Pronoms dénionslratifs.. . 95 

IV. Pronoms relatifs 99 

V. Pronoms inlerrogatifs 102 

VI Pronoms iiidelinis 102 

Chapitre V. — La verbe 106 

Verl)P Bum et S:'< composes. 106 

Voix active. 

Première conjugaison 110 

Deuxième — 111 

Troisième Cunjngaitbn vcilic 

lego) 112 

Troisième conjugaison |\crlio 

capio) 115 

Quatrième ronjug.iison 118 

Observations sur l'emploi des 
temps et des mode» de la 

conjugaison active 120 



Voix l'ASSIVE. 

Première conjugaison 12i 

Deuxième — 126 

Troisième conjngiison (verbe 
legor) lio 

Troisième conjugaison (verbe 
capior) i33 

Qiatriènie conjugaison 135 

Emploi des formes du passif. 142 

Voix déponente. 

Première conjugaison lis 

Deuxième — U7 

Troisième conjugaison (verbe 

sequor; 150 

Il oisiéuie conjugaison (verbe 

patior^ 152 

Quatrième conjugaison 15; 

Chapitre VI. — Ladverbe.. 161 

Adverbes de manière 161 

Adverbes de lieu ifiv 

Adverbes de négation ifiT 

Ad\ orbes d interrogation. ... 169 

Chapitre VII. — La préposi- 
tion !74 

Prépositions gou\ernant I ac- 
cusatif 175 

Prépositions gouxernant l'a- 
blatif 176 

»'i •'positions gou\crnanl tan- 
tôt l'arcusatif, tantôt l'abla- 
t;l 177 



Chapitres VIII, IX. — La 
conjonction - L'lnt«rieo- 

t:on 17g 



328 



TABLE DES MATIÈRES. 
SYNTAXE 



Chapitre premier. 
taxe d'accord.. . 



■yn- 



181 



Chapitre II. — Syntaxe ds 
complément jS4 

I. Cnniplcmenls du siib- 

stuiiUr 185 

II. Conipléuienls do l'ad- 

jeclif 186 

III. Compléments du com- 

paratif et du supuila- 

tif 18J 

IV. (lompléments des ver- 

bes 19;j 

V. Complt'mcnt.s ciican- 

slaiieicls 206 

VI. Compléments ciieon- 

stancicls de lieu 209 

VII. Compléments circon- 

stanciels de temps 211 



Chapitre III. — Syntaxe des 
modes 

Chapitre lY. — Syntaxe des 
propositions subordon- 
nées 



213 



2n 



I. 


Fropositions interroga- 






tives indirectes 


219 


II. 


Propositions inânitives. 


221 


m 


Infinitil français rendu 






enlatiniiaruf, He, etc. 


222 


IV. 


Propositions subordon- 
nées circonstancielles 
(conjonctions mar- 
quant une idée de 
cause, de concession, 
de temps, de supposi- 
tion, de but, de 
conséqupnce, dn rom- 








224 


Lexique 


LAT1N FRANÇAIS 


^30 



Lexique français-lati 



DEVOIRS EN TEXTE SUIVI 



VERSIONS 
V Versions sans vocabulaire. 

Prodiges survenus pendant l'enfance de Midas et de Platon (d'après 

Valère-Maxime) 46 

Vulpes et Ciconia (d'après Phèdre) 48 

Les fleuves et les habitants de l'Iude (d'après Quinte Curce) 53 

Les Juifs et la Judée (d'après Justin) 54 

Gulex et Bos 60 

Ranae et Mures 61 

Vie dure de Caton l'Ancien (d'après Aulu-Gelle; 61 

Dialogue entre quelques écoliers (d'après Érasme). 67 

Des volcans 12 

Sur Alcibiade (d'après Cornélius Nepos) 73 

Le Lion devenu vieux (d'après Phèdre) 75 

Agricola et Anguis 76 

L'empereur Titus (d'après Eutrope) 80 

Duœ perse (I^uèdre) 90 

Duo calvi (Phèdre) 100 

Dénombrement de l'armée de Darius Codoman (Quinte-Curce^ 1 03 

Les Alains (d'après Ammien Marcelin) 108 

Bubulcus et Hercules (d'après Avianusi 1 15 

Les sept rois de Rome (J'après Kutropk) 115 

Honneurs rendus aux savants 119 

Le héros Thésée (d'a()rôs Valère-Maxime; 120 

Equus et Asinus (Phèdre; 125 

Très boves , 1 27 

Bataille des Romains contre P^rriius (FJuTHori;, 131 

Le serpent du fleuve Bagrada (Valère-Maxime 134 

Coriolan (Eutrope) 136 

Cyrus bat les Babyloniens et Cresiis 140 

On ne doit rien demander au delà de ce qui est juste (Puèdrej 147 

Grandeur d'âme de Kabricius (d'après Vai.ère-Maxime) 148 

Ingratitude criminelle (d'après Valère-Maxime) 131 

L'hiver lo3 

Les deux ennemis 156 

L'Athénien Timothée (d'après Cornélius Nepos) MiH 

Lycurgue (d'après Justin) 162 

Commencements de la République romaine (d'après Eutrope) 164 

L'Athénien Aristide (d'après Cornelus Nepos) 168 



330 DEVOIRS EN TEXTE SL'lVI. 

Courage guerrier des Scythes (Justin) 177 

Dialogue. — Glaudius, Antoxius 179 

Le Chien de ferme (Golumklle) 182 

Merveilles de l'Égvpte (Pomponius Mêla) 187 

Oracula ambigua 189 

Vulpes et Gorvus (d'après Phèduiî) 195 

Hannibal conflixerat ad Rhodanum (d'après Cornélius Neposj 197 

Métamorphose de Niobé (d'après Ovidk) 199 

Dédale et Icare (d'après Ovide) "lui 

Les Indiens Maritimes (Quinte-Gurce) 202 

Fondation de Garthago (Justin) 207 

M. "Valerius Corvus (d'après Aulu-Gklle^ 208 

La Grande-Bretagne (J. César) 209 

Anne raillesimo vicesimo nono (d'après Eutropi:) 211 

Les effets de la colère (d'après Sénèque) 213 

Denys le Jeune exilé à Corinthe (Justin) 215 

Mort deRégulus, à Garthage (Aulu-Gelle) 216 

.^sopus et "Victor gymnicus (Phèdre) 219 

Sur Minos, Solon et Numa 2-21 

Les poulets sacrés de Glaudius Pulcher (d'après "Valère-Maxime). . 222 

Sur Encéphale, cheval d'Alexandre le Grand (d'après Au^^u-Gelle). . 226 

Asinus et Galli (Phèdre) '.''. .' 2:18 



2° Versions précédées d'un vocabulaire. 

(Textes à apprendre par cœur.) 

IJne figue cause la ruine de Garthage (d'après Pline) 4(1 

Hercule tue Gacus (d'après Tite-Live), 1" partie 59 

2« partie 62 

Il ne faut pas rougir de son origine (Justin) 86 

Viriathe, chef des Lusitaniens, lutte contre les Romains (d'après 

Florus) 9 i 

L'Ane (Golumelle) 101 

Le Chien (d'après Pline) 109 

La S cile (Justin) 139 

De la tempérance (Sénèque) 155 

Caractère des Scythes (d'après Quinte-Gurce) 160 

Luxe des rois de l'Inde (Quinte-Gurce) 172 

In somniis interpretandis contradictiones (CicÉron) 182 

La Bactriane (Quinte-Gurce) 224 



THEMES 

1" Thèmes sans vocabulaire. 

La Cigale et la Fourmi 13 

Le Laboureur • • • 1* 

Le Poète 26 

Le temple de Crotone 26 



DKVOiriS KN TFATF. SIIVI. 031 

Les peuples de la Gaule 27 

Le Hêtre et le Poirier 35 

Un vieillard marchait sur une route 42 

L'Egypte fut dans l'origine 43 

La Scy thie 45 

Le Renard 47 

Les Ahorigônes 48 

En Gaule, les prêtres étaient appelés Druides 52 

Rome acquit la liberté 54 

Le patriote Vercingétorix 55 

Les Champs-Elysées 60 

Les cinq sens de ihommc 63 

Au temps de Cyrus, les Perses 64 

Hélas ! disait un lièvre 6G 

Les Spartiates 68 

Un pauvre vieillard vivait sans joie 72 

La vie de l'homme obscur 73 

L'Afrique ancienne 78 

Le Romain Catilina 82 

Le Chien 83 

L'Aigle 83 

L'Écureuil 84 

Darius, roi «les 'I . vses 89 

La magicienne Circé 90 

J. éducation d'Épaminondas 93 

La ville de Tyr 96 

La lecture 99 

L'agriculture 104 

Socrate 1 07 

Damon et l'ylhias 110 

[Jn Perse nommé Rhacocès 112 

Los chiens afTanies , 113 

Enfants, disait un père moribond 116 

L'homme savant 117 

Commencements de Rome 118 

Par qu<'l•^ moyens, disais-je à Narhal 121 

Le dieu Pluton 126 

L'empereur Vcspasien 127 

Sur l'omperotir Néron 132 

Les hommes fie l'àgc d'or 134 

Dans les montagnes de la Thesh.alie 136 

Le Lal)our<>ur et la Gigogne 13jj 

.\rchylas de Tarçnlo 138 

Bacchus. après la mort du poète Orphée 141 

Anti^^thènc U3 

Cyrus, quand il eut pris Sarilc>- 146 

Annibal 149 

Agatlioclc de Samos et Diuias d Éphèse 132 

Le Renard et le Bour 153 

Le Spartiate Lysandre 136 

Vn agneau s'était imprudemnaent écarte de son truupuau 163 

Le philosophe Platon 163 

les arts chez les Assyriens 167 

Il y a dans Ihisloiro (les questions ITl 



332 DEVOIRS EN TEXTE SIIVÎ. 

Dardanus, fils de Jupiter 173 

Le fleuve Bélis 178 

Sur Ccrès et Proserpine 183 

Les chefs des Grecs et des Troyens à la guerre de Troie 185 

Henri IV 188 

Les grandes déesses i 90 

Les Grecs dégénérés ; 194 

Un homme avait trois amis 198 

Paroles de Ginéas à Pyrrhus 20O 

Le dieu qui est nommé Ma. .^ 202 

L'olivier ne demande point de culture 203 

Souvent nous vantons ce qui peut causer notre ruine 207 

Gbarlemagne 208 

Le philosophe Anacharsis 210 

A Rome, l'empire changea plusieurs l'ois de maître 212 

Les arbres demandent un roi 214 

Ulysse. 215 

Dans un État bien gouverné 220 

Sur le dieu Atlas 221 

Alexandre le Grand, quand il eut détruit l'empire des Perses 223 

Lorsque Thémistocle eut été chassé d'Athènes 225 

L'Hippopotame 227 



2" Thèmes oraux. 

L'éducation des enfants 28 

Le dieu Vulcain 105 

Diogène et les Mégariens 196 



Imi». K. Capiomo.nt et <"'«, rue de Seine, S7. 



Unifenité iTOltawa 

Eohéanoe 

Celui qui rapporte an volume après la 
dernière date timbrée d-dessons devra 
payer une amende de cinq sons» plus un 
sou pour chaque jour de retard. 



TIf Library 
(iBiveriity tf Ottawa 

Date due 

For failnre io return a book on or be- 
fore the lasl date stamped below ihere 
will be a fine of five cents, and an extra 
charge of one cent for each additional day. 





in|iiiiii||i!i|iiii| 



aJ90Û3 00^9 5 50 956 



i 



CE PA 2087 
•F45FS6 1912 
COO PHILIP, C. 
/^CC# 1180623 



EXERCICES LA